image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : 343 France-Rwanda : mettre fin au silence sur le génocide

Le jeudi 25 février prochain Nicolas Sarkozy se rendra au Rwanda. Ce sera la première visite d'un chef d'Etat français à Kigali depuis 1994, date du génocide des Tutsis et du massacre des Hutus qui s'y opposèrent.

Bilan de la cyberaction :

4812 participants

jean-david.levitte@diplomatie.gouv.fr.  

Dans l’ensemble je crois que le bilan de cette action est vraiment positif. Dans un contexte où beaucoup d'autres acteurs sont intervenus, il est difficile d'apprécier quelle a été notre contribution exacte. On peut dire tout de même qu'en peu de temps et sur un sujet qui n’est pas « facile » :

- de nombreuses associations et personnalités reconnues ont accepté de soutenir cette démarche, et leur participation a été relevée dans la presse.
Voir l’ensemble des articles qui parlent de notre appel sur :
http://appel-citoyen-france-rwanda.over-blog.org/article-la-presse-en-parler-45560932.html  
http://appel-citoyen-france-rwanda.over-blog.org/article-la-presse-en-parler-45560932.html  

- 4812 personnes ont signé la lettre en ligne sur cyberacteurs.

- de nombreux échanges et discussions ont été initiés avec d’autres associations et personnalités qui n’ont pas forcément signé mais qui pourraient soutenir de futures initiatives.

Sur le fond, on voit que les positions ont bougé.

Sur une question qui ne mobilisait jusqu'alors qu'un nombre très restreint d'acteurs, on voit des prises de positions nouvelles :

- les jeunes socialistes demandent clairement que toute la lumière soit faite :
http://www.jeunes-socialistes.fr/2010/02/les-jeunes-socialistes-exigent-de-la-france-la-verite-et-la-justice-au-sujet-du-genocide-tutsi/  

- Martine Aubry estime qu'elle aurait demander des excuses : http://www.africatime.com/rwanda/nouvelle.asp?no_nouvelle=512172&no_categorie=  

- SOS Racisme demande que « toute la vérité soit dite, tant sur les mécanismes ayant permis d'entériner les prises de décision à cette époque que sur les responsabilités de certains hauts responsables français officiants à cette période. » (lettre ouverte de Dominique Sopo le 24 février
http://sosracisme06.over-blog.com/article-tribune-de-dominique-sopo-45567850.html   , puis communiqué de presse mardi 2 mars : http://www.newspress.fr/Communique_FR_225828_2644.aspx  

Bref. Cela avance.

Concernant le discours de Nicolas Sarkozy

A Kigali, Nicolas Sarkozy a déclaré « Ce qui s'est passé ici est inacceptable, mais ce qui s'est passé ici oblige la communauté internationale, dont la France, à réfléchir à ses erreurs qui l'ont empêchée de prévenir et d'arrêter ce crime épouvantable », précisant que la France avait commis de « graves erreurs d’appréciations ».

Ces déclarations sont un pas en avant mais sur un sujet aussi grave, nous ne pouvons pas nous contenter de paroles vagues. Aujourd’hui, il nous paraît indispensable que notre pays se donne les moyens de comprendre exactement de quelles natures ont été ces « erreurs » et d'en titrer les conséquences politiques et judiciaires qui s’imposent. Quand Nicolas Sarkozy admet qu'il y a eu de "graves erreurs d'appréciation" cela l'engage. Il ne peut pas et ne doit pas en rester là. Ces "erreurs" doivent êtres analysés publiquement.

Comme nous le disions dans notre appel, « cette visite est une injure aux victimes du génocide si elle ne marque pas une étape dans la reconnaissance des responsabilités françaises dans ce génocide. »

Perspectives :

C’est déjà un pas en avant. Il faut continuer de montrer que cette question nous concerne tous.

D’ici 15 jours nous allons sortir un nouvel appel en vue du 7 avril – date de commémoration du début du génocide – pour demander au gouvernement, aux parlementaires,… de faire un nouveau pas en avant dans la reconnaissance du rôle joué par notre pays dans ce drame.

Il est important de garder mobilisés les gens qui ont signé le premier appel et de leur montrer que petit à petit ensemble nous pouvons faire bouger les choses.

Ignace FABIANI

Présentation de la cyberaction :

Seize ans après, il est urgent que notre pays fasse la lumière sur le rôle exact que son gouvernement et son armée ont joué au Rwanda entre 1990 et 1994. Les responsabilités de la France dans ce drame apparaissent de plus en plus écrasantes aux yeux des historiens spécialisés, mais ceci reste un tabou profondément établi, à l'intérieur de nos frontières.

La visite de Nicolas Sarkozy au Rwanda doit attirer l'attention sur une histoire largement méconnue par les citoyens. Cette visite est une injure aux victimes du génocide si elle ne marque pas une étape dans la reconnaissance des responsabilités françaises dans ce génocide.

Nous invitons donc chacun, simple citoyen, journaliste, militant associatif ou politique, chercheur universitaire ou élu local à trouver quels gestes il peut poser, quelles paroles il peut prononcer pour contribuer à faire cesser le silence sur le rôle qu'a joué la France au Rwanda entre 1990 et 1994.

Le silence de notre pays doit cesser car il prolonge l'injustice vis à vis des victimes du génocide qui se battent au quotidien pour rebâtir leur vie. Il doit cesser car il est incompatible avec les valeurs que la France entend porter : « Liberté, Egalité, Fraternité », et la construction d'un monde commun fondé sur la conviction que « tout homme est un homme ». Ce silence bafoue notre commune humanité. Le rompre encouragera la communauté des nations à tout mettre en oeuvre pour prévenir de tels drames.

Merci de faire circuler cette lettre le plus largement possible. Cette démarche nous paraît une étape décisive pour obtenir une nouvelle orientation de la politique de la France en Afrique fondé sur le respect de la dignité de tout homme.

Des citoyens français qui tentent d'assumer leurs responsabilités par rapport à cette tragédie, en cherchant comment bâtir un monde fondé sur le respect de l'égale dignité des êtres humains.

Premiers signataires :


La lettre
Monsieur le Président de la République,

Vous vous rendez dans les jours qui viennent à Kigali, seize ans après le génocide des Tutsis et le massacre des Hutus qui s’y opposèrent de 1994.

Vous avez déclaré en décembre 2007 au sommet de Lisbonne « Nous n’avons pas toujours su prévenir ou arrêter des drames innommables. Je pense au Rwanda et à son génocide, qui nous oblige à réfléchir, France comprise, à nos faiblesses ou à nos erreurs. » Il est urgent aujourd’hui d’aller plus loin que cette simple mention d’« erreurs » et de rompre le silence sur le rôle qu'a joué notre pays au Rwanda.

De nombreux travaux universitaires, en France comme à l'étranger, ont clairement confirmé le soutien diplomatique, militaire et financier des autorités françaises au gouvernement de Juvénal Habyarimana puis au gouvernement intérimaire rwandais qui a mis en oeuvre le génocide.

Le silence de notre pays doit cesser car il prolonge l’injustice vis à vis des victimes du génocide qui se battent au quotidien pour rebâtir leur vie. Il doit cesser car il est incompatible avec les valeurs que la France entend porter : « Liberté, Egalité, Fraternité » et la construction d'un monde commun fondé sur la conviction que « tout homme est un homme ». Ce silence bafoue notre commune humanité et le rompre encouragera la communauté des nations à tout mettre en œuvre pour prévenir de tels drames.

Comme première étape, nous vous demandons d’annoncer ce que vous allez faire comme chef de l'exécutif et chef des armées pour faire toute la lumière sur le rôle joué par la France avant, pendant et après le génocide.

Veuillez agréer…

Pour toute question contacter le porte-parole de ce mouvement :
Ignace Fabiani - ignacefabiani0@yahoo.fr.  
Pour découvrir la liste à jour des signataires et les suites de cet appel :
http://appel-citoyen-france-rwanda.over-blog.org  

Texte de la pétition :


Monsieur le Président de la République,

Vous vous rendez dans les jours qui viennent à Kigali, seize ans après le génocide des Tutsis et le massacre des Hutus qui s'y opposèrent de 1994.

Le silence de notre pays doit cesser car :

-Il prolonge l'injustice vis à vis des victimes du génocide qui se battent au quotidien pour rebâtir leur vie.
- Il est incompatible avec les valeurs que la France entend porter : « Liberté, Egalité, Fraternité » et la construction d'un monde commun fondé sur la conviction que « tout homme est un homme ».
- Il bafoue notre commune humanité et le rompre encouragera la communauté des nations à tout mettre en oeuvre pour prévenir de tels drames.

Comme première étape, nous vous demandons d'annoncer ce que vous allez faire comme chef de l'exécutif et chef des armées pour faire toute la lumière sur le rôle joué par la France avant, pendant et après le génocide.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma mobilisation citoyenne.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

Aucun commentaire

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !