actualité écologie

Journal des Bonnes Nouvelles

Les 10 jours verts Transacteurs

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Annoncez la couleur !

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

AG Cyberacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Stop au déterrage de blaireau

Mise en ligne du 30/03/2020 au 06/04/2020

Le projet d’arrêté soumis à consultation du public concerne l’autorisation d’une période complémentaire de déterrage du blaireau en 2020 :
ARTICLE 4 : Vénerie sous terre du blaireau : La vénerie sous terre du blaireau peut être pratiquée 20 jours après la date de publication au Registre des Actes Administratifs (RAA) du présent arrêté et jusqu’au 15 janvier 2021.

Bilan de la cyberaction :

2381 participants

Consultation terminée

Présentation de la cyberaction :

La préfecture n’a pas publié de note de présentation. Il n’y a donc aucun chiffre permettant de justifier cette période complémentaire.

AVES France vous invite à vous opposer à ce projet d’arrêté, avant le 6 avril 2020.
https://www.consultationspubliques.aves.asso.fr/wp-content/uploads/2020/03/2020projetAR_ouverture_chasse.pdf  

Nos arguments à reprendre et personnaliser pour la rédaction de votre commentaire

SUR LA FORME :

Alors que ce projet d’arrêté fixe la période d’ouverture générale de la chasse à tir du 27 SEPTEMBRE 2020 au 28 FÉVRIER 2021, la vénerie sous terre du blaireau pourra être pratiquée 20 jours après la date de publication au Registre des Actes Administratifs (RAA) du présent arrêté et jusqu’au 15 janvier 2021. Pourtant, aucune note de présentation ne permet de justifier cette période complémentaire de chasse aux blaireaux.

Le projet d’arrêté n’est pas accompagné d’une note de présentation mentionnant des données exhaustives permettant au contributeur de se positionner en fonction des documents présentés. Or, l’Article 7 de la Charte de l’Environnement précise que : « Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement. »

Je me permets de vous rappeler qu’au moment de la publication de l’arrêté final, l’article L 123-19-1 du code de l’environnement stipule qu’ « au plus tard à la date de la publication de la décision et pendant une durée minimale de trois mois, l’autorité administrative qui a pris la décision rend publics, par voie électronique, la synthèse des observations et propositions du public avec l’indication de celles dont il a été tenu compte, les observations et propositions déposées par voie électronique ainsi que, dans un document séparé, les motifs de la décision. » Je vous remercie donc de bien prévoir la publication d’une synthèse des avis qui vous ont été envoyés.

SUR LE FOND :

Certains départements n’autorisent plus la période complémentaire du blaireau, et notamment les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Hautes-Alpes, des Alpes-Maritimes, de l’Aude, des Bouches-du-Rhône (depuis 2016), de la Côte d’Or (depuis 2015), de l’Hérault (depuis 2014), du Var, du Vaucluse, des Vosges, des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne.

L’article 9 de la Convention de Berne n’autorise les dérogations à l’interdiction de porter atteinte aux espèces protégées qu’« à condition qu’il n’existe pas une autre solution satisfaisante et que la dérogation ne nuise pas à la survie de la population concernée pour prévenir des dommages importants aux cultures, au bétail, aux forêts, aux pêcheries, aux eaux et aux autres formes de propriété ». Pour être légales, les dérogations à l’interdiction de porter atteinte aux blaireaux doivent être justifiées par trois conditions, devant être cumulativement vérifiées : la démonstration de dommages importants aux cultures notamment ; l’absence de solution alternative ; l’absence d’impact d’une telle mesure sur la survie de la population concernée. Ces trois conditions ont-elles été discutées lors de la Commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage ?

Cette pratique, appelée « vénerie sous terre », est particulièrement barbare et cruelle. Elle inflige de profondes souffrances aux animaux puisqu’elle consiste à acculer les blaireaux dans leur terrier à l’aide de chiens, puis, pendant plusieurs heures, à creuser afin de les saisir avec des pinces. Les animaux, dans un état de stress très important, sont ensuite achevés à la dague.

Lorsque la vénerie est pratiquée à partir du 15 mai, les jeunes blaireaux de l’année ne sont pas entièrement sevrés et dépendent encore des adultes. En effet, les périodes choisies pour ces abattages — tout comme les périodes complémentaires de chasse du blaireau — sont en contradiction avec l’article L. 424-10 du Code de l’environnement, selon lequel « il est interdit de détruire (…) les portées ou petits de tous mammifères dont la chasse est autorisée ».

Les jeunes blaireaux ne sont absolument pas sevrés et forcément ne sont pas émancipés au moment des périodes complémentaires de chasse du blaireau comme l’a démontré l’étude « Contribution à l’étude de la reproduction des Blaireaux Eurasiens (Meles meles) et de la période de dépendance des blaireautins en France » réalisée par Virginie Boyaval, éthologue sur le blaireau : « […] au mois de mai, juin, juillet, les blaireaux juvéniles ne peuvent pas survivre sans leur mère. Ils sont sevrés à l’âge de 4 mois et commencent progressivement leur émancipation pour une durée de plusieurs mois s’étalant de 1 à 4 mois et ne peuvent donc être considérés comme étant émancipés qu’à partir de l’âge de 6 à 8 mois minimum. La destruction des blaireaux, débutant généralement à partir de la mi-mai, compromet le succès de reproduction de l’espèce. La destruction des mères allaitantes, laisse de nombreux orphelins incapables de survivre seul ». Par conséquent pour épargner la nouvelle génération, il faut prendre en considération non pas la période de sevrage mais la période de dépendance des jeunes qui va jusqu’à fin juillet ; il convient donc de préserver la vie des mères jusqu’à la fin de la période de dépendance des jeunes afin que ceux-ci puissent survivre.

La période d’allaitement des blaireautins s’étale au-delà du 15 mai, et les jeunes restent dépendants jusqu’à l’automne, ils sont donc présents dans les terriers pendant la période de déterrage. Il est donc nécessaire de prendre en considération la période dépendance des jeunes comme référence et non pas le sevrage lui-même si l’on veut respecter la survie des jeunes.

La vénerie sous terre n’est pas sans conséquences pour d’autres espèces sauvages. En effet, une fois l’opération terminée, les terriers se trouvent fortement dégradés. Or ces derniers sont régulièrement utilisés par d’autres espèces, dont certaines sont réglementairement protégées par arrêté ministériel et directive européenne, comme le Chat forestier (Felis silvestris) pour les départements concernés ou des chiroptères lorsque certaines espèces sont en phase d’hibernation pendant la période de septembre/octobre à fin avril : «Le Petit rhinolophe hiberne dans des gîtes souterrains (mines, caves, sous-sols ou même terriers de Renard ou de Blaireau)» source Atlas des Mammifères de Bretagne éd. 2015.

Le Conseil de l’Europe recommande d’interdire le déterrage : « Le creusage des terriers, à structure souvent très complexe et ancienne, a non seulement des effets néfastes pour les blaireaux, mais aussi pour diverses espèces cohabitantes, et doit être interdit. »

Il faut obligatoirement que la totalité de la période de chasse du blaireau, qu’elle soit assortie d’une période complémentaire ou non, fasse l’objet de déclaration d’intervention auprès de la DDT et d’un compte-rendu de cette intervention. La fédération doit également être capable de fournir, lors de la commission, des éléments pertinents et exhaustifs sur les bilans annuels de tirs et de déterrage et non des données approximatives qui ne permettent pas d’avoir une idée de ce que cela représente par rapport aux populations départementales. Ces éléments chiffrés doivent être rendus publics. Or, ce projet d’arrêté n’est accompagné d’aucune note de présentation pouvant justifier cette période complémentaire.

La période de tir, lorsqu’elle est autorisée jusqu’au 29 février, provoque potentiellement la mort des mères gestantes et ne doit en aucun être autorisé, en application de l’article L424.10 du Code de l’environnement visant à préserver la future génération.

À PROPOS DU BLAIREAU :
Les populations de blaireaux sont fragiles et souffrent de la disparition de leurs habitats (haies, lisières, prairies, …) et sont fortement impactées par le trafic routier.
Inscrit à l’annexe III de la Convention de Berne, le Blaireau d’Europe, Meles meles, est une espèce protégée (cf. art. 7). A titre dérogatoire, la Convention de Berne encadre strictement la pratique de la chasse et la destruction administrative de cette espèce (cf. art. 8 et 9). Le ministère de l’écologie doit soumettre « au Comité permanent un rapport biennal sur les dérogations faites ».
Aux termes de l’article L. 424-10 du Code de l’environnement, « il est interdit de détruire (…) les portées ou petits de tous mammifères dont la chasse est autorisée ». Or, l’article R424-5 du même code précise toutefois que le préfet peut autoriser l’exercice de la vénerie du blaireau pour une période complémentaire à partir du 15 mai, cet article contrevient donc au précédent.
La dynamique des populations de blaireaux est extrêmement faible (moyenne de 2,3 jeunes par an).

Cette espèce n’est jamais abondante (mortalité juvénile très importante (de l’ordre de 50% la 1ère année).

Une mortalité importante de blaireaux est liée au trafic routier.
Les opérations de vénerie peuvent affecter considérablement les effectifs de blaireaux et peuvent entraîner une disparition locale de cette espèce.
Les bilans annuels relatifs à la vénerie sous terre sont généralement très bas et ne régulent pas du tout les populations. Les collisions routières ont certainement un impact bien plus important que le déterrage. Si ces prélèvements ne permettent pas de réguler les populations (pour de quelconques raisons sanitaires ou économiques), alors pourquoi continuer d’accorder des autorisations de déterrage, si ce n’est de contenter quelques acharnés de la pratique de vénerie sous terre ?

Les dégâts que le blaireau peut occasionner dans les cultures de céréales sont peu importants et très localisés, essentiellement en lisière de forêt. Selon l’Office National de la Chasse ONC bulletin mensuel n° 104 : « Les dégâts que peut faire le blaireau dans les cultures ne sont gênants que très localement (…) Et il suffit de tendre une cordelette enduite de répulsif à 15 cm du sol pour le dissuader de goûter aux cultures humaines. »

En ce qui concerne les éventuels dégâts causés sur les digues, routes ou ouvrages hydrauliques par le creusement des terriers, la régulation du blaireau a montré son inefficacité, voire même un effet contre-productif du fait de la place libérée par l’animal éliminé qui est très vite occupée par un autre individu.

Une méthode simple et pérenne consiste à utiliser des produits répulsifs olfactifs sur les terriers posant problème, ceci accompagné de la mise à disposition à proximité de terriers artificiels. Les avantages de cette solution sont que les animaux continueront d’occuper un territoire sur le même secteur et ne permettront pas l’intrusion d’un nouveau clan. (source : LPO Alsace)

Attention, les messages que vous adressez à la préfecture doivent-être personnalisés et argumentés. Ils doivent-être envoyés par mail avant le 6 avril 2020, avec comme objet « ouverture fermeture chasse 2020/2021».

AVES France
https://www.consultationspubliques.aves.asso.fr/2020/03/29/eure-et-loir-cp-jusquau-6-avril-2020-sur-la-periode-complementaire-de-venerie-sous-terre-du-blaireau/  

Contrairement à notre partenaire, nous revendiquons que la cyber action soit prise en compte comme une façon pour chacune et chacun d'entre vous de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement conformément à l'article 7 ci-dessous

Article 7. – Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement.

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Préfet
Sans donnée chiffrée vous proposez d'étendre la pratique du déterrage d'une espèce protégée chez la plupart de nos voisins européens alors que les petits très vulnérables sont encore au terrier à cette période et que l'utilisation de répulsif suffirait à dissuader de goûter aux cultures humaines.

Comme le Conseil de l'Europe et en application de l’Article 7 de la Charte de l’Environnement je demande que mon avis soit pris en compte pour l’interdiction du déterrage du blaireau, une pratique de chasse barbare et incompatible tant avec la reconnaissance des animaux comme êtres sensibles qu' avec la sensibilité de l'opinion publique opposée à la chasse.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

73 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


horrible ce déterrage de blaireau !
vous n'avez rien de mieux à faire ?

nanou
Le 10/04/2020 à 22:29:00

Mr le Préfet Bonnier, la pandémie du coronavirus ne vous suffit pas ? Elle a pourtant la même origine que votre soutien à la vénerie sous terre : le non respect de la biodiversité et l'agression faite à la nature !

Lionel
Le 09/04/2020 à 09:56:15

Merci d'interdire cette pratique violente et inutile puisque les blaireaux ne sont pas des nuisibles (consulter les nombreux travaux de scientifiques et naturalistes à ce sujet au lieu de n'écouter que les chasseurs partisans) et qu'ils sont protégés dans des grands pays européens

MORIN
Le 07/04/2020 à 21:57:30

Le Virus-Connerie n'est donc pas éradiqué.

RASLEBOL
Le 07/04/2020 à 12:03:17

Quand comprendront-ils? Les chasseurs et ceux qui les soutiennent ne cessent de vouloir tuer détruire. Il est temps de respecter les espèces animales, leur droit à la vie. Quand on voit à quels résultats arrivent les hommes envers leur planète. Quelle pitié! Mais que se taisent enfin les armes. TOUTES les armes!

rodes
Le 07/04/2020 à 10:52:17

Un loisir pour les pervers, n'y a-t-il pas assez de psy pour ces gens-là ?
A défaut de martyriser les gens, ils s'en prennent à des animaux, la lâcheté à l'état brut, virilité 0

Brigitte Dubois
Le 07/04/2020 à 10:36:28

Sont ils vraiment aussi nombreux, les chasseurs et leur progéniture (et leurs femmes, - celles qui participent en cuisinant les andouilles, et qui permettent que les enfants de ces rétrogrades vont avec Le Papa le dimanche pour 'devenir un homme', lol). Mais voila revenons à la question du nombre: sont -ils si nombreux inscrits sur les listes électorales, pour que le gouvernement leur donne des régimes de faveur au détriment de tous les autres citoyens qui aiment la nature de façon pacifique et respectueuse? Au point que la cueillette des champignons en automne devient une expédition dangereuse? Dans quel monde vivons-nous?

Thomas Murach
Le 07/04/2020 à 08:21:02



Le Blaireau, comme un petit ours, discret (normal,il est nocturne), ne dérange personne.
Il n'est pas "gibier", on ne le mange pas, on n'en fait plus des brosses à visage pour se raser (même si va peau est de qualité ;-) ).
Son régime alimentaire, principalement les Buzuc (vers de terre), le reste, comme un ours, varié, insectes, baies...
En Europe il est classé dans l'annexe III de la Convention de Berne, ce qui en fait une espèce partiellement protégée.
Il est strictement protégé dans certains pays, dont la Belgique, où des passages à blaireaux passent sous les routes pour les aider à se déplacer sans se faire écraser ou blesser par les véhicules.
ET NOUS, EN FRANCE, nous voulons, pour un simple "SPORT" qui ne profite qu'à ceux qui le pratique, certes un "sport" plein d'adrénaline, de suspens, de cris, de sang....COMME AU MOYEN AGE !!
Votons pour une aide : offrons à ces pauvres personnes qui ont BESOIN de sang et d'adrénaline un accès aux jeux vidéo de nos chers ados, ainsi ils auront leurs frissons et leur dose d'émotion, et pour moins cher, pas besoin du fusil (inutile pour le Blaireau) ni de chiens, et on peux même boire sa bière tout en s'activant (contrairement au déterrage où il faut attendre la fin (en général).

Roland CHARLOU
Le 06/04/2020 à 21:59:57

Bonjour,
J'ai plus de 80 ans je n'ai jamais vu de blaireau par contre des cons oui et trop, que peut-on faire contre cette prolifération?
Continuez
Cordialement
Christian Ignatz

IGNATZ
Le 06/04/2020 à 20:45:01

Quelle case les chasseurs vont-ils cocher pour aller tuer des blaireaux ?
Consultation et soins ?
Assistance à une personne vulnérable ?
Convocation judiciaire ?

André Vuidepot
Le 06/04/2020 à 20:22:40

Qu'on laisse donc la Nature et les animaux tranquilles ; S'ils nous faisaient ce qu'on leur fait subir , il n'y aurait plus un humain sur la Planète actuellement !

viviane dupuy
Le 06/04/2020 à 19:27:04

Ne mélangeons pas tout.
Ca, ce n'est pas de la chasse c'est juste un défoulement barbare comme les hommes savent en inventer.
Quant aux chasseurs qui disent lutter contre les dégâts fait à l'agriculture, ils feraient mieux d'aller s'intéresser aux dégâts des sangliers et de cervidés qu'ils ont laisser proliférer dans certaines régions pour leur propre intérêt.

Oxoa
Le 06/04/2020 à 17:30:48

Je suis absolument contre le déterrage des blaireaux, appelé vénerie sous terre! C'est ignoble de faire ça! STOP!

Jaubert Frédéric
Le 06/04/2020 à 17:20:09

je suis opposé à ces pratiques barbares et nuisibles.
d'autre part les chasseurs doivent être confinés comme les autres ou alors je ne comprends plus rien.
les non chasseurs votent aussi !!!!

TIBERI
Le 06/04/2020 à 17:04:04

C'est franchement fatigant. Tous les ans les mêmes textes destinés à complaire aux chasseurs sont soumis à consultation. Et tous les ans, quel que soit le résultat, les textes sont le plus souvent signés sans aucune modification. Et tout cela, de plus, pour autoriser une pratique aussi inutile que cruelle et barbare.

De plus, le blaireau n'est même pas classé comme une "espèce susceptible d'occasionner des dégâts" (ex-nuisible), ce qui permet aux autorités de justifier de lamentables dérogations aux dates normales de chasse.

jpj
Le 06/04/2020 à 16:32:14

Ce projet d'arrêté est une nouvelle fois une aberration criminelle.
Assez de souffrance et de meurtres afin de complaire à quelques sadiques au psychisme délabré.
Les fanatiques de la gachette seraient-ils dispensés d'obéir à la loi. Si oui, celà relève de la discrimination pour les 98,5 % qui ne tuent pas pour s'amuser.

Roland PARET
Le 06/04/2020 à 16:17:22

Le confinement ne concerne-t-il pas les chasseurs ?
A quel titre? Encore un passe-droit et toujours pour le pire ?
Marie-Christine

MC Callet
Le 06/04/2020 à 15:51:10

non au déterrage des blaireaux cruelle pratique.la françe n'a aucun respect pour la biodiversité et la cause animale non egallement pour la chasse au renard

sanimorte
Le 06/04/2020 à 15:48:42

Ceux qui jouent à la vénerie sous terre sont des pervers, il faut qu'ils se fassent soigner ou bien il faut les punir.

Monique Piton
Le 06/04/2020 à 15:48:30

Opposé à ce projet d'arrêté. C'est une pratique du Moyen-âge qui consiste à torturer les animaux pendant des heures. Je ne comprend pas que le monde de la chasse tolère ces exactions.
Chasseurs, c'est par vous que le progrès doit se faire, arrêtez de fermer les yeux sur cette honte qui vous déshonore.
Pourquoi consulter les français puisque l'Etat et les préfets ne tienne absolument pas compte de leur avis ?

Tempier Jean-Claude
Le 06/04/2020 à 15:06:57

Je suis totalement opposé à la chasse au blaireau qui une absurdité écologique.
Alors qu’il est de plus en plus certain que les flambées d’épidémies dévastatrices que nous connaissons en ce début de XXIème siècle sont dues à l’action de l’homme sur son environnement, à la destruction des milieux naturels, à la déstructuration des systèmes écologiques et des chaînes alimentaires et animales, il est proprement criminel de continuer à vouloir dévaster les populations d’animaux sauvages qui résistent encore dans nos milieux naturel.
Le blaireau joue un véritable rôle dans la nature et s'il venait à disparaître, c'est toute une chaîne alimentaire qui serait perturbée, pouvant entraîner un déséquilibre irréversible!

ÉRIC FRIES GUGGENHEIM
Le 06/04/2020 à 15:01:34

Ignoble : le confinement c'est pour tout le monde dont celui des destructeurs de la nature : les chasseurs. Le gouvernement avait pour la communication interdit la chasse, mais en bon menteur manipulateur, il tente de satisfaire le lobby de la chasse et de l'ignoble, la promotion de la torture sur les animaux.
Interdisez toute action de chasse, rappelons que cette dernière est fermée. Que les ministres si rapides à sanctionner les contrevenants du confinement en fassent autant pour les chasseurs. Halte à la république du favoritisme qui ne respecte pas l'égalité des droits.

Hannoteaux Hervé
Le 06/04/2020 à 14:50:46

Halte à l'effondrement de la biodiversité dont fait partie le blaireau. Il est temps de penser à d'autres solutions.

Sandrine
Le 06/04/2020 à 14:46:32

Je suis contre le déterrage, la vènerie, la chasse à courre, et la chasse en général.

Les chasseurs objectent que les sangliers et les chevreuils sont trop nombreux donc il faut faire des battues exterminatrices.


MAIS CE SONT EUX QUI LES ELEVENT pour ensuite les relâcher et les chasser!

Annie FERNANDEZ
Le 06/04/2020 à 14:41:54

Les blaireaux ne sont-ils pas ceux qui par cette vénéneuse vénerie veulent faire croire à la nuisibilité de cette espèce animalière?....

perrier jean-claude
Le 06/04/2020 à 13:59:09

C'est franchement fatigant. Tous les ans les mêmes textes destinés à complaire aux chasseurs sont soumis à consultation. Et tous les ans, quel que soit le résultat, les textes sont le plus souvent signés sans aucune modification. Et tout cela, de plus, pour autoriser une pratique aussi inutile que cruelle et barbare.

De plus, le blaireau n'est même pas classé comme une "espèce susceptible d'occasionner des dégâts" (ex-nuisible), ce qui permet aux autorités de justifier de lamentables dérogations aux dates normales de chasse.

jpj
Le 06/04/2020 à 13:04:37

Confinons les chasseurs !

florence Menghini
Le 06/04/2020 à 12:58:02

Stop à la barbarie ! alliance avec la nature !

elisandre
Le 06/04/2020 à 12:28:54

Le blaireau est un élément indispensable dans la pyramide écologique(comme le renard). Mais on l'accuse de divers maux notamment de véhiculer la tuberculose bovine. En Dordogne, en 2018 près de 400 blaireaux ont été exterminés pour ces raisons mais très peu étaient contaminés(4ou5). Chercher l'erreur.L'homme est responsable de cette maladie et rien ne sert de chercher un bouc émissaire. Toujours à vouloir trouver un coupable de leurs propres exactions.

levannier
Le 06/04/2020 à 12:14:18

On peut pas garder le confinement toute l'année?
Les bestioles profiteraient enfin de calme et de sérénité

samson
Le 06/04/2020 à 11:55:43

Quand auront nous un ou une ministre de l'écologie capable de mouiller leur chemise pour imposer blaireau et renard comme espèces protégées?
Le renard se nourrit essentiellement de petits rongeurs qui sont les principales cibles des tiques, il contribue ainsi à limiter la propagation des tiques, et donc de la maladie de Lyme.
Quant à lui, Le Blaireau est omnivore et se nourrit essentiellement de lombrics, insectes (Coléoptères, chenilles, nids de guêpes et d'abeilles), œufs (parfois oiseaux qui nichent ou dorment à terre), cadavres (surtout en hiver), campagnols, taupes, Lapins, crapauds.

ALAIN VALEYE
Le 06/04/2020 à 11:55:07

STOP VENERIE EN GENERAL TOUTE L'ANNEE !!!!

ANNICK LOUVET
Le 06/04/2020 à 11:52:41

Je demande que ces humains nuisible soient fichés S

gilles bas
Le 06/04/2020 à 11:48:18


Il faut plus que jamais respecter l'équilibre entre les espèces. Le blaireau a son utilité. C'est pourquoi je me positionne contre cette prolongation du déterrage des blaireaux.

VIENOT Jacqueline
Le 06/04/2020 à 11:43:42

Est-ce, oui ou non, un animal nuisible ou utile pour l'expèce animale et équilibre de la nature et de ses occupants?
Merci. Cordialement.

philippe Gillier
Le 06/04/2020 à 11:24:09

pour l harmonie de l'humain avec la nature

Dominique BALLANDRAS
Le 06/04/2020 à 11:16:30

arrêtons cette pratique barbare et inutile!

charline angot
Le 06/04/2020 à 11:12:15

Je ne suis pas favorable à la chasse aux blaireaux.

Le blaireau étant partie intégrante de l’écosystème, je ne vois aucun intérêt à pratiquer cette chasse, hormis le fait d’y jouir d’un plaisir sadique.

Anne-Marie SANCHO
Le 06/04/2020 à 11:03:11

barbaric!

Annneke Andries
Le 06/04/2020 à 10:51:21

Projet d'arrêté d'ouverture et de fermeture générale de la chasse campagne 2020-2021 - Haute-Vienne

Le projet d’arrêté soumis à consultation du public concerne l’autorisation d’une période complémentaire de déterrage du blaireau en 2020 :
« Article 4 – Chasse du gibier sédentaire : dispositions spécifiques. Ouverture d’une période complémentaire, uniquement pour la vénerie sous terre du blaireau, du 15 mai au 12 septembre 2020. »
http://www.haute-vienne.gouv.fr/Publications/Consultation-du-public/Projet-d-arrete-d-ouverture-et-de-fermeture-generale-de-la-chasse-campagne-2020-2021-Haute-Vienne  

La préfecture n’a pas publié de note de présentation pour justifier cette période complémentaire.

AVES France vous invite à vous opposer à ce projet d’arrêté, avant le 6 avril 2020 (inclus).

Il doit-être envoyé par mail à ddt-seefr@haute-vienne.gouv.fr.   jusqu’au 6 avril 2020, avec comme objet : Projet d’arrêté d’ouverture et de fermeture générale de la chasse campagne 2020-2021 – Haute-Vienne.

Alain UGUEN
Le 06/04/2020 à 09:21:26

Contre le massacre d’ani!!

Li
Le 05/04/2020 à 22:25:30

Je m'oppose farouchement contre cet arrêté d'extension de la vénerie sous terre car cette chasse s'apparente d'avantage à une séance de torture tant la cruauté infligée aux animaux relève de la barbarie pure et d'une férocité innommable.
Les blaireaux,nocturnes et farouches,sont totalement inoffensifs et mieux:rendent des services à l'environnement puisqu'ils se nourrissent principalement de lombrics et de limaces.
Protégés dans de nombreux pays mais une fois de plus PAS EN FRANCE à qui on décernera un jour la Palme d'Or du retard en matière de protection animalière !!!sauf dans le Bas-Rhin où le blaireau n'est plus "chassable" puisqu'il a été retiré une fois pour toutes des "espèces gibier".
J'ai la chance d'habiter cette belle région et en 65 ans je n'ai aperçu qu'un seul blaireau de ma vie.On ne peut donc pas dire que nous sommes "envahis" depuis que l'on ne le met plus à mort.
Les associations de protection de l'environnement
tel que LPO propose même un service d'aide aux acteurs de terrain confrontés à un terrier gênant pour leur activité.ALORS DEPLACER PLUTÔT QUE TUER !!!!!!!!!
De plus lorsque la vénerie est pratiquée à partir du 15 Mai,les petits des blaireaux ne sont même pas encore sevrés et cette chasse se transforme alors en véritable BOUCHERIE où les petits sont véritablement déchiquetés par des chiens en furie excités par ces chasseurs sanguinaires !!!
Enfin je me permets de vous rappeler que 83% des Français sont POUR UNE INTERDICTION TOTALE DU DETERRAGE des BLAIREAUX et des RENARDS (IPSOS 2018)!!!
ALORS SI UN JOUR DEMOCRATIE POUVAIT RIMER AVEC VIE !!!CELLE DE TOUS CES ANIMAUX MASSACRES POUR LE PLAISIR DE TUER DE CERTAINS SADIQUES NOMMES CHASSEURS ....
MERCI POUR EUX !!!

Béa
Le 05/04/2020 à 22:01:17

Ca suffit de détruire la nature par les chasseurs tout ça pour faire plaisir au lobby de la chasse. Le déterrage des blaireaux avec les petits est d'une barbarie sans nom.

A l'heure où des experts mondiaux de la biodiversité se sont réunis à Paris, inquiets par le million d'espèces menacées d'extinction dans les prochaines décennies, ce type d'arrêté préfectoral autorisant le massacre de Blaireaux est scandaleux !
Non le blaireau n’est pas nuisible, il est même désormais protégé*, car en raréfaction, et il ne prolifère pas comme l’homme, qui lui, surpeuple et détruit espaces et espèces autour de lui .

Non les chasseurs ne sont pas des protecteurs de la nature, mais les protecteurs de leur seuls gibiers d’élevages relâchés honteusement la veille.
OUI la chasse est avant tout un lobby puissant auquel les politiques se soumettent, quitte à bafouer l’intérêt de la biodiversité dont ils se gargarisent.
En plus aucun chiffre n’est donné sur le nombre de blaireaux à massacrer dans votre département.

SYLVIA
Le 05/04/2020 à 19:53:02

La nature sait s'équilibrer seule , l' Homme n'est là que pour la déséquilibrer. Stop à la pratique du déterrage des blaireaux.

Nathalie
Le 02/04/2020 à 08:31:35

Que ces gros blaireaux de chasseurs laissent les blaireaux tranquille !!

david barrillon
Le 01/04/2020 à 12:58:28

Ben non, Philippe, dans mon commentaire précédent, je n'appelais pas à massacrer les blaireaux à deux pattes… C'était du deuxième degré dans le but de souligner le caractère absurde de la situation.
Absurde, ça l'est encore plus que nous ne pouvions l'imaginer :
Alors que toutes les activités cynégétiques étaient interdites pendant la période de confinement, des dérogations ont été accordées aux chasseurs dans certains départements. Dans les Landes, pour la chasse individuelle par tir et piégeage (AP n°2020/429 du 20.03.20). Dans le Jura, pour la chasse collective aux corvidés (AP n° 39-2020-03-20-001). En Côte d'Or, l'agrainage des sangliers est autorisé malgré le confinement… Chacun peut imaginer à quel point le nourrissage des sangliers est essentiel à la nation dans la lutte contre le coronavirus...
La dernière case qui a été ajoutée aux nouvelles attestations de déplacement dérogatoire : " Participation à des missions d'intérêt général sur demande de l'autorité administrative" sert, entre autres, à justifier les dérogations au confinement pour les chasseurs.
Le patron des Nemrods, Willy Schraen, chassez-le par la porte du soi-disant Ministère de la Transition écologique, il rentrera par la fenêtre du bureau présidentiel !
Nous ne pouvons nous opposer à ces draculas (tellement accros au sang qu'ils ne peuvent même pas s'arrêter de jouer avec leurs engins de mort quelques semaines en cette période terrible !), par la loi puisque la maréchaussée et le gouvernement sont de leur côté. Mais nous avons une autre arme : le bulletin de vote.

Frawald
Le 31/03/2020 à 23:49:11

C'est combien déjà le pauvre pourcentage actuel restant d'animaux sauvages vivants sur la planète ?
Que cherche l'Homme ? Car au bout, Sa propre destruction... ?J'espère que les blaireaux lui survivront et en rigoleront et ils auront bien raison !
Bien fait !

AGNES ANCELOT
Le 31/03/2020 à 20:45:19

Frawald,super votre commentaire!!

Christiane Huard
Le 31/03/2020 à 18:10:11

Les fédérations de chasses elles-mêmes devraient être en première ligne pour rejeter cette pratique d'un autre âge, et ainsi montrer que le statut de "protecteurs de la nature" que les chasseurs revendiquent n'est pas qu'une affaire de communication et d'image.Voeu pieux ??

Gille
Le 31/03/2020 à 11:04:49

Je les ai toujours respectés. Ils sont lents et bien moins nuisibles que nombre de porteurs de petoires.

Pigef
Le 31/03/2020 à 09:45:51

les blaireaux ne sont pas dans les terriers, mais en dehors.Qu'on les neutralisent par la loi, ça fait moins mal

philippe
Le 31/03/2020 à 09:12:56

« Françaises, Français, mes chers compatriotes. Nous sommes en guerre. Nos pertes sont nombreuses, nos armées sont nues. Nous manquons de lits de réanimation, de respirateurs, de tests, de gants, de combinaisons, de gels hydroalcooliques, de curare. Nos équipes médicales sont au bord de l’épuisement. Désertés, nos entreprises et nos commerces sont la proie de lâches cambrioleurs. Vous-mêmes, mes chers compatriotes, devez demeurer confinés chez vous.
Mais nous lutterons de toutes nos forces. Nous prendrons, avec courage, les mesures qui s’imposent : nous irons déterrer ces blaireaux. Où qu’ils se cachent, quelle que soit la saison. Nous les livrerons aux chiens et exterminerons leur descendance. Oui, mes chers compatriotes, je vous le promets, nous vaincrons ! »

Frawald
Le 31/03/2020 à 05:50:28

les blaireaux ne m'ont jamais derangé et elles deterrent les nid des guepes .

pierre
Le 31/03/2020 à 03:02:12

Le blaireau est un animal discret qui ne fait de tort à personne.
Le blaireau est omnivore et se nourrit essentiellement de vers de larves, de petits rongeurs qui dévastent nos jardins, donc il est utile.
Les Chasseurs et autres prédateurs sont des imbéciles qui n'ont pas compris que nous avons besoin de la nature, dans son intégrité et intégralité pour survivre… la Nature un jour, peut-être proche, nous le rendra si ce n'est déjà commencé !

KLEFIZE
Le 30/03/2020 à 22:50:49

Ça n'arrête pas, c'est à désespérer...

Tiphaine
Le 30/03/2020 à 21:54:23

Nous sommes fondamentalement opposés à la pratique de la vénerie sous terre et d’autant plus à cette prolongation, pour les raisons suivantes :
On peut déjà se poser la question ce qui justifie la chasse de cette espèce qui se nourrit essentiellement de vers de terre, d’insectes, de campagnols, de cadavres… et qui ne crée pas de nuisances aux activités humaines, à l’exception de quelques rares cas.
La vénerie sous terre est de ce fait encore moins acceptable et justifiée que la chasse proprement dite car il s’agit d’une pratique d’un autre âge, sadique et cruelle, s’apparentant de cruauté gratuite.
La vénerie sous terre n’existe pratiquement plus qu’en France, tous les pays d’Europe occidentale l’ont interdite en raison de sa brutalité.
Le blaireau est d’ailleurs strictement protégé dans la plupart des pays européens : Espagne, Grande-Bretagne, Luxembourg, Italie, Belgique, Pays-Bas, Danemark, Grèce, Irlande, Portugal. Il est également totalement protégé dans notre pays dans le département du Bas-Rhin depuis 2004 sans que cela ne pose de problème.
Il est en outre rappelé que l'article 515-14 du Code Civil stipule que "Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité..." ce qui impliquerait logiquement l’abandon pur et simple de cet acte barbare. Comment peut-on alors se poser la question de prolonger la période de cette pratique qui est de fait illégale et en opposition avec l’esprit de la loi ?

Daniel Pernet

Daniel
Le 30/03/2020 à 21:35:08

les chasseurs des cons fini

Dominique RANNOU
Le 30/03/2020 à 18:38:55

Les chasseurs ? Comme le virus, à dégager !!!!!

annev
Le 30/03/2020 à 18:33:01

Cette destruction de mammifères dans la barbarie est insupportable. La chasse nous ramène en permanence aux procédés moyenâgeux de mise à mort avec torture. Pourquoi les chasseurs ne se mettent pas en travers de cette pratique honteuse de leur loisir ? Ils ont peur ?
J'espère que les associations qui s'efforcent de préserver la vie dans la nature parviendront à faire annuler cette décision qui sera sûrement prise par cette préfecture qui, elle aussi, a peur ...

jean claude tempier
Le 30/03/2020 à 18:22:21

Cette pratique barbare ne doit plus exister de nos jours.

Athena
Le 30/03/2020 à 18:00:27

En dépit des pires crises que nous traversons, les chasseurs sont toujours à l'affût pour continuer leur oeuvre d'extermination - et les préfets, en tant qu'élus et responsables vis-à-vis de la biodiversité, qui devraient s'y opposer, permettent ces crimes... C'est impardonnable.

Olivia
Le 30/03/2020 à 16:53:43

Ces pratiques sont extrêmement cruelles, complètement inutiles, nuisibles et ne devraient plus avoir cours à l'époque actuelle.
Elles ne sont pas à l'honneur de l'homme d'aujourd'hui, ni des chasseurs d'ailleurs.
La barbarie ne devrait plus avoir sa place dans le monde des hommes qu'elle sévisse parmi eux ou contre les animaux!!!! Dtop au déterrage des blaireaux!!!

Pascale RAMILLON
Le 30/03/2020 à 16:53:12

Fumiers de la chasse!!!!

Erick LECONTE
Le 30/03/2020 à 16:52:42

STOP AUX MASSACRES D ANIMAUX
QUEL DROIT AVEZ VOUS SUR CES PAUVRES BETES!!
HONTE A VOUS

FANFAN
Le 30/03/2020 à 16:48:21

C'est UNE HONTE de supprimer ces animaux
STOP A VOTRE MASSACRE

FANFAN
Le 30/03/2020 à 16:46:02

Pourquoi déranger et déterrer une espèce qui demande rien qui gêne personne, pour le plaisir de quelques imbéciles qui ne savent rien de la nature on va dire oui alors que la biodiversité dont ils font parti est en danger
le déterrage des blaireaux devraient être interdit définitivement arrêtons de nous comporter comme des idiots
laissons tranquille ces bêtes sociales
la biodiversité doit être respecté intégralement
si on veut éviter d'autres pandémies

brunoaydat
Le 30/03/2020 à 15:45:57

Traiter certains humains de "blaireaux" est une insulte faite... aux blaireaux !

Jean-Jacques MILAN
Le 30/03/2020 à 15:26:05

Il n'ya pas à avoir de jours supplémentaires pour autoriser le déterrage des blaireaux: stop, c'est stop un point c'est tout!

Audoire
Le 30/03/2020 à 15:18:26

Une chasse cruelle et complètement inadmissible.. elle devrait être abolie immédiatement... si elle continue c'est simplement pour le plaisir de tuer des chasseurs ! Mais ces animaux ont le droit de vivre eux aussi et ils font partie de notre patrimoine naturel ! Honte à tous ces chasseurs qui prennent plaisir à martyriser des animaux dont ils sont incapables de chiffrer les dégâts sur leur gibier... Ils craignent de ne pas avoir assez de gibiers d'élevage relâchés pour tuer encore !!!!!!

kali
Le 30/03/2020 à 14:38:41

Mme la Préfète,

Surtout, ne prêtez pas une oreille complice aux voeux des chasseurs et des agriculteurs qui n'ont pas d'inclination pour les bestiaux de nos forêts. Les blaireaux se font tuer par les fox-terriers de leurs maîtres habiles à la vénerie, par les voitures qui circulent au delà de 80% la nuit. Alors pourquoi donc multiplier les actes de tuerie à l'endroit d' un brave animal joli comme un panda, dont l'engeance est si fragile. Je vois là un méchant trait humain. Alors puisque la mort plane sur les humains, qu'on ne l'inflige pas encore aux blaireaux,
Aïchat Nussy

nusbaum
Le 30/03/2020 à 14:21:57

Ils n'ont pas encore compris, ces abrutis, qu'il faut laisser la faune sauvage tranquille !

Leblond Jean-Michel
Le 30/03/2020 à 13:55:25

Une pratique dégueulasse, indigne et moyenâgeuse.

Jean Bretonelle
Le 30/03/2020 à 13:43:26

SVP Trouvez moi une espèce plus stupide que l espèce humaine?

alain Boulon
Le 30/03/2020 à 12:12:56

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !