image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : 215 : Tchernobyl 21 ans de mensonges avec la complicité de l'OMS

Vingt-et-un ans après l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, près de 500.000 enfants du Belarus et d’Ukraine, qui n’étaient pas nés au moment de la catastrophe, souffrent de dommages radiologiques.

Bilan de la cyberaction :

3298 participants ont écrit à chanm@who.int.   ,igas@sante.gouv.fr.  

Concernant la pétition lancée depuis le 26 avril 2007 pour demander la révision de l'accord OMS-AIEA :

Au 24 avril 2008:

Nombre de retour papier envoyés à mon adresse postale : 1955
Nombre de pétition récupérées par Contratom : 700
site Cyberacteurs : 3214

TOTAL : 5859


Ceci étant a titre indicatif , toutes les personnes ayant signé ne m'ont peut être pas envoyer la copie , autre pays (hors France et Suisse) ayant fait circuler la pétition, nous ne savons pas le nombre envoyé

Nous pouvons dire que nous sommes au-delà des 6 000 signatures

Bien à tous

Véronique

Présentation de la cyberaction :

Cyber @ction lancée le 26 avril 2007

Leurs maladies cardiovasculaires, endocrines, les malformations sont essentiellement provoquées par l’accumulation dans certains de leurs organes (le cœur, les muscles, les os...) de deux composés radioactifs (le césium 137 et le strontium 90), suite à l’ingestion d’aliments contaminés par ces produits.

L’incorporation chronique des radionucléides dans l’organisme de millions de personnes, condamnées à se nourrir avec des aliments radioactifs, est un fait absolument nouveau, produit par la catastrophe de Tchernobyl, dont l’humanité n’a aucune expérience.

Les victimes de cette " expérimentation " témoignent de leur abandon au milieu de la radioactivité qui ronge leur vie depuis 21 ans et les tue, eux et leurs enfants, dans l’indifférence générale. Elles ne comprennent pas pourquoi le monde ne les voit pas, ne les entend pas, alors que ce dont elles souffrent menace aujourd’hui tous les habitants de la planète.

La réponse à leur étonnement existe et elle est révoltante.

Pourquoi l’Organisation mondiale de la santé n’a-t-elle rien fait dans les territoires de Tchernobyl ? Pourquoi a-t-elle passé la main et laissé faire son travail de radioprotection par les promoteurs des centrales nucléaires ? L’opinion publique dans son ensemble ignore encore l’existence d’un accord signé entre l’OMS et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui empêche l’OMS d’agir librement dans le domaine nucléaire si elle n’a pas l’assentiment de l’AIEA.

Cet accord précise en effet que " chaque fois que l'une des parties se propose d'entreprendre un programme ou une activité dans un domaine qui présente ou peut présenter un intérêt majeur pour l'autre partie, la première consulte la seconde en vue de régler la question d'un commun accord ". (article1, paragraphe 2). Or l'AIEA a pour mission " d'encourager, d'aider et de coordonner dans le monde entier les recherches ainsi que le développement et l'utilisation de l'énergie atomique à des fins pacifiques ".

Application pratique de cet accord: l'OMS, après avoir attendu 5 ans avant de se rendre dans les territoires contaminés de Tchernobyl en 1986, publie en 2005, un dernier rapport évaluant à 51 le nombre de morts provoqués par l'accident, auxquels elle ajoute 4000 cancers de la thyroïde " très bien soignés " estime-t-elle. Ce mensonge, cette négation résulte de l'application de l'article 3 de l'accord qui précise que certaines données peuvent être tenues secrètes.
Des organisations qui viennent en aide aux victimes de Tchernobyl (Enfants de Tchernobyl Belarus, CRIIRAD, Contratom Genève, Réseau Sortir du nucléaire, SDN Loire et Vilaine, Brut de Béton Production) ont décidé de lancer une campagne pour demander la révision de l'accord et exiger que l'OMS remplisse sa mission auprès des populations touchées par la contamination radioactive.

Le 26 avril prochain, jour anniversaire de l'accident de Tchernobyl, débutera devant le siège de l'OMS à Genève, une action de présence permanente pour une durée indéterminée (au minimum, jusqu'à l'Assemblée Mondiale de fin mai 2007 et ensuite pendant des semaines, des mois...). Vous pouvez participer à cette action en vous adressant au responsable du planning des présences, André Larivière tél: 04 717 636 40 ou 06 766 954 98.

Le comité d'organisation lance également un appel mondial à commémorer le 21ème anniversaire de l'accident de Tchernobyl en se rendant le 26 avril prochain, le jour ou la nuit à l'heure de l'accident, devant les ministères de la Santé ou mairies avec 21 flambeaux (symbole de la lumière qui reste à faire) ainsi qu'avec des pancartes portant ce slogan: TCHERNOBYL, 21 ANS DE MENSONGES OMS COMPLICE

Merci de relayer massivement cette cyber @ction auprès de vos contacts

André Larivière Réseau Sortir du Nucléaire
Alain Uguen Association Cyber @cteurs
Par cette action, vous ferez connaître votre opinion a Madame Margaret Chan, Directrice Générale de l'OMS, au Ministre Français de la Santé et des Solidarités et à Cyber @cteurs pour nous permettre d'évaluer l'impact de cette action.
Vous pouvez rajouter les Ministres de la Santé de vos pays respectifs

Pour la Suisse:
Monsieur Pascal Couchepin Professeur T.B. ZeltnerOffice fédéral de la Santé publique 3003 Berne Conseiller Fédéral
pascal.couchepin@gs-edi.admin.ch.  

Pour la France
Monsieur le Ministre de la Santé et des Solidarités
Ministère de la Santé et des Solidarités 14 Av. Duquesne F-75350 Paris 07 SP
igas@sante.gouv.fr.  


Pour la Belgique :
Monsieur le Secrétaire général Ministère de la Protection, de la consommation, de la Santé publique et de l’environnement Cité administrative de l’Etat Quartier Esplanade - Bureau 308Boulevard Pachéco, 19 - bte 5 B-1010 Bruxelles

SPF Sécurité Sociale
Eurostation II
Place Victor Horta 40 boîte 20
1060 Bruxelles
social.security@minsoc.fed.be.  

pour les autres pays voir
http://www.independentwho.info/spip.php?article28  

Texte de la pétition :


Amendement de l'Accord signé entre l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l'Agence Internationale pour l'Energie Atomique (AIEA) du 28 mai 1959 : (Rés. WHA 12.40)

Destinataires : Madame Margaret Chan, Directrice Générale de l'OMS et Ministre de la Santé aux bons soins de son administration.

Madame la Directrice Générale, Madame la Déléguée, Monsieur le Délégué,


Je soussigné demande que la révision de l'Accord OMS/AIEA (Rés. WHA 12.40, du 28 mai 1959) soit inscrite à l'ordre du jour de la prochaine Assemblée Mondiale de la Santé.

Il y a 47 ans, au début du programme « Atomes pour la Paix », l'Assemblée Mondiale de la Santé a adopté un Accord avec l'Agence Internationale pour l'Energie Atomique (AIEA). Au plus tard depuis la catastrophe de Tchernobyl, il est évident que cet accord a empêché les milieux médicaux, et avant tout l'OMS, de témoigner haut et clair sur les conséquences sanitaires à court
et long terme de cette catastrophe globale, étant donné que cela aurait nui aux intérêts vitaux de l'AIEA.

1. Selon l'Article I, § 2., « L'OMS reconnaît qu'il appartient principalement à l'AIEA d'encourager, d'aider et de coordonner dans le monde entier les recherches ainsi que le développement et l'utilisation pratique de l'énergie atomique à des fins pacifiques ... ». L'Article 1, §3. prévoit que « chaque fois que
l'une des parties se propose d'entreprendre un programme ou une activité dans un domaine qui présente ou peut présenter un intérêt majeur pour l'autre partie, la première consulte la seconde en vue de régler la question d'un commun accord ».

L'Article I doit être amendé en raccourcissant cette phrase comme suit : « ... la première partie informera l’autre. » (point à la ligne). En effet, si un échange d'informations entre deux
Agences des Nations Unies est parfaitement normal, des consultations entre l'OMS et l'AIEA, en vue d'adapter les connaissances aux intérêts majeurs de la promotion du nucléaire ne le sont absolument pas.

2. Selon l'Article III, « L'OMS et l'AIEA reconnaissent qu'elles peuvent être appelées à prendre certaines mesures restrictives pour sauvegarder le caractère confidentiel de certains
documents... dont la divulgation... compromettrait d'une manière quelconque la bonne marche de ses travaux ».

L'Article III doit être supprimé. En effet, il est inacceptable que l'OMS accepte la confidentialité pour des données qui entraveraient le bon fonctionnement de l'AIEA. Cette clause est en outre contraire à la Constitution de l'OMS, qui rappelle que
l'information totale de l'opinion publique est l'une des conditions essentielles pour parvenir à la « Santé Pour Tous ».

3. Selon l'Article VII, « l'AIEA et l'OMS s'engagent à éviter, dans leurs activités respectives, les doubles emplois inutiles dans le
rassemblement, l'établissement et la publication des statistiques, et à se consulter sur la manière d'employer le plus efficacement les renseignements, les ressources et le personnel
technique dans le domaine statistique, ainsi que tous les travaux statistiques portant sur des questions d'intérêt commun ».

L'Article VII doit être supprimé. En effet l'OMS dont l'une des fonctions constitutives est d’«agir en tant qu'autorité directrice et coordinatrice, dans le domaine de la santé », doit recouvrer désormais, dans le domaine des recherches et des publications,son entière indépendance par rapport à l'AIEA, Agence qui doit perdre les prérogatives qu'elle s'est attribuées ces 47 dernières années dans le domaine médical. L'OMS doit retrouver son entière liberté face au nucléaire commercial, pour assurer la protection des populations.

Nous vous demandons de bien vouloir demander l'inscription à l'ordre du Jour de la prochaine Assemblée Mondiale de la Santé, en mai 2007 à Genève, de la révision de l'Accord OMS/AIEA,
conformément au règlement, et de présenter et adopter les trois amendements ci-dessus, ou de dénoncer l'Accord, comme il est prévu à son Article XII. Nous considérons que la catastrophe de Tchernobyl a été un tel désastre pour des millions d'habitants de cette planète, qu'il serait grand temps que la véritable information sur ses conséquences sorte au grand jour, et qu'une aide efficace et à long terme pour les populations en détresse soit mise en place.

Nous vous prions d'agréer madame, monsieur, nos salutations citoyennes attentives à vos décisions.

 

7 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Je viens de signer avec le plus grand plaisir cette pétition. Je mène moi même activement une lutte contre les macros-déchets, les emballages, les plastiques...
Un point mérite d'être précisé, en tous cas à mon sentiment. C'est que la mer "est déjà" une poubelle ! Et ce que nous devons faire, ce que vous faites aussi avec cette pétition, c'est se battre ! Pour que ça cesse !

Bon combat, Simtof, a votre dispo.

Simtof
Le 07/01/2011 à 18:08:34

C'est pitoyable de voir la Bretagne se débattre avec des pollutions aussi étendues,provenant de "populations" qui placent leur seul intérêt ava nt tout autre.Bien sûr,ces pollueurs ont de "bo nnes raisons" d'en venir là:souvent,ils ont per du leur emploi;alors,qui peut les empêcher d'ex ercer une activité leur assurant gîte et couver t?Et puisqu'on est dans une région sinistrée de puis longtemps:la fermeture des pêcheries,notam ment,qu'on a remplacé,avec l'aval du gouverneme nt,par des porcheries industrielles,par ex .

STOPPEUR
Le 22/12/2010 à 15:18:37

Pouvez vous donner quelques détails sur ces boues?
A mon sens il semblerait qu'un apport de boue sur terre agricole pourrait améliorer : oligo élèments et élèments nutritif grossier.

MOSSU
Le 20/12/2010 à 19:10:03

C'est vraiment choquant de lire cela ! Personnellement, si je devais mourir bientôt après avoir profité de ces années "glorieuses" après guerre, ça ne serait pas dramatique ! Je pense à mes enfants, mes petits enfants ! Quelle vie auront-ils ?
En mer Baltique, les poissons seraient "irradiés" par les sous-marins russes ! On trouverait des baleines à bosses échouées par milliers au Brésil à cause du dérèglement climatique ou justement de l'empoisonnement de la mer due aux humains !
Que faire pour empêcher la dérive complète ?

Leelle
Le 20/12/2010 à 18:18:01

Que peut on proposer à la place ?

cath54
Le 20/12/2010 à 17:16:46

Plus le pouvoir dont nous disposons par les décisions que nous prenons est important, et plus nous devons faire preuve de prudence, de réflexion et de rigueur.
J'espère que chacun est en mesure de revenir sur une décision qui s'avèrerait nuisible, dangereuse, même dans le cas où les effets visibles ne sont pas immédiats.
Nous avons eu l'amiante, des médicaments tragiques, des pollutions nucléaires, chimiques,des gaz à effet de serre, et demain?

Barachois
Le 20/12/2010 à 12:42:47

Avis! Avis a tous les epandeurs de boues et autres saloperies: QUI VOIT GROIX, VOIT SA CROIX!

steph
Le 20/12/2010 à 11:49:16

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !