actualité écologie

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Samedi 3 octobre: marchons sur les aéroports!

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Les 10 jours verts Transacteurs

AG Cyberacteurs

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Ne laissez pas vos appareils en veille

météo

Journal des Bonnes Nouvelles

Annoncez la couleur !

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : 241 : Liberté d’expression et liberté d’association:

Sept défenseurs néerlandais des droits de l’Homme, membres de la Clean Clothes Campaign (CCC), sont injustement poursuivis en justice par la firme indienne FFI, fournisseur de la marque de vêtements G-Star, pour avoir dénoncé les conditions de travail inhumaines de milliers de travailleurs dans les usines de FFI.
Aujourd’hui lundi 17 décembre, des organisations de solidarité internationale, des syndicats et des organisations de consommateurs se mobilisent et protestent à travers le monde afin que cessent ces poursuites et que G-Star agisse pour faire respecter les droits des travailleurs qui fabriquent ses produits.

Bilan de la cyberaction :

2433 participants ont écrit à G-STAR-Communications@g-star.com.  

INDE : Victoire pour les libertés d’organisation et d’expression !

L’entreprise indienne FFI retire ses plaintes à l’encontre des défenseurs des droits des travailleurs

Le 29 janvier 2008, l’entreprise Fibre and Fabrics International (FFI) a retiré toutes ses plaintes contre la Clean Clothes Campaign, le Comité Indien des Pays-Bas ainsi que contre plusieurs organisations indiennes de défense des droits des travailleurs.

C’est le résultat d’un accord qui a pu être conclu grâce à la mobilisation internationale et à la médiation de l’ancien Premier ministre des Pays-Bas, Ruud Lubbers. Elément central de l’accord, un médiateur sera mis en place pour assurer le suivi de plaintes susceptibles d’être déposées par des travailleurs de FFI. Les parties indiennes se réuniront prochainement pour décider des termes de référence de ce travail de médiation qui sera mis sous la surveillance d’un comité.

Le Collectif Ethique sur l’étiquette cesse par conséquent sa campagne vis-à-vis de FFI et de G-Star, satisfaite que les travailleurs qui le désirent pourront dorénavant se faire membres du syndicat de leur choix et que le syndicat local GATWU et les organisations indiennes Cividep, NTUI et Munnade, peuvent aujourd’hui retrouver leur liberté d’expression et travailler au respect des droits des travailleurs au sein des usines de FFI.

Le retrait des plaintes est une victoire pour la liberté d’organisation et la liberté d’expression.

Dans le sillage du retrait des plaintes, G-Star a annoncé ce 29 janvier qu’il reprend ses relations commerciales avec son fournisseur FFI.

Présentation de la cyberaction :

En 2005, la CCC et l’India Committee of the Netherlands dénonçaient les graves violations des droits humains dont sont victimes les travailleurs des usines de l’entreprise indienne Fibres et Fabrics International (FFI). FFI poursuivait alors en justice six membres de ces organisations ainsi que le fournisseur de service Internet Antenna.

Le 1er décembre 2007, un mandat d’arrêt international a été lancé à l’encontre des 7 militants.

G-Star, marque très prisée des jeunes européens et principal client de FFI a très récemment annoncé le retrait de ses commandes auprès de ce fournisseur.

Le Collectif Ethique sur l’étiquette, branche française de la Clean Clothes Campaign, qui regroupe une quinzaine d’associations de solidarité internationale, de collectivités territoriales, de syndicats, de mouvements de consommateurs et d'éducation populaire et qui oeuvre pour promouvoir le respect des droits de l'Homme au travail dans le monde, salue ce premier pas et appelle les dirigeants de G-Star à prendre leurs responsabilités et à :

- conditionner toute nouvelle commande auprès de FFI au retrait des plaintes déposées et à son engagement dans un dialogue constructif et sincère avec les organisations locales de défenses des droits

- intégrer dans les critères de choix de leurs futurs fournisseurs le respect des droits des travailleurs et notamment de la liberté d’organisation ainsi que le recrutement prioritaire des ouvriers de FFI qui se retrouveraient sans emploi.



Traduction de la lettre de protestation:

Cher M. Van Tilburg,

Je me réjouis de l’annonce faite par G-Star de son intention de rompre ses relations commerciales avec le fabricant indien Fibres and Fabrics International (FFI). Je vous écris aujourd’hui pour vous demander de vous assurer que les travailleurs de FFI ne souffrent pas davantage du comportement irresponsable et dommageable de leur employeur.

G-Star doit maintenant respecter son engagement à se comporter avec ses travailleurs de manière éthique, en mettant en place une stratégie de retrait responsable, qui permette le recrutement prioritaire des ouvriers de FFI. Cet objectif peut être atteint en dirigeant vos commandes vers d’autres usines de la région, prêtes à s’engager dans une fabrication socialement responsable et à embaucher en priorité les ouvriers de FFI qui se retrouveraient sans emploi.

En entravant la diffusion de l’information sur les conditions de travail, les poursuites judiciaires infondées engagées par FFI rendent fondamentalement impossible la mise en place de politiques d’approvisionnement socialement responsables en Inde. En tant que marque connue s’approvisionnant en Inde, G-Star doit montrer publiquement et de manière claire que poursuivre des syndicats ou des organisations des défense des droits des travailleurs en justice, pour les empêcher d’informer sur des violations des droits des travailleurs dont ils témoignent, et entraver ainsi leurs libertés d’expression et d’association, est un attitude incompatible avec ses exigences de respect, par ses fournisseurs, de la liberté d’association.

Enfin, G-Star doit signifier clairement à FFI que de nouvelles commandes pourront être négociées, si, et seulement si, FFI retire ses plaintes et s’engage dans un véritable dialogue avec les organisations locales qui oeuvrent pour la réglementation des relations industrielles et l’amélioration des conditions de travail.

(Salutations)

POUR EN SAVOIR PLUS:

- Le Rapport de l'India Committee of the Netherlands, dans lequel l'ONG néerlandaise dénonce les violations des droits des travailleurs chez FFI, est disponible, uniquement en anglais, sur:  www.cleanclothes.org/news/07-07-16.htm.   Voir également le site de l'ICN:
 www.indianet.nl/english.html.  
- Voir également le site du Collectif Ethique sur l'étiquette:
 www.ethique-sur-etiquette.org/.  
- Présente dans 11 pays européens, la Clean Clothes Campaign regroupe plusieurs centaines d’organisations oeuvrant à l’amélioration des conditions de travail dans l’industrie de l’habillement et au renforcement des capacités des travailleurs.
Voir également le site de la CCC:  www.cleanclothes.org/.  

Texte de la pétition :


G-Star
Jos van Tilburg
Keienbergweg 100
1101 GH Amsterdam
The Netherlands

Dear Mr. Van Tilburg,

I am pleased that G-Star has announced its intention to sever its business relationship with the Indian manufacturer Fibres and Fabrics International (FFI). I am writing today to ask that you ensure that the workers at FFI do not suffer additional harm as a result of the manufacturer's irresponsible and harmful behaviour.

G-Star must now make good on its promise of ethical treatment of workers by developing a responsible exit strategy that makes the employment of FFI employees its top priority. This can be achieved by diverting FFI orders to factories in the immediate vicinity that are willing to engage in socially responsible production and give priority hiring to FFI workers.

By suppressing the dissemination of information about working conditions, FFI's spurious legal case renders it fundamentally impossible to implement socially responsible sourcing policies in India. As a major brand doing business in India, G-Star should publicly and unequivocally convey that suing unions or labour rights organizations for circulating information on labour rights' violations, thereby restraining their right to freedom of speech and to organize workers, is incompatible with its expectations of suppliers' respect for freedom of association.

Finally, G-Star should make it clear to FFI that new orders can be negotiated if, and only if, FFI withdraws the court cases and enters into a good faith dialogue with the local organizations involved to normalize industrial relations and address outstanding labour issues.

Sincerely,

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

Aucun commentaire

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !