actualité écologie

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Annoncez la couleur !

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Ne laissez pas vos appareils en veille

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Samedi 3 octobre: marchons sur les aéroports!

Journal des Bonnes Nouvelles

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

Les 10 jours verts Transacteurs

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : 229 : manger ou conduire il faut choisir ?

Empêchons les industries automobile, pétrolière et biotechnologique d’inscrire les agrocarburants, comme priorité de la recherche et des subventions européennes, pour les 10 années qui viennent !

Bilan de la cyberaction :

3912 participants ont écrit à
hans-gert.poettering@europarl.europa.eu.   ,civis@europarl.europa.eu.   ,petitions1@www.elysee.fr." target="_blank">www.elysee.fr">petitions1@www.elysee.fr..    

Présentation de la cyberaction :

Les carburants végétaux ne sont pas bios: ils sont issus de plantes cultivées avec toute l'artillerie lourde des intrants de l'agro-chimie et des pesticides.
Les termes "biodiesel" , "bioéthanol" et "biocarburants" sont passés en un temps record dans le langage commun, suite à un énorme matraquage publicitaire et médiatique. Ces carburants végétaux sont obtenus grâce à des processus d'extraction industrielle très complexes. Le terme "bio" signifie "vie". On voit difficilement ce qui permettrait à ces carburants végétaux de mériter le préfixe bio. Parle-t-on de bioblé, ou de biotomate ou de biomaïs?

Nous sommes là au coeur d'une gigantesque arnaque sémantique. C'est bien plutôt de "nécrocarburants" , de "nécroéthanol" et de "nécrodiesel" qu'il faudrait parler. Nécro signifie mort et ce préfixe seul peut qualifier les aspects techniques, écologiques et humains de cette sinistre farce.

Les carburants végétaux ne sont pas verts, ils seraient même plutôt rouges, de la couleur du sang. Ils vont accroître l'immense tragédie de la sous-nutrition, de la mort de faim, de la misère sociale, du déplacement des populations, de la déforestation, de l'érosion des sols, de la désertification, de la pénurie en eau, etc.

http://www.kokopelli.asso.fr/actu/new_news.cgi?id_news=90   Par courrier postal
Parlement Européen (Bureau des pétitions)
60 rue Wiertz
B-1047 Bruxelles (Belgique)

Cyber @ction 229 bis : halte aux subventions pour les agro-carburants
Empêchons les industries automobile, pétrolière et biotechnologique d’inscrire les agrocarburants, comme priorité de la recherche et des subventions européennes, pour les 10 années qui viennent !

Ca vous prend 1 minute !

Une adresse, 5 croix, un commentaire…

Si vous ne voulez pas lire les 60 pages de baratin, allez directement sur la page réponse :
http://www.biofuelstp.eu/forms/stakeh/consult_response.html   On vous demande votre nom. Vous faites partie de la « civil society ». Vous pouvez refuser de voir votre email publié.

Ensuite, tout à fait en bas, vous cliquez systématiquement le 1 et ensuite dans « other issue » (autre but ), vous inscrivez par exemple « making money », (faire de l’argent); «increasing corporate power », (augmenter le pouvoir des multinationales) ; « greenwashing » (lavage vert) ; « smoke screen », (écran de fumée) …


Dans la dernière case, vous pouvez laisser comme commentaire : « outrageous proceeding ! », (procédure scandaleuse ! ) ; « a mokery of democracy » (une pantalonnade démocratique ) ; « since when is English the only language in the EU ? » (depuis quand l’anglais est la seule langue de l’Union européenne ? ) ; etc…


Alerte lancée par l’Observatoire Européen de l’Industrie,

(Corporate European Observer), membre affilié de la Fédération européenne des Amis de la Terre (FoEE)

Consultation publique à propos de l’Agenda Stratégique de la Recherche (SRA) sur les agrocarburants, élaboré par la très pro-industrie Plateforme Technologique Européenne des Agrocarburants (EBFTP)

Quelques infos :

Le choix de l’Union Européenne pour les agrocarburants a été largement poussé par les industries qui vont directement profiter de leur développement et de leur utilisation à grande échelle. Ces industries sont des poids lourds de la Plateforme Technologique Européenne des Agrocarburants (EBFTP), groupe consultatif, mis en place par la Commission européenne (Direction Générale Recherche) avec comme rôle clé de développer l’Agenda Stratégique de la Recherche (SRA) pour les agrocarburants, c’est à dire identifier les secteurs clés de la recherche pour les 10 années à venir.

Les membres de cette plateforme reconnaissent, eux-mêmes, que leur objectif majeur est de réaliser les principales propositions définies dans le rapport « Biocarburants dans l’Union Européenne, une vision pour 2030 et au-delà », rédigé par BIOFRAC, groupe qui a précédé la Plateforme Technologique. BIOFRAC était massivement dominé par les industries automobile, pétrolière et biotechnologique et son rapport de juin 2006 - qui reflétait clairement cette orientation pro-industrie - est maintenant devenu un document officiel de la Commission. L’objectif principal de cette « vision » est d’arriver à ce que 25% des carburants automobiles soient fournis, d’ici 2030, par des agrocarburants. Qui plus est, le rapport faisait lourdement la promotion des agrocarburants de seconde génération et recommandait la mise en place de la plateforme technologique sur les agrocarburants.


La plateforme (EBFTP) fut créée en juin 2006 et malgré de grands discours sur une ouverture à tous, dès le début le choix des membres fut une supercherie. Pour commencer, les membres du comité directeur furent sélectionnés par le président de BIOFRAC (Anders Roj de Volvo) et les 2 vice-présidents (Olivier Appert de l’Institut Français du Pétrole et le PDG d’Abengoa, Javier Salgado), en consultation avec la Commission. Le comité directeur qui en résulte, est totalement dominé par les industries et les centres de recherches qui ont des liens étroits avec l’industrie. Il est présidé par Luis Cabra de la compagnie pétrolière Repsol YPF et il n’y a pas une seule organisation de la société civile représentée. Les 5 groupes de travail sont aussi très largement dominés par des représentants de l’industrie et des centres de recherches. Plus de 300 personnes ont demandé à participer aux groupes de travail. Pourtant, avec un maximum de 25 personnes par groupe de travail, plus de la moitié des candidatures furent rejetées. Finalement, on ne retrouve que 2 représentants d’ONG sur les 125 membres des groupes de travail. Le secrétariat a refusé de donner la liste initiale des 300 candidats et l’Observatoire Européen de l’Industrie attend toujours les détails qu’on lui a promis, sur l’historique de ce choix.



Pour résumer : la Commission s’est assurée que les mêmes compagnies qui avaient rédigé la « Vision de l’Union européenne pour les agrocarburants » par l’intermédiaire de BIOFRAC puissent maintenant réaliser ses recommandations et définir l’agenda des recherches et du développement des agrocarburants. Ce sont en plus des compagnies qui ont des intérêts commerciaux directs dans le développement des agrocarburants dans l’Union européenne.

L’Agenda Stratégique de la Recherche (et le Document Stratégique de Déploiement) est en train d’être rédigé par l’EBFTP et a été consulté par les parties prenantes inscrites. Depuis le 26 septembre, il est ouvert à la consultation publique. Bien que la section de consultation du site de l’EBFTP (voir http://www.biofuelstp.eu   ) ne précise pas quand la consultation publique se termine, d’autres sections du site précisent que cette consultation est ouverte jusqu’au 26 octobre. Une période aussi courte est en contradiction avec les lignes directrices de la Commission pour les processus de consultation qui exigent un minimum de 6 semaines. Début novembre, le comité directeur approuvera le rapport final qui sera rendu public à Bruxelles le 31 janvier.


Que pouvons-nous faire ?

Il nous faut nous opposer à ce processus. Le contenu de l’Agenda Stratégique de la Recherche va fortement déterminer où les fonds européens vont aller dans les années qui viennent et aider les industries pétrolière, biotechnologique et autres, à continuer leurs coûteuses recherches dans les techniques de manipulations génétiques et autres développements nuisibles. Mais lutter contre ce processus, c’est aussi lutter contre les objectifs de l’Union européenne. En effet, une fois que l’argent sera parti vers l’industrie pour la recherche et que l’Union européenne aura décidé que les agrocarburants de seconde génération sont pour une ou plusieurs raisons, une priorité, il sera alors difficile de stopper ce processus. On retrouve des plateformes technologiques dans d’autres domaines que les agrocarburants. Le schéma général consiste à laisser les industriels décider de ce que les priorités de la recherche devraient être pour l’UE et ensuite de leur fournir les moyens financiers et la commercialisation des centres de recherches. Le but est d’aider à ce que des priorités identifiées par les industriels soient rapidement réalisées et commercialisées pour rendre ainsi l’UE plus compétitive.

Ce serait super si de nombreux groupes réagissaient à cette consultation et rejetaient le contenu de l’Agenda Statégique de la Recherche proposé par l’industrie. Nous pourrions réutiliser une partie des réponses pour la consultation sur la directive agrocarburants.


Tout le processus est biaisé à de nombreux niveaux et pas seulement à cause du contenu de l’Agenda mais aussi à cause de la composition de la Plateforme et du concept même de commercialisation de la recherche publique.

Il nous reste peu de temps et les consultations seront probablement closes, fin octobre. Vous pouvez télécharger le projet d’Agenda Stratégique de la Recherche et son Document Stratégique de Déploiement à l’adresse suivante : http://www.biofuelstp.eu/consultation.html  

Si vous ne voulez pas lire les 60 pages de baratin, allez directement sur la page réponse : http://www.biofuelstp.eu/forms/stakeh/consult_response.html  

On vous demande votre nom. Vous faites partie de la « civil society ». Vous pouvez refuser de voir votre email publié.

Ensuite, tout à fait en bas, vous cliquez systématiquement le 1 et ensuite dans « other issue » (autre but ), vous inscrivez par exemple « making money », (faire de l’argent) ; « increasing corporate power », (augmenter le pouvoir des multinationales) ; « greenwashing » (lavage vert) ; « smoke screen », (écran de fumée) …


Dans la dernière case, vous pouvez laisser comme commentaire : « outrageous proceeding ! », (procédure scandaleuse ! ) ; « a mokery of democracy » (une pantalonnade démocratique ) ; « since when is English the only language in the EU ? » (depuis quand l’anglais est la seule langue de l’Union européenne ? ) ; etc…


Vous pouvez bien sûr développer vos arguments et n’hésitez pas à le faire en français. Vous trouverez des idées d’arguments dans les articles suivants :

 www.amisdelaterre.org/Ethanol-de-mais-speculation-et.html.  

 www.amisdelaterre.org/Ethanol-l-energie-du-desespoir-ou.html.  

 www.amisdelaterre.org/Une-usine-d-ethanol-a-base-de-mais.html.  

http://www.amisdelaterre.org/OGM-biocarburants-et-euralis.html  

Ensuite, diffusez, diffusez, diffuse

Dominique Guillet "Mettez du sang dans votre moteur: la tragédie des nécro-carburants", l'Association Kokopelli a lancé une demande de moratoire sur les agro-carburants.

http://www.moratoire-agro-carburants.com  

Texte de la pétition :


Monsieur le Président
Madame la députée européenne,
Monsieur le député européen ,

Arrêtons le massacre des agrocarburants !
Il n’y a qu’une terre, et qu’une seule humanité. Or une certaine agriculture, devenue folle, a décidé de faire rouler des voitures avec des plantes alimentaires, dans un monde qui compte un
milliard d’affamés chroniques. Le bilan des agrocarburants est déjà accablant. Ils font exploser le prix des céréales, jetant des
dizaines de millions de nos frères dans le désespoir de la faim.
Ils s’étendent au détriment de ce qui reste de forêts tropicales, détruisant une biodiversité qui ne reviendra jamais, à vue humaine. Ils aggravent la crise climatique, contrairement à ce
que prétend la propagande commerciale en leur faveur.
Nous ne serons pas complices. Si des criminels veulent continuer dans cette direction, ce ne sera pas en notre nom. Or, nous savons que le gouvernement français soutient massivement, en particulier sous forme d’aides fiscales, la filière des biocarburants. Sans ce soutien financier, elle disparaîtrait, car sa logique est politique, nullement économique. La responsabilité politique est donc écrasante.
C’est pourquoi nous réclamons la fin immédiate de toutes les aides publiques, directes ou indirectes, à cette agression contre la morale humaine la plus élémentaire. Et nous ne voulons pas des mots, mais des actes. Stop ! Aujourd’hui, et pas demain !

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

Aucun commentaire

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !