actualité écologie

OPÉRATION

Journal des Bonnes Nouvelles

Ne laissez pas vos appareils en veille

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Liberté pour Nasako Besingi

Mise en ligne du 27/09/2017 au 25/01/2018

Le militant camerounais de défense de l’environnement Nasako Besingi a été interpellé lundi matin à Mundemba, au sud-ouest du Cameroun, en zone anglophone, où est situé le siège de l’ONG Sefe (Struggle to Economize the Future Environment) qu’il a fondée.

Bilan de la cyberaction :

4075 participants

Un juge militaire a ordonné la libération immédiate du défenseur de la forêt Nasako Besingi le 27 novembre au Cameroun. Et prononcé l’abandon de toutes les charges pesant contre lui. Nasako Besingi lutte contre les entreprises étrangères qui veulent détruire la forêt pour établir des cultures d’huile de palme dans son pays. Innocenté, il a passé plus de deux mois en prison.

Nasako Besingi avait été interpelé par un groupe de policiers et de militaires le 25 septembre 2017 à son bureau dans le village de Mundemba. Puis emmené sans être mis au courant des charges retenues contre lui.

Directeur de l'organisation écologiste SEFE (Struggle to Economize the Future Environment), Nasako Besingi travaille à la protection des forêts tropicales et à la défense des droits humains en Afrique. Depuis plusieurs années, il aide des communautés villageoises à protéger leurs forêts contre des méga-projets de plantations d’huile de palme portés par des investisseurs américains.

L’entreprise SGSOC, filiale du groupe Herakles Farms, prévoyait de déboiser plus de 70.000 hectares de forêt équatoriale pour établir des plantations de palmiers à huile. Elle avait poursuivi et fait condamner Nasako Besingi à maintes reprises.

Le lundi 27 novembre 2017, dans la ville de Buea, un tribunal militaire a prononcé l’abandon de toutes les charges pesant contre Nasako Besingi et ordonné sa libération immédiate, rapporte l’organisation irlandaise Frontline Defenders.
https://www.frontlinedefenders.org/en/case/nasako-besingi-arbitrarily-arrested-and-detained-incommunicado  

Un grand merci à toutes celles et ceux qui se sont mobilisés pour faire libérer Nasako !

Présentation de la cyberaction :

C’est dans les locaux de l’organisation, située à l’entrée de la ville, qu’il a été arrêté lundi 25 septembre, puis emmené à l’arrière d’un pick-up de la gendarmerie, a appris Jeune Afrique.

« Il a été arrêté à 7 heures du matin par de nombreux policiers, gendarmes et militaires. Ils ont indiqué avoir le droit de perquisitionner les locaux, l’ont mis à sac et ont embarqué Nasako besingi avec des documents », indique un collaborateur de Nasako Besingi sous couvert d’anonymat. Le lieu actuel de détention de Nasako Besingi n’est pas connu. Et pour l’heure, aucune réaction n’a pu être obtenue de la part des autorités sur les raisons de cette arrestation.
Plusieurs fois par le passé, Nasako Besingi a été mis en cause par la justice, qui lui reproche son opposition farouche à l’encontre du projet du groupe agro-industriel Herakles Farms, détentrice depuis 2009 d’une convention pour l’exploitation de 73 086 hectares pour la culture de palmiers à huile pour une durée de 99 ans dans le sud-ouest du Cameroun – concession par la suite réduite par Paul Biya en 2013.
Plusieurs fois condamné à des amendes
En janvier 2016 et en novembre 2015, Nasako Besingi avait été condamné à de fortes amendes, et à défaut de paiement à des peines de prison, pour avoir organisé des rassemblements d’habitants jugés illégaux. Blessed Okole, le directeur général de Sithe Global Sustainable Oils Cameroun (SGSOC), filiale camerounaise d’Herakles farms, indique cependant àJeune Afrique « ne rien avoir affaire avec l’arrestation de Nasako Besingi. Vous me l’apprenez. D’autant plus que la SGSOC n’a plus une seule activité à Mundemba depuis deux ans ». Et d’ajouter que la société a planté en tout 800 hectares dans les localités de Talangaye, Manyemen, Ebanga et Ekita.
Nasako Besingi s’est par ailleurs opposé publiquement à plusieurs reprises ces derniers mois aux interpellations survenues dans le cadre des violences survenues dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, en pleine crise anglophone.
Le 30 août, Paul Biya a pris la décision de libérer par décret les principaux meneurs de la contestation anglophone (Félix Agbor Nkongho, Fontem Neba et Paul Ayah Abine) ainsi qu’un total de 70 personnes.

Nous vous proposons d'interpeller le Consulat du Cameroun à Paris pour obtenir sa libération

Cameroun - Crise anglophone: L’écologiste Nasako Besingi interpellé à Mundemba (Sud-Ouest)
http://www.cameroon-info.net/article/cameroun-crise-anglophone-lecologiste-nasako-besingi-interpelle-a-mundemba-sud-ouest-303075.html  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur l'Ambassadeur,

Venant d'apprendre l'arrestation de Nasako besingi dans les locaux de son organisation, Je vous demande sa libération immédiate et l'abandon de toutes les poursuites à l'encontre des défenseurs de l'environnement.

Dans cette attente, veuillez agréer mes salutations distinguées.

 

10 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Le combat pour la liberté d'expression est universel et toujours d'actualité.

Michel D.
Le 29/09/2017 à 16:34:21

En 2009, le gouvernement camerounais a signé avec la société américaine Herakles Farms, un accord de principe pour une concession très controversée de plus de 73.000 hectares dans la région de Mundemba, pour la culture du palmier à huile.
En 2013, un rapport du ministère camerounais des Forêts a fait état de méthodes "d'intimidation et de corruption" de la part de la société américaine pour acquérir des terres au Cameroun.
Les autorités camerounaises ont alors décidé de suspendre temporairement les activités d'Herakles Farms, pour atteintes à la réglementation forestière et aux revendications récurrentes des populations riveraines, qui avaient manifesté à plusieurs reprises leur opposition au projet. Mais le projet a repris sans explication.

Connu pour son opposition à ce projet, M. Nasako Besingi, directeur de l’ONG « Struggle to Economize the Future Environment » (SEFE), a fait l'objet d'agressions et a été arrêté à maintes reprises.
En 2015, le tribunal de Mundemba l'a condamné à payer près de 11 millions de francs CFA (plus de 16.000 euros) d'amende et de dommages et intérêts après une série de plaintes pour "diffamation" de Herakles Farms.
Une coalition internationale de six organisations environnementales et de défense des droits humains, dont la section africaine de l'ONG Greenpeace avait demandé que les autorités camerounaises cessent cette répression.

Le motif juridique de l'arrestation de M. Besingi n'a pas été communiqué, ni le lieu de sa détention.
Plusieurs versions non officielles sont avancées :
Une première information révèle que l’écologiste aurait distribué des tracts de propagande pour la libération de Esonno Wakemba, manifestant détenu depuis la survenue de la crise anglophone en novembre dernier. Cette thèse est soutenue par de nombreux ressortissants du Sud-Ouest, qui indiquent, sur les réseaux sociaux, que les policiers aurait fouillé le domicile de Nasako Bensigi à la recherche desdits tracts, avant de se rabattre à son bureau qui aurait été mis à sac.

Cette arrestation intervient au moment où les régions anglophones du Cameroun, où se situe Mundemba, sont confrontées à une grave crise socio-politique.

Daniel LAMBEAUX
Le 29/09/2017 à 12:45:51

Désobéissance c'est la liberté!

un anonyme
Le 29/09/2017 à 12:16:19

Je suis pleine d'admiration pour Nasako Bisingi, qui risque tout pour sauver la nature.

un anonyme
Le 28/09/2017 à 19:36:27

Dans un monde où leslobbys mafieux gagnent toujours plus de pouvoir il faut soutenir ceux qui prennent le risque de les combattre.

Joan Luc Labòrda
Le 28/09/2017 à 16:37:52



l'environnement planétaire indispensable à l'humain dans son respect et sa diversité
admiration et gratitude

mondo
Le 28/09/2017 à 15:00:11

interdire l'huile de palme

un anonyme
Le 28/09/2017 à 07:17:27

Comme individu du Peuple de France en soutient solidaire de son action et contre la justice et police de classe de tous pays.

Christian Colombet
Le 27/09/2017 à 19:34:13

Ce monsieur ne doit pas être emprisonné, mais au contraire, félicité pour son action pour sa défense de l'environnement,qui est en train d'être détruit.

Nicole CREMEL
Le 27/09/2017 à 17:09:11

Des pollueurs puissants mettent en danger les ressources indispensables à la survie des humains. je vous demande de libérer immédiatement Nasako Besigi, et de cesser les poursuites à l'encontre de toutes celles et ceux qui luttent à ses côtés.
Dans cette attente, veuillez agréer mes salutations distinguées.

Nicole CREMEL
Le 27/09/2017 à 12:04:58

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !