actualité écologie

Journal des Bonnes Nouvelles

La Terre vue depuis l’espace

Ne laissez pas vos appareils en veille

victoire pour Gabriel Dufils

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Les 10 jours verts Transacteurs

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

OPÉRATION

AG Cyberacteurs

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Prime pour l’achat d’un VAE : un dispositif gagnant-gagnant à pérenniser !

Mise en ligne du 02/10/2017 au 13/11/2017

Mise en place le 20 février 2017, la prime pour l’achat de vélos à assistance électrique (VAE) d’un montant de 20% du prix d’achat dans la limite de 200 euros rencontre un vif succès. 150 000 primes ont été sollicitées au 15 septembre 2017 et les ventes de vélos à assistance électrique devraient donc accentuer leur progression avec un effet direct sur l’usage du vélo et le rééquilibrage des modes de déplacement ainsi que l’amplification de ses bénéfices sur la santé, l’environnement et l’emploi.

Bilan de la cyberaction :

1996 participants

Les députés ont voté le 9 novembre au soir un amendement du Gouvernement au projet de loi de finances pour 2018 (PLF 2018) qui recentre le dispositif d'aide de l'Etat à l'achat de vélos à assistance électrique (VAE) sur les ménages les plus modestes.

Cette aide sera en outre conditionnée au versement par les collectivités de leur propre aide. "C'est un enjeu qui implique d'abord les collectivités locales car l'usage des vélos, qu'il soit à assistance électrique ou non est une politique d'urbanisme", justifie le Gouvernement. L'ancienne ministre de l'Environnement Delphine Batho voit toutefois dans cette deuxième condition une atteinte au principe constitutionnel d'égalité devant la loi. "Ceux, en effet, qui habitent dans une collectivité qui n'a pas mis en place une aide ne pourront pas bénéficier de votre dispositif", a dénoncé la députée socialiste.

L'amendement en lui-même ne vise toutefois qu'à ajouter 5 millions d'euros au soutien de cette politique, le dispositif en lui-même relevant d'un décret. "Cette somme s'ajoute aux 10 M€ qui figurent déjà dans le projet de loi de finances pour financer sur la période du 1er au 31 janvier 2018 le dispositif actuel d'aide à l'achat des VAE", assure l'exécutif. Un dispositif dont le Gouvernement avait annoncé la suppression au moment de la présentation du projet de loi de finances fin septembre, souhaitant laisser les collectivités locales seules décisionnaires en la matière.
https://www.actu-environnement.com/ae/news/velo-electrique-bonus-plf2018-menages-modestes-30013.php4  

Présentation de la cyberaction :

Le décret du 16 février 2017 dispose que cette aide à l’achat prend fin au 31 janvier 2018, ce qui n’est pas le cas du bonus pour le véhicule et le cyclomoteur électriques. Dans le cadre du grand chantier que vient d’ouvrir le Gouvernement pour l’amélioration de la mobilité du quotidien et compte tenu de la dynamique de transfert modal qu’entraîne l’usage du VAE dans notre pays, qui tend ainsi à rattraper ses voisins européens, la pérennisation de cette mesure doit figurer sur la feuille de route du ministère de la Transition écologique et solidaire notamment en préparation du projet de Loi de finances pour 2018.

Une dynamique de transfert modal sans précédent

L’étude réalisée par l’Ademe en 2016 démontre l’impact du VAE sur la mobilité décarbonée. La moitié des bénéficiaires d’une aide à l’achat d’un VAE opte pour cette alternative à la voiture pour les trajets jusqu’à 15 km. Les Français plébiscitent le VAE qui séduit de nouveaux publics encore hésitants vis-à-vis du vélo traditionnel. L’Ademe observe, dans son étude qui porte en 2016 sur les dispositifs d’aide des collectivités, que ces primes sont davantage sollicitées par les femmes (58%). Et qu’elles touchent à 58% les usagers de 50 ans et plus.

Les deux principaux motifs d’utilisation du VAE sont utilitaires : à 75% pour se rendre au travail et à 88% pour faire des courses. Le motif loisir n’est donc pas majoritaire.

Combinaison gagnante

Le vélo à assistance électrique et l’intermodalité VAE-transports collectifs permettent d’élargir considérablement le domaine de pertinence de la pratique du vélo. La portée du mode vélo est augmentée par le VAE de 120% selon l’étude l’Ademe. Les résultats de nombreuses enquêtes mettent en évidence que les distances des trajets domicile-travail effectuées en VAE sont comprises entre 7 et 9 km. Très nettement supérieures au trajet moyen réalisé par les personnes qui se rendent au travail à vélo actuellement.

L’assistance électrique élargit également le champ des possibles en matière de transport de charges et de personnes à vélo. La cyclo-logistique est en plein essor dans plusieurs agglomérations. Le segment du vélo électrique est porté par les achats des particuliers. Mais les entreprises et les collectivités, éligibles à la prime l’achat de VAE, s'équipent de plus en plus. Le VAE est le champion de la démotorisation lorsque on favorise sa combinaison avec le train ! 14% des usagers d’un VAE abonnés à une consigne en gare se sont séparés d’une voiture suite à leur abonnement et 6% ont renoncé à l’achat d’une voiture (Ademe, 2016).

Un gisement d’emplois non délocalisables

Soutenir le vélo à assistance électrique est un investissement rentable comme le montrent les observations conduites en France et l’étude réalisée par l’European Cyclists’ Federation sur les incitations fiscales à l’écomobilité. L’Autriche a développé le marché du VAE le plus important d’Europe grâce à plusieurs niveaux de prime à l’achat (national, régional et local). En France, près de 40% des VAE vendus chaque année sont français et le déploiement du réseau des points de vente et d’entretienréparation de vélos et de VAE, avec leur retour dans les centres villes, est boosté par l’essor des ventes de VAE depuis quelques années. Ces acteurs économiques locaux représentent une composante indispensable du déploiement d’un véritable « système vélo ». Les emplois qualifiés créés dans ces points de vente et de réparation ne doivent pas être fragilisés par l’arrêt incompréhensible d’un dispositif d’aide qui commence à faire ses preuves. Tout aussi incompréhensible serait la décision de ne pas le reconduire sans attendre l’évaluation de ce dispositif récent, mis en place en février dernier, et de l’enquête sur l’usage du VAE qui a été proposée aux bénéficiaires de l’aide.




La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Ministre,
Madame la Députée, Monsieur le Député
Le maintien de la prime pour l’achat d’un vélo à assistance électrique est un puissant levier au service de la mobilité du quotidien, décarbonée, active donc bonne pour la santé, créatrice d’emplois dans les territoires. Elle s’inscrit parfaitement dans les objectifs du Gouvernement pour une transition vers une mobilité propre qui flèche 12,5 % de part modale vélo en 2030 (Stratégie de développement de la mobilité propre, 2017).
Je demande donc son maintien dans le budget 2018.
Dans cette attente, veuillez croire en ma vigilance sur vos décisions.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

33 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

@M_Orphelin
9 nov.
#Vélo : amendement #VAE du gouv adopté : 15 M€ sur 2018, conditions de ressources (c'est utile) et si aides collectivités + engagement travailler sur généralisation #IKV. Il y a 2 mois le dispositif devait être supprimé. Pas parfait, mais impression d'avoir été utile ;) pic.twitter.com/zMFDpOpJJH

Matthieu ORPHELIN
Le 13/11/2017 à 10:30:33

Très bonne initiative qu'il ne faut pas abandonner pour désengorger les villes, réduire la pollution,faire faire des exercices physiques bénéfiques gratuits sur les temps de trajet. Comment dire... Améliorer la circulation dans les villes ainsi que la circulation sanguine entraînant de surcroît, un bien-être de santé suivit d'une réduction de visites médicales de santé, et une économie de consommation de médicaments...avec leurs effets indésirables...
"Jean" passe et des meilleures. Krystian

Bonsens
Le 09/11/2017 à 15:07:12

Investir aussi massivement dans les pistes et voies cyclables et étendre la prime kilométrique vélo aux administrations.

Pruvot
Le 09/11/2017 à 14:30:08

Tribune collective signée par Olivier Schneider, président de la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB), Karima Delli, présidente de la commission Transports du Parlement européen, Audrey Pulvar, présidente de la Fondation pour la nature et pour l'Homme,... (voir toute la liste des signataires à la fin)

Monsieur le président de la République, la France est très en retard dans le développement de l'usage du vélo. Aussi, l'image d'un Président qui se rend à son bureau de vote à bicyclette a réveillé en nous de forts espoirs de progrès.

Quelle ne fut pas notre surprise en découvrant, en plein lancement des Assises de la mobilité, que le gouvernement avait décidé de supprimer le bonus de 200 € pour l'achat d'un vélo à assistance électrique (VAE), alors que l'aide pour l'achat d'un scooter électrique est maintenue et celle au changement de voiture est renforcée.

Pendant la campagne électorale, vous avez répondu à l'enquête « Parlons vélo », portée par la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB). Vous vous étiez dit favorable au bonus VAE et à la mise en place d'un fonds national vélo. Vous n'étiez pas seul : plus de 600 candidats aux élections législatives ont répondu, et 67 ont été élus. Tous ont plébiscité la mise en place d'un plan national en faveur du vélo et le maintien du bonus VAE.

Le vélo à assistance électrique, lui, tient ses promesses. Pratique et rapide, le VAE permet de répondre à une part significative des besoins de déplacement quotidien, à un coût abordable, quelle que soit la topographie du territoire, en ville, en milieu rural ou périurbain.

Le VAE permet de se déplacer avec un effort modéré mais suffisant pour contrer les ravages de la sédentarité qui touche désormais toutes les classes d'âge.

Concentré de technologies, le VAE est vecteur d'emplois industriels et de services, il dynamise le tissu local de détaillants et vélocistes. 100 € dépensés dans le vélo, c'est quinze fois plus d'emplois que dans l'industrie automobile. Enfin, il est un allié face au changement climatique et à la pollution de l'air.

Pour une vraie politique du vélo

Selon le gouvernement, « le bonus aura permis de financer près de 250 000 VAE [...] la filière a démarré grâce à cette impulsion ».

Nous nous réjouissons de ce coup d'accélérateur, mais la France reste loin derrière ses voisins allemands ou belges, où les ventes sont deux à trois fois plus élevées par habitant.

Si l'objectif du gouvernement de privilégier les transports du quotidien et de lutter contre le changement climatique est sincère, la future loi Mobilité doit impulser une véritable politique cyclable. La prime VAE en est un élément nécessaire, mais non suffisant. La ministre des Transports, Élisabeth Borne, a, depuis, annoncé la mise en place d'un nouveau dispositif de soutien pour le vélo électrique en 2018, mais sans aucune précision sur sa nature. Nous demandons le respect de votre engagement en créant, dès 2018, un bonus pour les VAE - au moins équivalent à l'actuel - qui favorise cette solution pour tous, y compris les moins aisés. C'est une question de santé publique et d'équité des territoires.

« La vie, c'est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre », disait Albert Einstein... « mais surtout, ne pas rétropédaler, » ajouterions-nous.

Cette tribune a été également cosignée par : Pierre Perbos, président du Réseau action climat, Bruno Gazeau, président de la Fédération nationale des Association d'usagers de transports (FNAUT), Pierre Gogin, premier coprésident de l'Union sport & cycle, Jean-François Toussaint, médecin, professeur de physiologie, Jean-Philippe Santoni, pneumologue, Fondation du souffle, et Sébastien Vray, association « Respire ».

Tribune collective
Le 09/11/2017 à 10:38:26

Pour restreindre la pollution auto,pourquoi ne pas procéder comme à Kyoto:aucun véhicule ne doit sta
tionner sur la voie publique...Il faudrait aussi
interdire certaines rues,voies à la circulation au
to et les réserver aux vélos et aux piétons...avec
voie spéciale pour le tram...

Michel RANDOLET
Le 24/10/2017 à 11:37:49

Solution efficace contre la pollution

Nicole et André MARCENDE
Le 23/10/2017 à 08:44:08

Fin de la prime vélo électrique : une trentaine de députés LREM écrit au Premier ministre pour "réfléchir à d'autres dispositifs"
http://www.lci.fr/politique/fin-de-la-prime-velo-electrique-une-trentaine-de-deputes-lrem-ecrit-au-premier-ministre-pour-reflechir-a-d-autres-dispositifs-2066195.html  


Une nouvelle aide à l'achat d'un vélo électrique dès 2018 promet la Ministre
http://www.lemonde.fr/smart-cities/article/2017/10/11/une-nouvelle-aide-a-l-achat-d-un-velo-electrique-des-2018_5199450_4811534.html  

un anonyme
Le 23/10/2017 à 07:22:48

@ josse,
"mais a-t-on pensé au recyclage final (car tout a une fin,, hélas!) en particulier des batteries , très sensibles ." :

Non contente de coûter la vie à des milliers d'Irakiens, de libyens, de nigérians, etc. qui ont eu le malheur de naître sur des champs pétrolifères, la bagnole utilise elle aussi une batterie et en plus une batterie jetable, contrairement aux batteries lithium des vélos, lesquelles peuvent être reconditionnées.

Bon je dis ça, mais le rêve serait l'arrêt total de tout ce qui a un impact sur l'écosystème et sur les pays du sud. on y arrivera par la force des choses, ce ne sera plus le résultat d'un choix mais celui de l'effondrement de ce système de ouf.

paco
Le 18/10/2017 à 23:13:29

Mouais. Encore un dispositif pour les riches. Parce qu'une aide de 20%, ca veut dire qu'ils faudrait tout de meme payer 80% du prix! Pourquoi pas une aide fixe? Genre les 200 euros proposes, mais quelque soit le prix du velo electrique, et meme si c'est un velo d'occasion?

Alain
Le 13/10/2017 à 17:37:07

en rapport poids/puissance, le vélo électrique est optimal.
Pour les sportifs, c'est bien d'utiliser le vélo et ses muscles!
Tant que le vélo ne reste pas dans un garage, c'est la meilleure utilisation de batterie lithium

Didier HAUGUEL
Le 12/10/2017 à 22:52:16

Yeaaaaaaaah

joe
Le 12/10/2017 à 13:10:34

C'est bien joli toutes ces aides pour acheter ..... mais a-t-on pensé au recyclage final (car tout a une fin,, hélas!) en particulier des batteries , très sensibles .
Et tout le monde ne fait pas la démarche de ce brave homme qui utilise de l'électricité "verte" avec ENERCOOP" , donc consommation d'électricité d'origine nucléaire en priorité ....
faut savoir ce qu'on veut ! même à CYBER ACTEURS!!
Bravo pour les autres luttes ou combats gagnés .
bien cordialement cependant ;

josse
Le 12/10/2017 à 12:00:39

Si j'ai une aide, je pourrai acheter un VAE qui évitera un grand nombre d'utilisations de la voiture. Je ne suis plus assez jeune pour faire des déplacements en vélo ordinaire dans la région de collines que j'habite

Marie-Lise BALLANDRAS
Le 11/10/2017 à 23:14:48

je pense qu'il est encore nécessaire d'encourager les transports doux par de la" discrimination positive" à l'achat

Annie MILLOT
Le 11/10/2017 à 20:55:06

J'habite en zone rurale à forts dénivelés où les transports en commun n'existent plus. Le VAE est une alternative à la bagnole pour plus de 50% de mes déplacements dans un rayon de vingt kilomètres, soit 1500 à 2000 km par an en moyenne.

N'étant plus très jeune, avec un vélo ordinaire j'aurais laissé tomber depuis longtemps.

Le rechargement d'une batterie ne coûte qu'1 ou 2 euros (pour 50 à 70 km parcourus) d'électricité, chez moi de provenance non nucléaire via Enercoop.


paco
Le 11/10/2017 à 14:58:26

Vélo électrique : vers un nouveau dispositif d'aide à l'achat dès 2018
http://www.rtl.fr/actu/politique/velo-electrique-vers-un-nouveau-dispositif-d-aide-a-l-achat-des-2018-7790462092  

Alain UGUEN
Le 11/10/2017 à 08:34:39

NON mais ça va pas ?
J'habite une géographie escarpée et depuis un calendrier déjà ancien, je me déplace à vélo pour le travail, les loisirs, les courses...
Depuis quelques années, des gentlemens et d'autres gentes dames me doublent parfois et surtout sans effort... Parce que des mineurs ont sué sang et eau à en mourir à l'autre bout de la planète pour permettre un déplacement "doux" (mon cul) à des privilégiés...
Allez vous faire aimer mais ne comptez pas sur moi pour payer avec mes impôts le verdissement des déplacements d'une petite élite planétaire !

Vélorutionnaire
Le 09/10/2017 à 21:04:22

Encore qu'il nous faut réfléchir au degrés de pollution lié aux batteries couteuses en extraction de terres rares et polluantes ainsi que de leur recyclage
L'une des solutions ne serait-elle pas de favoriser les transports en commun de tout types en premier lieu

Gabriel Berthomieu
Le 06/10/2017 à 10:09:58

Rappel à Alain:
l'électricité distribuée sur le réseau en france a pour origine 89,7% nucléaire, 6,9%renouvelable (dont 6,3% hydraulique), 1,5% charbon, 0,8% gaz, 1,1% fuel
les "fournisseurs d'électricité renouvelable" ne font qu'acheter et revendre de l'electricité à des producteurs d'électricité et la majorité de l'électricité dite "renouvelable" est fournie par les centrales hydrauliques dont une grande partie appartient à EDf qui possède aussi comme chacun le sait les installations nucléaires...
conclusion: "l'energie renouvelable" si ce n'est pas vous qui la produisez n'est que le fruit d'une opération d'écritures comptables ..qui rapportent à EDF;
Il faudra encore attendre peut etre longtemps l'installation de nombreuses éoliennes et de capteurs solaires pour pouvoir parler sérieusement "d'energie renouvelable" en france
pour info c'est encore la croix et la bannière pour installer des éoliennes.
Bien cordialement
yves mollet

Yves Mollet
Le 05/10/2017 à 15:38:06

Philippe, Yves, Marie Paule et les autres
ces vélos fonctionnent
1 avec l'énergie de celui qui est dessus
2 avec l'énergie électrique à laquelle est connecté le propriétaire : s'il est chez Enercoop c'est de l'énergie renouvelable.
http://www.enercoop.fr  
promouvoir les transports en commun n'empêche pas, à mon avis de préférer que des personnes utilisent un VAE plutôt qu'une voiture pour se déplacer ;o)

Alain Uguen
Le 05/10/2017 à 12:19:10

Bonjour à Tous,
Merci de votre action, jr suis un adepte du vélo à assistance électrique et ne me déplace en ville qu'avec mon vélo,aussi, je le recommande à Tous.
Et vive le grand air!....

gUY
Le 05/10/2017 à 08:29:53

difficile de souscrire à cette pétition car elle enveloppe en une seule entité, Vélo, deux propulsions très, très éloignées. Par les nuisances indirectes qu'il émettent, les VAE sont très proches des 2 roues motorisées. En effet, le pédalage n'ayant aucune incidence sur la recharge des batteries, les VAE fonctionnent par alimentation électrique qui provient à 72% d'énergie nucléaire.
En second lieu, le comportement des VAE en ville s'assimile davantage aux 2 roues motorisées, vitesse, accélération alors que leur plus faible encombrement leur permettent d'épouser les habitudes des cyclistes sans vraiment contrôler leur conduite et les risques qui peuvent survenir avec la conduite des cyclistes.
l'assimilation VAE et vélo est d'une part une tromperie démagogique et d'autre part irresponsable quant aux conséquences comportementales qu'elle induit.

alain dubillot
Le 04/10/2017 à 22:44:03

Bon !
Je fais fi des batteries, des terres rares, des conditions dans lesquelles tout ça se fabrique...
Je ne vois que l'aspect transitionnel qu'induit cette disposition et...finalement, je signe.
Comment esquisser un sourire en levant les yeux au ciel ?

Alain Olivo
Le 04/10/2017 à 19:49:46

je ne souhaite pas signer car je m'interroge sur l'énergie électrique fournie par le nucléaire et donc ensuite les déchets ? il n'y a pas de recette miracle mais tant que nous pouvons éviter d'en ajouter, alors pédalons naturellement !!

MARIE-PAULE PERRICHON
Le 04/10/2017 à 19:26:00

Quid des dégâts (santé--->cancer....) causés par ce genre de machine ?

Martin
Le 04/10/2017 à 13:48:37

L'énergie on ne peut pas y échapper.
La fabrication du moyen de transport pollue, comme les combustibles par la suite pour transporter notre digne cul.
Un mal neccessaire à l'activité humaine.
En attendant le portail de téléportation ...... à très basse énergie.

Edmond Dobryk
Le 03/10/2017 à 18:28:52

Je ne suis pas du tout favorable à cette prime pour aider les bobos à payer des vélos hyperlourds qui obligent quasiment à utiliser la batterie (où sont extrais les minerais rares qui servent à les fabriquer? dans quelles conditions?)je ne suis pas du tout favorable à la prime pour l'achat des voitures électriques, qui encombrent nos villes et bientot nos casses, par contre je suis favorable au développement des transports en commun à propulsion électrique

Yves Mollet
Le 03/10/2017 à 16:04:00

Ces vélos fonctionnent essentiellement à l’énergie électrique fournie par le nucléaire, ce qui me pose question et qui fait que je ne signe pas.

Philippe Sauty
Le 03/10/2017 à 15:49:42

ils les reserve pour les "pro" du tour de FRANCE de la connerie !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

ALAIN MAURICE DROUVILLE
Le 03/10/2017 à 14:28:20

Encore un non sens de nos politiques qui naviguent à vue et n'ont aucune vision à long terme. Pourquoi supprimer cette aide ? Il faudrait aussi envisager de créer non plus de nouvelles routes et axes routiers inutiles mais des pistes cyclables sécurisées.

CHANTAL RINGOTTE
Le 03/10/2017 à 13:44:01

Pour répondre à Pascal
8 choses à savoir avant d’acheter un vélo à assistance électrique
http://transports.blog.lemonde.fr/2015/03/12/8-choses-a-savoir-avant-dacheter-un-velo-a-assistance-electrique/  


guide du cycliste
http://www.fubicy.org/IMG/pdf/Guide-cycliste-extraits.pdf  


Le vélo à assistance électrique (VAE)
C'est un cycle équipé d'un petit moteur qui ne remplace pas le pédalage mais peut le relayer ou le compléter. Solution idéale pour le cycliste qui effectue des trajets quotidiens de plus de 8 à 10 km, souvent avec des charges (courses ou enfants) ou sur des axes au relief accidenté (pour franchir des pentes jusqu'à 10 %), le VAE connaît d'ailleurs un véritable engouement. Cela s'est traduit par l'apparition de modèles bas de gamme (à partir de 400 €) qui sont loin d'offrir les garanties de sécurité souhaitables (freins insuffisants, batterie peu fiable, etc.). Un fait, un modèle confortable, solide et néanmoins léger -notamment du fait d'une batterie au lithium et non au plomb- atteint ou dépasse les 1500 euros.

Toutefois, si cette solution vous tente, sachez que nombre de collectivités territoriales et certaines entreprises, aujourd'hui, proposent des aides financières pour l'achat d'un VAE entre 250 et 400 €.

Atouts : on peut, avec un VAE, effectuer des trajets plus longs et plus difficiles qu'avec un vélo classique et cela, avec une vitesse soutenue et sans trop d'efforts (pas besoin de prendre une douche à l'arrivée !).

Inconvénients : son poids (de moins de 15 kg à plus de 35 kg, la plupart autour de 20 kg), le VAE est bien plus cher qu'un vélo simple.

http://www.fub.fr/mon-velo/velos/chaque-usage-son-velo  

un anonyme
Le 03/10/2017 à 11:03:30

Je pensais que tous les citoyens avaient les mêmes droits. Une différence de traitement entre ceux qui utilisent le vélo et ceux qui utilisent des engins motorisés serait un nouveau mauvais signe de changement de la part de ce gouvernement.

Georges Cingal
Le 03/10/2017 à 10:48:41

pourriez vous indiquer l'intérêt et la limite écologique de ce type de déplacement en VAE ?

pascal
Le 03/10/2017 à 10:36:48

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !