image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Retrait du projet d'extension de la Porcherie de PLOVAN et PLOGASTEL ST GERMAIN

Mise en ligne du 19/04/2017 au 21/04/2017

Le Collectif pour une Alternative aux Fermes Usines en Pays Bigouden s'oppose à l'agrandissement de la SARL La Vallée qui produira 30.000 Porcs par an. 

Bilan de la cyberaction :

3584 participants

Le préfet favorable à l'extension de la porcherie
http://www.ouest-france.fr/bretagne/plovan-29720/le-prefet-favorable-l-extension-de-la-porcherie-5221074  

http://www.letelegramme.fr/finistere/plovan/sarl-la-vallee-un-recours-depose-04-09-2017-11650036.php#Vj3AtwIQsgDKGscJ.99  

Le préfet du Finistère a donné un avis favorable à l'extension de la porcherie SARL de La Vallée, à Kerviel, en Plovan.Le préfet vient de donner un avis favorable à l'extension de la porcherie SARL de La Vallée, à Kerviel, sur Plovan. Cet arrêté, daté du 19 juillet dernier, notifié le 26, est affiché à la mairie de Plovan. Toutefois, il n'apparaît pas sur le site de la préfecture. Suite à cette annonce, une riveraine a déposé un recours contre le permis de construire accordé en juin 2016. La SARL de La Vallée, dirigée par Mathieu et Xavier Bourveau, de Kerdeurnel, en Plogastel-Saint-Germain, porte le projet d'augmenter sa production de porcs charcutiers sur le site de Kerviel, à Plovan. Le nombre d'animaux passerait de 3.507 à 6.007, ce qui équivaudrait à une production annuelle de 18.021 porcs. Ce projet a été validé par la préfecture.
Deux enquêtes, deux avis

Une première demande d'extension de cet élevage avait recueilli, en 2016, un avis défavorable de la commissaire-enquêtrice Agnès Lefebvre. La deuxième enquête publique, ouverte du 22 mars au 20 avril 2017, a, quant à elle, reçu de la commissaire-enquêtrice Catherine Desbordes, « un avis favorable à la demande d'extension de l'élevage porcin exploité par la SARL de La Vallée au lieu-dit Kerviel à Plovan ». Un avis assorti d'une recommandation, où elle « suggère à l'exploitant de poursuivre sa communication, des portes ouvertes constituent un bon moyen pour le public de découvrir la réalité de son activité ». Dans son arrêté, le préfet ne mentionne que cette dernière enquête.

Un recours exposant dix motifs

Françoise Marzin, voisine de cet élevage, vient de déposer une contestation du permis de construire, délivré le 9 juin 2016, au maire de Plovan, Michel Burel, avec copie au préfet du Finistère. Par ce recours gracieux, elle demande l'annulation du permis de construire « pour des bâtiments agricoles destinés à un élevage de porcs avec création d'une surface au plancher de 3.685 m² ». Elle conteste la validité de ce permis exposant dix motifs. Car il a été délivré « alors qu'une enquête publique était en cours » et qu'il est « en contradiction avec la décision du conseil municipal du 28 avril 2017 qui a voté contre cette extension ». Elle invoque les travaux de protection des puits de Ty Nancien qui ne sont pas mis en place, alors que « les mesures oscillent entre 70 et 170 mg de nitrate par litre pour un maximum autorisé à 50 mg par litre ».
Se tourner vers le tribunal administratif

Françoise Marzin évoque aussi son quotidien en qualité de riveraine : « Se demander au quotidien quand on doit étendre son linge, quand on peut laisser les enfants jouer dehors, quand on peut manger sur la terrasse, ou si l'on peut faire un tour sur le sentier de randonnée sans avoir les odeurs et la toxicité des émanations et pesticides ». Soutenue par le Collectif pour une alternative aux fermes usines en Bigoudénie (Cafub), Françoise Marzin souligne « dans le cas où l'annulation du permis (n'est) pas effective, nous poursuivrons l'affaire devant le tribunal administratif ».

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/plovan/sarl-la-vallee-un-recours-depose-04-09-2017-11650036.php#Vj3AtwIQsgDKGscJ.99
 


Bonjour vous trouverez ci-joint le recours gracieux de Françoise Marzin contre la porcherie de Kerviel en Plovan
Nous constatons que  dans le cas de ces fermes usines c'est tout un secteur de la commune qui est gelé pour produire des porcs bas de gamme ou à, l'export nourris avec du soja (Ogm et glyphosate) et des céréales ultraitées jusqu'au ras de nos maisons et ceci ne semble pas s'arrêter ...
cordialement

 A Plovan le 23 août 2017,

Françoise Marzin
Ty Nancien Coz
29720 Plovan

Objet : Contestation du permis de construire concernant l'extension de la porcherie "Sarl De La Vallée" en kerviel, Plovan,  délivré le 9 juin 2016.

A Monsieur Michel Burel Maire de Plovan,

Vous avez délivré un permis de construire à la Sarl de La Vallée, représentée par Mr Bourveau Mathieu, demeurant à Kerdeurnel en Plogastel St Germain.

Je sollicite par ce Recours Gracieux l'annulation du permis de construire délivréle
9 juin 2016 pour la construction de bâtiments agricoles destinés à un élevage de porcs avec création d'une surface au plancher de 3685 m² (et démolition d'une ancienne porcherie).

En effet je conteste la validité de ce permis pour les motifs suivants :
1- le permis de construire est en contradiction avec la décision du Conseil Municipal du 28 avril 2017 qui a voté contre cette extension.

2- L'affichage du permis a eu lieu le 28 juillet 2017 (il n'est pas règlementaire), alors que les travaux de protection des puits de Ty Nancien ne sont pas mis en place: 35m (50 m sur captage d'eau potable) autour des puits. Les mesures oscillent entre 70 et 170 mg de nitrate/L pour un maximum autorisé à 50mg/L en potabilité sur la parcelle AD 159. Ce captage est donc devenu impropre à la consommation.

3- Les décharges sauvages de Mrs Bourveau existent toujours et la zone autour du chemin de randonnée de P.J. Hélias n'est toujours pas nettoyée.

4- Le permis de construire a été donné alors qu'une enquête publique était en cours: celle de Mme Lefebvre avec avis négatif. La contre-enquête de Mme Desbordes ne répond pas aux interrogations de la première enquête.

Il est à noter que la confrontation des positions a entraîné un vote négatif du conseil municipal suite à des consultations avec Mr Bourveau, son assistante et les opposants, représentés par Mr Jean Michel Nicolas et moi-même, le 15 avril 2017.

Nous rappelons les doléances exprimées surtout par les riverains, les résidents, mais aussi par plus de 4000 personnes et associations qui se sont exprimées au cours des enquêtes soit par des écrits, ou par la marche pacifique du 17 avril contre ce type d'élevage.

- la présence d'un nombre important d'autres élevages notamment ICPE sur un secteur déjà en ZAR (Zone d'Action Renforcée) où des extensions sont déjà en cours.

-la qualité des eaux du milieu naturel (taux de nitrate élevés et supérieurs aux objectifs du SAGE Ouest Cornouaille, eutrophisation des étangs littoraux,..). L'analyse d'eau effectuée  dans le ruiseau de Kergalan (Kerviel) révèle un taux de nitrate de 68,4mg/l en contradiction avec la directive nitrate.

-la situation du site de Kerviel à proximité de la baie d'Audierne et de la zone Natura 2000.

-la surfertilisation en potasse des sols recevant l'effluent épuré et l'épandage des pesticides sans retenue.
 
-le contexte économique de crise en 2016, nécessitant un soutien de l'état et la réparation des dégâts par les collectivités.

-le non respect du bien être animal et les traitements multiples, qui ne correspondent pas du tout aux attentes des consommateurs.

-la gestion des effets négatifs de ce type d'élevage par les collectivités territoriales: le coût de l'excédent d'azote avec ses conséquences sur le sol, l'air, l'eau et l'impact sur la santé ainsi que l'entretien des routes.

-la forte opposition à ce projet en particulier à cause des odeurs et des pollutions y compris des pesticides.

5- je constate que le corps de ferme en pierre n'existe plus alors qu'il était encore présent en 2012: un permis de démolir a-t-il été déposé? Que devient le puits qui était au milieu du corps de ferme, comment a-t-il été remblayé? (risque de contamination de la nappe phréatique).

Ces corps de ferme font partie du patrimoine décrit par PJ Hélias. Dans les années 60, ce corps de ferme était même classé ferme-pilote
 
6- Plovan fait partie des communes littorales, par ailleurs la proximité du site en voie de classement de "St Kodelig" et du chemin de randonnée pose question. L'avis des monuments historique aurait été utile. C'est déjà laid actuellement: a-t-on réfléchi à une esthétique autre qu'un bâtiment type fibrociment et à des silos tour dépassant largement tout type d'arbre pouvant les masquer ; les essences de la haie variée ne sont même pas définis. Il est à noter que la haie prévue côté sud-ouest en 2012 n'est toujours pas en place
 
7-Ce type de bâtiment confinant les animaux est en contradiction avec l'article L214 et à juste titre, Mme Lefebvre, commissaire enquêteur en 2016 décrivait la situation: 

Avis de la commissaire enquêtrice pour la première enquête :

"Le public est de plus en plus sensible aux conditions de vie des animaux, y compris pour ceux destinés à la consommation or, s'il est un point qui fait défaut dans le livret, c'est bien celui-ci. Dans cet élevage, seuls sont pris en compte les domaines permettant d'optimiser la quantité de porcs parvenant à la vente et donc de viande produite. Les animaux n'ont pas d'eau à disposition, les éleveurs considérant que l'alimentation par soupe suffit à couvrir leurs besoins en eau. Les 2% de perte d'animaux en engraissement représenteraient tout de même la mort de plus de 600 porcs par an (30 590 porcs produits par an dans le projet). D'autre part, le nouveau BREF élevage (en cours de finalisation) indique que : « La section partielle de la queue et la réduction des coins ne peuvent être réalisées sur une base de routine, mais uniquement lorsqu'il existe des preuves que des blessures causées aux mamelles des truies ou aux oreilles ou aux queues d'autres porcs ont eu lieu . » A aucun moment ce sujet n'a pu être réellement discuté avec les éleveurs car mes questions entraînaient des remarques du genre « vous savez comment c'est un porc heureux ? ». Même chose sur le fait que les animaux vus dans la porcherie de 2013 à Kerviel étaient dans le noir, les fenêtres étant toutes obturées, l'explication donnée répond à des raisons pratiques pour l'éleveur (éviter la prolifération de mouches) sans prise en compte du besoin de lumière des animaux. Dans ce bâtiment construit en 2013, combien de porcs charcutiers ont-ils été soumis à ces conditions contraires à la législation (l'intensité lumineuse et la durée d'éclairement étant réglementées : 40 lux pendant au moins 8 h)."
( le BREF recense au niveau européen les meilleures Techniques Disponibles)

8- La situation est déjà dramatique avec 10500 porcs, qu'en sera-t-il avec 18000 et plus sans doute à venir? L'extension crée des effets irrémédiables. Quelle solution nous reste-t-il, partir, mais vendre à qui ? Il n'est pas normal de se demander au quotidien quand on doit étendre son linge, quand on peut laisser les enfants jouer dehors, quand on peut manger sur la terrasse, ou si l'on peut faire un tour sur le sentier de randonnée sans avoir les odeurs et la toxicité des émanations et pesticides. D'autres solutions existent.

9- Je constate que la dernière inspection (ICPE) de ce site date de 2002 ! Comment est-on certain que les mesures de sécurité et de protection des populations humaine et animale ainsi que de l'environement sont réelles et effectives. Chacun connait la façon dont sont remplis les cahiers d'épandage.

10- Dans le permis il n'est jamais question de clôture ni de bac d'équarrissage. Or ce dernier semble très proche de la maison de ma voisine, Mme Marianne Scuiller. Les risques de zoonose sont réels et les chiens en liberté, comme les renards, très présents. La partie est des bâtiments de Kerviel appartient-elle à Mrs Bourveau; est-elle encore habitable?

Dans le cas où l'annulation du permis ne soit pas effective, nous poursuivrons l'affaire devant le Tribunal Administratif.

>
Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l'assurance de mes meilleures pensées.
Françoise Marzin
Copie au préfet du Finistère
* * * * * * *
Ouest France
http://www.ouest-france.fr/bretagne/plovan-29720/plovan-avis-favorable-pour-l-extension-de-la-porcherie-5051092  
Mathieu Bourveau, cogérant de la porcherie Kerviel en Plovan, a reçu un avis favorable pour l’extension de sa société. Les riverains ne comprennent pas cette décision et restent mobilisés.

La polémique

L’avis favorable à l’extension de la porcherie de Kerviel et les conclusions de Catherine Desbordes, commissaire-enquêteur, soulèvent l’incompréhension des riverains et des opposants.

« C’est une grosse déception, les opposants s’insurgent et préparent la riposte par les voies de recours, » s’indigne Jean-Michel Nicolas, du Collectif pour une alternative aux fermes usines en Bigoudénie (Cafub).

Un avis défavorable en 2016 et un avis favorable en 2017 pour le même projet ? « Avec sa réponse, la commissaire se moque des riverains et des nombreuses associations qui ont donné leur avis. »

Jean-Michel Nicolas pointe l’absence d’analyses complémentaires sur la qualité de l’eau et les seuils de nitrates connus par tous, « sauf peut-être par elle ? ». Les remarques du public sur les effets négatifs de ces élevages sur l’air, les sols et la santé humaine sont citées « mais pas du tout considérées ».

Choqué aussi du refus d’analyser l’opposition de la municipalité de Plovan : « Quel mépris ! ». La forte opposition des associations, riverains et des résidents est signalée « mais ne trouble en aucun cas Mme Desbordes dont les réponses se résument à ’rien à voir, la réglementation est respectée et hors sujet’. »

Un espoir, l’avis du préfet

Françoise Marzin, vétérinaire à Pont-l’Abbé, habite avec ses enfants à proximité de l’élevage. « Cette enquête est un scandale, elle dépasse l’entendement, s’offusque-t-elle. C’est une fumisterie pour cautionner une demande privée. »

PUBLICITÉ

Plage à domicile, vacances à la maison
Une piscine urbaine, une plage de bois, un bac à sable, plus besoin de partir loin. Découvrez nos idées et conseils dans le Guide Vivre dehors 2017.
Elle considère que la commissaire n’a pas entendu les doléances des riverains ni pris en compte l’impact sur l’environnement, l’humain et le bien-être animal. « Je suis extrêmement déçue de ses conclusions où elle ose écrire qu’elle suggère à l’exploitant de faire des portes ouvertes pour que le public découvre la réalité de son activité. J’espère que le préfet n’autorise pas l’extension ! »

« Quelques éléments pertinents »

Mathieu Bourveau est cogérant avec son père de la SARL La Vallée sur les sites de Kerdeurnel en Plogastel-Saint-Germain et de Kerviel en Plovan où, après réhabilitation, la capacité d’accueil des porcs à l’engraissement passerait de 10 522 à 18 000 par année. « Je suis satisfait de l’avis favorable. L’enquête s’est passée, Il y a eu des opposants mais il y a eu beaucoup d’autres à soutenir le projet. Quelques arguments des opposants sont pertinents, on en tiendra compte, » relate-t-il.

Présentation de la cyberaction :

Il s'agit du même projet qu'en 2016 qui avait abouti à un avis défavorable. Mécontents des conclusions de la Commissaire Enquêteur, deux nouvelles enquêtes sont ouvertes, une sur Plovan et une sur Plogastel Saint Germain.
D'autres modes de production sont possibles, élevages plus extensifs qu'intensifs, sur paille ou bio. Cela permettrait de limiter les pollutions diverses tout en tenant compte du bien être des habitants comme de l'activité touristique.
Il nous faut défendre notre environnement, notre alimentation pour que les générations futures trouvent une terre belle et propre, un air respirable et une eau saine

18.000 porcs en plus. Mobilisation générale à Plovan
http://www.letelegramme.fr/finistere/pont-labbe/plovan-18-000-porcs-trop-c-est-trop-16-04-2017-11477604.php  

La lettre qui a été envoyée :


Madame La commissaire enquêteur,

Par la présente, je tiens à dire mon opposition à l'extension de l'élevage porcin de la SARL LA VALLEE
D'autres modes de production sont possibles, élevages plus extensifs qu'intensifs, sur paille ou bio. Cela permettrait de limiter les pollutions diverses tout en tenant compte du bien être des habitants comme de l'activité touristique.

Je vous demande de donner un avis défavorable comme votre prédécesseur l'an dernier.

 

110 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Contre ces élevages extensifs et pour un élevage des porcs à l'air libre
Contre ces nuisances des élevages qui ne respectent pas les humains voisins
stop il est encore temps

maasai29
Le 16/10/2018 à 08:28:11

la fnsea et l'état ne font que satisfaire les gros exploiteurs;
tout va de travers; honte aux pollueurs et aux fabricant de mal bouffe;

NIC
Le 15/10/2018 à 19:24:57

Stop! stop! stop! je mange de la viande mais celle là non merci!

aurélie
Le 21/12/2017 à 20:06:55

Je suis végétarienne et très impliquée dans les associations qui s'occupent du bien-être animal. Je ne cautionnerai jamais ce genre d'élevage qui est "une énorme connerie !". Et pour quoi faire : grossir le portefeuille de quelques types, que je n'appellerai jamais "éleveurs", et rien d'autre ! Les gens qui pratiquent ce mode d'élevage sont des êtres dépourvus de conscience. Je boycotterai également la région où se situe toutes ces "fermes" indignes.

DUNKSAY
Le 17/09/2017 à 15:05:43

Monsieur Le Préfet
Votre rôle n'est pas de transformer votre région en une porcherie au mépris des habitants .

beatrice Blanchard
Le 17/09/2017 à 01:28:55

Et on nous bassine avec cette merveilleuse république démocratique...

Je n'ai qu'une chose à dire à bas la mondialisation de la PLOUTOCRATIE !!!!

tisserat jd
Le 14/09/2017 à 18:52:51

Ce type d'élevage industriel n'a plus d'utilité, plus cher que les élevages allemands et de plus en plus inadapté aux demandes des consommateurs de plus en plus exigeants sur une certaine qualité. De plus c'est une erreur environnementale surtout en Bretagne où les nappes phréatiques sont en danger, sans parler des voisins qui doivent subir les désagréments d'une si grande installation

Véronique Eboué
Le 14/09/2017 à 12:52:35

Monsieur le Préfet,
Comme nous vous aimerez un nouveau monde impliqué dans la transition écologique. Mais cela commence maintenant, vous comme moi sommes acteurs.
Le dumping environnemental se révèle fort coûteux à l'échelle de la planète, il est temps d'agir.
En matière de conseil, le syndicat des éleveurs de porcs n'est peut être pas le plus conscient des enjeux collectifs.

george
Le 14/09/2017 à 10:59:23

Les temps de ce mode d'élevage industriel qui engendre de graves atteintes à l'environnement et qui constitue une insulte envers la condition animale sont révolus !
L'Etat, à travers ses représentants (les préfets), contribue au pourrissement de toute la région de Bretagne. Imaginait-on qu'un jour on pourrait mourir en se baladant sur des plages bretonnes (algues vertes) ?!!
Il faudra bien réparer un jour... et désigner les coupables !

Galoup
Le 14/09/2017 à 10:45:20

c 'est un scandale, la Bretagne est déjà très polluée par les nitrates il est inutile d'en rajouter sans parler des nuisances pour les voisins.

hamon marie-claude
Le 13/09/2017 à 18:27:41

A quand les complexes d'élevage mixte porc-bovin,
où le lait produit ira engraisser les porcs...?

stoppeur
Le 13/09/2017 à 18:16:17

Je me demande combien "touchent" en douce tous ces officiels censés représenter les institutions. On parle de l'Afrique, mais bon !!!

chato133
Le 13/09/2017 à 15:55:55

C'est la même chose à chaque fois. Le préfet, représentant de l'Etat, se couche devant le lobby des éleveurs de porcs et du syndicat agricole majoritaire (FDSEA) par manque de courage.

SIMON Lucien
Le 13/09/2017 à 15:23:54

C'est une question de simple bon sens

Yves Letourneur
Le 13/09/2017 à 13:33:29

La lettre envoyée à la commissaire-enquêtrice est bien gentille, mais il serait bien de demander un enquête sur le train de vie ainsi que les comptes bancaires de cette commissaire-enquêtrice ! en effet, aujourd'hui, comme il n'y a que le fric qui compte, il faudrait faire des enquête à ce niveau...il ne faut pas voir de malice dans cette demande, seulement d'ôter un souci !... il n'est pas normal qu'une enquêtrice soit contre, et l'autre pour, sans qu'ai eu lieu un terrain d'entente où pour le moins une discussion! Je pense aux gens qui habitent à côté, et je crois que c'est invivable ! on n'a pas le droit de négliger à ce point les gens qui habitent là depuis des décennies !

Berthe
Le 13/09/2017 à 13:06:54

regardez ARTE sur les élévages concentrationnaires, Monsieur Le Préfet, et vous verrez la souffrance des animaux.
"on voit le degré d'évolution d'un pays à la façon dont il traite ses animaux" (Gandhi)

annieleloup
Le 13/09/2017 à 12:38:42

Admiration pour l'engagement de Françoise Marzin
Voir sa lettre

Le Vérinois
Le 13/09/2017 à 11:33:47

Monsieur,
Vous portez la responsabilité de la santé de vos concitoyens et de l'augmentation du déficit de la Sécu pour toutes les maladies qui découlent de ces élevages gigantesques.
Des éleveurs ayant changés de mode de production plus sain reconnaissent mieux en vivre et vos congénères dont je suis ne peuvent que s'en porter mieux.

Merci de revoir votre position en refusant l'extension de l'élevage concerné et de tenir cette ligne de conduite dans le futur pour le plus grand bien de tous.

COUNTRY10
Le 13/09/2017 à 09:38:56

Madame La commissaire enquêteur,

Par la présente, je tiens à dire mon opposition à l'extension de l'élevage porcin de la SARL LA VALLEE
D'autres modes de production sont possibles, élevages plus extensifs qu'intensifs, sur paille ou bio. Cela permettrait de limiter les pollutions diverses tout en tenant compte du bien être des habitants comme de l'activité touristique.

Je vous demande de donner un avis défavorable comme votre prédécesseur l'an dernier.

viviane Tits
Le 13/09/2017 à 08:33:29

Dans toutes les "affaires" on retrouve toujours les préfets qui font bloc contre l'avis des citoyens et sont de mèche avec les grands groupes. Bizarre, bizarre ......
Y en a-t-il d'honnêtes, et où sont-ils ?
Nous n'y croyons plus

lili
Le 12/09/2017 à 18:16:03

Les élevages industriels ne conviennent ni aux animaux ni à l'environnement, donc je suis solidaire

franette
Le 14/06/2017 à 15:05:53

C'est un projet contre la vie .
elle ne fait que profiter au propriétaire au détriment de la planète et des gens qui y vivent .
Il faut interdire absolument ce genre de pratique sur tout le territoire français .
que le prefet vienne vivre à proximité d un lieu partiel pour en savourer tous les delices et afin de vivre pleinement la réalité de ses decisions .

paule Keroue
Le 13/06/2017 à 10:30:48

Bonjour,

NON A L'EXTENTION DE CETTE PORCHERIE.

LES ELEVAGES NE MANGENT QUE DES "OGM " QUI VIENNENT DU BRESIL OU ARGENTINE OU AMERIQUE DU NORD.
GREEN PIECE LES SURVEILLENT A BREST.

tous ces bateaux devraient repartir plein, ils repartent vides.

Quelles sont ces maguoilles politiques qui nous dirigent.

Il y a des elections , agissons en concequence.

pauvres eleveurs,

HUBERT
Le 12/06/2017 à 16:06:15

Non aux élevages intensifs où la pollution est reine et où les animaux ne sont traités que comme des robots .Il faut alors vacciner pour éviter l'arrivée de maladies et bonjour la qualité...

grincheuse
Le 12/06/2017 à 15:16:52

Allez dans le sens des prises de conscience contemporaines, pensez plus grand en vous délivrant des vieux schémas qui ont fait et continuent à faire le malheur des humains et des animaux. Ayez le courage de vous opposer à ce qui fait du mal, à commencer par toutes les formes de regroupement dans des camps de la mort. C'est d'abord à cela que vous servez : À OSER !

Manine
Le 12/06/2017 à 14:59:53

Non à tous les élevages intensifs qui ne représentent pas l'avenir, ni pour les exploitants, ni encore moins pour les consommateurs.

Guy CANAT
Le 12/06/2017 à 12:21:32

je demande le retrait de 'l'extension des porcheries de Plovan et de Plogastel St Germain

DD
Le 07/05/2017 à 08:26:43

Moi, ce serait ceux qui ont décidé ces élevages nazis que j'enfermerais !! Sinistres monstres !

VERTADIER
Le 30/04/2017 à 19:09:42

non aux fermes usine ;ce qu'il nous faut c'est un monde de paysans .
ces fermes usine prennent ou mobilisent toutes les terres et par la même empêchent de nouvelles installations et les initiatives alternatives avec la complicité des chambres d'agriculture , de la FNSEA et de la SAFER

un anonyme
Le 30/04/2017 à 14:07:52

Jusqu'où iront-ils, tous ces " bandits " ???

un anonyme
Le 27/04/2017 à 18:52:14

A l'attention de Mme Desbordes, commissaire enquêteur

Je soussignée, Françoise Marzin, m'exprime dans le cadre de la demande d'extension du site de Kerviel, en Plovan. Si j'avais su à l'époque pour les enquêtes publiques concernant ce même site en 2012 et 2016, je me serais également exprimée contre ces extensions.

Ceci n'est pas un plaidoyer contre mais un plaidoyer pour ...

-la qualité de notre lieu de vie, partie d'un tout indissociable.

-la qualité de notre alimentation, issue de celui-ci.

-la qualité de l'air que nous respirons, offert par les plantes de ce même lieu.

-la qualité de l'eau, bien universel sensément potable et accessible à tous, issue des nappes, ruisseaux et étangs; en pourcentage si faible sur la planète. Une eau qui ne devrait pas devoir passer par les filtres des traitements pour retrouver un peu de pureté.

-la qualité de vie des animaux, dont certains finissent dans nos assiettes ; êtres bien vivants doués de sensibilité (cf Loi L214-1 : "Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce. "), sujet à la peur, à la douleur et à la peine et qui méritent au minimum notre considération, nos soins les plus fins et nos remerciements.

Aussi, il me semble déraisonnable, inhumain et profondément égoïste de laisser encore et toujours se développer un mode d'élevage intensif. Élevage inadapté aux exigences logiques, universelles et absolues de protection des animaux et de l'environnement, dont nous dépendons et dont nous ne sommes qu'une infime partie.

Nous nous devons de protéger, plantes et animaux dans toute leur diversité et qualités, pour nous, pour les générations à venir et par pur respect pour les autres êtres vivants de cette planète.


Au sujet de l'extension de Kerviel...

Je m'oppose à ce projet qui va détruire un peu plus:

-la qualité de l'air, déjà bien dégradé, que mes trois filles et moi respirons chaque jour.

-le paysage d'un lieu haut en couleur et en histoire, entre des sites mégalithiques millénaires allant de Pouldreuzic à Peumerit par les promenades de Per Jakez Hélias ; sites mentionnés sur tous les guides touristiques et de randonneurs notamment par le fameux chemin de grande randonnée, très emprunté.

-la qualité de l'eau qui ruissèle inexorablement vers la baie d'Audierne, ses étangs, ses zones de nidification, ses précieuses dunes et zones humides, mais aussi ses accueils multiples pour les sportifs, les nageurs, les surfeurs et les amoureux des pêches à pied.

-cette eau, analysée au captage de ma ferme (dans la parcelle cultivée par la porcherie de Kerviel, juste au nord de ma maison) présentait, avant l'extension de 2012 : 72 mg/litre de nitrates aux hautes eaux (fin février) et 148 mg/litre aux basses eaux (début octobre).

-la quantité de l'eau, qui manque déjà chaque automne lorsque ce même captage peine à extraire quelques litres. Le site de Kerviel a l'intention de pomper 40 m3 par jour dans leur captage près de Morvé (soit la consommation d'un humain sur une année).

-le bien-être animal, qui dans ce type d'élevage, même 'aux normes respectées' n'a plus rien à voir avec du 'bien-être', du confort ou même du respect. Les cochons sont des animaux particulièrement fins et sensibles et les dernières études scientifiques et éthologiques ont démontré qu'ils sont même plus intelligents que les chiens. Une vie entière enfermé dans une petite case à être engraissé, ou à mettre bas à longueur d'année dépasse l'entendement.

-la qualité du silence par les ventilations et activités autour des bâtiments et silos.

-la sécurité routière, déjà compromise, sur une route inadaptée où on ne peut croiser un engin agricole sans mordre sur le bas-côté, par les va et viens incessants des tracteurs, tonnes à lisiers, camions de cochons et autres gros véhicules agricoles.

-la route elle-même.

Je suis déjà inquiète pour la santé de mes filles et la mienne depuis l'extension faite en 2012, si proche de notre maison .

Nous recevons régulièrement des gouttelettes fort suspectes partout sur la façade de la maison, côté porcherie et champs. Ces gouttelettes sont grasses et poussiéreuses et leur analyse ne pourra que révéler des éléments toxiques.

Nous respirons les poussières issues de l'air filtré du bâtiment, très mauvaises pour la santé comme le souligne le rapport de la Chambre d'Agriculture de Bretagne sur les poussières émises en élevage de porc et notamment en engraissement (Solène LAGADEC, Avril 2014. Particules en élevage de porcs. Rapport d’étude. Chambres d’agriculture de Bretagne).

L'effet cumulatif 'cocktail' des produits phytosanitaires, parfois plusieurs associés, des émanations d'ammoniac(que), de protoxyde d'azote, de micro-particules notamment celles pouvant pénétrer le sang par voie pulmonaire est un vrai danger pour les très proches riverains dont je suis.

J'ai passé beaucoup de temps dehors dans mon jardin l'été dernier et après avoir ressentie une grande fatigue, j'ai fait un grave malaise en août dernier avec intervention des pompiers.

J'ai présenté des troubles cardio-vasculaires, cardio-respiratoires et des modifications biochimiques sanguines inexpliquées.

Malaise qui m'a tellement affaiblie que les médecins (généraliste et cardiologue) ont dû m'arrêter trois mois puis à mi temps un mois et demi de plus, avant de me laisser reprendre. Je reste très fatigable, ce qui n'est pas du tout dans mes habitudes de vie, j'ai toujours été quelqu'un de très dynamique.

J'ai également des maux de crâne inexpliqués, trop fréquents.

Je dois donc connaitre le cahier de traitement des parcelles en produits phytosanitaires, les dates (à croiser avec les données météos) de traitements, la composition de ces produits, la quantité et la fréquence des pulvérisations. Comme doit être fourni et consultable le cahier d'épandage et celui des traitements administrés aux animaux.

Il est indispensable de connaitre sur plusieurs analyses au fil de l'année, la composition de l'air (poussières, ammoniac(que), pesticides, effet 'cocktail') à proximité de cet élevage et de savoir avec certitude s'il est toxique ou non.

Le principe de précaution (l’article 191 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne) doit être appliqué. Il est plus que temps.

Si la "SARL de La Vallée" fait un 2e bâtiment devant le premier, encore plus grand, dois-je continuer à vivre ici et mettre ma santé et celles de mes filles en danger. Or je ne pourrai pas vendre car qui voudrait acheter en face de 18 000 porcs à l'année avec un air lourd et toxique?

C'est ici que je me plais depuis 18 ans et c'est ici que je veux vivre et élever mes filles.

Nous étions ici avant que le propriétaire actuel ne reprenne l'exploitation et ne la développe sans égard pour les riverains qu'il n'a jamais cherché à rencontrer.

Il est indispensable que tous les bâtiments déjà existants à ce jour soient équipés de filtration d'air surtout s'ils servent à l'engraissement.

Il est criminel d'envisager tout type d'extension ou de construction de bâtiments supplémentaires. Il est même logique de prévoir progressivement un changement de l'activité sur ce site afin d'en réduire sa toxicité, pour la santé des riverains et l'équilibre du biotope.

Je ne crois pas un seul instant aux promesses des exploitants, qui déjà sur la dernière extension datant de 5 ans, n'ont pas respecté les obligations paysagères.

Ils ne respectent pas plus le captage d'eau alimentant deux propriétés à Ty Nancien Coz, ni les distances raisonnables de traitements des cultures par rapport aux maisons.

Ils n'ont pas fait ce qu'il fallait pour les décharges sauvages sur leurs terres notamment derrière les Menhirs de Morvé.

Il est impossible d'ignorer les pratiques en amont, en aval et sur site ; les tenants et aboutissants d'un tel projet d'extension, lorsque la santé des riverains et l'équilibre écologique d'un lieu si fragile sont en jeux.

Il est impossible d'ignorer l'effet cumulatif des multiples exploitations et leurs extensions sur le secteur. Pourquoi poursuivre dans une voie sans issue?

Je vous remercie sincèrement pour votre attention et pour votre écoute. Je comprends que votre position soit difficile car votre responsabilité morale sera engagée dans la décision que vous prendrez.

Je vous prie d'agréer, Madame, l'expression de mes meilleures salutations,

Françoise Marzin, Ty Nancien Coz, en Plovan.

Soaz Marzin
Le 27/04/2017 à 00:39:58

Oui au 100% BIO et naturel. Non à tout le reste.

CHESNEL
Le 26/04/2017 à 10:46:24


COMMENT PEUT-ON CONTINUER DANS CETTE VOIE DE PRODUCTION CONTRAIRE D'ABORD A UNE ETHIQUE VIS A VIS DES ANIMAUX MAIS QUI PLUS EST PAR RAPPORT AUX AVERTISSEMENTS DE L'OMS EN CE QUI CONCERNE LES RISQUES D'EPIDEMIES VOIRE DE PANDEMIES : GRIPPE PORCINE NOTAMMENT.

ROUSSSET
Le 26/04/2017 à 10:13:00

Respectons les animaux par pitié. Personnellement je boycotte

Vecal
Le 26/04/2017 à 00:05:49

en temps de crise porcine est ce nécessaire ?

et notre société ne veut plus de ces élevages intensifs

cyril Durdux
Le 25/04/2017 à 19:40:30

Contre la fuite en avant et la politique de l'Autruche.
Nous n'avons pas besoin de manger toujours plus de porc issus de l'industrie agro alimentaire.
Nous avons besoin de retrouver la place de l'animal, des équilibres naturels, d'une alimentation sobre et saine ; en bref de l'harmonie et de la qualité et non de la quantité à n'importe quel prix

bahier
Le 25/04/2017 à 17:18:26

Respectons la nature dans toutes ses dimensions.

barbeau
Le 25/04/2017 à 15:25:20

De plus en plus de personnes vont rejoindre celles qui refusent catégoriquement de consommer des animaux issus de tels élevages !

Michel Guérin Von Eickern
Le 25/04/2017 à 08:43:23

Protégeons les petits élevages. Je suis pour le Bio et non pour l'exploitation industrielle. Aujourd'hui il n'y a qu'une chose qui compte: l'argent;comment peut-on élever ces animaux dans de telles conditions? Ce n'est pas respecter l'animal.

Pagès-Delunel
Le 24/04/2017 à 16:06:17

Plus de porcs, plus de nitrates, plus d'algues vertes... Jusqu'où ira-t-on ? Arrêtez de vous auto-détruire !

Jocelyne VIALA
Le 24/04/2017 à 15:43:26

J'ai honte de ce que l'on fait aux animaux pour produire toujours plus dans les pays dits développés. On est foutu, on mange trop disait la chanson. On peut vivre en mangeant moins de viande, et on retrouvera de la dignité en pensant davantage au bien être des animaux.

Chris
Le 24/04/2017 à 11:17:00

je ne supporte plus ces méthodes de SS, je suis dégoûtée comment un homme ou une femme peuvent avoir ce manque d'humanité et traiter aussi mal des animaux, car ils seront mal traités ça coule de source.J'ai pris conscience de cette maltraitance et je ne reviendrai pas en arrière je ne mange + de viande depuis l'émission à la télé, et j'ai prévenu les amis + de viande chez moi.

PRIEUR
Le 24/04/2017 à 10:51:37

l'exemple de la ferme des 1000 vaches ne suffit-il pas pour démontrer la cruauté des "industriels de l'élevage" lisons le dernier ouvrage de Corinne Pelluchon sur NOS COMPORTEMENTS PAR RAPPORT AUX ANIMAUX qu'ils soient familiers, sauvages ou d'élevages? cela en dit long..........sans aller jusqu'à sa pratique alimentaire Vegan...

PERSONNE
Le 24/04/2017 à 10:38:01

l'étable des 1000 vaches ne sffit-il pas comme mauvais , pire EXEMPLE de la maltyra

un anonyme
Le 24/04/2017 à 10:24:40

Personnellement, je n'ai jamais aimé la "viande" ou chair...je suis végétarienne et consomme local, mange simplement pour me nourrir. J,ai arrêté les produits laitiers dont l'industrie agro-alimentaire veut nous faire croire que nous en avons besoin: au contraire !!! le lait c'est pour les bébés !!! et le lait de chaque espèce pour les bébés de cette espèce...Je consomme uniquement des œufs achetés chez un particulier qui a SES poules...élevées dans le respect...Notre devoir est de respecter et de préserver la nature et les animaux. NON A L'UTILISATION DES ANIMAUX AU NOM DU PROFIT ET DE SOI-DISANTS "TRADITIONS"...ON REGRESSE !!! Idem pouir tous les produits d'entretien , cosmétiques, etc...je prends au maximum des produits naturels, et non testés sur les animaux. c'est bon pour tous, nous, les animaux et la nature et ça revient bien moins cher... pourvu qu'on prenne les choses simples telles que la nature nous les donne...

Vicky
Le 23/04/2017 à 18:37:10

STOP !!!!!! au toujours plus grand !!!!!!
et à la honte de traiter ainsi les animaux et la nature !!!!

agnès delhomme
Le 23/04/2017 à 18:21:34

il faut arrêter ces méthodes barbares

PIERRE DESPINEY
Le 23/04/2017 à 14:33:06

Bonjour,
Je viens de passer une semaine en Bretagne et n'ai pas mangé de porc, je n'en mange plus du tout d'ailleurs.
Cette extension de cette porcherie est une aberration, un non sens total! Quand est ce qu'ils vont arrêter d'empoisonner les gens, de faire souffrir les animaux. L'appât du gain n'est qu'immédiat et j'espère que leur système, leur mode économique à ces producteurs avides de fric et sans coeur se cassera la gueule le plus tôt possible! VOTONS!

Corinne
Le 23/04/2017 à 11:31:24

Non à ces exploitations aberrantes qui sont un non sens écologique et une cruauté pour les animaux !

Lil06
Le 23/04/2017 à 10:02:14

Qui paie ensuite pour ôter les algues vertes des plages? La société propriétaire de la porcherie ou bien les contribuables ?

lulu
Le 23/04/2017 à 05:46:10

Je suis membre actif de l'association ASPECT en vienne qui lutte contre l'installation d'une ferme usine pour 1200 taurillons. Le combat est le même : respectons les éleveurs locaux et respectons les animaux que nous devrions remercier et non ''torturer''

Gabriel Poulard

Gabriel Poulard
Le 22/04/2017 à 18:15:48

D'autres modes d'élevages extensifs sont possibles et meilleurs pour la santé, à un niveau alimentaire et environnemental.

soaze
Le 22/04/2017 à 16:47:38

La vie est sacrée

PACO
Le 22/04/2017 à 16:23:21

Respect de la nature, de l'animal, de l'homme... donnons les bonnes orientations !

HEMERET
Le 22/04/2017 à 12:53:33

Tant que l'homme continuera à être le destructeur impitoyable des êtres animés des plans inférieurs, il ne connaîtra ni la santé ni la paix. Tant que les hommes massacreront les bêtes, ils s'entretueront. Celui qui sème le meurtre et la douleur ne peut en effet récolter la joie et l'amour.
PYTAGORE.

Marie-Joëlle
Le 22/04/2017 à 10:12:41

Madame le Commissaire-enquêteur,

Dans le cadre de l’enquête publique concernant le projet d’extension d’un élevage porcin sur Plovan et Plogastel ST Germain, je viens par la présente vous faire part de mon avis défavorable.

Contre les avis défaitistes de ceux qui pourraient laisser courir le bruit que « c’est déjà fait », je suis convaincu au contraire que votre avis aura un rôle déterminant dans la suite de ce dossier et je voudrais apporter ma modeste pierre à l’édifice de votre enquête.

Au-delà des méthodes d’élevage intensif (pour le moins généralement critiquables en ce qui concerne les conditions de vie animales) qui ne préoccuperont certainement pas les décideurs mais qui pourront interpeller les associations de défense des animaux, je voudrais mettre l’accent sur les nuisances irrémédiables que nous aurions à supporter :

-odeurs insupportables, qui, selon les attestations des riverains où ont déjà été implantées de telles structures, surviennent de façon imprévisible, au gré des vents, et sont parfois suffocantes au point qu’ils ne peuvent plus vivre décemment sur la terre où ils avaient choisi de vivre depuis toujours. Après le miroir aux alouettes de la vie citadine qui a conquis tant de ruraux, voici l’exode rural encouragé par le sacrifice de nos campagnes.

-Prolifération de camions et engins de transports nécessaires au convoyage de quantités énormes de lisier( il sera facile de calculer leur nombre) avec tout ce que cela entraine en ce qui concerne la dégradation des infrastructures publiques de routes et chemins, les risques accrus d’accidents sur des voies souvent étroites qui n’ont pas été réalisée en cette prévision, et le passage obligé et fréquent dans des villages, hameaux ou lieu-dit habités, entraînant dans son sillage une prolifération des odeurs et bruits générés par de tels engins.

- Selon les premiers renseignements que j’ai pu obtenir mais que je n’ai pas encore approfondis, l’épandage du lisier nécessite la mise à disposition de terrains en quantité suffisante et répondants à des normes spécifiques. Il semble que cette obligation légale ne soit pas encore satisfaite. Par ailleurs, il est inacceptable, au vu de la carte d’épandage d’envisager une telle concentration de terrains concernés ce qui ne manquerait pas de sacrifier toute une région.

-Prolifération d’espèces « pestes » : ainsi, dans un reportage diffusé sur la chaine télévisée M6, il est démontré qu’en Espagne, en des lieux d’élevage intensif porcin, se sont développées des colonies de condors qui n’y existaient pas avant et qui attirées par les odeurs, les aliments spécifiques et les déchets de l’élevage des cochons, sont devenus une menace sur les agneaux des éleveurs voisins et ont bouleversé l’éco-système local.

-pollution certaine et irrémédiable de la nappe phréatique et des cours d’eau par ruissellement et par infiltrations. Il sera sans doute intéressant de connaître l’avis d’experts hydrogéologues indépendants et renommés sur la qualité géologique des sols, experts que ne manqueront probablement pas de mandater les associations de défense de l’environnement si le projet persistait.
La contamination des eaux de surface et des nappes phréatiques de toute la Bretagne, liée directement au développement de l’industrie intensive porcine n’est pas un mythe : c’est une réalité que sont obligés de reconnaitre ceux-là même qui promettaient à l’époque que les exploitations intensives de porcs n’auraient pas de conséquences négatives sur l’environnement Breton. A leur décharge, il faut reconnaître que, à l’époque, on pouvait méconnaitre ou sous-estimer les risques de nouvelles techniques d’élevage industriel. Aujourd’hui : « on sait ! », et ceux qui décideront le feront en toute connaissance de cause et engageront leur responsabilité face aux populations ou autres agriculteurs et éleveurs locaux.

-Non respect des directives locales (notamment SAGE ou SDAGE sur la qualité des eaux à préserver,…), des lois françaises et des lois européennes (notamment directive « eau ») qui seront de nature à remettre en cause la délivrance d’un éventuel permis de construire et qui pourraient être la base de conflits judiciaires que le bon sens permettrait d’éviter.

-Dégradation de l’image même de cette région qui sera, sans cela, promis à un essor touristique très profitable dans les années à venir où les exigences de respect environnemental, de développement durable, seront les principales préoccupations des politiques locales nationales et même internationales. Dans le cas où le projet se réaliserait, non content d’avoir un effet répulsif sur les populations qui auraient pu s’installer ici, ses nuisances inciteront sans doute les résidents à aller chercher ailleurs des conditions de vie plus agréables.

Comment pourriez vous, Madame le Commissaire-enquêteur, accepter d’avaliser le sacrifice de régions françaises aussi belles que la Bretagne, alors qu’existent des solutions de production porcine plus diversifiées, avec des exploitations de tailles moins gigantesques et mieux réparties sur le territoire, donc plus facilement acceptables et acceptées par les populations qu’elles vont côtoyer !
Rendre un avis favorable serait participer à détruire cette si belle région que de plus en plus de citoyens tentent de préserver des méfaits de l’industrialisation à outrance. Ce serait prendre la responsabilité de condamner assurément l’essor économique futur qui pourra s’y développer, notamment par le tourisme, si notre environnement reste préservé.

Et il ne s’agit pas d’être réfractaire à toute évolution des méthodes d’élevage ni même de manifester l’intention de repousser chez d’autres et dans d’autres lieux ces projets démesurés, car au contraire il faut dire :
OUI aux élevages porcins de taille acceptable à développer harmonieusement sur le territoire Breton.
NON à l’industrialisation massive de cet élevage et au sacrifice de toute une si belle région et des populations qui y résident encore.

Si ce malheureux projet d’extension aboutissait un jour, beaucoup tenteraient de vendre leurs résidences et chercheraient un petit coin de France où les valeurs que nous ont transmis nos aïeux, avec les terres que nous occupons, sauront être défendues par les décideurs locaux, face aux industrialisations sans doute très « juteuses » mais aussi très destructrices pour notre environnement.

« La terre que nous occupons ne nous appartient pas, nous ne faisons que la transmettre aux générations futures ».

En vous remerciant de bien vouloir ajouter ce courrier aux doléances exprimées dans le cahier de l’enquête publique, et en espérant que vous voudrez bien le prendre en considération pour élaborer votre avis, je vous prie d’agréer, Madame le Commissaire-enquêteur, l’expression de ma considération distinguée.


Philippe Massérini, le 21 avril2017.

Masserini philippe
Le 22/04/2017 à 00:29:29

Nous ne voulons plus de souffrance animale !!!

fabienne debris payan
Le 21/04/2017 à 23:27:43

Stop à la pollution! A l'empoisonnement des personnes et à la maltraitance des animaux! Stop à l'industrie barbare!

boisseau
Le 21/04/2017 à 23:14:08

pourquoi ne pas faire grève du porc?

cigalette
Le 21/04/2017 à 22:00:42

Fermerture de toutes les porcherie non bio en bretagne.

Martial
Le 21/04/2017 à 19:59:33

Arrêtons les élevages concentrationnaires de porcs, générateur de pollution des nappes phréatiques, d'algues vertes sur les plages, d'animaux malades, bourrés d'antibiotiques, et stressés.
Stop aux conditions d'élevages monstrueuses, digne des camps de concentrations.

philippe lorme
Le 21/04/2017 à 19:30:28

iL FAUT DEVENIR VEGAN ET NE PLUS MANGER NOS FRèRES LES ANIMAUX !

Christiane Schneebeli
Le 21/04/2017 à 17:35:35

Les conditions d'élevage dans de telles usines sont abominables; se blessant souvent, les porcs "doivent" être bouurrés d'antibiotiques pour survivre...Résultat: l'antibiorésistance comence à s'étendre, et tant pis pour les hommes..

Comaills
Le 21/04/2017 à 15:53:13

stop à l'industrialisation de l'agriculture et à son cortège d'aberrations écologiques, sanitaires, éthologiques et sociales pour ceux qui travaillent dans ces lieux. nous consommateurs méritons mieux que cette production de irrespectueuse de tout et qui tue les producteurs raisonnables. sans parler du respect de l'animal ...

Tièche
Le 21/04/2017 à 14:54:44

Les traités de l'UE demandent explicitement l'accroissement de la productivité dans l'agriculture, sans fin car un traité n'a pas de durée de validité. Tant que nous serons dans l'UE, non seulement nous serons obligés d'accepter ce genre de demandes mais ça va empirer d'année en année (accroissement de la productivité). Une seule solution : le FREXIT.

Pascal Leclerc
Le 21/04/2017 à 14:26:34

Les traités européens demandent clairement l'accroissement de la productivité dans l'agriculture, sans fin programmée (un traité n'est pas remis en cause dans sa durée). Donc cette question se posera continuellement tant que nous serons dans la dictature UE. Une seule solution : le FREXIT.

un anonyme
Le 21/04/2017 à 14:22:51

C'est une création qui va à l'encontre absolu sur ce que ce monde doit mettre en place. Local, petit, respectueux de l'environement et des hommes. Déjà que nous avons beaucoup de mal en Bretagne pour acheter du porc bio, il est absurde d'agrandir. La promiscuité n'est jamais bonne dans le règne animal comme chez l'humain. Faites comme votre prédécesseur dites NON

Kerbaol Marielle
Le 21/04/2017 à 14:07:54

Quand cesserons-nous de maltraiter les animaux ?
Nous, les consommateurs, avons le pouvoir : boycottons tous les produits liés à la souffrance animale!

Lil Sommerfelt
Le 20/04/2017 à 19:47:16

Tous les méga élevages sont des catastrophes pour les animaux qui y sont parqués, pour l'environnement et l'eau et pour les consommateurs à qui on prétend faire avaler cette viande de basse qualité. vive les petits élevages à taille humaine et animales, vive l'agriculture bio.

Monique et Michel Sanciaud
Le 20/04/2017 à 15:24:34

Cette consultation ne pouvant entrer en conflit avec le traité de fonctionnement de l'UE (TFUE) elle n'aura AUCUN effet.
Pourquoi ?
C'est l'art. 102 du TFUE + qui "interdit toute entrave à la libre concurrence" ainsi que l'art.39 qui ne prévoit pas autre chose que « l'accroissement de la productivité dans l'agriculture »
Ce traité TFUE s'impose à tous les états de l'europe sous peine d'amende allant jusqu'à 0,1 du PIB. Lutter, pétitionner ne sert à rien. La seule solution légale et sereine de mettre en place une alternative est le FREXIT !!!

un anonyme
Le 20/04/2017 à 11:38:20

j'ai signé cette pétition car je suis d'accord avec son auteur mais j'aimerais savoir si nous devons cesser de manger de la charcuterie à base de porc ainsi que du simple jambon.

SIMON Elisabeth
Le 20/04/2017 à 11:06:02

les Bigoudins se mobilisent,ce n'est pas le cas dans le pays du Léon...
Plus qu'assez de toutes ces porcheries qui empestent, poluent,ne tiennent pas compte de l'animal,et finiront pas rendre la Bretagne invivable
Monique

un anonyme
Le 20/04/2017 à 10:12:47

OK mais il ne faut pas oublier que s'il y a de tels pb avec l'élevage de cochons en Bretagne c'est parce que la majorité des gens en achètent et en mangent !!!
Soyez cohérents et arrêtez d'en manger!

JEAN
Le 20/04/2017 à 09:01:23

Il serait temps de revenir à un élevage où les animaux seraient "heureux" de vivre, la viande serait bien meilleure, non stressée, car actuellement il est incroyable de constater qu'une personne sur deux décède du cancer ! et personne ne semble surpris dans les sphères médicales de prévention? nous sommes antraînés dans une spirale qui finira on ne sait comment,mais il serait temps d'y réfléchir !...

un anonyme
Le 20/04/2017 à 07:40:48

Nous en avons tous marre de la viande de porc de mauvaise qualité; marre aussi de la maltraitance animale qui règne dans ces cochonneries de porcheries; marre qu'une production industrielle se substitue à une meilleure production paysanne à échelle humaine; marre de la pollution que ce genre d'entreprise entraîne; marre de voir la France continuer de parier sur une agriculture industrielle au lieu de valoriser sa réputation comme productrice de "bonne bouffe", le vrai créneau d'avenir

Pierre Raymond
Le 20/04/2017 à 03:39:55



consommateurs , résistance!

boycottons les produits source de souffrance animale et humaine

il n'est jamais trop tard, STOP!
l'an 01: on arrête,on réfléchit



anonyme
Le 20/04/2017 à 00:07:56

Mettons fin à l'élevage intensif et à la souffrance animale avec JLM2017.

https://avenirencommun.fr/livret-agriculture/  

Programme général Avenir en commun et livrets thématiques sur:
 www.avenirencommun.fr.  

Marie Lorentz
Le 19/04/2017 à 22:43:59

Non, je ne signe pas, de plus les commentaires des anti sont vraiment lamentables et sans aucun fondement par exemple pour l'odeur que dégageraient 30000 porcs guère plus que les 12000 déjà en place,les mauvais traitements??? Le seul soucis serait l'épandage des lisiers il faudra surement un plan d'épandage sérieux et respecté. Ce projet peut peut-être permettre a un paysan de survivre et les défenseurs des animaux pur crin mangez des salades qui sont vivantes ou des cailloux pour éviter au de faire souffrir inutilement un être un végétal!!!!!

Mandrin31
Le 19/04/2017 à 22:32:27

Il est indécent de fabriquer des camps de concentration à porcs comme de tout autre animal qui sera consommé par des barbares carnivores sans vergogne, et indecents avec ses frères. Reduire de 70% de viande à ces carnivores ne les empècheront pas de vivre une vie décente et harmonieuse.

Lili Badin
Le 19/04/2017 à 22:28:45

Bonjour à tous les Cyberacteurs.
Une consultation publique a été mise en place par la Commission européenne sur la future réforme de la PAC. Cette consultation prendra fin le 2 mai prochain. Il est encore temps d'y participer pour mettre l'accent sur les lourdes carences de la PAC actuelle en matière d'environnement, de bien-être animal et de respect de la santé des citoyens. Voici le lien : https://ec.europa.eu/eusurvey/runner/FutureCAP?surveylanguage=FR  

Frawald
Le 19/04/2017 à 22:15:05

C'est l'horreur!!!!Impensable!!!Inimaginable de traiter les animaux de cette façon...Ca doit être dingue de travailler dans une entreprise comme celle-ci sachant ce qu'il en sort à la fin de la chaine de production...de la viande truffée d'antibiotiques !!!Et l'environnement???comment éliminer ou transformer les tonnes de purin qui vont sortir de cette usine
Il faut boycotter ce projet.

Ghislaine Bricourt
Le 19/04/2017 à 21:38:15

A l'heure ou le monde paysan est en ruine avec toutes les douleurs de ces gens, comment peut on envisager cette agriculture productiviste qui nous enmpoisonne et qui ne résoud rien à long terme. Arrêtons ces fermes usines et redonnons un sens à nos vies sans le profit.
mireille

cardère
Le 19/04/2017 à 20:07:40

Ce week end, je me suis promené dans ce secteur : mauvaises odeurs, fumier répandu n'importe où n'importe comment, talus arasés sauf en fond de vallées. Tout ça pour bouffer du pâté ... Non merci.

jeanjacques autret
Le 19/04/2017 à 19:43:54

pour qui ces gorets de merde ?pollution des de la terre puanteur extrème allez faire du gorets en afrique ou ailleurs les industriels de la bouffe !!

un anonyme
Le 19/04/2017 à 18:16:58

A Plovan, comme à Plogastel St Germain, les précédentes enquêtes ont déjà été rejettées (2016) concernant les projets d'extension de l'élevage porcin de la SARL LA VALLEE.
18 000 porcs en plus ! Soit : 30 000 porcs/an ! ! !
- POLLUTIONS diverses : sols, eaux (algues vertes...), santé, déjections, odeurs, cris...
- TOURISME risqué, nul
- MAL-ÊTRE des animaux, des habitants.
(Si)avec l'acceptation du CETA, Traité commercial de libre-échange avec le Canada (plus USA), et bientôt peut-être la Chine, le Vietnam (en pourparler à Bruxelles),..., nous devrions veiller, très sérieusement, à la folie insatiable des "financiers", des multinationales et à la mal-bouffe ! REAGISSONS !

un anonyme
Le 19/04/2017 à 17:00:21

Les agriculteurs sont incités à créer ce genre de productions gigantesques à l'américaine parce que les articles 38 et 39 du Traité de Fonctionnement de l'Union Européenne (TFUE) les y incitent en précisant que "La politique agricole commune a pour but d’accroître la productivité de l’agriculture en développant le progrès technique"
En ayant gravé ce "but" dans le marbre dans le traité plutôt que la qualité ou la préservation des terroirs et de l'environnement cela condamne tous les agriculteurs d'europe à une pratique ultraproductiviste ou a mourrir (1 suicide par jour en France chez les agriculteurs depuis 2008 !!!!!!) La solution n'est plus de se battre mais le FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT FREXIT !!!
https://fr.wikisource.org/wiki/Trait%C3%A9_sur_le_fonctionnement_de_l%E2%80%99Union_europ%C3%A9enne#Article_38  

Christophe ROLDAN
Le 19/04/2017 à 16:38:32

Course aux profits...ou va-t-on???

C26108
Le 19/04/2017 à 16:35:10

Quand l'être humain cessera-t-il de faire des bêtises du genre: élevage et culture intensifs, maltraitance des animaux et de la terre par les pesticides tueurs d'abeilles, en ne fermant pas des centrales nucléaires à bout de souffle etc....etc?
Quel monde laisserons-nous à nos enfants et petits enfants.

Michèle PREISS
Le 19/04/2017 à 16:01:08


Arrêtez de vouloir fabriquer des porcs, les français deviennent végétariens.
Et pour ceux qui ne le sont pas ,devenez végétarien, pour boycotter toute cette industrie( ce n'est plus de l’élevage). C'est pour quand l'industrie d'humains....

pascal faganello
Le 19/04/2017 à 15:20:10

Est-il moralement acceptable de forcer à naître des cochons ou autres animaux sensibles e intelligents rien que pour les manger, alors que nous n'en avons pas besoin pour être en bonne santé? Végétalisons notre alimentation.

Dom
Le 19/04/2017 à 15:14:56

Projet stupide, inhumain, destructeur de l'environnement,et de la sante ....
Comment peut-on autoriser de tels projets quand on sait que les éleveurs ne peuvent déjà plus écouler leur viande à bon marché!???
En tout cas, je ne suis pas prête d'acheter le moindre morceau de cette "bidoche!!

christiane murat
Le 19/04/2017 à 15:09:27

Et j'ajoute, en insistant, que s'il faut se préoccuper des consommateurs et de leur santé, il faut - en tout premier lieu - se soucier du bien-être animal ! Assez de ces usines à viandes sur pieds, de voir ces porcs, truies et porcelets maltraités comme s'ils n'étaient que des objets privés de sensibilité ! Sachant que d'autres modes d'élevage existent, rendant aux animaux un biotope quasi-normal et assurant une viande de bonne qualité, il est coupable et irresponsable de vouloir perdurer dans des pratiques d'élevages induisant souffrances pour les porcs et produits nocifs pour la santé humaine.

Olivia
Le 19/04/2017 à 15:07:38

Toujours la course au profit, qu'importe le prix à payer par l'humanité et la planète,.continuer à produire des protéines de mauvaise qualité et alimenter la malbouffe, quelle lamentable et archaïque attitude.
La honte !

Nino-Anne DUPIEUX
Le 19/04/2017 à 14:32:02

L'élevage industriel est irrespectueux de l'animal, de l'environnement et du consommateur. C'est pourquoi il faut lutter contre ce qui n'est qu'une affaire de maximisation de profit et un déni de l'humanité ! Ce sont les hommes de ce type d'élevage qui sont des porcs (dans le sens dégueulasses à tout points de vue). Je m'étonne que les cochons, animaux intelligents ne se rebellent pas encore contre ces porcs humains !

Christian Rozé
Le 19/04/2017 à 14:27:41

Halte au gigantisme en agriculture, en élevage notamment! Produire de la viande, c'est encore acceptable?... Mais pas de concentration d'animaux, qu'ils vivent leurs courtes vies "dignement" et qu'on les remercie de nous nourrir, comme le faisait les peuples chamaniques en tuant du gibier....

cactus
Le 19/04/2017 à 14:24:53

Quel progrès dans le gigantisme, aspirateur de biens communs, modèle des détracteurs locaux et planétaires ?
En Bretagne aujourd'hui, si on compte en équivalent déjections, les élevages hors-sol nous amènent à près de 90 millions d'habitants !!! et ce sans même parler de la qualité des déjections en question!
Il nous faut des formes de productions à taille "humaine", pour l'homme, dans son travail et ce qui le nourrit, pour l'animal, pour le vivant en général ... et puis si ce porc est destiné à l'exportation, que dire et du modèle et de la qualité des produits ainsi exportés !
Vaste sujet ... on s’étonne même que ce soit encore en débat !!!
Bien cordialement, Anne

Anne LG
Le 19/04/2017 à 14:23:08

Je me demande vraiment comment on peut encore manger du porc, alors que les espagnols sont parfumés du matin au soir par le doux et captivant parfum des porcheries et que notre pays va profiter d'un tout aussi énivrant parfum...
Bon ap!!!on vous le laisse!
Maryse

un anonyme
Le 19/04/2017 à 14:18:14

produire 30 000 porcs par an semble irréel. Ce sont des porcs aliens ou des porcs-jouets!!! Je suis triste pour l'alimentation des hommes et la planète en lisant ce type de projet démentiel.

Annie Cornet
Le 19/04/2017 à 13:45:51

Arrêtons de poluer la Bretagne avec ces rejets verts!
Michel Durand Rueil Malmaison

Michel DURAND
Le 19/04/2017 à 13:28:30

tous des porcs sauf mr asselineau ^^

fiona shrek
Le 19/04/2017 à 12:19:57

assez de gigantisme.Agriculteurs et éleveurs, si vous voulez vivre décemment, fiers de votre métier, proposez moi les produits que je consomme; c'est a dire bios.Sinon,je les achète à d'autres fussent-ils étrangers! C'est dommage, car en toute cohérence,je suis adepte des circuits courts.

Claude HEURTEBIS
Le 19/04/2017 à 12:14:05

C'est d'autant plus idiot d'investir dans ces fermes usines monstrueuses que la concurrence avec le Canada, suite au fameux traité, va tous les faires dépérir !

lortic
Le 19/04/2017 à 12:01:12

La Réunion (974) est avec vous, solidaire de votre combat.
Tiembe bo !

mitch
Le 19/04/2017 à 11:39:40

NON à toutes les fermes-usines
NON à une économie productiviste destructrice

OUI à une économie au service de l'humain,à échelon
local
OUI à la réhabilitation animale dans l'équilibre environnemental

à quand les cochons en liberté comme au pays basque? en Corse?
oui au FLC (front de libération du cochon)

Mondo
Le 19/04/2017 à 11:37:31

Bonjour à tous,
C'est bien la nouvelle présidente de la FNSEA qui élève des porcs?

Christian Perez-Gil
Le 19/04/2017 à 11:22:03

Le livre "La Bretagne est-elle une immense porcherie?" posait la question.
Il semble que si on ne fait rien la réponse sera affirmative...

didou
Le 19/04/2017 à 11:10:35

Voici le contenu de mon courrier adressé à Madame la Commissaire enquêteur

Chère Madame La Commissaire enquêteur,

Par la présente, je tiens à formuler mon point de vue concernant l'extension de l'élevage porcin de la SARL LA VALLEE

Un jour viendra, s'il n'est déjà bien présent dans la conscience de certains humains, où nous considérerons les porcs et tous les animaux, et les plantes, et les autres humains, etc, etc … comme étant réellement nos frères et nos sœurs.

Il est plus que temps d’envisager cette perspective dans le processus des échanges entre les humains, et d’arrêter la présente situation en cours qui participe à notre propre mise en esclavage.

Cordialement

AF.

Alain Friedel
Le 19/04/2017 à 11:10:07

Les cochons en cage, c'est NUUUUULLLLL

Bruno Cappelle
Le 19/04/2017 à 10:58:17

Encore une usine à viande alors que les producteurs se plaignent du cours du porc(surproduction),alors qu'on va importer encore plus de nourriture aux OGM, que l'eau sera encore plus polluée, alors qu'il y a de la demande pour une nourriture saine pour tous et des éleveurs respectueux de l'environnement qui cherchent à s'installer... dans quel monde fou vivons-nous? quelle terre allons nous laisser aux futures générations? Tout cela tout le monde le sait. Et on va élire des politiciens qui vont perpétuer, accroître ce système? Hélas je sais que sur "cyberacteurs" nous sommes tous d'accord pour lutter contre ce type d'élevage, comment convaincre les autres????

un anonyme
Le 19/04/2017 à 10:55:14

NON AU PRODUCTIVISME
RESPECTONS la gente animale, et la nourriture des humains

Alain Begon
Le 19/04/2017 à 10:48:57

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !