actualité écologie

OPÉRATION

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Journal des Bonnes Nouvelles

Rando Plogoff dimanche 25 aout

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

AG Cyberacteurs

Les 10 jours verts Transacteurs

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

Ne laissez pas vos appareils en veille

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

La Terre vue depuis l’espace

victoire pour Gabriel Dufils

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : La santé publique face aux pulvérisations de pesticides par grands vents

Mise en ligne du 15/07/2016 au 15/11/2016

Le Conseil d'Etat retoque l'arrêté relatif aux conditions d'épandage …

Le 6 juillet 2016, le Conseil d’État a demandé au ministère de l’Agriculture d’abroger l’arrêté du 12 septembre 2006 publié le 21 septembre 2006, dans les six mois à venir.
Cet arrêté est relatif à la mise sur le marché et à l’utilisation des produits phytosanitaires visés à l’article L 253-1 du code rural. Il concerne par exemple les zones non traitées (ZNT), les dérives, la vitesse du vent pour traiter, la gestion des effluents phytosanitaires…

Bilan de la cyberaction :

4858 participants

Présentation de la cyberaction :

Générations futures monte au créneau

Dans un communiqué de presse diffusé le 8 juillet 2016, Générations futures réagit à cette abrogation. L’organisation espère que « tous les scandales venus attester des risques que les pesticides font courir à la population permettra de promulguer un texte bien plus protecteur que ce que permettait cet arrêté ».
http://www.generations-futures.fr/victimes/pesticides-arrete-2006/  
François Veillerette, le porte-parole de Générations futures, estime que « l’abrogation de ce texte doit remettre à plat la situation ! Les ministères de l’Agriculture, de la Santé et l’Environnement doivent – en concertation avec les associations comme Génération Futures – rédiger et publier un arrêté véritablement protecteur pour les populations exposées. Il s’agit là d’une question majeure de santé publique. »

L’association Phyto-Victimes « étonnée » et « inquiète »

Dans un communiqué daté du 13 juillet, l’association Phyto-Victimes se dit particulièrement « étonnée et inquiète » que l’arrêté soit abrogé. De plus, la demande de la profession qui en est à l’origine est, selon elle, « incompréhensible ».
http://www.phyto-victimes.fr/wp-content/uploads/2016/07/CP-PV-abrogation-arrêté-du-12.09.06-13-Juillet-2016.pdf  
« Rappelons que certains agriculteurs ont volontairement été plus loin que ce qui était prescrit dans l’arrêté, en mettant en place des dispositifs personnels ou en participant à des dispositifs tels que les fermes Dephy et les Civam (Centre d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural). Citons aussi l’exemple des pomiculteurs du Limousin qui collaborent avec une association de riverains (Allassac ONGF) pour l’élaboration d’une charte permettant aux professionnels d’effectuer leur travail tout en protégeant au maximum les riverains », indique Phyto-Victimes.

« Il est donc indispensable que les pouvoirs publics réagissent afin qu’une réglementation protégeant à la fois les professionnels et les riverains soit mise en place, ajoute Phyto-Victimes. Nous appelons aussi la profession à prendre en compte le fait qu’il est nécessaire de collaborer avec les différents acteurs concernés par cette problématique. En effet, une contestation continue pourrait avoir comme conséquence des décisions beaucoup plus contraignantes pour les agriculteurs. »

En ce début d'été marqué par des vents particulièrement forts, Exigeons du Ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll qu’il prenne immédiatement une réglementation protégeant à la fois les professionnels et les riverains avec à terme une zone sans pulvérisations de pesticides de synthèse près des zones habitées !

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Ministre de l’Agriculture,

Inquiet de la décision du Conseil d'Etat d'abroger l'arrêté relatif aux conditions d'épandage, je vous exhorte à prendre immédiatement un autre arrêté réintroduisant une vitesse du vent maximum pour les pulvérisations et à terme une zone sans pulvérisations de pesticides de synthèse près des zones habitées !

Croyez en ma vigilance sur vos décisions qui concernent la santé publique

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

160 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

On peut faire autrement ! Et tout le monde a à y gagner... sauf les marchands de mort.

Raphael DARLEY
Le 18/11/2016 à 14:22:02

Il y a un vrai risque sanitaire public et que font les instances dirigeantes...elles regardent ailleurs: il va falloir leur expliquer 2 à 3 choses....

marialis
Le 16/11/2016 à 16:40:47

le Conseil d’État fait les choses à l'envers et il n'est pas à son coup d'essai.

Fend
Le 14/11/2016 à 22:21:24

La terre est notre mère nous n'existerions pas sans elle ! grâce a elle nous respirons mangeons, buvons, ...envoyons lui de la gratitude plutôt que des pesticides

Teissier
Le 14/11/2016 à 22:19:58

On parle beaucoup de la pollution émise par l'automobile. Mais ce sujet n'est-il pas tout autant important?

Céline MARTIN
Le 14/11/2016 à 14:21:06

Les risques de cancer touchent tout le monde. Celles et ceux qui mettent en balance les profits des grands groupes sont-ils atteints d'ignorance y compris pour eux-même ?

un anonyme
Le 13/11/2016 à 19:56:32

AZssez de pourritures chimiques dans notre sol ! Qui voudrait voir ses propres enfants décéder ?

Jean-Louis Benais
Le 13/11/2016 à 19:36:15

Quel est donc le gouvernement qui osera, ENFIN !, s'occuper de la santé du peuple qu'il gouverne et qui prendra en compte l'environnement de la France qui est déjà si dégradé ?

Hélène RADENAC
Le 12/11/2016 à 13:08:22

Une fois de plus mise en danger de la santé des citoyens ! Comment peut-on agir avec tant de légèreté, un nouveau scandlae se prépare ( sang contaminé, Mediator ) Les politiques savent et se taisent se rende complicenen es^érant échapper au tribunal ! Scandaleux...pire la grossesse atteinte aux générations futures qu'on empoisonne !

Desmares Martine
Le 11/11/2016 à 15:11:33

ces produits sont connus maintenant pour être nuisibles a l être humain

LAFOND
Le 11/11/2016 à 12:29:50

A vouloir ménager chèvre et chou, nous risquons de perdre les deux.
Il est enseigné dans les facultés de médecine : "primum non nocere"; c'est une affaire de santé publique et environnementale ; les deux sont indissociables.
Nos politiques devraient soutenir ouvertement ceux qui oeuvrent en ce sens et ont la délicatesse de préserver le monde qui les entoure.

dr. A. médecin du travail
Le 11/11/2016 à 12:17:58

c'est scandaleux, criminel.
Comme toujours on ne peut rien attendre de positif dans ce domaine de la part des politiques.
Ce sont toujours les lobbys qui gagnent.

patou
Le 11/11/2016 à 10:55:40

Ras le bol des demis mesures, des politiques hypocrites, qui font semblant de prendre position pour mieux retourner leur veste ensuite et pendant ce temps on nous empoisonne !!!

Mamou
Le 10/11/2016 à 22:45:18

Qui va expliquer à tous ces utilisateurs des produits phytosanitaires qui paraissent complètement bouchés qu'ils font partie des personnes qui risquent tous les maux induits par ces produits ???

soyeux
Le 10/11/2016 à 21:23:14

Non définitif aux OGM, pesticides, engrais chimiques et autres poisons dans l'agriculture et l'agro alimentaire, chimie qui désertifie la terre et rend malade les populations mondiales!!!

Gérard PERGET
Le 10/11/2016 à 19:27:20

il faudra attendre combien de cancer et les coûts induits avant de se rendre compte compte que les intérêts de certains coûtent très cher à tous?

massein
Le 10/11/2016 à 18:43:24

Comment peut-on continuer à accepter des produits phytosanitaires qui depuis des années détruisent la terre et sont très mauvais pour la santé.
Quand donc les politiques vont-ils arrêter de faire la politique de l'autruche ?

molou2418
Le 10/11/2016 à 17:38:22

Arrêtons l'escalade : que serait un monde sans insectes et sans abeilles? combien de morts faudra t-il pour qu'on reconnaisse les méfaits des pesticides sur notre organisme et sur nos enfants?

marylise borowy
Le 10/11/2016 à 15:12:55

Pesticides : intérêts commerciaux ou intérêts sanitaires? Que choisir? Dur, dur, dur....

julien dupoux
Le 10/11/2016 à 09:50:03

le mépris des besoins élémentaires des peuples ne peut que provoquer la désespérance et l'explosion des exaspérations ... voir aux USA !

vivier
Le 10/11/2016 à 09:16:22

Je pensais que seuls nos hommes politiques n'avaient pas de couilles, voilà maintenant que les (très) hauts fonctionnaires sont gagnés par ce handicap... On n'a pas fini de respirer des saloperies !!!!

leinad
Le 09/11/2016 à 21:58:36

j' ai pu observer quels étaient les impacts sur les populations d'abeilles lorsque j'étais dans le jura , "Le Jura vert" parait-il !?

alannie
Le 09/11/2016 à 20:37:06

Evidemment , générer des cancers, c'est du bon bisness!

isabelle Jouck
Le 09/11/2016 à 19:17:27

Stop aux pesticides et à tous les polluants ! A quand une vraie NATURE et un vrai RESPECT du vivant....

Brigitte
Le 09/11/2016 à 18:26:53

Stop aux pesticides et à tous les polluants ! A quand une vraie NATURE et un vrai RESPECT du vivant....

Brigitte
Le 09/11/2016 à 18:25:28

A quoi sert le conseil d'état ????
il serai bon de le supprimer !!!! car il coûte bonbon.

noel
Le 09/11/2016 à 17:38:25

TOUTES les études convergent, la pollution de l'environnement affecte gravement tout le vivant, en particulier la santé humaine.
En gros les usines nous rendent malades voire nous tuent !

Alors continuons, parfait, nous sommes beaucoup trop nombreux. Merci aux capitalistes de participer massivement à la résolution des problèmes de surpopulation mondiale !
On n'en demandait pas tant !
Peut-être que les meurtres (de masse) sont un petit peu punissables ? pas demain que ce sera jugé ...
quoique depuis quelques temps l'émotion gagne, vu le faisceau de preuves ..
Certaines personnes devraient se méfier,
Allons c'était de l'humour
un peu noir mais quoi,
je me presse de rire de tout avant de devoir en pleurer.

patatras
Le 09/11/2016 à 17:30:16

STOP AUX PESTICIDES PAR GRAND VENT !!!

Caze M
Le 09/11/2016 à 17:21:03

je remarque que le Ministre de l'Agriculture ne cesse d'accorder des dérogations concernant l'épandage et qu'il n'y a que ce système qui est en vigueur car nos "pauvres agriculteurs" ne peuvent se passer de pesticides qui nous empoisonnent jour après jour

level.pierrette
Le 09/11/2016 à 16:20:59

Quelle bonne idée ... Dire que de plus en plus de viticulteurs de ma région pensent à passer au bio !!!

Avez-vous vu les spationautes qui arpentent les rangs des vignes pour pulvériser leurs poisons ??? Ben oui, c'est tellement inoffensif que les viticulteurs s'habillent de façon à ne pas laisser un bout de peau à l'air libre !!!

Arrêtons de jouer encore aux apprentis sorciers.
Soyons repsonsables.

Anne-Françoise FARAMIN
Le 09/11/2016 à 14:16:53

de tout coeur avec vous

goffinet
Le 09/11/2016 à 14:14:46

halte aux empoisonneurs qui ne pensent qu'à leurs profits avant la santé de nos enfants

Thierry GROULT
Le 09/11/2016 à 13:59:09

Plus de 50% de vertébrés ont disparu en 40 ans ! Et si on arrêtait le massacre !

Laurenxa Renault
Le 09/11/2016 à 13:14:47

Tuer les plantes, tuer les animaux, c'est aussi tuer l'homme? Encore une vision à très court terme à la solde des entreprises qui nous empoisonnent...
L’appât de l'argent cela se disait : donner son âme au diable.
mais les humains veulent ignorer ses poussées.

un anonyme
Le 09/11/2016 à 11:58:07

Poursuivons nos élus politiciens corrompus par les
lobbies dans tous les domaines et en particulier du domaine phytosanitaire
Il faut les repertorier et ne plus les élires et les rendre inéligibles à vie avec de fortes amendes dissuasives et en supprimant tous leurs privilèges acquis à vie

BEGON
Le 09/11/2016 à 11:57:50

Il est temps de changer de mode de vie, violences et destruction de la vie sont criminelles et même suicidaires

un anonyme
Le 09/11/2016 à 11:57:22

Tout cela est consternant, ceux qui devraient defendre l interet public ne defendent que les multinationales, ceux qui nous pourissent la Terre. On vote et on nourrit par nos impots que des irresponsables.

Suzanne
Le 09/11/2016 à 11:55:55

parce que la santé de tous passe avant un modèle agricole productiviste, polluant, destructeur d'emplois et qui a depuis de nombreuses années démontré son inefficacité.

mat
Le 09/11/2016 à 11:37:06

Celà évolue décidément très mal.

REMY MAURE
Le 09/11/2016 à 11:20:44

Je suis directement concerné par l'abrogation de cet arrêté car même avec ces conseils de simples précautions et de bon sens, ma demeure plusieurs fois centenaire qui se trouve maintenant à proximité d'immenses champs de maïs en remplacement des anciens pâturages "bénéficie" des multiples passages des traitements phytosanitaires dont la présence est rendu tangible seulement par une odeur douçâtre et le bruit des machines épandeuses. Il y a un autre problème dont je n'ai vu nulle part l'évocation c'est celui de l' épouvantable puanteur du lisier de porc épandu plusieurs fois par an pour activer la croissance des plants. Nous sommes littéralement gazés à l'ammoniaque émise par ce purin et mes poumons, qui ne sont plus tout jeunes, ressentent une vive irritation. Vive la vie à la campagne !

Y.Leroux
Le 09/11/2016 à 11:13:16

pensons à nos enfants

Garrone
Le 09/11/2016 à 10:50:00

On finit par se demander s'il n'y a pas une volonté politique de détruire la santé de la population pour la rendre maléable et corvéable à Merci...

Rouquié Evelyne
Le 09/11/2016 à 10:43:37

Scandaleux et inacceptable.Un jour ces juges auront
des comptes à rendre devant le Tribunal de l'Histoire que les Générations Futures instaureront inéluctablement.
Les idées justes finissent toujours par s'imposer.
GILLES

gilles VAN HOORDE
Le 09/11/2016 à 10:43:33

Si les abeilles et les oiseaux ne peuvent se défendre, les personnes qui développeront une maladie à cause de l'incurie de nos institutions, pourront aisément retrouver le nom des conseillers d'Etat qui ont pris cette décision et porter plainte contre eux. Les proches de victimes décédées pourront même les attaquer pour incitation à des pratiques pouvant mener à la mort sans intention de la donner !

Daniel San
Le 09/11/2016 à 10:40:59

Une auto-destruction humaine qui perdure pour de l'or. L'espèce humaine ne sait faire que ça. et il n'y en a plus pour très longtemps avec tous ces irresponsables ignorants. tout juste bons à lire la ligne en bas avec les chiffres de leurs comptes en banques

georges chaize
Le 09/11/2016 à 10:40:31

Assez d'hypocrisie criminelle

Philippe Champagne
Le 09/11/2016 à 10:36:41

Il est vraiment temps de travailler pour les citoyens dont vous faites partie et non pour ces multinationales dont vous ne faites pas partie. Un peu de courage s'il vous plait!

joel
Le 09/11/2016 à 10:28:18

GRO GNEU NEU DE GRO GNEU GNEU!!!!

ghislaine fraiche
Le 09/11/2016 à 10:16:24

Une auto-destruction humaine qui perdure pour de l'or. L'espèce humaine ne sait faire que ça.

Watt21
Le 09/11/2016 à 10:14:18

Combien d'années va t-il falloir encore à nos politiques pour comprendre que tuer la terre, tuer les plantes, tuer les animaux, c'est aussi tuer l'homme? Encore une vision à très court terme à la solde des entreprises qui nous empoisonnent...

SIBILLE
Le 09/11/2016 à 09:42:58

Nous voulons une terre saine, arrêtez de polluer,il y a de moins en moins d'abeilles ,d'oiseaux. Est ce que cela n'est pas très grave pour nous tous ? Projetez vous dans le futur Mesdames, Messieurs.

Michèle
Le 09/11/2016 à 09:14:47

Il est bien connu aujourd'hui que bon nombre de maladies sont issues des épandages de produits phytosanitaire et je ne parles pas des problèmes liés à la faune et à la flore...
Comment pouvez-vous encore aujourd'hui ignorer de fait en ayant une attitude d'autruche ? Où donc se situe le bénéfice de tels choix ? Je vous serait très reconnaissante de considérer le sujet avec sérieux et conscience. Un problème de santé public est bel et bien en jeu !

maryve
Le 09/11/2016 à 09:13:13

Avez-vous réalisé que vos propres enfants et ou petits-enfants, Mesdames et Messieurs nos chers élus, sont également concernés par ces traitements nocifs ?

Jacqueline Flinois
Le 09/11/2016 à 08:51:16

helas,nous laisserons à nos enfants une terre polluée,;auront-ils la possibilité de réparer les erreurs non voulues par une grande majorité de citoyens.
Nos politiciens,la finance sous toutes ses formes sont les principaux coupables.

paulette
Le 09/11/2016 à 08:43:07

Mes dames et messieurs un peu de courage et de réalisme, accepteriez-vous que votre famille ou vous-mêmes soyez soumis à l'aspersion de ces produits ???

Coillard
Le 09/11/2016 à 08:31:29

Cessez ces crimes contre la planète et contre l'humanité !

Mary
Le 09/11/2016 à 08:26:37

Est il possible que le bon sens l'emporte sur les industries chimiques super puissantes et uniquement programmées pour se développer toujours plus, malgré toutes les alertes des scientifiques ? Arrêtons d'acheter des pesticides pour qu'ils arrêtent d'en produire. Le pouvoir c'est l'addition de chacune de nos actions en toute conscience.

Eden SOKO
Le 09/11/2016 à 07:57:43

Daech, c'est le génocide rapide. Le Conseil d'Etat, en revanche, c'est le génocide lent. Vive l'anarchie !

Thierry PAIN
Le 09/11/2016 à 07:44:02

Respectons la vie pas l'argent !

WINDELS Martin
Le 09/11/2016 à 07:24:20

Pour mes petits et arrières petits- enfants et toute leur gênération CONTRE MONSANTO(criminel de guerre AGENT ORANGE

Chaudieu Jean
Le 09/11/2016 à 04:04:41

Hallucinant de voir à quel point les gouvernants deviennent aveugles et sourds, et donc extrêmement dangereux pour le peuple qu'ils sont sensés protéger !

Emma BENARD
Le 09/11/2016 à 02:02:12

Arrêtons d'appauvrir la terre avec des pesticides qui ne font que tuer non seulement les insectes mais aussi l'environnement et les populations

Véronique Eboué
Le 09/11/2016 à 01:54:53

les intérêts de quelques-uns contre la santé de tous !
il est temps d'arrêter l' utilisation de ces pesticides,
comment se fait-il que le Conseil d'Etat soit si frileux! Qu'il vienne sur les terrains au moment de l'épandage ...

marimad
Le 08/11/2016 à 23:14:17

avec vent ou sans vent, VENT DEBOUT contre les pesticides, les insecticides, les fongicides...
Au fait, il n'y a pas de connericide?

roland guétat
Le 08/11/2016 à 22:47:01

STOP aux produits chimiques dans nos jardins et nos champs !!!

Nervo Viviane
Le 08/11/2016 à 22:45:09

Le jour ou l'homme comprendra il sera trop tard !

pcab
Le 08/11/2016 à 22:15:56

Non à l'épandage des pesticides, toxiques pour la santé des cultures, de la terre et des êtres vivants.
Mais au moins non à la modification de l'arrêté du 12 septembre 2006

Evelyne
Le 08/11/2016 à 21:55:08

pesticide= qui tue les parasites...et tout le reste.

toto
Le 08/11/2016 à 21:51:02

Ceux qui épandent ces molécules de mort ont-ils réalisé qu'ils sont, eux aussi, des victimes mais aussi des assassins !!!

un anonyme
Le 08/11/2016 à 21:37:03

Je suis écoeuré de voir comment on nou fait respirer des produits toxiques pour les neurones des insectes en tentant de nous faire croire que ces produits ne seraient pas nocifs pour nos neurones à nous.Un insecte possède quelques centaines ou milliers de neurones qui sont vite détruits par l'insecticide. Pour nous cette destruction s'arrête peut-être aussi à quelques milliers de neurones ce qui ne se voit pas bien et ne nous provoque peut-être aucun trouble visible, car nous possédons cent milliards de neurones. Mais je pense que avec le temps et la répétitions de ces absorptions répétées de toxique, elles finissent par détruire et modifier, altérer la structure et le fonctionnement de plus en plus de nos neurones. D'autant plus que ces toxiques sont des molécules qui se dissolvent dans les graisses et que les neurones sont entourés d'une gaine de graisse: la myeline.

Lesieur
Le 08/11/2016 à 21:31:19

Il faut que cesse cette aberration que sous prétexte de nourrir le monde on l'empoisonne...

Baussay
Le 08/11/2016 à 20:24:15

avec le système 5 °république , nos dirigeants sont choisis par Bilderberg !Ne pas aller voter n'est pas la solution ), mais pour espérez retrouver une vraie démocratie , il faut sortir de l'Europe et changer la constitution : rappel , on a dit non , ils ont dit oui , et pour les pesticides , c'est criminel ! On va les laisser continuer ?

un anonyme
Le 08/11/2016 à 20:17:48

Il faut arreter de pulveriser les pesticides c'est une question de santé publique c'est tout, voila

DUROY
Le 08/11/2016 à 20:03:40

Tout le monde sait que ces produits sont pourris et mettent en danger la faune, la flore et l'humain... mais le profit de ces enfoirés passe avant tout !!!

LOPEZ
Le 08/11/2016 à 19:44:25

Arrêtons ce désastre écologique. Nos gouvernants
sont d'accord avec toutes firmes pétrochimiques, seules comptent la rentabilité, le profit.
Nous ne respectons plus cette planète, nous la polluons, nous la détruisons.
Les exploitants agricoles exploitent la terre!!!!
Arrêtons tous ces épandages de produits chimiques
que nous respirons et qui terminent dans l'assiette.
Quelle planète laissons nous à nos enfants?????
j'ai honte et je suis triste de ce monde pourri.
marie

marie
Le 08/11/2016 à 19:43:50

Arrêtons de marcher sur la tête...

seguy
Le 08/11/2016 à 19:32:22

C'est le business qui nous gouverne. "PUTAINS DE FRIC"..... mariej.

mariej gerard
Le 08/11/2016 à 19:27:28

Je suis d'accord avec le commentaire ci-dessous: Il faut arrêter de pulvériser des pesticides, ni sans vent, ni avec vent car tout se retrouve un jour ou l'autre dans la nappe phréatique, puis dans notre assiette, puis dans celles de nos enfants et petits-enfants.

Nicole Leseigneur
Le 08/11/2016 à 19:25:13

je suis riverain de champs agricoles intensifs dans le Berry
je ne souhaite à personne une telle situation
plusieurs semaines par an , c'est la petrochimie : se calfeutrer chez soi , prendre des médicaments ( collyre etc ..) , relaver le linge qui séchait dehors .
Car personne ne nous préviens , nous ,les voisins , n'existons pas

Et tout ça c'est pour le pognon !
La santé passe après , bien après .
Je mange bio depuis 20 ans mais je sais que mon sang contient des traces de pestcides , car ce que je ne mange pas , je le respire
A votre santé messieurs , dames
Laurent

jarreau
Le 08/11/2016 à 19:12:05

Aujourd'hui et déjà depuis de nombreuses années il est totalement avéré que les produits phyto-sanitaires employés dans l'agriculture sont responsables de très graves problèmes de santé dans la population humaine (cancers entre autres) et de la destruction de nombreuses espèces animales. Dans ces conditions ceux qui participent au maintien de leur usage massif sont des criminels (dirigeants des entreprises productrices de ces produits, les responsables de la distribution qui les commercialisent, les politiques qui protègent les intérêts des deux précédentes catégories et tous les tenants de l'agriculture intensive, agriculteurs compris).

BERNARD
Le 08/11/2016 à 18:59:07

était-ce bien utile de se faire mousser en organisant la COP 21, résultat prévu + 3° alors que la terre ne peut supporter un réchauffement au delà de 1.5°. Nos énarques en ont rien à cirer de la planète, mais putain quant vont-ils entendre que "l'ARGENT NE SE MANGE PAS" !!!

Betty
Le 08/11/2016 à 18:53:06

Jusque quand on va continuer à empoisonner notre nid à tous?

lizbeth
Le 08/11/2016 à 18:43:10

étude EWG 2003 sur adultes: 210 produits recherchés 167 retrouvés dont 76 cancérogènes, 94 toxiques pour le cerveau et le sn, 79 causes d'anomalies à la naissance.
étude EWG 2005 sur 10 bébés: 287 retrouvés, dont 217 toxiques pour le cerveau et le sn, 180 cancérogènes, 208 causes d'anomalies de naissance.
20005 études sur 3 générations ds 13 pays, les plus jeunes sont les plus pollués (Cf.Fabrice Nicolino 2014, Un Empoisonnement Universel page 217-219)

ccbel
Le 08/11/2016 à 18:39:09

Il faut arrêter de pulvériser des pesticides, ni sans vent, ni avec vent car tout se retrouve un jour ou l'autre dans la nappe phréatique, puis dans notre assiette, puis dans celles de nos enfants et petits-enfants. Je ne sais pas si je vais aller voter en 2017. Depuis que j'ai l'âge de voter je suis déçue par tous les présidents qui se succèdent. Et s'ils sont subventionnés par les firmes qui fabriquent des pesticides, je ne peux en aucun cas leur faire confiance.

Renée NONDEDEU
Le 08/11/2016 à 18:18:05

Vu que les politiques sont pilotés par les grandes entreprises chimique le seul espoir vient des agriculteurs.
Si eux arrêtent d'utiliser ces produits de la mort alors on est sauvé. Sauf que pour beaucoup d'entre eux, la remise en question n'existe pas. Trop de profils pour eux également. C'est toute une chaîne jusqu’à nos assiette qui est pourrie. Merci pour nos enfants

Laurent
Le 08/11/2016 à 18:10:46

Nous le payerons tous un jour. Autant que ça soit le moins possible: arrêtons dès maintenant !

Martin
Le 08/11/2016 à 18:05:32

La majorité de nos politiques conjointement avec la FNSEA sèment la mort dans nos campagnes, dans nos rivières et nappes phréatiques... l'avenir est sombre.

eric blanchet
Le 08/11/2016 à 17:55:31

j'ai déjà du mal à respirer ....

Mawie
Le 08/11/2016 à 17:55:03

En pennant en compte le prix d'une campagne électorale, qui va
pouvoir se présenter sans être financé d'une manière ou d"une autre? Qui a les moyens nécessaires à ce financement ?
Je peux raisonnablement émettre l'idée que nos partis, et nos responsables sont redevables aux multinationales, sans parler du chantage à l'emploi... Et je ne pense qu'au peu de pays ou s'exerce la démocratie. Le tableau est noir car qui irait démissionner de son emploi parce qu'il travaille dans une usine qui fabrique la mort quelle qu'elle soit?

Christian Perez-Gil
Le 08/11/2016 à 17:36:58

On a élu des cons, faut faire avec !

CANTINEAUX
Le 08/11/2016 à 17:36:24

Les partis politiques sont subventionnés par les producteurs de pesticides.

Sinon le comportements des politiques est incompréhensible de gauche comme de droite.

Et nos sommes censés leur faire confiance .... ????

Jean
Le 08/11/2016 à 17:34:39

La soif de profit des grandes firmes ne doit pas permettre de négliger la santé des agriculteurs, ni autoriser n'importe quoi.
Ilexiste des méthodes (biodynamie, permaculture, agro-homéopathie …) qui fonctionnent bien sans pesticides et restent économiquement viables.

Millemann
Le 08/11/2016 à 17:33:21

Aujourd'hui il n'est plus possible de dire "Je ne savais pas" alors que le procès fictif de la Haye a bien montré les désordres (au sens fort) causés par la mise sur le marché et l'utilisation de ces porteurs de mort.

Bernadette Aubrée
Le 08/11/2016 à 17:26:54

Le Gouvernement, soutenu par le Président Hollande, va reconduire le triste décret épandage de 2006, déjà incapable de protéger Eau, riverains, biodiversité, climat, santé publique. C'est incompréhensible pour un pays comme la France. Le retour à la qualité de la ressource en eau est reportée d'année en année sur le bassins versants. Rien n'est fait pour aider la conversion agricole vers une nouvelle agronomie. Nos élus sont soumis aux lobbies de la FNSEA et de l'Agroalimentaire qui dépend à 80% des pesticides
Un arrêté sur les épandages qui ne va pas tenir compte des découvertes du danger de pesticides faites depuis 10 ans est de l'irresponsabilité politique grave. Concernant la prétendue perte de 1/3 de SAU ( surface agricole utile) en Bretagne si on protège l'eau et les riverains est un mensonge, nous avons averti Ségolène Royal et la Ministre de la Santé, celui de l'Agriculture croit ce mensonge, dur comme fer. Ne pas protéger les riverains va conduire à une répétition de conflits locaux, car plus personne n'accepte de voir son balcon, son jardin, sa maison, ses enfants aspergés de pesticides ou de voir ces dangereuses molécules s'infiltrer dans l'eau ou dans les aliments. Tout le monde sait aujourd'hui que la biodiversité est nécessaire à la vie et à son adaptation aux aléas climatiques.
[...]

Gallese
Le 08/11/2016 à 17:18:55

J'ai honte de nos(ir)responsables politiques corrompus par les transnationales

magnin
Le 08/11/2016 à 17:09:15

c'est une telle évidence que les pesticides tuent la terre, les personnes et l'avenir, car ils s'accumulent dans le sol.

quinquin
Le 08/11/2016 à 17:07:43

C'est fou comme les malsains s'accrochent, alors qu'il apparait de plus en plus clairement, qu'avant une génération, ils seront sérieusement mis en examen, et sévèrement jugés.

beuzit
Le 08/11/2016 à 17:04:38

Jusqu'à quand subira-ton la loi des marchands de mort ? Nos députés sont-ils à ce point vénal que la santé de leurs concitoyens, et d'une façon plus générale, la santé de la planète, leur paraît moins importante que leurs petits arrangements et profit ?

Hélène Prince Goyénèche
Le 08/11/2016 à 16:52:40

Nos élus réalisent-t-ils qu'ils s'empoisonnent également avec tous ces pesticides. Et leur descendance en pâtira également.
Mais bon... c'est à mettre au crédit de la bêtise humaine.

Jean-Baptiste
Le 08/11/2016 à 16:48:34

Les personnes qui autorisent de telles horreurs sont-elles conscientes de celles qu'elles préparent pour leur descendance ?
Comment peuvent-elles être aussi aveugles ?

Anne Teurtroy
Le 08/11/2016 à 16:48:28

les pesticides détruisent la vie dans le sol sol, la biodiversité et la santé des êtres humains qui les utilisent, des êtres humains qui vivent proches des champs épendés, la santé des êtres humains qui les retrouvent dans leur alimentation...

FRAUDIN Germaine
Le 08/11/2016 à 16:46:51

PITI2 POUR NOS ENFANTS §

DROUARD
Le 08/11/2016 à 16:46:21

Faudra-t-il encore une fois attendre qu'arrive un problème pour réagir intelligemment ?

JF Le Moing
Le 08/11/2016 à 16:44:44

STOP à l'empoisonnement de notre terre !

Dany Dutheil
Le 08/11/2016 à 16:37:29

stop pesticides

philippe coelho
Le 08/11/2016 à 16:35:53

Les pesticides sont la pire calamité de notre environnement !

Krys44
Le 08/11/2016 à 16:22:13

Oui les pesticides sont vraiment une plaie qu'il faut éradiquer

SIMON Elisabeth
Le 08/11/2016 à 16:16:13

Oui les pesticides sont vraiment une plaie qu'il faut éradiquer

SIMON Elisabeth
Le 08/11/2016 à 16:10:36

Je trouve inadmissible, à l'ère où tout le monde parle de la santé, du bien être, des changement climatiques, de l'environnement etc. de baisser la vigilance par rapport aux pesticides. C'est tout de même incroyable d'entendre d'un côté qu'en l'espace de 40 ans nous sommes arrivés à éliminer plus de 50 % des vertébrés et d'un autre côté on augmente l'utilisation des produits destructeurs. Je ne comprends plus rien, surtout d'un gouvernement de gauche!

Ursula PEZEU
Le 08/11/2016 à 15:59:13

La réglementation sur les pesticides risque fort d'être allégée
L’arrêté qui définit les conditions d’utilisation des pesticides est en cours de réécriture. Les associations environnementales ont été écartées des discussions et craignent que le nouveau règlement soit moins protecteur que le précédent.

https://reporterre.net/La-reglementation-sur-les-pesticides-risque-fort-d-etre-allegee  
Bras de fer sur les conditions d’épandage des pesticides autour des habitations
http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/10/18/bras-de-fer-sur-les-conditions-d-epandage-des-pesticides-autour-des-habitations_5015866_3244.html  

Alain UGUEN
Le 08/11/2016 à 08:35:26

L'usage des pesticides est à proscrire dans tous les cas pas seulement par grands vents.

marie-édith auger
Le 28/10/2016 à 13:09:29

Il n'y a pas que l'épandage contre les moustiques !




Et que dire de l'épandage de pesticides par certains agriculteurs,à proximité des habitations ? Je suis sûre qu'une enquête sanitaire, menée conjointement par une association écolo, et un spécialiste de la Chambre d'agriculture serait intéressante.Enquête menée auprès des voisins victimes pour la plupart de ces épandages.PB endocrino,pancréatite foudroyante etc...
Je propose que les niveaux d'exposition aux risques devraient être PUBLIES.

De plus, je propose que les périodes d'épandage soient affichés en mairie avec un affichage de ces produits +un degré de dangerosité ou non .J'ajoute qu'il faut absolument que les produits utilisés soient TOUS communiqués à la chambre d'agriculture de chaque département,puis validés par un consortium de médecins,et l'association écolo du secteur.
Si de temps en temps un contrôle est fait,la santé des habitants au milieu des champs,devrait s'en porter mieux.

Les abeilles sont notre dernier indicateur et n'attendons pas qu'elles meurent pour nous affoler.Les statistiques, si elles sont faites honnêtement et si elles portent sur la santé de ceux qui vivent près des épandages,y compris ceux qui épandent,nous renseigneront aussi efficacement,je crois, mais je peux me tromper,la preuve,ces statistiques n'existent pas à ma connaissance dans mon département ARIEGE.!!!!Et c'est bien dommage!






Maryse Bouche
Le 20/10/2016 à 18:22:53

Les épandages contre les moustiques ont empoisonné le jardin attenant à ma maison.
J'ai vu l'hélicoptére qui envoyait les produits soi-disant bio!
Abeilles mortes,plantes médicinales et fruits empoisonnés.

Francoise Guendon
Le 19/10/2016 à 21:11:54

les cultures ont toujours été plus ou moins traitées par des produits phytopharmaceutiques. Jadis , avec une pompe à dos , une faible pression et un jet large de manière à ce que le feuillage soit couvert par de fines gouttelettes . avec l'évolution de la technologie , les pulvérisateurs ont été remplacés par des atomiseurs : haute pression et ventilation assurent une application uniforme sur le feuillage . l'application engendre un brouillard qui est trés rapidement transporté par le vent et sur des distances assez importantes du fait de la déshydratation du produit dans l'air et donc du transport des matières actives sous forme de poussières.
N'y a-t-il pas là une piste de réflexion à mener sur les pratiques d'épandage?
il est à noter que chaque utilisateur professionnel de produits phytopharmaceutiques doit être formé et titulaire de l'attestation CERTI-PHYTO: il est en ce sens responsable de l'application et de l'utilisation des produits de traitements qu'il utilise (ce qui soulage bien les firmes.....).
Les commerciaux qui travaillent dans le négoce de ces produits sont aussi formés et responsables de ce qui est proposé à l'agriculteur et des conseils qui lui sont donnés pour les applications. Dans ces formations il est bien stipulé que tout épandage doit cesser à partir d'une vitesse de vent supérieure à un certain seuil ( je pense que c'est 20 km/h).
La loi doit rester tout de même là pour limiter les conséquences sur la santé dues au vagabondage des produits de traitements dans l'atmosphère mais concernant la santé , il y a surement plus de gens qui sont concernés autres que les agriculteurs : les filières, les techniciens des chambres d'agricultures, les industries pharmaceutiques et le consommateur (c'est lui qui veut des produits sans taches et tout beaux......d'où les traitements!) des méthodes de production plus naturelles sont possibles et beaucoup de personnes s'y intéressent et là , je ne pense pas que la loi y puisse quelque chose.

alain pradel
Le 07/10/2016 à 00:05:21

Florence, il y a deux moyens de savoir avec quoi traitent les agriculteurs :
1) faire leur connaissance et le leur demander en manifestant ton inquiétude. Si c'est fait sans agressivité et sauf à tomber sur un abruti (il y en a de partout !)le paysan sera d'accord et peut être même content de s'expliquer.Mais c'est un travail qui demande un temps d'approche et un peu de ... diplomatie.
2)Faire faire des analyses (par exemple par le biais d'une association locale. Évidemment cela a un coût. Il est aussi possible de demander à la coopérative locale (chercher à rencontrer le technicien du secteur) quels produits elle vend, mais la réponse ne revêt aucun caractère de précision ! De plus le technicien n'est pas une personne fiable A PRIORI, puisque c'est lui qui fait le relai entre l'industriel et le cultivateur (... et qui, PEUT ÊTRE, sera récompensé des bonnes ventes de produits par un WE au soleil - oui ça existe, cette pratique).
Bon courage.
Paul (viticulteur)

Paul Buisson
Le 26/09/2016 à 15:24:03

Est-il possible de connaitre la liste des pesticides et autres produits du même genre utilisés près de chez soi par les agriculteurs ? J'habite très près (moins de 500m) de surfaces agricoles (maïs, tournesol, colza, etc) et ça m'inquiète car je ne sais ni avec quoi ils traitent, ni quand.

florence monty
Le 26/09/2016 à 14:08:32

Je ne suis pas qualifiée,je n'ai aucune formation,mais je constate qu'en ce moment,dans mon village, au moment des épandages et un mois ou deux après, des agriculteurs sont atteints d'hépatites foudroyantes,de pancréatites foudroyantes....Je ne sais si il y a un rapport:un moyen très simple:on arrête l'épandage de ces pesticides pendant au moins dix ans et on observe l'état de santé des riverains et des agriculteurs.Je propose même,en attendant, un affichage public en mairie, de tous les produits,utilisés en agriculture,parcelles par parcelles, qui sont envoyés dans la terre puis dans les rivières par ruissellement,lessivages, etc...

Maryse Bouche
Le 04/09/2016 à 22:28:10

Habitante d'une grande ville, j'essaie de comprendre la situation des campagnes et des paysans qui nous nourrissent. Paul Buisson (commentaire du 19/07) attire notre attention sur les confusions que nous risquons de faire à trop vouloir généraliser. L'important est de s'informer et de protester sans hésiter dès que les faits sont connus. Or les dangers liés aux pulvérisations de pesticides de synthèse sont notoires. Leurs effets néfastes sont répertoriés. Je signe.

Sophie Mayoux
Le 15/08/2016 à 08:50:54

je voudrais savoir si eux accepteraient, les pesticides près de leur chateau!!!!!!y en a marre!!

nico50
Le 11/08/2016 à 22:30:54

L'élimination des pesticides doit s'inscrire dans les résolutions de la COP21.

MICHARD Pierre
Le 08/08/2016 à 16:23:40

je voudrai répondre à Laurence de l' Ain 'département proche du mien , mais 'oui. Laurence 'nous sommes 'une espèce en voie de 'disparition " au train ou vont les choses, "mais " il y a tous les jours en France et partout dans le Monde des gens qui s'unissent pour combattre et mettre fin à la vente et l'utilisation des poisons 'mortels que sont les Pesticides , alors 'courage nous allons 'tous unis vers la Fin de ce 'génocide .
Pierre Maurit

Pierre Maurit
Le 07/08/2016 à 20:32:10

c'est désespérant: que faire pour qu 'on arrête de nous empoisonner? de massacrer notre planète ?j'habite au milieu des fruitiers , de la vigne qu'on traite et champs de mais qu'on arrose à plein et qui font baisser le niveau de l'eau dans les nappes phréatiques .

Annick Boulanger
Le 07/08/2016 à 10:17:00


non aux pesticides
oui à la santé publique

un anonyme
Le 04/08/2016 à 13:35:23


courrier nécessaire et humaniste, intelligence du propos et de la communication de Paul Buisson! merci!
il nous faudrait une majorité d'agriculteurs de la sorte,en retour, ils ont besoin de notre appui et de notre engagement à leur côté
ensemble , informés, solidaires.....

Mondo
Le 04/08/2016 à 13:28:47

stop à notre empoisonnement quotidien qui doit en enrichir certains !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Machinal
Le 30/07/2016 à 11:09:48

Bonjour à tous,

Je souhaite attirer votre attention sur le témoignage de Paul BUISSON, agriculteur bio, paru le 19 juillet.
Epandage ne signifie pas forcément épandage de pesticides, le matériel est le même pour épandre une tisane ou un purin d'orties...
Ne mettez pas tous les agriculteurs dans le même panier et pensez aux heures passées pour ne pas même dégager un SMIC...

Françoise MEYER
Le 27/07/2016 à 00:04:57

... désespérant !!! mais nous continuerons à nous battre contre ces lobbies et leurs fervents adeptes , les gouvernements européens et autres ...

Caroline Bremard
Le 23/07/2016 à 16:41:54

Bof, rien ne change, lâcheté des politiques et asservissement total aux lobbies destructeurs.
On votera "blanc" pour secouer tout ce noir !

Maryse moussaron
Le 22/07/2016 à 14:13:38

Voir sur le sujet un article très intéressant intitulé "C'est pour notre pomme" paru cette semaine dans un certain "volatile" hebdomadaire satirique (que tout le monde reconnaîtra).
On y apprend entre autres bonnes nouvelles que les pommiers de verger reçoivent jusqu'à 35 traitements par an !(fongicides, insecticides, régulateurs de charge, hormones d'accrochage). Bon appétit !
Comme disait Jean Lefebvre dans les Tontons flingueurs : "y a pas seulement que d'la pomme, y a aut' chose."

Frawald
Le 21/07/2016 à 20:15:18

Allons vers LA nature. La France, avec les dernièresdécouvertes des sciences agricoles, peut nourrir amplement sa population et ses voisins. Pourquoi utiliser encore du poison? La bêtise est la cause.
Installons nous dans la joyeuse, saine et intelligente agriculture aux productions si
savoureuses.
Merci pour cette pétitions.

Jeanne Leclerc Briant
Le 20/07/2016 à 18:34:28

l'agriculture intensive l'humanité...et l'humanité l'autorise, moi j'appelle cela de l'auto-destruction.
Nous sommes une espèce en voie de disparition.
Laurence de L'Ain

Laurence
Le 20/07/2016 à 10:39:42

Toujours à genoux devant les lobbies !!!

isabelle obscur
Le 20/07/2016 à 09:44:31

Il est inadmissible de laisser les agriculteurs empoisonner leurs concitoyens et l'environnement.
Tous ces neurotoxiques et perturbateurs endocriniens ont des conséquences graves, c'est une vraie bombe à retardement.

une anonyme
Le 19/07/2016 à 20:14:42

Poison d'une société qui a cédé devant le lobby de la FNSEA les pesticides ont déjà un impact réel sur la santé publique.
Il faut arrêter de privilégier les rendements devant la qualité

Thierry GROULT
Le 19/07/2016 à 19:43:05

Il faut interdire les pulvérisations à proximité des habitations, en particulier celles isolées dans la campagne.

Annie MERCIER
Le 19/07/2016 à 19:22:32

Onne peut pas demander à un juge administratif d'avoir des notions d'écologie, mais quand même.

un anonyme
Le 19/07/2016 à 17:21:29

Dans le vignoble gaillacois, nous sommes confrontés à ces situations infernales où les paysans les moins fréquentables traitent quand ils veulent, sans se soucier des conditions météo... Une preuve de la violence à laquelle ils soumettent les terres, le vignoble et la population voisine.

Rémi GACHENOT
Le 19/07/2016 à 12:28:08

Viticulteur bio (non certifié), j'ai signé. Mais je suis ahuri de lire certains commentaires. Même en bio, je me fais agresser parfois qd je traite. J'utilise du soufre (c'est minéral mais ça peut être, il est vrai, irritant). les promeneurs (un chemin longe ma vigne) qui protestent ne ressentent pas forcément d'effets mais ils me voient traiter ça suffit pour que j'entende crier des choses pas très intelligentes et parfois franchement injurieuses. Je traite aussi souvent, parce que les produits utilisés ne sont en grande partie que préventifs et jamais systémiques (une tisane, ça ne pénètre pas dans la plante, ce n'agit que par contact, donc il faut renouveler souvent. Ceci dit pour les gens qui trouvent qu'on traite beaucoup.
Enfin, chacun sait que les paysans roulent sur l'or, je vous lis bien merci... C'est sans doute vrai pour une partie des céréaliers grâce aux systèmes d'aides et aux viticulteurs de grandes régions. Mais je crois qu'il n'y a pas beaucoup des commentateurs ci dessous qui voudraient faire les heures que que je fais- pour un revenu horaire qui tourne autour du smic (parfois bien moins). Quand au vent... nous sommes tous bien d'accord mais je voudrais aussi vous voir si votre revenu d'une année dépendait d'un traitement urgent (oui, urgent, en qq jours nous pouvons perdre toute une année)et que le vent ne mollissait pas, sauf la nuit. Alors on traite de nuit. Ah, mais ça rouspète aussi, ci dessous, parce que nous traitons la nuit....
La réalité c'est que le paysan est prisonnier (et il est bien difficile de s'en évader) d'un système que toute la société perpétue. Pour changer le système, il faut nos signatures, bien sûr,mais aussi des critiques un peu plus solides que certaines ci dessous...
Paul Buisson, vigneron et apiculteur en 71.

Paul Buisson
Le 19/07/2016 à 12:08:47

Je profite de cette pétition pour vous demander d'en lancer d'urgence une autre pour empêcher ce gouvernement de continue d'agir dans la même direction, au mépris du peuple qu'il est censé représenter. demandez : de ne pas prolonger l'état d'urgence puisqu'il a fait la preuve qu'il ne sert à rien, mais au contraire qu'il l'arrête et le remplace : a) par le rétablissement d'une police de proximité que Sarkozy avait supprimée,b)par la suppression des arrêts au faciès. Quand la racisme est encouragé par des discours officiels qui distinguent, au Bataclan des français par le sol, à Nice un français tunisien, ne nous étonnons pas des réactions haineuses de ces "français". Voilà pourquoi je vous demande de lancer cette pétition, pour tenter de d'arrêter ces massacres

un anonyme
Le 19/07/2016 à 08:53:20

Les campagnes sont plus polluées que les villes, c'est une aberration !
Je plains ceux qui vivent à proximité de champs et vignes traités, ceux qui subissent et ont peu de recours. En revanche, pas de compassion pour ceux qui continuent à épandre et sulfater ces poisons de manière irraisonnée. Avec toutes les infos dont nous disposons actuellement sur la nocivité des pesticides et herbicides, ils savent ce qu'ils font.

Frawald
Le 19/07/2016 à 07:45:50

Je trouve toujours intéressant de revenir aux bases.
Celle qui nous intéresse ici est le texte du jugement du Conseil d'État, disponible sur le site ArianeWeb du même Conseil, à l'adresse [adresse erronée notre du webmaster de cyberacteurs]

Que dit ce texte en substance?
Que le décret, pris sans "en informer la Commission européenne" comme il aurait dû en être le cas compte tenu des dispositions prises par ce décret et de la directive européenne qui prévoit cette procédure, est illégal. Il est donc normal qu'il soit abrogé.
Ce jugement n'invalide aucunement la légitimité du gouvernement à prendre un tel décret. Il dit seulement que l'autorité de référence pour la mise en application d'une directive comme celle que le décret devait mettre en oeuvre n'a pas été informée alors qu'elle aurait dû l'être comme le précise la procédure définie par la directive elle-même. Il s'agit donc de procédure, pas du fonds.
Il n'est pas compliqué ni long de remettre les choses à plat. Cela demande juste que cela soit fait, et ce coup-ci en respectant les procédures. Et cela pourrait très bien être fait dans les délais de six mois imposés par le Conseil... Attention, prêts? Partez!

PhL38Fr
Le 19/07/2016 à 00:36:46

Malheuruesement, au nom de la croissance et de l'emploi nos décideurs oublient qu'ils prennent des décisions qui vont à l'encontre de la santé humaine. Nucléaire, pesticides, finance, Grands projets inutiles, etc... Continuons, il y a tant de désordres qu'ils ne pouront pas les ignorer impunément.

Odile LE FLOCH
Le 18/07/2016 à 21:32:22

il est urgent d'intervenir. bravo et courage; la justice du bon paiera un jour

un anonyme
Le 18/07/2016 à 20:50:53

c est incroyade qu on tolère de nos jours tant de pesticides alors que les apiculteurs nous mettent en gardes contre les conséquences alarmantes

lilou
Le 18/07/2016 à 19:56:54

Ma maison est coincée entre des champs du Nord au Sud. C'est affreux ce qu'ils peuvent traiter : avant la pluie, après la pluie, la nuit, le matin très tôt... La campagne n'est qu'un ballet de tracteurs pulvérisant de ci de là. Je me demande si les grandes villes ne sont pas moins polluées. Et rien à faire des gens

Sylvie BRANDT
Le 18/07/2016 à 18:43:03

C'est insensé on voit de plus en plus de mesures régressives alors que des mesures inverses devraient limiter l'usage des poisons dans l'alimentation.
Les affaires sont les affaires et à l'évidence elles n'ont que faire de la santé de la population.
On est face à un paradoxe : Il vaut mieux habiter Paris, là où résident ceux qui décident sans nous en faveur des gros actionnaires, qu'à la campagne là où normalement on devrait vivre en bonne santé. Une fois de plus on marche sur la tête et ça continue ... vers le pire.
Le terme de terroriste mériterait d'englober beaucoup plus de personnes, mais on en fait un usage exclusivement politique puisqu'il s'agit de gouverner avec la peur.

GuyD
Le 18/07/2016 à 18:40:28

les gens qui nous gouverne sont des incapables, il y a des preuves , nous avons jamais été dans la merde comme maintenant, pauvre FRANCE quel pays de bons à rien

nico50
Le 18/07/2016 à 18:38:14

les paysans se foutent pas mal des FRANCAIS, il ne respectent rien et en plus c'est nous qui les nourrissons car en faisant de la merde ils en vivent encore très bien malgré leurs plaintes au quotidien ils n'ont pas honte, moi je ne mange pas de leur merde, mais seulement ils polluent, tout il y en a marre!!!!!!!!!!!

un anonyme
Le 18/07/2016 à 18:34:31

STOP A TOUT EMPOISEMENT PAR LES PRODUITS CHIMIQUES RECONNUS DANGEREUX ET CANCERIGENES, les élus doivent nous protéger de tout et ne pas se laisser embobiner par tous ces fabricants de produits trés dangereux et trés inutiles, car ils sont VENAUX ET NE PENSENT Qu'a eux. Il y a eu trop de morts, trop de malades, et ça creuse encore plus la sécurité sociale.CE CERCLE VICIEUX DOIT S'arrêter au plus vite, POUR UNE FRANCE PLUS SAINE.

CHARBON
Le 18/07/2016 à 18:26:59

Pour que les rdv de la mort cessent mettons fin à l aveuglement des politiques devant la chimie et ses lobbies.
Marc Posière

Marc POSIERE
Le 18/07/2016 à 17:58:13

Ne perdez pas courage , les 'gros bonnets producteurs de 'poisons ' devront bien 'plier ' rapidement , il y eu trop de morts .

Pierre Maurit
Le 18/07/2016 à 16:22:59

Assez est assez. Croyez-vous que l'on va vers un meilleur monde en libérant encore plus de poisons dans l'air, l'eau et la terre ?

Tim LEGG
Le 18/07/2016 à 16:03:15

Il serait enfin temps que les élus prennent en compte la santé publique au lieu de céder lamentablement aux les hobbies de la chimie

Denis JACQUOT
Le 18/07/2016 à 15:53:33

Ras le bol des empoisonneurs!

Dany marchal
Le 18/07/2016 à 15:50:35

Ce n'est pas la première fois que le Conseil d'Etat prend des arrêts politiques, démontrant sa collusion avec les grands groupes de pression industriels, financiers ou agro-alimentaires.
"Complète indigence" dit un autre commentaire : j'ajouterai que l'âge de ses membres est un facteur prédominant de leur incompétence, de leur ignorance et de leur incapacité à s'adapter aux enjeux majeurs d'aujourd'hui.
Trop sensibles aux plaidoyers jargonneux de ceux qui campent à demeure à leur porte, ils sont hermétiques aux valeurs élémentaires qui font le socle de notre survie et de notre bien être.
Comme les technocrates européens, ils font passer des intérêts privés devant l'intérêt commun. Et la santé des citoyens ainsi que la survie de la biodiversité font partie de cet intérêt commun !
Alors que cette abrogation soit l'ultime occasion de rédiger un autre texte encore moins permissif aux pesticides et qui remette l'Homme au centre du débat !

Danyboy
Le 18/07/2016 à 15:34:01

Alors que villes, particuliers...; se détournent de l'utilisation de ces produits "infernaux" (à l'origine dérivés de l'industrie de guerre, celle de 14-18 et ses gaz de combat!!!), des hauts personnages de l'Etat, à des lieux de ces questions très concrètes se permettent de demander l'abrogation de mesures visant à améliorer les choses, mais pas à les régler complètement; comment cela est-il possible?... Par qui sont-ils conseillés?...

colibris
Le 18/07/2016 à 15:12:50

on a du pain sur la planche...

http://www.conseil-etat.fr/Actualites/Communiques/Epandage-aerien  

Cécile
Le 18/07/2016 à 14:59:23

Et au delà des zones habitées par l'humain bien entendu!

un anonyme
Le 18/07/2016 à 14:55:20

Si tel est le cas, le conseil d'état signe là sa complète indigence. Mais quelles sont donc ces gens qui nous gouvernent?

jph9
Le 18/07/2016 à 12:44:11

J'habite une zone agricole et je me sens très concernée par ce problème car je souffre de conjonctivite allergique très douloureux, au-delà des problèmes de santé que peuvent générer ces pulvérisations en cas de vent. Qui peut imaginer que le produit reste sagement au-dessus des champs concernés ?
Quand nous longeons en voiture certaines parcelles, nous savons rien qu'à l'odeur que le sulfatage à commencé. Je plains les paysans eux-même. Il ne seront protégés que par une interdiction générale.

Patricia BOULANGER
Le 18/07/2016 à 12:10:48

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !