actualité écologie

Les 10 jours verts Transacteurs

Samedi 3 octobre: marchons sur les aéroports!

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

météo

Annoncez la couleur !

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Journal des Bonnes Nouvelles

AG Cyberacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Ne laissez pas vos appareils en veille

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : 177 : LE SOJA CONTRE LA VIE

En 35 ans, la production mondiale de soja a augmenté de 495 %, faisant de cette légumineuse la caricature d'un modèle agro-industriel qui s'emballe. Avec l'appui des institutions financières internationales, quelques firmes multinationales et entreprises des pays producteurs se partagent un marché tourné vers l'alimentation des élevages intensifs. Cette expansion est source de nombreuses violations des droits humains et cause des dommages irréversibles à l'environnement. En Amérique latine, le soja génétiquement modifié envahit ainsi des millions d'hectares, provoquant l'expulsion de milliers de familles, une déforestation importante et des épandages massifs de produits chimiques. En réponse à cette situation, les populations s'organisent, au niveau national et local, pour promouvoir des alternatives et dénoncer les violations de leurs droits. C’est le cas à Santiago del Estero, la province la plus pauvre d'Argentine, où le mouvement paysan MOCASE affronte une entreprise qui - en connivence avec la police, les paramilitaires et les juges locaux - veut s'approprier plus de 150000 hectares.

Bilan de la cyberaction :

2259 ont écrit à
gobernador@sde.gov.ar.   ,jefaturadegabinete@sde.gov.ar.  

Présentation de la cyberaction :

Le 6 janvier 2006, les familles de la commune de Santa María Salomé, voient arriver des bulldozers, accompagnés de paramilitaires et de 12 policiers lourdement armés. Les engins sont envoyés par l'entreprise Madera Dura Del Norte pour raser les arbres et clôturer les espaces où vivent de nombreuses familles paysannes. L'entreprise dit agir en conformité avec un ordre du Juge Oscar Juárez (du tribunal de Santiago del Estero), mais les habitants s'interposent. Ils refusent de céder le passage, bien qu'on les menace de passer sur leurs corps, et obligent les machines à faire marche arrière.

Toutefois ce n'est que partie remise : dans les jours qui suivent, les terres sont à nouveau envahies par une dizaine de bulldozers qui entament leur oeuvre destructrice, sous l'oeil vigilant de 40 paramilitaires.

Le mardi 7 février, dans la municipalité de Sol de Mayo, alors qu'elles tentent d'empêcher l'avancée des bulldozers à quelques mètres de la maison de la famille Santillan, les communautés sont agressées par des policiers (transportés par l'entreprise et répondant à ses ordres) qui font usage de bombes incendiaires, de balles en caoutchouc et brutalisent plusieurs personnes. 2 personnes de la famille Santillan sont arrêtées et seront détenues durant 10 jours.

Une nouvelle étape a donc été franchie par Madera Dura Del Norte, qui revendique au total près de 156 000 hectares de terres dans la province de Santiago del Estero, et harcèle depuis trois ans les communautés afin d'étendre son modèle agro-industriel.

A qui appartient vraiment la terre ?

La possession de la terre représente un problème crucial dans la région, qui subit depuis plus d'un siècle l'action dévastatrice de grandes entreprises forestières. La législation argentine reconnaît pourtant le droit des paysans à la propriété, lorsqu'il y a eu possession pacifique pendant plus de 20 ans et que certaines conditions sont remplies(1). Mais dans les faits, obtenir l'application de cette loi est au-delà des moyens des familles. L'enregistrement sur le registre du cadastre est coûteux, il nécessite l'emploi d'un avocat pour introduire la procédure... Les démarches sont difficiles à engager et les dépenses démesurées. Sans compter que les autorités sont plus enclines à favoriser les intérêts de quelques compagnies qu'à faire respecter les droits des communautés.

Ainsi, comme à Santiago del Estero, les familles paysannes se retrouvent dépossédées de leurs terres, bien qu'elles occupent les lieux depuis plusieurs générations, qu'elles y vivent, qu'elles y aient leurs maisons, leurs dispensaires, leurs écoles...

Une aggravation due au Soja

"Il y a encore quelques années"résume un militant argentin, "toutes ces terres étaient essentiellement des exploitations familiales. Les gens y faisaient pousser du maïs, du manioc, du coton (...) Aujourd'hui hélas, tout cela a bien changé, car ces terres ont été vendues par l'Etat à de grands propriétaires, qui y produisent surtout du soja génétiquement modifié de manière industrielle‰(2).

Ce constat sévère est partagé par le MOCASE. Depuis 1990, ce mouvement fédère les organisations de producteurs et promeut une politique agricole et agraire différenciée en tenant compte des spécificités régionales. Dans la province de Santiago del Estero, le MOCASEest en première ligne pour organiser l'expression et de la mobilisation des familles. En 1998, le MOCASE et les habitants du village de La Simona, avec l'appui de la mobilisation nationale et internationale, avaient tenu tête à un grand propriétaire, et ils vivent toujours sur leurs terres.

Depuis, le mouvement paysan fait face à une répression multiforme. Car les entrepreneurs du soja s'appuient non seulement sur des forces paramilitaires, mais aussi sur une police et une justice souvent ralliées à la cause des plus riches. Les derniers événements en témoignent : la solidarité est à nouveau nécessaire pour appuyer les paysans de Santiago del Estero.

(1) Parmi les conditions posées par la loi : il faut que le paysan ait utilisé la terre pour subvenir à ses besoins, qu‚il y ait apporté des améliorations, qu‚il ait construit un puits ou des réserves d'eau, qu‚il ait délimité sa parcelle, etc. (Source :  www.agirledroit.org/fr)   /> (2) Témoignage d'un membre de l'ONG Incupo, cité dans le document de campagne "Le soja contre la vie"(cf. ci-dessous)

POUR EN SAVOIR PLUS:

"Le soja contre la vie"

Le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD), le réseau Cohérence, la Confédération Paysanne, le Réseau Agriculture Durable (RAD) et le Groupe de recherche et d'échanges technologiques (GRET) ont lancé la campagne "Le soja contre la vie" en février 2006.

Ce n'est pas une campagne contre le soja, mais contre les dérives et excès d'un modèle agricole productiviste et spécialisé soutenu par les institutions financières internationales (IFI), promu par quelques firmes privées et relié à l'orientation productiviste et à l'industrialisation de l'élevage européen.

La campagne demande notamment aux autorités françaises d'user de leur pouvoir au sein des IFI pour stopper le financement des opérations liées à l'expansion de soja. Elle interpelle aussi les firmes agroalimentaires Cargill et Dreyfus.

Pour agir :
Site :  
www.sojacontrelavie.org.  
Rapport "Le soja contre la vie”
Dossier dans Faim Développement Magazine (CCFD) n° 209-210.

Contacts :
CCFD - Campagne - 4 rue J. Lantier, 75001 Paris - Tél. : 01 44 82 80 00
 www.ccfd.asso.fr.  

Réseau cohérence :  www.reseau-coherence.org.  
Confédération paysanne :  www.confederationpaysanne.fr.  

GRET :  www.gret.org.  

Réseau agriculture durable :  www.agriculture-durable.org.  

Réseau-Solidarité / Peuples Solidaires
10 quai de Richemont - 35000 RENNES (France)
Tél. : 00 33 2 99 30 60 53 / Fax : 00 33 2 99 30 39 30
reseau-solidarite@peuples-solidaires.org.  
http://www.peuples-solidaires.org/
  />
>#################################
Traduction du message envoyé

Monsieur le Gouverneur Zamora,
J'ai reçu des informations alarmantes par le MOCASE-VIA CAMPESINA sur les menaces que subissent les communautés de Santa María Salomé de la part de paramilitaires qui accompagnent l'entreprise "Madera Dura del Norte" avec protection policière et en connivence avec le juge Oscar Juárez du Tribunal de Santiago del Estero.

l'entreprise prétend détenir un titre de propriété de plusieurs terrains qui représentent un total d'environ 156.000 has, où vivent une grande quantité de familles depuis plusieurs générations.

Nous attendons de votre gouvernement:
- qu'il empêche les abattages d'arbres et le déboisement illégal et sans discrimination;
- qu'il défende les populations qui vivent sur ces terres et qui ont besoin de la richesse des forêts et de la terre pour préserver leur droit à une saine alimentation;
- qu'il empêche l'association du pouvoir judiciaire et des forces de l'ordre avec des entreprises privées, lesquelles utilisent les pouvoirs publics pour leurs propres bénéfices.

(Salutations)

Texte de la pétition :


Estimado Gobernador Zamora:

He recibido noticias alarmantes de MOCASE-VIA CAMPESINA sobre las amenazas sufridas por las comunidades de Santa María Salomé a cargo de paramilitares que acompañan a la empresa "Madera Dura del Norte" con protección policial y en connivencia con el juez Oscar Juárez del juzgado de Santiago del Estero.

La empresa alega tener título de propiedad de varios lotes que suman un total aproximado de 156.000 has, donde viven gran cantidad de familias desde varias generaciones.

Esperamos de su gobierno:
- Que impida talas y desmontes indiscriminados e ilegales.
- Que defenda la población del lugar que depende de la riqueza de los bosques y la tierra para preservar el derecho a una sana alimentación.
- Que impida la asociación del poder judicial y de las fuerzas de policía con empresas privadas, haciendo uso del poder público en beneficio propio.

Atentamente.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

Aucun commentaire

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !