Synthèse et analyse de la COP 22 (COnférence des Parties) de Marrakech -2016 –

par Alain Vandevoorde des Amis de la Terre

Quelques rappels pour situer le cadre
Lors du sommet de Paris de décembre 2015, 1er accord concernant tous les pays, les états avaient adopté l’objectif de contenir la hausse du réchauffement en dessous de 1,5° d’ici 2100, sans en préciser les objectifs d’étape, ni les moyens à mettre en oeuvre.
Aussi, les engagements de réduction volontaires des émissions de l’ensemble des pays nous mènent-ils sur une trajectoire de 3°
Par ailleurs, cet accord est non contraignant, qui permet à tout pays de sortir jusqu’à 3 ans après son entrée en vigueur.
Il était convenu de réévaluer les contributions volontaires des pays en 2025, sans qu’en soit définie la méthode
Nombre de questions posant problème ou à affiner ont été reportées aux discussions ultérieures, et notamment de la COP 22.

Synthèse COP 22
Fonds vert 1. Si le principe d’une contribution des pays riches à ce fonds vert à hauteur de 100 Milliards / an en 2020 est adopté depuis plusieurs années, il tarde à se mettre réellement en place où les pays riches continuent de venir les poches vides.
Ainsi aujourd’hui cette aide publique s’élève t-elle à 67 Milliards € et seuls 16% de ces fonds sont attribués à l’adaptation, ce qui est largement insuffisant. Le PNUE – Programme des Nations Unies pour l’Environnement – évalue ces besoins entre 140 et 300 milliards annuels d’ici à 2030.
Agriculture et sécurité alimentaire Aucun accord n’a pu avoir lieu concernant ce dossier. Le clivage oppose des partisans d’une agriculture paysanne respectueuse des sols et des populations, aux tenants d’une agriculture industrielle, chimique et aux OGM génératrice d’importantes émissions. De même des pays ne parlent que d’atténuation 2, alors que d’autres ne veulent que l’adaptation 3.
Révision des contributions La COP 21 avait chargé les COP suivantes d’instaurer un « dialogue de facilitation » afin de définir pour 2018 un cadre concret pour la mise en oeuvre de l’accord de Paris, de même devaient se discuter les méthodes de réévaluation des contributions volontaires des pays. Là encore, aucune avancée, les discussions reprendront l’an prochain
Pertes et dommages Lors de la COP 19 de Varsovie, les pays pauvres ont acquis de haute lutte la création de ce mécanisme d’indemnisation. Deux ans plus tard, il n’y a toujours aucun financement, ce mécanisme reste une coquille vide !
Une proclamation pour conjurer l’effet Trump
« Sonnée » par l’élection de Trump qui affirme ouvertement son soutien inconditionnel aux énergies fossiles, la COP s’est terminée par une proclamation solennelle réaffirmant la gravité et l’urgence de la situation, ainsi que du nécessaire engagement de tous.

Analyse et commentaires
Sortie des énergies fossiles : les lobbies font la loi !
L’exploitation des énergies fossiles depuis l’ère industrielle a fait « exploser » la teneur en CO2 de l’atmosphère. Aussi, nous ne pouvons plus exploiter que le 1/5 des ressources fossiles connues à ce jour, et faute de décroissance rapide de nos émissions d’ici 2020, le GIEC affirme que nous ne pourrons plus rester en dessous de 1,5° de réchauffement.
Et pourtant ces dernières continuent d’être largement subventionnées et soutenues du fait du poids des lobbies et de leur influence auprès des politiques. Aux USA, D.Trump vient même de nommer un climato-sceptique connu pour ses liens avec les lobbyistes à la tête de l’EPA.
Fonds vert, à votre bon coeur Messieurs, Dames
Alors que la fraude fiscale mondiale annuelle est estimée au bas mot à 1000 Milliards $, les contributions des pays riches font figure d’aumône. Pire depuis 2014, ils se déchargent sur le privé, les collectivités, ONG désormais admis depuis l’adoption du plan d’action Lima / Paris.
Facteur aggravant, aucune règle n’a été négociée à ce jour concernant ce plan d’action, ce qui ouvre la porte à toutes les dérives possibles : utilisation des OGM, plantations de forêts industrielles, accaparement des terres … Certaines entreprises multinationales l’ont bien compris, qui s’y sont engouffrées.
Situation Française
Si les négociations Onusiennes sont importantes, elles n’empêchent pas les pays d’agir, encore faut-il qu’elles en aient la volonté !’
Le nucléaire empêche toute transition énergétique
La décision par nos gouvernants de poursuivre obstinément le nucléaire, filière en très mauvais état et en faillite totale, nous coûtera des centaines de milliards.
Par voie de conséquence, la transition énergétique est une coquille vide. Ces milliards sont indispensables à la rénovation des logements, au développement des énergies renouvelables, au développement des alternatives au tout routier, à la transformation de notre agriculture …Là encore de puissants lobbies sont à l’oeuvre.
Faute de mobilisation citoyenne forte, nous risquons de connaître à la fois la peste et le choléra ; à savoir subir les effets et dégâts du réchauffement climatique, mais aussi la survenue d’un Fukushima de plus en plus probable, avec en plus des caisses financières qui auront été vidées !
Présidentielles 2017, les politiques hors sol !
Alors qu’il nous faut 1,6 planète, que la teneur en CO2 est 45% supérieure à la normale, que notre terre devient de moins en moins habitable, aucune formation politique ne parle de l’extrême gravité de la situation environnementale et de l’effondrement du vivant que confirme hélas le dernier rapport « Planète vivante du WWF » voir article de presse
Tout se passe comme si nos décideurs vivaient hors sol, dans un autre monde, en fait celui de la finance et des lobbies.
Alors que le GIEC affirme haut et fort que faute d’action rapide et radicale, « nous sommes au bord de dégâts importants, étendus et irréversibles », rien n’est proposé pour réduire drastiquement nos émissions, ni réduire notre empreinte écologique, ni sortir de la chimie particulièrement nocive pour l’environnement et le vivant.
Assos écolo : pas d’alliance pour la défense de la vie
Alors que les présidentielles permettent d’aborder nombre de sujets majeurs, et d’interpeller l’opinion et les candidats, il est consternant de voir qu’aucun front commun associatif n’existe pour la défense de la vie qui se poserait en lanceur l’alerte, pour sauver l’habitabilité de la terre et l’humanité, car c’est bien de cela qu’il s’agit.
Chacun reste dans son coin, gérant à l’ordinaire son petit pré carré, bien respectable certes, mais qui accrédite l’idée que finalement tout ne va pas si mal que ça.
Notre pouvoir est puissant et nous ne l’utilisons pas !
Et pourtant nous disposons d’atouts majeurs :
De l’argent il y en a, aussi bien en France qu’au niveau mondial.
Les alternatives existent.
Nous sommes 1 000 fois plus nombreux que ceux qui nous dirigent et manipulent, et 7 Milliards de personnes sont concernées.
L’histoire est longue des luttes sociales qu’on disait impossibles à remporter. Seules les batailles que nous n’engageons pas sont perdues d’avance.
Pour rappel, les Amis de la terre Dunkerquois tiennent chaque mois depuis 4 ans un cercle de bruit, où nous allons à la rencontre de la population, pour l’alerter de la gravité de la situation, et les inviter à se mobiliser.
Cette initiative peut paraître dérisoire, insensée. Légere, facile à mettre en oeuvre, elle peut être reproduite partout de par le monde, et sa généralisation pourrait à terme créer un raz de marée qui emporterait l’immobilisme.

1- Le fonds vert est chargé d’aider les pays en voie de développement à faire face aux changements consécutifs aux changements climatiques, mais aussi à réduire leurs émissions
2 – L’atténuation désigne la réduction des émissions de GES
3 – L’adaptation désigne les actions menées en vue de faire face aux conséquences des changements climatiques

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *