actualité écologie

AG Cyberacteurs

météo

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Journal des Bonnes Nouvelles

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Ne laissez pas vos appareils en veille

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

image vide cyberacteurs
image vide



Cyberaction : Solidarité avec les faucheuses et faucheurs d’OGM

L’érosion de la biodiversité cultivée et sauvage en Bretagne comme ailleurs est un sujet grave. Le débat sur les OGM, leurs disséminations et leurs importations, concerne toute la population de la Bretagne, celle qui vote comme celle qui s’abstient.

[ 1 931 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 13 août 2020

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Président du Conseil Régional de Bretagne
En soutien à Minga, la fédération Nature & Progrès, le syndicat des artisans semenciers, L’Alliance Slow Food des Cuisinier-e-s en France

Plus d'infos

Soutien Faucheurs OGMPour la biodiversité cultivée et sauvage et une démocratie vivante.

En France et en Europe, l’action des faucheuses et faucheurs d’OGM a été décisive pour sensibiliser l’opinion publique et faire avancer le débat public sur les menaces que font peser les OGM sur la biodiversité.
En Bretagne, leur demande de rencontre formulée à plusieurs reprises depuis décembre 2019 auprès des élus de la Région s’inscrivait dans cette même volonté d’ouvrir un débat démocratique sur le sujet; sachant que le soutien financier de la Région à l’importation de soja OGM qui contribue à l’accélération de la déforestation de l’Amazonie mise en œuvre par le gouvernement de Jair Bolsonaro questionnait la cohérence et la portée des politiques publiques en matière de biodiversité.

Devant le refus du président du conseil régional et du vice-président en charge de l’agriculture de les rencontrer, et faute de pouvoir assister à la séance du Conseil du 10 juillet sur le thème de « la préservation et la valorisation de la biodiversité », un groupe de faucheuses et faucheurs volontaires a donc mené une action de désobéissance civile pour ouvrir les portes du conseil pendant cette séance.
La peur ressentie par certain.e.s. élu.e.s a suscité une émotion disproportionnée qui est allée jusqu’à traiter, et laisser traiter, des citoyen.ne.s responsables et non-violents de « khmer vert » alors qu’ils ne faisaient que rappeler que le Conseil régional ne peut pas rester une enceinte fermée à la diversité de la population.
Sans les faucheuses et faucheurs volontaires, les délibérations de l’assemblée régionale contre les OGM n’auraient été que des vœux pieux de même que, sans les militants de ZAD, la zone humide de Notre-Dame-des-Landes serait bétonnée depuis longtemps.
La biodiversité écologique et la vie démocratique respirera et s’épanouira en Bretagne :
• Quand tous les journalistes pourront faire leur travail d’enquête sur les scandales sanitaires engendrés par l’agro-industrie sans être entravés et confrontés à la violence d’intimidations inacceptables.
• Quand les faucheuses et faucheurs d’OGM, au lieu d’être méprisés, stigmatisés et criminalisés seront reçus et entendus par les élus comme des acteurs majeurs de la préservation et la valorisation de la biodiversité.
• Quand tous les intérêts en jeu seront rendus apparents, formulés et débattus, et plus étouffés sous des formules creuses comme celles de la « transition écologique » et de l’« agriculture durable »
Depuis longtemps, dans l’alimentation, dans l’éducation, la recherche, la culture, et la santé, il existe des milliers de professionnels qui assument leur métier au regard de la gravité de la crise écologique et n’ont pas attendu ni des opportunités de marché ni des médailles pour assumer leurs responsabilités d’êtres humains. Solidaires des faucheuses et faucheurs, ils n’ont plus rien à attendre de politiques qui refusent de sanctionner des pollueurs, qui étouffent l’engagement militant et qui accompagnent la privatisation des services publics.
La noblesse de la politique, quand on se dit démocrate, c’est précisément de donner corps au débat des idées et des faits, pas de criminaliser ni de mépriser les engagements de celles et ceux qui ont le souci de l’intérêt général.
L’assemblée régionale doit être une assemblée ouverte à des débats difficiles et à des réalités tragiques, pas une assemblée repliée sur elle-même, et encore moins sur des peurs pour éviter d’avoir à trancher.

Le 11 août 2020
Minga, la fédération Nature & Progrès, le syndicat des artisans semenciers, L’Alliance Slow Food des Cuisinier-e-s en France

Rennes : des faucheurs volontaires forcent les portes du Conseil régional pour contester les importations de soja
https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/rennes-faucheurs-volontaires-forcent-portes-du-conseil-regional-contester-importations-soja-1852444.html  

OGM - La « violence » des faucheurs volontaires : décryptage
https://www.infogm.org/7024-ogm-violence-faucheurs-volontaires-decryptage  




Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à presidence@bretagne.bzh
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Pour la biodiversité et la démocratie
  • Message : Monsieur le président

    La noblesse de la politique en démocratie c’est de donner corps au débat des idées et des faits, pas de criminaliser ni de mépriser les engagements de celles et ceux qui ont le souci de l’intérêt général.
    L’assemblée régionale doit être une assemblée ouverte à des débats difficiles et à des réalités tragiques, pas une assemblée repliée sur elle-même, et encore moins sur des peurs pour éviter d’avoir à trancher.
    Soyez assuré que biodiversité et démocratie sont les moteurs de mon vote.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

6 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

Nous nous étions battus dès le début contre les OGM et nous sommes d'accord pour dire encore NON.

Monique et Michel Sanciaud
16/11/2020 - 17:33:51

Le Pérou interdit les OGM pour 15 années supplémentaires
https://www.notre-planete.info/actualites/4751-Perou-agroecologie-OGM  

Alain UGUEN
14/11/2020 - 11:31:13

Bilan de la cyberaction : Pour un moratoire sur les VrTH cultivés en France : colza et tournesol
https://www.cyberacteurs.org/archives/bilan.php?id=1239  

Alain UGUEN
04/11/2020 - 08:32:50

Faucher des tournesols mutés pour « défendre le vivant »

"Le 15 octobre à Perpignan, s’est tenu le procès des Faucheurs volontaires qui avaient détruit en août 2016 à Elne (Pyrénées-Orientales), un champ de tournesols destinés à produire à terme des semences de variétés rendues tolérantes aux herbicides (VrTH) par mutagénèse. Le Parquet a requis une amende de 5 000 euros et ne s’est pas prononcé sur les dommages et intérêts demandés. Le délibéré du tribunal est attendu le 17 décembre."
https://www.infogm.org/7070-faucher-des-tournesols-mutes-pour-defendre-le-vivant  

Alain UGUEN
04/11/2020 - 08:20:34

Lettre ouverte des Faucheurs volontaires d'OGM concernant la révision de la loi de bioéthique

Mesdames les sénatrices, Messieurs les sénateurs,

Vous devez bientôt finaliser la révision de la loi sur la bioéthique. Les Faucheurs volontaires d'OGM, par cette lettre ouverte veulent alerter sur certains aspects éthiques liés aux modifications génétiques des embryons ou liés aux examens génétiques.
Il ne s'agit plus en effet avec cette révision de la loi de "respecter des principes éthiques forts" comme le disait le rapporteur de la loi, M. Léonetti en 2011 mais de "réinterroger les principes de la bioéthique à l'aune des dernières évolutions scientifiques " aux dires du rapporteur de la loi actuelle M. Touraine. Ce qui est un renversement complet à la lecture de cette nouvelle loi: adapter l'éthique aux évolutions scientifiques - en fait techniques. Ce nouvel esprit de la loi est inconséquent au regard des risques non maîtrisables encourus, vu les limites de nos connaissances actuelles en biologie et au regard des questions philosophiques qui se posent. Nous avons le devoir de vous en faire part.

• Les recherches sur les embryons surnuméraires conçus in vitro et sur les cellules souches pluripotentes qui en sont issues ne sont plus interdites depuis 2013 au motif que ces embryons sont destinés à être détruits et qu'ils échappent à la Convention d'Oviedo et à l'article 16 - 4 du code civil qui vient d'être modifi é. Les modifi cations génétiques sur ces embryons surnuméraires et cellules souches embryonnaires ne sont plus interdites dans la loi de 2020. Ces embryons n'ont pas de descendance mais, notre inquiétude porte sur deux points. D'une part, des recherches biomédicales se font actuellement sur les embryons destinés à être réimplantés dans l'utérus pour "le bien de l'enfant à naître". Les modifications génétiques y demeurent interdites mais il y a de quoi s'interroger quand on lit dans le rapport Touraine qu'il est question de "sélectionner des embryons ayant les meilleurs capacités de développement", ce qui pose le problème éthique de dérive eugénique. D'autre part, on lit dans l'Étude d'impact concernant les embryons surnuméraires génétiquement modifiés: "Il existe un large consensus international pour au minimum attendre, avant d’envisager tout transfert in utero d’embryons ainsi modifiés, l’obtention d’un corpus solide
de connaissances quant aux conditions d’utilisation de ces techniques". Le but est bien le transfert de modifications génétiques à la descendance : d'abord pour des raisons médicales et thérapeutiques qui seront encadrées: modifier le gène de maladies génétiques quand le DPI est impossible, guérir des stérilités, mais après ? Nous dénonçons la dérive eugénique et nous voyons bien que les manipulations sur les embryons destinés à être détruits préparent les manipulations sur les embryons qui seront implantés (comme ce qui a été fait en Chine).
Par ailleurs, nous avons en tant que Faucheurs volontaires particulièrement travaillé sur les nouvelles techniques de modification génétique qui sont appelées "édition" du génome ou modification "ciblée" des gènes. Nous vous rappelons que l' "édition" du génome n'est pas définie dans la loi et est une invention de l'industrie des biotechnologies qui veut minimiser les conséquences de ces manipulations soit-disant précises mais qui en réalité
génèrent de très nombreux effets non intentionnels. L'outil de bio-ingénierie Crispr Cas 9 vanté comme "ciseau génétique"pour évoquer cette précision se révèle par ailleurs peu précis puisqu'il a été détrôné par des technologies ultérieures. Le rapport Touraine décline d'ailleurs ces risques mais il dit qu'il seront maîtrisés, ce qui au regard des connaissances globales sur le vivant semble impossible tant celui-ci est changeant, complexe et lié à sa longue histoire évolutive dont une partie ne sera jamais accessible. Va-t-on modifier des bébés sachant cela ?
• Dans cette loi 2020, les embryons chimériques deviennent autorisés : il s'agit d'embryons animaux ayant
reçu des cellules humaines ou animales à un stade précoce, ce sont des embryons composites qui pourront être réimplantés dans l'utérus des femelles. Ainsi, ont été déjà obtenus des animaux portant un organe humain. En 1927, la notion de bioéthique a été créée, elle recouvrait alors les relations de l'homme avec les autres espèces, dans le respect des uns et des autres. Nous ne pouvons constater qu'une régression: quelle dignité et quelle vie pour cet animal chimère à part sa mort lorsque l'on prélèvera l'objet du désir : l'organe humain à greffer? Certes, la zootechnie depuis le XIXème siècle nous a habitué à considérer les animaux comme du matériel mais nous pouvons nous en indigner.

• Les recherches sur les cellules souches pluripotentes induites (iPS) nous posent aussi des problèmes éthiques. Ces cellules souches d'origine somatique sont reprogrammées de façon génétique et/ou épigénétique pour redevenir pluripotentes c'est à dire donner tout type de tissus y compris des gamètes.
Ainsi, à partir de cellules somatiques de femme, on pourra faire des ovules en grand nombre pour les fécondations in vitro et donc pour les diagnostics préimplantatoires qui éliminent les embryons "défectueux"... on ne peut penser qu'à la dérive eugénique qui dans ce cas, serait augmentée par le nombre d'embryons disponibles.
À l'extrême: une femme pourra se reproduire toute seule : il est envisagé de pouvoir transformer une cellule iPS en spermatozoïde et un homme pourra se reproduire tout seul (ovule dérivé d'iPS) à condition de trouver une mère porteuse. Ainsi se dessinent l’artificialisation de la vie et le transhumanisme, ce qui préoccupe les Faucheurs volontaires d'OGM.

• Enfin, les prouesses techniques liées à la numérisation des données font que le séquençage des génomes et
le génotypage deviennent possibles sur des individus à tout âge et sur des embryons. Ces examens génétiques sont pour le moment en France soumis à consentement et uniquement à visée médicale (dans le cas de maladies
génétiques ou chromosomiques graves) et peuvent aboutir à des interruptions médicales de grossesse possibles pendant toute la grossesse. Là encore se pose le problème éthique quand on sait que l'albinisme peut être discriminatoire. A quand les bébés à la carte ?
Un autre problème est soulevé: des tests prédictifs sont présentés au grand public par des entreprises de biotechnologies sur internet et contrairement aux lois de notre pays puisque hors contexte médical. Il proposent d'obtenir des informations sur le génome d'une personne, risques de maladies ... Après avoir été interdits par la FDA (Food and Drug Administration), pour manque de fiabilité, ils sont maintenant autorisés. Nous avons noté la faiblesse de la loi à anticiper ce problème: absence d'accompagnement médical et perte de confidentialité.
En conclusion, nous ne pouvons accepter que des considérations économiques et de compétitivité de notre pays puissent être avancées dans une loi de bioéthique : elles sont hors sujet.
L'éthique, au sens large - incluant tout le vivant - est une réflexion qui doit précéder les avancées technologiques et non l'inverse. Parce que des manipulations techniques sont possibles, on les fait, mais plus de possibles, est-ce mieux ? En effet, ces manipulations relèvent des progrès de la technique dans les domaines du numérique et de la biologie moléculaire mais ne relèvent pas de la science du vivant dans son ensemble.
Dans cette loi, l'éthique devient de l'acceptabilité éthique et la gestion des risques se fera a posteriori . La maîtrise des risques est cependant impossible puisque toutes les composantes du vivant ne peuvent être prise en compte n'en déplaise à Descartes qui disait "L'Homme doit se rendre comme maître et possesseur de la Nature".
Les questions ne sont pas posées en amont: est-il suffisant d’un point de vue éthique d’aborder la question du risque ? Nous pensons que non.
Les manipulations génétiques des embryons implantés qui après "consensus international" seront sûrement encadrées avec "un seuil de sécurité acceptable" nous font envisager le pire : un avenir où les enfants seront choisis comme des objets par leurs parents. Ceux-ci risquent d'être déçus vu que le vivant ne se réduit pas à son ADN, mais le pire est que cela aura été pensé ... Ainsi cette loi permet des dérives eugénistes et transhumanistes.
Peut-on fonder une société humaine sur la transgression perpétuelle par la technique des limites éthiques ?

Faucheurs volontaires
31/10/2020 - 09:33:10

Depuis le temps que nous manifestons, que nous signons ces pétitions sur des sujets que le bon sens commun ne peut cautionner, faudra-t-il ressortir les fourches et la guillotine pour se faire entendre ?!

Marie CLAUX
24/08/2020 - 12:20:08

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !