actualité écologie

Ne laissez pas vos appareils en veille

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

AG Cyberacteurs

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Journal des Bonnes Nouvelles

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

météo

image vide cyberacteurs
image vide



Cyberaction : Loi sécurité globale: surveillance généralisée des manifestations

Le 20 octobre, les députés de la majorité LREM ont déposé une proposition de loi de « sécurité globale » qui sera débattue par l’Assemblée nationale le 4 novembre. Son article 21 veut déréguler l’utilisation des caméras mobiles portées par les forces de l’ordre. Son article 22 veut légaliser la surveillance par drone. Son article 24 veut interdire au public de diffuser l’image de policiers.

[ 2 694 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

Cette cyberaction a également pour objectif d'interpeller vos élus. Vous pouvez ajouter vos élus en copie du message en cliquant sur modifier des éléments après avoir rempli vos coordonnées

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 03 novembre 2020

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Président de l'Assemblée Nationale | à votre député
En soutien à La Quadrature du Net


Elle prendra fin le : 03 février 2021

Plus d'infos

Sécurité GlobaleLa Quadrature du Net demande le rejet de ces trois mesures, ne serait-ce qu’en raison de l’atteinte inadmissible qu’elles portent au droit fondamental d’exprimer nos opinions en manifestation. Ce n’est pas la seule critique à faire contre ce texte, mais c’est la critique que nous développerons dans cette première analyse.

L’approche confrontationnelle du maintien de l’ordre

Pour bien comprendre les dangers posés par cette proposition de loi, il faut la resituer dans la pratique générale du maintien de l’ordre en manifestation. Deux approches s’y opposent.

Une première approche « d’accompagnement », telle qu’elle serait enseignée au centre de formation de la gendarmerie ou telle qu’elle existe en Allemagne, en Suède ou en Suisse, se concentre sur la protection des manifestants, le dialogue et la désescalade de la violence.

Une deuxième approche « confrontationnelle », telle qu’elle s’illustre vivement depuis 2015 et telle qu’elle est fermement dénoncée depuis (voir par exemple le rapport du défenseur des droits de 2018), vise avant tout à dissuader la population de participer à des manifestations, que ce soit par épuisement psychologique des participants (pratique de la nasse, blocage ou filtrage des entrées et sorties du parcours, gazage, fouilles au corps, comportements injurieux) ou par des violences physiques (LBD, grenades, charges). Cette seconde approche ne traite plus les manifestantes et les manifestants comme des individus à protéger mais comme des « flux » déshumanisés qu’il s’agit uniquement de canaliser, de dévier, de retenir ou d’écouler.

L’approche « d’accompagnement » est théoriquement compatible avec notre droit fondamental de manifester. Au contraire, l’approche confrontationnelle est frontalement opposée à ce droit, par essence. C’est cette approche que la loi « sécurité globale » tente de renforcer, en donnant à la police trois moyens technologiques nouveaux pour s’y enfoncer davantage.

Surveillance de masse au sol

Une loi de 2016 a autorisé les policiers et les gendarmes à filmer leurs interventions par des « caméra mobiles ». Une condition était toutefois posée : que l’agent portant la caméra ne puisse pas accéder aux images, celles-ci ne pouvant être exploitées qu’a posteriori, lorsqu’un événement particulier survenu pendant l’intervention le justifiait. Cette condition, d’après l’avis de la CNIL, constituait une des « garanties essentielles » capables de rendre le dispositif acceptable.

L’article 21 de la loi « sécurité globale » propose de supprimer cette garantie. Non seulement l’agent pourra accéder aux images qu’il a enregistrées mais, plus grave, les images ne seront plus seulement exploitées à posteriori : elles pourront aussi être « transmises en temps réel au poste de commandement ». Quel est le but de cette transmission en temps réel ? Il ne s’agit manifestement pas d’informer le centre de commandement du déroulé de l’intervention, puisqu’une communication orale y suffit largement depuis des décennies. À notre sens, un des intérêts principaux serait de permettre l’analyse automatisée et en temps réel des images. Pour rappel, la police est autorisée depuis 2012 à utiliser des logiciels de reconnaissance faciale pour identifier une des 8 millions de photos déjà enregistrées dans le fichier de traitement des antécédents judiciaire (TAJ) sur n’importe quelle image dont elle dispose (qu’elle vienne de caméras fixe ou mobile, de vidéo publiée en ligne, etc.)
En manifestation, la reconnaissance faciale en temps réel permettra au centre de commandement de renseigner en direct les agents de terrain sur l’identité des nombreux militants et militantes qu’ils croiseront, déjà fichées à tort ou à raison dans le TAJ, fichier que la police gère seule sans contrôle indépendant effectif. Ce nouvel outil permettra à la police de multiplier certains abus ciblés contre des personnes déjà identifiées : gardes à vue « préventives », accès au cortège empêché, interpellations non-suivies de poursuite, fouilles au corps, confiscation de matériel, comportement injurieux…

Il ne s’agirait pas d’une simple accentuation mais d’un véritable changement de paradigme : actuellement, la police ne peut malmener qu’une poignée de personnes, plutôt célèbres, dont le visage peut être effectivement retenu par les policiers humains. Cette limite cognitive disparaît entièrement avec la reconnaissance faciale en temps réel, qui pourra toucher n’importe quel militant politique ou presque. Cette évolution est parfaitement étrangère à l’approche protectrice du maintien de l’ordre, mais s’inscrit parfaitement dans l’approche confrontationnelle.

Surveillance de masse aérienne

L’article 22 de la loi « sécurité globale » propose d’autoriser une pratique qui s’est répandue en violation de la loi au cours des derniers mois : le déploiement de drones pour surveiller les manifestations (pratique que nous venons d’attaquer à Paris).

Une telle surveillance aérienne est parfaitement inutile dans l’approche non-confrontationnelle du maintien de l’ordre : les drones ne sont pas des outils de dialogue ou d’apaisement mais, au contraire, distancient certains policiers et gendarmes des manifestants, qui ne peuvent même plus les voir. À l’inverse, la surveillance de masse par drones s’inscrit parfaitement dans l’approche confrontationnelle, et ce de deux façons.

En premier lieu, tout comme pour les caméras mobiles, les images captées par drones peuvent être analysées par reconnaissance faciale en temps réel, facilitant les actions ciblées de la police contre des militants préalablement identifiés. La surveillance par drones permet aussi, plus simplement, de suivre à la trace n’importe quel individu « dérangeant » repéré au cours d’une manifestation, afin de diriger les forces aux sols pour le malmener. Mediapart en a récemment donné un exemple saisissant : le témoignage de militantes qui, pour défendre l’hopital public, ont lâché une banderole flottante pendant un discours d’Emmanuel Macron et que la police a interpellées dans un domicile privé en expliquant avoir suivi leur trace par drone – avant de les relâcher après quatre heures, sans qu’elles ne soient poursuivies. Gérard Darmanin l’explique sans gêne dans le nouveau « schéma national du maintien de l’ordre » : les drones « sont utiles tant dans la conduite des opérations que dans la capacité d’identification des fauteurs de troubles ».

En second lieu, à ces attaques ciblées s’ajoute une approche plus collective. Le drone est l’outil idéal pour la gestion de flux déshumanisés propre à l’approche confrontationnelle. La position aérienne donne à voir concrètement ces « flux » et « liquides » que nous sommes devenus. Elle fait clairement apparaître les robinets et les écluses que la police peut actionner pour retenir, dévier ou faire écouler les flux humains : nasses, barricades, filtres, grenades, gaz. La stratégie d’épuisement des foules est bien délicate à mener sans vision d’ensemble, et c’est l’intérêt principal des drones que d’offrir cette vision.

Pire, avec une vision si haute et lointaine, les ordres du centre de commandement ne peuvent qu’être déconnectés des considérations humaines les plus élémentaires : bien souvent, les manifestants et les manifestantes ne sont plus que des points vus du dessus, dont la souffrance et la peur sont imperceptibles. Les conditions idéales sont réunies pour éviter que les donneurs d’ordre ne soient distraits par quelque empathie ou considération morale, pour que plus rien ne retienne la violence illégitime qui dissuadera les manifestants de revenir exercer leurs droits.

Interdiction de documenter l’action de la police

L’article 24 de la loi « sécurité globale » propose d’interdire au public de diffuser « l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un militaire de la gendarmerie nationale lorsqu’il agit dans le cadre d’une opération de police » et lorsque cette diffusion est faite « dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique ». Cette dernière précision vise à rassurer, mais ne soyons pas dupes : la police empêche déjà très régulièrement des personnes de la filmer alors qu’elles en ont parfaitement le droit. Cette nouvelle disposition ne pourra que rendre l’opposition de la police encore plus systématique et violente, peu importe le sens exact de la loi. De même, cette disposition sera à coup sûr instrumentalisée par la police pour exiger que les réseaux sociaux, petits ou grands, censurent toute image d’abus policiers, d’autant que le droit français rend ces plateformes responsables des images « manifestement illicites » qu’elles ne censureraient pas après signalement.

Il faut bien comprendre, ici encore, que si le maintien de l’ordre se faisait dans une approche de protection et d’apaisement, cette mesure serait parfaitement inutile. La population ne dénoncerait pas de policiers et n’en diffuserait pas l’image si la stratégie de maintien de l’ordre ne reposait pas sur la violence. Le seul objectif de cette disposition est de permettre à cette violence de perdurer tout en la rendant pratiquement incontestable.

Conclusion

Aucune de ces trois mesures ne serait utile dans une approche non-violente du maintien de l’ordre, dont l’objectif ne consisterait pas à combattre l’exercice légitime d’une liberté fondamentale mais bien de l’accompagner. A fortiori, ces mesures donneraient un pouvoir nouveau, dans un contexte où la contestation contre les violences policières grandit et où se fait criant le besoin de mécanismes démocratiques de contre-pouvoirs et de régulation du maintien de l’ordre.

Ce fourvoiement des députés LREM, avec la complicité du gouvernement et de leurs alliés de circonstance du centre traduit une déconnexion de certain·es parlementaires. Nous demandons à l’Assemblée nationale de supprimer ces articles et d’exiger — c’est aussi son rôle — du ministère de l’intérieur un changement radical de modèle dans le maintien de l’ordre.
La quadature du Net
https://www.laquadrature.net/2020/10/29/loi-securite-globale-surveillance-generalisee-des-manifestations/  

LE MAINTIEN DE L'ORDRE AU REGARD DES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE
https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/rapports/2018/01/le-maintien-de-lordre-au-regard-des-regles-de-deontologie  

Le Sénat autorise Darmanin à nous surveiller en violation du droit européen
https://blogs.mediapart.fr/la-quadrature-du-net/blog/151020/le-senat-autorise-darmanin-nous-surveiller-en-violation-du-droit-europeen  

La Quadrature du Net poursuit en justice les drones policiers
https://siecledigital.fr/2020/10/28/quadrature-du-net-drones-policiers/  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à richard.ferrand@assemblee-nationale.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Loi sécurité globale
  • Message : Madame, Monsieur
    Dans une proposition de loi de « sécurité globale » débattue ce 4 novembre, l'article 21 veut déréguler l’utilisation des caméras mobiles portées par les forces de l’ordre. Son article 22 veut légaliser la surveillance par drone. Son article 24 veut interdire au public de diffuser l’image de policiers.
    Un tel débat entre une approche protectrice du maintien de l’ordre et une approche confrontationnelle qui vise avant tout à dissuader la population de participer à des manifestations mérite mieux qu'un vote à l'arraché en période troublée..
    Pour la défense d’un droit indispensable à une démocratie, je vous demande donc de vous opposer au projet de loi « sécurité globale », et notamment ses articles 21, 22 et 24.
    D’avance, merci de refuser cette loi déséquilibrée.

Cette cyberaction permet d'envoyer une copie de ce message à :

  • Votre député.

Vous pouvez modifier ces infos (sujet, texte, elus...) en choisissant l'option
"modifier des éléments" après avoir renseigné le formulaire "je signe sans compte"

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

54 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

Loi "Sécurité globale" : Castex met en place une commission pour réécrire l'article 24
https://www.lexpress.fr/actualite/politique/loi-securite-globale-castex-met-en-place-une-commission-pour-reecrire-l-article-24_2139530.html  

Violences policières. Ce passage à tabac qui attise la controverse de la loi « Sécurité globale »
https://www.ouest-france.fr/societe/police/violences-policieres-ce-passage-a-tabac-qui-attise-la-controverse-de-la-loi-securite-globale-7063907  

Alain UGUEN
27/11/2020 - 08:46:25

"Sécurité globale": l'Assemblée vote la mesure controversée, avec des garde-fous
https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/securite-globale-l-assemblee-vote-la-mesure-controversee-avec-des-garde-fous-223f2639c48d1393647611e0aab0b43f  

Alain UGUEN
23/11/2020 - 08:45:13

La verbalisation pour non-respect du confinement ou le règne de l’arbitraire.
Témoignage d’Etienne GIRARD, journaliste à Marianne, verbalisé parce qu’il n’était pas vêtu d’une tenue de sport lors d’une sortie dérogatoire :
https://www.marianne.net/societe/police-et-justice/confinement-jai-ete-condamne-parce-que-je-ne-portais-pas-de-jogging  

Manque de pot, les Vopos*, ce jour-là vous êtes tombés sur un journaliste avec une plume qui plume bien. Cependant, combien d’autres abus policiers resteront inconnus et impunis ?
Membres du Conseil Constitutionnel, merci de retoquer la loi Sécurité Globale, car elle pourrait donner trop de pouvoirs à des forces de l’ordre qui n’ont jamais été « expurgées » de leurs éléments les plus discutables.
*Vopo : surnom des policiers de l’ex-RDA

Frawald
22/11/2020 - 08:08:38

@ Roger TARDY Mdr ! vous vivez dans un monde de Bisounours ? Je rêve là ? Alors manifestons tranquillement et gentiment en short et t-shirt bien en rang sagement, et faisons nous tabasser amicalement par des gens cagoulés casqués, très bien protégés, armés etc !! et tendons la joue gauche tant qu'on y est...
Bientôt une loi pour interdire les smartphones dans les manifs...et une loi pour manifester par petits groupes espacés, les mains sur la tête on sait jamais...Vous fériez un sacré révolutionnaire vous, avec vous on est pas prêt de changer quoi que ce soit, la vie est belle, quoi...un monde de Bisounours...

Jean-louis Bouchet
19/11/2020 - 15:36:30

DIRECT. Loi sécurité globale : même l'ONU dénonce "des atteintes importantes aux droits de l'homme et aux...
https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/11/16/le-conseil-des-droits-de-l-homme-de-l-onu-s-inquiete-du-contenu-de-la-proposition-de-loi-pour-une-securite-globale_6059972_3224.html  

Alain UGUEN
17/11/2020 - 09:01:09

Bonjour à tous,

pour vous envoyer toutes les informations, nous attendions d'avoir des précisions sur les documents à avoir sur soi pour se rassembler pour manifester, dans ce cadre compliqué qu'impliquent les mesures sanitaires et les décisions gouvernementales.

Vous les trouverez en pièce jointe, après le texte collectif d' appel à rassemblement, et dans le corps du texte (je sais que certains préfèrent ce mode de lecture).
Remplissez, l'attestation sur l'honneur et le récépissé de déclaration de rassemblement, sur votre téléphone ou sur papier et ayez un document prouvant votre identité.
Je vous mets également, en partie, le décret N° 2020-1310du 29/10/20, avec l'article qui nous intéresse. (en PJ)


Cet appel à rassemblement national qui se décline sur tout le territoire est aussi fortement relayé au delà des collectifs et syndicats, en particulier des journalistes, et l'observatoire des médias Action-Critique-Médias (ACRIMED) je vous mets également le lien. https://www.acrimed.org/Article-24-appel-a-se-rassembler-le-17-novembre  

On compte sur votre présence .
Le droit à l'image existe déjà dans la loi pour tous, pas besoin d'en rajouter!
Pour le CA d'attac 69
M.B.



Appel au rassemblement (déclaré) NON à la loi "sécurité globale"

LYON · 17 novembre · 18h · devant la préfecture du Rhône (côté quais)



Nous, militant-e-s de plusieurs collectifs, organisations et mouvements (CNNR,Gilets Jaunes, Alternatiba, Extinction Rebellion, Youth for climate, Fakir, Collectifs intermittents et précaires (CU69), Attac, Surveillons- les, Association des Victimes des Crimes Sécuritaires, Solidaires, CGT, CNT-SO, Ligue des droits de l'Homme, Union juive française pour la paix, Coordination Stop 5g Lyon) appelons à se rassembler devant la préfecture du Rhône, contre la loi « sécurité globale » débattue à partir du 17 novembre à l’Assemblée nationale.

Cet appel s’inscrit dans le cadre d’un appel national à rassemblements, devant toutes les préfectures/sous-préfectures/mairies, entre les mardis 17 (1er jour de l'examen en plénière à l’Assemblée nationale de la proposition de loi "sécurité globale") et 24 novembre (jour de la 2è séance publique et du vote à l’Assemblée).



Face à cette loi liberticide limitant le droit de filmer les forces de l’ordre et renforçant les outils technologiques de surveillance notamment lors des manifestations, remettant gravement en cause la liberté d’informer et nos libertés fondamentales, ouvrant la porte à des dérives sécuritaires par son arsenal juridique, il est urgent de réagir.

Cette loi ne ferait qu’aggraver la répression inouïe que subissent déjà depuis plusieurs années de nombreux secteurs de la société. Avec cette loi, aurait-on seulement eu connaissance de l’affaire Benalla ?

?Il est urgent de réagir pour ne pas que les violences policières soient passées sous silence, pour conserver des contre-pouvoirs citoyens nécessaires en démocratie et dans un État respectueux du droit international.



En complémentarité avec toutes les initiatives déjà existantes (tribunes, pétition, campagne vidéo, campagne téléphonique auprès des députés), nous invitons la population, tous les collectifs, toutes les organisations et personnalités publiques à s’emparer de cet appel et à le relayer, pour que ce rassemblement déclaré soit à la hauteur du NON général face à la suppression progressive de nos libertés.



NB : Ce rassemblement étant déclaré, vous trouverez en pièces jointes, l'attestation sur l’honneur que nous vous conseillons de remplir et d’imprimer pour vous y rendre, ainsi que le récépissé de déclaration à avoir, en complément, sur son portable ou à imprimer. Nous demanderons par ailleurs, sur place, à chaque participants de respecter les mesures sanitaires en cours.



Le collectif NON à la loi « sécurité globale »

Facebook : https://www.facebook.com/pplsecuriteglobale  

L’évènement lyonnais : https://www.facebook.com/events/2739942659598657  

L’évènement national (qui recense tous les rassemblements en France) : https://www.facebook.com/events/1018423805359936/  

Twitter : https://twitter.com/LoiSecurite  
________________________________________________________________________________
DOC 1 :
ATTESTATION SUR L'HONNEUR

Je soussigné(e),

demeurant :

certifie et atteste me rendre à une manifestation qui se déroulera à :

déclarée auprès de la préfecture de :

conformément aux dispositions de l'article 3 du décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020
prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le
cadre de l'état d'urgence sanitaire qui autorise « tout rassemblement, réunion ou activité sur la
voie publique ou dans un lieu ouvert au public, qui n'est pas interdit et organisé dans des
conditions de nature à permettre le respect des dispositions de 1’article 1er du décret ».

L'article 4 du décret ne prévoyant pas cette exception à l'interdiction des déplacements, alors
que la manifestation est autorisée, je rédige cette attestation sur l'honneur qui justifie mon
déplacement exceptionnel pour me rendre à la manifestation.
Le décret prévoit que « Les personnes souhaitant bénéficier de l'une de ces exceptions doivent
se munir, lors de leurs déplacements hors de leur domicile, d'un document leur permettant de
justifier que le déplacement considéré entre dans le champ de l'une de ces exceptions ».
Les déplacements peuvent donc être justifiés par n'importe quel document à même de justifier
du motif.

Fait à

Le

Signature

Alain UGUEN
17/11/2020 - 07:37:40

Le problème est que ce genre d'arsenal, tant législatif que matériel, s'avère moins efficace pour lutter contre ceux qui sèment corruption, violence et destruction au sein de la société que pour fliquer le citoyen lambda. L'utilisation de cet arsenal est, en outre, souvent détourné de sa fonction initiale.
Ainsi depuis 2015, les mesures anti-terroristes ont autant été utilisées par les préfets pour lutter contre les militants écologistes et les zadistes que pour traquer les islamistes.
Gageons également que, malgré les drones de surveillance des manifestations, les casseurs organisés, jeunes et aguerris, seront toujours plus difficiles à alpaguer que les manifestants pacifiques et moins affûtés qui servent de défouloirs aux plus énervés parmi les CRS.
Avant d'augmenter les pouvoirs et les moyens matériels, car c'est bien de cela qu'il s'agit, des forces de l'ordre, il serait judicieux de revoir le recrutement et la formation des femmes et des hommes qui les intègrent. Laisser des moyens techniques du 21ème siècle entre les mains de personnes qui ont encore la mentalité des reîtres de l'Ost ne peut qu'être dangereux pour la paix et pour notre démocratie !
Enfin, cette crise sanitaire semble fournir à l'Exécutif l'occasion de passer un fatras de lois brimant les libertés citoyennes. Mais à trop vouloir donner dans le sécuritaire et l'encadrement autoritaire, LREM est en train de faire le lit des "gars de la Marine" pour 2022. Au carré le lit, comme à la caserne !...

Frawald
16/11/2020 - 14:53:45

Je suis d'accord avec Mr Roger Tardy...
de la poule ou de l'oeuf qui a commencé à pondre ??Vous ne croyez pas, tout de même, qu'avec 9 milliards bientôt d'êtres humains vous allez passer au travers de ce type de surveillance et de contrôle à distance ??
plus il y a de fous et plus ça castagnent et des deux côtés , comment protéger les uns et les autres ?? et bien en encadrant au maximum, dans la limite de la conservation de certaines libertés, de part et d'autre aussi..

Le meilleur des mondes n'existera jamais... qu'on se le dise !!

eve et Charles jacquet
12/11/2020 - 12:26:09

feu vert aux injustices et aux violences des malades en uniformes de Police !
Même les policiers devraient se révolter si on ne peut même plus savoir qui a commis ces faits d'injustices ou de violences !

Agnès Falgoux
10/11/2020 - 20:31:43

Nous sommes confinés mais pas pour travailler...Attention à ne pas rester confinés pour manifester...

Denys Crolotte
10/11/2020 - 18:37:49

Notre monde s'effondre la biodiversité a été sacrifiée sur l'autel du capitalisme, nos ressources s'épuisent et tout ça ne génère que misère et chômage de masse. Notre gouvernement a peur de la réaction du peuple au sortir du confinement, il a peur de ne pas pouvoir continuer sa politique de soutien au capitalisme. Alors plutôt que d'engager un véritable dialogue avec les citoyens il campe sur ses positions et fait appel à la coercition. Macron a toujours détesté le peuple et n'a jamais véritablement dialogué.

Jean-Yves BARBIER
10/11/2020 - 08:14:18

C'est la porte ouverte à encore plus de violences policières

Lionel Forment
09/11/2020 - 22:40:39

En marche vers le totalitarisme...

Marie-Laure PROVOST
09/11/2020 - 15:41:02

muselés nous seront hélas...

jeanne lang
09/11/2020 - 13:40:44

Il faut s'opposer à toutes les réglementations qui nous rapproche des régimes dictatoriaux. Nous ne voulons ni du nazisme ni du pari communiste chinois.

Jakes PAGE
09/11/2020 - 11:56:42

Cette loi permettrait à Macron de franchir allègrement le peu de démocratie qu'il nous laisse. Il fait très plaisir à Marine LePen et va au-delà de ce qu'elle demande !!

bernadette SANTIANO
09/11/2020 - 11:19:42

Dire que notre démocratie critique le gouvernement chinois alors que nous lui emboitons allègrement le pas.Nous ne sommes plus très loin de la surveillance généralisée et de la citoyenneté à points.Merci monsieur Macron.

Jean-Baptiste PASQUET
09/11/2020 - 09:42:21

Bientôt interdit de filmer la police ? La loi « sécurité globale » fait polémique
https://www.agoravox.tv/actualites/medias/article/bientot-interdit-de-filmer-la-87522  

Loi « sécurité globale ». EELV appelle à rejeter le texte à l’Assemblée nationale
https://www.ouest-france.fr/societe/securite/loi-securite-globale-eelv-appelle-a-rejeter-le-texte-a-l-assemblee-nationale-7042432  

Loi « sécurité globale » : en France, le meurtre de George Floyd ne pourrait plus être filmé
https://www.revolutionpermanente.fr/Loi-securite-globale-En-France-le-meurtre-de-George-Floyd-ne-pourrait-plus-etre-filme  

Alain UGUEN
09/11/2020 - 07:57:04

Je partage les commentaires qui expriment une dérive dictatoriale des actions politiques. Or cette dérive n'est pas imputable aux forces de l'ordre mais aux politiques qui ont été élus. Donc il suffit de changer ces politiques lors des prochaines élections.
La cyberaction concerne l'utilisation de moyens technologiques par la police. Les manifestants disposent de moyens technologiques nouveaux avec les smartphones. Il est tout aussi normal que la police dispose aussi de nouveaux moyens technologiques. Les rédacteurs écrivent: "Il faut bien comprendre, ici encore, que si le maintien de l’ordre se faisait dans une approche de protection et d’apaisement, cette mesure serait parfaitement inutile. La population ne dénoncerait pas de policiers et n’en diffuserait pas l’image si la stratégie de maintien de l’ordre ne reposait pas sur la violence." Mais enfin il faut voir les choses en face, les policiers et les pompiers se faisaient caillassés avant que ces moyens policiers existent. Dans un monde idéal où les manifestants seraient non-violents ces moyens ne seraient effectivement pas nécessaires. En conséquence, je participe pour demander un encadrement de l'utilisation de ces moyens mais pas leur suppression.

Roger TARDY
08/11/2020 - 16:22:55

Depuis 2001, les lois d'exception s'enchaînent, les états d'urgence se transforment en loi pour la sécurité (de qui ?), les Vigipirates rouge écarlate se confondent avec les Sentinelles, plus personne ne s'étonne de voir des militaires patrouiller dans les gares ...

Mais certains continuent à voter pour le-moins-pire en pensant que ça va ralentir le processus. Tous les actes des trois derniers présidents prouvent que les partis dits "modérés" sont devenus une menace aussi grande pour nos libertés que l'extrême-droite.

Léonard M
08/11/2020 - 00:26:07

Non à la dictature, je trouve que nous glissons depuis plusieurs années vers une surveillance et un flicage de plus en plus important. Et quand je lis les commentaires,je suis d'accord... c'est démentiel. Depuis la Macronie qu'il m'arrive d'appeler Micron (il doit avoir du sable dans le cerveau) la surveillance est flagrante.
NON à Macron, oui à la liberté

Stéphoto
06/11/2020 - 20:37:47

Proposition de loi «Sécurité globale» : la Défenseuse des droits note des «risques considérables» pour les libertés
https://www.liberation.fr/france/2020/11/05/proposition-de-loi-securite-globale-la-defenseuse-des-droits-note-des-risques-considerables-pour-les_1804702  

Alain UGUEN
06/11/2020 - 09:05:08

circulez ! il n'y a rien voir

François
06/11/2020 - 08:59:27

Il est honteux de constater que le gouvernement, non content d'aligner les mesures coercitives depuis mars via "l'état d'exception" et des mesures biopolitiques, de confisquer le débat en imposant une dictature médiatico-politique, profite du propre trouble qu'il sème et de la pitoyable actualité étasunienne (ça, un/le modèle de démocratie ???!) pour nous faire passer des lois qui restreignenet encore plus nos libertés, dans l'indifférence et le silence absolus de la dictature médiatico-politique précédemment citée !
J'ai honte. Honte pour l'avenir, le mien, celui de mes gosses et celui de tout le monde.

Réveil les gars !
Ca craint.

Arnaud Labrosse
05/11/2020 - 19:26:16

C'est clairement une fascisation accélérée du régime politique.
Rien de surprenant : la crise capitaliste IMPOSE aux dominants de trouver tous les moyens pour demeurer au pouvoir puisque notre acceptation du Système ne peut plus tenir.
Masquer la catastrophe économique du capitalisme (en mode survie : injection massive de monnaie de singe pour éviter l'effondrement immédiat) se fait par tous les moyens, promesses bidons, agitation médiatique, opportunismes .. bref c'est clairement une volonté de durer en attendant qqchose.
Ce qqchose est inconnu mais pourrait être une guerre civile ou non, disons une vraie catastrophe avec ses effets épouvantables...

Ma certitude : notre incapacité comme population à exercer notre pouvoir légitime (pour peu de temps à mon avis) à balayer ces rigolos qui nous mènent au pire.

alain
05/11/2020 - 12:46:47

ouaip, ça et accélérer le développement du nombre de chasseurs afin d'avoir sous la main des milices aux ordres, pour compléter le tableau...

louise dela
05/11/2020 - 11:48:03

Le film " un pays qui se tient sage " est édifiant à ce sujet;

Brigitte Brulois
05/11/2020 - 10:10:53

Le choix et le maintien en poste coûte que coûte du préfet Lallement à Paris en disent long sur la politique actuelle de gestion des manifestations : c'est clairement la confrontation qui est privilégiée.
En province aussi, la préférence semble aller à la répression. Ainsi à Belfort (90), où se pratiquait une politique d'accompagnement plutôt sympathique et rassurante (policiers à vélo encadrant les manifestants, motards se chargeant de la circulation),nous n'avons jamais eu de problèmes pendant les manifestations. Au contraire, la foule était calme, l'ambiance bon enfant. Je m'exprime au passé, car malgré cette absence de violence (ou serait-ce justement à cause de cette absence de violence ?!), le préfet a été promptement muté et remplacé par un très proche de la Macronie. Il y a fort à parier que les prochaines manifs ne se passeront pas aussi bien. Le locataire de l'Elysée ignorerait-il qu'il est dangereux de faire lever un Lion assis, fusse-t-il de pierre ?

Frawald
05/11/2020 - 06:49:19

non a la dictature point barre. Le droit a manifester est un DROIT acquis, il na pas a etre remis en cause. selon cnil, on na pas le droit de nous filmer sans notre consentement et d'en faire usage, alors c mettre la cnil a la poubelle quand ca arrange le pouvoir.
un policier qui agit mal doit etre filmé et jugé comme tout citoyen, ce n'est pas parcequon porte un uniforme qu'on a tous les droits ni qu'on est une bonne personne

Nathalie WAIBEL
05/11/2020 - 01:14:43

On "glisse" vers la dictature, de manière accélérée.. Non, ce n'est pas "souhaitable"...

geronimo
04/11/2020 - 21:14:44



souvenons-nous du documentaire éclairant de David Dufresne sorti en grand écran début Octobre
courons de toute urgence voir ce document indispensable à tout citoyen!!

mondo
04/11/2020 - 20:09:47

notre "démocratie" devient une dictature !!!

maripachats
04/11/2020 - 19:17:41

C' est bien une dictature que MACRON-LE-PETIT met en place sournoisement, réduisant chaque jour davantage nos libertés ?

Jean Paul MAIS
04/11/2020 - 17:54:44

il est fort inquiétant aux vues des incidents émaillant les manifestations depuis celles contre la loi "El Khomri" que ce texte vienne renforcer une approche répressive et autoritariste d'un pouvoir peu enclin à défendre la démocratie autrement qu'en stigmatisant celles et ceux qui n'adhèrent pas à la vision libérale d"une démocratie représentative, avec toutes les limites de celle-ci, notamment au regard des taux d'abstention.

Flip
04/11/2020 - 15:39:29

La chasse est ouverte

Peter
04/11/2020 - 15:38:12

Notre pays traverse une période sombre qui présage du pire à venir. C'est justement maintenant qu'il faut être vigilant et ne pas tomber dans les pièges "qu'on" nous prépare "d'en haut"... Observez autour de vous et faites le compte du nombre de libertés dont nous nous voyons privés mois après mois, année après année... telle la grenouille dans son eau tiède qui chauffe jusqu'à l'ébullition fatale !

vinmaugro
04/11/2020 - 15:33:39

1984, George Orwell, ça y est cette fois on y est en plein dedans, surveillance de masse, drônes, état policier, manipulation de l'information, l'oeil qui veille et qui hypnotise (réseaux sociaux,internet, TV, smartphone...), société à 2 vitesses, les nantis dirigeants et les travailleurs précaires...Si les Français ne se réveillent pas 2021 et la suite ne promet rien de bon...
Pseudo pandémie, chiffres bidons et manipulation, prétextes à muselage dès 6 ans!!, Etc etc R E V E I L L E Z V O U S

Jean-louis Bouchet
04/11/2020 - 14:46:51

L'Etat macroniste devient de plus en plus agressif et anti-démocratique.

Roland COMTE
04/11/2020 - 13:34:18

98% de la violence en france est générée par les hommes politiques et leurs alliance avec la finance, les lobbying, banques, assurances, pollueurs, criminels ( BNP Societe Generale, toutes les assurances, TOTAL... monsanto... bebe sans bras... mediator... chloroquinine, crimes policiers etc...)
Ne vous trompez pas de cible protégez nous contre des agresseurs piloté par la finance et un état devenue fou

Thierry D
04/11/2020 - 12:52:10

Combat d'arrière garde d'une dictature QUI NE PASSERA PAS. Plus le couvercle viendra étouffer les libertés, plus la réaction des citoyens qui s'éveillent grâce à ces maltraitances illégales (il n'y a pas de guerre, sinon celle des gouvernements contre les peuples) plus la réaction sera violente.

michèle POZZO
04/11/2020 - 12:18:21

Il est absolument scandaleux que nous ne puissions plus diffuser des images publiques de policiers qui tapent, tabassent, tirent dans le tas.
Si les policiers obéissent aux ordres, il est fondamental de pouvoir dénoncer les ordres qui leur sont donnés.

anne-marie AUDURIER
04/11/2020 - 11:17:31

Pour le droit de manifester ,et d'être respecter

bernadette bataille
04/11/2020 - 09:29:19

Ces articles sont tout simplement scandaleux.Il s'agit de surveiller et museler les manifestants, en donnant encore plus de latitude aux policiers .
Ce serait encore pire que lors des manifesations des gilets jaunes, contre la réforme des retraites, et des soignants.
C'est une atteinte aux libertés et à la sécurité des manifestants.

masoudan
03/11/2020 - 23:19:41

Quelle ignominie!
Ceux qui doutaient encore que la France se transformait peu à peu en État policier vont ils ouvrir les yeux?

Il faut espérer que l'outrance de cette proposition de loi soit dénoncer de toutes parts.

Merci pour votre vigilance.

Charles Doron
03/11/2020 - 20:51:22

A quand la caméra dans la chambre ou les toilettes qui sera reliée à un centre de contrôle. Il reste des témoins de la période de Vichy. En décembre 1943, j'ai vu les miliciens, ces excellents Français, arrêter mon père, Résistant, chez nous. Sur dénonciation. Le "nouveau" monde de Macron et de son Gouvernement? Cette loi et le climat de haine sur lequel les élus de presque tous les bords jettent "de l'huile sur le feu" rappelle irrésistiblement les années 1930 et le pétainisme dont les lois anti-juives sont allées plus loin que le demandaient les nazis. Nous courons à la dictature...et aussi à la guerre civile. Est-ce le choix des citoyens-électeurs?

Mireille
03/11/2020 - 19:41:46

la surveillance de chacun de mes mouvements ça suffit je veux continuer à respirer selon mon choix

michel armagnat
03/11/2020 - 19:05:17

Digne du gouvernemant de Vichy !!! Notre démocratie est en DANGER !!!

Patrick AUDOUX
03/11/2020 - 18:51:43

Comme on ne peut pas signer article par article, je ne signe pas.
Vous souhaitez que la police fasse un accompagnement non-violent. En l'absence d'incident ce devrait être effectivement la règle, mais comment voulez-vous qu'elle traite les manifestants violents ou/et casseurs? Il me semble que les violences ou les débordements sont souvent (toujours) initiés par les (pseudo) manifestants.
Sur l'article 21 je suis d'accord avec la cyber@ction.
L'article 22 concerne un moyen technique peut-être faudrait-il mieux définir les limites de son utilisation?
Pour l'article 24 je suis dubitatif. Pourquoi d'un coté il faudrait supprimer à la police la possibilité d'identifier un individu par la reconnaissance faciale et de l'autre permettre qu'un policier puisse être identifié par n'importe qui. Dans le cas de violence policière c'est à l'enquête d'identifier les responsables. Donc, en diffusion publique il faudrait que les visages des policiers soient floutés.
Les policiers font un métier difficile. Ce n'est pas parce qu'il y a quelques brutes dans leurs rangs qu'il faut les empêcher de se défendre. J'ai en mémoire le policier qui a renvoyé un pavé sur les manifestants. Certes il n'aurait pas dû, mais ce pavé il aurait très bien pu le recevoir en pleine figure, excédé il l'a renvoyé, c'est une faiblesse humaine.

Roger TARDY
03/11/2020 - 18:15:01

Faisons surveiller 24h/24 les députés LREM, tiens !

Tiphaine
03/11/2020 - 18:00:13

Demain serons-nous encore dans la France "pays des Droits de l'Homme et du Citoyen" ???
Protègeons-nous d'une dangereuse glissade...
Lilig

Lilig
03/11/2020 - 17:50:30

Allo, Big Brother ? Enlève ton masque, on t'a reconnu !

Martine Rouch
03/11/2020 - 17:33:12

La société "bocal" que sont entrain d'essayer d'instaurer les sinistres renvoie à des années noires de la vie Française et pourrait, si, NOUS le peuple de France ni prenons pas garde, nous amener vers une société totalitariste...

gilles bas
03/11/2020 - 17:00:12

En liberté de plus en plus surveillée ! Attention, danger !!!

Rémy GILLET-CHAULET
03/11/2020 - 16:33:18

Je signe, car ce projet est la porte ouverte aux témoignages falsifiés des forces de police contre un témoignage oral des manifestants démunis d'images puisque illégales.

ROGER SAURET
03/11/2020 - 15:58:15

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !