actualité écologie

Samedi 3 octobre: marchons sur les aéroports!

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Les 10 jours verts Transacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

AG Cyberacteurs

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

météo

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Journal des Bonnes Nouvelles

Annoncez la couleur !

image vide cyberacteurs
image vide

cyberaction : Les forêts françaises, à la croisée des chemins

« Les sapins, on les a vus plantés dans les prés, partout, il y avait plus que des sapins. Et quand ils ont grandi, c’était la forêt noire, les matins sont devenus des soirs, et sous les sapins rien n’y pénètre, pas même un chant d’oiseau. Les sapins m’ont fait partir. »
Extrait du film « Le temps des forêts » de François-Xavier Drouet

[ Participer à la cyberaction ]

9 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Comme dans une certaine agriculture, on ne prend pas assez en compte les exigences du sol.
Il est facile d’imaginer qu’un sol forestier qui a « vécu » sous le couvert pendant des décennies, voire des siècles, va mal supporter une exposition brutale au rayonnement solaire.
Sans parler des tassements provoqués par des engins, abatteuses, porteurs, tracteurs- débardeurs, toujours plus gros, toujours plus lourds, qui stérilisent les terrains parfois jusqu’à deux mètres de profondeur. (Dixit le forestier allemand Wohlleben)
A croire également que la « sylviculture de papa » n’a pas encore entendu parler du rôle des mycorhizes ni des interactions bénéfiques entre les arbres. Considérée autrefois comme "une jungle sans pitié" où tous les arbres sont en concurrence pour la lumière, l’eau et la nourriture ; la forêt ne serait-elle pas plutôt une entité, une communauté, un peu comme une ruche, où chacun a un rôle à jouer ? Il reste beaucoup de questions à se poser sur le fonctionnement des milieux forestiers. Encore faut-il prendre la peine de s’interroger…
Enfin, je me demande si nos arbres n’auraient pas mieux supporté les changements climatiques si nous leur avions laissé le temps de s’adapter, si nous les avions davantage respectés, si nous avions ménagé leur substrat.

Frawald
20/09/2020 - 08:55:58

Le hold-up des planteurs d’arbres sur le plan de relance
https://reporterre.net/Le-hold-up-des-planteurs-d-arbres-sur-le-plan-de-relance  

Alain UGUEN
18/09/2020 - 17:00:59

Pour répondre à Paula Y : les champignons ne sont pas "inféodés" aux arbres, ils ont besoin des arbres pour leur relation symbiotique. Leur disparition aux uns et aux autres sonne le glas de la biodiversité.

Irène Gorbatchevsky
17/09/2020 - 10:15:07

N'oublions pas que les champignons, aussi, disparaissent avec les arbres auxquels ils sont inféodés. Quelle tristesse, une forêt rasée…un biotope disparu…

Paula Y
15/09/2020 - 23:16:31



Messieurs les coupeurs d'arbres, limitez vos surfaces de coupes rases. Chaque fois qu'on voit une coupe rase, on se demande quel lance flammes, ou quelle bombe a ravagé le site. Une tonsure immense dans une forêt de feuillus, c'est étrange et déstabilisant. Sur quel tronc allons-nous voir, nous les randonneurs nos indications de GR? Les épicéas convoités par les industriels du bois les sacrifient rapidement, matière méprisable qui rapporte. On connaît le motif qui incite les ratiboiseurs à raser gratis des hectares de forêt. Le Morvan est touché, mais tous les massifs perdent des arbres. C'en est désespérant. Merci aux associations, aux zadistes, aux empêcheurs de détruire en rond de lancer des alertes. Suis sûre que les Amish aiment leurs arbres et le utilisent à bon escient, prenons de la graine.

colette Nusbaum Vallet
15/09/2020 - 12:34:06

Et pourquoi ? La REN-TI-BI-LI-TE !!! Peu importe la biodiversité et les risques d'incendie... Il faut repenser entièrement notre politique de la forêt.

Roland COMTE
14/09/2020 - 21:24:00

Les conifères poussent beaucoup plus vite que les feuillus. Mais la monoculture forestière a montré ses limites depuis longtemps. La tempête de 1999 qui a ravagé les pinèdes landaises aurait dû alerter sur l'aberration de la monoculture consacrés en sus aux conifères. Le temps est très court pour réagir, préserver les reliquats de la forêt française avec toutes ses essences et la vie qu'elle induit. Il faut 50 ans pour faire un arbre. Mais tous les dirigeants, tous les décideurs vivent dans le court terme et le profit immédiat. Un non-sens impardonnable.

Mireille
14/09/2020 - 16:33:36


je suis morvandelle et regrette les paysage de mon enfance ou le sapin etat encore rara

nicole moncharmont
14/09/2020 - 15:56:38

Comme c'est vrai! Ce n'est pas d'hier et c'est navrant: les feuillus sont systématiquement remplacés par des conifères

nicole zurich
14/09/2020 - 12:09:22

[ Participer à la cyberaction ]

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !