actualité écologie

OPÉRATION

STOP EPR Manifestation à Saint Lô Samedi 30 septembre 2017 - 14h 30 Place de la Mairie

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Semaine des Semences Paysannes

AG Cyberacteurs

Soutien permanent aux paysans de NDDL

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : non à la surveillance généralisée !

Mise en ligne du 16/04/2015 au 02/09/2016

LES DÉBATS SUR LE PROJET DE LOI RELATIF AU RENSEIGNEMENT ONT DEBUTE LUNDI 13 AVRIL 2015 À L’ASSEMBLÉE NATIONALE.
Le gouvernement a fait le choix de confisquer le débat démocratique en soumettant ce texte à la procédure accélérée et en entretenant la confusion sur l’objet de ce texte, présenté à tort comme une loi antiterroriste. L’urgence décrétée renvoie dans l’ombre le véritable sujet : les pouvoirs de surveillance de l’État sur les citoyens.

Bilan de la cyberaction :

4286 participants

28/07/16
La loi Renseignement n'est toujours pas entièrement applicable
http://www.nextinpact.com/news/100780-la-loi-renseignement-nest-toujours-pas-entierement-applicable.htm  

Présentation de la cyberaction :

Selon Amnesty
http://www.amnesty.fr/Mobilisez-vous/Bougez/Rassemblement-non-la-surveillance-generalisee-14806  
la communication gouvernementale ne doit pas nous tromper : en fait d’encadrement, ce projet entérine les pratiques illégales des services et légalise, dans de vastes domaines de la vie sociale, des méthodes de surveillance lourdement intrusives. Le texte ajoute des moyens de surveillance généralisée comparables à ceux de la NSA dénoncés par Edward Snowden, sans garantie pour les libertés individuelles et pour le respect de la vie privée.

Création de « boîtes noires » destinées à scanner le Web indistinctement, collecte de masse de données personnelles, durée de conservation allongée jusqu’à cinq ans pour certaines données, opacité des moyens d’exploitation de ces données…
Les méthodes de surveillance sont massives, le contrôle inconsistant. Le texte issu de la commission des lois porte un déséquilibre liberticide : l’usage de techniques de surveillance est entre les mains de l’exécutif, sans contrôle solide. La Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement, soi-disant garante des libertés, ne disposera ni des pouvoirs ni des moyens nécessaires pour accomplir sa mission. Le Premier ministre pourra toujours passer outre son avis, et elle ne pourra rien interrompre par elle-même. Le gouvernement se refuse à assurer un contrôle systématique et indépendant a priori des demandes des services et organise un contrôle a posteriori illusoire. La saisine du juge administratif restera aléatoire et la procédure asymétrique, les principes processuels fondamentaux cédant devant le secret défense.


Tous les citoyens sont concernés : non seulement parce que les méthodes relèvent de la surveillance de masse, mais aussi parce que le texte étend dangereusement le champ d’action des services spécialisés. La surveillance pourra s’abattre sur les mouvements sociaux et politiques, au titre de la « prévention des violences collectives » et sur tout citoyen ou mobilisation qui, dénonçant des pratiques industrielles néfastes, porterait atteinte aux « intérêts économiques ou industriels essentiels de la France ». Ce projet est une menace pour les libertés politiques et les mobilisations à venir.
La liberté et la sûreté, droits naturels et imprescriptibles reconnus par la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen sont en péril.
Citoyens et parlementaires doivent refuser ce simulacre de débat et exiger une discussion démocratique protégeant chacun contre les dérives d’une société de surveillance et assurant un contrôle strict et indépendant de l’activité des services de renseignement.

Pour faire entendre la voix des citoyens qui refusent de renoncer sans garantie à leurs libertés individuelles, un rassemblement a eu lieu le lundi 13 avril 2015 à 12h30, place Edouard Herriot, à Paris.
Cet appel est lancé à l’initiative d’Amnesty International France, Attac, Cecil , Creis-Terminal, Fondation Copernic, La Quadrature du Net, LDH Solidaires, Syndicat des avocats de France, Syndicat de la Magistrature


Faute d'avoir pu nous y associer à temps et devant les multiples demandes d'intervention sur ce sujet hautement d'actualité, nous vous proposons d'interpeller vos parlementaires pour leur faire part de votre inquiétude pour les libertés individuelles.

Nous vous rappelons que l'avantage de la cyber @ction c'est de permettre à chacun de modifier à loisir les textes proposés. Puisque chacun d'entre vous envoie son propre message, il ou elle peut utiliser ses propres mots pour alerter les parlementaires. Les commentaires de la cyber @ction peuvent se faire, pour qui le souhaite, l'écho de ses expressions individuelles.

https://www.youtube.com/watch?v=s8CFzYhckmc
  />

La lettre qui a été envoyée :


Madame, Monsieur

Le gouvernement a fait le choix de confisquer le débat démocratique en soumettant le texte de projet de Loi relatif au renseignement à la procédure accélérée.

Je tiens à vous faire savoir mon refus de ce simulacre de débat et mon exigence d'une discussion démocratique protégeant chacun contre les dérives d’une société de surveillance et assurant un contrôle strict et indépendant de l’activité des services de renseignement.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à ma vigilance sur vos décisions.

 

33 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

On commence comme ça..et on va jusqu'où ?

isabelle obscur
Le 17/10/2015 à 11:41:08

Vous m’interpellez concernant le projet de loi sur le renseignement, et je vous en remercie.



Entendant et comprenant parfaitement vos inquiétudes, je tiens à vous rassurer : ce texte n’est pas une loi de circonstance écrite dans la précipitation après les attentats de janvier dernier. Il émane d’une longue réflexion qui vise à encadrer strictement les activités des services de renseignement en précisant leurs missions, les techniques qu’ils pourront utiliser et le contrôle dont ils feront l’objet, conformément à nos principes constitutionnels et européens.



En effet, il n’est pas acceptable dans notre Etat de droit attaché aux libertés individuelles que nos services de renseignement agissent en « zones grises », c’est-à-dire sans règles juridiques strictes autorisant ou interdisant leurs pratiques, et selon une législation insuffisante et non-adaptée puisque la dernière loi sur le renseignement date de 1991, soit bien avant l’utilisation d’Internet et des téléphones portables. Bâtir un cadre juridique pour l’activité des services de renseignement est non seulement une nécessité mais aussi un progrès de l’Etat de droit auquel nous sommes tous profondément attachés.



Comme vous, je n’accepterai jamais que notre pays tombe dans les dérives inacceptables d’un système d’espionnage massif et indifférencié tel que pratiqué aux Etats-Unis. Bien au contraire, avec ce texte nous faisons le choix de concentrer nos efforts sur une surveillance limitée à quelques individus et basée sur les principes d’efficacité et de proportionnalité : la fin ne justifie pas tous les moyens.



Ce texte n’instaure pas une surveillance généralisée. Il prévoit au contraire que la collecte du renseignement ne peut être qu’individuelle, proportionnée à la menace et temporaire. L’algorithme, qui n’est en aucun cas une « boite noire » comme l’insinue certains médias, ne concernera ainsi que les seules données de connexion pour le strict cadre de la lutte antiterroriste. Dans tous les cas, la Commission nationale du contrôle des techniques du renseignement (CNCTR) s’assurera du respect de toutes ces dispositions législatives.



La création de cette Commission nationale du contrôle des techniques du renseignement (CNCTR) est précisément le cœur du projet de loi. Cette « CNIL du renseignement », composée de magistrats et de parlementaires, sera chargée d’effectuer un contrôle soutenu sur les demandes d’utilisation de toutes les techniques de renseignement présentées par les ministères compétents afin de s’assurer de la légalité et de la proportionnalité de cette mise en œuvre, de la pertinence des renseignements collectés et de la surveillance des seuls individus constituant une menace avérée. La commission des lois a également prévu un accès permanent aux locaux des services de renseignement ainsi qu’aux différents registres des renseignements collectés pour que la commission puisse exercer constamment son contrôle.



En cas de désaccord entre cette commission indépendante et le Gouvernement, celle-ci pourra saisir le Conseil d’Etat afin de trancher le litige. Le juge administratif, constitutionnellement compétent lorsque les services agissent pour détecter et prévenir une infraction, est ainsi au centre du dispositif du contrôle.



Le Conseil d’Etat pourra être également saisi par un citoyen, une personne morale ou une juridiction de l’ordre judiciaire à titre préjudiciel. Si elle estime que la loi n’a pas été respectée, cette juridiction suprême pourra interrompre la technique, faire procéder à la destruction des renseignements collectés, condamner l’Etat et dédommager les victimes. Et pour la première fois dans l’histoire de notre Justice, le secret de la défense nationale ne sera pas un obstacle au travail de magistrats habilités.



J’ajoute que mes collègues parlementaires et moi, soucieux de garantir les libertés individuelles, avons considérablement enrichi le projet de loi relatif au renseignement avec l’adoption de 260 amendements en commission des Lois et en séance publique afin de renforcer les garanties initiales figurant dans le texte gouvernemental. Ces amendements apportent de nombreuses avancées et garanties comme l’accroissement des capacités de contrôle de la Commission nationale de contrôle des techniques de recueil du renseignement (CNCTR), le renforcement des conditions d’indépendance des membres de cette autorité administrative indépendante, la création d’un statut de lanceur d’alerte afin de pouvoir révéler les illégalités commises, etc.





Enfin, le Président de la République a annoncé qu’il saisira le Conseil constitutionnel du projet de loi sur le renseignement afin que la juridiction suprême, gardienne de nos libertés individuelles inscrites dans la Constitution, examine si ce texte est bien conforme au droit constitutionnel, et que toutes les garanties à la préservation de nos libertés individuelles soient apportées.



Soyez assuré que le gouvernement et la majorité parlementaire à laquelle j’appartiens sont profondément attachés à la préservation des libertés individuelles, libertés que nos concitoyens doivent pouvoir exercer en toute sécurité. En aucun cas nos libertés individuelles n’ont vocation à s’effacer au gré des circonstances, et au premier rang desquelles le terrorisme qui en est la négation la plus totale et barbare. C’est dans la pleine affirmation de nos libertés que nous vaincrons le terrorisme.



Restant à votre disposition, je vous prie de croire, Monsieur, à l’assurance de mon sincère dévouement.



Razzy Hammadi

Député de la 7ème circonscription de Seine-Saint-Denis

Cedric D
Le 28/05/2015 à 13:38:33

Triste résultat !!! C'est avec une large majorité que la loi Renseignement a été adoptée par l'Assemblée Nationale le mardi 5 mai 2015.

438 députés ont voté pour.
86 ont voté contre.
42 se sont abstenu-e-s.

Pour connaitre le détail de qui a voté quoi, deux liens.
Le site de l'Assemblée Nationale :
http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/%28legislature%29/14/%28num%29/1109  

Alain Uguen
Le 13/05/2015 à 16:58:08


On leur a fait porter l'étoile jaune, ils ont accepté.
Qu'avaient-ils à se reprocher tous ces déportés ?
Ces temps peuvent revenir où l'on trouvera que vous
n'avez pas la taille requise, la couleur des yeux
inadéquate, les pieds nickelés... et on sait comment
fini.... Sous prétexte de vouloir punir
quelques-uns rapidement, c'est toute une société que
l'on met sous cloche. Pour moi c'est NON

ALAIN
Le 29/04/2015 à 18:01:24

Il est urgent de tirer la tinette et sur le dévergondage politico-médiatique actuel et sur la "FRENCHIOT" malodorante de ce temps.

A titre d’information, "FRENCHIOT ACT" est un néologisme qui, initialement, a été conçu par Marc Rees, pour traduire la version française du "Patriot Act" américain.

A diffuser sans modération, donc !

On peut aussi, pourquoi pas, -sans notice ni mode d’emploi-, l’offrir à E. Valls en guise de chewing gum… Oui !
En bon spécialiste des coups tordus et des culs-de-basse-fosses socialistes, il en maîtrise parfaitement toutes les implications post-démocratiques. Une vielle marotte, sans doute… ?
Dans un premier temps et à chaque future élection paillassonne, il importe de faire table rase de cet amas UMPS (républicains ???)de bulletins de vote rances, factices et uniformément mensongers depuis des décennies ?

Que chacun, donc, prenne et ses responsabilités et son balai perso.

Cette démarche porte un nom : ABSTENTION !

Déjà plus de 50% des inscrits sur les listes électorales ont compris (voir les dernières élections) que bureaux de vote, cartes d’électeurs, bulletins et urnes, ne représentent plus que des annexes politiques entérinant le dévoiement de la police d’Etat et de la pensé unique.
Et, comme le projet de la « loi sur le renseignement » l’atteste aujourd’hui avec force, ces annexes sont analogues -ô combien !- aux pièges ruban à glu attrape mouches.

Du coup, n’en déplaise aux institutionnels Coupe-jarrets sociaux d’un monde politique aux abois, c’est même plutôt rassurant pour la démocratie.

En effet, cet acte électoral manqué a montré qu’une authentique majorité (celle qu’une certaine presse journalatrine feint toujours d’ignorer), -composée de millions de citoyens fatigués d’obtempérer ad vitam aeternam aux sempiternels ordres électoralistes-, a compris !... Tout compris !

Oui ! Mais ce que ces millions d’abstentionnistes ont surtout compris, pour l’instant avant d’autres, c’est qu’ils n’étaient ni des mouches ni des « gogolitos ». Ni même les protagonistes du roman « 1984 » de George Orwell. Et que la seule résistance vraiment efficace, le seul camouflet qui vaille, face à un Etat UMPS (républicain ???)désormais « viandard » et dévoreur de liberté, c’est l’abstention.

Or, F. Hollande, lui, a tellement bien compris les implications d'une démarche abstentionniste que, le15 avril, sur une chaîne de la TNT, il a déclaré vouloir RENDRE LE VOTE OBLIGATOIRE. Pourquoi ???... Que craint-il vraiment, si ce n'est une mise hors circuit d'une légitimité politique pourtant bien illusoire, tenu compte des scrutins réellement exprimés pour tel ou tel parti ?

En tout cas, ne voilà-t-il pas là, une belle façon d'admettre et d’avouer que le « Système » ne craint ni les votes blancs ni les votes nuls. Et pour cause ! Ils ne dérangent en rien ses objectifs autoritaristes, tant nationaux que supranationaux !

En effet, ces votes contrariés ne dérangent pas le moins du monde sa "légitimité." Mieux !... ils la confortent !
Ce qui permet aux apostats de la république de continuer à mettre les citoyens de France sous cloche administrative et de les soumettre à la volonté hégémonique de quelques familles bancaires du complexe militaro-financier étasunien.

En réalité, à une soumission qui, en l’espèce, ne peut s’assimiler à autre chose qu’à de la servitude volontaire !

C’est pourquoi, un coup de balai salutaire et démocratique s’impose.

Il y a même urgence !...

Vous avez dit abstention ?

Alors, oui ! Encore une fois, oui ! Une Abstention massive, une et indivisible !

https://www.google.fr/search?q=elections+piège+à+con  

Thierry Theller
Le 25/04/2015 à 09:47:29

À voir également les informations sur le site d'Amnesty
http://www.amnesty.fr/Unfollowme  

Patrick
Le 22/04/2015 à 09:30:26

Welcome en post-démocratie !

Et cela fait un moment déjà qu'on nous y installe : non-respect du vote contre le traité constitutionnel européen ; décisions prises dans et par des groupes opaques (Bilderberg and co) auxquels appartiennent sans le dire nos responsables politiques, économiques, financiers, médiatiques, avec volonté de remplacer le pouvoir démocratique par "la gouvernance" économique !
Le mouvement s'accélère... La riposte doit être à la hauteur de tout ce que cela signifie de terrible pour nous tous sinon.

jacqueline Cancel
Le 19/04/2015 à 16:59:35

Si ce projet de loi est aussi liberticide que le dénonce Amnisty, on se doit de refuser le vote par les parlementaires, qui sont en principe, nos représentants !

Chris
Le 18/04/2015 à 16:21:25

Ne Vivez Plus Comme des Esclaves ! Emancipez-vous ! Dites NON aux Lois LIBERTICIDES...
Halte aux scandales impunis ! Juges ! En quelle année ferez-vous enfin votre travail ?!?
Juges ! Etes-vous complices de nos meurtriers ?? Non ? Alors qu'attendez-vous pour incriminer enfin les criminels (industriels, politiciens, journalistes et les dirigeants de l'ordre des médecins) co-responsables du désastre sanitaire actuel...?
Pour L'Amour de D... ! Juges ! Faites votre travail ! Soyez Honnêtes !
Inculpez les ministres de la santé... Surtout Madame Roselyne Bachelot-Narquin !
Inculpez les ministres, les députés, les sénateurs, les préfets impliqués !
Inculpez les journalistes complices !
Inculpez Les évêques et les cardinaux complices !
Je vous en prie : INDIGNEZ - VOUS !
Faites connaître votre colère (sans violence) ! MERCI
Ne Vivez Plus Comme des Esclaves ! Libérez-vous ! Informez-vous mieux ! Car la vérité nous émancipera de l'esclavage ...

Docteur Caroline Martin
http://la-verite-nous-emancipera.blogspot.fr/  

Docteur Caroline Martin
Le 18/04/2015 à 11:01:37

On s'attendait que ces lois arrivant, car "le scénario des agressions terroristes" a été commendé dans le but d'implanté la surveillance fasciste globale des tous les citoyens. NOUS SOMME DANS LA DICTATURE FASCISTE même plus le droit de refuser la vaccination dangeureuse de nos enfants !!! ATTANTION: à bien tôt LES VACCINS AUX NANO-PUCES!!!

Mukti
Le 18/04/2015 à 00:53:40

Le but est d'accumuler un maximum de renseignements sur tout le monde. Mais, en ces temps de crise, y-aura-til suffisamment d'argent pour payer assez d' "oreilles" pour écouter et trier ce qui est intéressant ?
J'en doute.

g56
Le 17/04/2015 à 23:22:35

Si ce projet de loi est adopté, il ne fera que généraliser les moyens de surveillance actuels à partir des données fournies notamment par Facebook sur leurs utilisateurs. Leur inscription constitue ainsi un fichage volontaire
Voir :
1- http://fr.wikipedia.org/wiki/Facebook#Critiques_et_controverses  
Dont extrait :
« En juin 2013, à la suite des révélations de l'affaire PRISM par Edward Snowden, il apparaît que Facebook a collaboré avec la NSA, lui permettant l'accès libre a toutes les données de l'ensemble des utilisateurs. »

2- https://fr-fr.facebook.com/about/privacy/  
Dont extrait :
« Comment procédons-nous pour répondre aux demandes légales et pour éviter tout risque de dommage ?
Nous pourrons accéder à vos données personnelles, les préserver et les partager en réponse à une demande légale (mandat de perquisition, ordonnance d’un tribunal ou autre) si nous pensons en toute bonne foi que la loi nous y oblige. Cela peut inclure la réponse à des demandes légales provenant de juridictions en dehors des États-Unis, lorsque nous avons toutes les raisons de penser que la réponse est requise par la loi de cette juridiction, qu’elle s’applique aux utilisateurs dépendant de cette juridiction et qu’elle est conforme aux normes internationalement reconnues. Nous pourrons également accéder à des informations personnelles, les préserver et les partager lorsque nous sommes convaincus qu’il est nécessaire de : détecter, empêcher et traiter des fraudes ou toute autre activité illicite ; nous protéger nous-mêmes et protéger des tiers, notamment dans le cas d’enquêtes ; ou empêcher la mort ou tout risque imminent d’atteinte à l’intégrité physique d’une personne. Par exemple, nous pouvons partager des informations concernant la fiabilité de votre compte à nos partenaires tiers afin d’éviter toute forme de fraude et d’abus à travers comme en dehors de nos services. Les informations que nous recevons à votre propos, telles que les données de transactions liées aux achats avec Facebook, peuvent être utilisées, traitées et conservées pendant un certain temps lorsqu’elles font l’objet d’une demande ou obligation légale, d’une enquête gouvernementale ou d’enquêtes concernant d’éventuelles violations de nos conditions d’utilisation ou de nos règlements, ou pour éviter tout autre dommage. Nous sommes en outre susceptibles de conserver pendant une durée minimale d’un an les informations de comptes désactivés suite à une infraction à nos Conditions d’utilisation, et ce, afin d’éviter les abus répétés ou d’autres infractions »

Gilbert Belgrano
Le 17/04/2015 à 22:26:47

La gauche nous aura tout fait. Et le peuple de gauche qui ne fait rien alors qu'il serait dans la rue si Sarkozy avait fait la même chose ! Quels obéissants /serviles !

HLM
Le 17/04/2015 à 22:10:49

On constate déjà très clairement une dérive, à travers la lutte pour l' abolition des corridas: M.Valls, aficionado notoire, abuse de ses pouvoirs en pourchassant & s' acharnant par tous les moyens (...)sur les associations les plus dynamiques.
Il protège sa passion et ses amis aficionados, amateurs de tortures festives d' animaux innocents. HONTE!

sophie
Le 17/04/2015 à 20:52:51

Le terrorisme a bon dos et les terroristes doivent bien rigoler. Bon, quelles sont les prochaines étapes, parce que bien sûr il faudra aller plus loin pour encore plus d'efficacité; dans le passé nous avons eu et actuellement nous avons de nombreux exemples de très nombreux pays qui fleurent bon la lberté et qui se disent même démocratiques et que la France soutient évidemment. Oui, quelles seront les prochaines étapes pour avoir droit à un peu de réeducation dans des lieux appropriés? Car un jour ou l'autre, avec un mot de travers, une attitude non partagée, dite comme inconsidérée, l'individu devrait être alors vu comme incapable de réfléchir par lui-même, irresponsable voire dangereux etc.

un anonyme
Le 17/04/2015 à 18:28:10

on peut tout de suite enlever un mot de notre devise, et pourra-t-on laisser encore longtemps les deux autres, "égalité et fraternité"

TOURNIER
Le 17/04/2015 à 16:20:39

Il y a bien longtemps que certains imaginaient de faire de nous des esclaves heureux de leur sort….On en prend le chemin !

Mambo 42
Le 17/04/2015 à 16:00:41

Au fond, ce qui s'affirme de plus en plus c'est que nos gouvernants ont pris leur autonomie par rapport aux citoyens de qui ils ont reçu en principe le pouvoir: ils savent en tous domaines ce qu'il convient de faire,ils fréquentent des gens fort influents et organisés bien loin des regards du vulgaire. En fait le citoyen est à leurs yeux ignorant, inconscient, dangereusement indiscipliné, en un mot irresponsable et dangereux. Il convient de s'en méfier, de l'avoir à l’œil. Pour son plus grand bien, bien entendu.

Jacques Boutet
Le 17/04/2015 à 11:16:25

J'ai eu l'occasion d'écouter Jean Jacques Urvoas présenter les grandes lignes du projet lors d'un conseil fédéral à Brest !
même si les moyens actuels sont assez dérisoires en matière de renseignement , la porte à des dérives est largement ouverte par notre allégeance à l'Empire !

Paskal HENRI
Le 17/04/2015 à 10:47:18

je suis étonné de ne pas voir la FDN dans la liste des soutiens , pourtant ce sont les seuls à avoir déposé un recours ... et à être un minimum pédagogiques sur les points de litige : http://blog.fdn.fr/?post/2015/02/18/Recours-contre-le-decret-2014-1576  

isAAAc
Le 17/04/2015 à 10:41:25

Mr. Valls et Mr. Hollande ne respectent rien pas même la valeur première de la République la Démocratie !!! Je signe car je veux pouvoir dire ce que je pense sans que les services de l'état me "met au trou".

Jean-Paul ROBERT-ROMPILLON
Le 17/04/2015 à 10:05:33

Il s'agit ici de rendre légal ce qui se fait depuis longtemps.
Mais aujourd'hui tout recours se heurtera à la "force de loi"

mef
Le 17/04/2015 à 09:56:11

Un livre va bientôt paraître en plein sur ce sujet: http://www.yvesmichel.org/product-page/livres-a-paraitre/lhomme-post-numerique/  
L'Homme post-numérique: face à la société de surveillance générale !

Yves MICHEL
Le 17/04/2015 à 09:50:25

On trouve le même type de lois et d'excuses bidons pour les justifier en chine vis à vis des tibétains, ouïghour et autres minorités asiatiques.
Ne parlons pas des investissements qui, par les temps qui courent, seront certainement exorbitants (comme Flamanville) et qui irons sans doute dans la poche de leurs copains.
Et ne parlons pas non plus de la méthode pour faire passer la pilule, non excusez-moi, la loi, qui sont des méthodes un peu beaucoup totalitaires et peu pas beaucoup démocratiques; pourquoi ne pas y associer tous les députés?

giffre
Le 17/04/2015 à 09:01:44

Bonjour,

Tout à fait d'accord avec vous!
Sans compter que sans contrôles, il y a du fric à faire! Avec toutes ces donnée collectées!!!
Cordialement, JJR24

JJR24
Le 17/04/2015 à 08:20:06


Loi renseignement : les acteurs du numérique se sentent trahis par le gouvernement
http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/04/14/01007-20150414ARTFIG00244-loi-renseignement-les-acteurs-du-numerique-se-sentent-trahis-par-le-gouvernement.php  

Loi renseignement: la Cnil dément Cazeneuve sur le recueil de données "anonymes"
http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/loi-renseignement-la-cnil-dement-cazeneuve-sur-le-recueil-de-donnees-anonymes_1671961.html  

Alain Uguen
Le 17/04/2015 à 07:20:14

Cette surveillance non-contrôlée ne sera pas plus efficace que celle en fonction actuellement, c'est à dire celle qui est décidée après validation de la justice : les terroristes savent contourner l'espionnage.
Par contre, un site comme celui de cyberacteurs serait en première ligne ! Pensez donc : de dangereux défenseurs de la sixième République qui osent critiquer l'usage des fonds publics, les choix énergétiques et vérifier la probité de nos politiques !
Quelques documents intéressants :
Le président de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS) Jean-Marie Delarue, (himself !) s'emporte contre les dérives inévitables qui porteront atteinte aux libertés individuelles.
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/quand-le-gendarme-des-ecoutes-fusille-la-loi-sur-le-renseignement-de-valls-465876.html  
Un article du New York Times a fait beaucoup de bruit en fustigeant cette loi aberrante :
http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/04/02/l-editorial-a-charge-du-new-york-times-contre-la-loi-francaise-sur-le-renseignement_4607771_4408996.html  
Enfin un article très intéressant écrit par un avocat dont je suis régulièrement son blog. Je vous conseille de le lire attentivement, c'est très instructif :
http://www.maitre-eolas.fr/post/2015/04/06/Relisons-la-notice  
On va arriver dans une période où il va falloir se retrousser les manches pour défendre nos libertés !

Lionel OUTRIGGER
Le 16/04/2015 à 21:54:21

Les 5 députés qui ont voté contre
http://www.numerama.com/magazine/32817-boites-noires-les-5-deputes-qui-ont-vote-contre.html  
Oui, seulement 5, le grand parti EELV n'a pas daigné se déplacer, pas plus que les autres gauches !
Nos libertés se sont négociées dans une Assemblée vide !
http://rue89.nouvelobs.com/2015/04/14/loi-renseignement-libertes-negocient-assemblee-vide-258658?hc_location=ufi  
Et ils osent parler de "vote obligatoire..."

La vie privée n'est pas une liberté ! C'est B. Cazeneuse lui-même qui le dit :
https://www.youtube.com/watch?v=WODKfxtJQbE  

Isabelle Attard remise en place :
http://www.dailymotion.com/video/x2mve72_loi-sur-le-renseignement-cazeneuve-sort-les-crocs_news?start=1  

Censure des critiques sur la page Facebook du gouvernement :
http://www.numerama.com/magazine/32802-loi-renseignement-le-gouvernement-censure-les-critiques-de-sa-propagande.html  

"Du long séjour à l’Élysée de François Mitterrand, il restera la fin de la peine de mort, et de celui de François Hollande, la fin de la vie privée."
Georges Moréas, Commissaire principal honoraire de la Police nationale.
http://moreas.blog.lemonde.fr/2015/03/20/un-avenir-prive-de-vie-privee/#xtor=RSS-32280322  

63 % des français sont d'accord avec cette loi d'après un sondage !

Français, qu'avez-vous fait de la France, ce pays des libertés et du droit de l'homme ?


Chantal
Le 16/04/2015 à 21:43:52

Insidieusement, en catimini mais surement vers un état répressif durable comme le capitalisme durable,les prisons durables, le nuclé. Sauf les service publics sociaux qui eux ne sont pas durables.

Marie-Paule Fratani
Le 16/04/2015 à 19:49:26

Le plus étonnant dans l'histoire est que M.Urvoas utilise pour son blog (on le sait quand on laisse un commentaire) un groupe dépendante des lois US et donc qui est tenu de fournir aux renseignements américain les informations sur ce blog.
Donc toute personne intervenant sur ce blog est à 99,99% certaine d'être "connue" des services US!
bravo la sécurité de l'info et la confidentialité!
De plus les professionnels (type ovh, ...) sont très dubitatifs sur l'efficacité des solutions proposées pour ne pas dire plus!
enfin, les 30 postes qu'ovh s’apprêtait à ouvrir à Brest risquent d'être transférés à l'étranger car si la loi n'est pas changée les entreprises comme OVH seront déclassifiée à l’international (perte de certification) et donc devront transférer leur activité à l'étranger pour ne pas appliquer la loi française!!
Franchement encore une belle avancée.
voir des informations sur:
http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/renseignement-hebergeurs-sinquietent-menacent-se-delocaliser-15-04-2015-205362?utm_source=newsletter&utm_medium=OFentreprise&utm_campaign=20150416_local_votreNewsletter  

François Joly
Le 16/04/2015 à 19:18:48

Et tout doucement, sans douleur, sans tambour ni trompettes, nos gouvernements font glisser notre état de droit vers un état policier. Mais qu'on ne s'y trompe pas : vu la persistante répétition des très faibles participations électorales, nos élus, gouvernement y compris, ne représentent déjà plus grand chose ni plus grand monde. Cela porte le germe de contestations bien grandes, et leur droit, policier, ne pèsera pas bien lourd.Il restera encore la possibilité de la dictature ? Devront-nous entrer en résistance ?

Jean-luc Duflot
Le 16/04/2015 à 19:06:16

Si vous n'avez pas vu le film "La vie des autres" montrant les méthodes de flicage de la STASI est-allemande, allez vite le voir (ou le revoir), car c'est exactement la même chose que ce que nous concoctent les Valls et consorts, avec des outils électroniques plus modernes !

Rousseau André
Le 16/04/2015 à 18:31:43

Malgré les engagements du gouvernement, il y a de gros risques pour les libertés publiques :
- si la procédure est gérée par les élus d'une nouvelle majorité plus autoritaire,
- si certains fonctionnaires, préfets ou dirigeants policiers veulent faire du zèle en s'attaquant, comme cela s'est produit naguère et se produit encore parfois, à des citoyens sans histoires qui ont eu le tort de critiquer certaines décisions de l'administration.
Cette loi doit être abrogée, car, de plus, elle n'aura qu'une efficacité minime dans la lutte contre le terrorisme : les commanditaires d'attentats quitteront le territoire national et déclencheront leurs actes depuis l'étranger.

Alain Therrieur
Le 16/04/2015 à 18:22:30

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !