actualité écologie

AG Cyberacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Soutien permanent aux paysans de NDDL

OPÉRATION

image vide cyberacteurs
image vide

Cette pétition est maintenant terminée

Bilan de la pétition : Opposons-nous aux nouveaux projets d'explorations minières en Bretagne NI ICI, NI AILLEURS

Mise en ligne du 12/04/2015 au 11/06/2015

Trois Permis Exclusifs de Recherches Minières (PERM) ont été demandés en 2013 par la société Variscan Mines. Ils concernent 73 communes bretonnes, sur les trois zones dites de Lok-Envel, de Merléac, et de Silfiac, et portent sur des métaux de toutes sortes, dont des métaux prisés, les terres rares. Le permis dit de Merléac vient d'être accordé.

Bilan de la pétition :

3531 participants

Présentation de la pétition :

Des projets miniers revoient le jour en France en 2012 à l'initiative de M. Arnaud Montebourg.
D'abord la Sarthe et la Creuse puis en mai 2014, c'est à la Bretagne d'être le sujet de convoitises d'une société récemment créée pour l'occasion : Variscan Mines, société basée à Orléans. Des capitaux australiens, des fonds pensions pour la plupart anglo-saxons et asiatiques, permettent à d'anciens géologues du BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) de se lancer dans une nouvelle campagne d'exploration se basant sur les données produites par ce même BRGM.
C'est en mai 2014 que plusieurs élus sont avertis de ces projets par courrier de la préfecture, et pour un avis consultatif uniquement.
Trois demandes de Permis Exclusif de Recherche (PER) à ce jour sont suivies par la préfecture de Côtes d'Armor (22) et la préfecture du Morbihan (56). Le plus ancien, le PER de Merléac dans les Côtes d'Armor (34 communes concernées - 411 km²) est tout à fait opaque puisqu'une consultation publique sur internet a été organisée sans que la population en soit véritablement informée. Suivent les PER de Lok-Envel (25 communes - 336 km²) et le PER de Silfiac dans les Côtes d'Armor et le Morbihan (15 communes concernées – 173 km²). Mais aussi dix-sept communes au sud et à l’ouest de Fougères sont concernées par la demande d’octroi de permis de recherche de la société Variscan
Mines.
En novembre 2014, l'autorisation est donnée par M. Macron à Variscan Mines de commencer sa campagne d'exploration sur le périmètre de Merléac.
Dans le même temps, un constat : la majorité des populations concernées ne connait pas l'existence de tels projets et les élus de ces communes rurales évaluent mal l'enjeu qui se joue sur leur territoire.
Les risques environnementaux sont bien réels pour ce qui est déjà de la phase de recherche : la localisation des masses d'eau souterraines étant inconnue, elles seront exposées aux aléas des forages et carottages (des dizaines de km par zone), trous rebouchés par du ciment, toxique si il est rendu imperméable par quelque adjuvant. Les métaux recherchés, comme les substances naturelles qui les accompagnent souvent (arsenic, uranium et descendants, …), seront dangereusement mobilisés au hasard des sondages (nouveaux chemins souterrains de l'eau, nouveaux lessivages des roches). Des ondes magnétiques pénétrantes envoyées par hélicoptère pour balayer l'ensemble des
zones, nous ne savons rien : quel impact sur les zones habitées, les milieux humides et le vivant en général ? Qu'en sera-t-il des nuisances sonores et polluantes des survols par avion à basse altitude sur des milliers de km par zone ? Quelles perturbations par les longues tranchées envisagées, et les ondes très basses fréquences envoyées au sol pour la détection ? Les propriétés non clôturées seront-elles à l'abris d'investigations non conditionnées à la délivrance d'autorisations ?
Sous couvert de mettre à jour les données touchant à la présence de minerais connue de tous depuis une quarantaine d'années comme l'or, l'argent, le tungstène, le plomb, l'étain, le molybdène, le germanium, le cuivre ou le zinc, ce sont surtout les substances connexes qui excitent les convoitises.
Elles forment l'ensemble des terres rares et alimentent l'industrie hautement technologique
(éolienne, informatique, armement et tous les gadgets électroniques dont nos sociétés sont si dépendantes). Aujourd'hui des pays comme la Chine prennent soin de leurs réserves dont l'exploitation à ce jour est très polluante.
En Afghanistan ou en Afrique, les entreprises occidentales n'ont plus le monopole du pillage de ces ressources naturelles. C'est donc en Europe que l'aventure minière est relancée.
Participants à une guerre commerciale et technologique, des fonds d'investisseurs et des nations se sont jetés dans la bataille pour l'accès à ces richesses naturelles.
Il va s'en dire que sous couvert de création d'emplois et de techniques nouvelles d'exploitation plus respectueuses de l'environnement, l'opacité qui entoure ces projets et la méthode employée pour empêcher au citoyen de participer au débat, montrent qu'une fois de plus les intérêts privés d'investisseurs encouragés par nos gouvernants seront les grands gagnants d'une guerre économique dont la société civile ne retirera rien, après les délocalisations d'entreprises, les transferts de technologies, la perte de nos brevets industriels, c'est au tour des richesses naturelles de la France et d'autres pays européens de susciter l'envie. A l'heure où le projet de réforme du code minier peine à voir le jour, au moment ou la négociation du traité de libre échange entre les États-Unis et l'Europe
se fait dans le dos du citoyen européen, une question se pose : à quelle sauce allons-nous être mangés ?
Les collectifs Douar Didoull et Mines de rien
Plus d'infos sur :
 www.alternatives-projetsminiers.org.  
Adresse de retour pour les pétitions papiers : Mines de rien, 4, Oglenn Ar Vourch 56480 SILFIAC

Texte de la pétition :


Les recherches sont prévues sur des centaines de km2 avec maillages serrés de survols aériens, champs magnétiques, tranchées, sondages profonds et destructeurs. Dès l'exploration les impacts écologiques sont à prévoir. Les conséquences environnementales et sanitaires des exploitations minières sont déjà partout catastrophiques (radiations, pollution de l'eau, des terres, de l'air), il n'en irait pas différemment en Bretagne.

Alors que les projets de société consistent à associer davantage les populations aux prises de décisions, c'est à peine si elles ont été averties de ces demandes de permis d’explorations, et encore moins de leurs impacts potentiels. A l'heure où des désastres écologiques en tous genres obscurcissent le quotidien et l'avenir, on ne peut que s'insurger contre ces nouveaux projets miniers. Il en va de l'intérêt général, comme des intérêts économiques, environnementaux, sanitaires et sociétaux de notre pays et au-delà, de ceux de notre planète.

Je demande donc :
l'abrogation du PERM de Merléac.
l'abandon définitif des instructions en cours des PERM de Lok Envel et Silfiac.
Pétition à l'initiative des collectifs de vigilance sur les projets miniers bretons.

 

38 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Nous habitons un petit village de 650 habitants (gausson), qui s'est réveillé il y a dix jours en apprenant la très prochaine exploration des terres de notre village. Aucune communication des services municipaux ou autre ne nous ont informés.
Après recherche, le projet, qui peut commencer dans les semaines qui viennent, s'avèrent polluant pour une grande partie de la Bretagne.
Allons Bretons réveillez-vous !

Rio
Le 03/09/2016 à 14:26:23

Il ne faut surtout pas laisser faire cet outrage à la nature, les résultats du désastre seront ineffaçables et cela pendant des centaines d'années. Le pouvoir de l'argent a toujours été au détriments des populations animales ou humaines. Il ne faut pas que ce projet aboutisse et dans ce cas il faut que les propriétaires de terres susceptibles d'être exploitées par la société minière ne donnent pas leur consentement et ne vendent pas leurs terres. Il en va d'une catastrophe écologique pour notre Bretagne. Qu'ils aillent au diable, l'état français vend notre nation aux étrangers.

Corre corinne
Le 13/06/2016 à 12:20:07

Raz le bol des data center qui bouffe les monts ..Arrètons les avant que nos paysages , la faune et la flore soit détruit. Pour vos recherches sur le net passez par écosia , ( abre planté à chaque connection sur ce site, et vidont nos boites mails qui participe a ce problème de data center.

Bédoc
Le 01/04/2016 à 09:03:20

Je viens d'apprendre ce projet. C'est une honte! Je ne comprends même pas comment c'est possible sans consultation des riverains!

Elizabeth Muller
Le 14/03/2016 à 16:06:10

Projet dévastateur pour la nature et le patrimoine!

DREAN Annie
Le 06/03/2016 à 10:42:27

Ne faisons pas les mêmes erreurs que les Américains

Briand Marie noelle
Le 03/03/2016 à 13:08:32

variscan dégage!
resistance et sabotage!

laors-erwan
Le 20/02/2016 à 10:46:00

Arrêtons la consommation à outrance!!!!
Les mines ne viennent pas par hasard malheureusement...
Vivons local :)

ROLAND
Le 12/11/2015 à 10:14:10

Variscan n'a qu'un projet: spéculer sur les projets miniers....même si ça n'arrive pas. Et ça marche: les actions ont déjà fait un bond à la bourse !!! ABOMINAB'

auvin maryvonne
Le 09/11/2015 à 18:47:25

La notion jamais enseignée dans les écoles de la nationale éducation, celle vitale et universelle chez tous les peuples dits sauvages par les auto proclamés " civilisés " est que la terre comme le ciel sont des entités sacrées dès lors exploitées et vendues comme de vulgaires matières premières par la collusion des affairistes, industriels, dealers et caste des costards cravates, les héritiers de cette criminelle distorsion de fond sont capables d' inverser la prise de décision grâce à la liberté solidarité des citoyens face à la dictature d' état, souv

L1X
Le 05/11/2015 à 18:12:45

A l'heure de l'évolution vers la défense de l'environnement, bonjour la marche arrière. Mais Le ministère de Môssieur Macron a encore les gazs de schiste, l'aéroport de notre Dame des Landes le Barrage de Civens et bien d'autres projets super écologiques.Est ce que cette "réunion" d'avis, dite aussi Pétition sera plus puissante qu'une grenade de gendarmerie, à voir. En tout cas il faut essayer et le faire savoir.
Alors, NON! "C'est mon avis"...
Free Dom.

FreeDomBreizh
Le 03/11/2015 à 18:48:47

La notion jamais enseignée dans les écoles de la nationale éducation, celle vitale et universelle chez tous les peuples dits sauvages par les auto proclamés " civilisés " est que la terre comme le ciel sont des entités sacrées dès lors exploitées et vendues comme de vulgaires matières premières par la collusion des affairistes, industriels, dealers et caste des costards cravates, les héritiers de cette criminelle distorsion de fond sont capables d' inverser la prise de décision grâce à la solidarité des citoyens face à la dictature d' état, souveraineté populaire à reconquérir

L1X
Le 03/11/2015 à 13:41:44

vivant dans une région détruite et défoncée par l'extraction charbonnière, j'image le destin attendant les régions bretonnes concernées. Le mensonge habituel des multinationales n'a pas changé, il s'est mondialisé. Des actions régionales ont peu d'utilité, ce qui est nécessaire s'est de mondialiser la réaction de façon mondiale en faisant bien comprendre à nos dirigeant que nous n'avons qu'un' planète presque morte et que donner toute forme d'accord à des multinationale qui vont nous voler notre matière première pour un profit immédiat est une condamnation à court terme pour la terre et sa population .Tout est lié, rien ne se perd, tout se transforme, même en poison irréversible. Preumont Gérald

papet 200
Le 31/10/2015 à 16:46:34

Marre de ces pollueurs. Déjà que l'eau est polluée. Qu'ils fassent leurs saletés à Singapore par exemple.
Quant au gouvernement, c'est le moment de menacer Le Drian pour les régionales.

jean
Le 25/10/2015 à 12:04:29

Alors qu'on commence seulement, après bien des efforts, à récupérer une qualité d'eau satisfaisante, on laisserait des sociétés saloper le sous-sol et les nappes phréatiques ???
La mine, c'est la mort du pays breton.

Hervé LOTH
Le 24/10/2015 à 14:38:32

J ai travaille pendant 20 ans au BRGM un boulot passionnant . Alors je ne vais pas crache dans la soupe .Jai fait des recherches dans toute la Bretagne les moyens etaient quasiment identique . A l'époque on pénétrait dans les parcelles sans autorisation meme avec des véhicules legers celà se passait généralement bien .Pour les plus gros travaux (forages tranchées )on demandait l'autorisation et les dégats étaient indemnises.Il ne faut pas oublier que tout ce que vous possédez provient du sol ou sous solAlors il ne faut pas etre égoiste .Une réflexion que j'entendais qq fois étaient :il n'y a rien ici allez voir chez le voisin .Il ne faut jamais dire non au dévelloppement économique mais dire "oui à condition que"

un anonyme
Le 27/09/2015 à 07:20:21

J'ai eu une info comme quoi en Ecosse ils ont pu resister en achetant tous 500 m2 des terres afin de les protéger ?
je ne sais pas du tout comment on peut mettre cela en place en Bretagne.

gaby
Le 01/07/2015 à 21:55:16

Refusez les mines sauf garanties sérieuses : en Creuse, nous avons le précédent des mines d'or du Châtelet qui ont laissé toute une zone polluée à la charge du contribuable.

Pour ouvrir une carrière, il faut un fonds de garantie, je crois, car trop souvent l'exploitant "en faillite" (organisée) ne pouvait payer la remise en état du site. Exigeons au minimum la même chose pour une mine ! Mais même ainsi, c'est peut-être un marché de dupes...

Richard de Sédouy
Le 16/06/2015 à 19:49:40

l'avenir c'était mieux avant

didier
Le 16/06/2015 à 19:36:05

pauvre bretagne
apres l agriculture intensive qui gagne de toutes parts , le porc , les marées verts , l arrachage des haies , on la livre aux entreprises minières avec sont lot de pollutions (eau , terre et air)
et bien sur aucune retombé positive pour les bretons
je m oppose fermement a ce projet
d lorain

dominique lorain
Le 12/06/2015 à 13:00:21

Merci pour cette info alarmante...

AUFFRET-TODOROV
Le 12/06/2015 à 10:15:34

Notre collectif s'oppose à un projet d'extraction de sables coquilliers dans la baie de Lannion par une filiale du groupe Roullier -à qui le tribunal de l'Union Européenne vient d'infliger une amende de 60 millions d'euros pour entente sur les prix des phosphates !-. Cette extraction est prévue sur une dune sous-marine à 6 km du littoral sur une dune située, curieusement, entre deux zones Natura 2000.Les 15 communes riveraines, les parlementaires costarmoricains et finistériens, les citoyens, les responsables économiques, les pêcheurs professionnels, les pêcheurs plaisanciers, les clubs de plongée...sont unanimement contre ce projet. Seul M. Macron est pour. Cela sera perçu comme un déni de démocratie et nous saurons nous en souvenir.

Peuple des dunes en Trégor
Le 03/06/2015 à 09:17:39

merci beaucoup Antoine pour ton message du 15 avril
je suis d'accord mais je pense que c'est aussi en signant ce genre de pétition que l'on fait avancer la réflexion et orientons vers la création de nouveaux outils comme celui que tu évoquais à savoir "un comité de veille avec de hautes exigences environnementales"...
gardons espoir

Ronan
Le 27/05/2015 à 11:09:49

quand on connait les nuisances des industries extractives (poussières dans l'environnement ...) , il y a de quoi s'inquiéter : voir http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=437  

irène
Le 26/05/2015 à 13:56:51

Comme d'habitude ce genre de projet se fait dans la plus complète l'opacité, c'est pourquoi il ne fut pas l'accepter… Si il y a enquête publique, on sait déjà qu'elle sera comme elles le sont presque toujours, truquées, tronquées, ou tout simplement le Préfet passera outre, quitte à déclarer le projet d'utilité publique ! Ça c'est déjà vu !

un anonyme
Le 23/05/2015 à 19:15:53

Avant l'occident pillait le tiers monde, aujourd'hui la recherche effréné du profit se "mondialise". Que gagneront les Bretons rien. On ne serait pas étonné que des" esclaves" asiatiques ou autres viennent travailler sur place pour "augmenter la rentabilité". Il sera conseillé aux Bretons de les accueillir chaleureusement. Pour rappel en Afghanistan les américains faisaient faire des routes en employant des ouvriers chinois... pour s'attirer la sympathie des Afghans, évidement...
Il faut ajouter que les sociétés en question feront des montages tels qu'ils ne paieront pas d'impôts en France, c'est un vol que l'on nomme pudiquement optimiser l'impôt. La France vendue à l'étranger c'est ainsi que les hommes du 19e siècle auraient analysé la situation.

GuyD
Le 23/05/2015 à 14:53:19

DES CAPITAUX AUSTRALIENS ET DES FONDS DE PENSION ANGLO-SAXONS ...
DEHORS !!!!!!!!!!!!!!!!!

Dominique Bouts
Le 22/05/2015 à 17:32:01

Si un jour il n'y a plus de portables ni d'ordinateurs... eh ben on fera sans ; tant que nous avons une terre, une eau, un air de bonne qualité la vie reste plus que vivable. Par conséquent c'est sans le moindre état d'âme que je signe cette pétition

Cath
Le 22/05/2015 à 16:40:28

Nous venons d'apprendre que la consultation publique concernant les deux permis Miniers de Lok_Envel et de Silfiac a lieu du 20 mai jusqu'au 10 juin:

Nous avons donc avancé au 8 juin prochain la clôture de la pétition pour envoyer les signatures avant la fin de la consultation publique : http://www.economie.gouv.fr/consultations-publiques  

Alain Uguen
Le 21/05/2015 à 15:38:26

l'exploitation des terres rares laisse derrière elle des déchets radioactifs hautement concentrés avec une durée de vie extrêmement longue (thorium). Tapez Baotou sur internet pour voir, c'est l'enfer radioactif en Chine, laissé par l'exploitation de ces matières auxquelles nous sommes accros sans le savoir...

hermina42
Le 29/04/2015 à 20:59:10

A l’initiative du Collectif Douar Didoull « Pour la préservation de notre terre et contre le projet minier » se déroulera samedi 02 mai, à partir de 9h30 jusqu’à 17h, une « Journée d’information sur les projets miniers : les mines chez vous quels, impacts ? », à Belle-Isle-en-Terre, au château Lady Mond.
http://alternatives-projetsminiers.org/  

Alain Uguen
Le 27/04/2015 à 10:00:25

Ca va être une pollution sans nom !

Je sens que l'on va reprendre le dialogue que l'on a eu sur une autre pétition avec Mr Locke.

On est bien d'accord, on a besoin de terres rares, et il y en a bien partout, contrairement à ce qui était dit haut et fort pendant des lustres, à savoir que les Chinois avaient accaparé toutes les ressources de terres rares sur la Terre.
Et, autre baratin de haut vol, il n'y en a pas que dans les ordis et les éoliennes, il y en a aussi dans vos télés (mais ça, on en parle pas, hein, le moyen d'endormir tous les cerveaux et de les empêcher de réfléchir), dans les machines à laver, dans les centrales nucléaires, bref, dans tous les systèmes où il y a des puces électroniques, et donc pas dans les vélos et les trottinettes (quoique mon vélo est équipé d’un compteur).

Mais, première remarque : au lieu de creuser la Terre avec la même frénésie que les shadocks mettaient à pomper, jusqu'à ce que l'on se rende compte qu'il n'y a plus rien et qu'on va donc finir par crever la bouche ouverte comme des crétins de l'Univers dont les restes seront découverts bien plus tard par des extra-terrestres hilares, on pourrait investir dans la récupération des métaux et terres rares, chose que l’on a à peine commencé il y a peu avec les piles et les lampes fluorescentes. Mais bien sûr, une telle activité n’est pas rentable à court terme, donc on ne fait toujours quasiment rien dans ce domaine.

Et deuxième remarque, ces projets miniers sont toujours décidés et autorisés en catimini, sans faire de bruit. Pourquoi ? Parce que la société Variscan Mines sait bien qu’il va y avoir une opposition de la population locale d’une part, et d’autre part elle se garde bien de faire le premier pas en expliquant les méthodes d’exploitation qui seront pratiquées et qui ont été validées par leur conseil d’administration dont le but est de chercher du profit et pas de protéger l’environnement et la santé des habitants, information préalable qu’elle donnerait sans hésiter si elle venait avec un projet non polluant.

En début de post, je parlais justement de pollution, et en matière d’exploitation minière, le risque est colossal. Car il n’existe pas dans la nature de gisement mono métallifère. Il y a toujours des mélanges de sels métalliques et de métalloïdes qui sont associés dans les roches. Pour prendre l’exemple des mines qui ont été exploitées dans le Massif Central (bon exemple, puisque le massif armoricain fait également partie du V hercynien), on y a extrait de l’or, de l’uranium, mais on a jeté dans les terrils des gangues rocheuses principalement riches en arsenic, mais aussi d’autres métaux toxiques comme le plomb ou l’iridium et certains même radioactifs en plus.
Rien que pour la seule exploitation de l’uranium, on y a extrait 52 millions de tonnes de minerais pour obtenir 76.000 tonnes d’uranium en laissant sur le terrain 166 millions de tonnes de stériles (donc ayant une richesse de métaux inexploitable, mais fortement polluants) et 51 millions de tonnes de résidus de traitement (car on utilise des techniques polluantes pour traiter le minerai).

Les zones proches de ces anciens sites miniers sont maintenant sinistrées pour des dzaines de milliers d’années.

http://webdoc.rfi.fr/pour-suites/enquete-pollution-cachee-cevennes/docs/chap4-9-IEM-ST-LAURENT-BRGM-2008.pdf  
(pour accéder à ce document, il sera peut-être nécessaire de le copier et de le coller dans la barre d’adresse).

Lionel OUTRIGGER
Le 16/04/2015 à 23:55:15

Bonjour,
je suis d'accord avec Antoine, l'extraction de matière première en France est peut être un signe intéressant.
Le retour d'une rentabilité de l'extraction en France serait le "début de la fin" des extractions à faible coût ailleurs. Une extraction locale, avec un contrôle indépendant, une dignité de travail via des conventions collectives correctes, un impact écologique faible et surtout maîtrisé.

Tout ça est par contre impossible si les populations sont prises par surprise...

guilaume
Le 16/04/2015 à 19:06:25

Sans terre rare, sans métaux pas d'ordinateur pour signer les pétitions et de magnifiques mines très écologiques en Chine, en Amérique du sud (zones où la démocratie et la société civile pèsent tellement plus qu'en Europe comme chacun sait!). A force de signer contre tout en Europe, outre la perte de souveraineté (nous dépendons des matières premières des autres), nous encourageons les exploitations agressives ailleurs. Ne serait-il pas plus pertinent de créer un comité de veille avec de hautes exigences environnementales. Les seuls habilités à signer cette pétition sont donc les décroissants stricts qui n'ont pas de téléphone portable et pas d'ordinateurs (et qui signent donc leurs pétitions dans un cybercafé ou chez le voisin)

Antoine
Le 15/04/2015 à 19:39:37

Non seulement on va polluer la mer mais en plus c'est pour détruire encore plus notre terres agricoles et enrichir encore plus les multinationnales !

GIGI
Le 15/04/2015 à 13:34:59

Entre Sarreguemines et Château Salins en Moselle, les piquets sont installés depuis au moins deux ans... Ils sont dans les starking blocs

mite54
Le 13/04/2015 à 20:50:41

Contrairement aux croyances de nos politiques (élus avec moins de 50% des voix) ce n'est pas en donnant des droits de polluer sans informer personne que cela créera de l'emploi.

C'est de Démocratie dont nous avons surtout besoin pas de plus de pollution, ni de plus de capitalisme libéral !!!!!

Jean-Paul ROBERT-ROMPILLON
Le 13/04/2015 à 16:40:31

Quid de notre souveraineté alimentaire? Nos terres agricoles sont un patrimoine de plus en plus précieux que l'on brade cependant aux étrangers bien plus malins que nous (le Qatar prévoit la fin du pétrole et rachète les meilleures terres d'Europe, les pays d'Asie en pleine expansion exportent de plus en plus leurs agissements polluants pour réduire les impacts chez eux etc.) Et nous? nous faisons des courbettes pour quelques emplois créés mais empoisonnés. Bravo!

jzl
Le 13/04/2015 à 11:41:35

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !