actualité écologie

STOP EPR Manifestation à Saint Lô Samedi 30 septembre 2017 - 14h 30 Place de la Mairie

OPÉRATION

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Semaine des Semences Paysannes

AG Cyberacteurs

Soutien permanent aux paysans de NDDL

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Nutréa-Triskalia planète positive aux pesticides ?

Mise en ligne du 25/02/2015 au 12/01/2017

Empoisonnés aux pesticides puis licenciés pour inaptitude, quatre salariés du site Nutréa-Triskalia de Plouisy, près de Guingamp dans les Côtes-d'Armor, se battent depuis cinq ans pour obtenir réparation.

Bilan de la cyberaction :

5837 participants

Triskalia: indemnisation historique de deux salariés victimes de pesticides
http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/09/22/intoxication-aux-pesticides-a-la-cooperative-bretonne-triskalia-deux-victimes-indemnisees_5002009_3244.html  

Présentation de la cyberaction :

Spécialisée dans la fabrication de granulés pour le bétail, l'entreprise Nutréa appartient à Triskalia, une coopérative agricole géante regroupant 18 000 agriculteurs et employant 4 800 salariés sur 300 sites. Le scandale a commencé fin 2008, quand les dirigeants de Nutréa ont décidé, pour faire des économies, de ne plus ventiler 20 000 tonnes de céréales stockées dans d'énormes silos. Les conséquences ont été désastreuses : les stocks ont été infestés de charançons et autres insectes nuisibles et sont rapidement devenus impropres à la consommation. Mais pour la direction, il n'était pas question de les perdre, et elle a choisi de les faire asperger d'insecticide et de propulser ce même insecticide par les gaines de ventilation.

Alors que les deux salariés travaillant à la réception des céréales ont rapidement développé des symptômes inhabituels (vomissements, saignements, maux de tête...), le même procédé a été utilisé l'année suivante, intoxiquant cette fois une quarantaine de salariés du site. En 2011, les deux premiers salariés ont été déclarés inaptes et licenciés dans la foulée. Deux autres salariés ont été licenciés à leur tour pour inaptitude en 2013. Ces quatre travailleurs souffrent d'hypersensibilité chimique multiple, une maladie qui ne connaît pas d'autre traitement que l'évitement de tout contact avec des produits chimiques, ce qui revient à éviter les lieux publics et rend très difficile un retour à l'emploi.

Le 11 septembre 2014, le Tribunal des affaires de Sécurité sociale (Tass) de Saint-Brieuc a reconnu la faute inexcusable de l'entreprise pour les deux premiers salariés, dont les intoxications sont considérées comme des accidents de travail, ce qui leur vaut une rente d'un peu moins de 800 euros par trimestre. Les deux autres salariés se sont vu refuser par le Tass la reconnaissance de leur maladie comme maladie professionnelle. Leur plainte au pénal a été classée une première fois, puis relancée, mais cinq ans après, elle en est toujours au stade de l'enquête préliminaire. Aucune investigation n'a été lancée à ce jour sur la pollution de la chaîne alimentaire par les insecticides répandus sur les céréales. Malgré tout, les quatre salariés continuent le combat pour obtenir réparation.

Nous vous proposons d'interpeller la société triskalia. La liste des signataires de cette action pourra être transmise aux avocats des plaignants.

Sylvie GOURDON "Sous le vent, les pieds sur terre"
Yves Marie LE LAY Sauvegarde du Trésor
Alain Uguen Association Cyber @cteurs,

TRISKALIA, société coopérative agricole à capital variable dont le siège social est ZI Lanrinou – 29206 Landerneau CEDEX, immatriculée au RCS de Brest sous le n° 775 576 986 représentée par Mme Béatrice PERROT, en sa qualité de Directrice de la Communication. numéro de téléphone : 02 98 25 30 00


Ecouter : Une histoire de grains pourris sur France Inter
http://www.franceinter.fr/emission-interception-bretagne-une-histoire-de-grains-pourris  

De Bretagne jusqu’à Paris, les institutions dévoyées
http://www.cyberacteurs.org/blog/?p=1762  

Lien pour réécouter le reportage d'Inès Léraud dans l'émission "Les pieds sur terre" de France Culture en partenariat avec le journal l'Humanité concernant le scandale des pesticides :
http://www.franceculture.fr/emission-les-pieds-sur-terre-le-scandale-des-pesticides-en-partenariat-avec-l-humanite-2014-12-18  
N'hésitez pas à vous exprimez en donnant votre avis sur le site de France Culture.

Ci-dessous le lien pour lire l'article de Fanny Dumayrou dans l'Humanité.
http://www.humanite.fr/chez-nutrea-triskalia-le-combat-des-intoxiques-aux-pesticides-560647  

Nutréa-Triskalia : un suicide qui interroge
http://www.ouest-france.fr/social-nutrea-triskalia-un-suicide-qui-interroge-2809579  

La lettre qui a été envoyée :


Madame, Monsieur

Par la présente, je tiens à apporter mon soutien à vos 4 salariés du site Nutréa-Triskalia de Plouisy empoisonnés aux pesticides puis licenciés pour inaptitude.

J'ai noté votre invitation à « Planète Positive 2015 », véritable vitrine de l'agriculture écologiquement intensive, le 9 juin 2015 à Noyal-Pontivy (Morbihan).
http://www.triskalia.fr/fr_FR/actualites/planete_positive_2015__les_adherents_de_triskalia_innovent_et_le_montrent-96.php
J'attends qu'un soit trouvé trouvé avec ces 4 salariés pour un dédommagement du préjudice sanitaire et professionnel subi.

Dans cette attente forte, je vous prie d'agréer mes salutations distinguées.

 

99 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

La justice est bien lente pour la france qui se lève tôt!

marianne21
Le 28/01/2017 à 14:42:38

Courage les gas on est avec vous

michoudag
Le 16/01/2017 à 20:39:02

Courage à ces quatre employés ,en attendant ils doivent être indemnisés à la hauteur du préjudice soit beaucoup plus que ce qui est indiqué alors continuons la lutte

verna mary
Le 16/01/2017 à 20:37:29

Oubli d'un mot au début de l'avant dernier peragraphe. "...qu'un ...accord...soit trouvé...."

SOULAGE
Le 16/01/2017 à 10:47:20

Triskalia ne devait pas interrompre la ventilation, combien ont-ils économisez? juste pour savoir à combien était évalué la maladie incurable, transmise à 4 salariés !
Alors que 2 salariés n'aient pas le même résultat demande des explications ... que nous n'avons pas !
De plus, personnes ne parle du bétail qui a ingéré tous ces produits pesticides supplémentaires. Tous les salariés auraient dû diligenté une plainte ensemble Triskalia n'aurait pas pu éviter les investigations qui lui auraient donner tort, dommage !

berthe
Le 13/01/2017 à 11:16:29

toujours pareille on sacrifie l’être humain pour le profit

kbr1306
Le 12/01/2017 à 17:33:04

pour que soit reconnue les maladies "professionnelles" , le travail de ces salariés a rapporté "de l'argent" aux propriétaires, A quand la reconnaissance et le partage ?

Hemmer annick
Le 12/01/2017 à 16:01:41

C est 8000eur/trimestre qu ils doivent toucher, non 800..!!!
Les multi nationales a part demolir l economie, continue aussi de tuer, et elles sont bien proteges par les "pantouflards" de pol&tic.

Herve nadar
Le 12/01/2017 à 15:28:17

Parce qu'on n'est pas que con!

Aurel
Le 23/11/2016 à 03:05:25

Bonne nouvelle pour ces 2 salariés.

gérard BERTIN
Le 02/10/2016 à 12:45:18

Pour une fois la justice et le bon droit doivent triompher... Courage les gars !

Jean Claude GUILLEMET
Le 26/09/2016 à 22:25:22

pour que justice soit faite et que "Nutréa-Trikalia " assume ses responsabilités et paie de dommages et intérêts a ses anciens salariés victimes

Teissier
Le 26/09/2016 à 20:55:43

Bon courage aux employés empoisonnés, nous sommes avec vous

Bridet Caroline
Le 25/09/2016 à 17:38:20

Nutrea-Triskalia se conduit d'une manière répugnante, empoisonne ses salariés et les consommateurs éventuels de ses produits. Toujours les mêmes problèmes d'une agriculture industrielle, de l'agro-alimentaire.

geronimo
Le 23/09/2016 à 22:36:28

Tenez bon les amis , nous sommes là pour vous soutenir !

framboise
Le 23/09/2016 à 21:43:13

Nutréa-Triskalia doit indemniser ses salariés

Ballandras
Le 23/09/2016 à 14:20:12

Niskéa-Triscalia doit être condamné et ls salariés doivent obtenir réparation

Rémy Bessot
Le 23/09/2016 à 14:02:38

Intoxication aux pesticides. Nutréa-Triskalia condamnée
Deux salariés de Nutréa-Triskalia, gravement intoxiqué par des pesticides il y a sept ans, à Plouisy (22), ont obtenu gain de cause, ce jeudi, devant la justice.
Dans un jugement rendu ce jeudi, le tribunal des affaires sociales de Saint-Brieuc a condamné l'entreprise agroalimentaire Nutréa-Triskalia à verser un peu plus de 110.000 euros à deux anciens salariés, Laurent Guillou et Stéphane Rouxel. 

http://www.letelegramme.fr/bretagne/intoxication-aux-pesticides-nutrea-triskalia-condamnee-22-09-2016-11227556.php  

Alain UGUEN
Le 23/09/2016 à 10:25:14

je venais prendre des nouvelles des salariés de Triskalia et de l'évolution du dossier après avoir un peu négligé le site cyberacteurs !.


le lien vers l'article du Telegramme oblige à s'abonner.
Ne serait il pas possible qu'un abonné nous le mette à disposition ?
amicalement

Maryvonne ARDOUIN
Le 07/09/2016 à 18:43:52

Intoxication aux pesticides. Le préjudice invisible de deux Nutréa
http://www.letelegramme.fr/cotesarmor/intoxication-aux-pesticides-le-prejudice-invisible-10-06-2016-11101477.php  

Alain Uguen
Le 10/06/2016 à 08:32:18

C'est inadmissible, virons les empoisonneurs et revenons aux cultures classiques pour nourrir nos vaches.
Solidarité avec les employés licenciés.

Hervé
Le 04/06/2016 à 08:53:36

OUI à un Droit du Travail qui protège réellement les salarié-e-s, leur vie, leur santé, leurs revenus, leur environnement !!! OUI à une vraie Médecine du travail et de prévention réellement indépendante disposant de moyens suffisants ! OUI à une justice équitable et abordable, indépendante de tout lobby politique ou économico-financier ! OUI à la protection des lanceu-r-se-s d'alerte ! NON au terrorisme des pollueurs impunis ! NON aux maladies professionnelles et aux accidents du Travail (encore trop de dizaines de morts chaque année en France !) !!!

un anonyme
Le 03/06/2016 à 21:34:23





Quimper, le 25 février 2015, nouvelle cyber@ction mise en ligne en partenariat avec AE2D, BAGNE de Glomel, BDZE (Baie de Douarnenez Environnement), Bretagne Vivante, CANE, Sauvegarde du Penthièvre , Sauvegarde du Trégor, “Sous le vent, les pieds sur terre”, en soutien aux quatre salariés du site Nutréa-Triskalia de Plouisy, empoisonnés aux pesticides et licenciés pour inaptitude, ils se battent depuis cinq ans pour obtenir réparation.

Elle sera envoyée à : Béatrice PERROT, en sa qualité de Directrice de la Communication

Elle prendra fin le : mardi 30 juin 2015



“Spécialisée dans la fabrication de granulés pour le bétail, l’entreprise Nutréa appartient à Triskalia, une coopérative agricole géante regroupant 18 000 agriculteurs et employant 4 800 salariés sur 300 sites. Le scandale a commencé fin 2008, quand les dirigeants de Nutréa ont décidé, pour faire des économies, de ne plus ventiler 20 000 tonnes de céréales stockées dans d’énormes silos. Les conséquences ont été désastreuses : les stocks ont été infestés de charançons et autres insectes nuisibles et sont rapidement devenus impropres à la consommation. Mais pour la direction, il n’était pas question de les perdre, et elle a choisi de les faire asperger d’insecticide et de propulser ce même insecticide par les gaines de ventilation.

Alors que les deux salariés travaillant à la réception des céréales ont rapidement développé des symptômes inhabituels (vomissements, saignements, maux de tête…), le même procédé a été utilisé l’année suivante, intoxiquant cette fois une quarantaine de salariés du site. En 2011, les deux premiers salariés ont été déclarés inaptes et licenciés dans la foulée. Deux autres salariés ont été licenciés à leur tour pour inaptitude en 2013. Ces quatre travailleurs souffrent d’hypersensibilité chimique multiple, une maladie qui ne connaît pas d’autre traitement que l’évitement de tout contact avec des produits chimiques, ce qui revient à éviter les lieux publics et rend très difficile un retour à l’emploi.

Le 11 septembre 2014, le Tribunal des affaires de Sécurité sociale (Tass) de Saint-Brieuc a reconnu la faute inexcusable de l’entreprise pour les deux premiers salariés, dont les intoxications sont considérées comme des accidents de travail, ce qui leur vaut une rente d’un peu moins de 800 euros par trimestre. Les deux autres salariés se sont vu refuser par le Tass la reconnaissance de leur maladie comme maladie professionnelle. Leur plainte au pénal a été classée une première fois, puis relancée, mais cinq ans après, elle en est toujours au stade de l’enquête préliminaire. Aucune investigation n’a été lancée à ce jour sur la pollution de la chaîne alimentaire par les insecticides répandus sur les céréales. Malgré tout, les quatre salariés continuent le combat pour obtenir réparation.

MANDELKORN
Le 03/06/2016 à 13:07:05

manifestation de soutien aux ex-salariés de l'entreprise Nutréa-Triskalia victimes des pesticides

le jeudi 9 juin 2016 à Saint Brieuc

à 14 heures devant le tribunal des Affaires de Sécurité (annexe du TGI Boulevard Sévigné)

Alain Uguen
Le 03/06/2016 à 10:03:27

les pesticides c'est la mort du vivant et nous le sommes mais pour combien de temps encore ?!

jean-paul trentesaux
Le 06/04/2016 à 17:57:11

SOLIDARITE

isabelle obscur
Le 26/01/2016 à 06:14:16

Invraissemblable

boucard
Le 11/09/2015 à 14:31:11

Affaire Nutréa-Triskalia. Les plaintes jugées recevables au pénal
http://www.letelegramme.fr/fait-divers/affaire-nutrea-triskalia-les-plaintes-jugees-recevables-au-penal-09-07-2015-10699698.php  

Alain UGUEN
Le 10/09/2015 à 15:07:04

je veux vous alerter sur un résultat plutôt désespérant du aux propos de Mmme Royal :
J'ai visité deux jardineries de Guémené sur Scrorff , ce matin pour parler avec les vendeurs de la nécessaire interdiction du Roundup , ils m'ont confié , partagés entre l'hilarité et et le désarroi :
" les ventes ont augmenté partout ! les particuliers achètent tout ce qu'ils peuvent stocker , et c'est général ; nous avons eu une réunion des Magasins Verts la semaine dernière , le constat était le même sur tout le département . "
beau résulta n'est ce pas ?

anne Jordan
Le 23/06/2015 à 16:27:33

pour tous ceux qui veulent se tenir au courant des actions concernant les salariés de Nutréa Triskalia ,ou qui veulent soutenir l'action des comités de soutien : https://www.facebook.com/soutienphytovictimes.triskalia?fref=ts  

maryvonnick
Le 14/06/2015 à 23:31:47

Selon que vous serez puissants ou........
Quand est-ce que cette justice a multivitesse sera un jour à la disposition des hommes et non à la botte de l'agent représente par ces multinationales qui nous écrasent ,sans oublier les paysans qui sont manipulés et finiront par en cr...mourir en toute conscience.....

Jacques
Le 09/06/2015 à 14:05:51

c'est demain qu'a lieu la journée organisée par Triskalia,
est il prévu quelque chose localement par le
collectif de soutien ?
Auprès de qui peut on prendre des informations ?

maryvonnick
Le 08/06/2015 à 20:29:27



stop! aux empoisonneurs et toute notre solidarité pour votre combat.

arnaud
Le 30/05/2015 à 10:53:14

il est vital de bannir ces poisons

Mauclaire
Le 24/05/2015 à 20:30:08

gros soutien à Vous

cest un scandale!

A BAS LES POLLUEURS!!!!!!!!!

Romix Psycat
Le 21/05/2015 à 13:34:47

je vous adresse tout mon soutien moral !

ce n est pas grand chose je sais...
mais il est sincère.

isabelle Rollin
Le 20/05/2015 à 18:22:17

La santé n'a pas de prix! Plutôt que d'assumer le préjudice subit par ses salariés, les dirigeants au mépris des lois, préfèrent les licencier, afin d'accroitre leur profit!

Cela se nomme en droit: Mise en danger de la vie d'autrui.

LANGRY
Le 20/05/2015 à 15:04:17

effectivement c 'est les dirigeants qui devraient être licenciés et jugés !

corinne
Le 20/05/2015 à 13:55:44

Ne serait-ce pas les dirigeants qui devraient être licenciés ?

Teyssedre
Le 20/05/2015 à 09:55:06

pesticides,fongicides,herbicides HOMICIDES

un anonyme
Le 20/05/2015 à 06:24:26

Une seule solution, cosommer moins mais bio. Et le bio demande de la maind'œuvre, c'est donc bon pourle chaumage.

drouin jack
Le 19/05/2015 à 22:31:47

soyez assurés de notre soutien pourque ayez gain de cause . Mado

Mado
Le 19/05/2015 à 22:05:14

c'est terrible injuste
je vous envoie mes souhaits de réussite dans votre combat dans notre combat

cour d'eau
Le 19/05/2015 à 21:00:53

Il faut continuer le combat rien n'est jamais perdu!

Manguy Yves
Le 19/05/2015 à 19:54:50

rien ne change donc ! indépendance de la justice ??????c'est révoltant, qu'attendons nous pour boycotter les produits traités de cette manière ? que bio et local chaque fois que c'est possible.
Le seul moyen de toucher, c'est de toucher le portefeuille, alors au travail ! on protège ainsi l'environnement, nos enfants, notre santé...et on soutient des salariés comme ces 4 là !

Moisan Noëlla
Le 19/05/2015 à 19:30:56

solidarite avec les salaries

morel;
Le 19/05/2015 à 18:54:13

ô p...j'Allais le direuh!!!

kkp
Le 19/05/2015 à 18:35:45

et puis les tribunaux ......sont toujours du côté des puissants...pourquoi ne pas intenter une action en justice contre les fabricants de ces produits-poison qui sont en fait ni plus ni moins que des dealers....?

Pas de fabrication = pas d'utilisation
pas d'armes = pas de guerre
pas de poison = pas de malades
et si on abordait la question des "cancers dans le nucléaire"...les employés ne peuvent pas dire qu'ils ne savaient pas....
et les défoliants dérivés de la dioxine utilisés légalement sur nos tomates provençales ???? l'agriculteur qui les utilise ne donne pas ses tomates à manger à ses filles mais sans état d'âme à l'usine....j'en ai plein d'histoires comme ça....les bébés garçons naissants avec des micro-pénis chez les viticulteurs de l'Hérault, quand on leur disait mais put....c'est du poison ton produit....je m'en fous s'est pour la coopérative peut-être vont-ils à présent passer au "bio" enfin j'arrête de râler....et je fais ce que je peux.....avec et pour l'amour (oui j'aime mes tomates et mes enfants et vous aussi !!!)

re-colibriette
Le 19/05/2015 à 18:24:09

quand on "somme" aux gens d'être CONS....ils deviennent des consommateurs !!!!!

et si à cause de toutes ces "affaires" les gens devenaient ENFIN des CONSO-ACTEURS...les cons qui seraient-ils ?

je hais les mots en "isme" et "cide"....
Moins manger mais manger mieux....

Les chefs, les patrons, les décideurs n'ont
QUE LE POUVOIR qu'on leur donne....le boycott ça marche !!!!
20 ans sans Nestlé sur ma table, 20 ans sans pesticides pour mes enfants c'est possible !!!!
N'attendez pas d'être malade pour changer et courage pour les employés
je vous embrasse à l'italienne

colibriette
Le 19/05/2015 à 18:10:04

"Arbeit macht frei" était-il écrit aux portes de certains camps dans les années 40
Aujourd'hui, on devrait écrire aux portes des usines
"le travail tue"

anne
Le 19/05/2015 à 16:48:53

Décidément tous les mauvais coups sont permis avec le libéralisme exacerbé..

Et ça continue encore et encore...

Pour arrêter tout ça il faut faire d'autres choix de vie, en conscience... et se respecter dans tous les actes quotidiens, et ce n'est pas si difficile.

un anonyme
Le 19/05/2015 à 16:17:56

La technique du changement de nom, du changement de statuts et de la dilution des responsabilités
est bien une technique de camouflage généralisée; ce qui m'étonne c'est que Nutréa a bien été jugée en 2014,en tant qu'employeur, donc pourquoi cette responsabilité ne s'étend elle pas au reste...
La communication à destination du consommateur, via la publicité et avec l'aval inconscient ou délibéré de tous ceux qui ne veulent pas voir la réalité qui dérange l'ordre établi en est le dernier niveau, celui sur lequel les citoyens (nous) peuvent agir.
Et j'oubliais la communication interne dans l'entreprise, telle qu'elle transparait sur le site, d'où la question :que disent les salariés et les autres syndicats ?
Juridiquement il doit encore y avoir des possibilités.
Mais surtout,concrètement, que pouvons nous faire ?

maryvonnick
Le 19/05/2015 à 15:25:13

Les quatre salariés de Nutrea-Triscalia sont empoisonnés aux pesticides, ils sont licenciés pour "inaptitude". C'est trop tard pour eux, battons-nous pour les autres et pour que ces quatre personnes soient au moins indemnisés.

Mireille Laffort
Le 19/05/2015 à 13:28:39

Communiqué de presse

Affaire Nutréa-Triskalia,
Inquiétante décision du parquet de Saint Brieuc
pour les salariés victimes, mais aussi pour les consommateurs !

Après cinq années d’inaction, le parquet de Saint Brieuc vient donc de décider de classer sans suite les plaintes déposées le 25 mai 2010 par Laurent Guillou et Stéphane Rouxel, anciens salariés de l’entreprise Nutréa-Triskalia qui avaient été gravement intoxiqués par deux fois, en avril 2009 par un pesticide interdit (le Nuvan Total), puis à partir de février 2010 par deux autres insecticides le Nuvagrain et le K-Obiol sur leur lieu de travail à Plouisy. Classées une première fois par le Parquet de Guingamp le 29 octobre 2010, leurs plaintes avaient été ré-ouvertes le 25 novembre 2010 après l’intervention de l’Union syndicale Solidaires avant d’être ensuite transférées au parquet de Saint Brieuc.
Ce dernier a motivé sa décision au motif que : « les personnes morales soupçonnées ont aujourd’hui disparue, Nutréa ayant été dissoute le 25/09/2011 et Eolys ayant fait l’objet d’une fusion-acquisition le 01/10/2010 ; ainsi leur responsabilité pénale ne peut plus être retenue » et que « d’autre part, le ministère public est amené à constater qu’en l’état, les éléments rapportés de l’enquête préliminaire ne permettent pas de constituer charges suffisantes pour asseoir des poursuites pénales à l’encontre des personnes physiques citées dans le dossier, la découverte d’éventuels éléments probants 5 ans après les faits, au sein d’entités n’ayant plus d’existence légale, devenant fortement aléatoire. ».
Solidaires tient à rappeler simplement, pour mémoire, que les infractions relevées par la Gendarmerie et l’inspection du travail concernaient : l’utilisation d’insecticides interdits et cancérigènes,
de surdosage de produits dangereux jusqu’à sept fois la dose maximum autorisée,
d’absence d’équipement de protection adéquats pour les salariés,
d’utilisation illégale de personnel intérimaire sans formation à la manipulation de produits dangereux,
de non-respect des délais d’attente entre les traitements et les incorporations des céréales traitées lors de la fabrication des aliments pour bétail,
de sous-traitance des épandages des pesticides par une entreprise non-agrée,
de vente d’aliment pour bétail hautement pollué par des pesticides et donc dangereux à la consommation et,
qu’enfin le responsable de l’entreprise Eolys de Plouisy a reconnu les faits sur procès-verbal allant même jusqu’à revendiquer ses actes devant une caméra de l’émission « Envoyé Spécial », témoignage diffusé à une heure de grande écoute sur France 2 le 20 mars 2013. (« Pesticides interdits : Le trafic continue cinq ans après »)
A noter également que dans le cadre de la constitution de partie civile, un recours à été déposé auprès de la chambre d’Instruction de la Cour d’Appel de Rennes par Maître François Lafforgue, l’avocat des victimes.
Si tous ces faits semblent être des détails pour le parquet de St Brieuc, ils ne le sont pas pour les salariés victimes, qui ont perdus leur santé, leur travail, ni pour les milliers de consommateurs de viande de porcs ou de poulet concernés. Cela d’autant plus que le Parquet de Saint Brieuc ne peut ignorer que le 11 septembre 2014 l’entreprise Nutréa a été condamnée pour faute inexcusable de l’employeur par le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale de Saint Brieuc et qu’elle n’a pas fait appel de cette décision. Ce classement sans suite, va de toute évidence mécontenter toutes les victimes directes ou indirectes de ce scandale lié aux pesticides, et créer un trouble légitime. Mais une fois de plus, il en dit long, sur la protection dont jouissent de la part des autorités de l’Etat les représentants du lobby agricole productiviste dans notre région, qui savent si bien jongler avec les statuts juridiques de leurs sociétés pour pouvoir polluer en paix et en toute impunité.

Union Syndicale Solidaires Bretagne
Le 19/05/2015 à 10:22:28

aujourd'hui 14/5, y a t'il du nouveau par rapport à la nouvelle expertise ?

Je me suis noté à mon agenda la date du 9 juin pour un éventuel week-end dans le Morbihan.

Et j'ai rajouté à mes fiches sur les coopératives qui comptent "économiquement" le nom de Invivo,découvert à l'occasion de la campagne Greenpeace,en plus de celui d'Avril-Sofiprotéol et depuis quelques temps j'observe la sémantique et les visuels adoptés sur de nombreux sites et on peut observer aussi le phénomène des changements de nom, un exemple récent celui de GDF Suez qui devient Engie, quel joli nom, aussi poëtique que qu'Avril est printanier. Et qui multiplie les encarts de pub avec une estéthique paradisiaque évoquant la "création du monde".
En attente des nouvelles du dossier Nutréa Triskalia...

maryvonnick
Le 14/05/2015 à 14:22:44

Une nouvelle expertise accordée pour deux ex-salariés intoxiqués
http://www.letelegramme.fr/bretagne/nutrea-une-nouvelle-expertise-accordee-pour-deux-ex-salaries-intoxiques-01-04-2015-10579990.php  

Alain Uguen
Le 02/04/2015 à 11:44:35

"Pour une agriculture écologiquement intensive" proclame Triskalia ! En voilà qui ont le sens de la formule qui claque... d'autant qu'elle est creuse !
L'accident n'est que la partie émergée de l'iceberg. C'est tous les jours que cette coopérative pollue, intoxique les animaux, ses salariés et les consommateurs. Tout cela avec la bénédiction de ses adhérents agriculteurs, qui ont bien oublié l'idéal coopératif pour devenir des actionnaires uniquement soucieux du rendement et les pires employeurs.

Marie-Christine
Le 11/03/2015 à 15:35:53

Incroyable les âneries diffusées ici : Triskalia ne fait pas partie d'Avril (ex-Sofiproteol), et au moment des faits Nutréa ne faisait même pas partie de Triskalia ! Alors analyser l'accident, indemniser les salariés, EVIDEMMENT ! Mais condamner un groupe pour des actions menées par d'autres, c'est comme faire un procès à tout ceux qui roulent en diesel, ça n'a aucun sens !

Kelépok
Le 09/03/2015 à 15:32:57

On peut critiquer les groupes agroalimentaires et condamner la façon irrespectueuse dont il traitent leurs employés.
Sommes nous capable de nous passer de notre voiture qui utilise un portion de diester? La production du même diester conduit a des stocks de sous produits types tourteaux qui alimentent les bovins qui n'ont plus besoins de sortir brouter l'herbe .... Vive les fermes de 1000 vaches !...
Continuons a aller dans le mur ça fait du bien...

camarje
Le 07/03/2015 à 16:39:32

Bonjour Maryvonnick,
C'est la première fois que j'endosse le rôle de rectificateur, et je me permets de le faire car je connais assez bien ce sujet. Mieux que vous certainement.
Le Sofi de Sofiprotéol veut dire Société Financière. A ce titre, et avant de devenir un grand groupe industriel notamment dans le secteur des huiles, Sofiprotéol finance depuis longtemps le secteur agro-alimentaire.
Sofiprotéol a effectivement financé Triskalia, mais pour une fraction très marginale de ses besoins de financement. IL n'en résulte aucune influence, ni dans la gouvernance, ni dans la gestion. Ce serait tout simplement impossible, les deux groupes étant concurrents en Bretagne dans le domaine de la nutrition.
Il faut arrêter les fantasmes. Nous ne sommes pas dans Dallas ou dans un thriller hollywoodien.
Je ne restifierai plus rien, car échanger avec des gens qui croient savoir en lisant quelques bouts d'articles "d'investigation" avec un parti-pris 100% à charge n'apporte pas grand chose.
Bon vent!

Le rectificateur
Le 04/03/2015 à 09:50:56

erreur de lien , mes excuses.
http://www.reporterre.net/ENQUETE-1-Le-maitre-cache-de-l  

maryvonnick
Le 28/02/2015 à 01:56:29

pour finir, promis, mais pour bien faire comprendre au rectificateur de quel empire on parle, à savoir un empire financier sans frontières qui soit achéte les actions et devient majoritaire soit comme pour Triskalia, lui fait un apport financier qui "oblige" le bénéficiaire par rapport à lui et l'enferme dans un système sans issue, la fuite en avant de l'industrialisation.
http://www.reporterre.net/ENQUETE-2-Au-coeur-de-l-agro  
Cette cyberaction est essentielle car symptomatique des effets ce système qui ne profitera pas aux paysans et n'est pas le printemps français de la 2e révolution agricole ni conforme à l'esprit du 11 janvier qu'évoque le Président.

maryvonnick
Le 28/02/2015 à 01:51:03

C'est pourtant pas compliqué de trouver le lien entre
Sofiproteol et Avril en cherchant un peu cher Rectificateur, c'est écrit dessus ! "Les petits malins" sont vraiment malins.Franny.
http://www.sofiproteol.com/   :
'Le Groupe Sofiprotéol évolue et devient le Groupe Avril'

franny
Le 27/02/2015 à 19:15:20

quelques marques connues: Lesieur, Isio, Puget, Fleur de Colza, Cristal, Al Horra, Bunica…) et des œufs en GMS (Matines). et bien sûr Diester.
Et parce que cette pétition m'a donné envie de me plonger dans ce monde inconnu... j'ai un peu cherché,( attention pour les écologistes la lecture violente)
une surprise, Sofiproteol (devenu Avril) serait actionnaire du groupe Glon, depuis 2007, à priori à 60% en 2010  www.groupe-glon.com:9683/glon.  
.../Sanders%20a%20100%20ans.pdf

 www.groupe-glon.com:9683/glon/.../Sanders%20a%20100%20ans.pdf.  
 www.agroalimentairenews.com/DP/dp2278.pdf.   ,
puis celui ci de 2013
http://www.sanders.fr/documents/20130911_communique-presse-space-2013.pdf  



maryvonnick
Le 27/02/2015 à 19:02:09

Je lis le commentaire de Maryvonnick.
Tout le monde dit n'importe quoi sur n'importe quoi. Triskalia ne fait pas du tout partie de l"empire" Avril.
Quand on connait un secteur d'activité et qu'on commence à lire les commentaires des petits malins qui croient refaire le monde, on lit encore plus de bêtises que dans la presse...

Le rectificateur
Le 27/02/2015 à 18:21:00

des infos sur le groupe Avril ex sofiproteol (déclaré Requin pourla campagne 2015 d'Attac) http://www.actu-environnement.com/ae/news/sofiproteol-change-nom-groupe-avril-societe-commandite-23623.php4  
Triskalia, outre le fait de faire partie de l'empire Avril (ex-Sofiproteol), une multinationale présidée par Xavier Beulin, juge et partie du monde agricole, présente dans 22 pays . voir ci dessous pour en savoir plus, un article d'actualité
http://www.reporterre.net/ENQUETE-2-Au-coeur-de-l-agro  
je proposerais de s'intéresser à Lesieur comme cible,racheté en 2003 et ayant obtenu en 2012 le prix pinocchio du green washing dans la catégorie du plus vert que vert, sachant que Avril envisage cette année de transferer son savoir faire en Afrique (a voir sur le site usine nouvelle

maryvonnick
Le 27/02/2015 à 15:02:55

J'ai écouté l'émission et j'ai la prétention de connaître un peu le sujet.
On y décrit la mafia bretonne de l'agro alimentaire qui impose l'omerta, tient la presse, les instances judiciaires et les syndicats...
Et vous, les gentils auditeurs internautes, vous n'avez pas l'impression d'être complètement décervelés? Vous ne trouvez pas la ficelle un peu grosse?

l'empoisonneur
Le 27/02/2015 à 11:20:51

ce dirigeant a voulu éviter de perdre ce matériel
1/combien cela aurait-il coûté à l'entreprise?
2/ c'est lui qui a fait le mauvais choix d'asperger par des insecticides nocifs
3/il n'a pas consulté le personnel pour cette opération donc il en porte l'entière responsabilité
4/s'il y a une justice ces employés devraient être dédommagés d'abord de tous ces mois passée et à venir où ils ne peuvent travailler ensuite du préjudice moral qu'ils subissent dans leur vie personnelle et professionnelle enfin l'entreprise devrait subir une forte amende pour avoir délibérément joué avec la vie d'autrui et avec l'environnement

messu
Le 27/02/2015 à 09:44:07

Il faut que cesse l'omerta et que justice soit rendue aux ex-salariés de Nutréa-Triskalia victimes des pesticides.
Rejoignez nombreux leur Comité de soutien.
Adresse : 1 rue Zénaïde Fleuriot 22000 Saint Brieuc - solidaires22@orange.fr.  
Soutien financier : 0514836 B 034 La Banque postale.

Serge Le Quéau
Le 26/02/2015 à 23:22:05

Pour info : voir Wikipedia et la liste des marques produits, enseignes et filiales alimentaires qui dépendent de Nutrea- Triskalia. Pour consommer responsable en toute connaissance.
Martha

un anonyme
Le 26/02/2015 à 19:01:08

Je viens d'écouter l'émission " sur les docks " sur France Culture qui parle de cette affaire. C'est édifiant

cat87
Le 26/02/2015 à 18:43:28

s'il faut boycotter, c'est OK
Je boycotte
tu boycottes
Il boycotte
C'est l'arme de dissuasion massive à utiliser sans modération.
Ce serait bien d'interpeller les sociétés utilisatrices de ces produits.
Que la honte soit sur les empoisonneurs de tout poil et ceux qui sont à leur bottes. Nana de Vasto

nana de Vasto
Le 26/02/2015 à 17:32:04

Ne pourrait on pas faire connaitre les marques ?(de la grande distribution par exemple Bonduelle, farine Francine....c'est "boycottable" et plus connu que Triskalia)
les seuls qui peuvent faire trembler Triskalia ce sont les acteurs de la grande distribution qui pourrait trés vite écouter si ça bouge.

patricia
Le 26/02/2015 à 16:56:58

Quand les "coopératives" grossissent trop, elles deviennent des entreprises "capitalistes" comme les autres!!! La réduction des coûts devient une priorité, quitte à mettre leur personnel en danger.... sans compter que les aliments fabriqués avec ces céréales détériorées devaient être d'une qualité plus que douteuse!!!

C'est la double peine, un: pour les salariés de la coop, deux: pour les éleveurs ayant utilisés ces produits

Myosotis
Le 26/02/2015 à 14:47:09

Mais où sont nos dirigeants responsables de l'environnement et de l'agriculture ? Devrons-nous être obligés de signer des pétitions en permanence pour se défendre de ces groupes d'empoisonneurs ? Honteux.

Tita74
Le 26/02/2015 à 11:47:56

Décidément les industriels de l'agriculture n'en finissent pas de saccager des vies au nom du profit immédiat.
Que toute cette racaille de cynique soit envoyé aux bagnes.

ICIOULA
Le 26/02/2015 à 10:31:41

o n'en finira jamais ?

jacqueline
Le 26/02/2015 à 10:11:56

Le boycott de toute la filière productiviste/industrielle agroalimentaire fragiliserais ce système honteux;
Assez pour forcer les pouvoir public à réorienter les fonds vers des structures qui sont au plus près de l'humain, et de son environnement.
Nos cliques ont peut être du pouvoir, mais les Class Action n'existant pas en France, les Lobbies en ont bien plus. et Sans partage.

Courage aux victimes de ce système.

MACE
Le 26/02/2015 à 09:51:20

Encore un scandale de patrons irresponsables !
Pire que les mineurs tués au fond de la mine - monsieur le ministre de l'agriculture qui va prendre cette responsabilité ?
Qui va indemniser ces salariés ?

La FNSEA est sensée défendre les agriculteurs et non pas les directives d'où qu elles viennent

Mite
Le 26/02/2015 à 00:50:05

L'outrecuidance du logo de cette "coopérative" est tout simplement insupportable, au même titre d'ailleurs que l'ensemble de sa com. La planète colorée de bleu et de vert a bon dos...

jzl
Le 25/02/2015 à 23:44:51

Est-il besoin de préciser que nos boulangers s'approvisionne sans le savoir de farines issues de tels procédés ...

Lionel OUTRIGGER
Le 25/02/2015 à 23:44:18

Et ces " criminels " sont toujours en liberté grâce à la complicité de certaines autorités. C'est écœurant.
La vie humaine ne compte plus , les salariés sont des n° et jetables et ce qui compte : les $$$$$$
...................

expert
Le 25/02/2015 à 23:10:56

j'ai signé le courrier en l'état, mais il aurait peut-être fallu préciser "anciens" salariés..?
Faut-il faire aussi des courriers aux Tass et tribunaux pour les stimuler ?
Et 800 euros TRIMESTRIELS..!Là, carrément j'hallucine.

Michel
Le 25/02/2015 à 23:01:51

j'ai écouté l’émission sur france inter; je suis écoeurée indignée le mépris donc font preuve cette entreprise d'empoisonnement et les autorités qui ont peur; même les syndicats rasent les murs !!

un anonyme
Le 25/02/2015 à 22:08:37

L'émission " CO2 mon amour" du samedi 21 était consacrée au même problème. Des cultivateurs de la Nièvre, reconvertis en agriculture biologique, étaient aussi interviewés. Très intéressant!
Je rappelle que sur Roybon, nous refusons toujours le Center Parc. Un des opposants qui élève des chevaux, vient de se faire enlever une parcelle de terre que la commune lui avait allouée gracieusement. Il ne fait pas bon s'opposer dans notre doux pays!

un anonyme
Le 25/02/2015 à 20:22:16

Bravo... Continuez

Jacques Potier
Le 25/02/2015 à 20:16:15

Il est bien évident que les personnes affectées doivent être reconnues accidentées du travail: bénéficier de soins gratuits, d'un reclassement professionnel, toucher un capital et une pension. De plus une action en justice pour faute inexcusable doit être intentée contre l'entreprise pour éviter toute récidive.

pierre
Le 25/02/2015 à 19:54:42

nous pouvons d'ores et déjà boycotter les produits et les magasins de Triskallia! ( à découvrir sur leur site)

la doule
Le 25/02/2015 à 19:21:25

Il doit être possible de retrouver des traces de produits toxiques, dans les silos, comme on peut probablement voir les comptes pour les achats de produits insecticides,car il a fallu une certaine quantité et il doit y avoir des factures, il faut obtenir des enquêtes appronfondies sur cette entreprise, il y va quand même de la santé des consommateurs qui sont considérés de plus en plus comme des clients payeurs, c'est tout, mais si cette histoire est réelle, il faut coincer cette société ... c'est inadmissible !... et qu'elle répare les dégâts !

un anonyme
Le 25/02/2015 à 19:19:38

Voici la façon dont j'ai modifié le courrier, pour insister sur quelques points importants...

Madame, Monsieur

Par la présente et après avoir entendu l'édifiant reportage de France-Inter sur vos partiques et attitudes, je tiens à apporter mon total soutien à vos 4 salariés du site Nutréa-Triskalia de Plouisy empoisonnés aux pesticides puis licenciés pour inaptitude.

J'ai noté votre invitation à « Planète Positive 2015 », véritable vitrine de l'agriculture écologiquement intensive, le 9 juin 2015 à Noyal-Pontivy (Morbihan).
http://www.triskalia.fr/fr_FR/actualites/planete_positive_2015__les_adherents_de_triskalia_innovent_et_le_montrent-96.php  
J'entends bien que d'ici là un accord sérieux et équitable aura été trouvé avec ces 4 salariés pour un dédommagement TOTAL du préjudice sanitaire, professionnel et humain subi.

Dans cette attente vigilante et forte, je vous prie d'agréer mes salutations.

Daniel
Le 25/02/2015 à 18:43:43

cette société n'a aucun respect de ces ouvriers et des consommateurs en utilisant des produits hypert dangereux pour l'homme et l'environnement, tout cela pour ne pas perdre des céréales , qui étaient devenues impropres à la comsommation humaine et animale.Ces céréales ont bien transitées sur le marché--La VIE des salariés et des comsommateurs ne compte pas pour ce genre de société soit disant Agro-alimentaire.

BADIER
Le 25/02/2015 à 18:18:12

non seulement les opérateurs doivent être indemnisés correctement (équivalent salaire...) mais de telle pratiques doivent conduire le dirigeant de l'entreprise en prison.

Daniel Comminsoli
Le 25/02/2015 à 18:08:08

Bientôt nous devrons choisir entre mourir de faim ou mourir empoisonnés/e.
Mourir sans revenus dans le dénuement économique le plus absolu ou mourir de travailler.
Bientôt ? Non, nous n'avons déjà plus le choix, mais bien sûr c'est de la faute des plus pauvres que nous qui eux, meurent déjà dans notre méprisante indifférence, ces sales assistés...
Quant aux enfants, à la nature, aux animaux,à la vie en général...à l'avenir... Naïveté et bienpensance, rêveries futiles et improductive que tout cela !
Demain est un mot banni du vocabulaire des industriels après ceux - insanes - de respects des droits des êtres vivants, ce qui inclut tous les humains.

Mitakuyé Oyasin
Le 25/02/2015 à 17:51:25

Bonjour,

Je me suis permise d'ajouter à votre texte, un paragraphe sur la nécessité de communiquer les références des entreprises de toute la chaîne alimentaire (éleveurs et commerces de viande) au double titre du principe de précaution et de la traçabilité.

Belle fin de journée à vous.

Pascale Corbin-Kurtz
Le 25/02/2015 à 17:19:22

Véro,
Il faut prendre notre texte au second degré ;o)

Nous en sommes pas invités non plus.

Il s'agit en fait de leur mettre la pression sur la possibilité d'une manif qui anéantirait les effets qu'ils espèrent positifs de leur campagne de com "planète positive"

Alain Uguen
Le 25/02/2015 à 17:11:05

Bonjour,

Je voulais modifier le texte mais une mauvaise manipulation sur une touche a envoyé la cyber@ction telle quelle…
Je ne suis pas invitée à leur programme, il ne m’intéresse pas, mais je trouve scandaleux leur attitude vis à vis des salariés et je voulais le signifier…
Le mot est trop gentil au regard de l’horreur que cette société représente…
Snif…


Véro
Le 25/02/2015 à 17:10:09

C'est quand même incroyable qu'il faille des pétitions pour pointer ce genre d'énorme dysfonctionnement : la préfecture, l'Etat, la Justice, tous à la botte du chantage au travail ?
Rien à foutre de la santé et des travailleurSes, et des lambdas qui vont consommer ces saloperies ? La sécu paiera ?! Et quand il n'y en aura plus, on fourguera les assurances privées...

Ce pays est devenu vraiment...
Bref! Lola désespérée

lola
Le 25/02/2015 à 17:06:04

Le travail doit aider à vivre et pas à nous détruire

LAFFORT
Le 25/02/2015 à 16:43:58

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !