actualité écologie

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

vacances de votre animateur

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

météo

Les amis des 150

AG Cyberacteurs

2024 année délicate

SPAM etc...

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

22 V'là les acteurs des transitions

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Ne laissez pas vos appareils en veille

2023 l'année des droits

Journal des Bonnes Nouvelles

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Gares routières : un plan national pour la mobilité décarbonée de demain

Mise en ligne du 19/11/2023 au 24/02/2024

Organisations représentatives des usagers (FNAUT, Fédération Européenne des Voyageurs), FNTV (Fédération nationale des transports de voyageurs), opérateurs de transports, experts des mobilités et élus lancent un appel commun face au manque de gares routières en France et demandent la mise en oeuvre d’un plan national en faveur de ces infrastructures essentielles.

Bilan de la cyberaction :

1635 participants

Présentation de la cyberaction :

« Nous appelons à la mise en œuvre d’un plan national ambitieux en faveur des gares routières pour bâtir la mobilité décarbonée de demain »

Pour parvenir au nécessaire « choc d’offre » dans les transports et favoriser la mobilité durable, les gares routières doivent être pensées comme des pôles multimodaux à haut niveau de service et de sécurité, sur tout le territoire, dont Paris.

Le 7 septembre 2023, la mairie de Paris annonçait la fermeture de la gare routière de Bercy Seine aux autocars longue distance (SLO, services librement organisés, dits « cars Macron »). Alors même que cette gare routière est la plus fréquentée du pays : entre 3,7 et 4,55 millions de voyageurs en 2022. Cette annonce soudaine, unilatérale et en contradiction avec les besoins de mobilité pourrait avoir des conséquences très négatives : report vers des modes de transport plus coûteux et plus polluants ; renonciation aux déplacements ; moins bonne accessibilité de la capitale pour les touristes ; etc.

Cette situation est le symptôme d’un oubli originel : en 2015, la loi a libéralisé le transport régulier de voyageurs par autocar mais n’a pas prévu la création d’un réseau national de gares routières. Dès lors, même si l’autocar est maintenant plébiscité par des millions de Français, le manque d’infrastructures empêche le développement de cette solution de mobilité partagée.

Pourtant, même s’il est parfois l’objet de critiques infondées et d’idées reçues, l’autocar est un mode de transport collectif apportant de nombreux bénéfices comme l’a souligné l’Autorité de régulation des transports. Il permet aux usagers de se déplacer partout en France à bas coûts, générant des gains socio-économiques de l’ordre de 100 millions d’euros par an. Surtout, le développement de l’autocar libéralisé a effectivement réduit les émissions de CO2.

Ce serait donc une erreur de priver des millions de Français, notamment les plus modestes, d’un moyen de transport qui repose sur l’efficience du réseau routier français, l’un des plus importants en Europe, et qui peut facilement s’adapter aux évolutions des habitudes de déplacement. Ainsi, pour garantir la pérennité de l’offre de mobilité en autocars, un plan national ambitieux en faveur des gares routières est nécessaire. Ce plan que nous appelons de nos voeux repose sur trois piliers simples :

1. Création d’un “standard” s’appuyant notamment sur les travaux du Cerema pour garantir l’homogénéité du futur réseau de gares routières : emplacement en centre-ville (ou immédiate périphérie) ; multimodalité avec l’offre ferroviaire et les transports en commun ; haut niveau de sécurité, d’hygiène et de services (billetterie ; commerces ; restauration ; avitaillement ; etc.) accessibilité 24h/24 (notamment aux PMR) pour garantir l’offre de cars de nuit ; etc. Ce standard permettra de rattraper le retard français et de doter le pays d’infrastructures similaires à ce que les usagers peuvent trouver dans d’autres villes européennes (Londres, Milan, Amsterdam, Madrid).

2. Mise en place d’une gouvernance repensée pour les gares routières. Jamais un aéroport ou une gare ferroviaire ne pourraient être supprimés sur simple décision d’un exécutif local. C’est pourtant le cas avec les gares routières ! Le futur plan “gares routières” devra donc prévoir une gouvernance garantissant le respect du caractère essentiel de ces infrastructures et imposant la consultation de l’ensemble des parties prenantes avant toute suppression ou déplacement. Il sera aussi nécessaire d’harmoniser le modèle économique et de garantir la transparence dans l’utilisation des sommes payées par les opérateurs de transports. Cette gouvernance pourrait être pensée à l’échelle des bassins de vie et la coordination entre intercommunalités et régions pourrait reposer sur les contrats opérationnels de mobilité prévus par la loi d’orientation des mobilités (LOM).

3. Déploiement du plan au sein des territoires et mesures d’urgence pour améliorer certaines infrastructures (notamment la gare de Bercy Seine à Paris qui n’est actuellement pas « livrable » pour les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024). Le plan devra cibler des villes en France dépourvues d’infrastructures routières. Un nombre, même limité, de projets ambitieux dans des territoires volontaires permettra de faire la preuve de l’intérêt de telles infrastructures, notamment pour lutter contre l’autosolisme et améliorer l’accessibilité et l’attractivité des territoires.
Ce plan pourrait être en partie financé par l’enveloppe prévue au projet de loi de finances 2024 : entre 600 à 700 millions d’euros pour les infrastructures routières (issus du budget de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France) seront alloués à de nouveaux projets routiers. Une partie conséquente de ce budget devrait être dévolue au futur plan “gares routières ». Par ailleurs, la Commission européenne vient de débloquer 7 milliards d’euros pour des projets d’infrastructures dans l’Union européenne, notamment les « pôles d’échanges multimodaux de voyageurs ». Les États membres peuvent prétendre à cette dotation jusqu’au 30 janvier 2024.

Un choc d’offre en matière de transport est nécessaire. En effet, les déplacements longs de la mobilité quotidienne croissent fortement (ils sont désormais majoritaires) et pèsent de plus en plus lourdement dans les budgets des ménages modestes. En parallèle, les transporteurs routiers ont besoin de gares routière pour exercer leurs activités dans de bonnes conditions (maintenance des véhicules, avitaillement, repos des conducteurs, etc.). Ainsi, pour permettre aux Français de bénéficier d’une offre d’autocars (SLO, services conventionnés, cars express) dans de bonnes conditions, il est nécessaire de porter une ambition forte en matière d’infrastructures.

Nous appelons donc à la création et à la mise en oeuvre d’un plan national ambitieux en faveur des gares routières pour bâtir la mobilité décarbonée de demain. Un plan qui pourrait être mis en application grâce aux futurs services express régionaux métropolitains prévus par la proposition de loi du député Jean-Marc Zulesi en ce qu’ils permettraient de répondre à un besoin essentiel : la création de véritables pôles d’échanges multimodaux pour favoriser les modes de transports les plus écologiques et les mobilités partagées (train, car, covoiturage, autopartage, vélo, etc.) en complémentarité avec les transports publics. Ces pôles devront être des lieux d’avitaillement (biocarburants et recharge électrique) tout autant que des lieux de vie urbains, notamment à Paris qui ne peut pas être la seule grande capitale européenne dépourvue d’une gare routière digne de ce nom.

Cosignataires : Jean-Sébastien BARRAULT, Président de la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV). André BROTO, Auteur de Transports : les oubliés de la République, Eyrolles, 2022. Nicolas BRUSSON, Cofondateur et directeur général de BlaBlaCar. Jean COLDEFY, Président du Comité Scientifique France Mobilités et Président du think tank de l’Union routière de France. Bruno GAZEAU, Président de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT). Fabienne KELLER, Députée européenne (Groupe Renew Europe). Jean-François LONGEOT, Président de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat. Jean-Pierre ORFEUIL, Professeur émérite de l’Université Gustave Eiffel, Auteur de L’autocar express, une solution pour les déplacements longs de la vie quotidienne ?, La Fabrique de la Cité, 2022. Michel QUIDORT, Président de la Fédération Européenne des Voyageurs. Yvan Lefranc-Morin, directeur général du groupe FlixBus Jean-Marc ZULESI, Président de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée nationale.

https://www.fnaut.fr/uploads/2023/11/Tribune-Gares-routieres-13-11-23.pdf  

La lettre qui a été envoyée :


Madame, Monsieur
Comme de nombreux acteurs du secteur j'appelle à la création et à la mise en œuvre d’un plan national ambitieux en faveur des gares routières pour bâtir la mobilité décarbonée de demain. Les futurs services express régionaux métropolitains permettraient de répondre à un besoin essentiel : la création de véritables pôles d’échanges multimodaux pour favoriser les modes de transports les plus écologiques et les mobilités partagées (train, car, covoiturage, autopartage, vélo, etc.) en complémentarité avec les transports publics.
Dans cette attente, veuillez croire en ma vigilance sur vos décisions.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

8 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Jean, les animaux sont mal traités aussi : fermes-usines, transport, maltraitance domestique, abandons, etc
Je signe cette pétition pertinente

Alain Wattrelot
Le 21/11/2023 à 15:37:17

Les usagers des gares routières sont moins bien traités que des animaux. Les utilisateurs de celle de Vannes me comprendront...

Jean
Le 20/11/2023 à 14:57:44

@Serge Salanove : stricto sensu ce n'est pas faux, mais c'est se voiler la face. Les cars d'aujourd'hui s'arrêtent là où s'arrêtaient les trains.
@Alin Uguen : s'il y a intermodalité, les gares routières sont à proximité des gares ferroviaires et donc à proximités de services minima. Je ne pense pas que les gares routières soient des parkings P+R permettant aux automobilistes de passer à des tramways, métros et autres transports en commun.
La photo illustre la gare routière de Rennes qui jouxte la gare ferroviaire et les arrêts de métro.

Bibi
Le 20/11/2023 à 12:55:00

@ Hélène Bureau,
Entre deux maux, choisissons le moindre. Si un bus motorisé diesel ou essence peut éviter 50 voitures motorisées essence ou diesel, je choisis le bus.
N'oublions pas que le train ne va pas partout et je souhaiterais même une multiplication de bus et de navettes pour pouvoir un jour me passer de ma voiture même en zone rurale. Et des gares routières d'échelles différentes et bien aménagées seront alors nécessaires.
Disons même qu'un bus à traction électrique ou hydrogène, pourra également remplacer 50 voitures électriques. Ce qui est un plus pour l'économie de la terre.
Ne nous leurrons pas, les voies ferrées ne vont pas se multiplier. Et toutes les voies vertes ayant remplacé les anciennes voies ferrées ne vont pas être rendues à leur ancienne utilisation...
Les méfaits des lobbies du pétrole, de la route et de l'automobile ne seront pas corrigés à l'identique de l'ancien temps ! Il faut maintenant une autre stratégie de sobriété mais réaliste.

Serge Salanove
Le 20/11/2023 à 11:14:14

J'ai moi aussi du mal à signer une pétition qui semble favoriser les bus Macron au lieu de mettre le maximum d'énergie et de crédits sur un renouveau du rail et notamment sur les petites lignes… Mais il est vrai que les gares existantes sont, pour la plupart, une honte !

Laurence Fayet
Le 20/11/2023 à 11:04:19

Hélène,

C'est un peu l'histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein.

Tu considères que tous les efforts soient au service des TER

La cyberaction considère que tout ce qui permet de retirer de la circulation des modes de transport individuel est bon à prendre et que toutes les utilisatrices et utilisateurs de transports en commun (qui vont dans le sens d'une mobilité décarbonée) ont le droit à un service décent.

Alain UGUEN
Le 20/11/2023 à 11:01:06

les gares routières en France sont une honte ety encore quand elles existent
la plupart du temps il s'agit d'un emplacement sur le bord d'un trottoir. Voir Bordeaux. celle de Paris bercy est immonde. Pas de place pour s’asseoir pas de bvrai restauration..
Que dire c'est minable!!

Eugenie Ormsby
Le 20/11/2023 à 10:33:18

J'ai du mal à signer cette cyber@ction.
Favoriser la route ?
Non
J'aimerai que tous les efforts et l'argent soient mis au service des TER.
Donc je ne signe pas pour le moment
Merci de me donner des arguments pour que je le fasse

Hélène Bureau
Le 20/11/2023 à 10:31:48

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !