actualité écologie

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Journal des Bonnes Nouvelles

météo

SPAM etc...

Les amis des 150

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

2024 année délicate

22 V'là les acteurs des transitions

Ne laissez pas vos appareils en veille

AG Cyberacteurs

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

2023 l'année des droits

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Iran: les exécutions de manifestants exigent une réaction internationale

Mise en ligne du 20/12/2022 au 21/02/2024

Après la répression brutale des protestations en Iran et l’exécution de deux manifestants en moins d’une semaine, les gouvernements du monde entier doivent rappeler leurs ambassadeur·e·s en Iran, demande la Fédération internationale des droits humains.

Bilan de la cyberaction :

2644 participants

Présentation de la cyberaction :

La Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) et la Ligue de défense des droits de l’Homme en Iran (LDDHI) demandent instamment aux gouvernements du monde entier de faire part de leur extrême mécontentement face au mépris total des autorités iraniennes pour les droits humains, y compris le droit à la vie, et de rappeler leurs ambassadeur·es et haut·es diplomates du pays.

Toute autre mesure proportionnée sur la scène internationale est nécessaire pour que les auteur?ice·s d’atteintes aux droits humains soient redevables, notamment en facilitant le travail de la mission d’enquête internationale créée par le Conseil des droits humains des Nations unies en novembre 2022. Les organisations de défense des droits humains appellent également tous les États membres de l’Onu à dénoncer l’exécution des manifestant?es et à demander instamment aux autorités iraniennes d’imposer un moratoire sur l’application de la peine de mort.
Cet appel intervient en particulier après les récentes exécutions de deux manifestants et de la perspective de celles de dizaines d’autres personnes accusées de crimes passibles de la peine de mort. Le 8 décembre 2022, un jeune homme, Mohsen Shekari, a été exécuté après avoir été reconnu coupable d’avoir bloqué une rue et blessé un membre de la milice Basij lors d’une récente manifestation à Téhéran. Le 12 décembre 2022, un autre jeune homme, Majidreza Rahnavard, a été pendu en public, après avoir été accusé d’avoir poignardé mortellement deux autres membres du Basij lors d’une manifestation à Mashhad.

Des condamnations pour motifs politiques

Mohsen Shekari a été arrêté le 25 septembre 2022 et condamné à mort par le Tribunal de la révolution islamique de Téhéran le 20 novembre 2022. L’ensemble de la procédure jusqu’à son exécution n’a duré que 56 jours. Majidreza Rahnavard a été arrêté le 19 novembre, après avoir participé à une manifestation le 17 novembre 2022, et a été jugé le 29 novembre. La procédure menant à son exécution quant à elle n’a duré qu’un peu plus de trois semaines. Tous deux ont été inculpés de moharebeh. « Moharebeh » signifie littéralement « se livrer à la guerre », en vertu de l’article 279 du Code pénal iranien, qui le définit comme « le fait de prendre les armes contre la vie, les biens ou l’honneur du peuple ou dans l’intention de l’intimider d’une manière qui provoque l’insécurité dans l’espace [public] ». L’article 282 du Code pénal iranien prescrit l’une des quatre peines suivantes pour le moharebeh : l’exécution, la crucifixion, l’amputation de la main droite et du pied gauche ou le bannissement dans le pays.

L’intervalle inhabituellement court entre l’arrestation et l’exécution des deux hommes jette de sérieux doutes sur le respect par les autorités des procédures régulières et du droit à un procès équitable. Par ailleurs le 5 décembre, le chef du pouvoir judiciaire s’était félicité des procédures « très courtes » et avait promis l’exécution très prochaine des manifestant?es condamné?es pour moharebeh et « corruption sur Terre ».

Les exécutions de M. Shekari et de M. Rahnavard, les deux premières de personnes impliquées dans les récentes manifestations, mettent en évidence le mépris flagrant des autorités iraniennes pour les obligations juridiques internationales de l’Iran en matière de droits humains. Les condamnations à mort prononcées à leur encontre et envers d’autres manifestant?es n’atteignent pas le seuil des « crimes les plus graves » prévu par le droit international et sont donc contraires aux obligations du pays au titre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP).

La répression a tué des centaines de personnes

Les manifestations en réponse de la mort en détention de Mahsa Amini, le 16 septembre 2022, ont donné lieu à une répression d’une terrible violence. Selon les données recueillies par LDDHI, au 9 décembre 2022, les autorités iraniennes ont tué au moins 535 personnes, dont 61 femmes et 75 enfants, et placé en détention des milliers de civil?e·s dans le cadre de leur répression implacable des manifestations et autres actes de désobéissance civile.

Au moins 65 personnes (dont 11 femmes et cinq enfants) ont été inculpées de moharebeh, de « corruption sur Terre », d’insurrection ou de meurtre (ces trois dernières infractions sont passibles de la peine de mort) en raison de leur participation aux manifestations. Le nombre réel est probablement plus élevé. Les accusations de moharebeh, de « corruption sur Terre », d’insurrection ou de meurtre ont souvent été utilisées contre des dissident?e·s politiques et des membres de communautés ethniques et de minorités religieuses, menant souvent à une exécution.
https://www.fidh.org/fr/regions/asie/iran/iran-les-executions-de-manifestant?es-exigent-une-reaction  

[1] Moharebeh (littéralement : « se livrer à la guerre ») en vertu de l’article 279 du Code pénal iranien, qui le définit « comme le fait de prendre les armes contre la vie, les biens ou l’honneur du peuple ou dans l’intention de l’intimider d’une manière qui provoque l’insécurité dans l’espace [public] [...] ». L’article 282 du CPI prescrit l’une des quatre peines suivantes pour le moharebeh : l’exécution, la crucifixion, l’amputation de la main droite et du pied gauche ou le bannissement dans le pays.

Vous trouverez ici une liste non exhaustive des manifestant?es accusés de moharebeh, de « corruption sur terre », d’insurrection ou de meurtre en date du 13 décembre 2022.
https://own.fidh.net/s/A8YmyHrMqCa4PFK  

Peine de mort en Iran : le droit à la défense bafoué
https://www.fidh.org/fr/regions/asie/iran/peine-de-mort-en-iran-le-droit-a-la-defense-bafoue  
Nous vous proposons d'interpeller le Président de la République

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Président
Les gouvernements du monde entier, en particulier ceux membres de l’Union européenne (UE), doivent rappeler les titulaires de leurs ambassades en Iran. Pour les organisations de défense des droits humains, leur séjour est devenu intenable après la répression brutale des protestations et l’exécution de deux manifestants en moins d’une semaine, et ce sans aucun signe de relâchement à venir de la part du régime de Téhéran.
Dans cette attente, veuillez croire en ma vigilance sur vos décisions.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

13 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


La chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, retenue depuis 2019 en Iran, de retour en France
https://www.rfi.fr/fr/france/20231018-la-chercheuse-franco-iranienne-fariba-adelkhah-retenue-depuis-2019-en-iran-de-retour-en-france  

Alain UGUEN
Le 19/10/2023 à 07:58:28

Il y a un an, Masha Amini décédait en détention, après avoir été arrêtée et battue brutalement par la police des mœurs pour quelques mèches de cheveux qui dépassaient de son voile. La vague de manifestations déclenchée à travers le pays à la suite de la mort de l'étudiante de 22 ans n'a, depuis un an, pas faibli.

Cette situation dramatique en Iran ne date pas d’hier et a contraint de nombreuses personnes à quitter le pays au cours des dernières décennies. Beaucoup d'entre elles espèrent pouvoir retourner un jour dans un Iran libre, où les droits humains seront respectés.

Notre nouvelle campagne: I RAN FROM IRAN (“J’ai fui l’Iran”), donne la parole à des Iranien·nes en exil qui ont trouvé asile aux 4 coins du monde, et qui désirent alerter sur la situation de leur pays d'origine. En Belgique, nous avons recueilli le témoignage de Hanieh Ziaei, politologue.

Si, comme nous, l’histoire de Hanieh vous touche, alors ensemble, ne lâchons rien !
JE SOUTIENS LA RÉSISTANCE IRANIENNE

JE VEUX VOIR LES TEMOIGNAGES

Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à travailler sur ces points en Iran :
- Poursuivre notre travail d’enquête indépendante pour mettre fin à l'immunité systématique
- Continuer à défendre les femmes qui sont victimes de lois discriminatoires et dégradantes sur le port obligatoire du voile
- Empêcher l’application de la peine de mort aux mineur·es
- Faire cesser les disparitions forcées
- Permettre à chacun et chacune de manifester librement…

Merci pour votre générosité !

Philippe Hensmans
Directeur Amnesty International Belgique francophone
https://www.amnesty.be/donnez/iranfromiran  

Alain UGUEN
Le 18/09/2023 à 08:37:17

Tout à fait d'accord pour rappeler nos ambassadeurs en Iran !!!

Ghislaine Millot
Le 04/06/2023 à 20:54:51

Enfin ! Quelle bonne nouvelle !!

Andréa DUFOUR
Le 02/06/2023 à 11:08:32

Olivier Vandecasteele est LIBRE !
https://www.amnesty.be/infos/actualites/article/olivier-vandecasteele-libre  

Alain UGUEN
Le 01/06/2023 à 10:05:06

C'est monstrueux

Pascale Berland
Le 16/03/2023 à 19:07:29

Soutien total aux peuples qu'on assassine.

Jean luc VIDEUX
Le 29/01/2023 à 15:05:37

Trente prisonnières politiques en Iran signent une tribune pour que cessent les exécutions de manifestants
https://www.rfi.fr/fr/en-bref/20230122-trente-prisonnières-politiques-en-iran-signent-une-tribune-pour-que-cessent-les-exécutions-de-manifestants  

Alain UGUEN
Le 25/01/2023 à 08:04:20

Les femmes afghanes et iraniennes manifestent côte-à-côte, "l'islamisme extrémiste est la source des problèmes dans les deux pays"
https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/bas-rhin/strasbourg-0/les-femmes-afghanes-et-iraniennes-manifestent-cote-a-cote-l-islamisme-extremiste-est-la-source-des-problemes-dans-les-deux-pays-2693774.html  

Alain UGUEN
Le 16/01/2023 à 15:49:40

Les peines prescrites pour le moharebeh n'auraient pas déplu à Torquemada. Inquisiteurs, mollahs, mêmes fadas.
A bas les obscurantistes, à bas les bourreaux ! Ne les cautionnons pas par une représentation nationale sur place.

Frawald
Le 22/12/2022 à 08:34:29

merci pour tout prenez soin de vous et bonnes fêtes

vic mazeroles
Le 21/12/2022 à 19:21:41

Soutien total à un peuple qu'on assassine...

Sylviane Murat
Le 21/12/2022 à 16:40:03

renvoi des diplomates, dit la FIDH ! enfin, et pour la Russie ausi, et la centaine de pays tortureurs recensés par Amnesty.ça n'empêche pas la discussion...

philippe vicherat
Le 21/12/2022 à 10:33:58

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !