actualité écologie

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

22 V'là les acteurs des transitions

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

2024 année délicate

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

SPAM etc...

2023 l'année des droits

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Journal des Bonnes Nouvelles

météo

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Les amis des 150

AG Cyberacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Halte au viol et aux violences sexuelles en Ethiopie

Mise en ligne du 22/12/2021 au 27/01/2023

Dans la région du Tigré, en Éthiopie, depuis le début du conflit qui a éclaté en novembre 2020, les graves atteintes aux droits humains se succèdent et se multiplient. Malgré les restrictions d’accès et la coupure totale des communications, Amnesty a été en mesure de mener des enquêtes sur les crimes sexuels et les humiliations perpétrés à l’encontre de femmes et de filles tigréennes et d’alerter sur la situation dramatique dans cette région.

Bilan de la cyberaction :

2516 participants

Présentation de la cyberaction :

DES VIOLENCES SEXUELLES ET DES HUMILIATIONS DÉLIBÉRÉES
Les dernières recherches en date ont mené à des conclusions particulièrement atroces, révélant que des militaires et des miliciens loyaux au gouvernement fédéral se sont livrés à des viols, des viols en réunion, de l’esclavage sexuel, des mutilations sexuelles et d’autres formes de torture, souvent accompagnés d’insultes à caractère ethnique et de menaces de mort, à l’encontre de femmes et de filles tigréennes. Le déroulement de ces actes, lors desquels de nombreuses victimes ont également été témoins du viol d’autres femmes, montre que ces violences étaient courantes et avaient vocation à terroriser et à humilier les victimes et leur groupe ethnique. Blen* (21 ans) explique ainsi avoir été enlevée par des militaires érythréens et éthiopiens et détenue 40 jours avec une trentaine d’autres femmes : « ils nous violaient et nous affamaient. Ils étaient tellement nombreux, ils nous violaient à tour de rôle. Nous étions une trentaine de femmes […] ils nous ont toutes violées. » Deux autres victimes ont quant à elles subi des dommages durables, voire irréparables, occasionnés par de grands clous, du gravier et d’autres morceaux de métal ou de plastique qui ont été insérés dans leur vagin. Certaines ont été retenues en captivité durant des semaines dans des camps militaires ou dans des maisons, en zones rurales.

DES CONSÉQUENCES PHYSIQUES ET PSYCHOLOGIQUES DÉSASTREUSES
Suite à de tels traitements, les victimes continuent de souffrir de complications physiques et psychologiques. Beaucoup ont signalé des traumatismes physiques, tandis que d’autres sont porteuses du virus de l’immuno-déficience humaine (VIH) depuis leur viol. Par ailleurs, le manque de sommeil, l’anxiété et la détresse émotionnelle sont courants chez les victimes et les membres de leur famille ayant assisté aux violences. À la souffrance et au traumatisme s’ajoute en outre le fait que, depuis leur arrivée dans les camps pour personnes déplacées ou pour personnes réfugiées, les victimes ont reçu peu ou pas de soutien psychologique et médical.

Nous vous proposons de demander aux autorités éthiopiennes de faire cesser immédiatement tous les abus des droits humains et atteintes au droit international humanitaire et de traduire les coupables en justice !
Version longue proposée par Amnesty International Belgique francophone
https://www.amnesty.be/veux-agir/agir-ligne/petitions/article/stop-viol-violences-sexuelles-ethiopie?s=2021-0111%3A66897503-58d0f1b0-9905-40e7-be71-cc8232f48ef4  

Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed
A l’attention de Monsieur le Premier ministre, Abiy Ahmed,
Je vous écris après avoir pris connaissance avec la plus grande inquiétude de la situation qui affecte les femmes et les filles en Éthiopie. En effet, de graves atteintes aux droits humains se succèdent et se multiplient dans la région du Tigré depuis le début du conflit qui a éclaté en novembre 2020.
Deux rapports publiés par Amnesty International montrent que les violences sexuelles sont devenues bien trop courantes en Ethiopie et qu’elles sont utilisées comme une arme pour terroriser et humilier les femmes et les filles, et leur groupe ethnique. Compte tenu du contexte, de l’ampleur et de la gravité des violences sexuelles commises à l’encontre des femmes et des filles du Tigré, ces violations constituent des crimes de guerre et pourraient même être qualifiées de crimes contre l’humanité.
Il faut donc agir de toute urgence. Je vous demande de :
Ordonner aux forces armées et de sécurité éthiopiennes de cesser immédiatement tous les abus des droits humains et atteintes au droit international humanitaire, notamment les violences sexuelles et liées au genre ;
Indiquer clairement que ce type de violations ne sera pas toléré et retirer de leurs rangs les auteurs présumés de ces exactions ;
Veiller à ce que les allégations de violences sexuelles perpétrées depuis le début du conflit fassent l’objet d’une enquête rapide, efficace, indépendante et impartiale. Le cas échéant, les personnes soupçonnées de viol ou d’esclavage sexuel devraient faire l’objet d’une enquête pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité ;
Traduire en justice les responsables présumés d’infractions pénales dans le cadre de procès équitables, se tenant devant des juridictions civiles ouvertes et accessibles, conformément aux normes internationales d’équité des procès, sans recours à la peine de mort ;
Permettre aux organisations humanitaires de se rendre librement et en sécurité dans toute la région du Tigré, où l’accès de la population à l’aide humanitaire dont elle a grandement besoin est toujours entravé? ;
Accorder un accès rapide et sans restriction au Tigré à la Commission d’enquête sur la région du Tigré, établie par la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples ;
Établir un programme de réparation pour les victimes du conflit, en consultation avec la société civile et les communautés affectées, et accorder une attention particulière aux violations subies par les femmes, y compris les violences sexuelles ;
Veiller à ce que les survivant·es aient accès à une alimentation adéquate, à l’eau, à un abri et à des soins de santé, et assurer une assistance et des services humanitaires adéquats aux personnes déplacées par le conflit.
Permettre l’accès à un suivi psychologique et médical pour les victimes qui souffrent de complications physiques et psychologiques causées par les traumatismes liés à leurs agressions.

Prix Nobel de la paix : qui est Abiy Ahmed, lauréat 2019 ?
https://www.rtl.fr/actu/international/prix-nobel-de-la-paix-qui-est-abiy-ahmed-laureat-2019-7799222128  

Des centaines de viols et exactions contre des femmes au Tigré, selon Amnesty International
https://www.france24.com/fr/afrique/20210811-éthiopie-des-centaines-de-viols-esclavage-sexuel-et-mutilations-au-tigré  

Retrait des rebelles au Tigré: place au cessez-le-feu en Éthiopie ?
https://www.rfi.fr/fr/afrique/20211221-retrait-des-rebelles-au-tigré-place-au-cessez-le-feu-en-éthiopie  

Ethiopie : les rebelles affirment s'être repliés au Tigré
https://information.tv5monde.com/afrique/ethiopie-les-rebelles-affirment-s-etre-replies-au-tigre-437283  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Prix Nobel de la Paix 2019 aux bons soins de son ambassadeur en France
De graves atteintes aux droits humains se multiplient dans la région du Tigré depuis le début du conflit en novembre 2020.
Je vous demande donc de faire cesser et de punir ces exactions, d'assurer une assistance sanitaire, psychologique et médicale et un programme de réparation pour les victimes et de permettre l'accès à la commission d'enquête et aux organisations humanitaires.
Dans cette attente, veuillez agréer mes salutations distinguées.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

13 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


je soutiens cette pétition

sophie ROY-VAPILLON
Le 12/12/2022 à 20:21:21

toujours les violences sur les filles et les femmes..!les casques bleus où sont-ils passés?
je partage les écrits ci-dessous.

annie leblanc
Le 10/12/2022 à 10:54:16

Cette manière de mener la guerre me dégoûte. Oui il s'agit bien de détruire ces femmes et ces filles physiquement, psychologiquement mais aussi socialement, sur plusieurs générations. Quand les "vainqueurs" comprendront ils que leur bestialité (enfin, drôle de mot, les bêtes ne se comportent jamais ainsi) les desservira aussi dans le futur? Leurs gênes seront peut-être répandus sur le territoire mais leur souvenir sera honni. Pourtant le seul moyen de faire quelque chose est d'alerter les médias et l'opinion mondiale.

Florence Lavault
Le 09/12/2022 à 12:05:18

Comment ne pas être révoltée contre ces actes abominables qui détruisent des vies et qui sont pratiqués à grande échelle ?
Jusqu'ici, on avait surtout parlé des tortures infligées aux hommes et soldats en temps de guerre, maintenant on parle beaucoup de la guerre faite aux femmes et des tortures comme le viol et autres atteintes. C'est encore plus intolérable que les femmes ne veulent pas la guerre et ne sont pas des soldats.
Jusqu'où iront toutes ces atrocités ? Comment ne pas vouloir agir auprès de ces soldats qui sont retournés ç un état sauvage ?

Jeanne Studer
Le 09/12/2022 à 10:12:49

Hélas ,Mireille ,il y a un an , a déjà tout dit...et ça continue Que faire ?!?

mireille laurent
Le 09/12/2022 à 09:33:56

Votre soutien compte !

Bonjour,

Le vendredi 25 novembre dernier, à l’occasion de la Journée mondiale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, Amnesty International Belgique francophone a remis à l’ambassade d’Éthiopie à Bruxelles votre signature, ainsi que les 15 575 autres de la pétition qui demandait aux autorités éthiopiennes de mettre fin aux viols et aux violences sexuelles dans le pays et de traduire les responsables de ces crimes en justice.

Malgré les atrocités qui le caractérisent, le conflit au Tigré demeure largement oublié, voire ignoré. Or, ce qui s’y passe depuis deux ans est innommable, avec notamment des violences sexuelles utilisées comme arme de guerre à grande échelle, ravageant des vies et des communautés, tant du point de vue physique que psychologique. Les recherches d’Amnesty International ont mené à des conclusions particulièrement affreuses quant au sort des femmes et des filles, victimes de viols, de viols en réunions, d’esclavage sexuel, de mutilations sexuelles et d’autres formes de torture.

Alors que l’impunité pour ces crimes règne en maître, vos signatures comptent et font la différence. Les autorités éthiopiennes savent désormais que 15 576 regards sont braqués sur elles et qu’il est grand temps qu’elles mettent tout en œuvre pour que justice et réparation soient accordées aux survivantes tigréennes. Sans votre engagement, Amnesty International ne pourrait pas maintenir une telle pression sur les autorités.

Amnesty International vous adresse ses plus chaleureux remerciements et va continuer d’exiger la fin des violences sexuelles et que justice soit faite pour toutes les survivantes de ces atrocités.

Merci encore pour votre soutien indispensable.

Alain UGUEN
Le 07/12/2022 à 13:51:51

Je m'associe aux commentaires déjà publié

Nicole BOURDON
Le 18/01/2022 à 09:40:33

Tout à fait d'accord avec Mireille et Nicolas.
Je signe, une fois de plus, tout en sachant que cela ne changera rien, mais qu'en parler est toujours mieux que rien.
Le viol est une arme de soumission, mais aussi une arme d'exclusion future des femmes violées, un genre de meurtre social. Et peut être aussi une façon d(imposer ses gênes sur terre. Ce n'est pas une arme de guerre qui va vite disparaître, d'autant qu'elle est gratuite et facile à mettre en œuvre.

Sophie Couka
Le 02/01/2022 à 17:22:30

Je rejoins les commentaires précédents. Surtout celui de Mireille qui a tout -- et bien -- dit.

Frawald
Le 23/12/2021 à 09:08:32

Conflit.En Éthiopie, le recul tigréen sera-t-il le prélude à une “ouverture pour la paix”??
https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/conflit-en-ethiopie-le-recul-tigreen-sera-t-il-le-prelude-une-ouverture-pour-la-paix  

En Éthiopie, un premier pas vers un cessez-le-feu
https://www.la-croix.com/Monde/En-Ethiopie-premier-pas-vers-cessez-feu-2021-12-23-1201191577  

Alain UGUEN
Le 23/12/2021 à 08:58:34

quand les militaires de tout poils comprendrons-ils que la Vie et le Respect des femmes sont plus fort que leurs armes

michel armagnat
Le 22/12/2021 à 17:18:42

Vieille "arme" de guerre, le viol est de plus en plus pratiqué de nos jours dans l'ensemble des conflits en cours mais aussi dans les pays de transit des réfugiés, le plus connu étant la Libye mais la liste en est longue. En Europe, il n'y a pas si longtemps, le viol a été très pratiqué, des deux côtés des belligérants, dans la guerre au Kosovo. Qui a condamné les coupables pour ces actes précis? Qui en parle aujourd'hui? Sous le "chapeau" crimes de guerre, il entre de nombreuses atrocités sur lesquelles on ne s'attarde guère.

Mireille
Le 22/12/2021 à 16:42:33

Pourquoi se limiter à l’Éthiopie ?

Nicolas H
Le 22/12/2021 à 13:28:39

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !