actualité écologie

OPÉRATION

Semaine des Semences Paysannes

STOP EPR Manifestation à Saint Lô Samedi 30 septembre 2017 - 14h 30 Place de la Mairie

Soutien permanent aux paysans de NDDL

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Non aux brevets sur les plantes et les animaux !

Mise en ligne du 29/09/2011 au 30/09/2013

Manifestation le 26 Octobre 2011

Appel à manifestation le 26 Octobre 2011 à l'Office Européen des Brevets à Munich, (Erhardtstr. 27)

Assistons aux audiences publiques du 26 Octobre et 8 Novembre 2011, à l'EPO!

Bilan de la cyberaction :

10011 participants

Présentation de la cyberaction :

Non aux brevets sur les brocolis et les tomates!
Non aux brevets sur le vivant!

Les firmes prennent le contrôle des ressources qui sont à la base de l'agriculture et de la production alimentaire. Les brevets sur les plantes et les animaux de la ferme tel que délivré par l'Office Européen des Brevets (OEB) permettent aux entreprises comme Monsanto, Dupont, Syngenta Bayer et BASF de réclamer des monopoles exclusifs sur des plantes et des animaux. Il est temps de s'élever contre cet abus du droit des brevets. Alors allons à l'OEB à Munich pour stopper les brevets sur les plantes!

Le 26 Octobre et le 8 Novembre 2011, l'OEB prendra deux décisions d'envergures lors des audiences publiques : les décisions finales seront prises sur le brocoli (EP1069819) et le brevet EP 1211926 sur la tomate. Les deux brevets couvrent les graines, les plantes et les aliments dérivés de méthodes de sélection végétale classique. En décembre 2010, l'OEB a déjà décidé que le procédé d'obtention de ces plantes n'est pas brevetable. Mais les brevets sur le brocoli et les tomates n'ont pas été annulé! A l'inverse, en mars 2011, l'OEB a délivré un autre brevet à Monsanto sur les melons issus de méthodes de sélection conventionnelles. Le raisonnement de l'OEB est le suivant : même si le processus pur la sélection des plantes n'est pas brevetable, les semences et les aliments en découlant sont considérés comme une invention! L'article 53 ter de la Convention sur le brevet européen (CBE) et l'article 4 de la directive sur la protection des biotechnologies (EC98/44) qui interdisent les brevets sur les procédés essentiellement biologiques d'obtention de végétaux ou d'animaux ainsi que sur les «variétés végétales», est complètement érodé par cette décision de l'OEB .

Il y a plusieurs centaines de demandes de brevets en attente à l'Office européen des brevets et d'ailleurs qui couvrent des procédés de sélections conventionnels de plantes et d'animaux. Si ces brevets sont accordés, des sociétés comme Monsanto n'auront plus seulement le contrôle des semences génétiquement modifiées, mais aussi sur les méthodes de sélections traditionnelles. Les consommateurs, les agriculteurs, les sélectionneurs et les entreprises agroalimentaires peuvent ainsi devenir dépendant de ces entreprises dans une large mesure. Ce processus met en particulier en danger les petits agriculteurs en France autant que dans les pays en développement. Le droit des brevets s'applique de manière abusive au point de permettre à certains de prendre le contrôle sur la séléction, l'agriculture, y compris la production alimentaire.

Le 26 Octobre 2011 à 9 h (CET), nous montrerons notre refus, avec des agriculteurs et des sélectionneurs au cours d'une manifestation publique. Nous assisterons également à l'audience publique sur le brevet sur la tomate, le 8 Novembre 2011!

S'il vous plaît soutenez nous ! Donnez un signal clair aux politiciens et à tous les offices de brevets du monde:

Pas de brevets sur le vivant et les ressources génétiques!
Pas de brevets sur les plantes, les animaux et la nourriture!

Nous vous proposons d'adapter la pétition initiée par La Déclaration de Berne, Greenpeace, Kein Patent Auf Leben, Misereor, le Réseau Semences Paysannes, Swissaid, Utviklingsfondet

en interpellant directement le Président de la Commission Européenne et les euro-députés de votre euro-circonscription.

Alain Uguen

Lettre ouverte aux membres du Parlement européen et de la Commission européenne

Non aux brevets sur les plantes et les animaux !

Madame, Monsieur,

Nous vous écrivons pour vous alerter des problèmes causés par le droit européen des brevets. Nous sommes particulièrement préoccupés par les brevets sur les plantes et les animaux, le matériel génétique, les processus de sélection des plantes et des animaux et des aliments qui en sont dérivés, ainsi que leurs impacts sur les agriculteurs, les séléctionneurs, l'innovation et la biodiversité.

Le Parlement européen a adopté une directive relative aux brevets sur les biotechnologies en 1998 (Dir. 98/44 CE «Protection juridique des inventions biotechnologiques"). La directive a été intégrée dans le cadre de l'Office Européen des Brevets (OEB) en 1999 et depuis, environ 900 brevets sur des animaux et 1800 brevets sur les plantes ont été accordés. Plusieurs milliers d'autres brevets sont aujourd'hui en attente.

Dix ans de brevets sur les plantes et les animaux montrent que les impacts négatifs de la directive relative aux brevets sur les biotechnologies ne peuvent être ignorés :

► Il y a un impact négatif sur l'innovation étant donné que les sélectionneurs ne sont pas autorisés à utiliser librement les plantes brevetées, les animaux ou le matériel génétique pour une nouvelle sélection.
► Les brevets ont été le moteur d'une énorme concentration du marché dans le secteur des semences, détruisant ainsi la concurrence et excluant du marché les petites et moyennes entreprises.
► Les brevets contribuent à une augmentation des prix pour les agriculteurs, à réduire le choix des consommateurs et à un impact négatif sur l'agro-biodiversité.
Des interdictions claires et effectives de la brevetabilité font largement défaut dans le cadre juridique actuel. Les interdictions existantes concernant les brevets sur les plantes et les animaux peuvent être facilement contournées, comme l'ont montré de nombreuses décisions de l'OEB. Par exemple, les brevets sur les séquences de gènes et des processus de sélection sont facilement étendus aux variétés de plantes et aux races animales.

Nous sommes particulièrement préoccupés que l'Office Européen des Brevets accorde de plus en plus de brevets sur les plantes et les animaux conventionnels. Il s'agit là d'une évolution alarmante causant un précédent dangereux, étant donné que les plantes conventionnelles (sans le génie génétique) n'ont pas encore été brevetables. Dans de nombreux cas, ces brevets couvrent toute la chaîne de la production agricole et alimentaire. Même juste après la décision sur l'affaire «brocoli» qui exclut les brevets sur les procédés de sélection classique de plantes et d'animaux (G2/07 et G1/08), l'OEB a en Janvier 2011 commencé à accorder à nouveau des brevets sur les semences, les plantes et les aliments issus de méthodes de sélection conventionnelles.

Ces brevets créent de nouvelles dépendances pour les agriculteurs, les sélectionneurs et les producteurs de denrées alimentaires. Ceci doit être considéré comme une appropriation des ressources à la base de la production agricole et alimentaire et, comme un abus général du droit des brevets.

Du point de vue des agriculteurs, les stratégies de conservation des semences et le marché informel des semences doivent être respectés et intégrés dans le cadre juridique général. Bien que n'étant pas l'objet de cette lettre, il est important de souligner que, à cet égard, les règlements de l'UE en matière de protection des obtentions végétales et de catalogues de semences doivent être adaptés en conséquence.

Nous vous demandons d'appeler à une réforme urgente du droit européen des brevets relatifs à la sélection des plantes et aux biotechnologies, et de soutenir une réglementation claire excluant de la brevetabilité les plantes, les animaux, le matériel génétique et les processus de sélection des plantes, des animaux et des aliments qui en sont dérivés.

Avec nos meilleures salutations,
http://www.no-patents-on-seeds.org/en/recent-activities/open-letter-members-european-parliament-and-european-commission/francais  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Président de la Commission Européenne
Madame, Monsieur le Député Européen,

Nous vous écrivons pour vous alerter des problèmes causés par le droit européen des brevets. Nous sommes particulièrement préoccupés par les brevets sur les plantes et les animaux, le matériel génétique, les processus de sélection des plantes et des animaux et des aliments qui en sont dérivés, ainsi que leurs impacts sur les agriculteurs, les sélectionneurs, l'innovation et la biodiversité.

Nous vous demandons d'appeler à une réforme urgente du droit européen des brevets relatifs à la sélection des plantes et aux biotechnologies, et de soutenir une réglementation claire excluant de la brevetabilité les plantes, les animaux, le matériel génétique et les processus de sélection des plantes, des animaux et des aliments qui en sont dérivés.

Veuillez croire, Madame, Monsieur, en notre mobilisation citoyenne.

 

13 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Je çrois quon peut la remettre en ligne çette pétition ca continue le bazar de br😎

Isabelle guibert
Le 24/04/2015 à 14:37:32

précision (à la fin du texte proposé dans le modèle de mailto aux députés, qui disparait une fois qu'on a signé):

soutenir une réglementation claire excluant [de] la brevetabilité les plantes, etc...

LN
Le 26/06/2012 à 23:56:11

coquilles dans le texte :

-"sélectionneurs" ne prend pas de é avant le c.

-excluant la...

-un dernier plus bas mais j'me souviens plus je l'ai plus sous les yeux !

LN
Le 26/06/2012 à 23:49:36

La paternité donnée a Einstein pour cette déclaration n'est pas fondée. Dommage, mais tant qu'à faire, autant avoir des citations vraiment sourcées.

lu sur un site
En avril 2007, un site internet spécialisé dans le dépistage de rumeurs ( www.snopes.com).   s’est penché sur le cas « Einstein et abeilles ». Deux rédacteurs ont cherché dans plusieurs sources, dont un recueil de citations du physicien. Ils n’ont trouvé aucune source primaire, et ne purent trouver cette citation avant le mois de janvier 1994. A cette date, elle apparaît dans plusieurs journaux belges, qui eux-mêmes l’ont trouvée dans un communiqué distribué par un syndicat d’apiculteurs, l’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF), à l’occasion d’une manifestation à Bruxelles contre quelque politique européenne. un peu plus tard, le conservateur des Albert Einstein Archives de Jérusalem, Roni Grosz, affirma dans une interview "qu’il n’y avait aucune preuve qu’Einstein ait jamais dit ou écrit cette phrase", et quand bien même, "qu’Einstein n’avait pas de compétence particulière ni même d’intérêt pour l’écologie, l’entomologie ou les abeilles".

aikongo
Le 09/01/2012 à 17:58:22

Il me semble qu'il y a là effet des grands malades du fric à tout prix et , bien sûr comme toujours , à court terme .

bibill
Le 30/12/2011 à 21:53:07

Il faut protéger les semences
mais le COV (certificat d'obtention végétale) suffit amplement
puisque avec un COV les semences sont libre d'utilisation

le détenteur d'un brevet sur le génétique limite énormément la disponibilité et est soumit à une licence (lire compensation financière)

Et m^me si le brevet ne protège qu'une partie du patrimoine génétique l'espèce est 'perdu'
voir les brevet OGM sur les sojas, maïs et bientôt blés

Donc il faut garder le système classique de protection de végétaux qui en soi et bien fait

Gert (enseignant et sélectionneur

Gert
Le 18/12/2011 à 18:32:30

Des hommes inventent chaque jour un peu plus de produits dérivés et toxiques, a tel point qu'il est maintenant possible de polluer et détruire de plus en plus de monde ... et même les êtres à venir ... (OGM, BASM, nucléaire, perturbateurs endocriniens...)

La nature n'a pas besoin de l'Homme, mais l'homme a grand besoin d'elle et de ses bienfaits qu'il faut se dépêcher de ne pas oublier ...

Encore une génération et combien d'humains éloignés de la nature auront-ils perdu la conscience de ses rythmes essentiels à la vie (saisons, repos, énergie...) des qualités protectrices des matériaux de proximité pour s'abriter (bois, paille, glaise...)et des vertus curatives des plantes médicinales autant que de celles qui nous nourrissent - sachant que "On est ce que l'on mange" - ?...

MANGER SAIN ET NATUREL ne doit pas être négociable, CA FAIT PARTIE DES DROITS DE L'HOMME ET DES GENERATIONS FUTURES.

ANTUNES
Le 19/11/2011 à 01:23:20

Aucune nuance dans les commentaires précédents ! Il y a lieu à mon avis de laisser libre la sélection par qui veut, à condition bien sûr que les variétés brevetables soient réellement originales. C'est là que le bat blesse car la commission des brevets accepte quasiment toutes les demandes de brevet, sources d' argent pour le dépôt et le maintien. A côté de la sélection par compagnies privées, il faut, mais qui veur payer ! ? une recherche d'Etat comme l'INRA en France. Quant aux affameurs des multinationales, ne fantasmons pas ! La réalité est que des potentats locaux, à tous les niveaux, imposent de tout temps aux agriculteurs sur-endettés des obligations pécuniaires de tous ordres, y compris la fourniture de semence, qu'ils se gardent bien souvent d'acheter aux multinationales à cause du coût. En revanche, ce sont des gros propriétaires terriens qui achètent des semences, OGM ou non, parce qu'ils y trouvent un intérêt: rendement accru par exemple.

Etienne
Le 28/10/2011 à 12:17:06

L'appétit insatiable des affairistes de l'agro-alimentaire affame des peuples entiers. Ils se rendant propriétaires de semences que les paysans africains ou asiatiques utilisent depuis des générations. Ces peuples n'ont pas de quoi manger et doivent de surcroît gaver des "Monsanto". Simplement intolérable.

Luc VALENTE
Le 20/10/2011 à 07:10:54

nous devons faire en sorte que ces massacres cessent

fabi
Le 15/10/2011 à 20:47:27

Jusqu'où iront-ils ? J'exprime là une saturation totale, s'approprier des éléments essentiels à la vie et à la survie devrait être interdit, les conséquences sont déjà terribles...J'espère qu'un jour nous arriverons à constuire une société meilleure, qui pourra prendre en compte le bien-être animale, végétale et humain. Ce souhait peut parraître puéril, idéaliste pour certains mais si nous sommes beaucoup à le faire peut-être qu'un jour il se réalisera.

Maysoune
Le 06/10/2011 à 12:29:19

Les pouvoirs financiers, industrie morbide du matérialisme intégriste, dans leur projet de main mise sur le monde tentent de s'approprier le patrimoine naturel, création de la vie.
Chassons les marchands du temples!

Philomène
Le 05/10/2011 à 21:37:40

Nous ne devons pas laisser les choses aller plus loin !

Gigi
Le 05/10/2011 à 16:32:19

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !