image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : NOUS REFUSONS l’extraction du gaz de couche

Mise en ligne du 10/10/2016 au 13/03/2017

Des projets d’extractivisme sont déjà prêts et ne demandent qu’un contexte politique encore plus favorable.
C’est le cas pour le gaz de couche, notamment en Lorraine et dans le Nord/Pas-de-Calais.
C’est criminel quand on sait qu’il est obligatoire de laisser au moins 80 % des énergies fossiles dans le sol si on ne veut pas subir les conséquences très graves.
C’est pourquoi il faut empêcher ces pratiques.

Bilan de la cyberaction :

3494 participants

Présentation de la cyberaction :

On sent que de nombreuses personnes, soi-disantes « responsables », veulent encore plus d’extractivisme.
En ce moment, des élus régionaux et de plus en plus de candidats à l’élection présidentielle sont persuadés qu’il faut exploiter les énergies fossiles à tout prix… sous prétexte que cela va créer beaucoup d’emplois.
Une entreprise, « la Française de l’Énergie », est dans les starting-block; elle a obtenu d’être cotée en bourse -ce qui montre qu’une de ses priorités est la recherche de rentabilité financière; elle a déjà bien entamé des forages exploratoires en Lorraine; elle veut continuer dans cette région et a des visées dans le Nord de la France.
C’est très grave car les conséquences au niveau de la qualité du sol, de l’eau et de l’air seront catastrophiques; c’est très grave pour le climat.
C’est pourquoi il faut refuser l’extraction du gaz de couche. C’est une des batailles qu’il faut mener pour que le système actuel ne nous fasse pas plonger.
La cyberaction est un des éléments qui permet de sensibiliser. Ce n’est évidemment pas la seule action à mener pour empêcher ce massacre à venir.
Adresse du site du collectif : http://houille-ouille-ouille-5962.com/  
adresse courriel : houille-ouille-ouille@lists.riseup.net.  

NOUS REFUSONS l’extraction du gaz de couche
L’entreprise « La Française de l’Énergie » s’apprête à exploiter le gaz de couche ; notamment -mais pas seulement- dans les bassins miniers de Lorraine et du Nord/Pas-de-Calais.
Le gaz de couche -méthane- est contenu dans des couches de charbon beaucoup plus profondes (1000 à 4000 m) et sur des zones qui n’avaient pas été exploitées pour le charbon.
L’entreprise -côtée en bourse depuis juin- a débuté la construction d’une plate-forme en Lorraine où 16 forages sont déjà autorisés. Le projet porte sur 200 forages en Lorraine et 150 dans le Nord/Pas-de-Calais.

Cette exploitation de gaz de couche est particulièrement polluante, au vu des retours d’expériences en Australie, aux États-Unis et en Chine.
L’utilisation de la fracturation hydraulique, tant décriée, est inévitable pour permettre une exploitation rentable du point de vue des financiers.
En voici quelques conséquences pour les secteurs concernés :



A l’heure où les experts sont de plus en plus alarmistes sur les changements climatiques et préconisent de laisser 80% des réserves connues de fossiles, il est impératif de stopper cette exploitation d’énergie extrême.

Madame la Ministre, vous avez la possibilité, à différents moments, d’intervenir pour appuyer cette interdiction de l’exploitation des énergies fossiles. Compte tenu des dangers dus à cet extractivisme, nous vous demandons fermement d’éviter une nouvelle série de catastrophes.
Gaz de couche et de schiste, ni ici ni ailleurs !

Pour d’autres renseignements :
0621 68 30 87 ; 0612 50 16 02 ; 0321 65 31 44 ; 0609 83 02 75
hoo-nonaugazdecouche@lists.riseup.net.  
http://houille-ouille-ouille-5962.com  

La lettre qui a été envoyée :


Madame la Ministre,

L’entreprise « La Française de l’Énergie » s’apprête à exploiter le gaz de couche ; notamment -mais pas seulement- dans les bassins miniers de Lorraine et du Nord/Pas-de-Calais.

vous avez la possibilité, à différents moments, d’intervenir pour appuyer l'interdiction de l’exploitation des énergies fossiles. Compte tenu des dangers dus à cet extractivisme, nous vous demandons fermement d’éviter une nouvelle série de catastrophes.

Gaz de couche et de schiste, ni ici ni ailleurs !


Dans cette attente, veuillez croire, Madame la Ministre, en ma vigilance sur ce dossier.

 

12 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

la rage la rage la rage contre les forage
stop gaz de couche
arrêter d'injecter du poison dans la terre

Simon Deybach
Le 04/05/2017 à 11:39:53

L'enjeu est trop grave car il implique la vie de nos enfants et petits enfants
Cela suffit que des décisions aussi graves soient prises sans une consultation large ; nous sommes tous concernés

Jacqueline Perreau
Le 21/04/2017 à 14:20:32

Article intéressant censuré par la rédaction du journal local pat2k@orange.fr.  

NON à l’exploitation des gaz de couche !

Patrick KLEIN Président d’AIR VIGILANCE et Marieke STEIN Vice-Présidente de APEL 57 ont échangé sur un sujet capital pour lequel leurs associations aimeraient jouer un rôle d’information en toute neutralité envers le grand public.
En effet, depuis la parution de l’arrêté préfectoral en date du 29 mars 2016 autorisant les sociétés EGL (European Gas Limited) et HP (Heritage Petroleum) à procéder à l’ouverture de travaux miniers dans le périmètre du permis exclusif de recherches de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux dit « Permis de Bleue Lorraine », ces deux représentants pensent que les citoyens des zones concernées par ces arrêtés (mais pas seulement eux) ont droit à des explications claires en ce qui concerne le devenir de notre région et de la planète
« Des forages d’hydrocarbures gazeux sont pratiqués couramment aux Etats-Unis, mais en France c’est une première. Marieke STEIN ajoute que les superficies de nos régions françaises n’ont rien de semblable avec les territoires américains ; la nature du sous-sol non plus. Les forages autorisés sont annoncés comme des forages de gaz de couche, ce qui signifie extraction du méthane piégé dans des couches profondes de charbon. Cette méthode est aussi appliquée dans le Nord de la France par la française de l’Energie. En revanche, le gaz de couche est très proche du gaz de schiste qui eux sont des hydrocarbures de roche-mère. Les méthodes d’exploitation sont fondamentalement différentes ; le procédé consiste à explorer le sous-sol par des doubles forages verticaux servant l’un pour l’extraction du gaz l’autre pour le pompage de l'eau.
En Moselle Est les arrêtés pris pour les communes concernent la recherche de gaz de schiste ceci malgré l’opposition de la population et des conseils municipaux et nous ne doutons pas que les autorisations d’exploiter suivront afin de rentabiliser la prospection.
, Patrick KLEIN ajoute « que dans le bassin Houiller tout se complique et nous interpelle sur la complexité géologique de ce bassin ou le couches de charbon sont orientées dans tous les sens et parcourues de très nombreuses failles L’extraction du Gaz va irrémédiablement les réactiver et mettre ces différentes couches et sédimentaires et nappes phréatique en liaisons et polluer nos captage d’eau. Souvenons-nous du travail fait par les H.B.L. L’exploitation des veines inclinée voir verticales le problème des failles des tassements du terrain du problème de l’eau très abondante dans ce le sous-sol ! Eau qu’il va falloir pomper si on veut exploiter le gaz, ce qui engendre évidemment une fracturation par dépression, Quels en seront les conséquences ?
Marieke STEIN A raison de 14 forages autorisés sur 3 sites à ce jour, on ne peut que s’interroger sur la destruction de l’espace dans les 3 ans à venir si 200 puits de forage venaient à être installés sur une superficie de 168 km2. Soit plus d’un forage tous les KM Nous devons la vérité à la population avant que tout à chacun ne découvre les dégâts engendrés par ces méthodes qui plus est n’apporteraient aucun avantage économique ou financier local. L’impact écologique et environnemental est trop important pour que la population ne soit pas sensibilisée à ces procédés de destruction du paysage sur deux ou trois années, mais avec des séquelles visibles éternellement. Nous n’avons pas le droit de laisser faire cela à nos enfants ! ».
Marieke STEIN dit avoir fait appel (par son association) à cet arrêté préfectoral. Les décisions ne sont pas encore connues, mais les travaux ont déjà commencé sur la commune de Lachambre par exemple. Il appartient bien à la société civile de décider de l’utilisation de nos richesses naturelles et non aux multinationales. Elle rappelle combien il est important de maîtriser toutes les ressources et la nature des sols avant d’engager des travaux. L’avis de géologues français semble pour le moins indispensable ».
Patrick KLEIN Il ne faut pas non plus négliger les émissions de CO2 et de méthane relâchés dans la nature lors de forages ce qui les rends bien plus polluants que le gaz conventionnel. et sur ce point rappelons l’existence du traité de Paris dans ce domaine qui nécessite que 80% des ressources fossiles restent dans le sol si nous voulons rester en deçà de 2° de réchauffement
En conclusion, nos deux protagonistes privilégient les économies d’énergie avant tout et souhaitent vivement l’adhésion des citoyens (qui se sentent responsables de notre planète) à leur cause, même si pour l’instant il n’y a pas encore trop de « panique » puisque les arrêtés pris à ce jour n’autorisent que les forages de prospection mais craignent que pour l’exploitation voir la fracturation la population ne soit pas plus entendue.

Patrick Klein
Le 22/02/2017 à 23:28:18

Interdire pour la France, l'extraction du gaz de schiste ou carburant quelconque.
Pognon, Saint pognon encore et encore.
VA y!

Christian MOSER
Le 12/01/2017 à 16:18:28

Il faut interdire dans toute la France l'extraction du gaz de schiste ou de couche, où et la différence ?
La pollution inhérente est beaucoup trop importante.
Ne laissons pas aux générations futures une nature dévastée afin que quelques personnes se fassent des c......es en or sur leur avenir. Respectons LA COP 21.

un anonyme
Le 27/10/2016 à 20:16:07

Pourquoi ignorer ce qui se passe dans d'autres pays qui sont partis sur ces extractions et qui commencent à subir les conséquences

les respmonsables politiques sont-ils aussi attachés à leur égaux " moi, je "

Mme la Ministre nous avons confiance en votre liberté et votre détermination pour arrêter ces priojets fous

Edith
Le 24/10/2016 à 10:00:53

120% d'accord avec Pierre et Daniel ! Quelle honte, après la COP 21 de Paris, d'en arriver à penser extraction gaz de schiste, ou de couche maintenant. Changer le nom ne change rien à l'affaire !
C'est la tricherie totale !

Jonquille
Le 17/10/2016 à 21:48:06

Quelle contradiction entre les résolutions de la COP21 et la soumission de ce gouvernement aux sirènes du profit d'une multinationale soit disant française.
Honte à tous ceux qui généreront la misère des peuples pour les générations futures !

MICHARD Pierre
Le 12/10/2016 à 12:22:54

Mon courrier :
Madame la Ministre,

L’entreprise « La Française de l’Énergie » s’apprête à exploiter le gaz de couche ; notamment dans les bassins miniers de Lorraine et du Nord/Pas-de-Calais.

Comment le pays qui a organisé la COP 21, ratifié les accords de Paris, peut-il justifier cette fuite en avant suicidaire, au mépris de l'environnement et aux dépends des énergies renouvelables.

Vous avez le devoir d'interdire l’exploitation de nouvelles sources des énergies fossiles.

Dans cette attente, veuillez croire, Madame la Ministre, en ma vigilance sur ce dossier.

Daniel LAMBEAUX
Le 11/10/2016 à 15:17:44

Nous devons nous opposer aux projets d'extractivisme. Ceux-ci ne sont plus possibles étant donné les enjeux climatiques actuels et la nécessité de protéger notre environnement. Nous devons aller vers une société bas-carbone et laisser 80 % des réserves de combustibles fossiles sous la terre.

Aude Mousset
Le 11/10/2016 à 11:52:07

Personnellement (cela n'engage pas cyberacteurs) je persiste à penser que la meilleure solution pour éviter ce projet comme beaucoup de projets inutiles imposés (NDDL, Nucléaire, etc..) c'est que les différents collectifs mobilisés dans ces luttes de terrain utilisent la primaire proposée par la Belle Alliance Populaire pour créer un rapport de forces avec les partisans de ces projets. Pour cela il suffit de participer à la Candidature Collective Citoyenne et à faire campagne pour qu'un maximum de citoyens votent GEM2017 de manière à mettre cette candidature collective citoyenne au coeur de la campagne de la primaire en obligeant les candidats au second tour de cette primaire à reprendre les orientations défendues pour une Transition Ecologique Solidaire et une répartition équitable des candidatures aux législatives.

Vous voulez des députés anti-extractivisme dans ch'nord et ailleurs ?

Des Ego-systèmes aux Eco-systèmes : une candidature collective citoyenne GEM2017
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/ego-systemes-eco-systemes-nbsp-can-1201.html  

Alain UGUEN
Le 10/10/2016 à 11:59:34

Nous ne pouvons pas accepter cet extractivisme à outrance. Ce procédé voulu notamment par les spéculateurs et les financiers doit être mis en pièce car il condamne, à terme, l'existence de l'humanité.

Pierre ROSE
Le 10/10/2016 à 11:51:52

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !