actualité écologie

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

La Terre vue depuis l’espace

victoire pour Gabriel Dufils

Journal des Bonnes Nouvelles

Ne laissez pas vos appareils en veille

Les 10 jours verts Transacteurs

OPÉRATION

image vide cyberacteurs
image vide

Cette pétition est maintenant terminée

Bilan de la pétition : Pour la sauvegarde du banc de sable coquillier de Kafarnao au large de l'île de Sein

Mise en ligne du 20/05/2014 au 27/08/2014

La dune sous-marine de Kafarnao est menacée par de nouvelles extractions de sable coquillier par la Société des Sabliers de l'Odet.

Bilan de la pétition :

2200 participants

Sein. Extraction de sable : l'opérateur retire son projet
Objet de contestation et d'une mobilisation d'associations de défense de l'environnement, le projet d'extraction de sable coquillier au large de l'île de Sein vient d'être abandonné par les Sabliers de l'Odet. En cause, des considérations économiques liées au retard pris par le dossier.
Par courrier à la préfecture, daté du 21 août, Patrick Kerverdo, directeur des Sabliers de l'Odet a annoncé le retrait de sa demande d'exploitation des sables coquilliers sur le banc de Kafarnao, au sud-est de l'île de Sein. À la suite de l'avis défavorable du commissaire enquêteur fin juin, l'avis du Parc marin, qui risquait d'être aussi négatif, était attendu pour le mois de septembre, avant la décision finale du préfet. Le dossier était donc mal parti. Il est aujourd'hui clos.
« Notre décision de désistement est motivée par les demandes d'avis scientifiques supplémentaires, des études relativement conséquentes, qui nous apparaissent disproportionnées par rapport aux volumes concernés, expliquait, hier, Patrick Kerverdo. D'autant que l'étude d'impact était suffisante par rapport à l'état initial du site et le suivi ».

Le Peuple des dunes se réjouit 

Le titre minier pour extraire au maximum 65.000 m³/an, avait été accordé à la société en mai 2011 pour dix années. La société pensait obtenir l'autorisation de travaux fin 2012, ce qui réduisait le temps d'exploitation à moins de neuf ans. En fait, la demande d'autorisation d'engager les travaux a pris du retard et l'enquête publique n'a eu lieu qu'au printemps dernier. Le délai d'exploitation se réduisait à moins de sept ans, compliquant l'équilibre économique du dossier.
« Notre retrait est dû à toutes ces considérations économiques et non pas au mouvement d'opposition », assure Patrick Kerverdo. Le directeur des Sabliers de l'Odet ajoute que cela n'aura pas de conséquences pour l'activité de son entreprise.
« Nous nous félicitons bien sûr que ce pillage prenne fin, commentait, hier, Jean Hascoët, du Collectif Peuple des dunes de l'île de Sein (*). Nous n'aurions pas gagné sans la position très claire des îliens contre le projet. Mais, comme l'a dit le maire de l'île de Sein, nous aurions aimé avoir une décision du Parc marin pour acter ce ref
us ».
Une première phase d'exploitation de 180.000 m³ a eu lieu entre 1987 et 2008.

Présentation de la pétition :

Il s'agit d'un site en zone Natura 2000, compris dans le Parc Naturel Marin de l'Iroise, en bordure du Site d'Intérêt Communautaire (Directive Habitats Faune Flore) de la Chaussée de Sein, situé en face du Grand Site de France de la Pointe du Raz en Cap Sizun.
Ce projet est dangereux pour l'économie locale et l'environnement de l'Ile de Sein et du Cap Sizun.
- destruction de la frayère à poissons, essentielle au maintien et au développement d'une pêche locale durable, artisanale et labellisée
- menaces pour les éco-systèmes locaux, notamment perte de ressources alimentaires pour les espèces protégées, oiseaux et mammifères marins, qui fréquentent le site
- fragilisation de la dune comme barrière de protection de l'Ile de Sein et absence d'assurance quant à l'accroissement du risque de submersion de l'île,:
- dévalorisation de l'image d'un site emblématique de la Bretagne
http://peupledesdunesiledesein.blogspot.fr/  

Texte de la pétition :


Alors que la prédation du sable marin s'accélère partout dans le monde, épuisant une ressource non renouvelable qui a mis des millions d'années à se constituer, je suis opposé-e au projet d'extraction de sable coquillier à Kafarnao et soutiens le Collectif Peuple des Dunes Ile de Sein dans sa démarche pour empêcher ce projet .

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

22 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Un projet de plus, antidémocratique et qui ne prends en compte que les profits d'une minorité.

leneveu
Le 23/01/2015 à 13:49:07

Au delà de l’avis du pécheur que je suis, il existe une profonde incompréhension de la population Sénane sur les raisons majeures qui justifient une telle démarche.
En effet, voila quelques années l’ile de sein et la colonne d’eau qui l’entoure ont été intégrées malgré l’avis contraire au Parc Naturel Marin d’Iroise. Cette structure avait pour but la préservation de l’écosystème et des espèces marines ainsi que la mise en place d’une noria de mesures destinées à pérenniser le développement durable de notre environnement marin. Mise a part une attitude de surveillance plus répressive que pédagogique, les iliens que nous sommes n’ont à ce jour rien constater de concret à ce jour.
Le banc de kafarnao a été de tout temps une nurserie à poissons qui trouvent dans sa constitution tous les éléments indispensables à l’épanouissement de la faune marine. En accepter l’exploitation aujourd’hui à des fins commerciales serait saborder les raisons même des objectifs visés par le Parc Marin. En qualité de Sénan je ne peux accepter que cet élément vivant devienne la matière première de lobbys et d’industriels avides de profits et plus intéressés à exploiter de la « litière pour chats » qu’à se préoccuper de l’écosystème marin.
Pour ces raisons je m’oppose personnellement à ce projet d’extraction de maërl sur le banc de Kafarnao.

sea-fox
Le 17/08/2014 à 19:20:55

Il serait temps de réduire le nombre de nos naissances à un seul enfant par couple. Nous sommes trop nombreux et nous sommes en train de tout détruire à cause de cela.

viviane tits
Le 14/07/2014 à 12:23:14

il est grand grand temps de respecter et laisser la nature faire ce qui se doit sans que l'homme veuille toujours la dominer et l'exploiter
cordialement
kathleen

kathleen
Le 13/07/2014 à 16:02:09

Aïe! Aïe! Aïe! Encore un chômeur de plus! Eh! oui, un commissaire enquêteur qui donne un avis défavorable a fini sa carrière, plus personne ne lui confiera une nouvelle enquête, faudrait être "maso"!!!
Bon, plus sérieusement, souvent ce sont d'anciens militaires à la retraite donc il ne sera pas au chômage mais par contre il risque d'attendre pour assurer ce rôle, c'était juste pour dire...mais l'homo sapiens sapiens...s'il ne savait pas, qu'est-ce que ça serait ?

lumus
Le 11/07/2014 à 22:26:03

il nous faut dépenser plus pour la recherche scientifique pour en finir au plus tôt avec la prédation irrémédiablement destructrice.

Monot Gaston
Le 11/07/2014 à 15:36:15

Les littoraux sont partout menacés dans le monde et tout comme le pétrole, le sable est une ressource EPUISABLE qu'il faut à présent préserver. L'homme ne peut continuer à se comporter en prédateur permanent de cette planète qui est en elle-même une merveille d'équilibre. Utilisons notre intelligence à la mise en route de solutions alternatives et durables, surtout qu'elles existent !! Arrêtons de tout détruire !

Jonquille
Le 11/07/2014 à 14:19:19

Il est urgent d'arrêter l'énergie nucléaire et de se préoccuper des alternatives.
Tous les efforts doivent aller dans ce sens pour la préservation de notre milieu ambiant.

Gisèle Oeuvray
Le 11/07/2014 à 13:11:22

La destruction des milieux marins côtiers fragiles, ça suffit !

Bernard Couronne
retraité

COURONNE BERNARD
Le 11/07/2014 à 12:47:09

inadmissible, ça ne coùte que l'extraction
et on se fait ses sous à bon compte ; elle est pas belle la vie.






Marie-odette 11/07:14

marie-odette perrot
Le 11/07/2014 à 12:45:21

protégons notre sable de la voracite des multinationales et de leurs complices

coudry beatrice
Le 11/07/2014 à 10:11:20

Le préfet doit rendre une décision qui suive
l'avis du commissaire-enquêteur.
Ce n'est hélas que rarement le cas! on se demande donc à quoi serve les enquêtes publiques" en France.
Et si le préfet ne va pas dans le "bon sens"...
on le déplace ! et on le remplace.....
On a connu çà à Clermont-Ferrand après une lutte de 15 ans contre l'incinérateur !

LEVADOUX
Le 11/07/2014 à 09:20:00

Ile de Sein. Extraction du sable de Kafarnao : avis défavorable
26 juin 2014

Le commissaire-enquêteur, André Quintric, chargé de l'enquête publique sur l'extraction de sable coquillier au large de l'île de Sein vient de rendre un avis défavorable. Il fait suite à une position réservée de l'équipe technique du Parc marin d'Iroise. L'objet de l'enquête publique concerne les dunes sous-marines de Kafarnao, situées à 9,7 miles nautiques au sud-ouest de l'île de Sein. Elles avaient fait l'objet d'extractions, déjà par les Sabliers de l'Odet, entre 1987 et 2008, pour un total de 250.000 m³ de sable coquillier. En cas d'aval préfectoral, c'est 400.000 à 500.000 m³ qui devraient être extrait sur les sept ans restants de leur titre minier, entraînant la destruction durable d'un « substrat favorable à la vie aquatique ».
http://www.letelegramme.fr/finistere/ile-de-sein-extraction-du-sable-de-kafarnao-avis-defavorable-26-06-2014-10229761.php  

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/finistere-sable-kafarnao-avis-negatif-apres-enquete-26-06-2014-151318  

Au préfet de rendre désormais sa décision

Bonne raison pour signer la pétition si ce n'est déjà fait.

Alain Uguen
Le 10/07/2014 à 09:08:13

J'ai vu ce documentaire : il est très parlant.
Les réfugiés climatiques se comptent déjà en millions alors l'exploitation du sable au niveau mondial est une vraie catastrophe. D'autant plus qu'on a des solutions pour remplacer le sable par du verre recyclé. Le sable est un habitat , un écosystème.
Les gouvernements ne font rien : désormais c'est aux citoyens d'alerter et de lutter.

Anne
Le 20/06/2014 à 18:30:33

"Le sable, enquête sur une disparition", diffusé sur Arte le 28 mai 2013 : de Bombay à la Bretagne en passant par Dubaï, Tanger ou les Maldives, la passionnante enquête de Denis Delestrac en forme de thriller, sur la menace qui pèse sur le sable.

Une bombe écologique

Le sable.
On le trouve dans le béton, qui alimente, au rythme de deux tonnes par an et par être humain, un boom immobilier ininterrompu. Mais aussi dans les puces électroniques, le papier, le plastique, les peintures, les détergents, les cosmétiques… Ce sable, sur lequel nous posons notre serviette de plage tous les jours sans y penser, que nous aimons fouler du pied ou laisser filer entre nos doigts, s’est glissé à notre insu dans tous les interstices de notre quotidien. Didier Delestrac montre combien l’industrie le consomme en quantités croissantes, plus encore que le pétrole. Peut-être parce que, contrairement à l’or noir, cette matière première perçue comme inépuisable est restée à ce jour pratiquement gratuite. Alors que le sable des déserts est impropre à la construction, les groupes du bâtiment ont longtemps exploité les rivières et les carrières. Puis ils se sont tournés vers la mer, provoquant ce qui est en train de devenir une véritable bombe écologique.
Car le sable joue un rôle essentiel dans la protection des côtes et l’équilibre des écosystèmes marins. Les conséquences de cette surexploitation apparaissent peu à peu au grand jour. Petit à petit, les appétits économiques ont grignoté au moins 75 % des plages du monde, et englouti des îles entières, en Indonésie et aux Maldives, tandis que Singapour ou Dubaï ne cessaient d’étendre leur territoire en important, parfois frauduleusement, du sable. Disparition des poissons, impact aggravé de l’érosion et des tempêtes, bords de mer devenus lunaires … : face aux timides régulations adoptées pour tenter de limiter le pillage, la "ruée vers le sable" s’est en réalité accélérée, sous l’égide de grandes entreprises multinationales et de mafias locales.


Un extrait ici : https://www.youtube.com/watch?v=FjnJrCwYd2Y  

françoise
Le 13/06/2014 à 11:02:06

Encore ces fous qui ont besoin de sable pour faire leur béton de merde ! Alors qu'en faisant pousser du chanvre ...

Gildas
Le 04/06/2014 à 20:50:26

Le problème est la disparition des dunes , exploitation non mise en équivalence avec le temps qu'il faut pour leur remplacement . Toujours le court terme débile et irresponsable des soit disant "hommes brillants" .

bibilou
Le 03/06/2014 à 20:00:12

Emission très intéressante ce matin mardi 02/06 sur ARTE, concernant le sable, les plages qui se rapetissent et l'utilisation insensée dans les constructions immobilières, d'autoroutes etc... A voir et à revoir pour une grande mobilisation.

KRIEGER
Le 03/06/2014 à 10:16:15

C'est inadmissible de ne pas respecter les espaces protégés. Détruisons tout pour gagner de l'argent, comme ça la Terre sera bientôt vide !

PROST André
Le 25/05/2014 à 10:39:22

Il est inacceptable de lire que ce site dépend de natura 2000 !!!! plus rien n'a de sens... natura 2000 ne sert a rien alors !!!! la cacophonie total le ridicule et l'absurde encore et encore nous sommes las....de ses dictacts a la française..

baron corinne
Le 21/05/2014 à 14:46:02

J'aimerai tant faire des dons mais ma petite retraite ne me le permet pas, mais je suis fidèle chaque jour pour les clics solidaires partout et signe toutes les pétitions.

Martine 13
Le 21/05/2014 à 13:59:44

Si on s'attaque même aux parcs naturels, impunément, jusqu'où peut-on aller ?
il n'y a donc plus de limites aux saccages et massacres de la nature...
c'est INTOLERABLE !

poussy
Le 21/05/2014 à 10:49:37

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !