actualité écologie

Les 10 jours verts Transacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

La Terre vue depuis l’espace

Rando Plogoff dimanche 25 aout

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

AG Cyberacteurs

OPÉRATION

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Journal des Bonnes Nouvelles

victoire pour Gabriel Dufils

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Le nucléaire n’est pas une énergie décarbonée ! Non aux aides d’État atomiques !

Mise en ligne du 20/09/2013 au 16/10/2013

La France soutient les subventions au nucléaire au lieu d’agir pour la transition énergétique

Bilan de la cyberaction :

4561 participants

Victoire de la Société civile contre le projet européen de subventionner le nucléaire
Nous ne paierons pas le prochain Fukushima ! Encouragée par la France, la Grande-Bretagne et la République Tchèque, la Commission européenne soutenait l’inclusion du nucléaire dans les lignes directrices sur l’énergie et l’environnement. Sans la réactivité de la société civile qui s’est massivement mobilisée, le nucléaire aurait pu bénéficier des mêmes aides d’Etat que les énergies renouvelables.
Le 9 octobre les Commissaires européens ont décidé d’enterrer la proposition d’utiliser l’argent des contribuables pour construire des nouvelles centrales nucléaires en Europe. Le Commissaire à la concurrence Joaquin Almunia a renoncé à son intention d’inclure également l’énergie nucléaire dans les lignes directrices sur les aides d’Etat sur l’environnement et l’énergie 2014-2020. C’est une claire victoire pour nous. Plus de 27 500 personnes sur toute l’Europe ont signé la pétition le mois passé pour contrer la suggestion de soutenir le développement nucléaire.

Présentation de la cyberaction :

Communiqué commun du Réseau “Sortir du nucléaire“, des Amis de la Terre, Réaction en Chaîne Humaine et du Réseau Action Climat – 17 septembre 2013
À l’approche de la Conférence environnementale, le bilan de la politique énergétique française est affligeant. Au lieu d’agir pour la transition énergétique, et alors même qu’elle prétend réduire la part du nucléaire, la France fait des pieds et des mains pour soutenir l’industrie atomique ! C’est ainsi que, depuis des mois, EDF, Areva et les autorités françaises agissent de concert au niveau européen pour que le nucléaire puisse bénéficier de nouvelles subventions. Le Réseau “Sortir du nucléaire“, les Amis de la Terre, le Réseau Action Climat et Réaction en Chaine Humaine dénoncent ces pratiques de lobbying agressives et opaques sur un sujet qui concerne le futur de l’ensemble des citoyens européens.../....
Ces manoeuvres en sous-main d’un État aux ordres de l’industrie nucléaire sont inacceptables et ôtent toute crédibilité à un gouvernement qui prétend réduire la part du nucléaire dans le mix énergétique. Sur ces sujets qui engagent l’avenir énergétique, les citoyens français et européens méritent des décisions transparentes et soucieuses du bien commun.
Voir la totalité » du communiqué suf
http://www.cyberacteurs.org/blog/?p=1004  

Nous vous proposons d'interpeller à la fois le Président de la Commission Européenne et le Président de la République française pour dire que vous refusez de financer le prochain Fukushima !

Alain Uguen
Association Cyber @cteurs

PS Fukushima : Tepco aurait négligé les infiltrations d'eau avec l'aval du gouvernement
voir la revue de presse du jour
http://www.cyberacteurs.org/quotidien/equotidien.php?id=894  

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Président de la Commission Européenne
Monsieur le Président de la République française

La Commission Européenne veut soutenir l’industrie nucléaire en autorisant les aides d’État pour la construction de nouvelles centrales nucléaires.

Il est scandaleux que le nucléaire puisse ainsi bénéficier du traitement dont le solaire, l’éolien et les autres énergies renouvelables bénéficient sous le prétexte fallacieux qu’il serait « bon pour le climat ».

Je vous demande de refuser, au travers de ce projet, de financer le prochain Fukushima !

Veuillez agréer, Monsieur le Président, Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations citoyennes.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

2 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Conférence environnementale 2013 : rien de nouveau, les décisions urgentes ne sont toujours pas prises !

Un an après la première conférence environnementale, aucune avancée n’a été effectuée et les insuffisances se confirment. Le retard s’accumule et les décisions urgentes restent à prendre.

Fessenheim : énième annonce pour confirmer le flou de la fermeture !
François Hollande a répété que Fessenheim fermerait d’ici fin 2016. Le gouvernement confirme qu’il continue d’ignorer les éléments qui témoignent de la dangerosité de la centrale et justifient son arrêt immédiat.
Par ailleurs, il n’est pas possible de se satisfaire d’annonces concernant Fessenheim. En un an, mise à part la nomination d’un délégué interministériel, rien n’a été fait. Ce n’est pas avec la méthode Coué que la centrale sera fermée, mais bien avec l’adoption de mesures qui, jusqu’ici, font toujours défaut !

Réduction de la part du nucléaire : le calcul ne tient toujours pas !
François Hollande a promis qu’en vertu de la loi sur la transition énergétique – qui ne sera pas votée avant fin 2014, laissant du temps au lobby nucléaire pour effectuer son travail de sape – , le gouvernement reprendrait la main sur la politique énergétique. Traditionnellement, les gouvernements n’ont jamais eu besoin de loi pour ouvrir des centrales, pourquoi en faudrait-il une pour en fermer ?

En l’absence de fermeture de nouveaux réacteurs, on ne voit toujours pas comment la réduction de la part du nucléaire va se concrétiser, avec le seul arrêt de Fessenheim et l’ouverture prévue de Flamanville. En outre, malgré des annonces carillonnantes sur la réduction des consommations d’énergie d’ici 2050 – un objectif bien lointain par ailleurs -, aucune annonce n’a été faite sur la réduction des consommations électriques.

L’ignorance du risque nucléaire perdure
Pendant ce temps, le chantier calamiteux de l’EPR se poursuit, sans que les pouvoirs publics ne se soucient des malfaçons.
Pendant ce temps, les centrales vieillissent – et pas seulement Fessenheim – et accumulent les problèmes techniques graves, une vingtaine de réacteurs ayant dépassé les 30 ans. Et la situation du parc nucléaire français n’inquiète pas que les antinucléaires. Même Pierre-Franck Chevet, président de l’ASN, a récemment rappelé qu’il n’était « pas impossible » qu’une anomalie ou la détection d’une corrosion oblige à fermer soudainement « de 5 à 10 réacteurs ». Il est irresponsable de la part du gouvernement d’ignorer ces mises en garde par ailleurs modestes (du fait de la construction en série du parc, un nombre bien plus élevé de réacteurs pourrait être concerné).

N’attendons pas un accident en France pour réagir ! En dépit de l’inaction du gouvernement, la sortie du nucléaire est plus que jamais nécessaire et urgente.

Réseau Sortir du Nuclé
Le 20/09/2013 à 16:08:17

Discours du président de la République à la conférence environnementale : encore des mots, toujours des mots

Le président de la République a prononcé ce matin le discours d’ouverture de la conférence environnementale. Suite au climat tendu des dernières semaines, FNE attendait d’être rassurée, que François Hollande prouve que la transition écologique annoncée l’année dernière n’était pas une vaine promesse ne visant qu’à apaiser les écologistes de toute nature. Si la parole est belle, elle n’a engagé à rien de nouveau ni de concret. Décevant.

Seule bonne nouvelle : l’objectif de diviser par deux la consommation d’énergie d’ici 2050

Il revient au président de la République de fixer des objectifs ambitieux à son Gouvernement. Nous sommes heureux d’avoir su, avec l’ensemble des ONG, convaincre l’Etat de la justesse de cet objectif pour être l’un des moteurs de la transition énergétique.

Peu de nouvelles décisions

Il nous reste visiblement du chemin à parcourir pour que le président de la République intègre un certain nombre d’enjeux de la transition écologique. Ce discours est une redite de celui de l’année dernière, mais avec un périmètre réduit à la seule transition énergétique.

Pour l’économie circulaire, l’enjeu n’est pas compris. Pas un mot sur la nécessité de développer l’économie de la prolongation de la durée de vie des objets, qui est une vraie opportunité à la fois en termes d’emplois et de préservation des ressources.

Sur l’efficacité énergétique, le président n’annonce toujours rien de concret concernant la rénovation du parc de bâtiments du tertiaire, sauf l’application de la RT 2012 en 2014,qui représente la plus grosse part des économies d’énergie facilement atteignable. C’est pourtant une des clés essentielles de la maitrise de la consommation de l’énergie.

Alors que la France a une lourde responsabilité en tant que puissance maritime de premier plan, aucun engagement n’est pris pour faire de notre un pays un leader dans l’encadrement et la transparence des activités en haute mer.

Encore des mots, toujours des mots…

Pas d’annonces concrètes ce matin pour mettre en œuvre les objectifs déjà fixés précédemment : pas de calendrier pour les 50% de nucléaire en 2025, des décisions qui vont alourdir les amendes européennes pour non respect de la directive sur l’eau (directive nitrates et DCE) sans qu’aucun signal contraire ne soit envoyé…

La création de l’agence de la biodiversité est confirmée, mais rien n’est dit sur les moyens qui lui seront dédiés, ni sur le statut de son personnel.

Concernant le projet de loi de finances pour 2014, qui avait été annoncé l’année dernière comme le virage vers la fiscalité verte, FNE salue la proposition de taxe carbone, mais cette dernière ne va pas assez loin si elle doit être « insensible pour les entreprises et les citoyens », et n’est pas suffisante à elle seule pour instaurer une fiscalité écologique. Et quid du Livre blanc du financement de la transition écologique annoncé l’année dernière ?

Et quelle surprise d’entendre à peine une phrase sur les emplois de la transition écologique, alors que cette table ronde, réclamée par FNE, est au cœur de la préoccupation majeure des Français.

Bruno Genty, président de FNE, conclut : « Espérons que les tables rondes relèveront le niveau des ambitions en posant des actes forts, applicables immédiatement. Nous attendions le passage aux actes, on continue à nous bercer de belles paroles et de promesses. Face à l’urgence l’Etat procrastine, mais plus tard pourrait être trop tard…»

France Nature Environnement
Le 20/09/2013 à 16:07:13

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !