image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : 136 : Pour le retour de la démocratie au Togo

Pour éviter des massacres, la communauté internationale doit intervenir

Bilan de la cyberaction :

1416 participants ont écrit à petition@www.elysee.fr." target="_blank">www.elysee.fr">petition@www.elysee.fr..     ,kannan@un.org.  

Présentation de la cyberaction :

APPEL DU 27 AVRIL 2005
ÉLECTIONS TOGO : REFUSER LA MASCARADE ELECTORALE

APPEL :
Au Président de la République française,

Aux Etats Membres de l'Union européenne,

Au Président de la Commission européenne,

Au Secrétaire exécutif de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO),

Au Président de l'Union Africaine,

Au Secrétaire Général de l'Organisation des Nations-Unies.

Alors que de nombreux observateurs du scrutin présidentiel du 24 avril 2005 ont constaté une mobilisation massive du peuple togolais en faveur du candidat de l'opposition unie, le pouvoir en place, mené par le fils du défunt dictateur Eyadéma, a organisé une vaste opération de manipulation, démontrée par les faits suivants :

l'interdiction pour les média privés de couvrir les 2 dernières semaines de la campagne électorale,

le refus du gouvernement togolais d'intégrer des représentants des partis d'opposition dans les instances locales de révision des listes et de distribution des cartes, opéré au strict profit du candidat du pouvoir,

de nombreuses intimidations et exactions commises par des agents des forces de l'ordre et des milices du parti présidentiel dans les jours précédant le scrutin,

le refus du gouvernement togolais de permettre la présence des représentants de l'opposition dans les bureaux de vote pour participer au contrôle des opérations de vote,

le saccage du centre informatique de contrôle du candidat de l'opposition,

la saisie et la destruction d'urnes par des éléments armés,

des actes de fraude électorale constatés dans de nombreux bureaux de vote de la capitale (votes multiples, falsification de cartes d'électeur et de bulletins),

l'immixtion violente de l'armée tout au long de la journée du 24 avril,

la longue coupure de la quasi-totalité des moyens de télécommunication jusqu‚à la proclamation des résultats le 26 avril et au-delà.

Fort du soutien sans faille de la Présidence de la République française (complice depuis quatre décennies de la dictature Eyadéma), sous l'attitude bienveillante du représentant des Nations-Unies et avec la complaisance de la CEDEAO derrière laquelle s'est retranchée l'Union européenne pour l'observation du scrutin, le Gouvernement togolais a osé annoncer la victoire de son candidat, créant un climat quasi insurrectionnel.

De ce qui précède, les signataires exhortent la communauté internationale à :
refuser de cautionner cette mascarade électorale,

ne pas reconnaître le candidat déclaré "vainqueur",

agir pour permettre l'organisation de nouvelles élections présidentielles, dans un délai raisonnable, contrôlées par l'Union Européenne et par l'Organisation des Nations-Unies, sur la base d'un recensement réactualisé et fiable.


Premiers signataires :

Organisations :

Action des Chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT), ACTUS (Tchad), Agir ensemble pour les droits de l'Homme, Agir Ici, Alternative libertaire, Association internationale de recherche sur les crimes contre l'humanité et les génocides (AIRCRIGE), Association Togolaise des Patriotes- Résistants en Arizona (A.T.P.R.A.), Association Toulouse Lomé Solidarité (Atolls), Biens publics à l'échelle mondiale (BPEM), CASI Bretagne, Centre d'études et d'initiatives de solidarité internationale (CEDETIM),Centre de recherche et d'information sur le Développement (CRIDEV), Cercle de Réflexion et d'Action pour le Togo (CREAT), CIS 35; Woezo Togo, Comité breton Affaire Norbert Zongo (COBANZO), Comité de soutien au Peuple togolais, Comité pour l'annulation de la dette du Tiers-Monde (CADTM)-France et Belgique, Confédération nationale du travail 35, Convention pour une Fédération Africaine (C.F.A.), Coopération Solidarité Développement aux PTT (CDSPTT), CRISLA (Centre Ritimo Lorient), CRISLA, Diaspora togolaise en France, FEAR, Fédération des Congolais de la Diaspora, Fédération internationale des Ligues des droits de l'Homme (FIDH), FLAM (Mauritanie), l'Univers (Cite), Ligue communiste révolutionnaire (LCR), Ligue française des droits de l'Homme et du Citoyen (LDH), Mouvement Burkinabé des Droits de l'Homme et des Peuples (Section de France), Mouvement contre le racisme et pour la solidarité entre les peuples (MRAP), Mouvement de la paix 35, Pacé Coopération Internationale, Partenia 2000, SURVIE, Terre des Hommes France, Les Verts

Personnalités :

Odile BIYIDI (Ecrivain), Jean-Pierre CHRETIEN (Historien), Catherine COQUIO (Professeur de littérature comparée), Bruno JAFFRE (Biographe de Thomas Sankara), Marcel KABANDA (Historien), Koulsy LAMKO (Ecrivain), Mondher SFAR (Président du Collectif de la Communauté Tunisienne en Europe), Comi TOULABOR (Directeur de Recherche

Contact :

SURVIE

210, rue Saint-Martin 75003 PARIS

Tel : 01 44 61 03 25

Fax : 01 44 61 03 20

olivier.survie@wanadoo.fr.  
-----------------------------------------------------
HCR : DES MILLIERS DE TOGOLAIS FUIENT LEUR PAYS APRÈS LE RÉSULTAT DES ÉLECTIONS
New York, Apr 28 2005 3:00PM
Craignant un exode massif, l'agence de l'ONU pour les réfugiés est en train de déployer des équipes sur le terrain au Bénin et au Ghana pour répondre
aux besoins d'urgence des réfugiés Togolais. Inquiets de la détérioration de la situation dans leur pays après le résultat des élections mardi, plus de 3 600 Togolais s'étaient déjà réfugiés au Bénin et 400 au Ghana jeudi à la mi-journée.

Alors que plus de 3 600 Togolais qui fuient l'insécurité dans leurs pays se sont réfugiés au Bénin et que d'autres continuent toujours d'arriver, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés
http://www.unhcr.fr/cgi-bin/texis/vtx/home
  /> (HCR) est en train de déployer des équipes sur le terrain pour répondre aux besoins d'urgence, indique un communiqué publié aujourd'hui à Genève.
http://minilien.com/?ueBDgF9L2m  

Après l'annonce mardi des résultats des élections, des milliers de Togolais, inquiets de la détérioration de la situation politique dans leur pays, ont franchi les frontières vers le Bénin et le Ghana voisins pour se mettre à
l'abri.

Quelque 3 623 réfugiés étaient arrivés au Bénin jeudi à la mi-journée et environ 2 000 d'entre eux avaient franchi la frontière dans la nuit de
mercredi à jeudi, précise le communiqué. Quelque 500 réfugiés ont été transférés au camp Come, situé à 80 km de la capitale Cotonou.

Selon le HCR, quelque 400 autres Togolais se sont réfugiés au Ghana.

Dans un communiqué
http://minilien.com/?VjuSmILzuy  
publié hier à Genève, le HCR appelait les gouvernements d'Afrique de l'Ouest à poursuivre leur collaboration avec les Togolais pour trouver une solution pacifique à la crise politique actuelle.

« Nous sommes très préoccupés par la situation au Togo et espérons que, grâce à l'aide continue des gouvernements de la région, une solution
pacifique à cette crise sera trouvée », avait déclaré David Lambo, directeur du bureau HCR pour l'Afrique. « La dernière chose que nous souhaiterions voir, c'est bien un exode massif de la population civile se sentant obligée de fuir vers l'étranger ».

Mercredi matin, une équipe du HCR composée de 12 personnes avait déjà été déployée dans les régions frontalières pour superviser l'enregistrement des réfugiés ainsi que pour organiser la répartition de l'aide et des réfugiés entre les sites.

Une autre équipe de Caritas, partenaire opérationnel du HCR et de la Croix-Rouge
http://www.caritas.org/
  />
http://www.icrc.org/fre  
a été déployée immédiatement pour venir en aide aux réfugiés - principalement des femmes et des enfants - en leur fournissant un abri et en distribuant de la nourriture et de l'eau.

Texte de la pétition :


Monsieur Le Secrétaire Général,
Monsieur le Président,

Nous, soussigné(e)s, demandons fermement
aux autorités internationales d'agir sans
attendre pour mettre fin aux exactions, réduire
l'insécurité, protéger les civils non
combattants (occidentaux et bien sûr
africains) et empêcher de nouveaux crimes
contre l'Humanité, nous demandons
instamment la mise en place d'une force de
police internationale sur l'ensemble du
territoire togolais. Cette force de police doit
être mandatée clairement pour imposer le
cessez-le-feu.

Nous demandons aux autorités
internationales de refuser de cautionner la
mascarade électorale qui vient d’avoir lieu, ne
pas reconnaître le candidat déclaré
"vainqueur", et d’ agir pour permettre
l‚organisation de nouvelles élections
présidentielles, dans un délai raisonnable,
contrôlées par l’Union Européenne et par
l’Organisation des Nations-Unies, sur la base
d’un recensement réactualisé et fiable.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

Aucun commentaire

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !