actualité écologie

Les 10 jours verts Transacteurs

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

OPÉRATION

Ne laissez pas vos appareils en veille

Journal des Bonnes Nouvelles

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

AG Cyberacteurs

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

victoire pour Gabriel Dufils

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

La Terre vue depuis l’espace

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : INSUFFIS-ANSES des Etudes de toxicité sur les OGM

Mise en ligne du 12/12/2012 au 03/04/2013

L’ANSES doit aller plus loin dans ses recommandations
L’ANSES reconnaît l’insuffisance des études de toxicité sur les OGM...


>>> OGM – Pesticides <<< à diffuser

Manifestation au siège de l’ANSES
(Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail)

vendredi 14 décembre 2012 à 11 heures

27-31 avenue du Général Leclerc
94700 Maisons-Alfort

Bilan de la cyberaction :

5262 participants

En octobre 2012, l’Anses et le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) réfutaient les conclusions de l’étude du Professeur Gilles-Eric Séralini, mais demandaient une nouvelle étude de long terme pour évaluer la toxicité des OGM et lever le doute qui s’était installé dans l’esprit du public. 5 mois plus tard, où en est ce projet d’étude ?

« La commission européenne a clairement décidé de mettre les moyens financier pour réaliser au niveau européen une telle étude », affirme Marc Mortureux, Directeur général de l’Anses. Le HCB et l’Anses aimeraient contribuer au cahier des charges de cette étude pour en définir les objectifs. L’idéal pour les deux agences serait de pouvoir mener 2 études : une sur 90 jours et une sur 2 ans pour voir si les effets constatés à 90 jours sont sentinelles de ce qu’il peut se passer sur une période plus longue. Le protocole devra définir sur quel OGM sera mené l’étude et choisir si l’OGM est couplé ou non à un pesticide. Pour rappel, le maïs NK 603 était couplé au Roundup dans l’étude de Séralini.

Cette phase de définition sera capitale pour concevoir une étude irréfutable. « Mener l’étude sans prendre le temps de discuter de façon très concrète avec l’ensemble des parties scientifiques et parties prenantes risque d’aboutir à ce que l’étude, quels que soient ses résultats soit contestée », analyse Marc Mortureux.

À quand le lancement de cette étude de long terme sur les OGM ?

Pour le moment, dans ce contexte européen, la Commission européenne n’a pas encore précisé si les agences nationales pourraient participer activement à cette élaboration. Si l’Anses et le HCB ne sont pas impliquées et en fonction du protocole et des objectifs retenus, ce sera au gouvernement de dire si oui ou non, il prévoit une étude au niveau national.

Les agences espèrent avoir une réponse « rapidement ». Quoi qu’il en soit, vu la lenteur des processus européens et la complexité des discussions qui vont suivre, il semble peu probable que cette étude soit lancée avant la fin de l’année. Les prévisions se confirment donc : après un tapage médiatique en octobre 2012, les conclusions d’une nouvelle étude de long terme sur la toxicité des OGM ne seront pas connues avant 2016-2017 au plus tôt. Pendant ce temps, les OGM continuent leur progression dans les cultures mondiales.
Matthieu Combe
http://www.natura-sciences.com/agriculture/ogm/ogm-etude-seralini-anses461.html  

Présentation de la cyberaction :

Suite à l’étude menée par le Professeur Gilles-Eric Séralini sur le maïs OGM NK603 et sur le Roundup, l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) a rendu un Avis en octobre 2012 dans lequel il est affirmé : « Pour 55 % des dossiers instruits sur des plantes génétiquement modifiées, l'Agence a estimé que les données fournies par l'industriel n’étaient pas suffisantes pour permettre de conclure sur la sécurité sanitaire liée à la consommation de l'OGM et ces dossiers ont fait l’objet de demandes complémentaires transmises à l’EFSA. »

Suite au refus de Monsanto d’être auditionné par l’ANSES, Dominique Gombert, directeur de l’évaluation des risques à l’ANSES, a déclaré début novembre 2012 : « Monsanto nous a fait parvenir un document d’à peu près cinq pages qui décrit essentiellement les conditions actuelles d’autorisation des plantes OGM et du NK603. Je n’ai pas trouvé d’éléments particuliers quant aux études sur le long terme que la firme aurait pu conduire. »
Déjà en février 2011, l'ANSES avait publié un rapport dans lequel elle admet « certaines insuffisances des tests actuellement demandés au niveau européen dans le cadre de l'évaluation de la toxicité des OGM ». Ce rapport fait état de « marges d'erreur inhérentes à la mise en œuvre des études de toxicité subchronique par administration de la plante via l'aliment, pendant 90 jours chez les rats, telles qu'établies sur le référentiel OCDE n°408 et demandées par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) lors de l'évaluation des OGM avant mise sur le marché ». Selon
les auteurs : « La puissance est insuffisante dans respectivement 50 % et 80 % des tests. »

...et d’un autre côté, elle ne remet pas en cause la commercialisation des OGM

Et pourtant, l’ANSES refuse de tirer la conclusion logique de ces constats : demander l’interdiction des OGM. En octobre 2012, Marc Mortureux, directeur général de l’ANSES, a déclaré : « L'Anses a donc considéré que l'étude Séralini formulait des conclusions non soutenues par les données, autrement dit qu'elle surinterprétait celles-ci ; la réglementation en vigueur sur le maïs NK603 et le Roundup n'est donc pas remise en cause. »

L’ANSES doit lever l'incohérence entre les constats qu'elle fait sur l’insuffisance des études de toxicité sur les OGM et son refus de demander l’interdiction des OGM !

Une des missions de l’ANSES est de « proposer aux autorités compétentes
toute mesure de nature à préserver la santé publique ».

En reconnaissant l’insuffisance des études sur les OGM pour conclure à leur innocuité, l’ANSES doit proposer l’interdiction des OGM !

Le principe de précaution s’impose !

Nous proposons à celles et ceux qui ne pourront se déplacer à cette manifestation de s'associer à l'initiative de plusieurs associations signataires de l'Appel de Poitiers.

Alain Uguen

La lettre qui a été envoyée :


M. le Directeur général


L’ANSES doit lever l'incohérence entre les constats qu'elle fait sur l’insuffisance des études de toxicité sur les OGM et son refus de demander l’interdiction des OGM !

Une des missions de l’ANSES est de « proposer aux autorités compétentes toute mesure de nature à préserver la santé publique ».

En reconnaissant l’insuffisance des études sur les OGM pour conclure à leur innocuité, l’ANSES doit proposer l’interdiction des OGM !

Le principe de précaution s’impose !

Veuillez agréer, Monsieur le Directeur général, l'expression de mes salutations citoyennes.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

8 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Oups ! Alain, j'ai failli ne pas signer. Attention, le jeu de mot dans le titre prête à confusion.

Jacqueline_82
Le 29/01/2013 à 12:19:34

Comme le disait très justement Coluche :
"Et dire qu'il suffirait qu'on ne l'achète pas pour que ça ne se vende pas"

La seule arme efficace du citoyen : le boycott.
Faites comme moi, boycottez systématiquement tous les produits susceptibles de contenir des OGM (c'est à dire 90% des produits alimentaires de grande surface).

Patrice
Le 20/12/2012 à 07:40:10

Norbert
Désolé que tu n'apprécies pas le jeu de mot.

Mais l'humour est aussi une arme dont nous ne saurions nous priver. Ce n'est pas parce qu'on est sérieux qu'on est obligé de se prendre au sérieux ;o)

Cordialement

Alain

Alain Uguen
Le 14/12/2012 à 15:08:48

Halte aux Organisations Génératrices de Misères, c'est fini le bricolage, les peuples savent et n'en veulent pas. Go home MOSANTO et ses amis.

ARAMIS
Le 14/12/2012 à 09:04:49

J'espère que vous corrigerez le titre de cette cyberaction: Aussi longtemps que vous appelerez les insuffisances des études sur la toxicité des OGM "insuffis-anses", je doute de l'efficacité de de cette cyberaction, bien que je la signe ici malgré cette erreur!

Norbert Prier
Le 13/12/2012 à 20:39:56

les décideurs administratifs et les hommes politiques qui cèdent aux pressions de Monsanto et des autres transnationales des OGM s'opposant à de vraies études indépendantes s'engagent dans de graves responsabilités. Souvenons-nous de la Vache folle, du sang contaminé ou de l'amiante ainsi que du Médiator. L'europe ne peut continuer à ignorer l'opinion d'une majorité de citoyens sous peine de désintégration.

Michel Ickx
Le 13/12/2012 à 20:30:01

Pour avoir lu "Le monde selon Monsanto" de Marie-monique ROBIN , journaliste lauréate du prix Albert-Londres ,je peux dire que je suis fixé sur les intentions , de plus en plus actions , sans possibilités de recours , car c'est une puissante multinationale , et je suis convaincu de la suite à donner : une condamnation sans appel car ceux qui s'engagent sont pris dans un engrenage destructeur pour eux et leurs terres !

un anonyme
Le 13/12/2012 à 14:01:25

Il faut au plus tôt que l'on reconnaisse que les lanceurs d'alerte avaient raison d'attirer l'attention du public sur les problèmes sanitaires et environnements posés par les OGM.
Il conviendrait de tenir compte du fait que l'insuffisance des données auraient dû inciter les décideurs à imposer des études plus complètes, transparentes et soumises au principe du contradictoire.
Georges Cingal
Membre du Comité Economique et Social Européen

Georges Cingal
Le 13/12/2012 à 10:38:12

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !