actualité écologie

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Journal des Bonnes Nouvelles

Ne laissez pas vos appareils en veille

Les amis des 150

météo

AG Cyberacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : contre l'usine d'huile de palme de Port la Nouvelle

Mise en ligne du 14/11/2011 au 29/11/2012

La culture du palmier à huile est la principale cause de déforestation en Asie du Sud-Est (Indonésie, Malaisie, Papouasie Nouvelle Guinée). Les conséquences sont dramatiques autant pour les communautés locales qui dépendent de la forêt qu'en termes de pertes pour la biodiversité. Aujourd'hui, le modèle d'immenses monocultures de palmiers à huile est en train de se propager dans de nombreux autres pays d'Amérique du Sud (Colombie) ou d'Afrique (Cameroun, Liberia, Gabon).

Bilan de la cyberaction :

8394 participants

Présentation de la cyberaction :

Lettre ouverte contre une usine d'huile de palme en Languedoc

A l'attention de Mr Eelco Hoekstra, Président du bureau exécutif de Vopak
de Mr Dato' Mohd Bakke Salleh, Président et chef du groupe exécutif Sime Darby
et à Christian Bourquin , Président du Conseil Régional du Languedoc-Roussillon

Messieurs,
 
Nous avons pris connaissance de votre projet de construction d'une usine d'huile de palme à Port-la-Nouvelle dans l'Aude et nous souhaitons vous faire part de notre opposition.
 
La culture du palmier à huile est la principale cause de déforestation en Asie du Sud-Est (Indonésie, Malaisie, Papouasie Nouvelle Guinée). Les conséquences sont dramatiques autant pour les communautés locales qui dépendent de la forêt qu'en termes de pertes pour la biodiversité. Aujourd'hui, le modèle d'immenses monocultures de palmiers à huile est en train de se propager dans de nombreux autres pays d'Amérique du Sud (Colombie) ou d'Afrique (Cameroun, Liberia).
 
Nous avons parfaitement conscience de votre stratégie qui consiste à vouloir « verdir » la culture du palmier à huile en vous appuyant sur la certification Table Ronde pour le Palmier à Huile Durable (RSPO). Cette certification est très insuffisante. Aujourd'hui, ses critères contestés par plusieurs ong en Europe et au Libéria ne permettent pas de garantir que l'huile de palme certifiée ne vienne pas de plantations réalisées à la place de forêts secondaires et ils n'excluent pas l'utilisation de pesticides très dangereux comme le paraquat, interdit en Europe. Le 18 novembre 2010, un groupe de scientifiques a d'ailleurs écrit au gouvernement indonésien pour rappeler la nécessité de stopper la déforestation autant dans les forêts primaires (désignées sous le terme de « forêts à haute valeur pour la conservation » dans la RSPO) que dans les forêts secondaires (ou dégradées) qui peuvent être restaurées.
 
Nous sommes convaincus qu'il n'y aura pas de culture du palmier à huile durable sans une maitrise de la demande mondiale en huile végétale. Pour que chaque être humain puisse répondre à ses besoins fondamentaux, de façon écologiquement soutenable, il est impératif de relocaliser nos consommations. Or, nous consommons trop d'huile de palme en Europe pour notre alimentation (ce qui a d'ailleurs un impact négatif sur notre santé). Pire, le développement des agrocarburants est en train de faire exploser les importations d'huiles végétales, et notamment d'huile de palme. L'utilisation croissante d'huile de colza ou de tournesol comme agrocarburant est en effet compensée par une utilisation accrue, en substitution, d'huile de palme par les industriels de l'agroalimentaire. C'est pour ces raisons que nous sommes opposés à toute nouvelle construction d'usine d'huile de palme, à Port la Nouvelle ou ailleurs.
 
Par ailleurs, nous pensons qu'une agriculture durable est avant tout une agriculture locale. Or la construction d'une immense usine d'huile de palme placerait les agriculteurs locaux dans une situation de concurrence injuste car les coûts sociaux et environnementaux sont incomparables.
 
La Région Languedoc-Roussillon, bien que propriétaire du port de Port La Nouvelle, engagerait 200 millions de fonds publics dans ce projet d'usine. L'objectif officieux est de faire aboutir les négociations avec vos groupes respectifs et de mettre les citoyens devant le fait accompli. Nous exigeons avant toute décision un débat démocratique. Vous n’êtes pas sans savoir que cette usine se retrouverait dans une zone naturelle extrêmement fragile sur le littoral méditerranéen dans des zones de pêche traditionnelle et à la lisière du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise. Les pêcheurs ont déjà à se plaindre de pollutions multiples, il nous paraît scandaleux d’ajouter de nouveaux risques.
Nous avons, en France, une longue tradition de lutte et de résistance et nous sommes déterminés à faire tout notre possible pour nous opposer de façon non-violente à ce projet.

collectif bien nommé NO-PALME
Nouvelles Orientations Pour des Alternatives Locales et Méditerranéennes

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Président

La culture du palmier à huile est la principale cause de déforestation en Asie du Sud-Est (Indonésie, Malaisie, Papouasie Nouvelle Guinée). Les conséquences sont dramatiques autant pour les communautés locales qui dépendent de la forêt qu'en termes de pertes pour la biodiversité. Aujourd'hui, le modèle d'immenses monocultures de palmiers à huile est en train de se propager dans de nombreux autres pays d'Amérique du Sud (Colombie) ou d'Afrique (Cameroun, Liberia, Gabon).

le développement des agrocarburants est en train de faire exploser les importations d'huiles végétales, et notamment d'huile de palme. L'utilisation croissante d'huile de colza ou de tournesol comme agrocarburant est en effet compensée par une utilisation accrue, en substitution, d'huile de palme par les industriels de l'agroalimentaire. De plus l’usine serait située dans une zone fragile du littoral et menacerait de surcroit les activités halieutiques.

C'est pour ces raisons que nous sommes opposés à toute nouvelle construction d'usine d'huile de palme, à Port la Nouvelle ou ailleurs.

Veuillez croire, Monsieur le Président, en notre détermination citoyenne.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

24 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Quel cynisme et quelle violence !

mireille laurent
Le 05/07/2021 à 13:14:30

Les Amis de la Terre France et la Confédération Paysanne ont déposé, aux côtés du collectif citoyen RAMES BTP, EELV et LFI, un recours contre le méga-projet de Port-la-Nouvelle (PLN) et sa privatisation.

L’audience en référé aura lieu à

Montpellier jeudi 8 juillet, à 14 h rue Pitot

Nous vous appelons à venir ce jour-là devant le tribunal administratif, pour dire NON à un projet qui va coûter plus de 350 millions d'argent public, qui détruit un des derniers espaces lagunaires de France, qui veut importer soja et éthanol participant à la déforestation et toujours plus d' engrais qui polluent nos sols et nos rivières, un projet qui vise à importer des céréales d'Amérique du Nord au lieu de relocaliser notre économie régionale.

Ci dessous le communiqué de presse, Conf' / Les amis de la terre publié le 25 mai à l'occasion du dépôt du recours au tribunal :

Cette privatisation prévoit un développement massif du trafic d’engrais azotés de synthèse (de 10kt/an à 700kt par an en 2035) et de céréales en dépit des engagements pour le climat et la souveraineté alimentaire du gouvernement et de la région. Les seuls bénéficiaires de ce projet d’un autre temps seront le consortium privé SEMOP Nou Vela et les multinationales de l’agro-industrie (Yara, Cargill, Cofco), au détriment de l’intérêt général.

Le projet prévoit d’accroître le trafic des engrais azotés de synthèse en dépit des engagements français pour le climat. Tandis que la bataille sur les engrais azotés de synthèse fait rage sur la Loi Climat, et tandis que la France s’est engagée en 2015 à réduire sa consommation d’engrais azotés de 30kg/an/ha sans succès, le projet de méga-port de PLN prévoit d’ouvrir de nouveaux marchés à Yara, premier producteur mondial de ces engrais et de multiplier les transits de 10kt/an actuellement à 700kt/an. Ces engrais sont pourtant une bombe climatique. Il faut l’équivalent en gaz d’1kg de pétrole pour fabriquer 1kg d’azote, et, une fois épandus, ils produisent massivement du protoxyde d’azote, un gaz 300 fois plus réchauffant que le CO2.

Ils représentent aussi une “bombe” au sens propre du terme : le projet prévoit la construction d’un hangar d’un hectare pour “développer l’activité engrais”, hangar qui sera très probablement utilisé pour stocker du nitrate d’ammonium, substance qui a provoqué l’explosion d’AZF il y a 20 ans, ou du port de Beyrouth il y a à peine un an.

Le transit massif de céréales va mettre encore davantage les agriculteurs.rices en concurrence. Le projet prévoit de “monter un hub d’import de céréales, en provenance du continent américain (Canada-USA), pour un projet de 200 à 400Kt/an d’import d’orge ou de blé tendre” vers l’Espagne. Tandis que les agriculteurs français sont de moins en moins compétitifs et perdent des marchés face au blé canadien et américain, ce projet propose de créer un pôle de concurrence qui les mettra encore plus en difficulté.

Ce projet concurrence doublement les agriculteurs français puisqu’une partie du trafic prévoit l’import de céréales pour la France. Ces céréales sont plus compétitives que leurs équivalent français notamment car elles sont obtenues par des pratiques interdites chez nous car trop nocives (par exemple, la dessiccation 1). Les agriculteurs seraient donc livrés à une concurrence déloyale les poussant à être toujours plus compétitifs à armes inégales, au risque qu’ils abandonnent leur métier.

Les quelques éoliennes en mer ne suffiront pas à cacher les véritables impacts climatiques et humains de ce méga-projet. Il est inadmissible que tant d’argent public (350 millions) servent ainsi des intérêts privés au détriment du climat et de la souveraineté alimentaire .

Pour ces raisons, les Amis de la Terre France et la Confédération Paysanne demandent l’arrêt immédiat de la délégation de service public vers la SEMOP Nou Vela ainsi que l’arrêt des travaux sur le port afin de définir un autre projet, compatible avec les engagements régionaux et nationaux pour le climat et pour l’avenir des agriculteurs. Ce recours laisse un an au juge pour déclarer la délégation de service publique illégale.
Notes
1 La dessiccation consiste à appliquer un herbicide (glyphosate) juste avant la récolte pour forcer la plante à concentrer son énergie pour produire les graines alors que le reste de la plante se meurt.

Contacts Suivre la Conf' de l'Aude sur la toile
Lozat Olivier chargé de l'animation et de la communication
06 31 34 84 59

Confédération paysanne de l'Aude
Maison paysanne
1 Av. Salvador Allende
11300 Limoux

Alain UGUEN
Le 02/07/2021 à 08:19:11

il faut absolument bloquer ces multinationales

tao
Le 09/02/2018 à 09:04:46

On peut aussi lire sur le site mongabay.com
que le Brésil sera lui aussi bientôt sur la liste avec des enjeux énergétiques à partir de l'huile de palme pour se substituer au pétrole...

evelyne
Le 02/03/2012 à 12:50:07

On peut ajouter aux bonnes nouvelles le report de signature de SIME DARBY avec la région languedoc Roussillon d'un an pour son usine d‚'huile de palme à Port la Nouvelle

Pascal Pavie
Le 09/02/2012 à 08:58:45

Je n'ai pas eu le temps de regarder le lien proposé par un cyberacteur, mais j'ai vu il y a plusieurs années un reportage sur la production de cette matière grasse, et j'ai été catastrophée, par le manque de respect des exploitants, par rapport à l'écologie, mais aussi envers les populations locales, qui n'ont plus de terres cultivables et qui manquent de tout, même d'huile de palme qui est adaptée à leur mode vie mais qu'ils n'ont plus le droit de produire et qu'ils ne peuvent pas non plus s'acheter parce que c'est trop cher.
Donc depuis tout ce temps, nous ne consommons plus de ces graisses, sauf en produits équitables.
Je pense qu'il est effectivement très important de vérifier les étiquettes, et de passer le mot autour de soi.

J'ajoute qu'à 41 ans j'ai été atteinte d'une artériosclérose, et stentée 2 fois, sans résultat, la maladie revenait, dans un article sur cette affection, j'ai lu que cette graisse non adaptée à certains organismes pouvait être responsable de cette maladie, je note que depuis que j'ai bannie les graisses hydrogénées et les graisses de palme, la maladie est en standbye
et moi, j'ai évité le pontage à 44 ans.
Pour cette expérience aussi n'hésitez pas à en parler autour de vous.

lolo07
Le 17/12/2011 à 12:36:00

Je souhaite rajouter un petit commentaire car je l'ai découvert il y a peu : une partie importante des produits bio contiennent de l'huile végétale bio...malheureusement de l'huile de palme..alors attention lors de nos achats!!cela rejoint les autres commentaires mais il est difficile de ne pas le répéter..bon courage à tous. Résistons!!

Toine
Le 09/12/2011 à 10:03:18

J'ai apprécié les chips marqué en grand devant 100% huile de tournesol!
Seulement derrière, dans la liste des ingrédients, c'est bien marqué: huile de tournesol, 36%
alors? Pub mensongère?

Isabelle
Le 03/12/2011 à 09:08:58

Beaucoup de marques soit disant BIO, Bjorg, Cereal, etc, utilise de l'huile de palme, impossible de trouver des biscuits qui n'en contiennent pas! Alors on ne mange plus de biscuits, tout ce qui contient de l'huile de palme est banni.

Chantal bassignani
Le 26/11/2011 à 21:27:19

Suite au message de H2O Gabon, merci de créer une pétition contre le projet de la société OLAM d'installer une palmerai qui détruirait 250 000 hectares de forêts et de savanes.

Cyril
Le 20/11/2011 à 23:06:19

Méfions-nous des solutions de remplacement très gourmandes en terres agricoles.
Ce sont de nos habitudes alimentaires que viendront les solutions efficaces.

lacsapnitram
Le 18/11/2011 à 12:53:24

Président de l'O.N.G.
H2O GABON
B.P. 1991
PORT-GENTIL (GABON)

A l’attention de Mesdames et Messieurs de cyberacteurs,

Bonjour,

Après avoir lu et signé votre cyberaction N°443, je tenais à vous signaler que nous avons le même problème au Gabon, dans la Province de la Ngounié avec la Société OLAM (Groupe International Indonésien), qui souhaite détruire 250 000 hectares de savanes et de forêts pour planter une gigantesque palmeraie.
Puisque je vois que dans votre avant-propos mon pays n'est pas cité:
- " La culture du palmier à huile est la principale cause de déforestation en Asie du Sud-Est (Indonésie, Malaisie, Papouasie Nouvelle Guinée). Les conséquences sont dramatiques autant pour les communautés locales qui dépendent de la forêt qu'en termes de pertes pour la biodiversité. Aujourd'hui, le modèle d'immenses monocultures de palmiers à huile est en train de se propager dans de nombreux autres pays d'Amérique du Sud (Colombie) ou d'Afrique (Cameroun, Liberia). "

Dans l’attente de votre contact, recevez, Mesdames et Messieurs , mes chaleureuses et amicales salutations.


Henri, Michel AUGUSTE

President de l'O.N.G. H2O GABON
Le 16/11/2011 à 14:31:38

Tout à fait d'accord avec vous tous;
Méfions nous des produits pour la toilette,surtout des savons où l'huile de palme remplace l'huile d'olive chez une grande majorité des fabriquant !( c'est moins cher );

pneuslic
Le 16/11/2011 à 14:17:09

J'ai acheté de la margarine "Bonneterre" en magasin de diététique : elle contient entre autres huiles : palme et palmiste. Je n'en ai pas vu dans ce magasin sans ces huiles.

haendel
Le 16/11/2011 à 13:54:33

Oui, oui Jemar 38 a raison. Visionnez ce magnifique documentaire: "Green". Que des images, pas de commentaires... parce que ce que l'homme est capable de faire en Indonésie, se passe de commentaires!

stef69
Le 15/11/2011 à 20:04:40

boycottez l'huile de palme.
Pour preuve : visionnez le film de Patrick Rouxel. Quand je l'ai vu, j'ai banni l'huile de palme de tous mes achats. Faites de même, par pitié et dites le autour de vous.
 www.greenthefilm.com.  
regardez le, ça se passe de tout commentaire !

jemar38
Le 15/11/2011 à 19:51:43

dégradation de l'environnement et déforestation
sont les pires effets des plantations d'huile de palme. IL n'y a qu'à voir sur place en Indonésie par exemple. Stoppons cette course folle à la destruction pour l'argent.

Moreauj
Le 15/11/2011 à 19:18:16

Tout à fait d'accord avec tous les commentaires précédent. On en trouve partout de cette huile de palme nocive pour la santé. Malheureusement ce n'est pas toujours indiqué dans la composition des produits. Souvent il est indiqué uniquement "huile végétale" par exemple dans la composition des margarines. Banir tous les produits qui n'indique pas clairement "sans huile de palme".

Guillerme
Le 15/11/2011 à 18:04:27

Je suis tout à fait d'accord avec cette cyberaction mais par contre désapprouve le début du commentaire de Jean-Marie LARGEAU-ABAD.
L'huile de palme se retrouve partout et très souvent dans les produits de marque, les produits chers et les produits de type "cuisine/épicerie fine". Je suis attentive à l'huile de palme depuis plusieurs années et observe que je trouve plus de produits "premiers prix" sans huile de palme que de produits de marque sans cette huile. Mes derniers tours dans des magasins dit discount m'ont également permis de voir que la proportion de produits à l'huile de palme n'y est pas plus importante que dans les autres supermarchés. Donc vigilance!

Neveux M
Le 15/11/2011 à 17:46:48

L'huile de palme C pas bon !!! cela participe à la dérorestation et on en retrouve dans toute la chîne alimentaire !!!

mery.arlette
Le 15/11/2011 à 17:26:31

Absolument d'accord avec les précédents commentaires.
Les pressions à chaud ,avec des solvants sont nuisibles à la santé.L'indication est pratiquement invisible sur les étiquettes,c'est absolument inadmissible.

BOBW
Le 15/11/2011 à 10:58:07

J'ai constaté que dans certains magasins à bas-coût, la grande majorité des pâtisseries et biscuits sont fabriqués avec de l'huile de palme. Outre le fait qu'on ne sait pas quel produits toxiques sont utilisés dans les plantations (DDT), il est avéré que l'huile de palme a un effet désastreux sur le cholestérol. Pour notre santé consommons le moins possible de graisses et surtout consommons local.

Jean-Marie LARGEAU-ABAD
Le 15/11/2011 à 10:51:11

Il est indispensable que le consommateur soit informé de la présence d'huile de palme dans les aliments par un étiquetage VISIBLE et non en tous petits caractères...

Kelimp
Le 15/11/2011 à 10:26:13

Il est essentiel et plus qu'urgent de boycotter tous les types de "margarine" qui sont s/ le marché et qui semblent bien toutes utiliser cette huile de palme ( "huiles végétales", etc... ). Et de conseiller, dans le même temps, de cuisiner à l'huile seule ( ! ): huile de tournesol, d'arachide, d'olive, etc...

Bonneau
Le 14/11/2011 à 10:59:10

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !