actualité écologie

victoire pour Gabriel Dufils

Les 10 jours verts Transacteurs

Ne laissez pas vos appareils en veille

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Journal des Bonnes Nouvelles

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

OPÉRATION

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

La Terre vue depuis l’espace

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide

Cette pétition est maintenant terminée

Bilan de la pétition : vallée rive gauche stop !

Mise en ligne du 07/03/2012 au 30/06/2012

fonctionnellement inadaptés, écologiquement nuisibles, financièrement irresponsables, les travaux de l'opération Vallée Rive Gauche du Conseil général des Hauts-de-Seine, consistant à généraliser les deux fois deux voies sur la RD 7, multiplier les feux et minéraliser les berges de Seine, doivent cesser. Cette pétition entend faire prendre conscience aux élus de l'étendue de l'opposition de la population à ce projet.

Bilan de la pétition :

2214 participants

Présentation de la pétition :

Plus d'infos :

L'histoire du combat du collectif du Val de Seine * avant Vallée Rive Gauche 2001-2007


L'enquête publique de 2001 restée sans suite

En 2001, la première enquête publique pour étendre les 4 voies de la route départemenatle 7 sur tout Issy les Moulineaux et Meudon (la ville de Sèvres n'était pas prête) a été conclue par trois réserves subtiles du commissaire-enquêteur : l'une portait sur le partage de la voirie avec des bus, une autre sur la conservation du bâti historique et la dernière sur l'accès aux berge. Après avoir prétendu les lever facilement, le président du Conseil général Charles Pasqua a pris la mesure de l'opposition du collectif et a attendu le renfort de la ville de Sèvres pour remettre le projet en chantier.

Le dialogue avec les politiques avait pourtant débouché dès 2002 sur un compromis: là où il n'y avait pas encore 4 voies, on restait à 2 voies et on créait une troisième voie en sens unique pour la desserte du quartier. L'élargissement, minime, préservait les berges.


Une nouvelle procédure et des premiers travaux

En 2004, le successeur de Charles Pasqua, Nicolas Sarkozy, ajoute au projet d'une RD 7 partout à 4 voies de Sèvres à Paris un espace vert linéaire entre route et Seine. L'opération sera alors copilotée par Patrick Devedjian, chargé des transports, et Odile Fourcade, chargée de l'environnement. Un dialogue formel s'établit avec les associations, très largement invitées. Loin de se disperser, le collectif se renforce. Il prend conseil d'experts en voirie urbaine, Yan Le Gal et Christian Collin : le scenario 2 fois 1,5 voies avec carrefours sans feux prend forme.

De sorte que lorsqu'arrive en novembre 2005 la concertation préalable, une opposition encore plus forte attend Patrick Devedjian. Le maire d'Issy les Moulineaux, André Santini, voit alors l'opportunité. Son projet de PLU densificateur arrive en fin de procédure : il prend langue avec nos experts et désarme l'opposition des associations de protection de l'environnement en inscrivant le voeu d'une RD7 à 2 fois 1,5 voies dans son PLU. La mesure est forte : à Issy les Moulineaux cela veut dire passer de 4 voies à 2. En décembre 2005, le PLU est approuvé sans aucune voix contre ! Le Conseil général est d'autant plus embarrassé qu'il vient d'ouvrir le vaste chantier de la place de La Résistance sur la base des 4 voies. Située au débouché d'un des deux grands ponts du tronçon, la place portait jusqu'à l'été 2005 un toboggan certes horrible mais seulement à 2 fois une voie. C'est du provisoire répète alors le Conseil général contre toute évidence.
Notons au passage que André Santini a observé depuis un parfait mutisme alors même que, quai des Chartreux, les nouveaux riverains victimes des nuisances de la 4 voies du Conseil général s'accroissaient considérablement. Devenu président du conseil de surveillance de la Société du Grand Paris, que dira-t-il ?

Une concertation aussi improvisée que bafouée

La concertation préalable annoncée pour trente jours durera ... 20 mois. La durée est mise à profit pour ouvrir d'autres options que la 4 voies, et pour intégrer à la concertation le choix de la maîtrise d'oeuvre du volet paysager. Des associations sont même appelées à participer à son pilotage. Le Conseil général comptait sur notre usure, mais ses ficelles étaient grosses. Ainsi, pour faire valoir la popularité des 4 voies, le Conseil général avait fait sonder des automobilistes sur la RD1 et la RD7 à l'heure des embouteillages.

La concertation se clot fin juin 2007 quand est choisi, par un comité de pilotage divisé, l'aménageur des berges, ILEX. Son projet extrêmement minéral et destructeur n'est pas du tout apprécié par les associations.

La décision permettant l'enquête publique est prise le 6 juillet 2007 sous la présidence de Patrick Devedjian. Outre l'aménagement paysager d'ILEX ce sera une route à 2 fois 2 voies avec feux.

Et pourtant fin 2006, celui-ci encore vice-président avait solennellement accepté devant les associations l'expérience d'un giratoire sans feux sur une section à 2 foisune voie au carrefour de Vaugirard à Meudon. Son effet sur la fluidité s'est avéré fulgurant dès juin 2007 et s'observe encore tous les jours.

Toutefois les fragilités juridiques de la décision (fragilités exploitées par des membres du collectif dans un recours gagné en décembre 2010) conduiront Patrick Devedjian à relancer une troisième fois la procédure mi-2008. Cette fois-ci le changement n'est que cosmétique : c'est le projet Vallée Rive Gauche.

Vallée Rive Gauche : un projet au forceps pas encore né

La nouvelle concertation préalable se déroule durant tout l'automne 2008. En dépit d'une campagne médiatique impressionnante, la solution des associations 2 fois 1,5 voies avec giratoires sans feux a été quasiment plébiscitée. Il est vrai que dans le même temps elle était validée avec éclat au carrefour de Vaugirard. Le Conseil général a contre attaqué : sondage par téléphone d'habitants ne connaissant ni la RD 7 ni les berges, étude prospective de trafic orientée par des hypothèses passéistes, mensonge sur la sécurité des giratoires sans feux. Le 27 mars 2009 sa majorité vote avec morgue les 4 voies, comme en 2007.
L'enquête publique a suivi début 2010. Comme d'habitude, les conclusions des commissaires enquêteurs (ils étaient trois) sont favorables au projet du maître d'ouvrage. Leurs réticences, visibles tout au long de nos échanges, se sont effacées à l'issue du face à face final avec le Conseil général. Ils ont accepté sans expertise la prétendue incapacité des 2 fois 1,5 voies à écouler le trafic futur. Ils font tout de même une pluie de recommandations pour les berges, et une réserve sur le manque d'efficience des aménagements cyclables. D'apparence mineure, cette réserve remet en cause le dessin des 4 voies et donne encore plus d'excellence aux 2 fois 1,5 voies. Le Conseil général n'en a cure : après quelques vaines réunions avec les cyclistes, il fait approuver le projet par le préfet quasiment en l'état.
Le préfet prend deux arrêtés : le 12 octobre 2010, il autorise l'opération au titre de la police de l'eau (ses nombreux impacts sur la Seine exigent en effet une autorisation). Le 20 décembre 2010, il la déclare d'utilité publique (la DUP est la clé de l'expropriation des propriétaires récalcitrants et de l'alignement des PLU des communes sur la volonté du conseil général). Les annulations de l'un et de l'autre ont été demandées au tribunal adminsitratif de Cergy Pontoise, chaque recours étant le fait d'une petite dizaine d'associations et d'une vingtaine de particuliers. Dépité, le préfet décline toute sollicitation de rencontre avec nous.

Aujourd'hui, en mars 2012, beaucoup de travaux préliminaires ont commencé. La reconstruction du pont du T2 sur la RD 7 à Sèvres est bien avancée. En revanche, les travaux d'élargissement de la voirie et de minéralisation des berges ne sont planifiés qu'à partir de fin 2012, avec toutefois une anticipation : le chantier de rétablissement des feux au carrefour deVaugirard est prévu s'ouvrir dès octobre.

◊Une nouvelle raison
pour refuser Vallée Rive Gauche
Coupure urbaine, saccage d'espace, confiscation de la Seine, bruit, pollution atmosphérique, embouteillages, maltraitance des cyclistes sont évoqués depuis 10 ans par les associations qui s'opposent à la généralisation des 4 voies de Sèvrres à Paris. La crise actuelle ajoute une raison qui devrait être déterminante.

Le projet a été conçu dans les années 2000 et son coût établi en 2006. Il a été inscrit tel quel en 2010 au titre du malheureux plan de relance. Entretemps : crise financière, faillites des banques et renflouage des survivantes par les Etats. Maintenant: surendettement des Etats et pain sec pour les citoyens.

Les pouvoirs publics ne tiendraient aucun compte de la nouvelle conjoncture économique et maintiendraient un projet prévu en temps de croissance et toujours fortement contesté ? Pire : ils décideraient du lancement des travaux sans même attendre que le tribunal se prononce ? Un telle outrecuidancedu Conseil général et des communes serait impardonnable en cette période de crise financière grave.

Réagissons ! Demandons l'interruption du projet d'aménagement de la route et des berges. Il lui faut une autre définition. Empêchons le retour des feux au carrefour de Vaugirard.

Texte de la pétition :


Je, soussigné, demande AU PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL des Hauts-de-Seine d’interrompre les travaux d'aménagement de la route et des berges en rive gauche de Seine (du pont de Sèvres au périphérique parisien). Leur définition date d'un autre âge, leur impact sur l'environnement est négatif et leur légalité est contestée. Les associations de défense de l'environnement ont déposé des recours devant le tribunal administratif. Évalués à 200 millions d'euros en 2006, ces travaux sont financièrement irresponsables.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

8 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Pétition vraiment inutile. Tous les habitués de la RD7 attendent avec impatience la mise à 2x2 voies tout le long de cette voie dont les bouchons sont considérables. Le projet du CG92 allant dans ce sens est donc bon. Par ailleurs, le projet des berges attenant au projet routier est séduisant. Je ne comprends pas l'obstination des associations.A ce rythme là, on ne construira plus rien en France. Enfin... les travaux commencent et c'est tant mieux.

Carlos
Le 01/06/2012 à 08:51:17

Il n'est jamais trop tard ptitM... par ailleurs les associations ne se sont pas opposées à la fondation Pinault et à l'université américaine.

Luc
Le 21/03/2012 à 21:59:13

je vous soutiens totalement mais je crois savoir que des associations ont fait barrage au projet initial où devaient s'implanter sur l'île Seguin, un musée d'arts contemporain (F.Pinault) et un campus d'université américaine, ce qui aurait eu pour mérite de préserver bcp d'espaces verts et une fréquentation de taille humaine. Devant ce barrage le projet a été abandonné. Résultat : on le remplace par des tours de 100m ! Et il est trop tard pour revenir en arrière.

ptitM
Le 21/03/2012 à 09:04:38

Amputer, abimer une trame verte dont nous avons un besoin pas seulement esthétique ou distrayant mais absolument vital est inacceptable. L’exposition « la Ville fertile » en 2011 témoignait de la nécessité absolue de préserver les espaces naturels sans lesquels la ville ne peut plus être un vrai lieu de vie.
Christiane Rault

Christiane Rault
Le 16/03/2012 à 23:38:09

Quand le bon sens gagnera t il? Tant d'argent pour une autoroute urbaine de quelques kilomètres!

Alain
Le 16/03/2012 à 22:49:20

Vraiment trop nulle cette bagarre

Jacquot
Le 12/03/2012 à 13:19:58

Pas parisienne non plus,mais je passe svt par là ,et vais svt marcher dans toute cette région heureusement verte avec les amis viroflaisiens. J'y tiens!

fpm
Le 09/03/2012 à 16:29:18

Je ne suis pas parisienne, mais je vous apporte mon soutien, car il est inadmissible de passer outre l'avis de la population (consultée à cet effet).

Nathalie Leignel
Le 08/03/2012 à 17:44:41

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !