actualité écologie

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

AG Cyberacteurs

SPAM etc...

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

météo

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

Ne laissez pas vos appareils en veille

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Les amis des 150

Journal des Bonnes Nouvelles

22 V'là les acteurs des transitions

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Kinder sur crise de scandales alimentaires

Mise en ligne du 08/04/2022 au 27/08/2022

Oeufs Kinder, pizzas Buitoni et fromages Lactalis contaminés : le système favorise ces scandales alimentaires pourtant évitables, selon foodwatch

Bilan de la cyberaction :

2180 participants

Salmonelles dans des Kinder : Ferrero présente ses excuses et lance une plateforme de réclamations
https://www.leparisien.fr/economie/consommation/salmonelles-dans-des-kinder-ferrero-presente-ses-excuses-et-lance-une-plateforme-de-reclamations-30-04-2022-J56P7IJFW5GYZGMQKB5CAOV6P4.php  

Présentation de la cyberaction :

A quelques jours d’intervalle, trois scandales alimentaires éclaboussent trois géants de l’agroalimentaire. Pour foodwatch, ils sont malheureusement révélateurs d’un système défaillant en matière de protection des consommateurs, qu’il faut urgemment réformer. foodwatch a coutume de dire que la question n’est pas de savoir si un nouveau scandale va éclater mais quand.

Malheureusement, dans ces derniers cas, de nombreuses victimes des bactéries E.coli et salmonelles sont des enfants. Comme trop souvent, le rappel des produits intervient quand il est trop tard et qu’ils ont déjà été consommés. Et les entreprises semblent tomber des nues, n’ont rien vu.

« Ces trois affaires – Buitoni, Kinder et Graindorge – montrent qu’on ne peut pas faire confiance à Nestlé, Ferrero et Lactalis, pourtant leaders sur leur secteur, et que le système d’auto-contrôles confié aux industriels n’est pas suffisamment efficace. Dans les deux premiers cas, ce sont les autorités qui ont dû tirer la sonnette d’alarme. Alors que l’alerte aurait dû partir des fabricants. Comment Nestlé et Ferrero, responsables de s’assurer de la sécurité des aliments qu’ils commercialisent, ont-elles pu laisser sortir de leurs usines depuis des semaines des produits contaminés sans le remarquer ? La question est posée et nous exigeons la transparence sur ce point », commente Ingrid Kragl de foodwatch.

Tandis que foodwatch salue la réactivité des autorités sur l’enquête liée à Buitoni, l’association s’interroge sur le délai de réaction concernant les œufs Kinder : « Le réseau d’alerte européen a informé les Etats membres le 25 mars. Les autorités britanniques ont informé les citoyens dès le 2 avril. La Belgique d’où est partie la contamination Ferrero a procédé au rappel le 4 avril. Les autorités françaises ont envoyé un communiqué mardi 5 avril. Pourquoi ce retard alors qu’on parle d’un problème de santé publique grave ? », poursuit foodwatch.

Ces trois affaires s’avèrent bien plus importantes qu’elles n’en ont l’air : pour Ferrero, sept pays sont concernés par le rappel : la Grande-Bretagne, l’Irlande, la France, l’Allemagne, la Suède, les Pays-Bas, la Belgique. Concernant Buitoni, foodwatch révèle que ces pizzas Fraîch’Up fabriquées en France ont été commercialisées dans 15 pays africains au moins : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Congo (Brazzaville), la Côte d'Ivoire, la République démocratique du Congo, Djibouti, le Gabon, la Guinée, Madagascar, le Mali, Maurice, le Maroc, le Niger, le Sénégal. Par ailleurs, le Qatar, la Slovénie et la Suisse figurent également sur la liste des pays concernés par l’alerte.

foodwatch dénonce un schéma qui se répète et ne permet pas d’éviter les scandales sanitaires :

De la réaction au lieu de la prévention: le retrait-rappel des produits intervient alors qu’il est déjà trop tard, alors ont déjà été achetés et souvent même consommés. Les produits Buitoni rappelés ont été commercialisés ici depuis… juin 2021. Pour les œufs Kinder, la Grande-Bretagne aurait identifié des lots concernés remontant à décembre 2021.

Le problème posé par les autocontrôles: la loi fait peser une obligation d’autocontrôles sur les opérateurs de l’industrie agroalimentaire afin de s’assurer de la conformité des produits commercialisés. Si un exploitant a des raisons de penser qu’une denrée peut être préjudiciable à la santé humaine, il est contraint d’en informer immédiatement les autorités compétentes. Ces autocontrôles ont-ils été réalisés scrupuleusement chez Buitoni et Ferrero ? Ont-ils révélé un risque ? Les entreprises ont-elles fait remonter toutes les informations auprès des autorités ? Quelles actions les autorités ont-elles prises (ou pas) ? Comment se fait-il qu’elles semblent aujourd’hui tomber des nues et n’ont rien remarqué ? La Cour des comptes pointait déjà du doigt en 2013 des anomalies graves liées aux autocontrôles. Elle dénonçait le fait que des non-conformités révélées par des autocontrôles n’étaient pas toujours portées à la connaissance de l’Etat. Elle évoquait des mesures plus contraignantes qui n’ont pas été mises en œuvre.

Des sanctions peu dissuasives: au vu des images choquantes diffusées par MrMondialisation en mai 2021 montrant l’usine Buitoni, on a de fortes raisons de penser que ce scandale était évitable. Ce type d’affaire va rarement jusqu’au tribunal. Les fabricants s’en sortent trop souvent en toute impunité. Par exemple, lors des ratés dans les rappels de lait Lactalis contaminé, la grande distribution s’en est sortie en toute impunité. C’est le nœud du problème : les sanctions devraient être dissuasives et exemplaires, pour que tous les opérateurs prennent leurs responsabilités.

Le manque cruel de moyens à la hauteur de l’enjeu : sur le terrain, les moyens dédiés aux contrôles en France se réduisent comme peau de chagrin, permettant aux opérateurs peu scrupuleux de passer à travers les mailles du filet. En 2022, les rangs de la Répression des fraudes (DGCCRF) comptaient 442 agents de moins que dix ans auparavant. Du côté de la Direction générale de l’alimentation en charge de l’inspection vétérinaire (abattoirs, etc.) et aussi phytosanitaire (pesticides), le nombre des inspections sur la sécurité sanitaire des aliments a diminué de 33% entre 2012 et 2019 (chiffres des rapports annuels de la DGAL). In fine, c’est la responsabilité des autorités publiques de protéger la santé des consommateurs.trices.


https://foodwatchfrance.klantsite.net/l/mailing2/browserview/9dc4b282-ed88-48bc-a8e0-f53932bfb921?  

Nous vous proposons d'interpeller le Ministre de l'agriculture et vos parlementaires en campagne pour leur réélection.

Rappels de produits contaminés : des contrôles insuffisants ?
https://www.estrepublicain.fr/societe/2022/04/06/rappels-de-produits-contamines-des-controles-insuffisants  

Kinder, Buitoni... Comment s'informer sur les produits contaminés et se faire rembourser ?
https://demarchesadministratives.fr/actualites/kinder-buitoni-comment-informer-sur-les-produits-contamines-et-se-faire-rembourser  

Aliments contaminés : les 10 produits les plus à risque dans vos placards
https://www.planet.fr/conso-aliments-contamines-les-10-produits-les-plus-a-risque-dans-vos-placards.2475273.1404.html  

comment se déroule le processus de rappel des produits contaminés ?
https://www.midilibre.fr/2022/04/05/kinder-buitoni-etc-comment-se-deroule-le-processus-de-rappel-des-produits-contamines-10216172.php  

La lettre qui a été envoyée :


Madame, Monsieur,

Je soutiens foodwatch qui dénonce un schéma qui se répète et ne permet pas d’éviter les scandales sanitaires :
*De la réaction au lieu de la prévention avec des retraits 10 mois après.
*Les autocontrôles dont la Cour des comptes pointait déjà en 2013 des anomalies graves:
*Des sanctions peu dissuasives
*Le manque cruel de moyens à la hauteur de l’enjeu
C’est la responsabilité des autorités publiques de protéger la santé de toutes et tous.
Veuillez croire en ma vigilance sur vos décisions.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

22 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


C'est le gros prolême de toutes ces multinationales qui fonctionnent pratiquement sans contrôle.De toute façon elles ont suffisament d' argent pour acheter le moindre contrôle.

louis pastoret
Le 21/05/2022 à 06:37:10

Toujours le profil mais pas de conscience !
Ras le bol de ces scandales. Mais aussi, peut-être serait-il bon d'apprendre aux français (et autres) à manger correctement sans se ruiner. C'est possible !
J'entendais début mai, une dame se plaindre du prix des tomates. Cette dame ne semble pas savoir qu'il faut attendre l'été pour manger des tomates bien mûres et pas chères !
Des cours devraient être donnés...

Marie CLAUX
Le 20/05/2022 à 17:16:34

Scandales Kinder et Buitoni/Nestlé : foodwatch porte plainte avec des familles

foodwatch porte plainte ce jeudi 19 mai contre Nestlé et contre Ferrero aux côtés de familles victimes qui ont vu leurs enfants tomber malades à cause de l’irresponsabilité de ces deux géants de l‘agroalimentaire. Tandis que le procureur de la République de Paris vient d’ouvrir une information judiciaire concernant les pizzas Buitoni (Nestlé) contaminées à la bactérie E.coli et qu’en Belgique le parquet a ouvert une enquête concernant les chocolats Kinder contaminés à la salmonelle (Ferrero), foodwatch apporte sa pierre à l’édifice pour casser le climat d’impunité face à ces multinationales.

INVITATION pour interviews, photos et vidéo avec avocat et foodwatch

Jeudi 19 mai à 15h30 devant le Tribunal de Paris

Porte de Clichy, Paris 17



Dans ses deux plaintes au pénal, l’association experte des questions d’alimentation a listé sept infractions graves :

Mise sur le marché de produits préjudiciables à la santé (article 14 du règlement (CE) 178/2002) et abstention de mise en œuvre des procédures de retrait ou de rappel d’un tel produit ;
Infraction aux dispositions des décrets pris en application de l’article L. 412-1 du code de la consommation et notamment aux règles d’hygiène ;
Tromperie aggravée ;
Mise en danger de la vie d’autrui ;
Atteintes involontaires à l’intégrité de la personne ;
Exposition ou vente de produit alimentaire servant à l’alimentation falsifié ou corrompu et nuisible ;
Exportation vers un pays tiers à l’Union européenne d’une denrée alimentaire préjudiciable à la santé.

foodwatch publie aussi aujourd’hui une lettre ouverte que les citoyens et citoyennes sont invité.e.s à signer pour se mobiliser aux côtés de l’organisation et témoigner leur soutien aux familles face à Ferrero et Nestlé. Cette lettre et les signatures seront ajoutées au dossier de plainte dans les prochaines semaines.



Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

« Lorsqu’on est un géant de l’agroalimentaire comme Nestlé ou Ferrero, on ne peut ignorer la loi et prendre à la légère ses responsabilités concernant la sécurité sanitaire des aliments. Or des produits Kinder et Buitoni ont rendu de nombreux enfants malades ainsi que des adultes. C’est inacceptable. Nestlé et Ferrero doivent rendre des comptes. Notre enquête a démontré que les deux entreprises minimisent les faits et ont manqué à leurs obligations. Avec ces plaintes, nous prenons la défense des consommateurs et consommatrices et exigeons des sanctions exemplaires », explique Karine Jacquemart, directrice de foodwatch France.

Les deux plaintes qui ciblent Nestlé et Ferrero ont été déposées ce jeudi après-midi au pôle santé publique du tribunal judiciaire de Paris par le cabinet TTLA au nom de foodwatch et de plusieurs victimes. L’objectif affiché est clair, commente Me François Lafforgue : « Après le scandale Lactalis, deux nouveaux scandales sanitaires nous amènent à déposer plainte contre des géants de l’agroalimentaire ; nous demandons que toute la lumière soit faite dans ces affaires et que les responsabilités soient dégagées dans les meilleurs délais, afin que les victimes obtiennent des réponses à leurs interrogations légitimes ».

Dans ces nouvelles plaintes figurent notamment le cas d’une petite Louna, 6 ans, hospitalisée en urgence pédiatrique pour intoxication à la salmonelle suite à la consommation de Kinder et dont les enzymes ont révélé qu’ils correspondaient à ceux d’une personne ayant eu un infarctus. Verdict : myocardite.

Pour foodwatch, le manque de réactivité des industriels, les ratés, le manque d’empathie, le cynisme (l’envoi de bons d’achat de 10 euros) et la mauvaise gestion des victimes une fois les scandales exposés sont des facteurs aggravants et ajoutent aux sept infractions graves listées. Ces affaires sont d’autant plus scandaleuses qu’elles étaient évitables. Ferrero a, par exemple, été informée de la possible contamination de ses produits dès le 23 mars par les autorités du Royaume-Uni, comme l’a révélé foodwatch lors de son enquête, mais le rappel de ses produits en France n’a eu lieu que le 5 avril. Y a-t-il eu tentative de dissimulation ? Les autorités belges ont dû prendre la décision le 8 avril de fermer l’usine de production des Kinder « après investigations et suite aux constats de ces dernières heures que les informations fournies par Ferrero sont incomplètes ». Quant à Buitoni, l’hygiène au sein de l’usine de Caudry s’était tellement dégradée depuis le contrôle précédent que le préfet du Nord a dû ordonner sa fermeture, le 1er avril.

Pour foodwatch : « Ces affaires – Buitoni et Kinder - montrent qu’on ne peut pas faire confiance à Nestlé et Ferrero, pourtant leaders sur leur secteur, et que le système d’auto-contrôles confié aux industriels n’est pas suffisamment efficace. Dans les deux cas, ce sont les autorités sanitaires qui ont dû tirer la sonnette d’alarme face à un pic épidémique inquiétant. Alors que l’alerte aurait dû partir des fabricants. Comment Nestlé et Ferrero, responsables de s’assurer de la sécurité des aliments qu’ils commercialisent, ont-elles pu laisser sortir de leurs usines depuis des semaines des produits contaminés sans le remarquer ? La liste des infractions que nous avons relevée est longue ».

Or, la réglementation européenne 178/2002 est claire : « Tout exploitant du secteur alimentaire doit informer immédiatement les autorités compétentes lorsqu'il considère ou a des raisons de penser qu'une denrée alimentaire qu'il a mise sur le marché peut être préjudiciable à la santé humaine ». Et ce « même si ces produits n’ont pas été mis sur le marché », comme la loi Egalim est venue le préciser en 2018.

Depuis plusieurs années, foodwatch dénonce le système défaillant qui favorise ces scandales alimentaires pourtant évitables : de la réaction au lieu de la prévention et des rappels quand il est déjà trop tard, le problème posé par des autocontrôles inefficients, des sanctions trop rares ou peu dissuasives et le manque cruel de moyens publics à la hauteur de l’enjeu.

INVITATION

pour interviews, photos et vidéo avec avocat et foodwatch

Jeudi 19 mai à 15h30 devant le Tribunal de Paris

Porte de Clichy, Paris 17



Sources

Lettre ouverte à signer – Kinder et Buitoni contaminés : signez pour soutenir les plaintes de victimes et foodwatch
Alerte RASFF pour Ferrero/salmonelle – plus de 120 pays concernés : https://webgate.ec.europa.eu/rasff-window/screen/notification/539969  
Alerte RASFF pour Buitoni/Nestlé, E.Coli – 23 pays concernés : https://webgate.ec.europa.eu/rasff-window/screen/notification/538663  
« Œufs Kinder, pizzas Buitoni et fromages Lactalis contaminés : le système favorise ces scandales alimentaires pourtant évitables, selon foodwatch », communiqué de presse, 06/04/2022

Alain UGUEN
Le 19/05/2022 à 09:59:17

Hélas, rien de nouveau.

Roland CHARLOU
Le 11/05/2022 à 18:27:27

Scandales Buitoni et Kinder : 9 cas recensés en Bretagne depuis le début des investigations
https://www.letelegramme.fr/bretagne/scandales-buitoni-et-kinder-9-cas-recenses-en-bretagne-depuis-le-debut-des-investigations-10-05-2022-13021173.php  

Alain UGUEN
Le 11/05/2022 à 08:11:54

Après les salmonelles dans les pizzas et les Kinder, les pistaches de chez Grand Frais présentent trop de pesticides
https://www.lindependant.fr/2022/04/23/rappel-conso-apres-les-salmonelles-dans-les-pizzas-et-les-kinder-les-pistaches-de-chez-grand-frais-presentent-trop-de-pesticides-10254329.php  

La discrétion de Nestlé face au scandale d’enfants malades pour avoir consommé des pizzas contaminées
https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/04/18/la-discretion-de-nestle-face-au-scandale-d-enfants-malades-pour-avoir-consomme-des-pizzas-contaminees_6122579_3244.html  

Alain UGUEN
Le 27/04/2022 à 09:04:31

Grandes multinationales… grands scandales garantis.

Richard Heim
Le 19/04/2022 à 22:28:09

je ressortais dernièrement du grenier sous la poussière de vieilles revues "écolo" des années 80-90 et ce qui m'a fait marrer c'est qu'à l'époque, la table des matières, à un chouia près (biotech et numérique, en gros), reste la même 30 ou 40 ans après.

On aurait tort de se culpabiliser, on est bien peu de choses, mais voir le bordel arriver pendant des décennies et uniquement s'adapter,"... et bien dansez maintenant!"

Alain Luyten
Le 18/04/2022 à 17:18:27

Personnellement je trouve que ces scandales alimentaires se répètent trop souvent.

louis pastoret
Le 18/04/2022 à 16:34:24

Toutes ces marques ne rentreront plus chez moi.

louis pastoret
Le 18/04/2022 à 16:31:37

LACTALIS, FERRERO et NESTLE
Le Cron, la Brute et le Truand
Alors, on s'amuse à éliminer une tranche de la population sans l'aval des ARS ? C'est cette guerre là bas qui vous rend inamical?
Nettoyez vos usines plus souvent avec de vrais M. PROPRE, ne faites pas vos auto-analyses, c'est comme si le patron de la centrale de Fukushima mesurait les taux de radiation sur site.
Chez Untel on sait comment on « salmonellise » les produits car c'est le 2° accident qui se produit. Chez Untel N°2, on a renoncé à faire courir les petits enfants dans les parcs à la recherche d'oeufs en chocolat. Si victimes il y a, dans les CHU on les mélangera aux covidés, ni vu ni connu.
Chez Untel N°3, c'est le mélange olives et parmesan qui a empoisonné les enfants. Craignons les pizzas tueuses qui restent trop longtemps sur les rayons après l'alerte et qui détruisent les futures jeunes pousses qui manifesteront contre les dangereux patrons.
Scandaleux, ces PDG de firmes qui vont partir avec un parachute doré, bénis par des actionnaires aux ordres et lavés de tout soupçon par les gouvernants.
MERCI à FOODWATCH et tous les autres qui alertent.
Aïchat Nussy

colette Nusbaum Vallet
Le 18/04/2022 à 08:46:26

Ferrero, Buitoni, Lactalis : les géants de l'agroalimentaire « se croient tout permis »
https://reporterre.net/Ferrero-Buitoni-Lactalis-les-geants-de-l-agroalimentaire-se-croient-tout-permis  

Alain UGUEN
Le 17/04/2022 à 09:50:19

Sécurité alimentaire: Nestlé et Ferrero face au tsunami médiatique
https://www.lefigaro.fr/sciences/securite-alimentaire-nestle-et-ferrero-face-au-tsunami-mediatique-20220413  

Contamination à la salmonelle : Ferrero a-t-il volontairement tardé à alerter les consommateurs ?
https://www.francetvinfo.fr/sante/alimentation/contamination-a-la-salmonelle-ferrero-a-t-il-volontairement-tarde-a-alerter-les-consommateurs_5080516.html  

Produits Kinder contaminés aux salmonelles : Ferrero aurait-il pu donner l’alerte plus tôt ?
https://www.letelegramme.fr/economie/produits-kinder-contamines-a-la-salmonellose-ferrero-aurait-il-pu-donner-l-alerte-plus-tot-13-04-2022-12985837.php  

Alain UGUEN
Le 14/04/2022 à 06:56:53

On ne fait plus de cntrole ca coute trop cher , il reste plus que l'auto controle !!!!
Donc pas etonnant le resultat !!!!!

Pierre BELLERT
Le 10/04/2022 à 18:14:23

Nous avons le pouvoir d'acheter ou pas et de sanctionner ou d'encourager ainsi les marques.

Choisir de préférence des aliments bio, produits le plus près possible et le moins transformés possible.

Gilles Le Louedec
Le 09/04/2022 à 23:52:41

Arrêtons de supprimer des postes là où ils sont nécessaires à la sécurité et au bien être de toutes et tous !!!
Et de confier ceux-ci au privé à la solde des pires lobbies.

Fabrice Oppenlander
Le 09/04/2022 à 20:00:14

Lactalis, Buitoni, Kinder, bouillons Kub, sésame contaminé... Les scandales se suivent et se ressemblent. Que font les services de la répression des fraudes et les services sanitaires ???

Roland COMTE
Le 08/04/2022 à 22:33:28

Il faut renforcer les services de contrôles sanitaires.
Il faut renforcer les services de l'inspection du travail.
Il faut renforcer les services de contrôle des travailleurs non déclarés.

Michel Decollogne
Le 08/04/2022 à 19:40:33

Impunité pour les industriels, nouveau volet de l'acoquinement entre les gens d'en-haut. L'immoralité est la règle.

Arnaud Schmidt
Le 08/04/2022 à 19:06:36

Quel scandale que nos enfants et nous soyons victimes de bactéries dans la nourriture comme les fromages et les pizzas et dans les friandises. Dans quel monde vivons-nous avec ces producteurs agro-alimentaires de masse qui négligent la santé des consommateurs au profit de leurs actionnaires. Y en marre ! (grand coup de gueule )

ROSER Dominique
Le 08/04/2022 à 18:33:59

Tout ce qui détruit des emplois détruit notre pays ainsi que sa démocratie, car on ne vote ni s'intègre dans du collectif ni on ne fait preuve de solidarité le ventre creux et dans l'angoisse de la fin (faim aussi) du mois

gisele MARTINE
Le 08/04/2022 à 15:10:46

C’est la responsabilité des autorités publiques de protéger la santé des consommateurs.trices!!! MERCI!

BAUER maryvonne
Le 08/04/2022 à 12:06:33

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !