actualité écologie

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

Ne laissez pas vos appareils en veille

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Journal des Bonnes Nouvelles

AG Cyberacteurs

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

22 V'là les acteurs des transitions

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Les amis des 150

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

météo

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Bouquetins du Bargy

Mise en ligne du 18/07/2022 au 26/07/2022

URGENT : la préfecture de la Haute-Savoie met en ligne une nouvelle consultation du public ouverte jusqu’au 25 juillet 2022 inclus sur son projet d’arrêté autorisant sur l’ensemble du massif du Bargy le prélèvement de bouquetins pour viser l’extinction de l’enzootie de brucellose.

Bilan de la cyberaction :

1259 participants

Consultation terminée

Présentation de la cyberaction :

Pourtant, une précédente consultation avait eu lieu en mars 2022 et l’arrêté avait été suspendu par le tribunal administratif, saisi par nos associations. La préfecture s’entête donc à vouloir abattre ces bouquetins, alors qu’une fois de plus, le Conseil National de la Protection de la Nature a rendu un avis défavorable en démontant un à un les arguments de la préfecture.

Vous pouvez également consulter la note de présentation.
https://www.consultationspubliques.aves.asso.fr/2022/07/11/jusquau-25-juillet-2022-consultation-publique-sur-le-projet-darrete-autorisant-le-prelevement-de-bouquetins-sur-lensemble-du-massif-du-bargy/  

AVES France vous invite à vous opposer à ce projet d’arrêté.

Monsieur le Préfet de la Haute-Savoie,

Par cette contribution, je tiens à m’opposer à votre projet d’arrêté autorisant sur l’ensemble du massif du Bargy le prélèvement de bouquetins pour viser l’extinction de l’enzootie de brucellose au sein de la population pour l’année 2022. 

Je suis surpris par votre obstination déraisonnable à vouloir abattre ces bouquetins alors que vos précédents arrêtés ont été suspendus par l’autorité administrative et que le CNPN a émis plusieurs avis défavorables et scientifiquement motivés pour dénoncer vos arrêtés. 

Le projet d’arrêté prévoit l’abattage de 75 bouquetins non marqués sur le massif du Bargy, au risque de détruire des animaux sains.

Le CNPN considère que les arguments qui avaient été donnés dans son précédent avis, défavorable, du 27 janvier 2022, sont toujours d’actualité, voire même renforcés par les nouvelles données acquises dans le massif du Bargy durant ce 1er semestre 2022. En outre, il insiste encore une fois sur la nécessité d’une recherche de solutions alternatives satisfaisantes, ce à quoi invite la décision du juge administratif, recherche qui est restée jusqu’à présent nettement insuffisante alors que diverses pistes sont disponibles et documentées dans les avis de l’ANSES et dans la littérature scientifique.

Dans son avis, le CNPN attire l’attention de la préfecture sur le fait que le scénario appelé S5 (constitution d’un noyau sain en éliminant tous les animaux non marqués du massif) est considéré par les experts comme « comportant une prise de risques importante du fait de la déstructuration probable de la population des bouquetins ». Les individus restants peuvent s’agréger différemment, relançant l’infection par contacts inter-groupes jusqu’alors cloisonnés ou se déplacer dans d’autres secteurs en intra ou inter-massif, ou à l’inverse, le site peut devenir attractif pour les bouquetins des massifs voisins qui viendraient s’y contaminer. L’abattage des bouquetins pourrait donc avoir des effets contraires à ceux recherchés par la préfecture. 

Selon les données actuelles, il resterait environ 4 bouquetins positifs envers la brucellose dans tout le massif. Cela illustre la disproportion qu’il y aurait à vouloir abattre tous les individus non marqués pour ces quelques individus.
L’abattage des bouquetins n’est sollicité que pour protéger les troupeaux domestiques. Or, la mise en place de mesures élémentaires de gestion dans l’espace et dans le temps de la ségrégation domestique / sauvage pourrait-être suffisante pour accompagner la fin de l’action de maîtrise sanitaire sur ce foyer de brucellose.

Nous tenons à rappeler que le bouquetin des Alpes est une espèce protégée en France. À ce titre, l’octroi d’une dérogation à leur protection stricte devrait être conditionné à la recherche de solutions alternatives.

Les membres du CNPN rappellent que nous sommes probablement dans la phase épidémiologique où l’on peut espérer une extinction spontanée du foyer et qu’il serait très dangereux de casser cette dynamique aujourd’hui par des mesures inappropriées.

Ce projet d’arrêté vise à maîtriser l’enzootie de brucellose au sein de la population de bouquetins du massif du Bargy dans l’intérêt de la santé publique, ainsi que pour prévenir les dommages à l’élevage et aux filières agricoles de montagne. Or, le risque de transmission entre l’homme et cette espèce sauvage est très faible, les interactions entre nos deux espèces étant extrêmement rares.
Santé Public France nous apprend que 30 cas de Brucellose sont diagnostiqués chaque année en France chez l’homme, dont 80% des cas ont été contractés en dehors de nos frontières, lors d’un voyage dans un pays enzootique par la consommation de produits laitiers infectés ou par un contact direct avec un animal infectés.

Chez l’homme, les formes graves sont rares et ne peuvent en aucun cas justifier un abattage massif d’animaux sauvages.

La brucellose est présente dans de nombreux pays et affecte la plupart des espèces de mammifères, notamment les ruminants, domestiques et sauvages, ainsi que les suidés (porcs et sangliers) et les lagomorphes (lièvres).

Il n’est pas normal de sacrifier des populations d’animaux sauvages protégés pour prévenir les dommages à l’élevage, quand d’autres solutions sont envisageables comme limiter l’accès des zones à risque aux troupeaux.

La découverte d’un bovin contaminé en 2021 ne peut justifier l’abattage massif de bouquetins, la transmission directe entre les deux espèces n’ayant pas été confirmée. 

Il faut favoriser une conduite des troupeaux placée sous le contrôle d’un berger dans le but d’éviter les interactions directes entre animaux sauvages et domestiques.

Les mesures agri-environnementales et les futurs contrats territoriaux d’exploitation devront être développés en prenant en compte la gestion des populations d’ongulés sauvages, en particulier celles permettant la limitation des risques sanitaires.

L’intérêt des tirs d’individus impossibles à capturer et localisés dans les sites inaccessibles n’est pas démontré.

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Préfet,
Surpris par votre obstination déraisonnable à vouloir abattre ces bouquetins alors que vos précédents arrêtés ont été suspendus par l’autorité administrative et que le CNPN a émis plusieurs avis défavorables et scientifiquement motivés pour dénoncer vos arrêtés, je tiens à m’opposer à votre projet d’arrêté.
Dans l'attente d'un avis négatif de votre part recevez l'assurance de ma vigilance citoyenne sur vos décisions

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

17 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Monsieur le Préfet, vous devez vous rendre à la raison et sans hésitation suspendre cet arrêté qui systématise l'abbatage de quelque animal qu'il soit, au prétexte non fondé de protéger l'élevage ! Quelque soit votre décision vous aurez des comptes à rendre, peut être pas à moi, mais à mes descendants ! Il est temps d'y songer...

Bernard TAULEIGNE
Le 27/07/2022 à 09:28:49

laissez ces animaux chez eux !

mireille laurent
Le 26/07/2022 à 16:42:16

Non à l’abattage systématique des bouquetins.

Philippe Sauty
Le 26/07/2022 à 15:08:56

Il y a d'autres façons de traiter les infections que de massacrer les populations. Comme d'habitude, la gestion des crises sanitaires humaines et animales, par l'Etat ou ses représentants que sont les préfets, est lamentable...

Jean-Philippe PERRIN
Le 25/07/2022 à 21:38:23

La LPO rappelle que la faune sauvage ne se gère pas de la même manière que le bétail et qu'un abattage d'une grande ampleur présente un important risque : celui de la fuite des bouquetins vers d'autres massifs et donc la propagation de la brucellose, jusqu'ici cantonnée au Bargy.
Les associations, dont la LPO, qui ont posé un recours juridique contre ce massacre, préconisent des opérations de captures et des tests sur les animaux, avec relâcher des animaux sains et euthanasie des animaux malades.*
* Source : l'Oiseau Mag n°147
Solution qui serait choisie et appliquée si nous étions gouvernés par des gens sensés, soucieux de la nature et respectueux de la vie.
Oui mais voilà, ce n'est pas l'cas !

Frawald
Le 21/07/2022 à 21:36:31

Monsieur le Préfet de Haute-Savoie,

Je tiens à vous faire savoir que je suis terriblement choquée que vous vous entêtiez à vouloir l'extinction des bouquetins qui font
la beauté de votre région. Vos glaciers disparaissent, vos épicéas sont scolytés, votre neige ne va plus remplir de névés, vos
touristes ne pourront plus photographier marmottes, aussi est il plus judicieux de conserver les bouquetins.
Le projet exige la tuerie et non le "prélèvement" (euphémisme hypocrite) de ces ongulés parce que la brucellose mettrait en danger le bétail.
Le Conseil national de la protection de la Nature s'appuie sur les recherches et analyses des scientifiques pour suspendre le
l'arrêté. A qui voulez vous faire plaisir? A des éleveurs exténués parce que leurs troupeaux sont trop énormes? Parce que
l'UE ne veut pas pas encore les arroser d'ee subventions? Parce que quelques particuliers veulent des trophées dans leur salon? Parce que les chasseurs ont besoin de loisir? Parce que les hélicoptères lestés des cadavres évoquent les meilleurs moments de Mission Impossible...?
Il n'y a aucune discrimination parmi les bouquetins, comment allez vous savoir que tel ou tel a l'air patraque.
Si vous videz le massif, d'autres bouquetins viendront et seront peut être suspects. Donc il faudra à nouveau tuer une charrette de cornus.
Moins de troupeaux domestiques, moins d'anxiété chez les agriculteurs, moins d'accidents de chasse. Le choix de
l'éradication n'est pas le bon. Vous savez que partout on euthanasie à grande échelle dans les élevages de volailles et de visons, ajoutez à cela les incendies qui "prélèvent" toute la faune des forêts.
Rien de mieux qu'un berger aidé d'un chien pour surveiller un petit troupeau domestique tout en lisant des classiques.
Monsieur le Préfet, je me repose sur vous, vous devez sans hésitation suspendre cet arrêté effrayant qui nous rendrait encore plus moroses que nous le sommes,
Aïchat Nussy

colette Nusbaum Vallet
Le 20/07/2022 à 18:43:04

La terre, unique dans tout l'Univers crame et ces tocards ne pensent qu' à terroriser et massacrer ce qui reste de beauté du Monde.

sophie l
Le 20/07/2022 à 16:22:05

Le préfet est à la botte des chasseurs et des agriculteurs

Stéphoto
Le 20/07/2022 à 08:56:49

Il faut faire plaisir aux chasseurs et calmer les agriculteurs qui ont peur pour l’appellation du fromage local et pour les ventes à l'export et surtout ne pas les obliger à faire une effort pour maintenir leurs bêtes loin des bouquetins.
Ce sont pourtant les bovins qui ont contaminés les bouquetins à l'origine et non l'inverse.

Ce massacre est un non sens scientifique tout le monde le sait mais cela permet aux politiques de faire semblant de faire quelque chose à moindre cout.

Quant aux préfets ils obéissent aux ordres du gvt quels qu'ils soient sans le moindre état d'âme.

Marc Solari
Le 20/07/2022 à 07:19:18

je trouve tous ces préfets bien sanguinaires .....

maripachats
Le 19/07/2022 à 20:33:16

mr le préfet s'ennuie alors mr le préfet prendrai quelque plaisir a de bons massacres ......
décidément les préfectures sont pleines de gens de cet acabit

jms
Le 19/07/2022 à 18:07:17

Obstination déraisonnable, tout est dit, ça relève du copinage avec les chasseurs, la honte

Marie-Hélène CAPIN
Le 19/07/2022 à 16:14:29

Des sanguinaires, tout dérangent ces gens, c est dans leur ADN, ce sont eux les nuisibles....

Anne
Le 19/07/2022 à 14:15:33

Il y en a mare de ces préfets qui se débarrassent en acceptant toutes les demandes de ces salopards de chasseurs !
Une formation sur la biodiversité me semble indispensable pour ces gens là!
De plus ces gens ne sont pas élus et , souvent, acquièrent cette fonction par complaisance !

Lionel Bécus
Le 19/07/2022 à 13:37:05

@annie,
> Dire à M. le préfet qu'heureusement, on n’a pas fait de prélèvement humain pour limiter la pandémie de covid!

Ni sur l’épidémie de connerie. Pourtant dans ce cas précis…

C’est une action, vous pouvez modifier les termes avant expédition du message.

Décimer les renards n’a fait qu’accélérer la propagation de la rage.

Bibi
Le 19/07/2022 à 12:20:44

Dire à M. le préfet qu'heureusement, on n'a pas fait de prélèvement humain pour limiter la pandémie de covid!

annie palazzi
Le 19/07/2022 à 10:44:51

Dire à M. le préfet qu'heureusement, on n'a pas fait de prélèvement humain pour limiter la pandémie de covid!

annie palazzi
Le 19/07/2022 à 10:44:01

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !