actualité écologie

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Ne laissez pas vos appareils en veille

AG Cyberacteurs

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Journal des Bonnes Nouvelles

météo

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

22 V'là les acteurs des transitions

Les amis des 150

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Guyane : la pandémie n’arrête pas le lobby minier industriel !

Mise en ligne du 15/04/2020 au 27/05/2022

Malgré les mesures de confinement liées au COVID19, la Préfecture organise la fenêtre de
tir pour propulser un nouveau projet de type « Montagne d'or », d'une ampleur accrue.

Bilan de la cyberaction :

4451 participants

Présentation de la cyberaction :

La préfecture convoque le 15 avril 2020 la Commission départementale des mines à la DEAL Guyane, afin de répondre à la demande de prolongation et d’extension en surface d’une concession minière (soit globalement 15 100 ha de PER) (1), dans le secteur d’Apatou, commune du Maroni.

Dans un article de Guyaweb (2), nous apprenons que la demande émane de la puissante Cie minière Espérance (CME) de l'actionnariat familial Ostorero qui s’est associé pour divers projets (3) à la multinationale étasunienne NEWMONT MINING, N°1 mondial de l’extractivisme minier. Un projet encore plus gigantesque que le feu projet « Montagne d’or ».

La déforestation massive des forêts tropicales à l’échelle planétaire altère gravement la biodiversité et accélère les changements climatiques. Ces atteintes à notre environnement bousculent nombre d’équilibres écologiques et génèrent, entre autre, l’émergence d’espèces vectrices d’épidémies, la pollution atmosphérique qui favorise la dispersion des virus, et la propagation de nouveaux agents infectieux
jusqu’alors confinés dans les derniers sanctuaires forestiers (4).

Le virus Covid19 qui paralyse aujourd’hui l’ensemble de notre société, nous donne à réfléchir sur l'empreinte environnementale de nos activités. Un changement de paradigme s’avère indispensable à notre survie sur Terre.

A ce titre, l’activité minière industrielle, est l’une des exploitations les plus polluantes au monde et participe d’une manière considérable à la destruction de pans entiers de forêts primaires tropicales.
La société civile semble l’avoir compris et certains parlementaires en appellent à un grand plan de relance et de transformation de notre société en faveur du climat, de la biodiversité et de la justice sociale. Plus que jamais, nos 25 propositions de filières économiques pérennes, créatrices d'emplois durables demeurent d’actualité. (5)
Comment interpréter de telles priorités à la Préfecture de Guyane ?
Soumission invétérée des administrations au lobby minier ? Mouvement de panique des dominants ?
Alors que la pétition du collectif « Or de Question » vient de franchir le cap des 500 000 signatures, devenant ainsi la plus importante consultation citoyenne dans l’Histoire du département, il semble que les priorités de la Préfecture soient tournées vers d’autres intérêts (6)

Enfin, rappelons que l'une des compagnies minières du groupe Ostorero doit comparaître bientôt devant le Tribunal correctionnel de Cayenne suite à un procès-verbal dressée pour la plus grande pollution du milieu aquatique en MES jamais constatée en Guyane, soit 4800 fois la norme autorisée (7). La commission ne doit accorder aucune prolongation avant ce jugement déterminant sur la capacité de l'entrepreneur à respecter les normes environnementales.

Le Collectif « Or de Question » réclame donc l’annulation de toute Commission Départementale des Mines tant que la grave crise sanitaire actuelle ne sera pas résolue et tant qu’un grand débat public de « l’après-crise Covid» n'aura pu définir les priorités et choix de développement des peuples de Guyane.

(1) : Guyaweb : « Pas de confinement pour la commission des Mines ». Article d’Hélène Ferrarini du 8 avril 2020.
https://www.guyaweb.com/actualites/pas-de-confinement-pour-la-commission-des-mines/?category_name=actualites  

(2) : En 10 ans, selon nos informations, les concessions du groupe Ostorero du secteur totalisent environ 50 km linéaires de forages, dans le secteur Est d’Apatou.
Or, ces forages profonds sont loin d’être anodins car ils sont susceptibles de mettre en communication nappes phréatiques, sources hydrothermales, gisements de différents métaux lourds et toxiques naturellement associés à l’or (cadmium, thorium, arsenic, plomb, uranium, mercure,…) sans compter les additifs polluants
pour lubrifier le forage, tout cela met potentiellement en péril la qualité de l’aquifère souterrain et de fait l’équilibre écologique et sanitaire des populations
actuelles et futures.
Mais ce n’est pas tout, car si les polluants venant de la surface peuvent être ainsi introduits en profondeur, les matériaux remontés par la foreuse (poussières de roche + boue de forage) vont eux aussi se mêler pour partie aux eaux de l’aquifère de surface.

A l’instar des forages pétroliers off-shore, effectués au large de la Guyane, les boues de forage sont-elles confinées en décharge et les 50 km de forage ont-ils été rebouchés après échantillonnage afin de stopper l’éventuelle pollution souterraine ?
Source : « Argumentaire sur les risques liés aux explorations minières »
Brieuc LE FEVRE - Docteur en Géochimie Isotopique - Diplômé de l'Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand) - Juin 2015
http://alternatives-projetsminiers.org/wp-content/uploads/docs/Argumentaire_risques_phase_exploration_miniere-1.pdf  

(3) Reporterre : « En Guyane, les groupes miniers préparent « la grande braderie » du territoire par Hélène Ferrarini.
[Extrait] : En février 2019 était ainsi publiée une mise en concurrence entre la demande du « permis crique Awa » déposée par la société Nord Gold Guiana SAS et
la demande du « permis Espérance Sud » déposée le 17 décembre 2017 par la société Takari Mining. Derrière un mot aux sonorités on ne peut plus guyanaises —
un takari est la perche servant à l’avant d’une pirogue — se trouve en fait l’une des plus grandes compagnies aurifères au monde : Newmont, comme l’explique la
demande de permis adressée par Takari Mining au ministre chargé des mines le 12 décembre 2017. « La société Takari Mining est détenue à 50 % par la société
CME [Compagnie minière de l’Espérance] et à 50 % par la société Newmont Overseas Exploration Limited, filiale à 100 % de Newmont Mining Corporation. »
Autre société derrière laquelle se cache Newmont : la compagnie Armina ressources minières également dans la course aux permis d’exploration qui se joue
actuellement en Guyane.
https://reporterre.net/En-Guyane-les-groupes-miniers-preparent-la-grande-braderie-du-territoire  
(4) : La déforestation favorise l’émergence de nouvelles maladies.
Par Clémentine Thiberge Publié dans le Monde, le 07 décembre 2016
Ce rapport, conduit par les chercheurs de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) (…) met pour la première fois en évidence les mécanismes qui
entraînent l’apparition de ces infections. « Depuis trente ou quarante ans, on observe des nouvelles maladies infectieuses émergentes, principalement en zones
intertropicales ; on savait déjà que les activités humaines et ces maladies étaient corrélées, mais aujourd’hui on a réussi à comprendre les processus qui aboutissent
à cette corrélation. » explique Jean-François Guégan, coauteur de l’étude et directeur de recherche à l’IRD.
Pour mener leurs recherches, les scientifiques se sont concentrés sur une bactérie de la même famille que celle de la lèpre et de la tuberculose, Mycobacterium
ulcerans, responsable de l’ulcère de Buruli. Cette maladie chronique, qui sévit principalement en Afrique subsaharienne et en Amérique du Sud, se traduit par une
nécrose de la peau accompagnée d’ulcères. Cette bactérie vivant dans les marécages, les chercheurs ont observé pendant trois ans une vingtaine de sites aquatiques
en Guyane française, tous soumis à des pressions anthropiques différentes. En comparant les sites affectés par l’activité humaine et les sites intacts, ils ont cherché à comprendre ce qui intervenait dans l’émergence de la mycobactérie. Ils ont alors identifié, sur les sites où la pression de l’homme a été forte, une modification significative des communautés animales et de la chaîne alimentaire. (…)
La planète recense environ 200 nouvelles maladies infectieuses, transmises par des virus comme Zika, Ebola ou le VIH.
https://www.lemonde.fr/planete/article/2016/12/07/la-deforestation-favorise-l-emergence-de-nouvelles-maladies_5045223_3244.html  
(5) : Les 25 filières d’avenir pour la Guyane par le collectif Or de Question :
https://sites.google.com/site/maiourinature/top25  
(6) : Pétition Non à la Montagne d'or :
https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1084/president-macron-non-a-la-mine-dor-industrielle-en-guyane  
(7) Guyane : la Mine Gold’or au tribunal pour des pollutions dépassant 4800 fois le taux autorisé (France Nature Environnement)
https://www.fne.asso.fr/actualites/guyane%C2%A0-la-mine-gold%E2%80%99or-au-tribunal-pour-des-pollutions-d%C3%A9passant-4800-fois-le-taux  
(8)) : La CDM Guyane a déjà défrayée la chronique. Mediapart : « Montagne d’or: l’Etat fait marche arrière ». Article de Jade Lindgaard du 16 octobre 2019
L’État a finalement renoncé à présenter son avis favorable au prolongement de la concession du méga-projet minier Montagne d’or en Guyane, mercredi 16 octobre. Une expertise juridique supplémentaire est demandée.
https://www.mediapart.fr/journal/france/161019/montagne-d-or-l-etat-fait-marche-arriere  

DERNIERE MINUTE

Nous avons appris d'Or de Question notre partenaire que la DEAL a décidé, hier soir à 20h (heure locale), d'annuler et reporter cette commission des mines à une date ultérieure.
https://www.cyberacteurs.org/pdf/report-commine_25.pdf  

Si cette première victoire vient saluer la mobilisation du Collectif citoyen opposé aux projets industriels d'exploitation minière en Guyane, comme ce report ne change pas la nature du message proposé, nous maintenons la cyberaction pour réclamer l’annulation de toute Commission Départementale des Mines tant que la grave crise sanitaire actuelle ne sera pas résolue et surtout tant qu’un grand débat public de « l’après-crise Covid» n'aura pu définir les priorités de la société française en général et des peuples de Guyane en particulier.

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Préfet
Comme le Collectif « Or de Question » je réclame l’annulation de toute Commission Départementale des Mines tant que la grave crise sanitaire actuelle ne sera pas résolue et surtout tant qu’un grand débat public de « l’après-crise Covid» n'aura pu définir les priorités de la société française en général et des peuples de Guyane en particulier.
Dans cette attente, veuillez agréer mes salutations citoyennes.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

41 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


«Montagne d’or en Guyane» : la justice ouvre une voie de recours pour mettre fin au méga projet minier
https://www.liberation.fr/environnement/montagne-dor-en-guyane-la-justice-ouvre-une-voie-de-recours-pour-mettre-fin-au-mega-projet-minier-20220218_ZANQVFAYCNG5BFXUTNRRZM2LBY/  

FNE salue cette décision «historique». «Il faut savoir que la Charte de l’environnement existe depuis dix-sept ans et c’est la première fois que le Conseil constitutionnel statue sur cet article 1 pour sanctionner une loi qui y est contraire», s’est félicité Olivier Gourbinot, juriste chez France Nature Environnement. Ce dernier précise que cette décision s’applique «à tous les recours pendants, dont ceux qui concernent Montagne d’or».

Alain UGUEN
Le 21/02/2022 à 08:15:11

Ces gens qui veulent à tout prix gagner beaucoup d'argent sur le dos des gens qui n'en ont pas

Hendrik Stal
Le 30/10/2021 à 15:20:36

Stop prédateurs !!

Christian CHAVALARIAS
Le 29/10/2021 à 10:24:11

Montagne d’or : les investisseurs russes réclament 4 milliards € à la France devant un tribunal arbitral.
Il est temps de mettre fin à ces tribunaux d’arbitrage

Le projet aurifère de la Montagne d’Or fait à nouveau parler de lui : l’entreprise Nordgold réclame 4 milliards € à la France en réparation de la décision du gouvernement français de ne pas prolonger la concession minière en question. Ce contentieux est ouvert devant un tribunal arbitral dans le cadre du Traité bilatéral de protection des investissements entre la France et la Russie qui est entré en vigueur en 1991. Les collectif Stop CETA-Mercosur et Or de Question apportent leur plein et entier soutien aux organisations et citoyens mobilisés depuis des années contre ce projet et renouvellent leur appel consistant à débrancher le plus rapidement possible ces mécanismes de protection des investisseurs (ISDS) qui font obstacle au pouvoir de réglementation des États.

Fruit de la mobilisation citoyenne en Guyane et en métropole, la décision du gouvernement français du printemps 2019 consistant à ne pas renouveler la concession minière sur laquelle est envisagé le projet industriel de la Montagne d’Or est désormais l’objet d’un contentieux arbitral enclenché par l’entreprise russe Nordgold et les deux holdings Severgroup et KN Holdings qui la possèdent, et qui sont elles-mêmes détenues par le même actionnaire Alexeï Mordachov. Ils réclament près de 4 milliards d’euros en réparation à l’annulation d’un projet dont elle espérait qu’il rapporterait au moins 3 milliards d’euros à terme, mais dont la première brique n’a jamais été posée.

Comme le montre une analyse détaillée produite par l’Aitec et le T-lab, ce cas illustre d’abord les errements et manquements des gouvernements français successifs, et particulièrement d’Emmanuel Macron, qui ont trop longtemps soutenu et encouragé ce projet d’exploitation aurifère en Guyane. Ce soutien inconditionnel affiché au moins jusqu’à l’automne 2018, offre un argument de taille aux investisseurs russes devant le tribunal arbitral : le gouvernement risque d’avoir le plus grand mal à expliquer comment Emmanuel Macron a pu présenter ce projet comme le porte drapeau du renouveau de la Mine en France - encourageant ainsi la poursuite des recherches et des travaux préparatoires-, puis considérer à partir de 2019 qu’il ne devait plus voir le jour.

Dès lors que les investisseurs l’ont demandé, cet arbitrage est inévitable. Il est d’autant plus regrettable qu’il s’appuie sur un traité de protection des investissements particulièrement favorable aux investisseurs : il ne comporte aucune disposition limitant leur accès à ce mécanisme, par exemple l’obligation d’attendre l’épuisement de tous les recours devant les tribunaux nationaux - ce qui est le cas de la Montagne d’Or puisque le Conseil d’État doit encore statuer sur une procédure en cours. Et il n’offre aucune exception particulière qui préserverait l’espace de réglementation nécessaire à la France et la Russie pour la protection de la santé publique, de l’environnement ou du climat.

Sauf à ce que le panel estime que le contentieux est irrecevable, ou requiert d’attendre la décision du Conseil d’État avant d’engager la procédure, compte-tenu des éléments disponibles, la France joue gros : Paris ne pourra éviter le litige et le risque de dédommagements énormes qu’en négociant un arrangement financier. L’opinion publique en sera-t-elle informée ? Rien n’est moins sûr : en 2008, après l’abandon par Nicolas Sarkozy du projet minier de la compagnie canadienne Iamgold à Kaw, la Guyane avait déjà connu un chantage similaire. Ce cas qui avait été soldé par un arrangement politique et financier dont les citoyens n’ont jamais connu les détails.

Les errements d’un gouvernement désireux de relancer la filière aurifère quel qu’en soit le coût écologique pourraient conduire au gaspillage de centaines de millions d’euros en réparation de l’annulation d’un projet qui aurait dû être stoppé bien plus tôt. L’arbitrage Investisseur-État est particulièrement prisé dans l’industrie extractive, et a déjà donné lieu à des milliards de dommages accordés à des entreprises qui n’avaient même pas commencé à forer, au Pakistan ou en Colombie par exemple. Or compte-tenu de l’urgence climatique, des enjeux de protection de biodiversité, des besoins de services publics étendus, qui exigent tous bien souvent de remettre en cause les droits acquis des industriels privés (éliminer les énergies fossiles, restreindre les activités industrielles, socialiser des activités de services etc), ce genre de contentieux ne peut que se multiplier. Compte-tenu de l’appétit des entreprises minières en Guyane et dans les pays voisins, ce sont la survie de l’Amazonie et la préservation de la planète qui sont en jeu.

C’est d’ailleurs la tendance observée à l’échelle planétaire depuis une quinzaine d’années : du Chili aux Pays-Bas, de la Roumanie à la Slovénie, il y a de plus en plus d’États poursuivis par des multinationales suite à des mesures touchant aux ressources, au climat ou aux services publics. Le contentieux enclenché par Nordgold est le premier de cette nature à concerner la France : la réforme du code minier, extrêmement tardive et pas pleinement satisfaisante, n’aura pas permis d’empêcher un tel recours. Ce contentieux doit conduire le gouvernement français au sursaut : il est urgent de débrancher, le plus rapidement possible en raison des clauses de survie qu’ils contiennent, ces mécanismes de protection des investisseurs (ISDS) qui font obstacle au pouvoir de réglementation des États. A commencer par le Traité sur la charte de l’énergie et le CETA.
https://www.collectifstoptafta.org/stop-a-l-impunite/isds-et-traite-onu/article/montagne-d-or-les-investisseurs-russes-reclament-4-milliards-eur-a-la-france?var_mode=calcul  

Alain UGUEN
Le 26/10/2021 à 14:32:10

Mine d’or géante : le gouvernement laisse la porte ouverte au projet

Enterré, le projet Montagne d’or ? Pas vraiment, selon un courrier de l’Élysée que Reporterre révèle aujourd’hui. Malgré les promesses gouvernementales, une version remaniée de ce très polluant projet de mine d’or en Guyane pourrait ainsi voir le jour.
https://reporterre.net/Mine-d-or-geante-le-gouvernement-laisse-la-porte-ouverte-au-projet  

Alain UGUEN
Le 07/10/2021 à 08:14:23

La justice permet l’exploitation minière de la Montagne d’or

La justice administrative a donné raison en appel à la compagnie minière qui souhaite exploiter la Montagne d’or en Guyane. Le juge a appliqué un Code minier archaïque, face à un État français qui n’a guère fait de zèle pour défendre sa position.
https://reporterre.net/La-justice-permet-l-exploitation-miniere-de-la-Montagne-d-or  

Alain UGUEN
Le 22/07/2021 à 08:32:36

Décidément rien n'est jamais acquis et les pressions minières les plus désastreuses restent toujours de mise Réussirons nous à empêcher ce nouveau projet ??

Anita VILLERS
Le 12/04/2021 à 20:34:25

Loi climat: l'extraction aurifère en Guyane, enjeu d'une réforme du code minier
https://www.linfodurable.fr/loi-climat-lextraction-aurifere-en-guyane-enjeu-dune-reforme-du-code-minier-25049  

Alain UGUEN
Le 12/04/2021 à 09:24:34

Agir contre l’extraction de l’or en Guyane : Pollution historique sur une mine d’or : la société GOLD’OR condamnée
https://www.blada.com/boite-aux-lettres/infos-citoyennes/16435-Pollution_historique_sur_une_mine_dor_la_societe_GOLDOR_condamnee.htm  

Alain UGUEN
Le 19/12/2020 à 08:09:34

Protégeons la forêt guyanaise, sa faune et ses habitants . Protégeons la planète !

ELISABETH FURTADO
Le 02/07/2020 à 20:42:07

Le collectif Or de question se réjouit de l’adoption d’un moratoire sur l’exploitation industrielle minière en Guyane.
Alors que les membres de la Convention citoyenne pour le climat viennent de voter à 94,4% en faveur de l’adoption d’un moratoire sur l’exploitation industrielle minière en Guyane, le collectif Or de question se réjouit de cette décision qui représente un formidable soutien à notre lutte contre les mines d’or industrielles en Guyane.
La proposition “Protection des écosystèmes et de la biodiversité”, est le reflet d’un long combat pour alerter sur les impacts de l’activité minière aurifère sur la biodiversité et le climat. Le collectif Or de question tient à rappeler que la mine d’or industrielle est un secteur absolument incompatible avec les engagements climatiques de la France et les limites planétaires. [...]
Cordialement,
Le secrétariat Or de Question
https://www.cyberacteurs.org/pdf/cp-ccc-moratoire-e_71.pdf  

Alain UGUEN
Le 30/06/2020 à 09:19:22

Priorité au respect de notre patrimoine mondial qu'est la forêt amazonienne… Nous en sommes gardiens pour les générations futures.

françoise brunet
Le 09/06/2020 à 17:18:29

En Guyane, les opposants à la mine d’or repartent au combat contre le projet Espérance
https://www.lefigaro.fr/conjoncture/en-guyane-les-opposants-a-la-mine-d-or-repartent-au-combat-contre-le-projet-esperance-20200520  

La Guyane ébranlée par un nouveau projet de mégamine à ciel ouvert
https://reporterre.net/La-Guyane-ebranlee-par-un-nouveau-projet-de-megamine-a-ciel-ouvert  

Alain UGUEN
Le 05/06/2020 à 15:01:50

"La déforestation massive altère gravement la biodiversité, accélère les changements climatiques" et favorise "l'émergence d'espèces vectrices d'épidémies", a dénoncé dans un communiqué le collectif Or de question, rassemblant 21 ONG opposées à l'extraction minière.

Entendez nos voix monsieur Macron, il est temps d'agir différemment et dans le respect de la vie ! vous n'avez pas d'enfants mais êtes responsable néanmoins de vos actes et de leurs conséquences graves sur l'avenir de la planète !

Dominique Morin
Le 03/06/2020 à 15:45:58

Non au génocide des Amérindiens !

Robert DADOY
Le 12/05/2020 à 11:55:48

pas de projet type " Montagne d ' Or "

chantal carminati joseph
Le 11/05/2020 à 16:15:27

Il ne reste plus beaucoup de solutions pour se défendre...
Lorsqu'on descend dans la rue contre Macron, c'est contre tout ce qu'il représente qu'on se bat. Pratiquement toutes les pétitions du site disparaîtraient si on faisait disparaître Macron et tous ses clones dans le monde.

Christian Perez-Gil
Le 11/05/2020 à 15:20:43

on les chasse par la porte, les voilà qui entrent par la fenêtre !
Pire que des morpions.

Maryse moussaron
Le 11/05/2020 à 12:34:03

Ce mythe vieux de plusieurs milliers d'années qui nous revient sans cesse dans la gueule:c'est désespérant !!A part assouvir la soif de fric de quelques individus,à quoi ça sert l'or ??.
les habitants de St Laurent feraient bien de se remuer,cette fois-ci c'est à leur porte!!!

jacques lacombe
Le 11/05/2020 à 10:39:39

A bas les lobbys, ils gangrènent la planète et tous le vivant.

Renée NONDEDEU
Le 11/05/2020 à 10:22:48

Agir contre l’extraction de l’or en Guyane : « Espérance », un projet « Montagne d’or » bis obtient un vote favorable en Guyane
https://la1ere.francetvinfo.fr/esperance-un-projet-montagne-d-or-bis-obtient-un-vote-favorable-en-guyane-828144.html  

Après l’annulation de la « Montagne d’or », un nouveau projet minier géant apparaît en Guyane
https://www.novethic.fr/actualite/environnement/ressources-naturelles/isr-rse/apres-l-annulation-de-la-montagne-d-or-un-nouveau-projet-minier-geant-apparait-en-guyane-148509.html  

Alain UGUEN
Le 10/05/2020 à 10:48:37

M Macron n'avait-il pas annoncé que les chantiers en guyane seraient arrêté. Arrêté tout de suite mais pas quand ils seraient finis achvés parceque à ce moment là nous serons tous morts donc nous n'en aurions plus l'utilité.Si sauf pour les super riches mais ils vont bouder parceque ce n'est pas drôlke de jouer tout seul

Monique Deslandres
Le 17/04/2020 à 15:51:30

Les préfets étant les esclaves de Macron, avant qu'ils ne protègent animaux et environnement il faudra d'abord dégager Macron

annev
Le 16/04/2020 à 12:01:35

Bonjour à l'équipe Cyberacteurs
merci pour votre pétition.
https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/guyane-lapandynmienarryotepaslelobb-3721.html  

Mardi soir, à 20 h heure de Guyane la Commission des Mines en cause a été annulée par la Prefecture de Cayenne.
voici un court article de Guyaweb :
+++++++++++++
La commission départementale des mines prévue ce mercredi 15 avril a été annulée hier soir par les représentants de l’Etat. La préfecture explique à Guyaweb que « la commission des mines a été annulée faute de réunion du quorum », qui aurait placé cette assemblée composée de représentants de l’Etat, des collectivités locales, du secteur minier et économique, des associations environnementales et des peuples autochtones et bushinengé dans l’impossibilité de se prononcer.

Elle devait examiner la demande de prolongation et l’extension de surface d’une concession détenue par la Compagnie minière Espérance (CME) sur le site d’Espérance dans l’Ouest guyanais sur les communes d’Apatou et de Saint-Laurent du Maroni. « La dimension industrielle du gisement d’or primaire d’Espérance » a poussé la CME à s’associer avec Newmont qui compte parmi les plus importantes compagnies minières au monde (voir Guyaweb du 8/04/2020).

Vendredi dernier, le 10 avril, la préfecture justifiait la tenue de cette commission des mines malgré la crise sanitaire en expliquant que « la commission départementale des mines de Guyane (CDM) se réunit tous les mois. Un dossier dont l’instruction administrative est arrivée à son terme est inscrit à l’examen de la CDM suivante. »

Hier le collectif Or de question qui a fédéré l’opposition au projet de mine d’or industrielle de la Montagne d’or demandait par communiqué « l’annulation de toute commission départementale des mines tant que la grave crise sanitaire actuelle ne sera pas résolue et tant qu’un grand débat public de « l’après-crise Covid » n’aura pu définir les priorités et choix de développement des peuples de Guyane ».
+++++++++
https://www.guyaweb.com/actualites/coronavirus/la-commission-des-mines-annulee/?category_name=actualites%2Fcoronavirus  

L'absurde commission des Mines de Guyane annulée
pour motif de « quorum » prétend la préfecture, mais c’est oublier l’effet de notre communiqué de presse…
https://blogs.mediapart.fr/or-de-question-guyane/blog/140420/guyane-la-pandemie-n-arrete-pas-le-lobby-minier-industriel  

et votre pétition
C'est une véritable victoire du "bon sens" de citoyens responsables, face à l'inacceptable pression du lobby minier et d'une poignée de bureaucrates, prêts à livrer l'Amazonie Française à l'industrie aurifère.

Bien a vous
Maiouri Nature Guyane

Alain UGUEN
Le 16/04/2020 à 09:38:39

L'or est un métal dont il est facile de se passer. Rien ne peut justifier que l'on nuise à l'environnement pour l'extraire.

Daniel DANIEL
Le 15/04/2020 à 22:10:44

Monseignor Don Salustre del Prefecto,
Il est l'hor d'abandonner ce projet de Montagne d'or !!!

Frawald
Le 15/04/2020 à 19:06:18

Merci pour cette info qui va nous permettre de la diffuser et mobiliser solidairement les défenseur.e.s de l'environnement en soutien aux habitants autochtones et non de Guyane.

Lise Bouzidi Vega
Le 15/04/2020 à 19:01:01

Ces actions profitant de la période de confinement sont dans la droite ligne de l'évacuation de la zad de Bretignolles! Merci à Alain et Cyberacteurs pour sa veille des plus utiles en ce moment.

Eric Lesaunier
Le 15/04/2020 à 17:05:57

La pandémie du Covid19 nécessite des masques pour se protéger; la prochaine fois ce sera peut-être des béquilles ou des bouchons d'oreille...
Ne courrons pas après les protections contre les maladies, évitons les en ne sortant plus de notre écosystème.
RESTONS CHEZ NOUS!

Claire Lefebvre
Le 15/04/2020 à 15:18:46

Du CORONAVIRUS...à la DEMOGRAPHIE... par Roger LUCE
https://www.cyberacteurs.org/pdf/du-corona-yy-la-de_44.pdf  

Alain UGUEN
Le 15/04/2020 à 14:48:37

Pourquoi ne pas adresser aussi cette cyberaction à l'Elysée et à la Ministre de l'Environnement ? Après tout un préfet est le représentant de l'Etat, informons aussi son patron !

DANIEL ROLLAND
Le 15/04/2020 à 13:33:03

tous des enfoirés
de notre cote,le macron en a profité pour faire un décret sur la 5 G désormais il n'y a plus lieu de prévenir les mairies ni d'avoir aucun accord pour implanter une antenne. IL FAUT TOUTES LES FAIRE PETER

denis duron
Le 15/04/2020 à 13:11:22

D'autant qu'à la sortie de cette crise sanitaire, la politique environnementale pourrait bien aussi être révisée.

Christine CORNIER
Le 15/04/2020 à 12:17:00

Les addictions de certains à une économie folle seront difficiles à combattre!!!
C'est à nous, globalement de faire en sorte que nous ne repartions pas sur les mêmes critères.
Il nous faudra entre'autre limiter notre frénésie consuméristes, pour les plus démunis: leur procurer le minimum vital "décent" et pour le superflu, qui est devenu pour les mieux lotis une priorité, faire le ménage....

cactus
Le 15/04/2020 à 11:52:30

J'ajoute au texte :

Il vous est peut-être inconnu que le fait de modifier l'environnement et notamment les espaces tel que les forêts tropicales à des fins d'exploitation est une cause majeure de l'apparition de nouveaux agents pathogènes tel que Ebola ou le SRAS-Cov2.

Par ailleurs, les mesures de confinement portent atteintes aux capacités démocratiques en empêchant les réunions d'information, le débat public, ... Toute décision politique doit donc faire l'objet d'une retenue maximale en dehors de la gestion de la crise sanitaire et des mesures qu'elle impose.

fLiP
Le 15/04/2020 à 11:24:41



aucune excuse, aucune tolérance vis à vis d'acteurs administratifs qui s'accrochent à leurs fonctions pathogènes et nocives à l'humain et son environnement!

comment en es-t-on arrivé à ce que les institutions desservent les citoyens??

il devient évident qu'avec un tel dysfonctionnement, beaucoup de travail avant de construire une autre voie nous attend

mondo
Le 15/04/2020 à 11:21:41

La vie ne peut être bradée ni vendue!
Que la montagne se rebelle et nous avec!

Elisabeth Burg
Le 15/04/2020 à 11:02:56

on ne peut concevoir et donc accepter une aussi gigantesque forfaiture contre l'équilibre de notre Nature... ce qui de plus est déjà refusé par ailleurs
dans cette même Guyane.

jacques dyon
Le 15/04/2020 à 10:37:17

On croyait le projet tué dans l'oeuf. Et quoi? Les voilà les ceusses qui relancent le projet: exploitants du site, les maires, les pseudo protecteurs de l'emploi, les fake promoteurs de projets verts et le/la boss de la boîte qui emploie des esclaves pour ruiner la montagne,chasser les animaux, empoisonner humains et tout ce qui bouge et qui n'aime pas avoir pour air des effluves de cyanure.
Il faut vite que le gouvernement légifère, un 49.3 pour fermer cette mine.
Je soutiens tous les antis et je souhaite que la montagne se rebelle.
Aïchat Nussy

c nusbaum
Le 15/04/2020 à 09:47:22

les prédateurs ca n arrete jamais

beatrice coudry
Le 15/04/2020 à 09:14:24

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !