actualité écologie

Journal des Bonnes Nouvelles

SPAM etc...

22 V'là les acteurs des transitions

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Les amis des 150

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Ne laissez pas vos appareils en veille

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

AG Cyberacteurs

météo

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Le Haut Ségala mérite mieux que Sandaya !

Mise en ligne du 04/03/2022 au 07/03/2022

Le 6 mars sera organisée une consultation des électeurs du Haut Ségala (et de Sousceyrac) pour qu’ils donnent leur avis sur un projet de site hôtelier de plein air 5 étoiles sur la rive droite du Lac du Tolerme. Le projet est proposé et porté par Sandaya, un grand Groupe « d’hôtellerie de plein air » en pleine croissance, qui voit dans le Tolerme une belle opportunité pour développer ses activités.

Bilan de la cyberaction :

577 participants

Consultation terminée

Présentation de la cyberaction :

Sur les rives d'un petit lac si tranquille, dans un écrin naturel exceptionnel et jusque là préservé du Lot (Lac du Tolerme 38 h), de fréquentation libre et familiale, nous tombe dessus un Projet de " Camping Sandaya 5 étoiles",

Ce projet comprend 400 emplacements dont 250 chalets, genre Business Model d'avenir à développer d'Eco Hébergements de Plein Air, sur 15 hectares, en grande partie des terrains privés, aujourd'hui agricoles, mais surtout en incitant les Elus locaux à accepter de leur céder ( avec des promesses de "Gestion Responsable", de redynamisation économique locale, d'emplois.de "préférence locale"... etc ) des Espaces publics pour la construction d'un Parc Aquatique attenant ( rebaptisé "espace aqua-ludique" avec piscine couverte prétendument utilisable à l'année par les enfants des Ecoles pour "apprendre à nager "....) et surtout, quasi tous les espaces publics aménagés environnants (parkings, barbecues ... Jeux pour enfants )!

Tant pis pour les usagers, contribuables de longue date à la construction; l'aménagement et l'entretien de ce site, qui n'auront plus accès aussi facilement ni librement à la Plage, si les parkings sont privatisés, ni aux espaces publics aménagés . Et tant pis pour un environnement qui ne peut qu'être "dénaturé" par une fréquentation prévue de + 1000 personnes/nuitées en été.

=> Nous nous y opposons absolument.
Collectif TOLERME NATURE
https://tolerme-nature.over-blog.com/  

voir le flyer officiel
https://tolerme-nature.over-blog.com/2022/02/consultation-le-flyer-officiel.html  

Le Haut Ségala mérite mieux que Sandaya !

Le 6 mars sera organisée une consultation des électeurs du Haut Ségala (et de Sousceyrac) pour qu’ils donnent leur avis sur un projet de site hôtelier de plein air 5 étoiles sur la rive droite du Lac du Tolerme. Le projet est proposé et porté par Sandaya, un grand Groupe « d’hôtellerie de plein air » en pleine croissance, qui voit dans le Tolerme une belle opportunité pour développer ses activités.

L’initiative du Grand Figeac d’organiser cette consultation citoyenne permet de remettre à l’agenda la question de la valorisation du site du Tolerme pour dynamiser l’économie locale. Tout le monde s’accorde sur le potentiel touristique du Haut Ségala, ses atouts patrimoniaux, culturels, naturels, humains. Sur la nécessité de créer des emplois pour maintenir les jeunes et les écoles. La question, la seule vraie question, c’est quel projet de développement touristique souhaitons-nous ?
Regardons de plus près le projet proposé par Sandaya. Imaginons à quoi cela ressemblera.

Le projet proposé comprend 200 bungalows et 130 emplacements de camping sur 16,8 ha de terrains privés, avec une capacité d’accueil de 1200 touristes en haute saison. Il s’agit donc d’un site de taille très conséquente, accueillant l’équivalent de plus de 50% de la population du Haut Ségala concentrée sur la rive du Lac, trois fois la population de Latronquière.

Le projet prévoit des installations sur 3 ha d’espace public : 1 zone d’accueil (à l’emplacement actuel du club d’aviron), les 2 entrées du site et du Camping sur les parkings publics, 1 restaurant (agrandissement du restaurant actuel) et 1 espace aqualudique (à l’emplacement actuel de l’aire de jeux pour enfants). L’exploitation de ces espaces publics sera concédée à Sandaya, qui s’engage en retour à laisser l’espace aqualudique « accessible à tous, sur réservation, dans la limite des places disponibles ». Il est facile de comprendre que la configuration des sites concédés, les coûts d’entrée, et le nombre élevé de touristes conduiront à une privation d’accès de fait pour les usagers habituels du lac, pour nos familles et celles de nos hôtes que nous accueillons déjà chez nous, dans les gîtes et chambres d’hôtes dans la région.

Sur le plan économique, les emplois directs créés sur le site sont peu nombreux ou précaires. La loi ne permet pas de les réserver aux habitants locaux. Les gains indirects sur l’achat de biens et services n’ont pas été chiffrés. Rappelons que le projet prévoit épicerie et restaurant sur site. L’effet levier pour susciter d’autres activités de mise en valeur du territoire reste à prouver.

Sur le plan environnemental, les spécialistes s’inquiètent de l’impact d’un projet de telle ampleur sur la ressource en eau (envasement, pollution), la biodiversité, les nuisances sonores et lumineuses. Le lac est le château d’eau de nombreuses communes alentour.

Sur le plan paysager, il faut s’imaginer 200 bungalows concentrés sur les prairies sous le soleil, dans l’attente que les arbres d’espèces natives poussent pour procurer l’environnement boisé et ombragé promu sur la plaquette du Groupe qui minimise manifestement l’impact visuel de toutes les constructions prévues.
Reste enfin la question des risques à s’engager avec Sandaya. En pleine croissance (plus de 43 sites en Europe), Sandaya a changé trois fois d’actionnaire majoritaire dans les dix dernières années. Les logiques de fonctionnement et de rentabilité financière de ces groupes s’émancipent facilement des préoccupations de développement territorial de nos élus. Que se passera-t-il en cas de cession ou cessation des activités de Sandaya ?

Ne nous y trompons pas, au moment de voter le 6 mars, il s’agit bien de se prononcer sur le projet de Sandaya. Si nous votons « oui » à la question posée, le projet se réalisera tel qu’il nous est présenté aujourd’hui, sans aucune possibilité d’amélioration. Si le « non » l’emporte, le projet ne se réalisera pas. Certains se diront peut-être alors « encore une opportunité manquée ! »… Mais faut-il pour autant se résoudre à accepter un projet qui ne correspond pas au Haut Ségala, à la nature du site, aux préconisations officielles de tourisme durable et aux constats répétés du GIEC que nous ne pouvons ignorer ?

Cette consultation du « tout ou rien » ne nous laisse pas d’option. Nous voterons « non » au projet Sandaya. Et nous appelons le Grand Figeac à organiser un appel à proposition de projets de développement touristique autour du Lac du Tolerme, sur la base d’un cahier des charges élaboré avec les citoyens du Haut Ségala.

Si le « oui » devait l’emporter, nous réitérons auprès du Grand Figeac notre souhait de constitution d’un « comité de suivi », associant élus et citoyens dans les prises de décisions du projet impactant le territoire et ses habitants, et dans le contrôle afin que les décisions soient bien respectées.

La lettre qui a été envoyée :


Madame, Monsieur,
Cette consultation du « tout ou rien » ne laisse pas d’option. Je vote « non » au projet Sandaya. Et j'appelle le Grand Figeac à organiser un appel à proposition de projets de développement touristique autour du Lac du Tolerme, sur la base d’un cahier des charges élaboré avec les citoyens du Haut Ségala.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

3 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


Dans les Vosges aussi. A Ventron (88), est prévu le même genre de projet d'hôtellerie de luxe avec village de chalets (en moins ambitieux que dans le Haut Ségala, faute d'espace sans doute) en lieu et place de la jolie station familiale de l'Ermitage Frère Joseph qui sera démolie. Le projet a été approuvé le 1er mars dernier. En espérant que les choses se passeront différemment dans le Haut Ségala, pour Marie Claux et ses voisins, pour la nature.
Décidément, les chalets en "kitsch" poussent comme des champignons et les beaux coins sont rongés par le béton. Une conséquence du réchauffement climatique ?

Frawald
Le 05/03/2022 à 09:47:39

Je vote « non » au projet Sandaya. Et j'appelle le Grand Figeac à organiser un appel à proposition de projets de développement touristique autour du Lac du Tolerme, sur la base d’un cahier des charges élaboré avec les citoyens du Haut Ségala.

Stéphoto
Le 04/03/2022 à 20:26:45

Je suis très concernée par cette affaire en tant qu'habitant à proximité du Tolerme. Propriétaire de 15 ha sous mention LPO, je ne peux absolument pas adhérer à ce projet destructeur.
Outre les oiseaux dont la population est déjà très amoindrie alors qu'ils contribuent à la lutte contre les insects nuisibles et les rats taupiers pour ce qui est des oiseaux de proie, ce projet compromettra encore plus la Terre avant tout agricole.
Heureusement, comme c'est surtout une région de pâturages les paysans (à l'esprit ouvert qui aiment vraiment leur pays) ont compris que les conseils distribués par la FNSEA ont avant tout pour objectif de faire vendre les produits chimiques.
Revenons au Tolerme; outre le béton, si le projet aboutissait, obligatoirement, le bitume serait de la partie aussi car l'infrastructure routière n'est pas adaptée à plus de véhicules qu'il y en a déjà !
Les nombreux cours d'eau seraient encore plus pollués qu'ils le sont déjà et si ma commune peut, à l'heure actuelle, distribuer de l'eau aux robinets à prix modique, ce pourrait être très compromis.
Etant donné la position géographique, proche d'Aurillac donc avec les températures les plus froides de France (paraît-il), les emplois que fait miroiter Sandaya seraient de très brefs durée et pareil pour les commerces locaux.
La région a donc tout à perdre...

Marie CLAUX
Le 04/03/2022 à 12:08:25

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !