actualité écologie

SPAM etc...

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Ne laissez pas vos appareils en veille

22 V'là les acteurs des transitions

Journal des Bonnes Nouvelles

Les amis des 150

AG Cyberacteurs

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

météo

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Halte au marketing de la malbouffe

Mise en ligne du 07/07/2020 au 14/02/2022

Le marketing de la malbouffe dénoncé par Santé publique France : une raison de plus pour l’interdire, selon foodwatch

Bilan de la cyberaction :

2033 participants

Les publicités pour les bonbons, céréales et autres sodas à destination des enfants, c’est fini. Faut-il se réjouir de cette décision prise par les industriels eux-mêmes dans le cadre du projet de loi “climat et résilience” ? Pas si sûr.
https://www.telerama.fr/enfants/fin-de-la-pub-alimentaire-sur-les-ecrans-jeunesse-est-ce-vraiment-la-bonne-recette-6853155.php  

Présentation de la cyberaction :

Dans son rapport « Exposition des enfants et des adolescents à la publicité pour des produits gras, sucrés, salés » publié aujourd’hui, Santé Publique France n’y va pas avec le dos de la cuillère et insiste sur le rôle du marketing alimentaire dans l’épidémie d’obésité mondiale. Santé Publique France va plus loin et insiste sur le besoin d’une règlementation plus protectrice. Le constat de l’étude est sans appel : les engagements volontaires des entreprises sont inefficaces. Ces conclusions sont à l’opposé du discours du Gouvernement qui bloque depuis trois ans toute réglementation visant à protéger les enfants du marketing de la malbouffe en prétendant qu’il suffit de « responsabiliser les entreprises ». foodwatch appelle les parlementaires et l’exécutif à se ressaisir et à interdire la publicité pour les produits trop gras, trop sucrés, trop salés qui cible les enfants, reprenant ainsi également l’une des demandes de la convention citoyenne pour le climat.

« La nouvelle étude de Santé publique France vient s’ajouter à la voix de nombreuses associations mais aussi de l’OMS, l’Unicef, du Haut Conseil de santé publique, de l’Inspection générale des affaires sociales, de la Cour des comptes, des 150 citoyens de la convention citoyenne sur le climat qui appellent aussi à interdire la publicité sur ces produits déséquilibrés ainsi que des 28 000 citoyens qui ont déjà signé la pétition lancée par foodwatch pour encadrer le marketing de la malbouffe qui cible les enfants », souligne Camille Dorioz qui réclame que le gouvernement se retrousse enfin les manches.

Covid et obésité : une épidémie peut en cacher une autre

Si les causes de l’obésité sont multifactorielles, Santé publique France fait le même constat que l’Organisation mondiale de la Santé et met les points sur les i dès la première page de son étude : « Le marketing alimentaire, en particulier celui des produits à faible intérêt nutritionnel et à haute densité énergétique, fait partie de l’environnement obésogénique qui est à l’origine de l’épidémie d’obésité observée au niveau mondial chez les adultes et les jeunes ».

La crise du Covid-19 ne nous a que trop rappelé la précarité sanitaire dans laquelle la pandémie silencieuse du surpoids et de l’obésité met nos sociétés. Le Haut Conseil de la Santé Publique a identifié l’obésité comme facteur de risque de développer une forme grave de Covid-19. Il est urgent d’endiguer cette autre épidémie à la source. La France ne fait pas exception, avec un enfant sur 6 est en surpoids ou obèse et un adolescent sur 5. « La publicité a une énorme influence sur les enfants. Ce sont donc des cibles de choix, explique Camille Dorioz, responsable de campagnes chez foodwatch. Et ça marche ! L’étude de Santé publique France montre que enfants et adolescents sont nettement plus nombreux à consommer de la malbouffe de manière déraisonnable. » 

Le mirage des engagements volontaires des industriels de la malbouffe 

Le rapport de Santé publique France n’est pas tendre avec les initiatives du secteur privé de l’agroalimentaire. Les mesures mises en place ces dix dernières années pour tenter de répondre au problème de l’obésité et du surpoids chez les enfants – qui consistent essentiellement à laisser l’industrie s’autoréguler – ont été inefficaces : « Plusieurs recherches et revues de littérature menées de 2012 à 2018 indiquent que ce type d’initiatives ne permet pas de réduire de façon significative l’exposition des enfants à la publicité ».
En effet, là où les engagements volontaires des entreprises étaient censés réduire l’impact du marketing, l’exposition des plus jeunes à la publicité de la malbouffe (sur la base des produits classés D ou E par le logo nutritionnel Nutri-score) a en fait augmenté de 10% pour les enfants et de 6% pour les adolescents entre 2015 et 2018.

Un verdict sans appel qui vient confirmer celui de la Cour des comptes sur la prévention et la prise en charge de l’obésité de novembre 2019 qui soulignait déjà : « Le principe de l’autorégulation en matière de publicité alimentaire à destination des enfants s’est révélé peu efficace (…) La France devrait se doter d’une régulation normative de la publicité pour enfant ».

Côté règlementation, la loi Gattolin de 2016 avait permis de supprimer la publicité pour les produits trop gras, trop sucrés, trop salés dans les programmes télé à l’attention des jeunes (moins de 12 ans) sur les chaînes publiques. Si le principe était bon, l’interdiction ne concerne que 1% du temps passé par les 4-17 ans devant la télé. Une goutte d’eau face à l’océan de pub auquel ils font face, à la télé mais aussi de plus en plus sur les réseaux sociaux.

foodwatch, la convention citoyenne pour le climat et maintenant Santé publique France sont d’accord : le gouvernement doit agir pour le monde d’après !

En février, lors d’un débat sur la réforme de l’audiovisuel, le gouvernement – le Ministre de la culture Frank Riester - et la députée Aurore Berger refusaient d’encadrer ces pratiques davantage. Ils se réfugiaient encore derrière le mirage des engagements volontaires pour éviter d’imposer de telles contraintes aux industriels de la malbouffe par le biais d’une loi.

Aujourd’hui, ces arguments ne tiennent plus. Même la chartre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel est qualifiée par Santé publique France de faiblement efficace.
« L’inaction a un coût humain inestimable et un coût financier exorbitant, puisque le traitement de l’obésité en France est estimé par le Trésor public à plus de 20 milliards d’euros par an », rappelle Camille Dorioz. foodwatch appelle les parlementaires et l’exécutif à profiter de la réforme de l’audiovisuel pour enfin protéger la santé des enfants en interdisant la publicité et le marketing qui ciblent les enfants pour des produits trop sucrés, trop gras, trop salés.

Sources
Rapport de Santé publique France, 24 juin 2020 « Exposition des enfants et des adolescents à la publicité pour des produits gras, sucrés, salés – Etudes et enquêtes »

Communiqué de presse de foodwatch sur la réforme audiovisuelle, 25 février 2020 ; Pub pour la malbouffe ciblant les enfants : la réforme de l’audiovisuel est l’occasion à ne pas rater pour enrayer l’obésité et le surpoids des enfants en France

Malbouffe : les limites du Nutriscore
https://www.metropolitaine.fr/l-oeil-de-metrop/malbouffe-les-limites-du-nutriscore/2020/07/02/  

Pub pour la malbouffe Les enfants toujours plus exposés
https://www.quechoisir.org/actualite-pub-pour-la-malbouffe-les-enfants-toujours-plus-exposes-n80891/  

Publicité pour enfants Sortons la malbouffe des écrans?
https://www.quechoisir.org/enquete-publicite-pour-enfants-sortons-la-malbouffe-des-ecrans-n75131/  
Selon une étude, la malbouffe s’attaquerait également à la mémoire !https://sciencepost.fr/selon-une-etude-la-malbouffe-sattaquerait-egalement-a-la-memoire/  

Par ailleurs nous vous invitons à reprendre ce message pour participer à la consultation sur le Projet de décret relatif à la promotion de l’usage des mobilités actives, partagées ou des transports en commun dans les messages publicitaires en faveur de véhicules terrestres à moteur
http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/projet-de-decret-relatif-a-la-promotion-de-l-usage-a2162.html  

La lettre qui a été envoyée :


Madame, Monsieur

« L’inaction a un coût humain inestimable et un coût financier exorbitant, puisque le traitement de l’obésité en France est estimé par le Trésor public à plus de 20 milliards d’euros par an », rappelle Camille Dorioz.
Je vous engage à profiter de la réforme de l’audiovisuel pour enfin protéger la santé des enfants en interdisant la publicité et le marketing qui ciblent les enfants pour des produits trop sucrés, trop gras, trop salés.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

7 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


L'offensive des grandes marques de fastfood comme Mac Do est insupportable. La dépendance de beaucoup de consommateurs à cette alimentation grasse et sucrée est maintenant flagrante quand on a vu les files d'attente devant ces établissements dès la fin du confinement !

Lionel Forment
Le 20/07/2020 à 10:01:38

Nous devons nous organiser pour obtenir des informations complètes d'affichage des composants, des procédés de transformation, de leur provenance, ainsi que des lieux d'abattage ou de récolte, des lieux de transformation et des lieux de conditionnement.

Michel Decollogne
Le 16/07/2020 à 18:37:42

Que fait le législateur? Parce qu'après cela, on peut toujours évoquer le "trou" de la Sécurité Sociale, qui a d'autres causes encore, tout aussi "négligées" par législateurs et gouvernements...

geronimo
Le 14/07/2020 à 15:18:18

Des gens détraqués de l'intérieur par la nourriture dénaturée, et ce dès le plus jeune âge, ça engraisse les labos pharmaceutiques, les professionnels de "santé"... : c'est un cercle vicieux, et c'est fait pour.

Et vous savez bien quels intérêts privés (puisque que ce sont eux, les grands groupes financeurs de campagnes politiques, des médias, etc., qui les ont mis à leur place et auxquels ils doivent leur train de vie, donc donnant-donnant) nos élus défendent en réalité.

J'espère, avec tout ce qui s'est passé et se passe encore, que vous avez tous - ENFIN ! - bien compris le système, hein... NON ?!

Tiphaine
Le 13/07/2020 à 18:23:11

Et ça ne concerne pas que "les enfants" : il suffit de faire un tour dans n'importe quel supermarché et de faire le rapport entre le tour de taille de la personne devant vous et ce qu'il ou elle dépose sur le tapis de la caisse... :-(

Anne
Le 13/07/2020 à 17:17:57

Au fait, si quelqu'un fait remarquer que "ça va créer du chômage", on peut répondre :
• quelle bienfait y a-t-il à fabriquer des produits qui empoisonnent les gens qui les consomment ?
• que des postes équivalents pourraient être créés pour fabriquer de la nourriture saine...
CQFD

Anne
Le 13/07/2020 à 17:16:18

Franck Riester détaille l’avenir du projet de loi sur l’audiovisuel 5
Le 1er juillet au Sénat, Franck Riester a indiqué la stratégie gouvernementale sur l'avenir du projet de loi audiovisuelle. Le texte a été l’une des victimes institutionnelles du Covid-19, et d’un calendrier désormais surchargé.

Les directives SMA, Droit d'auteur et Cable-Sat seraient transposées finalement par ordonnance, idéalement dans le cadre du projet de loi DDADUE (Diverses Dispositions d'Adaptation au Droit de l'Union européenne) actuellement examiné au Sénat.

Le reliquat serait embarqué dans un projet de loi classique, en septembre, à l'Assemblée nationale.

L'objectif est de tenir le calendrier européen, d'imposer aux plateformes le respect du droit d'auteur à la française et des obligations de financement, a exposé le ministre de la Culture.
https://www.nextinpact.com/brief/franck-riester-detaille-l-avenir-du-projet-de-loi-sur-l-audiovisuel-12949.htm  

Alain UGUEN
Le 08/07/2020 à 08:37:29

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !