actualité écologie

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Ne laissez pas vos appareils en veille

La Terre vue depuis l’espace

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Les 10 jours verts Transacteurs

AG Cyberacteurs

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

victoire pour Gabriel Dufils

Journal des Bonnes Nouvelles

OPÉRATION

Rando Plogoff dimanche 25 aout

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Kenya : Carburant contre paysans

En janvier 2010, les populations de la région de Malindi sont alertées par des fumées inhabituelles émanant de la forêt de Dakatcha. Elles comprennent que des bulldozers ont commencé à raser les arbres : une entreprise étrangère vient d’obtenir l’accord des autorités pour exploiter 50 000 hectares de terres afin de produire du jatropha, une plante dont l’huile sera utilisée comme carburant. Vingt mille personnes pourraient être déplacées et l’équilibre écologique de la région est menacé.
Ce projet est emblématique d’un phénomène global : l’accaparement des terres pour la production d’agrocarburants, dont l’impact sur la faim dans le monde et le climat risque d’être catastrophique. Il est donc essentiel de soutenir les organisations kenyanes qui se mobilisent face à cette situation.

Bilan de la cyberaction :

7374 participants

SUSPENSION DU PROJET D’ACCAPAREMENT DE TERRES AU KENYA : UNE CAMPAGNE EFFICACE
26/08/10: Nouvelles de l’Appel Urgent n°339 « Kenya: Carburant contre paysans »
Dans le cadre de sa campagne sur les agrocarburants et à l’occasion du lancement de l’Appel Urgent n°339 « Kenya : Carburant contre paysans », Peuples Solidaires a accueilli David Barissa Ringa, Chargé de recherches et de plaidoyer pour la région de l’Est à ActionAid Kenya (AAK), du 28 juin au 11 juillet 2010. Pour David Barissa Ringa, la diffusion de l’Appel Urgent lors de sa visite en Europe a été « extrêmement utile » et a permis « d’accélérer la réaction du Ministère de l’Environnement et de l’institution chargée de délivrer les autorisations sur ce type de projet, l’Autorité Nationale de Gestion de l’Environnement du Kenya (NEMA) ». Une délégation d’experts du ministère et de la NEMA se sont rendus sur le terrain et ont visité le site convoité afin de déterminer les réponses à apporter aux demandes formulées dans l’Appel Urgent. Le 9 juillet 2010, la NEMA a décidé de ne pas accorder l’autorisation permettant la réalisation du projet.

ActionAid Kenya a reçu plus de 3000 lettres de citoyens réclamant l’annulation de ce projet de location de 50 000 hectares de terres. Vous avez été 7 374 participants à cette action

Le 9 juillet 2010, l’Autorité Nationale de Gestion de l’Environnement du Kenya a communiqué sa décision de ne pas accorder l’autorisation permettant la réalisation du projet. L’Autorité propose toutefois à la société italienne de présenter un nouveau projet sur une plus petite surface et de démontrer le caractère durable et socialement responsable du projet. Vigilent, David Barissa Ringa rappelle que « les communautés resteront intransigeantes et continueront d’appeler au retrait total et définitif de l’entreprise italienne de leurs terres« .

voir
http://www.peuples-solidaires.org/peuples-solidaires-accueille-david-barissa-ringa/
 

Présentation de la cyberaction :

Au Kenya, comme ailleurs en Afrique, le gouvernement est aujourd’hui partagé entre deux politiques contradictoires : d’un côté, il renforce les droits des communautés à cultiver leurs terres ; de l’autre, il cède aux appétits d’entreprises et Etats qui veulent exploiter ces mêmes parcelles.
Ainsi, dans la région côtière de Malindi, le gouvernement vient de confier 50 000 hectares de terres à une entreprise privée qui projette de raser une forêt de 30 000 hectares et d’exploiter les terres des communautés locales. D’après ActionAid Kenya, 20 000 personnes seraient affectées et éventuellement déplacées. Parmi elles, de nombreux paysans dont les productions vivrières nourrissent la population et une communauté indigène, les Wa Sanya, qui vit de la chasse et de la cueillette.


Des terres louées pour trente trois ans
Le projet a été élaboré sans que l’ensemble des consultations prévues par la constitution kenyane n’ait été mené[1]. D’après le document récemment publié par les autorités – sous la pression de la société civile – les terres seront louées durant 33 ans au prix de 2 euros par hectare à la Kenya Jatropha Energy Limited. Cette entreprise appartient à Nuove Iniziative Industriali SRL, société italienne spécialisée dans la production d’énergie électrique à partir de ressources renouvelables, et notamment d’huile de palme qu’elle importe d’Afrique et d’Asie. Dans la région de Malindi, elle doit produire du jatropha, ‘‘plante-miracle’’ supposée avoir des rendements élevés en huile, laquelle sera convertie en agrocarburant. Selon le document rendu public, 30% de l’huile produite au Kenya sera exportée en Italie et 70% servira à la consommation énergétique nationale (le jatropha n’est pas comestible). Toutefois, le projet ne précise ni la manière dont sera transformée cette huile au Kenya (il faut pourtant des infrastructures pour en faire un carburant utilisable), ni les prix auxquels l’entreprise vendra sa production sur le marché kenyan. Mais dans ses déclarations récentes à la presse italienne, l’entreprise annonce que seuls 20% de la production kenyane sera consommée sur place, alors que les 80% restants seront exportés en Italie[2]. De plus, cette production ne bénéficiera pas aux paysans kenyans : selon une étude officielle récente[3], "le jatropha n’est pas viable économiquement pour les agriculteurs paysans, qu’il soit cultivé en monoculture ou en interculture".


Les agrocarburants sur la sellette
Pour l’entreprise italienne, les profits devraient par contre être au rendez-vous car le marché des agrocarburants est en plein essor. Les Etats membres de l’Union Européenne se sont en effet fixé en 2009 un objectif de 10 % d’énergie renouvelable dans le secteur des transports[4]. Le problème est que les agrocarburants entrent dans le calcul de ce pourcentage. Les producteurs qui accaparent des terres pour produire de l’huile de palme, de la canne à sucre ou du jatropha sont donc encouragés à investir. L’Europe justifie ce choix car les agrocarburants permettraient de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ils sont pourtant aujourd’hui très critiqués, notamment à cause des changements d’affectation des sols qu’ils entraînent dans les pays du Sud : déforestation, retournement de prairies, drainage de tourbières… En comptabilisant les émissions de gaz à effet de serre entraînées par ces opérations, les agrocarburants accélèrent en fait les changements climatiques ! De plus, ils menacent l’accès à la terre et aux ressources naturelles des populations paysannes et indigènes des pays du Sud qui pratiquent une agriculture vivrière de proximité, seule à même de garantir la sécurité alimentaire des populations rurales les plus démunies.
Depuis plusieurs semaines, les communautés locales, soutenues par les organisations de la société civile kenyane, s’opposent au projet et font valoir auprès du gouvernement leur droit à disposer de leurs terres. Fin mai, les premières consultations publiques ont permis de constater les fortes oppositions de ces communautés et des agences gouvernementales de protection des forêts, qui disent ne pas avoir été consultées. ActionAid Kenya, notre partenaire impliqué dans les négociations avec le gouvernement, fait maintenant appel à la solidarité internationale. Pour défendre la souveraineté alimentaire des communautés de la région de Malindi et empêcher la destruction de la forêt de Dakatcha, écrivez au Ministre de l’environnement et des ressources minérales.
[1] La Constitution contient un chapitre intitulé ‘‘Trust land Act’’ (Loi sur la Fiducie foncière) qui traite notamment de la gestion des terres collectives.
[2] Cf. Biocarburanti per le luci Ikea, by Marco Magrini, Il Sole 24 Ore. 10 March 2010.
[3] Cf. Jatropha Reality Check, A field assessment of the agronomic and economic viability of Jatropha and other oilseed crops in Kenya, World Agroforestry Centre, Kenya Forestry Research Institute, Endelevu Energy, GTZ, Décembre 2009. Cette même étude recommande d’ailleurs à tous les acteurs concernés ‘‘de réévaluer avec précautions leurs activités de promotion du jatropha en tant que source d’énergie prometteuse’’.
[4] Journal Officiel de l’Union Européenne, 2009, Directive 2009/28/EC sur la Promotion de l’utilisation d’énergie produite à partir de sources renouvelables, 5 juin 2009.

En savoir plus Agrocarburants: réservoirs pleins, ventres vides
http://www.peuples-solidaires.org/agrocarburants-reservoirs-pleins-ventres-vides/  


Traduction du message
Monsieur, J'ai été informé par ActionAid Kenya et Peuples Solidaires France du projet de location de 50.000 hectares de terres dans la région de Malindi par l’entreprise Kenya Jatropha Energy Limited, sans consultation suffisante des communautés présentes sur ces terres comme le prévoit pourtant la Constitution kenyane. Je vous demande de faire en sorte que : le projet de location soit annulé ; un moratoire de 5 ans soit adopté sur toute nouvelle production d’agrocarburants à grande échelle ; le gouvernement mette en place un code d’investissements qui donne un rôle plus actif aux petits exploitants dans la conception et la mise en œuvre des politiques, impose la réalisation d'études d'impacts social et environnemental en amont de tout projet lié à la production d’agrocarburants à grande échelle et contraigne les entreprises qui investissent dans ces projets à les rendre public

La lettre qui a été envoyée :


Madam, Sir,
I have been informed by ActionAid Kenya and Peuples Solidaires France of a 50,000 hectares biofuel plantation project in the Malindi region by Kenya Jatropha Energy Limited. The communities whose trust land is at stake were not adequately consulted on this project, as enshrined in the Constitution and laws of the Republic of Kenya. I recognise the government's commitment in increasing forest cover, but note that
this project contravenes this goal while also threatening local residents' food security. I therefore urge you to ensure that:
• the lease is revoked,
• a five-year moratorium is adopted on the further development of large-scale biofuel production in Kenya,
• further research be conducted on the industrial monoculture systems, which have negative impacts on local communities,
• the government sets up a global code of investments that gives small-scale farmers a more active voice in policy formulation and implementation, requires environmental and social impact assessments (ESIA) before permitting large-scale biofuel plantations development, and compels companies that invest in biofuel production to make full public disclosure of their plans.

Sincerely yours,

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

11 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

La terre se gratte de l'homme !!

Marcelin
Le 04/07/2010 à 07:17:32

bonjour

il nous faut absolument aider ces paysans à reprendre leur terre .
je ne sais pas si TERRE ET HUMANISME ont déjà des actions de lutte là bas

je n'ai plus envie de seulement me battre contre des murs en béton armés, je veux aussi agir et les aider concrètement à voir les choses autrement et à bâtir un autre Monde parallèle au leur.

c'est possible,ça commence à se faire,ça marche il n(y a qu'à voir le film de coline serreau "solutions locales pour un désordre global"
pour ça ils nous faut de bons avocats des gens qui peuvent avoir de l'influence, de bons scientifiques.

Courage à tous on va y arriver....

sylvie
Le 03/07/2010 à 14:24:24

Pourquoi faire le choix de surface agricoles vivrières alors que le Jatropha a la principale particularité de pousser dans les zones désertiques ?

Je crois qu'il y a, à la base , une volonté politique des plus dangereuse. En effet, depuis fort longtemps, les puissances industrialisées voient d'un très mauvais oeil le développement démographique de l'Afrique. Les guerres ethniques, épidémies et autres famines ont été pour la plupart organisées par divers services secrets et lobbies financiers. Il ne faut donc pas s'étonner de cette manoeuvre visant à faire reculer dans leurs retranchements les plus exigus des populations déjà affaiblies par des années de disette ou de razzias.
L'Afrique fait peur car elle possède un très fort taux démographique et elle recèle des ressources qui pourrait l'amener à rivaliser avec des pays industrialisés en perte de vitesse.

Danler Serge
Le 03/07/2010 à 14:23:09

Au Cannet des Maures, ce printemps, Pierre Rabhi était venu faire une conférence sur la "sobriété heureuse". Des Maasai et Xavier Péron, l'accompagnaient: ils disaient la meme chose: leurs terres se réduisent et ils sont cantonnés de plus en plus avec leurs troupeaux dans un espace dans le sud- ouste du Kenya, de plus en plus exigu...avec les dommages évidents : risques de surpaturage,manque d'eau et menaces sur leur culture.
Xavier Péron rapporte les paroles d'un vieux patriarche: " Sous le masque de la politique tous ces projets de développement nous apportent pour la première fois de notre existence la misère, en meme temps que la destruction finale de nos herbages, de nos montagnes , de nos forets et de nos sources d'eau pure...."( dans son livre" Je suis un Maasai", page 316).

lilo
Le 30/06/2010 à 18:31:14

Il est difficile de prendre conscience des drames humains qu'engendre cette éternelle politique de l'avidité insatiable de certains!Pour cela il faut avoir la capacité de "se mettre un instant à la place de" ces terriens qui n'ont plus de quoi nourrir leurs enfants!L'horreur!

omayo
Le 30/06/2010 à 15:35:37

où est l'opportunité de vider un pays de ses habitants pour permettre à d'autres pays de rouler en autos de plus en plus dépensières d'énergie et productrices de CO2 ?
dans ce cas, les pays consommateurs devraient faire face à de telles catastrophes chez eux, mais ils ne le veulent pas. De quoi se nourriraient-ils si leur cultures vivrières étaient remplacées par des cultures pour l'huile de voiture ??

grandmère jardinière
Le 30/06/2010 à 14:38:29

Wangari Muta Maathai (née le 1er avril 1940 à Nyeri, au Kenya) est une militante écologiste et politique. En 2004, elle devient la première femme africaine à recevoir le Prix Nobel de la paix pour « sa contribution en faveur du développement durable, de la démocratie et de la paix ». source Wikipédia.
Probablement le gouvernement kenyan ne comprend pas ce que signifie le travail de sa citoyenne Wangari Muta Maathai. Sommes-nous certains que le Kenya est une démocratie? et les gouvernants savent-ils ce que la Paix et la sécurité alimentaire signifient pour nous ?

Philomène
Le 30/06/2010 à 14:32:04

Madam, Sir,
Please urge to contact the Navdanya organisation (see site on internet) and you will have a real solution to free your country from international disastrous trade. You will find there an Indian response to the mercantile and destroying system of agrobusiness. Africa will certainly be the continent of the end of the 21st century. I am convinced that with the african culture and spirit, this world will feel better and the leadership of a continent will be replaced by the example of a continent. Africa has this role to play in saving humanity for the next century and future. Kenya can play a role of leader in this war for liberation from the great companies. Please save what Africa still have : that cosmic sense of action and your wonderful aspect of Mother Nature. As we all come from Africa, Africa will be the place for a rebirth of our society. Please look at the site of Navdanya and ask them for expertise, they are so generous on sharing what is good for us. Get in contact with Vandana Shiva, and you will have help against that mercantile war the major agrobusiness is playing against all developing countries. Your country should not be developing it should be developed and stable. The richness of the world is yours, unless you leave it to OMC partners.
Sincerely yours,

un anonyme
Le 30/06/2010 à 14:13:21

L'Afrique est mal partie depuis... 1900.
La "France-à-fric" l'a amenée exangue: on préfère brader le continent aux multinationales pour toutes sortes de denrées, dont l'autochtone ne bénéficiera pas, avec la bénédiction des chefs d'ethnies régnantes qui détournent l'argent de la soit-disant "Coopération" pour se payer des hôtels particuliers à Paris.
Les Africains devraient pouvoir se consacrer aux CULTURES VIVRIERES, pour lutter contre la faim qui sévit chez eux!

gemini-cricket
Le 30/06/2010 à 12:16:32

Non à cette déforestation qui engage les sables à avancer et concours à modifier le climat de la région, c'est un drame pour les populations qui vivent dans cette zone et autour

madrange
Le 30/06/2010 à 12:12:59

A nouveau et à travers l'agro-carburant censé répondre à nos demandes écologiques de militant(e)s de base et non les élu(e)s politiques qui se revendiquent écolo (probablement du porte-feuille ...)en cause l'ARGENT, les GROS bénéfices pour des industriels mis sous pression par leurs actionnaires
L'argent le Fossoyeur de la Terre

Michel CROQUET
Le 30/06/2010 à 10:55:58

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !