actualité écologie

Journal des Bonnes Nouvelles

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Les 10 jours verts Transacteurs

Samedi 3 octobre: marchons sur les aéroports!

Ne laissez pas vos appareils en veille

Annoncez la couleur !

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

AG Cyberacteurs

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

météo

image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : 298: Pierre Cardin : des dessous pas très chics

Depuis qu'il a créé sa Maison en 1950, Pierre Cardin, fondateur de sa marque éponyme, est considéré comme l'un des plus grands dans le monde de la mode. Sa griffe est l'une des plus réputées et des plus puissantes du monde.

Bilan de la cyberaction :

5783 ont écrit à info@pierrecardin.com.  

Pierre Cardin, des dessous pas très chics

Le 13 août dernier, nous avons appris avec la plus grande joie que les 412 ouvriers de l’usine PT Megariamas (qui fabriquaient des sousvêtements
pour notamment Pierre Cardin et avaient été abusivement licenciés il y a un an après avoir protesté contre le renvoi injuste d’un représentant syndical de l’usine), se sont vu donner raison par la justice indonésienne.
Après de longs mois de grève, de manifestations et de procédures auprès des administrations du pays, ces travailleurs - auxquels nous avions également apporté un soutien financier via la Caisse de solidarité en mars dernier
- ont finalement obtenu justice. « Cette décision de justice n’est pas un cadeau que nous fait le juge, mais le résultat d’une année de lutte pour ces 412 travailleurs. Grâce à notre courage, nous avons montré au reste du
monde que quand on est forts et qu’on croit en ses droits, on finit par gagner » nous a confié
Emelia Yanti, représentante du syndicat indonésien
GSBI. Peuples Solidaires et le Collectif
ESE ne manqueront pas de communiquer cette information à la marque française Pierre Cardin, qui n’avait pas jugé utile de répondre à notre Appel, et lui demanderont d’être attentive à l’application de cette décision de justice par son fournisseur.

Présentation de la cyberaction :

Avec plus de 2 milliards de dollars par an de chiffre d'affaires1 et 200 000 personnes dans le monde qui travaillent autour de la marque, le succès commercial de l'entreprise est indéniable. Mais Pierre Cardin peut-il prétendre à la même réussite en matière de respect des droits des travailleurs ? En 1960, l'homme d'affaire est le premier à appliquer un système de licence pour une griffe. Aujourd'hui, l'entreprise gère environ 900 licences réparties dans pas moins de 140 pays, qui lui rapportent des millions d'euros de royalties tous les ans.
Mais la société Cardin est-elle en mesure de garantir que les produits fabriqués sous licence le sont dans des conditions décentes? En août dernier, les travailleurs d'une petite usine indonésienne qui fabrique des sousvêtements Cardin depuis plus de 10 ans nous ont informés des graves abus dont ils faisaient l'objet de la part de leur direction. Alors qu'ils protestaient contre le licenciement abusif du président de leur syndicat, 447 d'entre eux ont été mis à la porte.
Depuis, le conflit social n'a fait qu'empirer, et Pierre Cardin, interpellé à plusieurs reprises sur cette affaire, refuse toujours d'intervenir.
Tout a commencé en juillet dernier, par un événement presque anodin, lorsque M.Abidin, le président du syndicat des travailleurs de la chaussure, du textile et de l'habillement de l'usine PT Megariamas Sentosa (SBGTS) a été invité à participer à une formation juridique de quatre jours organisée par la Fédération des syndicats indonésiens indépendants (le GSBI), à laquelle le syndicat est affilié. Bien que la loi indonésienne invite expressément les employeurs à "donner l'opportunité aux responsables syndicaux de participer à des activités syndicales pendant leurs heures de travail"2, le directeur de l'usine de Megariamas a refusé d'autoriser Abidin à prendre part à cette formation. Et lorsque ce dernier, considérant qu'il était dans son bon droit, a décidé d'assister à cette formation malgré le refus de son patron, il a été purement et simplement licencié.

447 ouvriers abusivement licenciés
L'annonce du licenciement du président du syndicat de Megariamas a provoqué une grande émotion au sein de cette petite usine d'environ 900 salariés, dont les conditions sont particulièrement dures. Instantanément, 450 d'entre eux se sont mis en grève, pour réclamer la réintégration immédiate du président de leur syndicat. Ils ont tenté de négocier auprès de leur direction, sans succès. Faute d'accord entre les parties, une seconde grève a été annoncée pour le 4 août suivant. Mais entre-temps, la direction a adressé des lettres d'avertissement à différents membres du SBGTS, au motif fallacieux que les objectifs de production n'auraient pas été atteints. Pour le syndicat, ces lettres n'avaient pour objectif que d'intimider les ouvriers et les dissuader de participer à la grève qui se préparait. Neuf des ouvriers concernés ont d'ailleurs refusé de signer ces lettres qu'ils jugeaient mensongères, et ont alors été, à leur tour, licenciés. Les différentes réunions qui se sont tenues entre la direction de l'usine et les représentants des travailleurs n'ont pas permis d'aboutir à un accord, et le déclenchement de la seconde grève n'a pas fait fléchir la direction. Au contraire, dès le premier jour de grève, celle-ci a refusé de négocier davantage avec les travailleurs, allant même jusqu'à rejeter toute nouvelle proposition de rencontre et interdire aux grévistes l'accès aux locaux de l'usine. Le syndicat a alors fait appel au département du Travail qui est intervenu en faveur des grévistes pour demander que la direction accepte enfin de rencontrer les représentants des travailleurs et de négocier une solution à cette crise. Mais rien n'y a fait : non seulement la direction a maintenu l'interdiction de l'accès à l'usine, mais elle a également licencié 446 de ses employés ayant participé à cette grève, au prétexte qu'il n'y aurait pas eu d'"échec préalable des négociations"3 comme l'exige la loi en cas de grève… Depuis, les ouvriers injustement licenciés n'ont cessé de manifester devant l'usine pour protester contre leur licenciement et demander la reconnaissance de leurs droits. Le département du Travail a émis une recommandation en leur faveur, exigeant de l'usine qu'elle paie les salaires dus ainsi que les indemnités de licenciement que prévoit la loi, mais celle-ci s'y refuse toujours.
Le 25 novembre dernier, le conflit a atteint son paroxysme lorsque la police et les agents de sécurité de Megariamas sont intervenus pour disperser violemment une manifestation des 447 ouvriers, majoritairement des femmes, qui protestaient devant l'usine pour réclamer l'application de la recommandation du département du Travail. Bilan de l'opération : 30 manifestants blessés et deux hospitalisés.

Pierre Cardin refuse d'intervenir
Face à la détresse de ces ouvriers, et à leur demande, Peuples Solidaires a contacté l'entreprise française Pierre Cardin, dont des sous-vêtements sont fabriqués dans cette usine depuis plus de dix ans. Informée des graves abus dont sont victimes les centaines d'ouvrières et d'ouvriers qui fabriquent ses produits depuis des années, et de la sollicitation qui lui était adressée, la société n'a toutefois pas souhaité intervenir auprès de la direction de cette usine, dont elle considère que les activités ne regardent qu'elle. Pour Peuples Solidaires et le Collectif Ethique sur l'étiquette qui soutient cet Appel, l'entreprise française Pierre Cardin a pourtant une responsabilité réelle vis-à-vis de celles et ceux qui fabriquent ses produits à l'autre bout du monde : celle d'exiger que les articles dont la fabrication est sous-traitée, directement ou indirectement via ses titulaires de licence, soient confectionnés dans des conditions respectueuses des droits fondamentaux et de la dignité humaine.
À la lumière de la détérioration de la situation chez Megariamas, et compte tenu des violences observées le 25 novembre dernier, Peuples Solidaires en appelle donc à la solidarité de tous pour demander, à nouveau, à la direction de Pierre Cardin, de contacter l'usine Megariamas et d'exiger que les droits des 447 ouvriers abusivement licenciés en août dernier, et qui sont depuis restés sans ressource, soient enfin respectés.

1 Cf. Agence PR Newswire, http://www.prnewswire.co.uk/cgi/news/release?id=35044  

2 Cf. article 29, paragraphe 1 de la loi indonésienne sur les syndicats n°21/200.

3 Selon l'article 137 de la Loi n°13/2003 concernant le Travail, "la grève qui résulte de l'échec des négociations, constitue un droit fondamental des travailleurs et des syndicats"

Texte de la pétition :


Cher M. Saint Bris,
J'ai été informé/e par Peuples Solidaires du licenciement abusif de 447 ouvriers de l'usine PT Megariamas Sentosa en Indonésie, qui fabrique depuis plus de 10 ans des sous-vêtements Pierre Cardin. Je suis extrêmement préoccupé/e par le sort de ces centaines de travailleurs qui sont sans ressource depuis août 2008 et qui ont récemment été violemment réprimés alors qu'ils réclamaient le respect de leurs droits. Je vous exhorte donc à faire pression sur cette usine qui fabrique des produits portant votre griffe, afin que celle-ci :
- réintègre immédiatement le président du syndicat SBGTS et les 447 ouvriers injustement licenciés en août 2008;
- paie les salaires dûs à ces ouvriers;
- respecte la liberté syndicale de ses travailleurs.
Solidairement,

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

Aucun commentaire

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e


traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !