image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Il faut sauver les choux marins de Penly

Mise en ligne du 20/07/2018 au 23/07/2018

EDF aux abords de la centrale de Penly a déposé une demande de dérogation à l’article L411-1 du code de l’environnement afin de pouvoir réaliser des travaux de désensablage de plage de Saint-Martin-en-Campagne. Ces opérations massives préparées depuis deux ans vont en effet entrainer la destruction de spécimens d’espèces végétales protégées ainsi que la la dégradation du milieu où elles se développent.

Bilan de la cyberaction :

2630 participants

23/07/18 Fin de la consultation

Présentation de la cyberaction :

Le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs invite le plus grand nombre à participer à la consultation du publique organisée par la DREAL de Normandie pour demander que les travaux envisagés par EDF soient réalisés dans le respect de la biodiversité et du littoral. Si le désensablement de ce secteur se conçoit, il ne peut se faire aux dépends du site. EDF doit prendre des mesures de protection proportionnées et tout mettre en œuvre pour réduire l’impact de ses activités sur un milieu déjà considérablement abîmés par trois décennies de production électronucléaire.

Vous trouverez ci-dessous des éléments qui vous permettrons de prendre la mesure du projet d’EDF et de ses impacts :

Jusqu’au 22 Juillet vous pouvez vous exprimer sur les modalités des travaux que veut réaliser EDF sur la Plage de Saint-Martin-en-Campagne dès l’automne prochain[1]. La DREAL publie un grand nombre d’information qui permettent de prendre la mesure de ce qui pourraient être fait si EDF bénéficiait de la dérogation demandée dans le seul but de faciliter les opérations et d’en réduire le coût[2]

« La jetée du CNPE de Penly (Centre Nucléaire de Production d’Électricité) constitue un obstacle vis-à-vis du transit littoral des sédiments d’Ouest en Est. De ce fait, la plage de Saint-Martin en Campagne située à l’ouest du site stocke environ 30 000 à 40 000 m3/an de sédiments depuis la construction du CNPE. Depuis 2007, la langue de sable a atteint l’extrémité de la jetée. Désormais la quasi-totalité de l’apport de sédiments finit par se déverser dans le canal d’amenée lors des épisodes de houle d’Ouest. Le CNPE de Penly est alors confronté à une augmentation des phénomènes d’ensablement du canal, entraînant le déclenchement de dragages non programmés et notamment en hiver.

Afin de pallier de façon pérenne aux phases d’ensablement du canal, une solution a été recherchée afin d’extraire un premier volume de 300 000 m3 de sédiments de la plage de Saint-Martin, de manière à rendre à la plage la capacité de stocker les sédiments. Par la suite, des opérations de maintenance périodique permettront d’évacuer l’apport continu de sédiments, évalué entre 30 000 et 40 000 m3 par an.

Des inventaires des habitats naturels, de la flore et de la faune ont été réalisés. Ils ont permis de mettre en évidence la présence de plusieurs espèces et habitats d’espèces protégées réglementairement au sein de la zone d’étude. La mise en œuvre de la séquence ERC, en optimisant les périodes de dragages et en délimitant au mieux les emprises du chantier a réduit l’impact sur les espèces protégées au seul domaine terrestre et sur le seul compartiment de la flore.

Dans le cadre de ce projet de désensablement de la plage de Saint Martin, EDF fait donc une demande de dérogation à la protection des espèces portant sur le Chou marin (Crambe maritima). »

Si EDF a fait quelques efforts pour limiter les impacts des travaux, ceux-ci ne sont pas suffisant au regard de l’état d’un littoral dégradé par les pollutions, des aménagements absurdes et les impacts radiologiques et chimiques de l’industrie nucléaire.

L’exploitant nucléaire en dépit d’une communication active[3] et de la complaisance de quelques naturalistes[4] ne se distingue guère par son souci de l’environnement. L’instruction de la demande d’autorisation de création d’un réacteur de type EPR sur le site de la centrale en 2011 avait en effet motivé un avis sévère de l’Autorité environnementale[5].

Aujourd’hui les pratiques de l’industriel n’ont guère évolué. Ils cherchent avant tout à protéger son installation quelles que soient les conséquences sur la nature et l’environnement. Ainsi la protection du chenal de la centrale nécessaire à l’alimentation en source froide des réacteurs[6] est conçue aux dépends des espèces protégées qui se sont développées sur l’estran et sur les falaises.

Si l’Est de la centrale où aurait pu être transporté le sable prélevé à l’Ouest est préservée, les modalités mêmes des travaux posent problèmes. D’autres méthodes plus douces auraient pu être envisagées pour draguer les sédiments accumulés. Mais surtout d’autres solutions pouvaient être trouvées pour éviter leur immersion au large.

EDF une fois encore a cédé à la facilité en considérant la biodiversité et les enjeux environnementaux comme de vulgaires variables d’ajustements. Dans le souci de limiter ses coûts, l’exploitant nucléaire préfère détruire un milieu riche et perturber le cadre de vie de nombreux oiseaux marins plutôt que de concevoir des stratégies d’intervention soutenables. C’est peut-être ça l’approche positive de la biodiversité revendiquée par l’entreprise[7]…

En tout cas le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs ne partage pas la complaisance des naturalistes officiels[8] toujours prompts à accorder un blanc-seing à l’exploitant nucléaire… Une « fête de la nature[9] » aura lieu à Saint-martin-en-Campagne à coup de pelleteuse si rien n’est mis en œuvre pour ramener l’opérateur énergétique de l’Etat à la raison.
http://stopeprpenly.org/?p=1158  

[1] http://enqueteur.dreal-normandie.developpement-durable.gouv.fr/index.php?sid=33192&lang=fr  

[2] http://www.normandie.developpement-durable.gouv.fr/edf-desensablement-de-la-plage-de-st-martin-en-a2167.html  

[3] https://www.edf.fr/sites/default/files/contrib/groupe-edf/producteur-industriel/carte-des-implantations/centrale-penly/actualites/dossier_de_presse_-_les_mares_de_penly.pdf  

[4] https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-penly/actualites/visite-des-mares-de-penly-venez-voir-l-invisible  

[5] http://cgedd.documentation.developpement-durable.gouv.fr/documents/cgedd/007599-01_avis-delibere_ae.pdf  

[6] https://www.edf.fr/groupe-edf/producteur-industriel/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-penly/actualites/desensablement-de-la-plage-de-saint-martin-en-campagne-les-acteurs-locaux-s-impliquent  

[7] https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-engagements/responsabilite-d-entreprise/une-approche-positive-de-la-biodiversite  

[8] http://www.normandie.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/17-1133-avis-csrpn-edf_cnpe_penly-plage_st_martin.pdf  

[9] https://fetedelanature.com/edf  

La lettre qui a été envoyée :


Madame, Monsieur,
Dans le cadre du projet de désensablement de la plage de Saint Martin, EDF fait donc une demande de dérogation à la protection des espèces portant sur le Chou marin (Crambe maritime).
Rien ne justifie la destruction d’un milieu propice à des espèces protégées…
Je tiens donc à exprimer mon opposition à ce projet et à cette demande de dérogation.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

20 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

préservation plutôt que destruction pour un profit-impasse

Georgallis
Le 31/07/2018 à 22:09:50

Que la fuite en avant s'arrête, enfin! Le court terme n'est même plus bénéfique à court terme! Réfléchissons alors ce que toute nos actions auront comme résultat à long terme!

PEZEU
Le 31/07/2018 à 07:46:58

Halte au nucléaire OUI aux énergies renouvelables + économies

FLOUTER Marie-Lise MLF
Le 24/07/2018 à 16:28:02

Préservons notre nature qui a déjà tant souffert et refusons toute dérogation

Houzé Claudine
Le 24/07/2018 à 14:18:03

Rendez-vous le 15 septembre 2018 à Paris :

http://sanurezo.org/spip.php?article351  

Roger Nymo
Le 24/07/2018 à 09:50:47

le respect de la nature avant tout ! C'est elle qui nous fait vivre !

bessede
Le 23/07/2018 à 22:06:13

Ras le BOL d'EDF, de sa bonne conscience et de sa rechercher du profit absolu !!!

Christiane
Le 23/07/2018 à 12:36:43

EDF doit réduire l'impact de ses activités sur la biodiversité. C'est important et urgent d'éviter un impact négatif et irrémédiable sur les choux maritimes.

odile
Le 23/07/2018 à 11:58:10

L'heure de la transition énergétique a sonné depuis longtemps, alors changeons tout ça

Pascal KERN
Le 23/07/2018 à 11:38:34

Un surcoût minime comparé au gouffre financier nucléaire. La biodiversité vaudrait-elle encore moins que cela ?

MV
Le 23/07/2018 à 10:06:47

EdF s'oriente sur la solution la plus économique mais doit mieux creuser la question.
Ce qui parait bizarre c'est de ne pas profiter de ce sable et le disperser en mer alors que des côtes en auraient besoin. Ce sable est-il dangereux?




Le Vérinois
Le 21/07/2018 à 23:51:45

merde EDF !!!! avec tes centrales nucléaires , ton déficit est alarmant , l' état te donne du pognon pourquoi faire ?

jean
Le 21/07/2018 à 18:48:34

Eviter, réduire, compenser

Il me semble que dans le cas présent il est tout à fait possible d'éviter un impact négatif sur les choux maritimes. A EDF d'assumer les financements indispensables. Rappelons au passage les impacts de son installation !

Georges Cingal
Le 21/07/2018 à 15:13:18

Si les "choux-marins" de Penly participent à créer
une mangrove,alors bien sûr qu'il faut épargner ces
"créatures" à tout prix...Et même autrement...

stoppeur
Le 21/07/2018 à 12:18:44

Pour dénucléariser les plages et les choux marins une seule solution : arrêter les réacteurs nucléaires.
Plus de nucléaire, ni à Penly, ni ailleurs!
Et n'oubliez pas de signer l'autre pétition en ligne sur Cyberacteurs : "en finir avec les réacteurs nucléaires du Bugey"
https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/enfiniraveclesreacteursnucleairesde-2054html  

Fanfoué
Le 21/07/2018 à 12:11:06

D'un côté la mer "ronge" le littoral, d'un autre il y a ensablement, la nature est ce qu'elle est, on devrait s'y adapter plutôt que de vouloir la "dompter"; on a tellement bouleverser le milieu naturel par des équipements dont on ne mesurait pas les conséquences, que nous voulons encore aller suivant nos "caprices"!!!! Il serait temps d'arrêter les conneries.... La mer monte inexorablement et nous n'aurons pas le dernier mot, il faut se mettre ça dans un coin du cerveau! Nous sommes si "intelligents" que nous devrions l'assimiler comme quelque chose d'irréversible....

Cactus
Le 21/07/2018 à 10:15:58

Edf et Big Pharma sont les vrais dirigeants de ce pays de merde. Ils ont les droits qu'ils veulent.

Stefan
Le 21/07/2018 à 08:46:21

Pour le respect de tout et tous

evelyne calmel
Le 21/07/2018 à 07:05:33

Che suis tout à fait chensible à vos arguments : il faut chauver les choux marins nucléaires.

VGE
Le 21/07/2018 à 03:35:37

nous avons bloqué le sable de Lannion faisons de meme pour Pen ly.

un anonyme
Le 20/07/2018 à 17:49:00

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !