image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : Nous voulons des vaccins sûrs, pas des vaccins obligatoires

Mise en ligne du 31/10/2017 au 28/01/2018

La Ministre de la Santé a annoncé, le 5 juillet 2017, son souhait d’étendre l’obligation vaccinale de trois à onze maladies. Les députés ont voté le projet de loi le 27 octobre.
Que feront les sénateurs ?

De fausses informations ont été diffusées ces dernières semaines par la ministre de la santé et le rapporteur du projet de loi à l’Assemblée Nationale. Ce n’est pas acceptable, faisons-le savoir !

Bilan de la cyberaction :

5611 participants

23/10/18
<strong>Aluminium vaccinal : actualités politiques et scientifiques
</strong>

Nous souhaitons vous informer des dernières actualités autour de la vaccination et de l'aluminium, en France et dans le monde. Notamment des dernières publications scientifiques, car elles apportent de nouveaux éléments mettant en cause l'utilisation de cet adjuvant. Voici ci-dessous les principaux titres des publications, que vous pouvez retrouver en détail dans notre dossier.
https://www.vaccinssansaluminium.org/wp-content/uploads/2018/10/Actualite-aluminium-vaccins-octobre-2018.pdf  

Aluminium et vaccins
• Une équipe Suisse s’interroge sur le niveau réel de sécurité des adjuvants aluminiques.
• Plusieurs erreurs historiques graves ont été identifiées dans les analyses de sécurité concernant l’aluminium dans les vaccins pédiatriques.
• Une étude expérimentale démontre que les adjuvants à base d’aluminium peuvent altérer le comportement social s’ils sont appliqués au tout début du développement postnatal.
• La vaccination avec des adjuvants à l'aluminium peut être considérée comme un facteur amplificateur et un facteur de risque important contribuant aux maladies allergiques.
• Cette étude de cas au Portugal rappelle l’importance du diagnostic de myofasciite à macrophages.

Aluminium et alimentation : Des neuropathologistes nord-américains et chinois montrent qu'une exposition alimentaire chronique à l'aluminium s'accompagne, chez la souris, d'un dépôt croissant d'aluminium dans le cerveau, le sein et les ovaires.

Autres thèmes
• Les effets synergiques des métaux lourds dans la maladie de Parkinson.
• Des chercheurs de Virginie (États-Unis) ont découvert que le cerveau était directement relié au système immunitaire par des vaisseaux dont on pensait qu'ils n'existaient pas.

D'autres informations concernant les vaccins
• Vaccin contre l’hépatite B et sclérose en plaques : le lien de causalité reconnu par Le Pr Roger Salamon, président du Haut Conseil de Santé Publique de 2007 à 2017.
• Un rapport parlementaire italien explosif : pour comprendre les raisons de milliers de décès et de maladies graves chez les personnels militaires italiens affectés à des missions à l’étranger, le Sénat italien a créé une Commission d’enquête parlementaire. Celle-ci a rendu public son rapport le 7 février 2018.
• Alors que l’on nous parle « d’épidémie de rougeole », Sanofi arrête la production du seul vaccin existant contre la rougeole...
• Gardasil : un excellent article à relayer sur l’efficacité du Gardasil non prouvée pour l’instant.
• Gardasil : l’influence de l’industrie en cause dans le conflit au sein de la collaboration Cochrane.
• Québec : Vaccination contre le tétanos, plus de rappel après 50 ans ?


Nous sommes à votre disposition pour échanger davantage à ce sujet.

Didier Lambert
Co-président de l'association E3M

* - * - * - * - *
Un rapport officiel nord-américain alerte sur l'explosion de l'autisme
05/05/18

Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont publié le 27 avril 2018 un rapport sur la prévalence des troubles du spectre autistique : une augmentation qui inquiète manifestement l’agence nord-américaine.

Cette prévalence était, aux États-Unis, de 1 sur 5 000 en 1975 et n’a cessé de monter ces dernières années. L’augmentation est estimée par les CDC à 150% depuis l’an 2000. Près de 3% des enfants dans certaines communautés nord-américaines sont touchés.

En 2014, dans les 11 sites suivis par les CDC, un enfant de 8 ans sur 59 était atteint de Troubles du Spectre Autistique.

Parmi les neuf sites ayant des données suffisantes sur les capacités intellectuelles des enfants, 31% de ceux-ci étaient classés dans la catégorie « déficience intellectuelle » (quotient intellectuel [QI] <70).


Ce rapport confirme qu’il s’agit bien d’un problème urgent de santé publique, et qu’il convient de déterminer au plus vite les facteurs de risque possibles. Comme le rapporte le Quotidien du médecin : les auteurs « insistent sur la nécessité de mener des recherches sur les facteurs de risque non génétiques (et potentiellement environnementaux) de l’autisme. »
Ce rapport officiel indique donc la voix à suivre : celle de la recherche, et dans les plus brefs délais, compte-tenu de la gravité de la situation.


L’association E3M rappelle les faits suivants :

- Les recherches menées par l’équipe des Pr Gherardi et Authier (hôpital Henri Mondor, Créteil) ont montré, chez l’animal, que l’aluminium utilisé comme adjuvant vaccinal migrait dans l’organisme et qu’une partie de cet aluminium atteignait le cerveau pour ensuite y rester stocké (publications 2015 et 2017). Les animaux avaient alors des troubles neurologiques rappelant ceux retrouvés chez les malades présentant des lésions de myofasciite à macrophages.

- Les recherches menées par le Dr Lluis Lujan, vétérinaire de l’Université de Saragosse, ont montré que l’injection de vaccins aluminiques contre la fièvre catarrhale chez le mouton produisait les mêmes effets. L’injection d’aluminium seul aboutissait aux mêmes résultats (extrait colloque 2017).

- Le Pr Christopher Exley a montré, en Grande-Bretagne, que le cerveau de personnes autistes décédées était extrêmement chargé en aluminium (publication et interview 2017).

Les autorités sanitaires françaises et l’Organisation Mondiale de la Santé n’ont plus le droit de faire la sourde oreille, sous prétexte que reconnaître ces faits pourrait porter préjudice à la politique vaccinale.

La santé de nos enfants est en jeu et l’aluminium est au centre de nombreuses découvertes scientifiques inquiétantes.

Un programme de recherche ambitieux doit être engagé au plus vite afin que l’on comprenne le rôle joué par l’aluminium vaccinal dans cette épidémie de troubles neurologiques graves.
* * * * * * * *
La cyberaction « Nous voulons des vaccins sûrs, pas des vaccins obligatoires », lancée par notre association E3M en octobre 2017, a récolté plus de 5600 signatures. Un grand merci à tous pour votre mobilisation ! Même si le Parlement et la Ministre de la santé ont voté en faveur de l'extension de l'obligation vaccinale à onze pathologies (entrée en application dès le 1er janvier 2018), nous restons convaincus que cette mesure ne répond pas aux craintes réelles des Français. De fausses informations ont circulé pour justifier la nécessité d'élargir l'obligation vaccinale. Parmi ces fausses informations : la baisse de la couverture vaccinale, le nombre de morts de la rougeole et l’absence d’alertes sérieuses sur l’aluminium vaccinal. Nous y avons répondu à plusieurs reprises, et nous continuerons à y répondre régulièrement, via des articles de désintox disponibles sur notre site internet : vaccinssansaluminium.org/actualites .

Face à cette nouvelle situation, nous n’allons pas baisser les bras. C’est l’aluminium qui nous pose problème, pas le principe même de la vaccination. Et l’aluminium est contenu dans de nombreux produits de notre vie quotidienne : les cosmétiques, l’eau, l’alimentation, etc. Or, des alertes existent aussi dans toutes ces utilisations (cancer du sein, maladie d’Alzheimer, maladies digestives, etc). C’est pourquoi nous initions un mouvement européen pour que les recherches sur l’aluminium dans la globalité de ses utilisations soient financées dans les plus brefs délais. Nous agirons auprès des autorités européennes. Et nous ferons aussi appel aux citoyens. Restez informés de nos actualités !

Présentation de la cyberaction :

Quatre raisons principales nous poussent à refuser le projet d’extension de l’obligation vaccinale :

Le projet ministériel repose sur une erreur d’analyse

L’association E3M a fait réaliser un sondage par l’Institut BVA (http://bva-group.com/sondages/les-parents-et-la-vaccination)   : 9 parents sur 10 continueraient à faire vacciner leur(s) enfant(s) si l’obligation vaccinale était levée. Parmi les 10% de parents « réticents », 37% feraient vacciner leurs enfants s’ils pouvaient disposer de vaccins sans aluminium. La couverture vaccinale serait alors portée à 93,7%, très proche de l’objectif de l’OMS d’atteindre un taux de vaccination de 95% de la population.

Le sondage confirme ce qu’avaient exprimé les jurys citoyens et professionnels de santé lors de la concertation sur la vaccination menée en 2016 : les Français attendent des vaccins sans aluminium.

Le projet ministériel impliquerait l’injection supplémentaire d’aluminium

La toxicité à long terme des adjuvants aluminiques n’a fait l’objet d’aucune investigation expérimentale
officielle depuis leur introduction dans les vaccins en 1926. Les rares études de référence sur lesquelles se sont appuyées les agences sanitaires pour déclarer l’innocuité des sels d’aluminium sont obsolètes et méthodologiquement irrecevables.

A contrario, les travaux les plus récents des Pr Gherardi et Authier (INSERM, 2015-2016) montrent que l’aluminium perdure de nombreux mois au site d’injection vaccinale, qu’il migre ensuite dans l’organisme et qu’il s’accumule dans le cerveau, les ganglions lymphatiques et la rate.

Le Conseil d’État a établi une solide jurisprudence avec, depuis fin 2012, huit arrêts consécutifs reconnaissants le lien entre aluminium vaccinal et myofasciite à macrophages.

Le projet ministériel amplifierait la méfiance des citoyens et professionnels de santé

Un tiers des médecins pense qu’il existe un risque avec les adjuvants. 20% des médecins ne font pas confiance au ministère de la santé et sur les 80% qui lui font confiance, la moitié estime que les autorités de santé sont influencées par l’industrie. Quant à l’ensemble des français, ils
sont de plus en plus nombreux (41% en 2016) à estimer que les vaccins ne sont pas sûrs.

Ces chiffres montrent l’ampleur de la méfiance de l’ensemble de la population. Les Français veulent comprendre avant de décider, ils veulent être entendus et considérés comme des citoyens responsables.

Le débat est biaisé par les fausses informations diffusées par la ministre de la santé

Ces dernières semaines, de fausses informations ont été répandues tant dans la presse que devant la représentation nationale. La ministre de la santé ainsi que le rapporteur général pour le PLFSS (projet de loi de financement de la sécurité sociale) à l’Assemblée Nationale ont diffusé des données erronées. Nous les présentons et les contestons dans une note de désintox.


- Lire le dossier complet : http://ow.ly/THe330gf3Sm   (16 pages)

- Lire la note de désintox : http://ow.ly/QrBU30gf3Ti   (8 pages)

La lettre qui a été envoyée :


Monsieur le Rapporteur,

La proposition du gouvernement d’étendre l’obligation vaccinale à onze maladies est une réponse inadaptée et dangereuse à la perte de confiance de la population dans la vaccination. Les Français attendent le retour de vaccins sans aluminium, ils ne veulent pas de l’extension de l’obligation vaccinale.

De fausses informations ont été diffusées, qui ont sans doute influé sur le choix des députés d’adopter le projet d’extension de l’obligation vaccinale. La ministre de la santé annonce le décès de dix enfants consécutifs à la rougeole, dans ces dix dernières années. Cela ne correspond pas à la réalité. De même, la Ministre annonce que la couverture vaccinale est en baisse, alors que les données de Santé Publique France montrent une augmentation régulière de cette couverture vaccinale.

Une politique de santé publique ne peut être basée sur de fausses informations.

Nous ne pouvons accepter que nos enfants et petits-enfants soient obligés de recevoir des vaccins contenant de l’aluminium, un produit neurotoxique. Nous vous demandons de tenir compte des alertes qui pèsent sur cet adjuvant, de suspendre l’obligation vaccinale et d’agir pour une mise à disposition rapide de vaccins sans aluminium. Seule cette mesure rassurera la population.

Il est du ressort des parlementaires de décider, en leur âme et conscience, de ce que sera le prochain paysage de la vaccination en France. Nous vous demandons de baser votre décision sur la raison et des données scientifiques, et non sur des peurs ou des injonctions.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Rapporteur, en notre volonté d’agir pour le bien commun.

 

289 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

Assez avec les vaccins obligatoires !
A croire qu'on veut éliminer la population, me trompé-je ?
Et que fait-on de la liberté ?
Il semblerait qu'elle soit en agonie …
Réagissons !

Berthine
Le 07/12/2018 à 02:04:05

Inadmissible de pratiquer des vaccinations de 11 souches différentes sur des enfants de même pas 2 ans.
Est ce notre pays qui va mal avec ce nombre au regard des vaccinations pratiquées dans d'autres pays de L' UE ou les lobbies que Mmme la Ministre soutient.
D'ici quelques années il y aura s$urement des réactions à ce système et de nombreux auront pâtis de cette énormité.
Ecoutons un peu d'autres voix

Mouchette
Le 06/12/2018 à 23:32:43

Le gouvernement renonce à augmenter le nombre de contrôles techniques sur les véhicules, il doit aussi revenir sur l'augmentation du nombre de vaccins sur les êtres humains !

Antoinette Gomez Casagrande
Le 06/12/2018 à 15:58:23

je veux des vaccins sans adjuvants toxiques, je veux surtout une ministre honnête qui revienne sur ses propos et et qui se soucie de la santé des humains plus que de la santé des laboratoires

Maryvonne Ravaud
Le 06/12/2018 à 14:43:48

Innadmissible, le choix des vaccinations doit etre LIBRE !

Anne godin
Le 06/12/2018 à 11:54:57

Experts sous influence : la justice donne raison à l'association E3M

En février 2017, l'association E3M a porté plainte contre le Dr Robert Cohen pour non-déclaration de ses liens d'intérêts avec l'industrie pharmaceutique lors de ses interventions dans les médias. Le 29 novembre 2018, la Chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins a rendu son jugement et a prononcé une sanction d'avertissement à l'encontre du Dr Robert Cohen. Pour l'association E3M, la transparence et l'indépendance vis-à-vis de tout lobby doivent être la règle dans les débats de santé publique.

Février 2017 : le dépôt de plainte par l'association E3M
Le Dr Robert Cohen, pédiatre et coordinateur du réseau Infovac, intervient régulièrement dans les médias au sujet de la vaccination. Début 2017, à l'occasion des débats autour de l'extension de l'obligation vaccinale, il a tenu des propos contestés par l'association E3M, notamment sur la question de l'aluminium vaccinal. De plus, il n'a pas déclaré ses liens d'intérêts avec l'industrie pharmaceutique, alors que la loi l'y oblige (articles L. 4113-13 et R 4113-110 du Code de santé publique).

Pour ces raisons, l'association E3M a déposé plainte auprès de l'Ordre des médecins en février 2017 (lire les arguments).

Le Dr Cohen reconnaît avoir des liens d'intérêts importants avec certains fabricants de vaccins. Par contre, il conteste devoir les rendre publics lorsqu’il intervient dans les médias.

Pour Didier Lambert, président de l'association E3M, « les liens entretenus par tout leader d’opinion avec l’industrie pharmaceutique sont de nature à altérer son indépendance et à influer sur son jugement. »

Les sommes en jeu sont conséquentes : entre 2012 et 2018, le Dr Cohen a reçu 57 730€ à titre personnel (sans compter les 60 contrats sans montants déclarés), et 748 520€ pour l'association ACTIV qu'il a créée et dont il est le directeur scientifique (sans compter les 14 contrats sans montants déclarés). Voir cette note pour plus d'informations.

Novembre 2018 : sanction du Dr Robert Cohen
Après avoir pris connaissance des arguments développés par les parties, la Chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins d'Île-de-France a sanctionné le Dr Robert Cohen par un avertissement. Elle reconnaît ses liens d'intérêts « patents » avec les fabricants de vaccins Pfizer, GSK, Sanofi Pasteur MSD et Novartis.

« Les experts, à défaut d'être rigoureux sur le plan scientifique, doivent au moins respecter la loi et annoncer leurs liens d’intérêts avec l’industrie. Cette décision de justice est une victoire pour tous les défenseurs de la démocratie » estime Didier Lambert.

L'association E3M, qui ne s'oppose pas au principe de la vaccination, mène des actions depuis 2001 pour faire reconnaître la dangerosité de l'aluminium utilisé comme adjuvant vaccinal (voir à ce propos l'excellente vidéo scientifique d'une maman sur la toxicité de cet adjuvant). L'association se mobilise en parallèle pour que soient remis sur le marché des vaccins sans aluminium, comme cela était le cas jusqu'en 2008. Elle demande aussi la création d'un corps d'experts indépendants de l'industrie pharmaceutique, afin que les avancées scientifiques et les débats publics ne soient pas profondément faussés par cette collusion d'intérêts.

Didier Lambert E3M
Le 06/12/2018 à 08:51:26

Pas de commentaire tout est dit. Je ne veux pas pour mes petits enfants une vaccination à risques.

Roux
Le 24/10/2018 à 15:20:17

Ne surtout rien soupconner de la volonte criminelle, ou une certaine rejouissance a facturer, ce que l on appelle joyeusement "Produire Des Richesses" des depraves qui nous soumettent a leur fanatisme socio commercial..!
Eux meme obeissent au multinacionales pharmaceutiques. Le poison nous a toujours fascine en France
Ministere de la sante Vendu a la maladie

Laissez vos airs serieux, ponderes : Depakine 15000 personnes afectees, Mediator, entre 5 et 10 000 pers affectees...et on poursuit les associations de defense des victimes !!!

achen
Le 24/10/2018 à 11:45:44

Il est irresponsable d imposer autant de vacccins et d exposition à l aluminium sous couvert de santé publique et ainsi monter une population plutot favorable en un grondement de défiance vis à vis de la santé publique, d autant que des preuves ezistent du danger et des solutions aussi (eliminer l aluminium comme adjuvant en utilisant un derivé du calcium par exemple)

sylvie p.
Le 13/09/2018 à 13:12:19

Réponse à Steph
Très sincèrement, autant je peux comprendre, pour avoir moi-même longtemps vécu en pays sans sécu, sans garantie d'aucune sorte et sans hôpitaux publics corrects (le Venezuela d'avant Chavez, du pétrole triomphant mais pas du tout réparti, celui qui veut revenir en force), qu'on soit traumatisé par les enfants qui meurent de choses hyper-soignables.
Cependant, si nos vaccins provoquent l'autisme et qu'on sait pourquoi, il est évident que pour les enfants qui meurent de la rougeole, il est aussi mauvais de finir autiste que mort de rougeole, dans des pays où rien n'est prévu pour le handicap, et où peut-être toute la famille va mourir de faim en tentant vainement d'assumer le handicap d'un seul de ses membres.
Ce n'est pas un luxe que de tenter de bien faire les choses, où qu'on s'en serve! C'est juste ce qui doit être. Et c'est un choix politique.

omsb
Le 03/05/2018 à 23:46:18

Reponse a Rene.

Je travaille dans un pays en voie de development et nous nous battons pour une meilleure couverture vaccinale. Malheureusement je vois encore des gosses de 5 ans mourir de la rougeole. Dans nos pays developpes ou les gens on oublie d'ou ils viennent et jusqu'a leur propre histoire on essaye de nous faire croire que la vaccination est dangereuse. Les accidents vaccinaux existent et je suis convaincu que les formulations peuvent etre ameliorees mais personne, doue de raison ne peut demontrer que le ratio risque/benefice est en defaveur de la vaccination

Steph
Le 03/05/2018 à 02:30:04

Il me parait normal de réclamer des vaccins sûrs, de les faire au bon moment en fonction des risques pour ne pas sursolliciter trop jeunes les petits organismes
Le problème se pose par ailleurs sur les médicaments (ex: Levothyrox), sur les compléments alimentaires et la profession d'herboriste, la réduction des moyens de l'hôpital et de la médecine en zone rurale .....
Tout un recadrage à faire

Le Vérinois

Le Vérinois
Le 03/05/2018 à 00:10:10

Il apparait évident que le droit à disposer de son corps devrait être inscrit dans la Constitution..

MADELEINE LACOUR
Le 02/05/2018 à 23:41:07

Il existe des preuves que l ' aluminium reste dans le cerveau , aucune preuve du contraire.

fabre
Le 02/05/2018 à 21:59:46

Qu'on errête de prendre les gens pour des imbéciles !

V Gallais
Le 02/05/2018 à 20:48:41

C'est un véritable génocide de la part de ceux qui sont à la tête de l'état ! Ouf, je n'ai pas voté pour eux ...

Pierre
Le 02/05/2018 à 17:34:15

Ceux qui réfutent le risque aluminium n'ont qu'à se faire injecter 10 doses pour nous prouver leur innocuité
On verra après , mais on a encre les écoles privées pour ne pas obéir aux dictats des actionnaires de nos hommes et femmes politiques

Il faut quand même dire que seule Roseline Bachelot nous fait rire, ni CRESSON, NI BAZIN NI

viitoz
Le 02/05/2018 à 16:17:36

plus que convaincue, malheureusement un peu désespérée !

michelle
Le 02/05/2018 à 15:58:38

Réponse à Steph
Ce n'est pas demain qu'on verra des vaccins sûrs!La rougeole,autrefois on restait au lit pendant une semaine et ça allait bien!
Plutôt que les vaccins,que les chercheurs travaillent sur l'immunité naturelle...si besoin de chercher!Mais voilà faut faire tourner la Machine économique et la fameuse croissance et l'emploi...et le profit pour une minorité.

René Kermagoret
Le 02/05/2018 à 15:51:50

Je ne signe pas. Nous voulons des vaccins surs ET obligatoires. Ca j'aurai signer. L'obligation du vaccin est totalement valide d'un point de vue sante publique, sinon on se retrouve avec des epidemies de rougeole comme en grande-bretagne.

Steph
Le 02/05/2018 à 12:58:01

Un vrai génocide moderne

Françoise Landelle
Le 02/05/2018 à 12:52:00


J'ai eu une très grave réaction sur ma santé après la première piqure du DTTAB. Il y a très longtemps. Depuis, je suis adhérente à l'association pour la liberté des vaccinations.
Cette obligation, ne serait-ce pas au profit de l'industrie pharmaceutique?...

Berthiot Dany
Le 02/05/2018 à 12:47:16

les intérêts en jeu, que ce soit ceux des Laboratoires ou même la Santé Publique ne doivent pas prendre le pas sur les faits avérés.
Cette étude US nous alerte fermement, après les publication courageuses des lanceurs d'alertes du monde médical.
pour ma part, je ferai en sorte de conseiller les 4 enfants sur ces dangers afin de ne pas a avoir la responsabilité de risquer d'empoisonner leurs enfants, mes petits enfants.
Le principe de précaution existe-t-il?
Bien cordialement
michel Vanquaethem

vanquaethem michel
Le 02/05/2018 à 12:33:55

je soutiens ce texte

Béatrice HOREL
Le 02/05/2018 à 11:47:13

Effets indésirables de la vaccination

Une dépêche de l’AFP du 17 mars, reprise par de nombreux journaux dont Sciences et Avenir, compare « certitude scientifique » et « décision juridique » au sujet de la prise en compte des effets indésirables de la vaccination.

Liliane Grangeot-Keros, de l'Académie nationale de pharmacie, ne comprend pas « les tribunaux qui prennent ces décisions : sur quoi se basent-ils ? Il est regrettable que l'autorité judiciaire ne suive pas les scientifiques. »

Nous disons tout au contraire : bien heureusement, les juges sont indépendants. Et dorénavant, le doute profite au patient, une démarche régulièrement promue par nos responsables politiques (Xavier Bertrand, François Hollande…).

Prenons l’exemple des personnes atteintes d’un syndrome de fatigue chronique (SFC) induit par les sels d’aluminium utilisés comme adjuvant vaccinal. Ce lien SFC – aluminium vaccinal est avéré par la présence d’une lésion persistante de l’aluminium au site d’injection (la fameuse myofasciite à macrophages) chez des personnes très probablement génétiquement prédisposés à mal éliminer les molécules toxiques.

Pendant de nombreuses années, la justice ne reconnaissait pas ce lien. En novembre 2012, le Conseil d’État faisait évoluer son analyse au vu des nouvelles connaissances scientifiques :

« Considérant que pour apprécier si une maladie est imputable au service, il y a lieu de prendre en compte le dernier état des connaissances scientifiques, (…) le lien de causalité entre la vaccination contre l'hépatite B subie par M. … dans le cadre de l’obligation vaccinale liée à son activité professionnelle et la myofasciite à macrophages dont il souffre doit être regardé comme établi. »

Le rapporteur public précisait les critères à mettre en œuvre pour que ce lien soit admis : absence d’antécédents, bonne santé du patient antérieurement à la vaccination, délai entre l’injection incriminée et la manifestation des troubles compatible avec les connaissances scientifiques (« les études disponibles font état de délais d’apparition des symptômes pouvant s’échelonner entre un mois et six ans »).

Il ne s’agit donc pas d’une décision de justice basée sur des certitudes scientifiques, mais sur une haute probabilité d’imputation basée sur des indices graves, précis et concordants. Cette analyse fait maintenant l’objet d’une solide jurisprudence avec 8 décisions du Conseil d’État (1), et elle est reprise maintenant dans les procédures civiles, en vertu de la décision de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) du 21 juin dernier, comme le rappelle l’AFP. Selon cet arrêt, « des indices graves, précis et concordants » apportés par le plaignant peuvent permettre « de conclure à l'existence d'un défaut du vaccin et à celle d'un lien de causalité » avec la maladie.

Madame Grangeot-Keros s’inquiète : « On va aboutir à quoi ? Au fait que les gens ne vont plus se faire vacciner. »

L’association E3M regrette cette prise de position publique, elle qui connait le quotidien des malades fait de douleurs, d’épuisement, de troubles cognitifs, de difficultés financières importantes générant l’exclusion sociale. Madame Grangeot-Keros se trompe de combat. Elle devrait agir pour que la recherche scientifique apporte toutes les réponses aux questions posées notamment dans le rapport de l’Académie de Pharmacie (2016).


Ce qui entraîne la suspicion des Français, ce ne sont pas les décisions de justice, mais l’immobilité des autorités sanitaires et publiques face à une question majeure de santé publique. Et le fait d’imposer l’injection de vaccins pédiatriques contenant de l’aluminium n’y changera rien, au contraire.

Pour l’association E3M :

Il n’y a aucun élément sérieux attestant de la sécurité d’utilisation de l’aluminium comme adjuvant vaccinal (voir la publication des Annales Pharmaceutiques Françaises - 2017).

Les études menées à travers le monde renforcent les craintes sur les effets indésirables majeurs induits par cet adjuvant (article 1 sur aluminium et autisme - article 2 sur le devenir de l’aluminium dans l’organisme et certains des effets induits).

La seule vraie question est celle du bénéfice-risques des vaccins avec aluminium. Et la réponse ne pourra être apportée que si les autorités sanitaires décident enfin de financer sérieusement la recherche.

Nous rappelons que Dominique Martin, Directeur Général de l’Agence du Médicament, a appelé « la puissance publique à prendre ses responsabilités en la matière », car « les investigations restant à mener s’annoncent relativement conséquentes, moyennant une approche complémentaire à la fois expérimentale et génétique. En tout état de cause, l’Agence n’est certainement pas en mesure de financer l’ensemble de ce projet » (compte-rendu de réunion du Conseil Scientifique de l’ANSM, 2017).

Pour sa part, France Assos Santé (union de associations d’usagers de la santé) demande (notamment) un financement public de la recherche sur les vaccins ainsi qu’un système d’indemnisation dédié à la vaccination (communiqué du 18 janvier 2018).

Mais du côté du gouvernement, c’est le silence le plus total. Jusqu’à quand ?

----

(1) Arrêts du Conseil d’Etat : n°344561 du 21.12.2012; n°345411 du 22.03.2013; n°362488 du 30 .12.2013; n°347459 du 30.12.2013; n°368150 du 11.04.2014; n°366470 du 23.07.2014; n°369478 du 22.07.2015; n° 369479 du 22.07.2015.

Mise au point de l'association E3M
Le 20/03/2018 à 08:04:41

et les enfants de Nés en 2017 ET LES ANNEES PRECEDENTES vont -ils avoir toutes ces maladies Puisqu'ils n'ont pas subi cette AVALANCHE de vaccins dont la plupart sont imposés " par le lobby pharmaceutique de
SANOFI bien avec notre Gouvernement ?OUI OU NON

jacky
Le 09/02/2018 à 15:28:15

Absolutement contre une vaccination obligatoire!
La liberté de choisir m'est trop importante!

Karel Desmet

Karel Desmet
Le 08/02/2018 à 19:30:25

j'espere que pour le prix, ces laboratoires qui sont en liens avec le mari de la ministre de la santé,offriront à tous les petits enfants de France de belles boucles d'oreilles en plastique jaune comme en ont nos bovins et autre animaux de ferme
avec obligation de les porter à chaque instant

Gudule
Le 04/02/2018 à 15:15:27

Depuis très longtemps et suite à accident vaccinal fils,amies,je travaille pour la liberté vaccinale.Mon corps m'appartient.
Voir Ligue nationale pour la liberté des vaccinations et ses nombreux arguments avec de la documentation sérieuse.
Très cordialement.
Jean Pierre Fayol

Fayol Jean Pierre
Le 01/02/2018 à 17:18:13

on ne connait pas le rapport bienfait/risque
les causes de bébés malades ou morts sont
camouflées

GOURDON.G
Le 01/02/2018 à 10:55:55

Fatiguée de voir, d'entendre plutôt, les médias dans la pensée unique: impossible sur Radio France par exemple d'avoir de vrais débats sur le sujet, avec de vrais médecins qui se posent les vraies questions, face à ceux qui ne mettent pas en doute le besoin de ces vaccins obligatoires. Démocratie, vous avez dit??.

marie-josèphe
Le 31/01/2018 à 18:51:03

Stop à tous ces p^roduits chimiques

vallee
Le 31/01/2018 à 15:27:26

Quand on cache des informations, que l'on ne remet pas en cause la dangerosité ou pas , d'un produit ou d'un adjuvant, que l'on bâillonne l'opinion.
Alors pour moi la personne qui fait cela, est corrompu à des intérêts qui ne sont pas ceux des citoyens et citoyennes français et françaises.

JMBasso
Le 31/01/2018 à 13:54:46

non a la dictature medicale , vaccner est un acte medical qui comprend des risques sous estimés voire dans bien des cas niés

pascale le gall
Le 31/01/2018 à 13:06:39

Depuis "Propagandia" de Edward BERNAY nous avons bien une science du mensonge
Le chef de l’Etat veut offrir à la démocratie française une loi sur les « fake news ».
C'est un comble pour cet état (comme beaucoup d'autres...) qui est en déni constant, puisque inféodé aux intérêts de groupe particuliers

alro
Le 31/01/2018 à 11:51:43

inacceptable,dangereux et j'en passe !

deanna martin
Le 31/01/2018 à 10:02:56

La puissance des labos et l'appui de M Lévy (Inserm) époux de Mme Buzin, comme par hasard ! ! !

Je suis écoeuré

CYRIL DURDUX
Le 30/01/2018 à 22:13:37

Mesdames et Messieurs les Sénateurs, je vous en prie, montrez que vous défendez la santé publique et pas l'enrichissement des lobbys pharmaceutiques. Ne rendez-pas la vaccination obligatoire pour 11 vaccins et rendez ceux indispensables plus sûrs, sans aluminium ni aucun additif dangereux.
D.Grellier

Yves et Danièla Grellier
Le 23/01/2018 à 19:03:32

Un retour à la raison pour la santé humaine est souhaitable et souhaitée Mme la Ministre.
Compte tenu des risques encourus par les bébés qui seront supérieurs aux bénéfices acquis, nous vous demandons, comme les éminents spécialistes cités à sursoir à cette stupide et dangereuse décision.
Marquer son "passage" au ministère par une telle décision arbitraire est tout simplement inadmissible. Encore une fois, quels laboratoires voulez-vous engraisser ?
Mettez plutôt en œuvre les dispositions préconisées par ces éminents professeurs de médecine.
Merci à vous !

Denis Locmélar
Le 23/01/2018 à 11:18:43

Le Prix Nobel de Médecine Pr Luc Montagnier a lancé un « Appel à la Raison » à la ministre de la Santé, au sujet des onze vaccins obligatoires, avec le Pr Henri Joyeux.


APPEL A LA RAISON

11 vaccins : Appel urgent aux personnels et professionnels de santé

Chers collègues, chères consœurs, chers confrères

La nouvelle loi, une erreur grave de santé publique
La nouvelle loi qui impose 11 vaccinations aux enfants est une grave erreur de santé publique. Elle a été amplement évoquée par la presse.

Nous, professionnels de Santé, prescripteurs et/ou vaccinateurs sommes engagés par la loi sur une voie qui pourrait se retourner contre certains de nos propres patients, contre notre profession, et contre nous-mêmes.

Vous allez comprendre pourquoi. Cet Appel souligne des éléments importants sur le sujet. Lisez-le attentivement avant d’accepter de le signer.

Nous ne sommes pas contre les vaccins : nous sommes opposés aux vaccinations systématiques et trop nombreuses avant l’âge de 2 ans.

Ces pratiques exposent les petits enfants à des complications, car leur système immunitaire n’est pas prêt à recevoir tant d’agressions antigéniques.

C’est ainsi que l’on peut craindre :

• Des morts subites du Nourrisson, même si elles sont rares ;

• Des maladies auto-immunes chroniques graves et handicapantes dans les années suivantes particulièrement du fait de la présence de quantités trop importantes de l’adjuvant aluminique dans la composition de la plupart des vaccins ;

• Des risques de cancers particuliers, des os, des muscles, des cartilages.. que sont les sarcomes, extrêmement graves chez des adolescents et adultes jeunes, détectés déjà chez les animaux recevant des vaccins avec l’adjuvant aluminium.

Vous êtes personnellement concerné si vous êtes :
• Médecins et Chirurgiens généralistes ou spécialistes,

• Internes des hôpitaux quelles que soient les spécialités,

• Etudiants en médecine, pharmacie, kinésithérapie,

• Pharmaciens d’officine ou d’industrie,

• Sages-femmes, infirmières-infirmiers et autres personnels de santé

• diplômé ou en formation.

Si vous appartenez au grand public, hors des professions de santé, n’hésitez pas à proposer ce texte à ceux qui vous soignent. Ils sont plus que jamais concernés et responsables.

Cet Appel est lancé par deux professeurs de médecine :



Pr Luc Montagnier


Pr Henri Joyeux
Le Pr Luc Montagnier

Prix Nobel de Médecine pour la découverte du Virus de l’Immunodéficience Humaine

Pr Henri Joyeux

Prix International de Cancérologie pour ses travaux en Nutrition


Voici 3 décisions d’une extrême gravité.
• Tout enfant né en France à partir du 1er janvier 2018 doit désormais obligatoirement recevoir avant ses 2 ans onze vaccins, contre trois auparavant.

• Les enfants non-vaccinés n’auront plus accès aux établissements d’accueil collectif à compter du 1er juin 2018.

• Les parents réfractaires ne relèvent plus désormais du Code de la santé publique, mais du Code pénal relatif à la santé de l’enfant qui prévoit une peine beaucoup plus lourde : deux ans de prison et 30 000 euros d’amende.

Aucune consigne spécifique n’est donnée concernant l’état immunitaire des enfants. Rien n’est dit pour promouvoir l’allaitement maternel, – en respectant le choix de la mère -, pourtant recommandé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et qui apporte pourtant la meilleure protection naturelle [1]. L’allaitement permet de reporter les vaccinations au-delà de deux ans, si les parents sont en bonne santé.

Cette augmentation brutale du nombre de vaccins obligatoires, et des sanctions, est présentée par la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, comme le moyen de « rétablir la confiance des Français » dans la vaccination.

Il s’agit d’un CONTRE-SENS de Santé publique, dont la ministre – soutenue de fait par les fabricants de vaccins – veut rendre responsable les familles.

Cependant :

• Le procédé est-il scientifique ? Est-il médicalement justifié ? Est-il finalement si démocratique?

• Est-il respectueux du principe de précaution et du droit français et des traités internationaux souscrits par la France ?

• Est-il bénéfique à la santé des enfants concernés, et du public en général ??

Le dispositif mis en place par la loi est malheureusement plus que douteux, entaché de flou voire d’opacité.

Les familles vont-elles devoir nous demander, avant toute vaccination, un certificat de responsabilité en cas de complications ?

Pour les 11 maladies, le nourrisson devra recevoir avant ses 2 ans au moins quatre injections intramusculaires, sans compter les rappels :

• 1 injection hexavalente contre Diphtérie-Tétanos-Polio-Coqueluche-Haemophilus Inflenzae b et Hépatite B ;

• 1 injection contre Rougeole-Oreillons-Rubéole (3 virus atténués) ;

• 1 injection contre le Méningocoque C ;

• 1 à 2 injections contre les Pneumocoques : un vaccin contre 13 sortes de pneumocoques (vaccin dit 13-valent) et un vaccin contre 23 sortes de pneumocoques (vaccin dit 23-valent).

Pourquoi votre action est importante aujourd’hui
Nous, Professeur Luc Montagnier et Professeur Henri Joyeux, lançons aujourd’hui cet Appel à nos confrères et à tous les personnels de santé de France, à cause d’un danger encore plus immédiat qui vous concerne personnellement en tant que professionnel de santé.

En tant que professionnel de santé, vous restez ultimement la seule personne responsable de tous les actes que vous pratiquez sur vos patients.

Aujourd’hui, la ministre de la Santé laisse entendre que l’Etat français « couvrira » tous les cas d’accidents ou effets secondaires liés aux vaccins.

Cependant, demain, les nouvelles lois sur les « recours collectifs » (« class actions ») menées par des associations de patients, pourraient vous rendre vulnérable à des poursuites judiciaires à titre personnel, avec des conséquences potentiellement dramatiques autant pour votre vie professionnelle que personnelle.

Cela est d’autant plus vrai que les laboratoires fabricants se sont dégagés de leur responsabilité, alors même que leurs vaccins n’ont pas subi tous les tests qui sont exigés pour les médicaments qui doivent obtenir une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché).

Les effets des onze vaccins sur le système immunitaire immature des enfants de moins de deux ans et dès la 6ème semaine de vie portent en eux-mêmes de nombreuses questions auxquelles la Science n’a pas répondu à ce jour, en particulier dans l’apparition de maladies inflammatoires chroniques ou auto-immunes.

Il sera très compliqué de soutenir l’inverse devant la Justice : plusieurs jugements y compris au niveau européen ont déjà condamné des laboratoires suite à des maladies relevant de l’aluminium comme la myofasciite à macrophages mais aussi d’autres maladies comme la sclérose en plaques (vaccin hépatite B).[2]

Actuellement, une procédure est en cours devant le Conseil d’Etat, à la demande de 3055 personnes pour faire retirer l’adjuvant aluminique présent dans les vaccins obligatoires et le remplacer par le phosphate de calcium. La ministre de la Santé doit répondre au plus tard le 15 janvier 2018 devant le Conseil d’État.

Les possibles conséquences négatives de l’obligation vaccinale généralisée pourraient exposer les professionnels de santé à des actions judiciaires aux fins d’obtenir des dommages et intérêts en cas d’accident. Elles pourraient être examinées demain par la Cour européenne des droits de l’Homme.

C’est pourquoi nous vous invitons à vous positionner officiellement à nos côtés pour demander au Gouvernement des éléments scientifiques supplémentaires pour justifier sa décision.

Il ne s’agit en aucun cas de nous opposer à la politique vaccinale, oud’encourager un quelconque mouvement de « résistance aux vaccins », et encore moins de contester l’efficacité des vaccins pour endiguer les maladies infectieuses. Aucun thérapeute sérieux ne peut contester l’efficacité de la vaccination dans de nombreux cas.

En revanche, il s’agit de faire part aux Autorités de nos interrogations, et nos sérieuses réserves, car notre préoccupation prioritaire est le bien-être et la santé des nourrissons.

Imposer les onze vaccins ne correspond pas, à l’origine, à une quelconque nécessité de santé publique.

Contrairement à ce qu’affirment les autorités, il n’y a pas de baisse de la « couverture vaccinale ».

Pour justifier sa décision, la ministre de la Santé a, en effet, évoqué à plusieurs reprises « une couverture vaccinale qui ne cesse de baisser ».

C’est inexact.

Les données officielles de Santé publique France indiquent le contraire : en 2015, la couverture des enfants de 2 ans contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, et Haemophilus influenzae b, dépassait les 95 %, alors qu’elle oscillait entre 87 et 91 % entre 2000 et 2013.

Les taux de couverture pour les autres vaccins [3] progressaient également. La primo-vaccination du nourrisson (3 doses) atteignait 98 % ou plus pour le DTP [4] ce qui est « très élevé et conforme aux objectifs de santé publique », selon l’organisme.

Si le gouvernement rend obligatoire aujourd’hui onze vaccins au lieu de trois, c’est pour une raison parfaitement connue, qui relève d’un tout autre registre que celui de la médecine pure.

Il s’agit de contourner une DÉCISION du Conseil d’Etat, une juridiction administrative et non médicale, qui concernait l’ancienne ministre de la Santé.

En effet, le 8 février 2017, le Conseil d’Etat, juridiction administrative suprême, a demandé au ministère de la Santé « dans un délai de six mois, et sauf à ce que la loi évolue en élargissant le champ des vaccinations obligatoires, de prendre des mesures ou de saisir les autorités compétentes pour permettre de rendre disponible des vaccins correspondant aux seules obligations ».

Ces vaccins « correspondant aux seules obligations » étaient en l’occurrence le DT-Polio seul qui a fait ses preuves et que les familles réclament. La pétition que l’un de nous a lancée http://petition.ipsn.eu/penurie-vaccin-dt-polio/   sur ce sujet a été signée par 1 138 888 personnes sans la moindre publicité des grands médias, bien au contraire.

Mais le DT-Polio seul n’était plus disponible en 2008, – par calcul et entente entre les fabricants -, et dans l’indifférence criante des Autorités, qui ont laissé s’écouler les stocks dans les pharmacies en 7 ans. Le DTP n’existait plus que couplé à d’autres vaccins ce qu’on appelle un vaccin multivalent.

Pourquoi avoir choisi cette voie quand la loi alors en vigueur, reposant sur des bases scientifiques non controversées, prévoyait le DTP seul ?

En somme l’obligation des onze vaccins permet d’aligner la législation sur les vaccins avec l’état de fait imposé par les fabricants, qui ont rendu introuvable le simple DTP en pharmacie, sans tenir compte de l’exigence des familles.

Signez cet l’APPEL À LA RAISON pour défendre l’intérêt de vos patients et exiger des Autorités un débat sur des bases sérieuses exclusivement médicales et scientifiques, hors des fabricants et de leurs affiliés.



wLOs
Pas de justification scientifique ni médicale sérieuse pour le choix des onze vaccins
Les onze vaccins désormais obligatoires étaient jusque-là recommandés sur le calendrier vaccinal, par les Autorités, sur la base de données scientifiques qui n’ont pas été remises en question ; c’est plus qu’une nuance.

Toutefois, ils ne correspondent pas forcément à des maladies représentant un risque significatif pour TOUS les enfants.

Le Premier ministre Edouard Philippe a invoqué dans son discours de politique générale de juillet 2017 les dix décès causés par la rougeole entre 2008 et 2016 pour justifier l’obligation de vaccin contre la rougeole.

Cependant, comme lui a répondu le Collège national des généralistes enseignants (CNGE), la majorité des personnes décédées souffraient d’un déficit immunitaire contre-indiquant cette vaccination. Faut-il croire que le Premier ministre n’ait pas été informé de cela par ses conseillers ?

Où est la logique ? Nous médecins, comment pouvons-nous encore nous justifier, rester crédibles face à nos patients qui nous demandent des explications ??

Et ce n’est pas tout. Pourquoi avoir rendu obligatoire la vaccination contre l’hépatite B et le méningocoque C ?

– L’hépatite B est une maladie qui ne se transmet que par le sang et les contacts sexuels. Le vaccin est donc utile chez les enfants dont un parent est porteur du virus. Or, il y a un dépistage obligatoire pour la mère à la fin du 2ème trimestre de la grossesse.

Ce vaccin est inutile chez au moins 95 % des nourrissons. Pourquoi leur faire courir le risque, même très faible, d’effets indésirables, s’il n’y a aucun bienfait en contrepartie ?

Selon les experts, la durée de protection contre le VHB reste incertaine, elle serait longue (>15 ans) : actuellement, aucun rappel ne semble nécessaire. C’est donc au-delà de 15 ans qu’il faudrait vacciner et uniquement celles et ceux qui courent des risques par leurs comportements ou par leur profession.

Enfin affirmer qu’avec le vaccin contre l’hépatite B, il n’y a pas d’atteinte neurologique avant 2 ans, ne préjuge pas d’atteinte plus tardive, quand on sait qu’il y a 25 cas de sclérose en plaques (SEP) de plus chaque année (700 enfants au total en France), commençant vers 6 ans et dans un âge moyen de 11-12 ans.

Une étude épidémiologique rigoureuse s’impose pour comparer les cas de SEP avec la vaccination contre DTP seul, et depuis la diffusion de l’Hexavalent recommandé. Nous l’attendons.

– Les infections à méningocoque C sont à risque infinitésimal en temps normal. La vaccination ne devrait être envisagée qu’en cas de risque d’épidémie avéré. En dehors de ce cas, dans une lettre ouverte aux députés, des confrères médecins généralistes estiment que : « la vaccination universelle contre le méningocoque C risque de provoquer plus d’effets indésirables graves chez les nourrissons que de bénéfices dans la population générale. [5] ». Nous partageons leur position.

On connaît actuellement 27 maladies bactériennes, 27 maladies virales, 10 maladies parasitaires, 2 maladies mycobactériennes. La décision de vacciner contre certaines, et pas d’autres, nécessite un débat scientifique qui n’a pas eu lieu.

Il y a cependant une logique, mais elle n’est pas d’ordre médical, ni scientifique.

C’est une « logique » administrative qui arrange les Autorités, sans parler des laboratoires pharmaceutiques.

Mais cette « logique » entraîne pour nous, professionnels de santé, une insécurité juridique importante. En nous y conformant, nous nous mettons en opposition avec la loi française et avec le droit international comme vous allez le vérifier !!

Non-conformité de l’obligation vaccinale de la loi française avec le droit international
En 2005, l’Unesco a adopté la Déclaration Universelle sur la Bioéthique et les Droits de l’Homme avec un consensus de 193 pays dont la France. Elle stipule que toute intervention médicale préventive ne doit être effectuée qu’avec le consentement préalable, libre et éclairé, de la personne concernée et fondé sur des informations suffisantes.

Ce n’est évidemment pas le cas de la vaccination obligatoire qui est imposée aux parents sous la menace de sanctions pénales et d’exclusion discriminatoire des collectivités (exclusion des écoles et crèches à compter du 1er juin 2018). Ainsi les enfants fragiles dans les suites de chimiothérapie, ou les poly-allergiques, qui ne peuvent, ne doivent pas être vaccinés, seront-ils exclus à jamais des collectivités ? Rien ne l’indique.

D’autre part, la Déclaration Universelle sur la Bioéthique et les Droits de l’Homme prévoit dans son article 2 que le « seul intérêt de la Science ou de la Société ne doit pas prévaloir ». Or, le principal argument formulé à l’appui de l’obligation vaccinale généralisée est l’intérêt de la société, au nom de la protection des personnes ne pouvant être vaccinées pour raisons médicales.

Nous sommes donc là aussi dans la contradiction.

De plus, la nouvelle obligation vaccinale contredit la loi du 4 mars 2002 relative au droit des malades, qui précise qu’« aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne ».

Enfin, le « Principe de Précaution », présent dans la Constitution Française, s’oppose évidemment à l’expérimentation grandeur nature, à l’échelle de toute la population des nouveau-nés.

La décision de vacciner doit rester de la responsabilité de chaque médecin et de chaque famille, sans leur imposer des gestes ne tenant compte ni de l’hérédité, ni des prédispositions du nouveau-né, ni de son cadre de vie et de son risque réel d’infection pour chaque maladie.

Ce sont les informations que le médecin doit obtenir et il n’est pas envisageable qu’il s’en passe : on ne vaccine pas à l’aveugle.

C’est la norme dans la plupart des pays européens où les enfants ne sont pas plus infectés qu’en France, alors que la vaccination n’est pas obligatoire.

Ne serait-il pas plus judicieux que le gouvernement raisonne en termes de recommandations et non sur le mode de l’obligation-sanction ? Les médecins et leurs patients ne sont pas stupides. Et il est bien connu que la responsabilisation donne de meilleurs résultats que la culpabilisation.
La ministre de la santé croit-elle vraiment qu’elle va restaurer la confiance dans les vaccins en laissant planer autant d’inquiétudes sur les épaules des parents et sur celles des professionnels de santé ?

Pas de consensus médical ni citoyen sur les onze vaccins obligatoires
Une concertation citoyenne a eu lieu, mais, contrairement à ce qu’affirment aujourd’hui les autorités et la plupart des médias, cette concertation ne s’est pas prononcée en faveur de l’obligation vaccinale.

Le Monde Diplomatique de janvier 2018 rappelle que le président de la concertation citoyenne à propos des vaccins, notre collègue Alain Fischer, « n’avait pas noté dans sa déclaration publique d’intérêts avoir reçu en 2013 un prix Sanofi-Institut Pasteur de 100 000€. En outre les conclusions présentées par celui-ci n’étaient pas le reflet de la concertation sur des points majeurs. »

Les professeurs Olivier Saint-Lary et Vincent Renard, respectivement président et vice-président du Collège National des Généralistes Enseignants (CNGE) l’ont rappelé avec force dans le Quotidien du Médecin du 27 novembre 2017 (p. 15) sous le titre : « Obligation vaccinale : la balance bénéfice/risque semble défavorable. » :

« Si une consultation citoyenne a bien eu lieu, aucun des groupes de concertation (usagers et professionnels) ne s’est prononcé en faveur de cette obligation. Seule la conclusion l’a proposée en s’affranchissant des préconisations des deux groupes. »

Nous sommes donc face à un recul démocratique. Cet élément pourrait là aussi se retourner contre la décision du ministère de la Santé.

Le comité d’orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination a d’ailleurs été dénoncé comme « une véritable opération de propagande (…) menée pour inciter les Français à se vacciner » par l’ancien secrétaire général de la Conférence nationale de santé Thomas Dietrich [6], qui a dénoncé l’absence de transparence sur les questions de santé.

Selon l’association pour une information médicale indépendante Formindep, cette concertation constitue « un échec complet » et traduit « un tableau alarmant de notre démocratie sanitaire ».

La question des adjuvants, en particulier de l’aluminium dans les vaccins, n’est pas résolue
Les antigènes présents dans les vaccins sont associés à des ADJUVANTS qui ne sont pas sans risques [7] destinés à stimuler d’une façon non spécifique le système immunitaire du nourrisson en construction.

Le plus utilisé en France est l’Hydroxyde d’aluminium

Quand la ministre Agnès Buzyn tranquillise les familles en affirmant que cet adjuvant est utilisé et bien supporté depuis 90 ans, elle ne tient pas compte de sa quantité injectée ni des effets secondaires dont l’augmentation des réactions allergiques. Ces effets secondaires étaient jusqu’alors peu répertoriés et leurs capacités empoisonnantes moindres car on apportait auparavant moins d’aluminium. Sans compter que la pratique récente de l’injection intra-musculaire du vaccin le rend plus nocif.

En outre les changements considérables de notre environnement (pollution chimique de nos aliments par les herbicides, les perturbateurs endocriniens, et peut-être aussi la pollution électromagnétique) pourraient fragiliser les réponses immunitaires aux vaccins tout en favorisant la pénétration de l’aluminium dans le cerveau des nourrissons.

Quand la ministre cherche sur les grands médias à affoler les familles, s’enorgueillit des décisions qu’elle prend, dénigre celles et ceux qui – sans être contre les vaccins -, mais sont pour une administration vaccinale adaptée à l’âge et à l’état du nourrisson, sous la responsabilité du médecin, elle n’adopte pas une attitude responsable.

Il faut pourtant ne pas ignorer que l’aluminium a été :

– supprimé des vaccins animaux du fait de l’apparition de sarcomes (cancers très graves) notamment chez le chat, dans la zone vaccinale, ou ailleurs dans le système osseux, les cartilages, les muscles.

Une étude italienne sur « les fibrosarcomes des chiens sur le site d’injection des vaccins. Comparaison avec ceux des chats », est très claire, notamment dans son introduction: « des dépôts d’aluminium ont été détectés dans 8 fibrosarcomes canins sur le site présumé de l’injection ainsi que dans11 fibrosarcomes post-vaccinaux félins par la méthode acide aurintricarboxylic. [8] »

Nous demandons que des recherches dans ce sens soient réalisées sans tarder chez les jeunes atteints de sarcomes quelles que soient les localisations.

– L’aluminium a été retiré des produits cosmétiques du fait de son absorption transcutanée qui pourrait augmenter les risques de cancer du sein.

Les animaux, les produits de beauté sont donc sanctuarisés. Mais pas les vaccins pour les enfants, alors que l’aluminium est directement injecté dans le muscle, contournant les protections (barrière intestinale, épiderme).

Les 11 vaccins obligatoires pour les nourrissons contiennent 3,8 mg d’aluminium, injectés dans les muscles, ce qui dépasse de loin les normes autorisées pour les adultes.

Contrairement à ce qui est répété dans de nombreux médias mal informés, et par la ministre elle-même, la toxicité de l’aluminium dans les vaccins a été clairement établie par les travaux du Pr Romain Gherardi [9] qui ont fait l’objet de publications internationales au plus haut niveau.

De même, l’équipe du Pr Christophe Exley, spécialiste de l’aluminium depuis 30 ans, a pu détecter récemment la présence toxique d’aluminium dans le cerveau de personnes autistes décédées. Certains avaient à peine 14-15 ans. « L’aluminium est intracellulaire. Dans les neurones mais surtout dans les cellules qui ne sont pas neuronales. Ce sont les cellules pro-inflammatoires. Des cellules qui viennent du corps qui traversent la barrière sang-cerveau en emportant l’aluminium avec elles. » https://www.prevention-sante.eu/actus/aluminium-autisme-decouverte-pr-christopher-exley  

C’est bien la voie d’administration qui est importante, car pris par voie digestive l’aluminium est normalement rejeté dans les déchets et donc sans danger, ce qui n’est pas comparable à l’injection intramusculaire, comme certains cherchent à le faire croire, car alors la quasi-totalité de l’aluminium vaccinal est capturé puis retenu dans le système immunitaire.

• L’hydroxyde d’aluminium des vaccins a l’inconvénient de persister très longtemps (plusieurs années) dans l’organisme. Cette biopersistance est responsable : de la myofasciite à macrophages dans la zone d’injection du vaccin : le 22 décembre 2017, une femme a obtenu une indemnisation suite au développement d’une myofasciite à macrophages après vaccination contre l’hépatite B contenant des adjuvants aluminiques;

• d’effets dans d’autres zones du corps, comme les organes lymphoïdes, le cerveau, les os, les reins.., avec des effets à long terme qu’l ne faut pas dissimuler à la population.

Risque de mort subite du nourrisson suite à la vaccination !
La somme desvaccins, utilisés trop tôt chez les nouveau-nés, peut déclencher une réponse inflammatoire puissante, par libération de protéines spéciales fabriquées par un système immunitaire agressé, les cytokines [10], pouvant entraîner la mort subite du nourrisson.

Une corrélation de temporalité est reconnue dans des cas précis.

Aux USA, en 2017, une publication [11] fait état parmi 20231 cas de complications rapportées après vaccination contre l’hépatite B, – 51% concernant des enfants de moins de 2 ans -, 197 Sudden Infant Death Syndrome (SIDS), c’est-à-dire Morts subites du nourrisson. Chez d’autres de plus d’un mois et de moins de deux ans, ce sont surtout les atteintes du système nerveux qui sont observées.

Bien avant, une publication du Consumer Health (Volume 22 Issue 4 April, 1999), http://www.consumerhealth.org/articles/display.cfm?ID=19990705002005,   du Dr Viera Schreiber rapportait 41 cas d’enfants morts dans les 21 jours après la première injection vaccinale. Plus des trois quarts des morts subites étaient corrélées à la vaccination.

Le Dr Schreiber avait pris soin d’enregistrer et d’analyser es troubles respiratoires chez les nourrissons avant et après vaccination. Elle donnait en référence son livre « Vaccination : The Medical Assault on the Immune System ».

Au Japon, en 1975, 37 cas de morts subites étaient rapportés et reliés aux vaccins. Les vaccinations avant deux ans furent alors supprimées par le gouvernement japonais entre 1975 et 1988. Les déclarations de morts subites ont disparu, jusqu’à ce que la liberté de vacciner de 3 mois à 48 mois reprenne, et que le taux de morts subites reparte à la hausse.

En 1982, dans Neurology, William C. Torch, pédiatre neurologue, publie « Diphteria-pertussis-tetanus (DPT) immunization : a potential cause of the Sudden Infant Death Syndrome (SIDS) » [12]. Sur 200 cas randomisés, il rapporte 70 cas de mort subite du nourrisson dont les deux tiers avaient été vaccinés au cours des 3 semaines précédentes. Il observait aussi une augmentation du nombre de cas, si on prend en compte un délai plus grand.

Evidemment toutes ces publications ont été fortement et agressivement attaquées. Mais on ne peut nier la relation temporelle entre vaccination précoce et mort subite.

Donc ce risque ne peut être passé sous silence. Vous devez en être informé afin que vous connaissiez exactement les dangers possibles de ces 11 vaccins injectés aux nourrissons avant l’âge de deux ans.

Nous estimons indispensable que ces informations soient portées à votre connaissance.

Des médecins indiens en 2017, rapportent après vaccination hexavalente, – celle qui fait partie des 6 premières des 11 vaccinations aujourd’hui obligatoires -, parmi les morts subites, 93,3% de décès de nourrissons de moins d’un an dans les 10 premiers jours suivant la vaccination, avec concentration les 3 premiers jours, et 7% dans les 10 jours suivants.

Chez ceux de plus d’un an, 83% de décès ont été répertoriés dans les 10 premiers jours et 17% après le 10ème jour.[13] La publication fait état du rapport confidentiel (n°19) fourni aux autorités européennes (EMA, European Medical Agency) par la firme GlaxoSmithKline (GSK) sur le sujet. Les collègues indiens demandent aux autorités de santé de leur pays de réviser leur confiance dans les affirmations de l’EMA.

Voilà pourquoi ce devrait être au seul médecin, et sous sa responsabilité, de prescrire en confiance avec les familles, telle ou telle vaccination chez les nourrissons, les enfants ou les adultes, en fonction de leur état de santé et de leurs besoins de protection, suivant leur environnement et leur mode de vie.

Pour une véritable reconnaissance des complications liées à la vaccination
La grande réticence des familles aux 11 vaccinations obligatoires s’explique aussi par la non-prise en compte des complications liées aux vaccins, plus nombreuses et graves que ne l’affirment les autorités de santé.

Les cas d’autisme, [14] de fibromyalgie, fatigue chronique, narcolepsie, et autres pathologies auto-immunes attribués par les patients à leur vaccination restent trop nombreux [15] pour être écartés définitivement.

En effet, selon le professeur Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations, « il est généralement admis que 1 à 10 % des effets secondaires graves liés aux médicaments font l’objet d’une déclaration aux centres régionaux de pharmacovigilance [16] », ce qui signifie que l’écrasante majorité des cas n’est pas analysée.

En particulier, il n’est pas démontré qu’aucun lien ne sera jamais établi avec la vaccination, notamment pour des cas de cancers observés chez des enfants et des jeunes, tels les sarcomes, cancers très graves, que l’on a relié à l’aluminium chez les animaux dans différentes parties du corps, mais qui restent chez les enfants et les jeunes sans cause(s) reconnue(s), en dehors de dépression immunitaire majeure.

Face à ces risques bien réels, la confiance ne sera restaurée qu’en proposant les meilleurs vaccins nécessaires, injectés séparément selon l’âge de l’enfant, testés comme les médicaments, et qui ne contiendront plus des adjuvants nocifs.

Non à la précipitation
Jusqu’à présent, les autorités françaises font la sourde oreille et n’écoutent ni les citoyens qui s’expriment, immédiatement catalogués « complotistes » et « anti », ni les professionnels de santé qui s’inquiètent.

Ceux qui osent prendre part au débat sont trop rares et alors trop facilement accusés d’être « anti-vaccins ». Cet ostracisme est mené par tous ceux qui veulent imposer les vaccinations dans la précipitation, sans en étudier en détail les conséquences possibles.

Cela ne correspond absolument pas à notre position qui est prudente, scientifiquement et médicalement fondée, et qui rejoint les conclusions de nombreux experts indépendants des laboratoires.

Aujourd’hui, la décision hâtive du gouvernement d’imposer les onze vaccins obligatoires met toute la profession médicale dans une position plus qu’inconfortable.

Avant que ne se produisent les premières conséquences de l’application de la loi, nous vous invitons à signer cet APPEL A LA RAISON pour poser des questions et demander un débat ouvert sur des bases médicales et scientifiques.



vFdT
Nous sommes en démocratie et la force du nombre est indispensable pour faire vivre le débat et empêcher l’enfermement dans une politique contraignante, autoritaire, et aveugle, dont les dommages collatéraux sont connus d’avance.

Aujourd’hui, on nous assure que tout ira bien. Les récentes affaires du Médiator et d’autres médicaments, où de nombreux praticiens ont été mis en cause, prouvent que les assurances des autorités sont illusoires.

Elles ne sont de toute façon pas conformes au Serment d’Hippocrate et au principe de la responsabilité du médecin.

C’est pourquoi nous vous invitons à signer notre Appel à la Raison, et à transférer ce message à tous les praticiens de votre entourage.

Encore une fois, il ne s’agit en aucun cas de s’opposer au principe de la vaccination, mais au contraire de le réaffirmer face à une politique aventureuse qui ne peut que conduire à semer encore plus le doute dans les esprits !!!

Selon le Vaccine Confidence Project (« Projet confiance dans les vaccins ») dont les résultats ont été publiés sur EBioMedicine en septembre 2016, 41% des Français interrogés estiment que les vaccins ne sont pas sûrs, un record mondial, malgré une propagande pro-vaccinale intense récente.

Le phénomène ne peut plus être ignoré. Il dépasse largement le cercle des militants anti-vaccins qui reste très marginal et auquel on cherche trop souvent à nous associer sans le moindre discernement.

Pour restaurer la confiance, demandons au gouvernement le dialogue, la transparence, un vrai débat scientifique basé sur des preuves médicales, pour une décision réellement conforme au bien de chacun.

En conclusion nous demandons un engagement formel et officiel des autorités de santé sur les 5 points suivants
• Pas de vaccination obligatoire avant les deux ans de l’enfant, sauf nécessité justifiée et prescrite par le médecin responsable.

• La prise en compte de la protection par les anticorps du lait maternel afin que le maximum d’enfants puisse en bénéficier (et selon le libre choix de la mère), comme cela est recommandé par l’OMS, pour reculer les dates de vaccinations.

• La soumission impérative des vaccins à des tests adaptés, inspirés de ceux des médicaments pour obtenir l’AMM.

• La suppression de la vaccination des nourrissons contre l’hépatite B, inutile dès la 6ème de semaine de vie.

• La mise au point d’adjuvants non toxiques dans les vaccins, tel le phosphate de calcium qui est inoffensif, les preuves scientifiques certaines de la toxicité de l’aluminium étant établies.

Ce n’est qu’à ce prix que la confiance vaccinale sera rétablie dans notre pays.

N’hésitez pas à diffuser cet APPEL À LA RAISON à tous les personnels de santé parmi vos connaissances.

Eux aussi doivent être protégés pour rester au service de leurs patients.

Avec nos remerciements,

Pr Luc Montagnier
Pr Henri Joyeux

Pr Luc Montagnier
Le 23/01/2018 à 09:25:09

Améliorer la santé des français est possible et cela passe par la fin de la corruption : 3% du budget national doivent être réellement attribués à la recherche publique et la gestion de cette argent doit se faire par les instances élues par les chercheurs et non par les lobbys industriels.
PAS DE PRIX NOBEL POUR LE MEDEF!

Alain Wazner
Le 17/01/2018 à 08:20:33

Les sels d' aluminium sot toxiques , notamment pour le cerveau,(Provoquant un syndrome d' Alzheimer), voudrait- on nous abrutir encore un peu plus ?
Le Q.I. Moyen est déjà à la baisse, (sans doute les atteintes dues aux pesticides agricoles).
Q.I en baisse, Alzheimer précoce , plus d' argent pour les retraites, pourquoi pas aller vers le meilleur des mondes,on
éliminerai les bouches inutiles de plus en plus jeunes.

OM GG
Le 16/01/2018 à 19:22:38

Les enfants et petits-enfants des membres du gouvernement et leurs bon amis recevront ils eux aussi les 11 vaccins ?

Il serait intéressant qu'une enquête soit faite sur ce sujet.

Marie-Caroline DAL MASO
Le 15/01/2018 à 20:53:36

Laissez nous libres de notre corps.

Michele DEBBI
Le 15/01/2018 à 18:51:43

il n'y a pas de vaccins sur Dr. Louis de Brouwer ""
La vaccination constitue la plus grande esrcoquerie commerciale et scientifique de tous les temps.
Elle est responsable d'un nombre incalculable de décès d'enfants en bas âge et d'adultes .
Dr. Jean Elmiger :"" Le meilleur vaccin est celui que vous jetez à la poubelle.Je le répète encore une fois , il n'existe aucun vaccin qui ait fait la preuve de sa pleine efficacité, et encore moins de sa totale innocuité .
Des médecins qui ont vu les dégâts , il y en a d'autres , beaucoup d'autres !

un anonyme
Le 15/01/2018 à 18:32:44

Des vaccins sures et non obligatoires Par solidarité

Siegfried
Le 15/01/2018 à 16:54:48

il faut davantage d'expérimentation avant de commercialiser ces vaccins, en particulier parce que ils sont destinés aux nouveaux nés.

veronique
Le 15/01/2018 à 16:25:20

Liberté de se soigner par choix éclairé et motivé par l'Amour, et non motivé par l'argent Roi

un anonyme
Le 15/01/2018 à 15:22:56

Que penser des vaccins et sont ils aussi inoffensif qu'on veut bien nous le faire croire? Je m'interroge vraiment car maman d'un enfant IMC grand prématuré certains vaccins lui ont été complètement interdits!! Je vous laisse réfléchir et pour moi les 11 vaccins obligatoires depuis 2018 sont surtout un cadeau pour les laboratoires.

juliette cortesi
Le 15/01/2018 à 14:55:31

Pour info, l n'y a pas que nos souris qui ont du pouvoir !
Notre premier acte de résistance contre les 11 vaccins obligatoires : une plainte pénale !



Après deux semaines de recherches et d'analyses d'une importante compilation d'informations, l'équipe de juristes dirigée par Maître Serge Lewisch du barreau de Paris (lewisch@orange.fr.   ) 132, bd du Montparnasse 75014 Paris France, et de spécialistes des questions de santé nous propose de déposer près du Procureur de la République de Paris une plainte contre X pour les infractions ou tentatives d'infractions suivantes :


. emploi ou administration de substances de nature à entraîner la mort, empoisonnement

article 221-5 du Code Pénal


. administration de substances nuisibles ayant porté atteinte à l'intégrité physique ou psychique

article 222-15 du Code Pénal


. violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité

article 221-6 du Code Pénal


. exposition d'autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité

article 223-1 du Code Pénal


. expérimentation sur la personne humaine sans avoir recueilli le consentement libre et éclairé des titulaires de l'autorité parentale

article 223-8 du Code Pénal


. abus frauduleux de l'état d'ignorance ou de la situation de faiblesse d'un mineur pour conduire ce mineur à un acte qui lui est gravement préjudiciable.

article 223-15-2 du Code Pénal


. violation du principe d'indépendance des experts


. conflit d'intérêt par une personne dépositaire de l'autorité publique

article 432-12 et 432-13 du Code Pénal


. trafic d'influence

article 433-2 du Code Pénal


. non obstacle à la commission d'une infraction et non-assistance à personne en danger

article 223-6 al. 1 et 2 du Code Pénal


. tentative de ces infractions

article 121-5 du Code Pénal



Nous demandons à toutes celles et à tous ceux qui sont concernés par le sort des 800 000 bébés qui naissent tous les ans, que vous soyez ou non parents ou grand-parents, de nous rejoindre après avoir lu avec attention la plainte pénale ci jointe.



De nombreux futurs parents sont angoissés : « serait-ce dangereux pour mon enfant de ne pas le vacciner » ? A ce sujet, comme il est démontré dans la plainte pénale, la propagande qui nous assène que "les vaccins c'est bon pour les nourrissons" (afin de nous rendre dociles face à l'obligation d'injecter dans le corps de bébés les substances nuisibles contenues dans ces 11 vaccins), est scientifiquement infondée.



D'ailleurs le gouvernement français est l'un des seuls dans le monde et en Europe de l'Ouest qui veuille imposer un nombre aussi grand de vaccins !



A l'heure actuelle, si aucune action n'est entreprise, les futurs parents vont devoir inoculer à leur nourrisson de six semaines des produits hautement toxiques qui mettront en danger sa santé et même sa vie.



De nombreux procès en responsabilité sont à prévoir devant les juridictions civiles, comme dans les affaires de l'amiante ou du médiator, mais on sait qu'ils peuvent durer de très nombreuses années et que les laboratoires ne les craignent pas, compte tenu des milliards d'euros qu'ils attendent de la commercialisation de ces vaccins.



Naturellement, si vous êtes de futurs parents qui en 2018 devrons inoculer à leur nourrisson de six semaines 11 vaccins, merci de nous le préciser.



N'attendons pas de constater la catastrophe qui s'annonce !



La seule solution pouvant être rapidement efficace est aujourd'hui une plainte pénale.



Pour résister avec nous, il vous suffit de :

De télécharger, de lire la plainte pénale avec attention : Cliquez ici pour la plainte pénale ;
D'imprimer et de signer la dernière page de la plainte pénale ;
De télécharger et d'imprimer et de le remplir (renseignements sur l'état civil, etc.) : Cliquez ici pour le formulaire ;
De faire une copie de votre pièce d'identité ;
De numériser ses trois documents ;
De nous les renvoyer par email à l'adresse suivante : plaintepenalevaccins@gcpww. org
Bien à vous et très amicalement.



Sophie Guillot, porte-parole du collectif « Ensemble pour une Vaccination Libre » contact@epvl.eu.  

Pierre Lefevre, porte-parole du collectif « Libre consentement éclairé » lefevre@gcpww.org.  



* * *



Notre action est soutenue par MEDECINE & PHARMACOPEE CHINOISES FRANCE qui se met bénévolement à notre service pour la gestion administrative de notre collectif - Vous pouvez soutenir son action en faisant un don même d'1 euro symbolique :

Afin d'éviter les frais retenus par Paypal (5 %), le mieux est de faire un virement bancaire, même pour 1 euro ! Coordonnées bancaires :

IBAN : FR76 1820 6002 5765 0396 8037 242 – BIC : AGRIFRPP882

RIB : BANQUE : 18206 GUICHET : 00257 N° de COMPTE : 65039680372 CLÉ : 42

DOMICILIATION : PARIS ORDENER (00257)

TITULAIRE DU COMPTE : ASSOC. MÉDECINE ET PHARMACOPÉE CHINOISE FRANCE

Cliquez ici pour la plainte pénale
Cliquez ici pour le formulaire
Si vous souhaitez vous désinscrire de notre newsletter, cliquez ici



un anonyme
Le 15/01/2018 à 12:27:32

2018
Face au déni, agissons ensemble

L’année 2018 démarre avec son cortège de onze vaccinations obligatoires. Mis à part le ROR (Rougeole-Oreillon-Rubéole), tous ces vaccins contiennent de l’aluminium.

Pour faire passer cette extension de l'obligation vaccinale, le rouleau compresseur est en marche. Difficile de nous souhaiter une bonne année dans ce contexte...

Les « fake news » officielles circulent toujours, malgré nos dénonciations de 2017. Des « Youtubeurs diffuseurs de bonne parole » sont recrutés par le Ministère de la santé. Le Président de la République Française, dans un courrier daté du 18 décembre, répond à la lettre ouverte que lui a adressée E3M le 29 novembre 2017 en ces termes : « […] aucun lien scientifiquement prouvé ne remet en cause l’innocuité des vaccins. »

Cette affirmation est contraire à la réalité.

Les alertes les plus récentes sur l’adjuvant aluminium, qu’elles émanent de France, d’Espagne ou d’Angleterre, indiquent la forte possibilité que l’aluminium vaccinal induisent des pathologies neurologiques chez l’homme et l’animal. La sécurité des vaccins contenant cet adjuvant est donc mise en cause, que cela plaise ou non.

Le documentaire de Marie-Ange Poyet, L’aluminium, les vaccins et les deux lapins…, montre bien à quel point cette question de l'aluminium est importante. C’est pourquoi l’association E3M, qui a co-produit le film (financé par plus de 400 donateurs) le met à disposition de tous et en accès libre sur Youtube.
Voir le film

L’association E3M sera aux côtés des victimes de l’aluminium vaccinal

S’appuyant sur la position des autorités sanitaires, une mairie a décidé en début d’année de ne pas accepter un certificat de contre-indication pour un enfant dont le grand-père est atteint de myofasciite à macrophages. Les parents ont saisi le défenseur des droits. S’ils le souhaitent, ainsi que d’autres parents à venir, E3M sera à leurs côtés. L'objectif : que la justice, qui reconnaît le lien entre la myofasciite à macrophages et l’aluminium vaccinal, impose à l’État d’accepter dans ses écoles des enfants non-vaccinés du fait d’une prédisposition génétique à développer une pathologie post-vaccinale.

Des professionnels de santé se mobilisent

Près de 150 professionnels de santé vaccinateurs refusent publiquement de promouvoir cette obligation vaccinale, tant que les vaccins contiendront de l’aluminium. Ils veulent continuer à privilégier l'échange avec leur patient, c'est dans le cadre de ce « colloque singulier » que la décision d'injection de tout vaccin doit être prise.
1000 citoyens et professionnels de santé sont, avec E3M, à leurs côtés et les soutiendront en cas de difficultés émanant des autorités sanitaires. Chacun peut rejoindre ces éclaireurs de conscience courageux.

Face à la désinformation, la population doit savoir

Il y a urgence à connaître précisément le risque lié à la présence d’aluminium dans les vaccins, la recherche doit bénéficier de tous les moyens financiers permettant d’obtenir les réponses à cette question.

Il y a urgence à mettre au point des adjuvants alternatifs et/ou à utiliser ceux qui ont fait leur preuve, comme le phosphate de calcium.

E3M persistera à dénoncer les fausses informations via ses communiqués de désintox, comme ceux du 3 janvier, du 4 janvier et du 8 janvier 2018.

Nous continuerons à soutenir la recherche indépendante de l’industrie pharmaceutique et à informer chaque citoyen, journaliste, professionnel de santé, élu, des avancées de la science.

E3M
Le 15/01/2018 à 08:08:34

Pour des vaccins plus sûrs, sans adjuvants toxiques

DOMINIQUE ROY
Le 10/01/2018 à 00:07:47

Vacciner nos bébés contre une maladie sexuellement transmissible,l'hépatite B(sauf exception),ou contre la méningite,avec une souche qui n’est pas celle qui tue nos ados cet hiver...le tout avec des adjuvants dont on connaît les effets potentiellement toxiques(aluminium,mercure..)est- ce bien raisonnable...sauf,bien sûr ,si les intérêts sont tout autres que la santé de nos enfants!

Marlot- DePaulis
Le 09/01/2018 à 18:02:02

Il serait grand temps de faire ce qui s'impose depuis des années et qu'on ne fait pas par servilité vis à vis des labos fabricants de venins lucratifs: une étude systématique de l'état des gens (adultes, enfants, bébés) Un jour, une semaine, un mois, un an, 5 ans, 10 ans après vaccination. Les 4 premiers pour tout le monde, les suivants pour ceux qui ont des troubles à la suite de la vaccination, et tous ceux qui sont atteints des maladies contre lesquelles ils sont vaccinés doivent être comptabilisés aussi. Ce afin de recenser tous les troubles et leur évolution, leur proportion, les circonstances qui déterminent qu'on souffre ou pas de troubles. Comme il n'y a JAMAIS eu d'études sur les cas d'autisme et d'autres graves maladies provenant des vaccinations, il est facile de dire qu'il est scientifique que ce trouble n'existe pas puisqu'il n'est pas recensé. Or, tous ceux qui ont eu le malheur d'approcher cette réalité, soit qu'ils ont eu un enfant ou adulte chez eux ou dans leur parentèle, soit qu'ils y aient eu accès professionnellement, savent très bien que c'est la vérité. On vaccine un gosse ou un adulte qui va très bien, et dès le jour-même parfois, il décline et sombre, pour ne jamais revenir à son état premier. Beaucoup de gens ont cette terrible expérience, mais on ne la compte pas, c'est comme si elle n'était que le résultat de tristes fantaisies ou de délires de persécution, et c'est le souffrant qui se sent anormal... Pourquoi les labos ne disent-ils pas: Faisons cette étude, finançons quelque chose qui intéresse la population et qui sera à notre avantage puisque nous sommes sûrs que ce n'est pas le cas. Et là, plus de problème, tout le monde sera convaincu. Ils ne le font pas parce qu'ils savent qu'ils perdront, ils savent qu'ils nous empoisonnent et ils s'en fichent, ils comptent le contenu de leur tiroir-caisse, c'est tout ce qui les intéresse.

omsb
Le 09/01/2018 à 13:52:35

L'INSERM. Institut National pour la Santé et laRecherche Médicale .
Organisme conposé de brillants chercheurs,appelés " les scientifiques "quand on leur donne la parole sur les bienfaits de la vaccination.Et pour cause !
Leur chef, Mr Lévy ,pdg de l'INSERM verrait bien étendre la vaccination obligatoire à tous les Français.
Pas difficile ! Il en parle à son épouse,ministre de la santé,et hop,ça marche !
Voilà donc un conflit d'intérêts " haut de gamme " . Affligeant !
Jeunes parents,ne craignez rien.Vous ne serez pas obligés de faire piquer vos bébés.Pour l'instant il n'y a pas de poursuites judiciaires pour les récalcitrants !
Et puis,très vite ,nous devrons nous aligner sur les pays "évolués " nordiques qui n'imposent ,eux,aucune vaccination.
Au revoir Madame la Ministre!

Raoul
Le 09/01/2018 à 11:48:42

Enfant, j'ai reçu les 3 vaccins obligatoires, puis, alerté sur leurs dangers, j'ai cessé toute autre inoculation. Mes enfants n'ont pas été vaccinés et se portent très bien.

André Irlinger
Le 09/01/2018 à 10:48:11

C'est absolument intolérable qu'une personne en charge d'autorité et qui devrait être exemplaire ne fasse pas preuve de rigueur et affirme n'importe quoi !
La stratégie de cette ministre comme de celle qui l'a précédé c'est de chercher à déconsidérer les citoyens qui réclame simplement que cette question soit abordée honnêtement et qu'on forunisse des vaccins sans aluminium

Eric BURIOT
Le 09/01/2018 à 10:19:03

Que tous les membres du gouvernement se fassent vacciner et fassent vacciner leurs enfants! Ils sont assez nombreux pour qu'on puisse se faire une idée de ce qu'ils en pensent!Après on en reparlera!

Pierre Jaussaud
Le 09/01/2018 à 09:21:58

[Désintox] Deux fausses nouvelles répandues par la Ministre de la Santé


Le 8 janvier 2018, la Ministre de la Santé est interviewée par un journaliste du Quotidien du médecin. Celui-ci la questionne sur une récente décision de justice :

« Un jugement vient de décider l’indemnisation d’une secrétaire médicale ayant présenté des symptômes suite à une vaccination obligatoire contre l’hépatite B : ne craignez-vous pas que la cohérence de la politique vaccinale soit mise à mal par ce type de décision ? »

La Ministre de la Santé répond :

« La décision de justice ne fait pas le lien entre vaccin et troubles physiques. Le problème est que la myofasciite à macrophages (dont se plaint la patiente indemnisée, N.D.L.R.) est une maladie qui n’existe pas pour l’OMS, elle n’existe qu’en France, pour une seule équipe. Ce jugement est une façon de régler un problème mais il ne s’agit pas d’un argument scientifique certifiant un lien causal. »


Ces deux affirmations de la Ministre sont fausses :

1/ Sur la décision de justice :

• La Cour d’Appel de Nantes a admis le lien entre le vaccin aluminique reçu par la patiente, la lésion de myofasciite à macrophages et les symptômes associés le 21 février 2013 (jugement n° 11NT02844) : Considérant qu'il résulte de l'instruction (…) que Mme D... présente, outre des lésions musculaires de myofasciite à macrophages à l'emplacement des injections vaccinales, l'ensemble des symptômes associés à l'affection du même nom décrits ci-dessus, (…) le lien de causalité entre la vaccination contre l'hépatite B subie par Mme D... dans le cadre de l'obligation vaccinale liée à son activité professionnelle et la myofasciite à macrophages dont elle souffre doit être regardé comme établi et de nature à ouvrir droit à réparation au profit de Mme D... au titre de la solidarité nationale ;

• La Cour d’Appel de Nantes a fixé, dans son arrêt du 22 décembre 2017 (n° 16NT01541) la somme mise à la charge de l’Office national d'indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales : 190 751,19 €.

Cette décision de justice est conforme à d’autres décisions prises par les Cours d’Appel de Nantes et Versailles. Elle confirme une jurisprudence solidement établie par le Conseil d’Etat (8 arrêts depuis fin 2012). Elle intervient après 10 ans de procédure. La victime a perdu son travail, a vu sa vie sociale et personnelle détruite par l’épuisement et les douleurs. Un peu d’humanité et de respect seraient bienvenus.



2/ L’aluminium vaccinal n’est pas un problème franco-français.
De nombreux chercheurs dans de nombreux pays travaillent sur la toxicité de cet adjuvant. La myofasciite à macrophages ne s’arrête pas à nos frontières (France, Portugal, États-Unis, etc.).
Le Pr Gherardi a répondu à cette fake news : https://youtu.be/5loNt2n2iGI  


Pour toute information sur la décision de justice : Me François JEGU, SCP Julia Jégu bourdon, 06 24 71 34 22

E3M
Le 09/01/2018 à 07:21:20

L'ANSM doit mettre à jour ses données
sur la myofasciite à macrophages


Mardi 2 janvier 2018, France Info a diffusé ces propos tenus par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) :

« Il y a très très peu de patients qui font état de myofasciite à macrophages à la suite d'un vaccin. Nous n'avons aucun signalement depuis 2015. Au long cours, on en a eu assez peu : moins de 10 cas diagnostiqués depuis 2006. »

Cette information de l’ANSM est fausse.

Parmi les adhérents de l’association E3M, 89 personnes ont été diagnostiquées entre 2006 et 2017 (certificat de biopsie faisant foi). Le chiffre réel est bien supérieur, la totalité des malades n'adhérant pas à l’association.

Les chiffres émanant du centre de référence sur la myofasciite à macrophages (Pr Authier - hôpital Henri Mondor, Créteil) font état, pour ce seul centre, de 213 cas positifs entre le 01 janvier 2006 et le 31 décembre 2017.

Ces données ne représentent que la partie émergée de l’iceberg.

Si l’on veut connaître le nombre exact de personnes atteintes de myofasciite à macrophages, l'ANSM doit arrêter de proclamer que cette maladie n'existe pas et au contraire informer l'ensemble des médecins de France. C’est ce qui s’appelle mener une pharmacovigilance active, comme l’association E3M n’a eu de cesse de le demander (dossier présidentielles 2017, page 10). L’article de France Info démontre malheureusement que cela reste toujours un vœu pieu.

Les victimes apprécieront…

E3M
Le 03/01/2018 à 09:22:13

Quand va-t-on prendre en compte les dangers des vaccins ?
Quand les élues et élus vont prendre en compte la santé, le bien-être, l'intéret général, le respect de l'être humain ?
Quand va t'on écouter, les donneurs d'alertes au sens général à travers leurs articles, publications, livres etc, au lieu de privilégier le profit ?

Je demande la suppression de cet article de loi en outre anticonstitutionnel (voir le commentaire de Chris du 31-10-2017).

Didier Coupé

Didier Coupé
Le 02/01/2018 à 19:54:22

Pourquoi tant de vaccins et surtout avec de l'alu ?....

Demeusoy
Le 30/12/2017 à 21:29:37

Vivons-nous encore dans un pays où le mot liberté à un sens ? Elles sont rognées de toutes parts peu à peu, sois-disant pour notre bien. Mais dans ce cas précis, concernant les vaccins, les parents qui s'y opposent sont des adultes à respecter !!

Patricia BOULANGER
Le 30/12/2017 à 18:48:05

Comment expliquer cet acharnement ? Comment ne pas arriver à comprendre qu'un si grand nombre de vaccins sur un petit enfant avec des adjuvants plus ou moins contestés ne peuvent pas avoir de graves conséquences à plus ou moins long terme sur la santé ? Nous sommes nombreux à penser que ces décisions imposées contre le souhait des parents ne sont encore et toujours qu'un problème de lobbys. Très grave pour la confiance !

Patricia BOULANGER
Le 30/12/2017 à 18:43:38

Nous refusons cette main mise des institutions médicales sur la santé des enfants.Comment peut-on penser une seule seconde que tous ces vaccins sont pour le bien de l'enfant / du nourrisson? Qu'en est-il de sa propre immunité?

faw
Le 30/12/2017 à 18:27:29

la majorité n'en veut pas ! l'aluminium est une catastrophe ! et ce mélange de TANT de vaccines est effrayant !

deanna martin
Le 30/12/2017 à 15:24:08

la vaccination ne doit pas être obligatoire : que ceux qui croient encore aux bienfaits de la vaccination se renseignent et s'ils tiennent toujours à s'injecter toutes ces saloperies, qu'ils le fassent mais sur eux, pas sur leurs enfants qui doivent avoir le choix quand ils seront adultes....

francoise ligier
Le 28/12/2017 à 10:26:56

Les vaccins à l'unité! Pas d'aluminium dans les vaccins!

Baratelli
Le 28/12/2017 à 09:09:45

Nous voulons en plus la liberté vaccinale...
Il n'y a aucune raison que l'état se substitue aux choix des parents.

ISABELLE SAINT AUBIN
Le 28/12/2017 à 08:48:01

Nous voulons en plus la liberté vaccinale...
Il n'y a aucune raison que l'état se substitue aux choix des parents.

ISABELLE SAINT AUBIN
Le 27/12/2017 à 17:01:06

Pas de vaccins avec aluminium et pas 11 vaccins obligatoires

Demeusoy
Le 27/12/2017 à 15:34:28

On veux pouvoir ce faire vacciner sans prendre de risque pour notre santé. Je suis une personne responsable, pas un pion dans une population.Ma santé n'est pas à vendre à des lubies pharmaceutiques.
Merci.

Brigitte Battiston
Le 26/12/2017 à 20:35:43

On en peut plus de ces gouvernements qui nous prennent pour des vaches à lait au détriment de la santé des populations....!!!!

lemahieu
Le 26/12/2017 à 19:06:28

il n'y a aucun sens à vacciner par exemple un jeune enfant contre l'hépatite maladie transmissible sexuellement.les pays européens n'ont pas cette exigence.Je me demande qui pousse notre ministre à de telles obligations? Seuls les lobbies des laboratoires détiennent un pouvoir par l'argent.que les citoyens reprennent le pouvoir de notre argent en ne se laissant pas vacciner. l'union fera la force citoyenne.Parlez en autour de vous.

sane
Le 25/12/2017 à 23:09:19

Parce que la santé de mon petit-enfant à venir est sans limite plus importante que toutes les fausses informations que fait courir Mme la Ministre de la Santé, je signe cette pétition !
Aura-t-on enfin un jour des gouvernants que l'on mérite et qui prennent réellement en compte notre environnement et notre condition de vie et non pas le profit et la rentabilité de ces grands industriels quels qu'ils soient ?

SENNELIER Evelyne
Le 25/12/2017 à 15:48:38

On a parfois confondu les bénéfices de l'hygiène avec ceux de certains vaccins. Il faut plus de rigueur dans les études conduites même en termes d'efficacité.Comment se fait-il qu'il n'y ait pas plus de malades dans les populations non vaccinées à niveau de vie comparable ?

JF
Le 24/12/2017 à 18:07:03

mon fils à l'époque a failli mourir à cause d'un vaccin, alors les obligations vaccinales j'y suis totalement opposées

hamon
Le 24/12/2017 à 17:44:43

Nous ne voulons pas de vaccins du tout, ni "sûrs" ni obligatoires !

Andrée
Le 24/12/2017 à 14:20:07

Et si les vaccins ne servaient à rien comme beaucoup de thérapeutes l'ont déjà expliqué, et en particulier le dr Raymond Dextreit ?
Pire, si les vaccins étaient carrément nuisibles à notre santé ?
Sels d'alumine certes, mais pas que.
Des chercheurs avancent timidement que l'association de 11 vaccins est extrêmement dangereuse et tout à fait capable de créer des réactions de défenses 'à l'envers' dans notre organisme qui finiraient par déclencher des maladies auto immunes.
Nous avons déjà des globules blancs, des défenses immunitaires capables de gérer les corps étrangers, dans un contexte d'hygiène correcte, l'organisme se défend avec la fièvre dans un premier temps puis avec les anticorps naturels et élimine les bactéries intruses et nocives.
La vaccination ne garantie pas grand chose. Si ce ne sont les profits sans cesse croissants des labo et des multinationales.

Andrée
Le 24/12/2017 à 14:16:09

Contraindre est le meilleur moyen de rater l'objectif de
promouvoir la vaccination ; si elle s'avère justifiée avec
un adjuvant biodégradable exempt de toute
perturbation génétique et sanitaire à base de calcium !!

serge Schwindenhammer
Le 24/12/2017 à 10:08:17

Vaccination obligatoire contraire aux droits de l'homme

Alain FORGET
Le 23/12/2017 à 23:25:01

l' aluminium est très dangereux ; il ne devrait pas y en avoir dans les vaccins
personnellement , je plains les bébés à qui , l' an prochain , on va injecter tant de vaccins !...
je trouve cela complètement irresponsable et dangereux ; le système immunitaire des bébés va en souffrir énormément ...pauvres petits !

Colette Dutrut
Le 23/12/2017 à 23:17:33

Je souhaite que les vaccins soient sûrs

Martine Platel
Le 23/12/2017 à 22:05:19

C'est dangereux et inutile.

CC
Le 23/12/2017 à 21:32:27

Après un nouveau désastre, la ministre de la santé se dira responsable, mais pas coupable.
Comment font d'autres pays, quels sont les résultats sanitaires de leurs pratiques ?

Philippe Veyrat
Le 23/12/2017 à 20:38:10

France, mon doux pays, qui devient doucement mais résolument, un pays totalitaire

saurat
Le 23/12/2017 à 20:07:48

J'ai écrit aux syndicats enseignants pour demander le soutien aux directeurs et directrices d'écoles maternelles qui seront chargés de faire appliquer la loi lors de l’inscription des élèves. Avant la crèche ou l'école les parents garderont leur liberté.
Je vous encourage à faire de même.

BOGET
Le 23/12/2017 à 19:59:54

Comme le disait Mme Isabelle Adjani, les vaccins obligatoires pour les nourrissons sont un crime cotre l'immunité. Des bébés en meurent ou ont des séquelles neurologiques graves. Les témoignages sont nombreux. La loi ne peut garantir l'innocuité des vaccinations, elle n'a donc pas lieu d'être appliquée.

Jacqueline
Le 23/12/2017 à 19:10:30

C'est n’importe quoi arrêtons les conneries

mathé jean michel
Le 23/12/2017 à 18:44:23

Je suis père et grand père, je suis trés inquiet que nos tous dévons subir des choix imposés et non partagés.....
surtout sur cela.
Continuons nos pressions en 2018....c'est mon VOEUX pour
2018 !

francesco
Le 23/12/2017 à 18:41:25

oui à la liberté.

theobald
Le 23/12/2017 à 18:29:24

Contre l'obligation vaccinale excessive, et surtout contre les vaccins adjuvantés en aluminium.

Chris
Le 23/12/2017 à 18:20:22

Et si l'aluminium présentait plus de dangers que d'intérêt thérapeutique ?

Roland Peccoud
Le 23/12/2017 à 18:10:07

Au lieu de rendre les vaccinations obligatoires qui profitent beaucoup à l'industrie pharmaceutique, ne devrons nous pas plutôt vivre de façon plus en accord avec la nature; alimentation équilibrée, hygiène de vie correcte, afin de renforcer notre propre défense immunitaire.
L'industrie pharmaceutique, je crois, a de grands intérêts financiers. Dommage que le rapport compte tant dans notre société!
Je suis une personne qui a fait une grave allergie à la suite d'une vaccination. Heureusement, je m'en suis sortie sans séquelles!...

Dany Berthiot
Le 23/12/2017 à 17:44:27

L'obligation de 11 vaccins est inacceptable et dangereuse.

SOUBEYRAT
Le 23/12/2017 à 17:44:09

Pourquoi imposer des vaccinations ? Vous prenez les adultes pour des irresponsables ? Pourquoi ne pas faire comme dans d'autres pays: laisser le libre choix au personnes de faire ou ne pas faire vacciner leurs enfants. Surtout quand on sait qu'il n'y a jamais eu d'études de faites entre les personnes vaccinées et non vaccinées. Beaucoup veulent jouer à l'apprenti sorcier en administrant des vaccins avec de l'aluminium ! Sommes nous dans une démocratie en France ? Je ne le crois pas ! Avec tout ce que l'on nous impose sans consulter la population ! C'est pour cela que je vote blanc : je ne vote plus pour le moins pire !

Mimosa88
Le 23/12/2017 à 17:41:47

La dictature ne fait pas de bruit, mais beaucoup de dégâts.Honte à nos dirigeants.

Thiav
Le 23/12/2017 à 17:36:48

Le mensonge éhonté devient une pratique d'Etat (cf l'affaire Linky qui défraie de + en + la chronique, plein d'actions judiciaires en cours, idem pour le Lévothyrox)

Ou plutôt: nous avons à faire à un Etat dans l'Etat auquel nos supposés représentants du Peuple obéissent aveuglément au détriment de l'intérêt général

Réactivons la JUSTICE et reprenons nos DROITS

tunga
Le 23/12/2017 à 17:31:31

Mesdames et Messieurs les Sénateurs, je vous en prie, montrez que vous défendez la santé publique et pas les lobbys pharmaceutiques. Ne rendez-pas la vaccination obligatoire pour 11 vaccins.

Patrick BOURQUE
Le 23/12/2017 à 16:37:14

Je partage l'avis exprimé par Dom le 31/10/17 à 13:58

ROTTOTTO
Le 23/12/2017 à 16:15:26

C'est très dangereux de mettre de l'aluminium dans les vaccins et à long terme on risque un gros scandale sanitaire!
Je suis très fermement opposé à cette obligation de 11 vaccins (au lieu de 3) qui ne semble profiter qu'à certains lobbys pharmaceutiques!

BOHLER
Le 23/12/2017 à 15:57:06

Avec ce gvnt (dont le "président" n'a été "élu" qu'avec 16 % du potentiel électoral total, au passage !), nous n'avons désormais confiance dans AUCUNE des décisions/obligations de tous poils qui en sortent. Alors pensez donc 11 vaccins à l'aluminium pour nos bébés, on a une petite idée où ils peuvent se les mettre !!!!!!!!!!!!!!

Clo MARTEL
Le 23/12/2017 à 14:48:56

La ministre Buzin veut imposer aux parents de faire vacciner de onze vaccins d'un coup, leurs nourrissons dont le système immunitaire est loin d'être mature. Nous savons que ces produits de laboratoires contiennent des adjuvants nocifs dont certains le poison aluminium
On peut se demander par quel tour de passe passe on en arrive à cette brusque folie potentiellement meurtrière.
Madame la ministre, nous attendons des explications à défaut d'aveux de liens avec des labos qui profitent de l'aubaine.

Pancho
Le 23/12/2017 à 14:18:22

Lu dans Ouest-France aujourd'hui (23/12)
Les scientifiques défendent les vaccins obligatoires .Puis, plus loin: " A l'école de médecine de Paris, des experts ont répondu aux inquiétudes des parents "
Encore plus loin: " L'aluminium,naturellement présent dans les tissus humains,dont le cerveau..."
Faux, faux,naturellement faux !
Comme toujours, qui sont ces "scientifiques " et ces "experts " ? Pas de noms !
Ce qui inquiète,cet article est signé par un médecin : Dr Brigitte BLOND .Se classe-t-elle dans les scientifiques ou les experts,où les deux à la fois ? Une sommité je vous dis !
Conflit d'intérêts,lobbyistes aux grandes dents ?( On n'ose y croire...pas en France )
Grave ! J'ai froid dans le dos tout à coup .

Raoul
Le 23/12/2017 à 14:14:28

Liberté n'est-elle pas le premier mot de notre devise française? L'état français se doit de laisser à ses citoyens la liberté de choix vaccinal.

laurent Cammas
Le 23/12/2017 à 13:53:14

STOP au business des vaccins !!!

fab
Le 23/12/2017 à 13:40:00

J'aimerais que l'on fabrique le plus vite possible des vaccins sans aluminium pour les humains.
D'autre part je ne vois pas pourquoi tout à coup 11 vaccins seraient indispensables.

myriam Schmitthäusler
Le 23/12/2017 à 12:58:53

L'aluminium est sur la sellette, n'en déplaise à l'INSERM


Le 27 novembre 2017 se tenait au Palais du Luxembourg le colloque « L’aluminium dans notre vie quotidienne - État des connaissances scientifiques », organisé par l’association E3M.

Les interventions des chercheurs venus de différents horizons (France, Angleterre, Suisse, Autriche, Espagne) sont disponibles en vidéo et accessibles à tous.

La première conclusion de ce colloque concerne la recherche sur l’aluminium. Celle-ci doit être mise en œuvre au plus vite à l’échelon européen. Le lien possible entre l’aluminium et de nombreuses pathologies ne peut plus être ignoré. Cancer du sein, maladie d’Alzheimer, syndrome de fatigue chronique, encéphalomyélites myalgiques, troubles du spectre autistique, etc. La liste s’allonge et il est de la responsabilité des autorités publiques européennes et de chaque pays de regarder cette réalité en face de façon urgente.

Les autres conclusions concernent la vaccination. Elles ont été diffusées le 29 novembre 2017 dans une lettre ouverte au Président de la République Française et au Président de la Commission Européenne, suite notamment à la découverte de quantités très importantes d’aluminium dans le cerveau de personnes diagnostiquées autistes :

Révision du calendrier vaccinal pour que les vaccins non indispensables contenant de l’aluminium en soient retirés, sauf pour les groupes ou les personnes à risque et sur la base du bénéfice risque individuel.

Suspension de l’obligation vaccinale. Dans un tel climat d’incertitude scientifique, il n’est pas acceptable, humainement et déontologiquement, d’obliger les parents à faire vacciner leurs enfants avec des vaccins contenant de l’aluminium.

Le 18 décembre 2017, L’INSERM a diffusé un communiqué de presse par lequel il informe les Français sur « ce que dit la science » au sujet de la vaccination. L’INSERM affirme ainsi : « L’efficacité et l’innocuité des 11 vaccins qui deviendront obligatoires en France sont scientifiquement prouvées », « l’innocuité des sels d’aluminium contenus dans les vaccins ne peut être remise en cause. »

L’efficacité, certainement. Mais l’innocuité ?

L’INSERM s’appuie sur trois arguments pour étayer son affirmation :

Un recul d’utilisation de 90 ans et une maladie induite par ces sels d’aluminium (la myofasciite à macrophages) peu observée hors de France,

L’aluminium au site d’injection : un simple tatouage vaccinal,

Un article de l’OMS paru en 2012 s’appuyant sur une étude de la FDA (agence sanitaire nord-américaine).

Les deux premiers arguments ne sont guère des preuves scientifiques, mais plutôt des actes de foi. Le Pr Gherardi y répond dans ce document (2016). Les travaux s’accumulent sur la toxicité de l’aluminium, dans différents pays du monde. L. Brinth (Danemark) et B. Palmieri (Italie) s’inquiètent des effets secondaires des vaccins contre le papillomavirus en lien avec la présence d’aluminium (« un ensemble de symptômes, indiquant un dysfonctionnement du système nerveux »). Le réseau Cochrane du Danemark porte plainte contre l’Agence européenne du Médicament, pointant notamment la faute scientifique concernant la plupart des essais de vaccins, dans la mesure où le « placebo » utilisé contient un adjuvant aluminique. Le Pr Shoenfeld (Israël) publie sur le lien (auprès de 300 patients) entre les adjuvants et des manifestations cliniques de type douleurs musculaires et articulaires, fatigue chronique. L. Lujan (Espagne) observe les encéphalomyélites avec tableau neurodégénératif chez les moutons ayant reçu des vaccins aluminiques, et les reproduit expérimentalement après injections de vaccins aluminiques (voir aussi sa présentation lors du colloque du 27 novembre 2017).

Le troisième argument présenté dans le communiqué de l’INSERM se réfère au rapport de l’OMS de 2012 qui dédouane l’aluminium de tout effet dangereux. L’OMS se base sur l’analyse de l’Agence Nord-américaine du Médicament, la FDA (« la charge d’aluminium dans l’organisme après des injections de vaccins qui en contiennent ne dépasse jamais les seuils de sécurité réglementaires fixés aux États-Unis sur la base de l’aluminium ingéré »). Cette analyse purement théorique est fortement critiquée dans un article paru en 2017 dans les Annales Pharmaceutiques Françaises, qui mentionne des « faiblesses conceptuelles et méthodologiques ». Et comme le rappelle le CDC (Agence nord-américaine de veille sanitaire), aucune étude épidémiologique n’a été menée à ce jour pour vérifier l’innocuité des adjuvants aluminiques vaccinaux, ni chez l’enfant ni chez l’adulte.

Il est urgent que l’ensemble des organisations sanitaires et de recherche fassent preuve de lucidité et s’unissent pour protéger la population, plutôt que de mener des combats d’arrière-garde.

un anonyme
Le 22/12/2017 à 13:50:32

je serai arrière-grand-mère au printemps prochain. cette décision me révolte. ne perdons-nous pas la raison?

therese Grimaux
Le 18/12/2017 à 17:21:48

Comment faire au final quand on attend un bébé qui arrive dans quelques mois ? Je suis désemparée !

Julie cerve
Le 11/12/2017 à 08:44:24

Comme toujours, la transparence en matière de santé n'est pas le souci des ministres successifs-sives de la Santé. Ils/elles sont plutôt les ministres de la désinformation, de l'enrichissement des laboratoires et du service-cobayes. Les morts, les infirmes, les familles dévastées ne comptent pas pour eux.

Un scandale sanitaire de plus et les fautifs ne seront jamais poursuivis, encore moins punis.

un anonyme
Le 09/12/2017 à 20:06:29

pourquoi les animaux ont-ils plus de chances que nos enfants ?? Ils n'ont pas d'aluminium dans leurs vaccins ....

SYLVIE DELAITRE-JARCZYK
Le 06/12/2017 à 19:41:42

Les animaux bénéficient de vaccins sans aluminium. Pourquoi pas les nourrissons ? Injecter 11 vaccins à des nouveaux nés dont le système immunitaire est encore immature, c'est totalement irresponsable.

Coutelou
Le 05/12/2017 à 18:12:32

La santé des enfants est prioritaire aux profits énormes des lobbys pharmaceutiques en qui nous avons perdu confiance

Martine Gomelet
Le 02/12/2017 à 17:59:09

à quand un vaccin contre les abus ?

dédée
Le 02/12/2017 à 09:25:38

à quand la mise au point d'un vaccin contre les abus ?

un anonyme
Le 02/12/2017 à 09:24:29

quand va-t-on cesser de nous mentir sur les dangers des vaccins????la ministre de la santé est-elle liée aux laboratoires pharmaceutiques????
quand des éminents professeurs de médecine tirent la sonnette d'alarme,ils sont critiqués par les journaux ,devons nous aussi nous méfier de la presse???.....

cottarel
Le 01/12/2017 à 17:55:56

Les vaccins sont de véritable bombes à retardements pour le corps humains, ils sont inutiles, inefficaces et détruisent notre système immunitaire.

Maud
Le 30/11/2017 à 22:19:01

En attendant la suppression de cet article anticonstitutionnel (La constitution garantit l'inviolabilité du corps) comme l'ont proclamé la Suède et l'Allemagne,et le respect de la Liberté inscrite sur nos monuments, que Mme la ministre, en sa qualité de médecin responsable des actes qu'elle impose,assume personnellement les accidents à venir.(Outre l'aluminium il peut y avoir mercure, OGM.et souches imprévues genre SV40..) 2 livres de M. Georget, agrégé de biologie: "vaccins, vérités indésirables" et "Vaccins, apports en santé publique" Dangles Ed.

Erbé
Le 30/11/2017 à 21:14:33

Même combat pour les perturbateurs endocriniens, "demain tous crétins diffusé sur Arte + émissions sur Inter. Dommage que l'obligation vaccinale ne fasse pas autant le buzz!

un anonyme
Le 30/11/2017 à 20:58:26

Nous voulons avoir le choix de décider avec notre médecin de la nécessité ou non de vacciner nos enfants et petits-enfants!

Cocoplatel
Le 30/11/2017 à 18:35:27

Permettons à tous de vivre dans des conditions décentes, cela permettra de réduire le développement de nombreuses maladies, plutôt que de prendre des mesures coercitives hasardeuses et liberticides.

Claudine Michel
Le 30/11/2017 à 18:04:11

Malgré toutes les recherches sérieuses qui ont prouvées le danger de l'alu, les vaccins sont acceptés par le gouvernement. Tous ceux qui ont voté cette loi, enverront-ils les enfants de leur famille se faire vacciner ! A vérifier !

wina
Le 30/11/2017 à 17:23:10

Pensez vous à préserver la santé de nos enfants ou le profit des labos pharmaceutiques? A quand un nouveau scandale sanitaire à moyen terme.

un anonyme
Le 30/11/2017 à 16:37:38

je voudrais remercier Mmes Blandine Brocart, députée, Mme Laurence Cohen, sénatrice, ainsi que Mme Caroline Fiat, députée, qui se sont opposées à l'extension de l'obligation vaccinale à 11 vaccins et qui ont demandé la prise en compte des travaux du Pr Romain GHERARDI sur les premières découvertes sur les effets de l'adjuvant aluminique.. seulement la ministre, Mme BUZYN a asséné la réponse suivente : "les adjuvants ne présentent AUCUN DANGER"
Notre réponse, à nous, :
Ministre de la Santé : DEMISSION !

anija
Le 30/11/2017 à 15:46:02

Nous réclamons la vérité sur ces 11 vaccins soi disant inoffensifs selon le ministère de la santé. Les scientifiques, nous donnent d'autres informations plus inquiètantes

marianne auricoste
Le 30/11/2017 à 15:45:02

Il font décidément de qu'ils veulent.A vomir!

PHILIPPE
Le 30/11/2017 à 14:37:52

Stop aux mensonges.

Claude ENJALBERT
Le 30/11/2017 à 12:58:55

De l'aluminium retrouvé en grande quantité
dans le cerveau de personnes atteintes d'autisme

Lettre ouverte de l'association E3M au Président de la République Française et au Président de la Commission Européenne

Messieurs les Présidents,

Le 27 novembre 2017, l’association E3M (Entraide aux malades de myofasciite à macrophages) organisait un colloque au Palais du Luxembourg à Paris, en présence de chercheurs de différents pays : L'aluminium dans notre vie quotidienne, état des connaissances scientifiques internationales.

Lors de ce colloque, le Pr Christopher Exley, spécialiste internationalement reconnu de la toxicité de l’aluminium, a fait part de ses derniers travaux sur l’aluminium et l’autisme (voir sa publication et son interview).

Comme le rappelait Stéphane Foucart dans un article paru dans Le Monde le 10 décembre 2014, « de toutes les maladies non transmissibles, l’autisme est l’une de celles dont la fréquence augmente le plus rapidement. (...) Selon les chiffres des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains, à l’âge de 8 ans, un enfant sur 68 est désormais touché par cet ensemble de maladies du développement, regroupant l’autisme profond, les syndromes de Rett et d’Asperger, etc. (...) Le plus impressionnant n’est pas tant le chiffre lui-même, que la rapidité de son évolution : il est supérieur de 30 % à celui publié seulement deux ans auparavant (un enfant sur 88). » Stéphane Foucart rappelle en outre que « les critères diagnostiques utilisés par les CDC sont demeurés identiques entre 2000 et 2013. »

Le Pr Exley et son équipe ont mené des analyses très poussées sur le cerveau de cinq personnes décédées ayant eu un diagnostic d’autisme (dont un garçon de 15 ans). L'aluminium était présent en quantité très importante et semble avoir été apporté par les cellules de l’immunité (macrophages) venant de la circulation sanguine et lymphatique.

Nous rappelons que les travaux expérimentaux des équipes des Prs Gherardi et Authier ont montré, chez la souris, que l'aluminium vaccinal est capturé et transporté dans l'organisme via les cellules de l’immunité (macrophages) et pénètre dans le cerveau, avec comme conséquence un dérèglement de leur fonctionnement neurologique.

Les travaux du Dr Lluis Lujan, médecin vétérinaire universitaire (Saragosse), aussi présentés ce 27 novembre, ont montré que l'injection de doses d'aluminium vaccinal chez le mouton (correspondant aux doses des vaccins administrés notamment contre la fièvre catarrhale) était associée à une diffusion de l’aluminium dans le système nerveux et à des troubles neurologiques majeurs.

La possibilité que les particules d’aluminium intracellulaires retrouvées dans le cerveau de personnes autistes soit d'origine vaccinale est donc scientifiquement très pertinente.

Aucune étude épidémiologique n’ayant été menée sur cette question majeure, bien que la faisabilité technique en ait été démontrée par les CDC (Glanz 2015), et face à ces alertes scientifiques internationales, nous demandons que le principe de précaution, inscrit dans la constitution française (article 5 de la Charte de l’environnement), soit appliqué.


Cela nécessite que les mesures suivantes soient immédiatement adoptées :

Révision du calendrier vaccinal pour que les vaccins non indispensables contenant de l’aluminium n’y soient plus inclus, sauf pour les groupes ou les personnes à risque et sur la base du bénéfice risque individuel (voir la lettre ouverte de médecins généralistes sur la définition des vaccins concernés). La vaccination contre le papillomavirus doit faire partie de cette liste (voir notre argumentaire).

Engagement immédiat, au niveau national et européen, d’un programme de recherche ambitieux. Ces études doivent permettre de connaître, dans les plus brefs délais, le rôle de l’aluminium dans la survenue de nombreuses pathologies, comme facteur déclenchant ou co-facteur.

Suspension de l'obligation vaccinale, dans l'attente des résultats de ces recherches. Dans un tel climat d’incertitude, il n’est pas acceptable, humainement et déontologiquement, d’obliger les parents à faire vacciner leurs enfants avec des vaccins contenant de l’aluminium.

Cette mesure pourrait améliorer la confiance des Français vis-à-vis de la vaccination, comme l’a rappelé le Collège national des généralistes enseignants le 26 novembre 2017. Nous avons exprimé cette demande auprès des parlementaires dans une lettre ouverte, nous appuyant notamment sur les demandes exprimées par les jurys réunis par le Pr Fischer lors de la concertation nationale sur la vaccination en 2016.

Monsieur le Président de la Commission européenne, c’est à l’échelon de l’Europe que la recherche sur l’aluminium doit être menée, sans délai et de manière extrêmement volontariste.

Monsieur le Président de la République Française, vous êtes le garant de la Constitution. Nous faisons appel à vous. Le principe de précaution doit s'appliquer, sous peine de le vider définitivement de sa substance. Le calendrier vaccinal doit être revu, l'obligation vaccinale doit être levée.

Et si la Commission européenne ne prend pas les mesures nécessaires pour protéger la population européenne, alors la France devra s'engager en chef de file pour la recherche en faveur de vaccins sécurisés.

Nous nous tenons à votre disposition pour étudier et mettre en œuvre au plus vite les décisions que la santé publique impose.

https://www.youtube.com/watch?v=SmkVv8pcVhc&feature=youtu.be  

association E3M
Le 29/11/2017 à 18:19:47

La désinformation bat son plein car les vaccins sont inutiles et dangereux...Pasteur était un IMPOSTEUR

isabelle obscur
Le 25/11/2017 à 09:12:20

Il y a urgence à agir, big Pharma et la fondation Bill Gates sont bien placés pour que nos gouvernants imposent leur diktat vaccinal. Combien de victimes des effets secondaires de cette vaccination obligatoire faut-il, combien de procès faut-il pour qu'ils changent de position??

Moda
Le 25/11/2017 à 08:35:51

Nous voulons le choix de vacciner nos enfants tant que vous ne nous aurez pas donner de certitudes quand à la suppression de l'aluminium dans les vaccins ainsi que des études fiables et libres de l'utilité des dit vaccins.
les laboratoires ne doivent pas nous imposer leur dictat.
Nous ne voulons pas les enrichir sur le dos de nos enfants

chicotte
Le 24/11/2017 à 15:49:57

non ce n'est pas acceptable, des tas de mensonges que nous n'acceptons pas, ce que nous voulons c'est la liberté de choisir

FEND
Le 23/11/2017 à 21:30:40

Protégeons nos bébés...quels vont être les effets secondaires et la liberté des parents?

MICHELE TABARY
Le 23/11/2017 à 18:28:52

C'est le GOULAG ou quoi?.....c'est une honte cette obligation vaccinale...il est clair que les labos veulent faire de nos enfants des cobayes ,pour ensuite tester d'autres médicaments ,et ainsi de suite...et ces c.....de médias qui foncent tête baissée ,c'est clair qu'ils sont à la botte du gouvernement....FRANCAIS,...RÉSISTEZ....OU vous allez etre ...."bouffes"

Masdiveine
Le 23/11/2017 à 17:54:21

la protection des humains passe avant celle des laboratoires pharmaceutiques. avant toute nouvelle extension des vaccins il faut une étude effectuée par des labos Indépendants digne de confiance.
Nous n'avons pas oublié la vaccination contre la grippe aviaire

armagnat
Le 23/11/2017 à 16:18:47

Je souhaite expressément la suppression de l'aluminium dans les vaccins .

titemain roland
Le 23/11/2017 à 12:04:58

Je considère que nous sommes complètement méprisés dans cette histoire .

HALAIS
Le 23/11/2017 à 11:36:47

Il est ignoble que les médias continuent de ses taire sur la révolte des citoyens face à l'hydroxyde d'aluminium dans les vaccins . Antérieurement , les vaccins avaient comme adjuvant du phosphate de calcium . Il faut que tout le monde le sache .

HALAIS
Le 23/11/2017 à 11:35:17

Il est absolument inqualifiable que les responsables sanitaires de France se dégagent de leur responsabilité de mise en danger d'autrui en n'obligeant pas les créateurs de vaccins à ne pas proposer obligatoirement des vaccins sans hydroxyde d'aluminium . Les députés qui restent dans cette dernière erreur sont aussi responsables et coupables à mes yeux .

HALAIS
Le 23/11/2017 à 11:30:34

En France serions nous en train de perdre notre liberté ?

un anonyme
Le 23/11/2017 à 08:08:46

Demandons à la ministre de la santé, à Mr macron, aux experts qui préconisent cette vaccination de nous prouver que leur famille proche est bien vaccinée avec tous ces vaccins dès la naissance sans exception.
Avec des preuves tangibles à l'appui.
Cela nous permettra de savoir s'ils font confiance à ces vaccins, ou si c'est simplement pour préserver eux et leur famille en vaccinant le reste de la population.
Il faut une véritable enquête auprès de ceux qui nous imposent ces vaccinations.

philco
Le 22/11/2017 à 18:25:28

Cette décision tout à fait aberrante et mortifère est prise par un pouvoir très très proche des labos. Sera-ce l'erreur fatale de Macron ? Parents, ne vous laissez pas faire, protégez vos bébés !

Tugayé Dominique
Le 22/11/2017 à 18:14:56


Aluminium vaccinal :
trois projections au MK2 Beaubourg


Les dimanche 26 novembre, 3 décembre et 10 décembre à 11h, le film L'aluminium, les vaccins et les 2 lapins..., réalisé par Marie-Ange Poyet, sera projeté au cinéma MK2 Beaubourg à Paris.

Toutes les projections seront suivies d'un débat. La projection du dimanche 26 novembre à 11h accueillera :
- Professeur Romain Gherardi, neuropathologiste à l'hôpital Henri Mondor de Créteil,
- Docteur Stefano Mandriota, Directeur de recherche Laboratoire de cancérogenèse environnementale de Genève,
- Florence Hachez-Leroy, historienne à l'EHESS à Paris,
- Marie-Ange Poyet, réalisatrice du documentaire.

Synopsis du documentaire :
Depuis 1926, l’aluminium est utilisé comme adjuvant dans les vaccins. Initialement destiné à augmenter leur efficacité, il se révèle maintenant être neurotoxique et à l’origine de maladies graves. Ce film documentaire s’attache à donner la parole, pour la première fois, aux acteurs de ce drame encore trop peu connu. Malades, chercheurs, médecins, historienne, journaliste et politiques viennent nous révéler une vérité trop longtemps cachée.

Le dossier de presse du documentaire est disponible sur ce lien.
Bande-annonce
CONTACT PRESSE

Didier Lambert
Porte-parole de la campagne Pour des vaccins sans aluminium

Mél : didier.lambert@asso-e3m.fr.   / Tél. : 06 72 41 20 21
L'association E3M

La campagne « Pour des vaccins sans aluminium » est portée par l'association E3M, qui regroupe des personnes atteintes de myofasciite à macrophages.
Ses objectifs : entraide et solidarité entre les malades, soutien à la recherche et action militante pour que l’aluminium soit retiré des vaccins. E3M reste favorable à une vaccination responsable.

E3M
Le 21/11/2017 à 07:38:21

Nous avons un gouvernement qui ne respecte pas la décision du Conseil d'Etat du 8 février 2017 :
"Le Conseil d’État enjoint au ministre chargé de la santé de prendre des mesures pour rendre disponibles des vaccins correspondant aux seules obligations de vaccination."
http://www.conseil-etat.fr/Actualites/Communiques/Vaccination-obligatoire  
Pour ce faire, il modifie la loi à sa guise avec la complicité d'une majorité de députés aux ordres, au seul profit des intérêts des actionnaires de BigPharma.
Et c'est totalement inacceptable.

Régis FAGUELIN
Le 19/11/2017 à 21:54:10

Je ne suis pas contre les vaccins, puisqu'ils ont permis d'éradiquer de graves pathologies, mais rendre obligatoires 11 vaccins ne me paraît pas aller dans le bon sens en matière de santé publique.

Christiane Abraham
Le 19/11/2017 à 18:22:46

Victime d'une maladie auto immune après une vaccination contre l'hépatite B, je suis très inquiète sur le de ce projet de loi. Quelles conséquences éventuellement graves sur des nourrissons dont le système immunitaire n'est pas achevé à 18 mois après l'injections de 11 vaccins. C'est une loi qui est liberticide et dépossédante du choix par les parents de faire ou ne pas faire.

un anonyme
Le 18/11/2017 à 18:35:02

DANS LES VACCINS IL N'Y A PAS QUE DE L'ALUMINIUM MAIS BIEN D'AUTRES SUBSTANCES TRES TOXIQUES ( Mercure, Formaldéides ... ET PROBABLEMENT UN AGENT STERILISATEUR POUR ENRAYER LA REPRODUCTION HUMAINE !!!

LA REELLE COMPOSITION DES VACCINS EST SECRETE !!!

Lelong
Le 17/11/2017 à 19:39:49



L'efficacité d'un vaccin dépend de notre système immunitaire HLA !

Michel Georget - agrégé de biologie : Réponses aux vaccins en fonction de notre système immunitaire HLA :

- HLA B13 et B44 ne répondent pas au vaccin contre la rougeole.
- HLA DR7 entraîne une faible réponse au vaccin anti-hépatite B.
- HLA DR3 prédispose à des réactions explosives à toute stimulation immunitaire.
- HLA DR6 inhibe la réponse à l’anatoxine diphtérique.
- AW 24 et B5 sont de mauvais répondeurs au vaccin contre la rubéole …

Source : « L’apport des vaccinations à la santé publique ; la réalité derrière le mythe » de Michel Georget – agrégé de biologie - pages 114 et 115.

AASOCIATION POUR LE RETOUR A L HEURE MERIDIENNE
Le 16/11/2017 à 23:34:01

La santé et le bien-être des français est le dernier souci de nos "dirigeants", ce qu'ils veulent c'est que nous soyons des "moutons" qui OBÉISSENT sans se poser de questions, et ce qui les intéressent le plus c'est le gain (conflits d’intérêts)mais ils seraient bien incapables de vivre 24 heures de ce que je vis depuis 20 ans.
Qui vivra verra !!!!

MYO 2002
Le 16/11/2017 à 13:30:51

C' est très grave ce que vous faîtes, vous jouez avec la vie de tous nos enfants.Tous ces Vaccins,ça n'a pas de sens...interactions...aluminium...
Hépatite b pour des bébés et des enfants est ce vraiment utile ?!?! Vous n' en connaissez pas vraiment les conséquences.
Je ne suis pourtant pas contre les vaccins mais là c' est scandaleux et irresponsable.
Je tiens à vous dire que vos responsabilités sont engagées, gardez ça en mémoire !

gribouille49
Le 15/11/2017 à 23:50:12

Ce qui devrait être obligatoire serait que l'on soit gouverné par une majorité représentant la majorité des Français et non pas une majorité qui représente une minorité des français.

Ecologiquementvotre
Le 15/11/2017 à 21:32:51

la population est fatiguée de recevoir des mauvaises informations. Elle sait déjà que ce qui compte c'est l'argent que les laboratoires reçoivent, et leurs intérêts ( financiers) et non pas la santé de tous. En plus, si on est zttaqué par la grippe, nous irons encore acheté des médicaments pour donner plus d'argent à ces maudits laboratoires, et po

ur dire "oui" à ces gouverneurs sans honte!

Batista Ralle, Roselis
Le 15/11/2017 à 15:32:15

S'il faut garder quelques vaccins essentiels, il ne faut pas vacciner à tout va.... Il est quasi évident que derrière cette extension de 3 à 11 vaccins, des intérêts sous-jascents de remboursements d'accords préalables sont de mise. Celui de la tuberculose semble nécessaire devant la reprise de cette maladie due aux entrées nouvelles provenant de pays qui ne le pratique. Vacciner est un acte médical et tout acte médical est une intrusion qui demande réflexion humaine entre bénéfices et inconvénients à longs termes.

Bonsens
Le 14/11/2017 à 21:26:59

C'est un génocide !

LARVARON Henri
Le 14/11/2017 à 20:10:52

Le débat a été complètement escamoté! Pourtant c'est un sujet sérieux, Les nouveaux nés vont recevoir des injections aux premiers mois de leur jeune vie; départ à risque?....

cactus
Le 14/11/2017 à 18:27:03

Bonjour,
LES EFFETS POSITIFS DE LA VACCINATION N'ONT JAMAIS ETE PROUVES .
LES EFFETS NEGATIFS NE SONT PAS RECONNUS !!

LELONG
Le 14/11/2017 à 18:13:55




cette politique de santé, vaccins, labos, lévothyrox nouvelle formule,chimie, glyphosate,
OGM et autres..........basta.....

mondo
Le 14/11/2017 à 18:09:14




la ministre de la santé

dé mi ssion.............

mondo
Le 14/11/2017 à 18:05:33

C est un nouveau scandale !!!! l état engraisse l industrie pharmaceutique avec nos deniers contre notre santé.

un anonyme
Le 14/11/2017 à 15:33:02

si tous les parents refusent de faire vacciner, le gouvernement ne pourra rien faire et les labos (soudoyé par des personnes haut placés ayant un intérêt dans cette affaire) resteront avec leur stock .

lombard
Le 14/11/2017 à 14:43:18

11 vaccins obligatoires c'est énorme. Et est ce bien utile ? Car contracter une maladie virale ou bactérienne n'est pas la mort assurée. De plus à quoi bon éviter les maladies de ce type quand les maladies type cancer et autres sont une fin assurée très pénalisante pour tous ?

Christian Rozé
Le 13/11/2017 à 19:02:41

Un scandale , et si tous les parents refusaient de faire vacciner?

fanfanpascontente
Le 13/11/2017 à 16:11:20

Non à l'obligation d'inoculer 11 vaccins à des nourrissons, et des enfants
NON à l'enrichissement sans fin des trusts pharmaceutiques
Marie-Lise FLOUTIER MLF

FLOUTIER MLF
Le 13/11/2017 à 16:05:58


C'est peut-être la 100ème pétition que je signe sur ce sujet, étant maintetant certain que les vaccins sont surtout nocifs à notre santé. Un de mes enfants en a fait l'amère expérience (DTP à 10 ans ayant généré chez lui un Syndrome Néphrotique dont il s'est relevé seulement 10 ans plus tard (tant bien que mal).
Ainsi, STOP aux obligations vaccinales STOP, STOP, STOP. Nous entendrez-vous !!!! Soutenez l'association LNPLV...

Grégoire Martinot-Lagarde
Le 13/11/2017 à 16:01:08

Pas d'obligation de vacciner ou de se faire vacciner!
C'est un droit pour la liberté citoyenne de chaque individu!
à décider du type de thérapie qu'il veut choisir
L'étaT doit conseiller proposer mais pas obliger!!
Les conditions posées par le gouvernement et la ministre de la santé sont douteuses, sectaires et inadaptées aux situations de chacun ( maladies....allergies....conditions de vie....
déplacements.... voyages...

CARRODANO
Le 13/11/2017 à 14:04:50

Je suis dégoûtée et horrifiée de voir comment la France est gouvernée ! On est dans un système autoritaire, pour ne pas dire plus, mais sûrement pas démocratique.
On élit des gens qui font ce qu'ils décident, ne tiennent jamais compte des souhaits ou revendications des électeurs.
Liberté, égalité, fraternité... : vous voyez çà quelque part dans notre France de 2017 ?
Avec cette bande de marcheurs qui nous mènent à la baguette ???
Ils ne seront plus là quand arriveront des procès pour les conséquences ( parfois lointaines) de leurs p....de vaccins !
Criminelle est cette ministre de la Santé qui s'en fiche éperdument d ela santé des français !!!! DEHORS !!!!

melba
Le 13/11/2017 à 12:00:00

Je suis dégoûtée et horrifiée de voir comment la France est gouvernée ! On est dans un système autoritaire, pour ne pas dire plus, mais sûrement pas démocratique.
On élit des gens qui font ce qu'ils décident, ne tiennent jamais compte des souhaits ou revendications des électeurs.
Liberté, égalité, fraternité... : vous voyez çà quelque part dans notre France de 2017 ?
Avec cette bande de marcheurs qui nous mènent à la baguette ???
Ils ne seront plus là quand arriveront des procès pour les conséquences ( parfois lointaines) de leurs p....de vaccins !
Criminelle est cette ministre de la Santé qui s'en fiche éperdument d ela santé des français !!!! DEHORS !!!!

melba
Le 13/11/2017 à 10:59:22

lisez si ce n'est déjà fait le livre du Dr Gerhardi...vous serez édifié.

CHRISTIAN JAUTROU
Le 13/11/2017 à 10:48:02

evy : le 10/11 : vous avez parfaitement bien expliqué et résumé la situation dans notre pays.
Je n'ose le faire moi-même, mais si vous vouliez remettre votre commentaire de temps à autre, qu'il puisse faire réfléchir du monde....

melba
Le 13/11/2017 à 09:52:54

en tant que mère et enseignante je suis positivement en faveur des vaccins. Mais pourquoi n'est-ce plus l'institut Pasteur qui en est le producteur mais des multinationales pharmaceutiques qui composent lesdits vaccins avec des substances nocives pour la santé des enfants ?

CATHERINE FRIEDLANDER
Le 13/11/2017 à 09:51:17

Il faut tout changer de la politique en France !!! surtout ne parlons plus de démocratie ! : elle est où la démocratie quand les députés ( nos ELUS ? ), ils votent des lois, approuvent des décisions rejetées par une grand partie de la population, méprisent les appels de meilleurs spécialistes qu'eux, font fi des innombrables pétitions qui leurs sont adressées, et ce n'est pas mieux avec les nouveaux "marcheurs" qu'avec ceux d'avant !
Il nous faut un pouvoir citoyen, la reconnaissance des souhaits de la population et que le président de la République le soit vraiment, et non un Roi aux pleins pouvoirs ni un Jupiter !!!!!!

melba
Le 13/11/2017 à 09:44:01

Dr HB

Merci pour ces précisions.
Heureusement qu'il existe encore des gens ouverts d'esprit et sachant partager !

Dana
Le 11/11/2017 à 22:17:32

Nous sommes en train de constater que nos terres agricoles sont presque totalement mortes du fait des intrants chimiques et certains veulent imposer d'inoculer des produits toxiques dans le corps de jeunes enfants. Décidément les milieux de pouvoir n'apprennent rien de l'histoire.
La finalité de la vie n'est ni le pouvoir, ni l'argent, ni la croissance, ni le commerce mais le VIE elle-même sous toutes ses formes.

bruno jarry
Le 11/11/2017 à 18:43:34

cette ministre de la "sante" n'est qu'une collabo des labos, maitre dans l'art de la corruption, des lobbys, de la lobotisation des francais pour qu'ils deviennent tous des bons petits moutons blancs obeissants aux dictateurs!!
et dire qu'elle est medecin!! quelle honte !!
petit rappel de la derniere phrase du serment d'hyppocrate : Si je remplis ce serment sans l'enfreindre, qu'il me soit donné de jouir heureusement de la vie et de ma profession, honoré à jamais des hommes ; si je le viole et que je me parjure, puissé-je avoir un sort contraire ! »

un anonyme
Le 11/11/2017 à 13:44:49

Chers soutiens de notre campagne Pour des vaccins sans aluminium,

Nous sommes heureux de vous inviter à participer au colloque « L'aluminium dans notre vie quotidienne, état des connaissances scientifiques internationales », que nous organisons au Palais du Luxembourg le 27 novembre prochain.

Voici le lien d'inscription : https://www.weezevent.com/colloque-aluminium   (le nombre de places est limité).

​Au plaisir de vous y retrouver !

L'équipe de l'association E3M



L’aluminium dans notre vie quotidienne
État des connaissances scientifiques internationales

Colloque organisé par l’association E3M
Sous le marrainage de Laurence Cohen,
Sénatrice du Val-de-Marne,
Vice-Présidente de la commission des affaires sociales du Sénat



Lundi 27 novembre 2017 (9h - 13h)
Palais du Luxembourg

Salle Gaston Monnerville
(26 rue de Vaugirard, 75006 Paris)


Inscription

Programme

8h30 Accueil

9h Ouverture du colloque par Laurence COHEN, Sénatrice du Val-de-Marne et Didier LAMBERT, Président de l’association E3M

9h15 L’ÈRE DE L’ALUMINIUM, par le Pr Christopher EXLEY, Professeur en chimie bioinorganique, Keele University (Grande-Bretagne)

9h25 Extrait du documentaire Planète alu, de Bert Ehgartner

9h30 - 10h45 L’ALUMINIUM SOUS SURVEILLANCE DES CHERCHEURS, table-ronde animée par le Dr Ahmed AIT BACHIR :

« L'aluminium dans la cancérogenèse du sein », par le Dr Stefano MANDRIOTA (Fondation des Grangettes, Genève, Suisse)
« Etude cas-témoins sur cancer du sein, aluminium et antiperspirant », par Caroline LINHART (Université médicale d'Innsbruck, Autriche)
« Aluminium vaccinal & syndrome de fatigue chronique », par le Pr Romain GHERARDI (Université Paris-Est Créteil, France)
« Aluminium & maladie d’Alzheimer », par le Pr Christopher EXLEY (Keele University, Angleterre)
« Aluminium & maladies digestives », par la Dr Cécile VIGNAL (Université de Lille, France)

10h45 - 11h15 Débat avec la salle

Pause

11h25 Extrait du documentaire L'aluminium, les vaccins et les 2 lapins..., de Marie-Ange Poyet

11h30 - 12h LA NÉCESSAIRE VIGILANCE CITOYENNE, table-ronde animée par Catherine SOKOLSKY, rédactrice en chef de Que Choisir Santé, en présence de :

Jean-Pierre THIERRY, médecin de santé publique, conseiller médical de France Assos Santé
Thibault TURCHET, juriste, sur l'application du principe de précaution
Alice JARDILLIER, co-présidente de Générations Cobayes

12h - 12h30 Débat avec la salle

12h30 PERSPECTIVES par le Pr Christopher EXLEY et Didier LAMBERT

12h45 CONCLUSION par Laurence COHEN

13h - 14h Temps dédié aux échanges entre journalistes et scientifiques

Inscriptions : https://www.weezevent.com/colloque-aluminium  
Contact : contact@colloque-alu.fr.  

Alain UGUEN
Le 11/11/2017 à 11:25:20

Si les conflits d'intérêts étaient pris en compte dans la "moralisation" des pratiques politiques, notre actuelle ministre de la santé n'aurait jamais pu être nommée à ce poste.

Didier Costes
Le 10/11/2017 à 19:56:43

l'Etat est devenu notre pire ennemi - il laisse les industriels de l'agro-chimie empoisonner les terres et les rivières et veut maintenant empoisonner les enfants. Un monde immonde dirigé par des pantins écrans au service des grands industriels et financiers qui oeuvrent pour la dégradation de notre santé, de notre vie quotidienne, de nos conditions de travail, de notre environnement et s'engraissent sans aucun complexe, détruisant tout sur leur passage.....

evy
Le 10/11/2017 à 18:32:45

Comprends pas! Il faut VRAIMENT de l'aluminium dans un vaccin?

Fabrice Wursteisen
Le 10/11/2017 à 14:51:08

Les laboratoires Pasteur ont fabriqué et fourni pendant des années un vaccin DTP avec un adjuvant non aluminique, avant d'être vendus à des laboratoires privés. Ce vaccin est toujours fabriqué et disponible au Canada, où les populations sont depuis plus longtemps qu'en France, détentrices d'une information claire et objective sur la vaccination. Le taux de couverture vaccinal y est sensiblement le même, en l'absence d'obligation.
Par ailleurs, les méthodes vaccinales n'ont pas évolué depuis des décennies, alors que notre connaissance du système immunitaire s'est énormément étoffé. Il est possible de vacciner avec des doses réduites (au centième) en intra dermo, à un endroit où le corps dispose de cellules immuno-compétentes nombreuses (décrites par M Langerhans). Tandis que les méthodes actuelles (intra musculaire ou sous cutanée) n'envoient pas le message vaccinal dans un tissu qui le comprend. D'où la nécessité de fortes doses répétées, et l'adjonction d'adjuvants multiples.

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme (Rabelais)

un médecin malgré eux (les labos et les lobbys)

Dr HB
Le 10/11/2017 à 14:17:26

Que ne ferait pas Mme Buzin pour rassurer ses anciens patrons!!!les futurs vaccinés et leurs parents on s'en fou....;

un anonyme
Le 10/11/2017 à 13:58:07

N'y aurait-il pas derrière cette mesure "une belle complaisance" vis à vis des labos;

Des avis plus éclairés que le mien sont très sceptiques sur la pertinence de cette décision votée par les députés un peu rapidement (pour ne pas dire au pas de charge) comme tout ce qui est voté à l'assemblée!!! Des débats trop longs sont nuisibles? mais le débat reste nécessaire à la qualité des lois....

cactus
Le 10/11/2017 à 13:36:45

non au 11 vaccins obligatoire et les vaccins contenant de l 'aluminium

un anonyme
Le 10/11/2017 à 13:03:18




résistance
résistance
résistance
....

mondo
Le 10/11/2017 à 12:58:32

la ministre a complètement occultée le problème de l'aluminium
et elle EST MINISTRE DE LA SANTE !!!!!!!!

madame vous êtes au service de la vie ou des laboratoires ????

salispierre et dorina
Le 10/11/2017 à 12:39:48

"que ta nourriture soit ta première médecine",ta nourriture,l'air que tu respires,les pensées et sentiments que tu cultives....ce n'est pas mon médecin le garant de ma santé,mais moi-même!
collusions et hypocrisie chez nos gouvernants,refusons de nous y soumettre,soyons libres et non des moutons!

libre
Le 10/11/2017 à 12:32:45

Mes enfants n'ont été vaccinés que lorsqu'ils avaient 6 mois et ils n'ont reçus que les vaccins obligatoires (DTPolio). Ils n'ont reçu le ROR que vers leurs 10 ans sur injonction de notre nouveau médecin (dû à un déménagement) résultat une toux inexpliquée durant plusieurs mois. Cette dernière a été arrêtée par un médecin homéopathe. Nos enfants (maintenant ados) n'ont presque jamais été malades contrairement à leurs petits camarades (dont les parents sont médecins !!)

Eric Krins
Le 10/11/2017 à 12:21:47

A quand des responsables soucieux de la santé publique, du bien-être des personnes? Comment peuvent-ils se faire abuser à ce point par des labos pharma et faire passer l'argent devant tout? Allez, on continue car il reste des citoyens responsables!!!

GG
Le 10/11/2017 à 11:42:25

Acte lamentable, venant de la classe politique sans réflexion préalable. Il faut resister

Antoine
Le 10/11/2017 à 09:19:30

Se faire vacciner: un acte volontaire, pas obligatoire!

Cocoplatel
Le 09/11/2017 à 21:05:54

Un bébé dont le cerveau n'est pas achevé ne doit pas recevoir 11 vaccins à l'aluminium, surtout quand dans les 11 il y a des vaccins contre des maladies sexuellement transmissibles! Les enfants sont précoces ou il y a des stocks à écouler?

cattet Noëlle
Le 09/11/2017 à 20:44:09

encore une pression des laboratoires!!que fait-on de la santé aujourd'hui? Même chose pour le glyphosate. Mr Macron reagissez

jouet
Le 09/11/2017 à 19:26:47

notre santé n'a pas d’intérêt pour eux,ce qui a de l'importance c'est le plan comptable,les bénéfices financiers ainsi obtenus , et bien sur si notre espérance de vie peut en même temps s'en ressentir ,alors c'est finement joué !

un anonyme
Le 09/11/2017 à 18:27:03

En réponse à mon député qui tentait de justifier l'obligation de vaccination, j'ai répondu:
Monsieur le Député,
Je vous remercie de votre réponse mais ne peux y souscrire. Le bénéfice des vaccins est malheureusement altéré par les risques de dommages provoqués par ceux-ci, et pas seulement par des adjuvants.
Pour ces derniers, divers laboratoires vétérinaires ont mis au point des vaccins sans adjuvants (notamment Mérial et Virbac) sans altération de l’efficacité ; d’autres ont utilisé des adjuvants huileux. L’Aluminium reste une solution de facilité.
Sur le plan des diverses valences rendues obligatoires, c’est une aberration car ce qui est rendu obligatoire ne tient pas compte :
- de la maturation immunitaire du jeune enfant, ainsi que cela est le cas chez le jeune animal ;
- du rapport bénéfice/risque de chacune de ces valences et du risque réel de santé publique pour chacune d’elle.
Il y a lieu de remarquer que l’Administration, avec un grand A, essaie d’ « ouvrir le parapluie » de plus en plus, en particulier depuis plusieurs années et « ne veut voir qu’une tête », voulant à tous prix que ses dictats soient appliqués quand bien même l’on s’apercevrait ensuite que ces dictats étaient entachés d’erreurs voir d’ineptie. Je pourrais vous citer plusieurs exemples en matière vétérinaire et l’on peut se souvenir des choix fait par l’Administration officielle pendant la guerre de 1940-45. La recherche du risque zéro conduit à des aberrations économiques et humaines.
Il y a lieu de remarquer aussi l’implication égocentrée des laboratoires producteurs et le manque d’indépendance de nombreux experts ; les laboratoires ont de plus en plus de « difficultés » à produire et livrer régulièrement nombre de médicament, soit par soucis économiques, soit par action pointilleuse de l’Administration, soit par accident tel incendie ou autres.
Un vaccin est intéressant quand il permet d’éviter un mortalité ou une morbidité élevée et sérieuse, ou pour une maladie qui ne dispose pas de traitement valable, ou en prévention de pertes économiques très élevées à l’échelle de la nation ou de la région. En matière de pertes économiques, il y a lieu de constater la disproportion des mesures prises en santé humaine notamment autour de la grippe avec, il y a quelques années, des dépenses publiques inutiles de l’ordre de 400 M d’euro autour de l’épidémie « attendue », à propos des divers modèles de cartes vitales ou autres systèmes logiciel vite mis au rebus. Le rapport bénéfice/ risque des 11 vaccins retenus n’est pas équivalent et certains ne méritent pas l’obligation imposée.
N’oubliez pas non plus qu’à vouloir tout réglementer, tout contrôler, tout rigidifier et par conséquent tout scléroser, les français n’en peuvent plus et ont de plus envie de « faire tout péter ». Ces dictats en sont des ferments. Les français ont besoin de paix, de travail sans stress permanent, de calme, d‘espoir et de vision à moyen terme ce que ne permettent pas les changements incessants de réglementations ; ils ont besoins de conditions favorables de vie qui sont les meilleures préventions des maladies. En matière animale, une alimentation équilibrée, adaptée et saine, et le respect des besoins de l’espèce, réduisent de plus de 50% toutes les pathologies .
La qualité de vie est essentielle ! Il y aurait lieu de s’inspirer du Bhoutan, pays considéré comme celui qui a la meilleure qualité de vie de ses habitants.
Espérant que ces propos puissent vous intéresser et vous éclairer différemment que les stratégies purement politiques, je vous prie de recevoir, Monsieur le Député, l’expression de mes sentiments respectueux.
Michel RICODEAU, Dr Vétérinaire, 84300

Michel Ricodeau
Le 09/11/2017 à 18:00:31

la vaccination est un acte médical au même titre qu'une transfusion sanguine ou une opération chirurgicale, c'est donc au patient de décider de l'accepter ou non et en ce qui concerne des nourrissons c'est aux parents de le faire. décider, sous prétexte de santé publique,et pour engraisser les laboratoires, d'obliger tout le monde à accepter cet acte est un abus de droit et pratiquer le chantage à la non admission dans une crèche ou dans une école est aussi un abus de droit, surtout pour l'école, puisqu'elle est obligatoire pour tous !

mag
Le 09/11/2017 à 17:47:11

J'espère que les sénateurs ne voteront pas cette obligation scélérate et qu'ils ne feront pas de nos enfants des cobayes.
J'ai peur pour la santé et l'intégralité physique et mentale de mes petits enfants et de tous les enfants à naitre en France.

MARTINE AUZANNET
Le 09/11/2017 à 17:08:55

Je suis navrée par l'absence de pedagogie de la ministre de la santé. J'attendais des chiffres precis sur l'augmentation du nombre de cas affectés par ces maladies et motivant une vaccination, mais pas d'explications à cette volonté d'imposer ces vaccination par la loi. Nous sommes sans doute trop stupides pour comprendre des arguments rationnels.

Christiane Poinsignon
Le 09/11/2017 à 17:06:32

Comment créer un mouvement de refus de vaccination, en masse à partir du 1er janvier en plus d'agir maintenant et jusqu'à cette date contre cette loi à conséquences dramatiques?
Je n'ai plus d'enfants en bas âge mais cela me fait mal pour la nouvelle génération et toutes les conséquences induites.

franceanq
Le 09/11/2017 à 16:34:57

Oui aux vaccins sans aluminium comme pour les animaux
Non à l obligation contre productive
Je ferai tous ce qui est en mon pouvoir de médecin pour m opposer aux exces et erreurs de la politique de vaccination proposee par la ministre

bernard verdoux
Le 09/11/2017 à 14:14:44

Tout est bon pour faire du fric !
Et pour ça BIGPHARMA est champion !

Jacqueline MAHE
Le 09/11/2017 à 11:28:31

Extension de l'obligation vaccinale :
la réponse d'E3M à cinq fausses informations


Ces dernières semaines, de fausses informations ont été répandues tant dans la presse que devant la représentation nationale autour du projet d'extension de l'obligation vaccinale. La ministre de la santé ainsi que le rapporteur général pour le PLFSS (projet de loi de financement de la sécurité sociale) à l’Assemblée Nationale ont diffusé des données erronées.

Nous, association de malades de myofasciite à macrophages, sommes profondément choqués. Faut-il en arriver à de telles extrémités pour que soit adoptée l’extension de l’obligation vaccinale ? Est-ce ainsi que les Français retrouveront confiance dans la politique vaccinale et dans nos autorités sanitaires et politiques ?

Nous voulons mettre en exergue cinq fausses informations importantes, auxquelles nous répondons dans une note détaillée :

Fausse information n°1 : la couverture vaccinale baisse

La ministre de la Santé a évoqué à plusieurs reprises, notamment au Sénat, en réponse à une question orale de la sénatrice Laurence Cohen, la baisse de la couverture vaccinale pour justifier la nécessité d’élargir l’obligation vaccinale. Or, Au contraire, celle-ci augmente régulièrement depuis plusieurs années.

Fausse information n°2 : dix enfants sont morts de la rougeole

La ministre a parlé à plusieurs reprises (par exemple dans les colonnes du Parisien le 15 juin 2017) de dix enfants morts de la rougeole ces dix dernières années : Il s’agissait en réalité de dix personnes tous âges confondus, dont un enfant et deux adolescents.

Fausse information n°3 : un seul scientifique parle de la toxicité de l'aluminium

Nous l'avons beaucoup entendu ces derniers temps : le Pr Gherardi serait seul au monde dans sa critique de l’aluminium. Ces propos, souvent tenus par la ministre et le rapporteur, et encore devant les députés le 27 octobre lors de la discussion sur le projet de loi, montrent la méconnaissance du sujet par les autorités sanitaires. Plusieurs équipes dans le monde (Angleterre, États-Unis, Portugal, Israël, Canada) travaillent sur ce sujet (voir cette vidéo).

Fausse information n°4 : le danger de l'aluminium n'est pas prouvé

Le niveau de preuve des études menées par les Pr Gherardi et Authier sur la dangerosité de l’aluminium vaccinal serait très faible. La ministre s’est exprimée ainsi devant les députés le 27 octobre, lors de la discussion sur le projet de loi.

Ces études ont été présentées à l’Agence du médicament (ANSM). La Présidente du Conseil Scientifique a estimé que « les études supportées par l'Agence ont permis de faire avancer la recherche sur le sujet des adjuvants aluminiques. » L’un des experts externes à l’Agence a porté ce jugement :

« L’étude expérimentale chez la souris [...] a été menée avec le plus grand sérieux et [...] permet […] de progresser considérablement dans la compréhension du mode d’action des adjuvants aluminiques et des mécanismes de leurs éventuels effets secondaires. (…) La mise en évidence du rôle de l’agrégation des particules […] est un résultat de la plus haute importance. »


Fausse information n°5 : France Assos Santé est favorable à l'extension de l'obligation vaccinale

France Assos Santé (union de 77 associations d’usagers de la santé) aurait demandé à ce que les députés votent l’extension de l’obligation vaccinale. C'est une fausse information : France Assos Santé prend acte du débat actuel dans la société, ainsi qu’en son sein. Elle ne prend pour l’instant pas de position publique sur l’extension de l’obligation vaccinale. Par contre, elle prend le temps du débat en interne.

Didier Lambert E3M
Le 09/11/2017 à 07:50:05

Mensonges délibérés, trucage des études et des résultats, autisme des médias, impossibilité de trouver des solutions et des responsables devant les "accidents" dus aux vaccins, surdité des politiques et des labo. sur la demande de retrait des adjuvants ...... tellement de raisons de ne pas accepter de faire de nos enfants de futurs handicapés en souffrance au nom du profit de l'industrie pharmaceutique sous couvert de santé publique.
Les scandales sanitaires de plus en plus nombreux devraient être une preuve suffisante pour donner un peu plus de raison aux politiques.

baril
Le 08/11/2017 à 11:14:41

Le remerciement d'un Président au cartel pharmaco-industriel qui a finance largement sa campagne et qui jette en pâture l'avenir sanitaire de nos enfants nés et a naître avec la complicité de Bruxelles, les Italiens ayant acte également un parcours vaccinal de 14 vaccins obligatoire. Tentative d'emprisonnement de notre ministre de la santé dont le conflit d'intérêt dans des laboratoires ou elle siège encore dans les conseils d'administration. Dans bon nombre de pays européens ( Allemagne Autriche, Suède ...)il n'y a aucun vaccin obligatoire mais seulement des recommandations et il n'y a pas plus de mortalité infantile. Non aux vaccins pourris aux adjuvants toxiques. Non aux lobby pharmaceutique qui veut se gaver de l'argent du contribuable via la CPAM. Non aux empoisonneurs et leurs complices. Si l'on refusé l'accès a l'école aux enfants non vacciné, nous parents diplômés nous leurs feront l'école.

Christian Gourmelon
Le 08/11/2017 à 03:20:18

La confiance dans nos institutions en matière de santé publique est largement entamée. Beaucoup trop des responsables de scandales sanitaires sont arrivés et restent impunis. D'ailleurs, je n'en connais aucun qui ait été puni à ce jour. Par contre, beaucoup n'ont jamais été inquiété et donnent encore des leçons de morale.

Certaines affaires gravissimes arrivent à des non lieux à la stupéfaction générale.
Aujourd'hui, on nous empoisonne aux pesticides, aux perturbateurs endocriniens, aux "médicaments" frelatés... Et quand on veut obtenir des dédommagements devant la justice, on est pris pour des cons.

Par contre, les petits copains de nos politiques, les labo pharmaceutiques, mais aussi le milieu de l'agriculture conventionnelle obtiennent de juteux débouchés pour leurs poisons. Bonjour démocratie.

Magali

un anonyme
Le 07/11/2017 à 09:59:00

Nous ne sommes pas face à une démarche de santé publique,mais face à une démarche de développement économique de la médicochimie utilisant les peurs archaïques des individus ,leurs émotions et bénéficiant de l'appui des services de l'Etat.
Autant de vaccins pour nos enfants que pour les animaux d'élevages industriels ! Bienveillance ? Non,grande maltraitance !(dans les 2 cas).
Et demain,seront-ils également pucés ?

DUIGOU GERARD
Le 06/11/2017 à 14:49:36

Je ne sais pas ce qu'en disent les médias mainstream, mais dans la presse indépendante, les articles sont éclairants je crois :
http://www.chezchris.fr/lecture/vaccination-etat-durgence/  

Christophe DIDION
Le 06/11/2017 à 10:12:42

Dans l’opposition à la vaccination de masse, il ne s’agit pas de réactions émotionnelles suite à des accidents individuels "inévitables" (et trop nombreux) mais bien de logique scientifique et d’honnêteté intellectuelle. Et l’obscurantisme n’est pas là où on le pense. « Simplement parce qu’on veut éviter les problèmes, on recule devant la reconnaissance de la réalité, et ça c’est anti-scientifique, totalement anti-scientifique. » Citation Pr Luc Montagnier, Prix Nobel de Médecine.

Et il n’est pas du tout sur que les parents récalcitrants ne soient pas poursuivi comme le prétend la Ministre… Il convient d’être solidaire avec ceux qui font des choix conscients pour la santé de leurs enfants. Cette obligation vaccinale est inique.



marie olmucci
Le 05/11/2017 à 16:05:41

Extrait du rapport final de l'éradication de la variole de l'OMS (1979-1980): « Les campagnes d'éradication reposant entièrement ou essentiellement sur la vaccination de masse furent couronnées de succès dans quelques pays mais échouèrent dans la plupart des cas. [...] ...il fallait absolument changer de stratégie. »

Demandez-vous quel virologiste, quel immunologiste ou infectiologue a fait l'effort de lire ce rapport avant de vous préconiser des vaccins tous azimuts?

marie olmucci
Le 05/11/2017 à 16:02:18

L'extension de l'obligation vaccinale est une grave atteinte aux libertés individuelles. Preuve que ce Ministère de la santé ne veut pas notre bien et qu'il est lui aussi (voir le scandale passé de la fausse pandémie H1N1) à la solde des laboratoires pharmaceutiques. C'est maintenant flagrant et nombreux sont les scientifiques qui dénoncent cette collusion entre politiques et lobbies, notamment pour les problèmes de santé publique.
Cela et d'autres couacs récents (nucléaire, et biomasse, en particulier) augure mal de ce nouveau gouvernement...
Il va nous falloir agir, au delà d'une simple signature pour les pétitions, et nous unir dans nos régions pour organiser des rencontres-débat (avec projection de film par ex.) pour sensibiliser ceux qui ne sont pas informés aux dangers des vaccinations qui vont bien au delà du problème de l'adjuvant aluminium. Sortons de notre inertie et pour commencer, soyons logiques et aidons financièrement les associations qui font tout ce travail d'information et de lutte sur le terrain légal, dans ce domaine et bien d'autres. Autrement dit : je pense que notre indignation devrait se traduire en premier lieu par une adhésion de soutien aux associations qui depuis longtemps disent non et nous informent. Premier pas vers une participation citoyenne directe.
J'espère que cette fois-ci ils sont allés trop loin et que les français vont enfin réagir, se montrer solidaires en posant des actes !

Lise
Le 05/11/2017 à 14:11:44

Ce n'est pas une ministre qui va me décider ma vie et celle de ma famille. Ce n'est pas la unième qui a accaparé le pouvoir qui va décider à ma place comment je vais vivre, comment je vais éduquer mes enfants, comment e protège ma santé et celle de mes enfants. Cette décision est une loi fasciste et n'a rien avoir avec la protection de la santé. Si cette stupide lobbiste de la pharma veut qqch de nous qu'elle commence d'elle même par son propre exemple de se faire vacciner elle et toute sa famille avec 11 vaccins en même temps; après je vais attendre que tout ce gouvernement et ceux qui ont voté + les producteurs des vaccins qui se vaccinent et après au moins 100ans d'analyses médicales et les effets secondaires dans le temps que cette idiote va se permettre de me dire comment vivre. Le fascisme gouvernemental est en PLEINE MARCHE. A BAS LES FASCHO SANITAIRES!

cvéty
Le 05/11/2017 à 13:53:43

je suis très inquiète de ce passage en force des lobbies pharmaceutiques. Contrairement à ce qui est affiché, c'est un affaiblissement de la santé de la population qui en résultera (et qui est déjà en cours vu les taux de couverture vaccinale déjà très élevés).

geneviève lebouteux
Le 05/11/2017 à 13:16:16

j'ai 75 ans, depuis l'armée à l'age de 20 ans j'ai toujours refusé de me faire vacciner jusqu'à ce jour. Par contre mon Père qui se faisait vacciner était toujours malade après les vaccinations.
Cela fait plus de 11 ans que je n'ai pas vu de médecin et pris de médicament. Il suffit de manger saint c'est à dire cultiver son jardin sans pesticide et sans engrais , de manger du vrai beurre de ferme, mais surtout d'éviter de manger les plats préparés les viandes sous vide qui proviennent des élevages industriels . De bouger et de ne pas regarder les émissions programmées pour tromper les citoyens.

Papa Joseph
Le 04/11/2017 à 22:15:11

D'évidence, premièrement, il est aberrant d'obliger une vac cination par vaccins potentiellement dangereux (sans une étude sérieuse et "objective"). Ce qui va à l'encontre d'une volonté d'amélioration de la santé (si toutefois il s'agit bien de cela).
Deuxièmement, je pense que la vaccination (comme l'explique très bien Jean-Pierrot le 02/11) modifie inévitablement le terrain et engendre des conséquences néfastes à long terme.
La médecine officielle a malheureusement souvent une fâcheuse tendance à ne considérer que le court terme.
De plus, en occident, le corps est appréhendé de façon parcellaire et non dans sa globalité...Une autre aberration...
Agnès

AGNES ANCELOT
Le 04/11/2017 à 21:47:21

pourquoi autant de vaccins? onze je crois,alors que quatre suffisait.
y a-t-il de nouvelles maladies?
l'ouverture de nouveaux marchés pour les labos? et quid de l'alu dans les vaccins?
MichelBERLAND/NANTERRE

Michel BERLAND
Le 04/11/2017 à 16:15:08

IL faut des vaccins sans aluminium, comme cela se faisait dans le passé, et tout le monde s'en portait bien.

patoche
Le 04/11/2017 à 15:30:02

encore une fois le discours politique avec la collaboration des médias falsifie, les motivations de ceux,celles qui s'opposent à cette extension de l'obligation vaccinale.Encore une fois ,les françaises et français sont pris pour des personnes irréfléchies vivant sur la peur et se faisant manipuler par des lobying anti-vaccination Il faudrait "nous expliquer" car il parait que "les français qui contestent n'ont pas compris" ! !
Qui manipule qui ?
Qui n'a pas compris ce que l'autre veut dire ?
Qui est dans l'abus de pouvoir ?
Nous vivons dans une société de mensonges, de duperies ,de falsifications bref de manipulations. Il est urgent d'en prendre conscience pour sortir des "étiquettes" de peur ,d'ignorance ,d'irresponsabilité..posées sur les opposants. La solidarité elle est là ! l'avenir de l'humanité aussi !

veronique
Le 04/11/2017 à 13:39:46

Pourquoi ne pas encourager plus d'études au sujet de produits naturels pouvant remplacer ces trop nombreux vaccins nocifs

Adèle
Le 04/11/2017 à 13:26:27

ce n'est pas qu'une question de fiabilité ou de nocivité des vaccins, c'est aussi une question de chronologie et de quantité imposée à des enfants en bas âges sur une courte période, sans compter la pertinence pour certains de ces vaccins...

Dominique Maurice René ALLAIN
Le 04/11/2017 à 11:22:08

De toute façon, c'est sans espoir. Les sénateurs vont voter pour. On peut leur envoyer toutes les infos sur le sujet, cela ne les intéresse pas.

Solweig von Kleist
Le 03/11/2017 à 23:12:32

Si nous voulions véritablement sauver des vies bridons les moteurs des voitures,les jeunes de moins de 27ans seraient interdis de permis de conduire-surtout les garçons-, interdisons aussi alcool, cigarettes, attaquons nous aux méfaits meurtriers de l'agroalimentaire, à l'industrie militaire, et à toutes les pollutions. Par ailleurs, L'OBLIGATION vaccinale est une atteinte grave aux libertés. Que celles et ceux qui veulent le faire, le fassent et dans tous les cas, puissent choisir les vaccins qui leurs semblent opportuns: il me semble que c'est la moindre des choses. Plus vaste et dangereux encore que la défiance grandissante envers le corps médical dans son ensemble, c'est l'actuel défiance envers les personnels politiques; (que je ne veux plus nommer "élu")

un anonyme
Le 03/11/2017 à 19:41:32

il est prouvé que l'aspirine diminue les risques de cancer, je propose que la loi oblige tous les français à prendre chaque jour de l'aspirine!

colin patrick
Le 03/11/2017 à 18:08:20

c'est rigoureusement NON : trop dangereux 11 vaccins pour des nourrissons; ou alors les laboratoires financent le "Ministère de la Santé", pour ne pas dire pire ! c'est scandaleux, d'autres pays européens n'imposent pas autant : heureusement que nous sommes en démocratie et que la France est le pays des droits de l'homme !!!!

maripachats
Le 03/11/2017 à 17:50:28

un beau cadeau au laboratoire pharmaceutique

Franck Taulin
Le 03/11/2017 à 15:51:47

Il s'agit en fait, pour les laboratoires concernés, d'écouler les 11 vaccins déjà prêts depuis trois ans et dont personne ne veut ! Bis répétitas. Une autre Ministre avait déjà barboté dans H1N1.

GUEORG31
Le 03/11/2017 à 15:03:27

Des grands professionnels, qui ne sont pas dans la recherche du profit, affirment que non seulement beaucoup de ces vaccins sont dangereux, et que de plus certains sont totalement inutiles. C'est clair, arrêtons la mascarade faite sur le dos de la santé des nourrissons. Pourquoi nous cache-t-on le nombre des décès suite à des vaccinations, et ne reconnait-on pas qu'il existe des maladies qui découlent de la vaccination?

Nicole REYNAUD
Le 03/11/2017 à 14:29:31

On peut se poser la question si le principe de la vaccination même sure est Ok
s'il existe des méthodes naturelles et peu couteuses qui marche pareilles et moins toxiques ?

Par exemple pour la grippe alors qu'il ya de l'homeopathie des plantes, le jeune
pour le tetanos : le chlorure de magnesium

et plus de 11 vaccinations avant 2 ans alors que le système immunitaire n'est pas mature n'est pas un peu risqué ?

benji35700
Le 03/11/2017 à 13:34:12

LE BUT DU JEU ETANT LA SOUMISSION DE LA POPULATION DANS 2 ou 3 GENERATIONS: CES "INHUMAINS"ONT UN AGENDA A TENIR...
Aluminium levé les yeux au ciel:
https://www.youtube.com/watch?v=y0G4uphr-Mo  

SEBOUX69
Le 03/11/2017 à 12:12:18

Mon fils de 26 ans est atteint d'autisme sévère avec crises d'épilepsie quotidienne, tout ça à cause d'un vaccin à l'âge de 10 mois. sa vie est fichue, la nôtre aussi !!!!!!!!!!!!

EVER
Le 03/11/2017 à 12:01:39

Moi liberticide par excellence! Comment osez vous Mme la Ministre menacer d'interdiction de crèche les familles qui ne veulent suivre des injonctions aussi stupides et surtout dangereuses !!?? C'est honteux et inacceptable. Je n'ai pas d'enfants mais je plains ceux qui en ont pu en auront bientôt

Carole Ferrand
Le 03/11/2017 à 11:15:54

Les méthodes les plus simples sont tjrs les plus efficaces ... PROTECTION maximale par l'EDUCATION L'HYGIENE LA DIETETIQUE sans aucun additif

ALBERT12
Le 03/11/2017 à 08:47:55

Le serment d'"hypo-crate" n'est plus démocrate
Et bien sûr, science sans conscience n'est que ruine de l'âme, de Rabelais à Adjani il n'y a qu'une pas tranquille celui qui doit nous mener à plus d'humanité, un pas culturel qui prend son temps...rien a voir avec la précipitation avide de la marche financière et forcée de Macron et de la Compagnie pour la pensée unique.

un anonyme
Le 03/11/2017 à 05:01:19

et le droit à disposer de soi même ?
Après avoir suivi les émissions de france culture concernant la politique des laboratoires pharmaceutiques, les enjeux semblent très clairs : le très très gros profit

NOËLLA Moisan-Bocher
Le 02/11/2017 à 22:58:44

Pour des vaccins sans aluminium ou autre adjuvant dangereux ou susceptible d'être dangereux

un anonyme
Le 02/11/2017 à 22:14:24

Gérer les forces de la mort individuellement c'est la vie qui le veux, il n'y a pas de modèle unique comme les soit disant autorités bien pensantes (hum! ) veulent nous le faire croire en distillant la peur.

un anonyme
Le 02/11/2017 à 21:52:29

J'ai 75 ans et n'ai jamais été vaccinée pour autant de maladies.Plutôt que d'affaiblir les enfants avec de nombreux vaccins,il vaudrait mieux leur offrir un air sain et une alimentation saine.Bien sûr il faut toucher à d'autres domaines qui eux semblent bien protégés.

Colette Boudet
Le 02/11/2017 à 21:11:11

Avant de vacciner, il faut savoir que pour la plupart des grandes maladies comme le tétanos ,la variole, la tuberculose, la polyomiélite etc. au moins 70% de la population mondiale a les anticorps.
Le bon sens serait. de faire des tests immunologiques avant de vacciner sans discernement.
Mais les tests immunologiques NE SONT PAS REMBOURSER PAR LA SÉCURITÉ SOCIALE.
CHERCHER L'ERREUR...

annette roussel
Le 02/11/2017 à 20:03:44

- Tout d'abord : application du principe de précautions (voté ). Qu'on l'applique ! ! ! Trop de dangereuses conséquences. On ne peut pas faire une génération d'invalides.
- POUR des vaccins sans aluminium et autres adjuvants! Il y a d'autres solutions proposées à moindres risques.
- Ce sont trop de vaccins à la fois pour un "petitou".

Une ministre ayant passée 11 ans de son cursus pour les laboratoires pharmaceutiques, n'est-ce pas douteux ? Cela ressemble à être juge et parti.
- Bonne rectification de Claude Lucas aux propos de Dom.

un anonyme
Le 02/11/2017 à 20:02:42

L'un de mes petits enfants ainsi qu'un petit neveu sont autistes et ont subi des vaccinations peu de temps avant que ne tombent les diagnostics et même si rien ne prouve aujourd'hui que l'aluminium soit dans leurs cas la raison absolue de leur atteinte neurologique je crains fortement pour un bébé qui vient de naître chez l'un de mes enfants. Comment est -il possible de craindre des "soins" obligatoires? . L'autisme est un phénomène qui se développe aussi vite que croissent les laboratoires, arrêtez de faire vos expériences sur nos enfants! Laissez leur la liberté de choisir ce qui pénètre dans le corps de leurs petits. Bannissez l'aluminium des vaccins et regardez ce qui se passe dans les pays autour de vous! Trois vaccins sur des bébés c'est déjà une épreuve pour leur immunité naissante, ça suffit!!! Tout homme a droit à son intégrité physique. Optez pour la liberté de chacun!

un anonyme
Le 02/11/2017 à 19:26:38

à écouter attentivement l'émission de ce jour :

france-culture L S D la série documentaire "big pharmz" de 17 h3 à 17 h 58
à diffuser un max !

merci

bl

un anonyme
Le 02/11/2017 à 19:16:58

prendre une génération de tout petits en cobayes, ça ressemble à des méthodes d'un autre àge.
combien d'études montrent l'inocuité et l'efficacité de ce programme? C est une prise de risque trop importante surtout si on ajoute le chantage odieux à l'entrée en collectivité.
le droit premier de liberté pour son corps doit rester applicable.

un anonyme
Le 02/11/2017 à 18:55:47

Pour répondre à Christian Perez-Gil qui a laissé un commentaire, il y a eu des recherches de réalisées, et elles proposent des alternatives sérieuses à l'aluminium. Vous pouvez consulter un document synthèse en ce sens sur le site de l'association E3M. Salut!

Yann BESNARD
Le 02/11/2017 à 18:53:30

Je suis contre ces 11 vaccins parce que :
1- C'est une intrusion dans notre corps, certaines religions y sont opposées et c'est une question de liberté de pensée, respectée par exemple en Hollande où j'ai vécu !).
2- Les vaccins "de première génération sans adjuvants" étaient déjà inutiles car "Le microbe n'est rien, c'est le terrain qui est tout" (Dr Antoine Béchamp). Il ne faut donc pas lutter contre le microbe ou le virus mais renforcer notre terrain.
3 - Les vaccins modifient justement notre terrain comme le montre "La Bioélectronique de Vincent" ( www.votre-sante-naturelle.fr).   : vous n'aurez peut-être pas la maladie contre laquelle on vous vaccine, mais vous en attraperez une autre, correspondant au nouveau terrain qu'on vous a créé artificiellement, pire nos terrains sont tous poussés par les vaccins (sauf un)dans la direction du cancer .
Voir sur le "Bioélectronigramme" des vaccins.
4 - Les vaccins "actuels" sont de plus "enrichis" d'une soupe de cochonneries que sont les adjuvants sensés renforcer l'immunité qui serait donnée par les vaccins(Aluminium, mercure, formol, extrait mammaires de souris cancéreuses, nanoparticules, etc...), adjuvants qui nous poussent vers les maladies dîtes émergentes ou nouvelles (Autisme, fibromyalgie, sclérose en plaque etc, etc...)
5 - De toute façon, vacciner les bébés dans leurs premiers mois avant que leur système immunitaire soit formé complétement est un crime, qui va se payer par une hécatombe dans les prochaines années et renforcer le "trou" de la Sécu.

Jean-Pierrot
Le 02/11/2017 à 18:24:54

Je recopie un commentaire car c'est exactement ce que je pense ! Merci à TU O LIBER qui l'a écrit :

"CRIME CONTRE LES BÉBÉS = CRIME CONTRE L'HUMANITÉ.

Ne devenez pas criminels en permettant une telle aberration. Ne sacrifiez pas des vies d'enfants au profit des labos. Ne permettez pas sur des bébés, la vaccination contre des maladies sexuellement transmissibles !! Quelle folie ! et quel non-sens!

Messieurs les Sénateurs arrêtez cette folie injustifiable d'une Assemblée qui semble ignare.
Il n'y a pas d'obligation vaccinale dans les autres pays européens et pas de catastrophe sanitaire non plus, alors que nous y courrons avec l'aluminium.

Montrez-vous plus SAGES que l'assemblée et dites NON.
Mon corps m'appartient, et à personne d'autre, et celui de mes enfants et petits enfants ne vous appartient pas non plus !
On compte sur vous. Merci d'avance."

Sophie LYSIAK
Le 02/11/2017 à 17:54:50

les fabricants de vaccins sont de vrais assassins, la justice ne fait pas sont travail; A nous de refuser
leurs magouilles....la démocratie c'est quoi ? Etes-vous certains quelle est appliquée......moi pas !


Membo42

André RAOULT
Le 02/11/2017 à 17:51:27

Je suis tout à fait opposée à des vaccins qui contiennent de l'aluminium et sont dangereux pour la santé de nos enfants certains me semblent en plus parfaitement inutiles, comme celui de la rougeole, d'autre part pratiquer une vaccination massive sur des enfants qui n'ont même pas deux ans afin qu'ils soient admis dans les crèches m'apparait être une aberration.

un anonyme
Le 02/11/2017 à 17:49:53

Conseil au personnes qui ne veulent pas que leur enfant soit vacciné :
Demandez au médecin traitant un certificat attestant une contre-indication à la vaccination. Si ce dernier rechigne, demandez-lui alors un certificat attestant l'innocuité absolu du (des vaccins). Vous verrez qu'aucun médecin ne voudra prendre cette responsabilité (datée et signée)en son nom propre. C'est le meilleur moyen d'obtenir le certificat de contre-indication à la vaccination vous permettant d'inscrire votre enfant à l'école ou en crèche.
Je ne suis plus concernée, mes enfants étant adultes. Néanmoins, je recommande aux parents d'une même école d'être solidaires (en association loi 1901, appui des délégations de parents d'élèves, etc...)pour faire face à la pression de la direction de crèche ou d'école. Bref c'est le nombre de parents entrant en résistance qui fera reculer cette abomination vaccinale.

Martine MASQUEREL
Le 02/11/2017 à 17:46:22

Je pense à mon mari qui lorsqu'il était dans l'armée n'avait pas du tout supporté un vaccin, depuis on ne peut pas lui en faire un seul. Je crois que derrière ces obligations il y a des lobbys qui font de gros profits, et rien que pour cela, et d'autres raisons soulignées dans des commentaires, je suis tout à fait contre cette politique vaccinale.

Bernadette MORA
Le 02/11/2017 à 17:41:42

j,ai une SEP sclérose en plaque tout ça à cause du vaccin hépatite B même si ce n'est pas reconnu tous les médecins que j,ai vu mon posé la question
alors les vaccins c'est dangereux

Cathy Nesmes
Le 02/11/2017 à 17:26:36

CRIME CONTRE LES BÉBÉS = CRIME CONTRE L'HUMANITÉ.

Ne devenez pas criminels en permettant une telle aberration. Ne sacrifiez pas des vies d'enfants au profit des labos. Ne permettez pas sur des bébés, la vaccination contre des maladies sexuellement transmissibles !! Quelle folie ! et quel non-sens!

Messieurs les Sénateurs arrêtez cette folie injustifiable d'une Assemblée qui semble ignare.
Il n'y a pas d'obligation vaccinale dans les autres pays européens et pas de catastrophe sanitaire non plus, alors que nous y courrons avec l'aluminium.

Montrez-vous plus SAGES que l'assemblée et dites NON.
Mon corps m'appartient, et à personne d'autre, et celui de mes enfants et petits enfants ne vous appartient pas non plus !
On compte sur vous. Merci d'avance.

TU O LIBER !
Le 02/11/2017 à 17:15:20

Je ne suis pas anti-vaccin mais plusieurs de ces 11 vaccins sont superflus voir dangereux chez les jeunes enfants. De plus je considère comme aberrant d'innoculer 11 souches de vaccins, dont l'adjuvant (aluminium) pose problème, dans le corps d'un bébé. En tant que mère et grand-mère j'angoisse à l'idée du désastre qui s'annonce et va toucher nombre de nos petits enfants et je suis effarée de constater que nous soyons si peu nombreux à nous insurger.

MARTINE AUZANNET
Le 02/11/2017 à 17:11:22

depuis quand l'aluminium est-il bon pour la santé?
Si nous courrons après les microbes à coup de vaccins, nous aurons toujours 3 avions de retard!
mieux vaut renforcer le terrain,( comme disait Claude Bernard),avec phyto, homéo, chlorure de magnésium, extrait de pépins de pamplemousse.....
Leurs histoires c'est pour renvoyer l'ascenseur à ceux qui financent leurs campagnes et c'est pas pour la santé.
Vive le libre choix de la vaccination!

Nicole DUHAMEL
Le 02/11/2017 à 17:00:38

Il y a très souvent des Ministres de la Santé qui ont eu des rapports antérieurement avec l'industrie pharmaceutique. Impossible dans ce cas de leur faire confiance les yeux fermés ! Les "contre vérités" ou mensonges contenus dans les informations du gouvernement aggrave la défiance des français. Je souhaite que les parents concernés manifestent fortement leur opposition à ces méthodes et s'unissent dans l'intérêt de leurs enfants. Une jeune personne de ma famille est atteinte de sclérose en plaque depuis une vaccination contre l'hépatite B ... Elle ne pouvait se soustraire à la vaccination travaillant dans le milieu médical.

un anonyme
Le 02/11/2017 à 16:58:58

moi je suis contre les vaccins et cette ministresse trop proche de big pharma ,et qui a mon avis ne doit pas etre vaccinée

un anonyme
Le 02/11/2017 à 16:49:48

la pression des laboratoires n'a jamais était aussi forte, l'obligation du tiers payant pour les médecins vient d'être supprimée ! ! !

No comment...

CYRIL DURDUX
Le 02/11/2017 à 16:41:14

Je trouve aberrant, incroyable, assassin, de vouloir imposer 11 vaccins à des êtres sans défenses suffisantes (déjà 7 c'était énorme) et au nom de quoi ? de l'argent des laboratoires, de la peur, de la bonne conscience... que sais-je ! Il serait temps de faire confiance à l'être humain et à tout son potentiel !! La vaccination n'a pas d'utilité dans notre pays, et il y a suffisamment de cas de maladies dues à la vaccination autour de nous, pour ne pas réagir !!

Maya
Le 02/11/2017 à 16:31:56

pourquoi ne pas accuser cette ministre de tentative d'empoisonnement ?

un anonyme
Le 02/11/2017 à 16:29:44

l'aluminium qui se trouve dans les vaccins n'est pas bon, et nous n'avons pas assez de recul pour connaître les dégâts engendrés par ces 11 vaccins sur un petit organisme de bébé... Une personne de ma famille a déclaré un syndrome aiguë de Guilhem Barré après une vaccination contre la grippe.. Il faut faire très attention à ce qui est proposé! Cette ministre a travaillé pour l'industrie pharmaceutique. Est il bien normal de la voir devenir ministre ?

Marie-Hélène MOROT-SIR
Le 02/11/2017 à 16:15:52

Je veux avoir le choix de me faire vacciner ou pas !!
Ce projet de loi est insensé ... a quoi bon vacciner un nourrisson contre l'hépatite B ...
Cette dictature médicale à un coût pour la Sécu ...

jean-luc LEBLANC
Le 02/11/2017 à 16:04:57

J'ai dit ici et ailleurs mon opposition aux vaccins obligatoires quel que soit leur nombre. Mon père est devenu hémiplégique après l'injection du sérum antidiphtérique -épidémie en établissement collectif donc sérum obligatoire pour le personnel-, moi-même ai été sauvée in extremis après avoir été vaccinée d'office à l'école en 1947 alors qu'un certificat de contre-indication avait été fourni- etc...NON AUX VACCINS OBLIGATOIRES SANS CONTRÔLE PREALABLE DE LEUR INNOCUITE SUR L'INDIVIDU, enfant ou adulte. Chaque être vivant réagit de manière différente à l'injection de corps étrangers pathogènes. Seules les machines peuvent produire une seule et même réaction.

Mireille
Le 02/11/2017 à 15:31:01

profondément opposée à ce message anxiogène : vaccinez vos bébés !

yag
Le 02/11/2017 à 15:20:51

Et si on cessait de prendre systématiquement le parti des labos et des instituteurs qui accumulent des bénéfices exorbitants sur le dos de la population - et au passage - sur le budget de la sécurité sociale ?
Et si vous écoutiez ce que disent les laboratoires indépendants et les chercheurs au lieu de faire l’autruche ?
Les français s'en porteraient beaucoup, vraiment beaucoup mieux.

Alain Facon
Le 02/11/2017 à 14:22:22

Je suis contre cette vaccination de 11 Vaccins à des bébés qui n'ont pas encore leurs défenses immunitaires de constituées.
C'est tué leur potentiel biologique.
Un vaccin n'est pas innocent c'est introduire une maladie!
l'autisme serait à l'origine de la sur vaccination de la mère.
La maladie de la sclérose en plaque qui se déclare suite au vaccin de l'hépatite B !.

Cette vaccination imposée est surtout bonne pour les caisses de Big Pharma !!!

un anonyme
Le 02/11/2017 à 14:19:16

On sait que l'aluminium qui se trouve dans les vaccins n'est pas bon, et nous n'avons pas assez de recul pour connaître les dégâts engendrés par ces 11 vaccins, au lieu de 3? On ne peut pas engager la vie de milliers de bébés et d'enfants en bas âge à la demande des grandes sociétés de médicaments dont on ne connaît pas les contenus... Ceux qui décident des choses comme ça sont très dangereux pour la Société!

DANIELLE PAJOT
Le 02/11/2017 à 13:33:14

personnellement ,je n'en veut pas du tout des vaccins: après l'ancéphalite de mon frère je ne veut même pas du vaccin DTP.
pour vous en convaincre ,je vous invite a visionner ceci : https://www.youtube.com/watch?v=PDteubaycMs  

un anonyme
Le 02/11/2017 à 13:17:15

Il est clair que le contexte n'est pas clair, depuis 1926 les labos n'ont rien trouvé d'autre que l'aluminium? Ou n'ont-ils pas cherché?
Et les relations de la ministre avec les labos n'aident pas à la confiance.

Christian Perez-Gil
Le 02/11/2017 à 13:12:53

madame la ministre a travaillé pour l'industrie pharmaceutique. Est il bien normal de la voir devenir ministre ? Est elle ministre de la santé ou ministre de l'industrie de la "santé" ?

un anonyme
Le 02/11/2017 à 13:12:29

L’état français n'est pas propriétaire de mon corps, ma vie appartiennent !! !! je fais ce que j'en veut , il a bien autres choses s’occuper, en plus c'est plutôt de la compétence des médecins !!! ou est ma liberté ????

Pierre BELLERT
Le 02/11/2017 à 13:06:57

Nous ne sommes pas contre les vaccins. Nous voulons juste une assurance totale sur leur fiabilité. Personne n'a répondu de façon précise aux travaux scientifiques du Pr Gerhadi ou aux propos très étayés du Pr Joyeux. De dire comme dit Mme Buzyn que "de mettre les vaccins obligatoires donnera la confiance aux gens qui vont se faire vacciner" est d'une totale idiotie. Nous prend on pour des demeurés?? Quid de la responsabilité des laboratoires en cas de maladie neuro degéneratives suite à un vaccin.Pourquoi ne prend t'on pas en compte la dangerosité de l'aluminium et du mercure et d'autres adjuvants. Pourquoi les experts ont t'ils tant d'appointance avec les laboratoires fabricant les vaccins. Tant que ces questions resteront en suspens, je n'aurai aucune confiance dans les vaccins. D'ailleurs qui a fait les meilleurs bénéfices en bourse cette année si ce n'est les laboratoires pharmaceutiques.

Sergio
Le 02/11/2017 à 10:41:05

Il n'y a pas d'hépatite B chez les enfants .or ce vaccin développé par génie génétique est BREVETÉ
Rendre ce vaccin obligatoire c'est breveter les vaccins de l'enfance : jack pot pour le Labo français et le Labo américain
Par contre des enzymes capable de scinder l'ADN peuvent contaminer le vaccin d'où les maladies génétiques et maladies auto-immunes qui explose ces dernières années

un anonyme
Le 01/11/2017 à 21:41:00

il est temps d'arrêter de nous prendre pour des cobayes.

NO ALU
Le 01/11/2017 à 19:08:30

tout le monde le sait, tout le monde connaît le danger de l'aluminium, en tant que neurotoxiques, est tout le monde fait silence! enfin sauf nous!
porteur d'une myofasciite à macrophage .soutenez E3M dans leur combat !

un anonyme
Le 01/11/2017 à 15:39:21

Le support aluminium est nocif revenir au plasma

SAINE HONNETETE
Le 01/11/2017 à 14:49:36

Suite à une vaccination dtpolio en 2014 j ai développé unle syndrome de Guillaume barre et après 15 jours d hospitalisation en soins intensifs et 8 mois en centre de rééducation pour retrouver l usage de mes membres je ne bats chaque jours pour essayer de retrouver une vie "normaleje j ai encore des douleurs des problèmes digestifs et des périodes de grande fatigue.
Alors s il vous plait pas de vaccin obligatoires la plupart de ces vaccins sont au mieux inefficaces mais peuvent aussi des effets secondaires irrémédiables.
Je tiens à votre disposition le dossier médical suite à cette vaccination.d autant plus que suite à cette maladie et après presque 3 ans de suivi médical je ne faisais aucun progrès j. Avais complètement perdu le sommeil j avais des douleurs insupportables .mon état s est amélioré lorsque j ai aabandonne la médecine traditionnelle pour une médecine naturelle .
Je suis à votre disposition pour tous renseignements que vous jugerez utiles.
A.oury

un anonyme
Le 01/11/2017 à 13:52:42

Il est encore temps de prendre en considération les alertes et les malades qui souffrent de l'aluminium vaccinal. Quand va-t-on enfin appliquer le principe de précaution. Je ne souhaite pas voir de pauvres enfants subir ce que nous subissons quotidiennement : douleurs , fatigue, vie sociale ébranlée, vie familiale chamboulée et une mémoire détériorée. Il faut dire stop à l'alu (comme c'est le cas pour la branche vétérinaire).

Myo
Le 01/11/2017 à 13:48:59

d'accord avec Chris..
notre corps nous appartient, notre vie nous appartient !!

ça suffit de nous imposer tout et n'importe quoi !! déjà que l'on ne peut choisir l'air et l'eau que l'on respire et qui sont pollués par la connerie humaine que l'on nous laisse tranquille au moins sur le choix de vie de notre corps qui est un droit absolu ==> ça c'est comme mourir dans la dignité !! notre corps nous appartient pas là non plus !! ça suffit merde !! réagissez aux diktats , ne soyez pas les moutons de Panurge que l'on mène à l'abattoir sans rien dire .. et renseignez vous sur les risques encourus.. si vous déléguez votre vie à autrui il ne faudra pas pleurer des séquelles que nous pouvons contracter avec leurs manies de tout contrôler..et si on me traite de foldingue et bien tant pis !! moi je suis libre des choix qui doivent toucher mon corps !!

eve et Charles jacquet
Le 01/11/2017 à 12:28:52

Ma fille est une victime du vaccin Gardasil conseillé par son médecin comme "absolument sur"...
Suite à ses problèmes (jusqu'à une opération du cerveau il y a deux ans : temporal droit, hypocampe et amygdale) le médecin prescripteur a refusé de faire un déclaration d'effets secondaire... prétextant que la notice du vaccin ne mentionnait pas les "crises nerveuses" comme effets secondaires !
Un comble... et il continue d'exercer !
C'est un pharmacien de Nancy qui a fait cette déclaration d'effets secondaire parce que sa fille avait elle aussi eu des problèmes de ce type avec le vaccin.

Jean-Claude BERGES
Le 01/11/2017 à 11:01:16

Pas d'accord du tout avec Dom, la seule et unique raison de cette obligation vaccinale est le financement de la campagne de Macron par les labos pharmaceutiques.
Si on visait la santé des gens, il n'y aurait pas autant de scandales impunis, et les lanceurs d'alertes ne se feraient pas assassiner.

Christian Lucas
Le 01/11/2017 à 09:40:28

Il n'y a pas que l'alu qui pose problèmes ...

André Ferruit
Le 31/10/2017 à 22:18:02

Il y a 2 poids 2 mesures quand il s'agit d'auditionner les Pr Gherardi et Fisher ; le 1er est le spécialiste de la myofascite et il n'est pas entendu publiquement, pas filmé don pas de diffusion autorisée de ses propos ; le 2nd est un médecin qui n'a pas spécifiquement travaillé sur les myofascites et l'aluminium MAIS il est écouté et sa pensée enregistrée peut être diffusée et pesée sur les consciences des décideurs !!
C'est comme le 1er spécialiste mondial de l'aluminium (30 ans de travail sur la question !), un anglais d'Oxford qui n'est pas invité dans les grands colloques internationaux pour alerter et partager les résultats incontestables de ses recherches.

Didier Palita
Le 31/10/2017 à 21:29:14

J'ai un cas personnel : ma fille est handicapée à la suite d'un vaccin contre l'hépatite B. Celle-ci l'avait fait faire avant de partir à la Réunion et Madagascar, le vaccin étant "conseillé". Elle ne m'en avait pas parlé. Le résultat est là : quelques mois après, elle s'est trouvée avec des symptômes de très grande fatigue (syndrome de fatigue chronique) très mal aux articulations, très mal aux muscles surtout le matin, il faut 1 à 2 H pour se dérouiller et aller un peu mieux. Elle est obligée de dormir au moins 3 H l'après-midi. En plus elle a des symptômes neuro-psychiques (perte de mémoire, perte de concentration,dépression) ce qui veut dire prise de médicaments invalidant également, arrêt de son activité professionnelle, de sa vie personnelle... A 30 ans, voilà le résultat. De plus, comme il y a perte d'immunité, en plus de la myofasciite à macrophage, elle a attrapé la maladie de Lyme. Forte de cette expérience traumatisante, il est sûr que je n'accepterai jamais les 11 vaccins que Madame la Ministre veut nous fourguer...

un anonyme
Le 31/10/2017 à 21:07:08

En France, il ne peut exister d’obligation légale de vaccination.
Toute obligation serait anticonstitutionnelle :
Art. 3 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, du 10-12-1948 :
« Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne ».
Le 9 juillet 2002, la Cour européenne des droits de l’homme a précisé, dans une décision concernant une ressortissante italienne, que : ‘’ la vaccination obligatoire, en tant que traitement médical non volontaire, constituait une ingérence dans le droit au respect de la vie privée et familiale garanti par l’article 8 de la Convention européenne’’.

Chris
Le 31/10/2017 à 20:47:27

La sante de nos enfants, nos petits enfants et la notre n'ont pas de prix.
Les pouvoirs publiques doivent privilégies le devoir et l'obligation de précaution à tous les citoyens sans considération financière des lobbys.
De l'humanité.
Merci

JUSTICE
Le 31/10/2017 à 20:01:55

Qu'on pousse les anciens )dont je suis), dans les orties
passe encore.
Qu'on pousse les neurones des enfants à se charger dangereusement en aluminium,
c'est totalement criminel et inconscient !

Jean LE HENAFF
Le 31/10/2017 à 19:03:43

Si cette obligation vaccinale faisait suite à des analyses approfondies de chaque personne, donc justifiée, les réactions seraient, elles aussi, plus positives. Malheureusement on veut nous obliger comme si nous n'avions plus de cervelle, alors que l'on est dans un pays libre, cette liberté n'est visible qu'au microscope, bientôt elle disparaîtra !
Je signe cette pétition car je souffre de candidose depuis l'enfance, mais découverte il y a peu. Cette maladie s'est accentuée ses dernières années à cause de mes problèmes personnels. J'ai toujours eu des soucis quand il s'agissait de mettre un médicament dans ma bouche étant enfant, aujourd'hui je constate que quelque soit le médicament les effets secondaires sont toujours pour moi, pourtant je n'en consomme pas souvent. Alors que dire de l'obligation vaccinale? C'est complètement insensée voilà mon avis, bonne réflexion à toutes et à tous !

Tahiri
Le 31/10/2017 à 18:48:21

Merci à DOM d'avoir bien commenté son avis sur l'obligation des 11 vaccins.
Effectivement la raison elle est là.
Il est compréhensible de mal accepter que l'on nous impose l'arrivée de tous ces migrants qui vont nous poser des problèmes dans plusieurs domaines!...
C'est regrettable pour nous tous, que ceux qui nous gouvernent n'ont pas envisagé que ces migrants soient vaccinés d'office. Il y a de quoi leur en vouloir beaucoup.

Annette DELAVAULT
Le 31/10/2017 à 17:08:14

La vaccination, je suis pour, elle a sauvé un grand nombre de vies, dont celle de mon frère ayant eu une angine diphtérique dans les années 50. Pas vacciné, il serait mort. Il est devenu un utile médecin bactériologique. Cela vaut la peine. Mais vacciner des tous petits qui n'ont pas encore engrangés les anticorps de la maman, c'est du suicide. Il faut attendre au moins 18 mois à 2 ans pour faire le nécessaire. J'espère que nos décideurs prendront les avis du corps médical indépendant et non ceux des affiliés au laboratoires, comme dans la triste histoire de la vaccination qui a couté des milliards d'euros aux contribuables, sans utilité.

daniele auscaler
Le 31/10/2017 à 15:37:18

Que ces vaccins deviennent obligatoires, je n'ai rien contre, mais à un si jeune âge, alors que les défenses immunitaires transmises par la maman ne sont pas encore effectives, c'est de la folie et mettre les tous petits en danger sans intérêt pour la nation

daniele auscaler
Le 31/10/2017 à 15:26:24

Ma femme a vécu au Maroc et elle a une vision plus large que nous de la situation.
Elle m'a fait remarqué que les 11 vaccins que le gouvernement veut imposer à la population française font suite à un afflux important de migrants venus ou transitant par l’Afrique. C'est pour cela , dit-elle, qu'il veulent vacciner tout le monde et même pour des maladies qui ont pratiquement disparu en France : la rubéole, c'est 10 cas par an en France.
Selon L'OMS, C'est dans la ceinture de la méningite, qui s'étend en Afrique sub-saharienne du Sénégal à l'ouest jusqu'à l'Éthiopie à l'est, que l'on enregistre les taux les plus élevés de prévalence de méningite à méningocoque C.
Il y a donc une corrélation entre les 11 vaccins obligatoires et les pays où les maladies sont encore présentes, pays d'où viennent les migrants : Afrique subsaharienne, corne de l’Afrique, Maghreb. Parmi les 11 vaccins obligatoires, 3 d’entre eux sont déjà obligatoires : diphtérie, tétanos et poliomyélite. S’ajouteront l’année prochaine les vaccins contre l’haemophilius influenzae B, la coqueluche, l’hépatite B, la rougeole, les oreillons, la rubéole, le méningocoque C et le pneumocoque.

Remarquez qu'en Italie aussi, il y a désormais 11 vaccins obligatoires et l'Italie est un pays de transit pour les migrants...

On voit que la France et l'Europe en particulier ne maîtrisant pas leurs frontières, voient arriver des migrants de tous les pays, sans papiers ni carnet de vaccination évidemment...
Dans certains pays d'Afrique, la vaccination est contraire aux coutumes locales, voire à la religion, qui interdit d'introduire quelque chose dans le corps. Il y a donc toujours , dans certaines régions d'Afrique ou d'autres continents, des populations non vaccinées pour diverses raisons.

Il n'est pas politiquement correct de désigner des populations comme étant porteurs de germes contagieux, donc nos dirigeants préfèrent vacciner tout le monde sur notre territoire, quitte à faire prendre des risques d'effet secondaires graves à des nourrissons en bonne santé.
Alors qu'il serait beaucoup plus logique de vacciner les entrants sur le territoire. Encore faut-il maîtriser les entrants, mais sans frontières physiques, c'est impossible.

Le microcosme parisien prend peur en voyant le fourmillement de population autour de lui, l'immigration clandestine et le risque de pandémie si une maladie se répandait... Peur infondée me semble-t-il mais montée en épingle par les lobbies des laboratoires qui y voient là l'argument indiscutable pour faire vacciner tout le monde.

C'est le principe universel : faire peur pour mieux faire passer des mesures impopulaires et souvent obligatoire auprès de la population.

Remarquez la pensée unique : tout le monde médical, scientifique, politiques, les labos et les médias disent la même chose : éradiquer les maladies par la vaccination massive et obligatoire. Tant pis pour les dégâts collatéraux ! (à l'américaine, quoi!)

Je pense qu'il faut contrôler les migrants et en fonction des pays qu'ils ont traversé et de leur pays d'origine les vacciner pour éviter qu'ils n'apportent sur le territoire national des maladies qui avaient disparu . De même que les gens qui voyagent beaucoup doivent être vaccinés pour éviter de propager des maladies. Voilà une solution qui a du sens.

Éduquer, responsabiliser les gens reste la meilleure solution. Piquer tout le monde comme un élevage de poulet en batterie est contraire à la liberté individuelle.

Même si mon exposé n'est pas assez argumenté, j'espère qu'il contribuera à la réflexion générale que vous menez sur l'immigration et en parallèle sur la politique de vaccination en France, car on s’aperçoit que tout est lié et tous les problèmes d'aujourd'hui sont les conséquences de choix inconsidérés d'hier...

Dom
Le 31/10/2017 à 13:58:50

Je Signe La pétition

Laura Lai
Le 31/10/2017 à 13:53:41

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !