image vide cyberacteurs
image vide

Cette cyberaction est maintenant terminée

Bilan de la cyberaction : 217 : contre le financement du réacteur de Belene

Cette centrale est d'une importance cruciale car c'est la 1ère de 20 projets nucléaires en Europe de l'Est. Il est donc essentiel de l'arrêter, car elle risque d'ouvrir la voie à la relance du nucléaire à l'Est.

Bilan de la cyberaction :

6567 participants ont écrit à michel.pebereau@bnpparibas.com.   ,baudouin.prot@bnpparibas.com.   ,jean.favarel@bnpparibas.com.   ,marc.dumoulin@bnpparibas.com.  

Mars 2012
La Bulgarie abandonne son projet de construction de centrale nucléaire
http://www.euractiv.com/fr/energie/la-bulgarie-abandonne-son-projet-de-construction-de-centrale-nucl-aire-news-511819
 

Présentation de la cyberaction :

Cyber @ction lancée le 23/05/07

1) LES FAITS
La centrale nucléaire de Belene est située sur le Danube, au Nord de la Bulgarie. Sa construction a été décidée dans les années 80. Le projet fut suspendu dans les années 90 suite à des protestations et à des doutes sur sa viabilité économique, puis abandonné comme « techniquement inadéquat et économiquement non viable » selon le gouvernement. La centrale est restée inachevée depuis. Après que la Bulgarie a fermé les 4 réacteurs de la centrale de Koslodui (condition d’entrée dans l’Union européenne pour des raisons de sécurité), le gouvernement bulgare a remis Belene à l’ordre du jour en avril 2003, au motif (très discutable) que 40% de l’investissement initial avait déjà été dépensé.

Deux réacteurs de 1000 MW de technologie russe (type VVER) doivent être construits pour un coût astronomique estimé à 4 milliards d’euros. NEK, la compagnie publique nationale d’électricité en Bulgarie, a décidé après appel d'offre que la construction sera effectuée par le consortium constitué d’AtomStroyExport (Russie) et Areva NP (Franco-allemand).

Si la centrale est construite, la première unité doit entrer en service en 2011 et la seconde en 2013. Cette centrale est d'une importance cruciale car c'est la 1ère de 20 projets nucléaires en Europe de l'Est. Il est donc essentiel de l'arrêter, car elle risque d'ouvrir la voie à la relance du nucléaire à l'Est et en outre de fournir des contrats (donc renforcer) les lobbys nucléaires à l'Ouest, en particulier Areva et Siemens qui recherchent des contrats tous azimuts. Une importante coalition d'ONG européennes (notamment en Europe de l'Est et Allemagne) s'est donc constituée pour bloquer le projet.

2) UNE CENTRALE A HAUTS RISQUES

Le projet Belene cumule des défauts rédhibitoires :
un projet comme Belene serait interdit par les autorités en France ou en Allemagne du fait de son manque de sécurité : le réacteur est de conception russe obsolète (type VVER 1000/V-392). Cette 3ème génération de VVER demeure dangereuse, du fait notamment de la vulnérabilité de ses systèmes de sécurité et d'un risque d'emballement du réacteur ;
il est bâti dans une zone sismique : en 1977, un tremblement de terre à 14 km de la centrale a fait 200 morts ;
la procédure de consultation viole la Convention internationale d'Espoo dans les pays avoisinants ;
l'étude d'impact environnemental a été fortement manipulée et est désormais devant la Haute Cour Administrative de Sofia suite à une plainte portant notamment sur le fait que les accidents lourds, les attentats terroristes et les déchets nucléaires n’ont pas été étudiés ;
enfin, la Bulgarie n'a à ce jour aucun plan pour la gestion de ses déchets radioactifs.

3) BNP-PARIBAS REFUSE DE REPONDRE

Un des objectifs de la campagne d'ONG européennes était de bloquer le financement de la centrale pour qu'elle ne puisse être construite. Les résultats sont impressionnants : en mai 2007, après deux ans de campagne, ce sont 12 banques internationales qui ont rejetté le projet du fait de ses risques, dont Société Générale, Merril Lynch & Co, Morgan Chase, Credit Suisse First Boston, Citibank, Lehman Brothers, Commerzbank, Deutsche Bank, qui comptent parmi les banques les plus importantes du monde.

Pourtant, BNP-Paribas s’apprête malgré tout à financer la première phase du projet, d’un montant de 250 millions d’euros : il semble qu'ils signeront le contrat d'ici une à deux semaines, c'est donc maintenant qu'il faut agir massivement. Cette banque a reçu 3 courriers détaillés mentionnant les risques du projet Belene, envoyés par Greenpeace (déc 06), puis par une coalition de 160 ONG européennes (fév 07) puis par les Amis de la Terre (avril 07). Ils n'ont jamais répondu, à la différence de toutes les autres banques. Fin avril 07, ils ont également reçu le nouveau rapport "Banques françaises banques fossiles ?" des Amis de la Terre analysant les politiques énergétiques des 10 plus grandes banques françaises (et détaillant le projet Belene), et très critique vis à vis de BNP-Paribas qui est la banque française la plus impliquée dans des projets énergétiques controversés aux quatre coins de la planète. Envoyé à plus de 60 responsables du groupe, il n'a généré aucune réponse non plus de la part de BNP-Paribas.

Il est donc impératif, face à un tel mépris, de passer à une phase plus offensive et d'interpeller directement les responsables de ce groupe pour les forcer à réagir.

Par cette action, vous ferez connaître votre opinion a M. Michel Pébereau, Président du groupe BNP-Paribas avec Copies à M. Baudouin Prot, Directeur Général du groupe BNP-Paribas ;
MM. Jean Favarel et Marc Dumoulin, responsables Développement Durable

Sébastien Godinot Amis de la Terre,
Frédéric Marillier Greenpeace
Philippe Brousse Réseau Sortir du Nucléaire
Alain Uguen Association Cyber @cteurs

Texte de la pétition :


A l'attention de M. Michel Pébereau, Président du groupe BNP-
Paribas ;Copies à M. Baudouin Prot, Directeur Général du groupe
BNP-Paribas ; MM. Jean Favarel et Marc Dumoulin, responsables
Développement Durable

Objet : demande à BNP-Paribas de rejeter le financement du réacteur nucléaire de Belene (Bulgarie)

Monsieur le Président,

Je suis consterné(e) d’apprendre que votre groupe s'apprête à financer la centrale nucléaire de Belene au nord de la Bulgarie.
Le projet cumule des défauts rédhibitoires :
un projet comme Belene serait interdit par les autorités en France ou en Allemagne du fait de son manque de sécurité : le réacteur est de conception russe obsolète (type VVER). Cette 3ème génération de VVER demeure dangereuse, du fait notamment de la vulnérabilité de ses systèmes de sécurité et d'un risque d'emballement du réacteur ;
il est bâti dans une zone sismique : en 1977, un tremblement de terre à 14 km de la centrale a fait 200 morts ;
son prix est astronomique : 4 milliards d'euros pour 2 réacteurs ;
la procédure de consultation viole la Convention internationale d'Espoo dans les pays avoisinants ;
l'étude d'impact environnemental a été fortement manipulée et est désormais devant la Haute Cour Administrative de Sofia suite à une plainte portant notamment sur le fait que les accidents lourds, les attentats terroristes et les déchets nucléaires n’ont pas été étudiés ;
enfin, la Bulgarie n'a à ce jour aucun plan pour la gestion de ses déchets radioactif.
Du fait de ces problèmes majeurs, une campagne européenne de grande envergure, réunissant 160 ONG dans 33 pays, a conduit 12 banques internationales parmi les plus grandes du monde à abandonner le financement du projet [1]. Au contraire, votre groupe n'a même pas daigné répondre aux multiples courriers des ONG travaillant sur ce dossier comme les Amis de la Terre, la coalition BeleNE !, CEE Bankwatch ou Greenpeace.
Aujourd'hui, BNP-Paribas s'apprête à financer la première phase des travaux, d'un montant de 250 millions d'euros. Ce faisant, votre groupe affiche un mépris total envers la société civile et un positionnement irresponsable et rétrograde. En acceptant de financer ce projet obsolète comportant des risques majeurs, vous violez en outre vos maigres politiques environnementales que nous vous demandons au contraire de renforcer.
En conséquence, je vous demande :
de rejeter immédiatement le financement de la centrale nucléaire de Belene ;
d'utiliser au contraire vos profits records pour financer davantage l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables.



[1] Les banques ayant décliné le projet sont les suivantes : Société Générale / Komerncni Banka, Merril Lynch & Co, Morgan Chase, Credit Suisse / First Boston, Citibank, Lehman Brothers, Commerzbank, Deutsche Bank, Bayerische, Landesbank, UniCredit / HVB / Bank Austria - Creditanstalt, KBC / CSOB.

 

Une erreur est survenue, le nom ou l'email ne sont pas corrects. Merci de recommencer.

11 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

La terre se gratte de l'homme !!

Marcelin
Le 04/07/2010 à 07:17:32

bonjour

il nous faut absolument aider ces paysans à reprendre leur terre .
je ne sais pas si TERRE ET HUMANISME ont déjà des actions de lutte là bas

je n'ai plus envie de seulement me battre contre des murs en béton armés, je veux aussi agir et les aider concrètement à voir les choses autrement et à bâtir un autre Monde parallèle au leur.

c'est possible,ça commence à se faire,ça marche il n(y a qu'à voir le film de coline serreau "solutions locales pour un désordre global"
pour ça ils nous faut de bons avocats des gens qui peuvent avoir de l'influence, de bons scientifiques.

Courage à tous on va y arriver....

sylvie
Le 03/07/2010 à 14:24:24

Pourquoi faire le choix de surface agricoles vivrières alors que le Jatropha a la principale particularité de pousser dans les zones désertiques ?

Je crois qu'il y a, à la base , une volonté politique des plus dangereuse. En effet, depuis fort longtemps, les puissances industrialisées voient d'un très mauvais oeil le développement démographique de l'Afrique. Les guerres ethniques, épidémies et autres famines ont été pour la plupart organisées par divers services secrets et lobbies financiers. Il ne faut donc pas s'étonner de cette manoeuvre visant à faire reculer dans leurs retranchements les plus exigus des populations déjà affaiblies par des années de disette ou de razzias.
L'Afrique fait peur car elle possède un très fort taux démographique et elle recèle des ressources qui pourrait l'amener à rivaliser avec des pays industrialisés en perte de vitesse.

Danler Serge
Le 03/07/2010 à 14:23:09

Au Cannet des Maures, ce printemps, Pierre Rabhi était venu faire une conférence sur la "sobriété heureuse". Des Maasai et Xavier Péron, l'accompagnaient: ils disaient la meme chose: leurs terres se réduisent et ils sont cantonnés de plus en plus avec leurs troupeaux dans un espace dans le sud- ouste du Kenya, de plus en plus exigu...avec les dommages évidents : risques de surpaturage,manque d'eau et menaces sur leur culture.
Xavier Péron rapporte les paroles d'un vieux patriarche: " Sous le masque de la politique tous ces projets de développement nous apportent pour la première fois de notre existence la misère, en meme temps que la destruction finale de nos herbages, de nos montagnes , de nos forets et de nos sources d'eau pure...."( dans son livre" Je suis un Maasai", page 316).

lilo
Le 30/06/2010 à 18:31:14

Il est difficile de prendre conscience des drames humains qu'engendre cette éternelle politique de l'avidité insatiable de certains!Pour cela il faut avoir la capacité de "se mettre un instant à la place de" ces terriens qui n'ont plus de quoi nourrir leurs enfants!L'horreur!

omayo
Le 30/06/2010 à 15:35:37

où est l'opportunité de vider un pays de ses habitants pour permettre à d'autres pays de rouler en autos de plus en plus dépensières d'énergie et productrices de CO2 ?
dans ce cas, les pays consommateurs devraient faire face à de telles catastrophes chez eux, mais ils ne le veulent pas. De quoi se nourriraient-ils si leur cultures vivrières étaient remplacées par des cultures pour l'huile de voiture ??

grandmère jardinière
Le 30/06/2010 à 14:38:29

Wangari Muta Maathai (née le 1er avril 1940 à Nyeri, au Kenya) est une militante écologiste et politique. En 2004, elle devient la première femme africaine à recevoir le Prix Nobel de la paix pour « sa contribution en faveur du développement durable, de la démocratie et de la paix ». source Wikipédia.
Probablement le gouvernement kenyan ne comprend pas ce que signifie le travail de sa citoyenne Wangari Muta Maathai. Sommes-nous certains que le Kenya est une démocratie? et les gouvernants savent-ils ce que la Paix et la sécurité alimentaire signifient pour nous ?

Philomène
Le 30/06/2010 à 14:32:04

Madam, Sir,
Please urge to contact the Navdanya organisation (see site on internet) and you will have a real solution to free your country from international disastrous trade. You will find there an Indian response to the mercantile and destroying system of agrobusiness. Africa will certainly be the continent of the end of the 21st century. I am convinced that with the african culture and spirit, this world will feel better and the leadership of a continent will be replaced by the example of a continent. Africa has this role to play in saving humanity for the next century and future. Kenya can play a role of leader in this war for liberation from the great companies. Please save what Africa still have : that cosmic sense of action and your wonderful aspect of Mother Nature. As we all come from Africa, Africa will be the place for a rebirth of our society. Please look at the site of Navdanya and ask them for expertise, they are so generous on sharing what is good for us. Get in contact with Vandana Shiva, and you will have help against that mercantile war the major agrobusiness is playing against all developing countries. Your country should not be developing it should be developed and stable. The richness of the world is yours, unless you leave it to OMC partners.
Sincerely yours,

un anonyme
Le 30/06/2010 à 14:13:21

L'Afrique est mal partie depuis... 1900.
La "France-à-fric" l'a amenée exangue: on préfère brader le continent aux multinationales pour toutes sortes de denrées, dont l'autochtone ne bénéficiera pas, avec la bénédiction des chefs d'ethnies régnantes qui détournent l'argent de la soit-disant "Coopération" pour se payer des hôtels particuliers à Paris.
Les Africains devraient pouvoir se consacrer aux CULTURES VIVRIERES, pour lutter contre la faim qui sévit chez eux!

gemini-cricket
Le 30/06/2010 à 12:16:32

Non à cette déforestation qui engage les sables à avancer et concours à modifier le climat de la région, c'est un drame pour les populations qui vivent dans cette zone et autour

madrange
Le 30/06/2010 à 12:12:59

A nouveau et à travers l'agro-carburant censé répondre à nos demandes écologiques de militant(e)s de base et non les élu(e)s politiques qui se revendiquent écolo (probablement du porte-feuille ...)en cause l'ARGENT, les GROS bénéfices pour des industriels mis sous pression par leurs actionnaires
L'argent le Fossoyeur de la Terre

Michel CROQUET
Le 30/06/2010 à 10:55:58

traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !