image vide cyberacteurs
image vide

  #Novissen   #1000vaches



Cyberaction N° 911: 1000 vaches : appel du jugement vite !

Dernier épisode d'une lutte entre éleveurs et opposants à une agriculture « productiviste » autour d'une exploitation géante dans la Somme, la justice administrative a donné jeudi son feu vert à l'augmentation du cheptel de bovins de la ferme dite des « 1.000 vaches », jusqu'ici limité par l'État à 500 têtes.

[ 4 016 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 04 juillet 2017

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Ministre de la Transition Ecologique Solidaire, Préfet de la Somme
En soutien à Novissen


Elle prendra fin le : 04 octobre 2017

Plus d'infos

1000vaches, ferme-usineSelon l'AFP Le tribunal administratif d'Amiens en a décidé ainsi et annulé les sanctions financières prises par la préfecture à l'encontre de l'exploitant, la SCEA (Société civile d'exploitation agricole) Côte de la justice, financée par un puissant groupe régional de BTP, le groupe Ramery.
« C'est une victoire importante pour l'exploitation, la confirmation de ce que nous disons depuis deux ans alors que tout le monde nous riait au nez », s'est félicité Me Pierre-Etienne Bodard, avocat de la SCEA. Cette décision ne clôt pas définitivement le dossier, cependant, l'État ayant la possibilité de faire appel. La préfecture de la Somme n'a fait aucun commentaire.
Cette ferme géante, dont la taille envisagée est sans précédent en France, est située à Drucat, non loin d'Abbeville. Un permis d'exploitation avait été délivré en 2013 pour un troupeau limité à 500 têtes de bétail. Ouverte en septembre 2014, la ferme compte actuellement près de 800 vaches. « Notre dossier a été construit pour 1.000 vaches, si on nous ramène à 500 vaches, ça peut être compliqué », soulignait Michel Welter, le directeur de l'exploitation. L'enquête publique sur l'extension du cheptel s'était soldée par un avis favorable.
« Face à la suppression des quotas, à la libéralisation du marché, et à la concurrence européenne, ce type de ferme est une réponse pour faire face aux importations de lait (Allemagne, Danemark) », avaient soutenu les enquêteurs. Mais pour Ségolène Royal, alors ministre de l'écologie, ce projet entraînait « des modifications et augmentations substantielles de plusieurs sources de pollution, notamment l'augmentation de la quantité d'effluents, l'impact sur les odeurs liées au stockage de fumier et de lisier ou l'impact lié au trafic routier supplémentaire ».
La justice ne s'est pas, néanmoins, prononcée sur le fond. Le tribunal d'Amiens s'est borné à estimer que l'absence de réponse dans un délai de deux mois de la préfecture au projet d'accroissement du cheptel valait validation tacite. Il s'est appuyé sur une disposition législative selon laquelle « le silence gardé pendant deux mois par l'autorité administrative sur une demande vaut décision d'acceptation », selon le texte du jugement communiqué à l'AFP.
"Projet contesté"
Or, l'État ne s'est pas manifesté autrement que par la notification en juillet 2015 de sanctions à l'encontre de l'exploitant, qui avait adressé son projet de développement à la préfecture quatre mois plus tôt. Selon le tribunal administratif, ce projet devait s'analyser comme une demande formulée à l'administration. « La SCEA a bénéficié à l'expiration du délai de deux mois courant à compter du 16 mars 2015, soit le 16 mai 2015, d'une décision implicite d'acceptation de sa demande », écrit le juge.
Le projet était contesté localement par des détracteurs de l'agriculture industrielle, notamment l'association Novissen, qui revendique 3.000 adhérents, et la Confédération paysanne. Réélue ce mois-ci députée de la Somme, l'ex-secrétaire d'Etat à la Biodiversité Barbara Pompili fait partie des opposants, qui avaient mené des opérations empêchant l'entrée et la sortie de bovins et de camions. Conséquence de cette décision, les amendes, sous forme d'astreinte, infligées par l'Etat à l'exploitant sont nulles, et l'Etat devra à ce titre lui rembourser 8.580 euros.
Pour Me Grégoire Frison, avocat de Novissen, « la préfecture a saboté le dossier : c'est la première ferme d'élevage et ils loupent le délai ? Quand c'est des petites éleveurs, ils le respectent scrupuleusement. Depuis le début, nous soupçonnons des collusions entre la préfecture et (le groupe) Ramery ». En mai 2016, Mme Royal avait demandé au préfet de la Somme une nouvelle enquête publique... qui n'a pas commencé, l'Etat choisissant d'attendre l'issue du contentieux par la justice administrative.
AFP

Nous vous proposons d'interpeller Nicolas Hulot pour que l'Etat intervienne dans le bon sens.

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à denis.voisin@ecologique-solidaire.gouv.fr | ddpp@somme.gouv.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : 1000 vaches : appel du jugement vite !
  • Message : Monsieur le Ministre
    Comme le souligne l'avocat de Novissen, « la préfecture a saboté le dossier : c'est la première ferme d'élevage et ils loupent le délai ? »
    Pour éviter le soupçon de connivence avec la ferme-usine, l'Etat français peut encore agir en faisant appel du jugement du tribunal administratif. C'est le préfet de la Somme qui peut le faire.
    Je vous demande d'agir au plus vite pour ça.
    Dans cette attente, veuillez agréer, mes salutations citoyennes attentives à vos décisions.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

49 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

Une remarque: il ne s'agit pas de viande ici mais de lait. C'est la surconsommation de produits laitiers qu'il faut drastiquement réduire, et la consommation de produits laitiers industrils comme ici qu'il faut totalement arrêter.

Alberte Bondeau
16/07/2017 - 12:48:03

Vous avez gagné, on ne peut plus manger de viande à force de voir souffrir les animaux sans défense. C'est vous qui êtes devenus des bêtes cruelles et inhumaines.

un anonyme
15/07/2017 - 00:43:07


la souffrance animale n'est pas pris en compte, moins manger de viande et respecter l'environnement, si c'était moins rentable ce genre de ferme n'existerait pas

france arnaud
14/07/2017 - 18:16:10

décision qui favorise la souffrance animale la pollution cette décision va à l'encontre de ce qui est préconisé par beaucoup pour le bien être des animaux et le mieux vivre pour tous l'agriculture raisonnée et responsable

Ghislaine Laurent
13/07/2017 - 21:31:17

La seule solution que nous avons pour boycotter, c'est de manger moins de viande et de n'acheter que Bio ou label rouge. C'est que je fais depuis 30 ans. Cela concerne aussi les produits dérivés (laitages, jambon, pâtés, rillettes, oeufs, etc.....)
Consommer Bio ne revient pas vraiment plus cher, il suffit de ne plus acheter de cochonneries (c'est surtout ces produits qui reviennent cher) et de cuisiner soi-même.

viviyc
13/07/2017 - 10:44:43

Merci Frawald

anonyme
12/07/2017 - 16:29:36

Une solution?
Boycotter la viande!

furie
12/07/2017 - 10:33:42

Pour une agriculture à taille humaine, créatrice d'emploi et de bien être animal

Yohann
12/07/2017 - 06:17:17

non, mais je rêve à quoi sert un jugement
les juges ont quoi dans la tête ils sont incompétents je pense

pierrot
11/07/2017 - 18:37:15

Une petite génisse de race Montbéliarde, dans une pâture proche, venait jouer avec nous, comme l'aurait fait un jeune chien, chaque fois que nous passions par là. Plusieurs fois, elle nous a montré la porte de la clôture pour nous faire savoir qu'elle voulait sortir. Très futée, elle est vite devenue la "chef" du petit troupeau.
Les vaches sont intelligentes. Elles ont besoin d'espace et de stimulations extérieures. Trop souvent, elles s'ennuient dans leur pâture comme des poissons dans un aquarium.
Elles ont une vie sociale et hiérarchisée.
La ferme des Mille Vaches ne satisfait aucun de ces besoins. La ferme des Mille Vaches n'est que la triste concrétisation d'une vision ringarde de notre place dans le monde et de notre rapport aux autres êtres vivants.
Nous sommes de plus en plus nombreux à être révoltés par ces pratiques qui ne respectent ni l'humain ni l'animal. Nous sommes de plus en plus nombreux à être dégoûtés de cette mentalité passéiste qui s'abrite derrière un soi-disant pragmatisme.
La colère monte.
Femmes et hommes politiques, combien de temps encore croyez-vous pouvoir rester à la traîne de la société civile ?

Frawald
11/07/2017 - 13:14:50



après "les vacances de monsieur Hulot" le travail de monsieur Hulot.......
qu'en sera t-il des fermes-usines et des conditions de détention humaines et animales??
parallèlement, quelle est la position du ministre de l'agriculture en politique d'élevage ?
dans tous les cas, il est important pour les consommateurs de connaitre les lieux de distribution afin de boycotter ces produits, et pour les citoyens de lutter pour mettre fin à la souffrance animale

un anonyme
11/07/2017 - 11:26:43

Monsieur HULOT faites quelque chose...

monique
11/07/2017 - 10:31:20

@ un anonyme : avoir un producteur bio près de chez soi est l'idéal ( pour la viande ...et les légumes ), surtout que dans les magasins bio, beaucoup de produits viennent de l'autre bout du monde ( ou presque ) !

Melba
11/07/2017 - 08:56:12

@anne : réaction de la SPA ? je n'en sais rien.. ( ils sont plus en rapport avec les animaux de compagnie ); sinon, il y a PETA et en tout cas L214 qui oeuvre précisément dans ce domaine.

Christiane Beley
11/07/2017 - 08:52:52

Si la loi n'autorise pas plus de 500 vaches, la préfecture n'avait pas à répondre à une demande illégale.
S'il faut passer par la préfecture pour bouger la loi au lieu de l'Assemblée Nationale, il y a un problème dans les dispositifs.
En principe, la préfecture est la représentation locale de l'État et non le lieu où l'on demande une dérogation.

Michel Decollogne
11/07/2017 - 08:20:22

de mon point de vue cela ressemble à des camps de concentration ! manger de la souffrance sous forme de viande, laitages, charcuterie : NON

un anonyme
11/07/2017 - 08:07:15

j'ai bien peur que même dans le jura on arrive à en oublier la qualité des comtés !

alain honvault
10/07/2017 - 22:21:14

La vache est un animal ... HERBIVORE !
Ce serait bien qu'on s'en souvienne et qu'on lui donne le droit d'être dans un pré et de manger de L'HERBE !
Est ce que l'homme est tombé sur la tête pour lui refuser ce qui n'est QUE normal, et donc, que DU BON SENS ?
PS Pourquoi la Société PROTECTRICE des animaux ne réagit pas (ou pas plus) ?

anne
10/07/2017 - 21:31:48

Nous pouvons :
- boycotter les produits de cette ferme,
- manger moins de viande et boire moins de lait en général, et le faire savoir, afin que les autres producteurs fassent pression sur le propriétaire des "mille bouses"

g56
10/07/2017 - 20:27:43

Dans la mesure du possible, et suivant les informations qu'on me donne parfois avec réticence, je boycotte les produits qui viennent de ce genre "d'usine", on ne peut même pas appeler cela une ferme.
On peut afficher "viande française", pour moi c'est insuffisant.
Heureusement j'ai un producteur bio à côté de chez moi, et je lui réserve la presque totalité de mes achats.

un anonyme
10/07/2017 - 20:08:26

La solution st de quitter l'Europe
L'Europe c'est la fin de la beauté vitale humaine et animale
Quand les gens auront compris que voter ce n'est pas une tombola en votant pour le gagnant proposé, on aura un autre futur. On peut dire que LE PEUPLE à la société qu'il mérite. Ce n'est pourtant pas l'information qui manque. Regarder le télé c'est plus simple que d'essayer de comprendre la relation cause à effet.

MARTINE COQUART
10/07/2017 - 19:09:11

Contre cette usine, il y a eu des manifestations. Nous avons expliqué que le risque de pollution par les algues vertes, comme en Bretagne, est à craindre avec les rejets du méthaniseur dans les nappes phréatiques et jusque dans la baie de Somme. Tout les responsables de l'environnement le savent. Une autorisation pour 500 vaches a été donnée, une amende pour dépassement a été infligée et tout se passe comme si de rien n'était. On ignore les sanctions, l'exploitant ne paie pas l'amende. Et pour couronner l'ensemble, il est autorisé à agrandir son cheptel, c'était son objectif ! Que fait notre ministre de l'environnement pour faire respecter les décisions de justice ?

gedeon80
10/07/2017 - 18:20:25

Pour enrichir un peu plus quelques riches, vous (les décideurs) êtes prêts à faire mourir les petites entreprises agricoles qui nous donnent des produits sains.
Voulez-vous aller vers une catastrophe semblable à celle de la grippe aviaire ?
Vous est-il impossible de penser que la Nature est peut-être allergique à l'industrialisation ?

Jean-Pierre POUQUET
10/07/2017 - 18:14:07

j'aime les vaches et je n'aime pas qu'elles soient maltraitées avec cette forme d'élevage; elles aussi ont
des sentiments, il ne faudrait pas l'oublier; c'est pour cette
raison que je ne les mange pas; leurs bébés non plus !!

un anonyme
10/07/2017 - 17:55:27

il existe vraiment une justice à 2 vitesses dans ce pays...selon que vous serez puissant ou....lamentable et de moins en moins "fier" d'être français !

jean carpentier
10/07/2017 - 17:41:06

J’espère que le nouveau ministre ne va pas laisser faire une chose pareille aussi cruelle pour les animaux...On a mis tous nos espoirs sur la reconnaissance de la souffrance animale, ne nous décevez pas...

Siffreine Barret
10/07/2017 - 17:39:41

Honte à ces mouroirs pour les vaches.
Ça suffit cette politique agricole basée sur le productivisme et les exportations.
Les animaux doivent être dans la nature pas dans des prisons.

Ça suffit cette économie qui piétine le vivant le vivant.

jacqueline jacqueline PELERINS
10/07/2017 - 17:33:38

Les promesses n'ont pas été tenu (500 vaches) au départ. Mr le Président de la république est une personne que les grands patrons courtisent et il ne peut qu'être d'accord avec l'extension des mille Vaches.
Nous sommes à l'Ubérisation de notre société et peu importe qu'un producteur de lait sur 5 soit menacé de disparition au nom de la surproduction.Ce lait des mille vaches exporté pour une part en Belgique à un prix délibérément bas (je crois 20 Cts d'euros) alors qu'il faudrait qu'il soit vendu dans les 35 Cts pour que les producteurs Français s'en sortent .
Donc dans ce cas les producteurs laitiers ne peuvent rivaliser.
Je suis contre cette extention .

cecel45
10/07/2017 - 17:24:36

Fermes industrielles ? Les animaux ne sont pas des robots, ils sont sensibles et intelligents ! Contrairement à ceux qui construisent ces horreurs dignes d'un système nazi !

annev
10/07/2017 - 17:20:07

Des + suspects,ces affaires de délai et d'enquête " non commencée" demandée à la Préfecture de la Somme,par Ségolène ROYALE (ex-ministre) pour l'extension aberrante de cette ferme-élevage à 1000 vaches! Ecologiquement : NUL ! Un avant-goût du CETA ? ? ? QUE NOUS NE VOULONS PAS ! ! !
Le jackpot pour le groupe Rameny ?
Nicols HULOT, démontrez votre fibre écologique, rationnelle et votre détermination auxquelles le Peuple croit encore et vous teste. Merci...

un anonyme
10/07/2017 - 17:04:00

L'homme doit être respecté, les animaux doivent être respectés, la terre doit être respectée ... qu'en est-il dans ce genre d'exploitation ? n'est-ce pas uniquement le profit qui compte alors que ce profit ne nourrit pas beaucoup de monde !!!

Monika
10/07/2017 - 16:58:17

Avec 6 vaches laitières et un emploi à mi-temps, mes parents ont élevé 5 enfants. Avec près de 1000 de plus ces profits permettront-ils de nourrir et d'éduquer 5000 enfants ou à enrichir quelques riches actionnaires au détriment de la planète et des derniers survivants petits paysans ?

Léon De Ryel
10/07/2017 - 16:29:17

Rétrospectivement, l'on s'apitoie sur le sort des chevaux d'exploitation minière qui ne voyait plus le jour et ne vivait plus en milieux naturel et au XXI ème siècle on enferme des vaches pour le reste de leurs jours. Mauvais pour le bien-être animal, pour l'environnement, la qualité des produits et pour les éleveurs dignes de ce nom.

Jerome
10/07/2017 - 15:04:32

Toujours plus gros, plus polluant, plus étranger à l'agriculture familiale. Le fric règne en maître!!! c'estconsternant

cactus
10/07/2017 - 15:02:58

Bonjour,
D'une coté on abat un éleveur accablé par ses charges ,mises aux normes par exemple...Et de l'autre une entreprise du BTP qui fait une usine à vaches se voir montrée en exemple par nos propres dirigeants politiques,où va-t'on???....
Cette usine est loin d'avoir du bien être animal et on ne les arrêtent pas??..
Le paysan du 78

Jacques PORCHER
10/07/2017 - 14:51:16

Bonjour,
D'un coté un éleveur sain se fait abattre pour avoir essayer de s'en sortir,et, de l'autre le règne du fric continu à soutenir l'élicité d'une usine à vaches...Ne faisons pas semblant de faire de l'écologie si nous soutenons ce genre d'élevage!!
Paysan dans le 78

Jacques PORCHER
10/07/2017 - 14:46:31

à quoi bon en vouloir à Trump de se retirer de tout engagement climatique si nous, invoquant à tout bout de champ, l'objectif climat, nous continuons avec des projets aberrants et tout à fait contraires à cet objectif ? agriculture industrielle, gigantisme d'élevage, ici, et demain aéroport , autoroutes, zones commerciales , etc, etc.... sont les choix de nos gouvernants . Où est la cohérence ? tout n'est que "com" et "Soleil vert" pour dans pas longtemps. Quelle tristesse

mm82
10/07/2017 - 13:51:12

Avec macron comme larbin de gattaz,la justice à mon avis institution bourgeoise au service de la propriété,va falloir pousser beaucoup plus que la pétition;macron se fout complètement des paysans,la ferme des mille vaches,une start up?
VA FALLOIR SE BOUGER GRAVE,KMARADES!

marianne
10/07/2017 - 12:59:20

Plus les animaux sont nombreux et plus les épidémies s’installent rapidement.
On a déjà connue ces épidémies catastrophiques, longues et mortelles !

André RAOULT
10/07/2017 - 12:56:26

A l'heure où de plus en plus st végétariens ou vegans, du réchauffement climatique, c'est une bonne idée 'investir ds une surproduction de viande!
Je ne parle pas du bien être animal, ni humain ds du boulot aussi à la chaine. Un HLM pr bovins
Amitiés

samson
10/07/2017 - 12:40:05

Comment se fait il que cette ferme puisse être montée.... les vaches ne sont pas des choses.... elles vont faire du méthane.... quelle honte du manque de respect des animaux.... c'est l'horreur après les camps de concentration pour les hommes .... NON NON ET NON PAS BESOIN DE CAMPS DE CONCENTRATION POUR VACHES COCHONS BREBIS ETC;
POURQUOI LES CHINOIS ACHETENT LE LAIT FRANCAIS PAR CE QU IL EST DE BONNE QUALITE..... ET FABRIQUE DANS DES EXPLOITATIONS RESPECTUEUSES DU BIEN ETRE ANIMAL... NON NON ET NON A LA FERME DE 1000 VACHES... NON NON NON

monicaparis
10/07/2017 - 12:06:16

Une réaction Monsieur Hulot? Protection de l'environnement et de la condition animale, n'avez-vous rien à dire?

Francoise Jaffre
10/07/2017 - 11:04:21

Si nous voulons une agriculture nourricière, saine et respectueuse de notre environnement, nous devons refuser ce type d'élevage intensif. L'agriculture trop intensive est actuellement en partie responsable des problèmes d'endettement des agriculteurs, de la pollution des sols, de l'air ... et de la "malbouffe".

Roland Peccoud
10/07/2017 - 09:18:13

L'élevage est le plus gros pollueur et le commerce veut impser des ferme avec 1000 vaches: quand va-t-on cesser de marcher sur la tête. 100 grammes de viande bovine offre 17 gramme de protéine quand 100 grammes d'insectes offre 70grammes de protéines. Quand l'agriculture va-t-elle évoluer dans le bon sens ? Cela fait 60 ans que l'on épuise les sol au bénéfice de industriels chimiques et que l'on tue les petit éleveurs au profis des grandes fermes : quand va-t-on cesser de pousser au suicide des hommes et femmes qui veulent simplement vivre de leur métier?

Bernard CHEVRIER
09/07/2017 - 23:19:23

J'habite dans le Charolais.....forcément la marge bénéficiaire à 1000 vaches est plus intéressante que celle issue d-une ferme à 100 ou 150 vaches !....
Que fait-on de ces derniers agriculteurs qui s'accrochent ? ?
Rien....ou presque ils meurent à petit feux en votant FN !...
La solution n'est-elle pas d'arrêter la spirale du plus grand nombre de vaches (le CETA...) au bénéfice de quelques uns?

elloyaf
07/07/2017 - 16:48:04

L'élevage industriel est un non sens.IL faut aller dans le sens de la sauvegarde de l'air (si pollué), des sols (si épuisés),de la condition animale(si maltraitée),de l'alimentation ( si compromise), autrement dit de la santé pour tous.

Geneviève BOISSON
07/07/2017 - 14:49:53

HONTE A DE COMPORTEMENT.

Colette Boudet
07/07/2017 - 13:13:04

Bonjour. Il a été démontré que l'élevage, avait plus d'impact climatique que le transport, qu'il offrait de moins bons rendements nutritionnels à l'ha que l'agriculture maraichère et fruitière par ailleurs plus saine et vertueuse, que l'on allait devoir diminuer notre consommation de carbone fossile, et nous préparer aux cataclysmes météorologiques à venir, en fermant les centrales nucléaires, pour éviter l'effet Fukushima, réorientant nos ressources sur le renouvelable dont la forêt... cette formule d'élevage intensif étant climaticide, est génocidaire, donc criminelle, et peu respectueuse des conditions de vie animales. Le réchauffement climatique a commencé. Il est impératif et urgent de sortir du modèle consummère de nos parents, et de nos montrer solidaires au niveau planétaire et exemplaire au niveau individuel. Si l'état est gestionnaire, la politique doit être visionnaire et éthique. Il faut abandonner ce type de production, et aider les éleveurs à se convertir à l'agriculture bio, à la permaculture, relocaliser leur activité, et faire cette révolution culturelle holistique, qui nécessitera de revoir l'usage que l'on fait de notre gastronomie. Ce n'est pas un choix de confort, c'est une nécessité environnementale et climatique nécessaire pour sauver la Vie sur Terre, car nous sommes entrés dans l'anthropocène. Limitons les dégâts, et préparons nous dès maintenant, car le temps de se préparer est long, et plus nous attendons moins nous aurons de chance d'y survivre. Evoluer, lutter, ou accepter d'être responsable des extinctions massives... Il faut fermer ces élevages au plus vite.

Daniel LAMBEAUX
07/07/2017 - 09:13:55

Allo! Monsieur Nicolas Hulot! Etes vous là?

daniele samson
07/07/2017 - 00:06:30

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !