actualité écologie

météo

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Les amis des 150

Journal des Bonnes Nouvelles

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Ne laissez pas vos appareils en veille

AG Cyberacteurs

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

image vide cyberacteurs
image vide

  #Fukushima



Cyberaction : Va-t-on rejeter dans l’océan Pacifique un million de tonnes d’eau contaminée de Fukushima ?

Le rejet dans l’environnement (mer ou air) de l’eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi est l’unique option restante après que les experts eurent exclu un stockage de longue durée

[ 2 145 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 13 juillet 2020

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Ambassadeur du Japon
En soutien à Citizens’ Nuclear Information Center No Nukes Asia Forum Japan Friends of the Earth Japan

Plus d'infos

« L’option d’un simple stockage à long terme n’est plus envisagée », a déclaré à l’AFP un fonctionnaire d’Etat souhaitant garder l’anonymat.
Et de préciser que l’ambition du gouvernement est de faire place nette à Fukushima Daiichi : une fois les réacteurs démolis et le site nettoyé, il ne devra rien rester, donc pas de citernes d’eau contenant encore au moins du tritium.

Une eau lourdement chargée en éléments radioactifs dangereux
Une quantité massive d’eau contaminée est stockée dans l’enceinte de ce site ravagé par le tsunami de mars 2011. Elle provient de la pluie, des nappes souterraines ou d’injections nécessaires pour refroidir les cœurs des réacteurs entrés en fusion.
Filtrée à plusieurs reprises, elle sera à terme débarrassée d’une grande quantité de radionucléides, sauf le tritium, considéré comme moins dangereux pour l’environnement et les êtres vivants.

Le stockage durable, que recommandaient des organisations écologistes comme Greenpeace, n’étant plus d’actualité, restent trois options jugées les plus faisables, d’un point de vue technique et économique : la dilution en mer, l’évaporation dans l’air ou une combinaison des deux.
Des experts, dont ceux de l’Agence internationale de l’Energie atomique (AIEA), poussent depuis des années pour la dilution en mer. Mais ce n’est pas faisable pour le moment car, comme l’a reconnu la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco), une grande partie de cette eau est encore lourdement chargée en éléments radioactifs dangereux pour la chaîne alimentaire.

Tepco estime cependant que les citernes seront pleines en 2022.

Risque diplomatique
Une décision finale ne devrait pas être prise avant les jeux Olympiques de Tokyo, compte tenu du risque diplomatique.
Une sous-commission gouvernementale chargée du dossier étudie ainsi non seulement les implications techniques, mais aussi les potentiels dégâts sur l’image du pays à l’étranger.

Le Japon devrait en effet rencontrer une forte opposition, qui s’exprime déjà, des pêcheurs et agriculteurs de la région, ainsi que des groupes de défense de l’environnement et de pays voisins, à commencer par la Corée du Sud. Séoul n’a pas digéré une précédente décision de rejeter en mer des paquets d’eau radioactive juste après l’accident de Fukushima, sans lui avoir demandé son avis.
Le report des JO à 2021 nous laisse un peu de temps pour mobiliser contre cette décision du Japon

Fukushima: Le Japon envisagerait de déverser les eaux contaminées dans le Pacifique
https://www.20minutes.fr/monde/2582703-20190813-fukushima-japon-envisagerait-deverser-eaux-contaminees-pacifique  

Current State of Post-Accident Operations at Fukushima Daiichi Nuclear Power Station
https://cnic.jp/english/?s=tritium
  /> FAQ: ‘Treated Water’ Containing Radioactive materials
https://www.foejapan.org/en/energy/doc/200414.html  

Government committee should consider land-based storage of contaminated water at Fukushima Daiichi Nuclear Plant
http://www.foejapan.org/en/energy/doc/200121.html  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à info-fr@ps.mofa.go.jp
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Eau contaminée de Fukushima
  • Message : Monsieur l'Ambassadeur,

    Je tiens à vous faire part de mon ferme refus de vous voir déverser les eaux contaminées de Fukushima dans l'Océan.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

25 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

Décision catastrophique évidente.

marie-juliette hamon
22/06/2021 - 18:47:55

Dix ans après le tremblement de terre du Tohoku du 11 mars 2011 et la catastrophe nucléaire de Fukushima qui s’ensuivit, Dr. Cécile Asanuma-Brice (CNRS) présentera son ouvrage “Fukushima, 10 après” (Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris), lors d’une conférence en ligne (Zoom) le :

Conférence en ligne
Jeudi 17 juin 2021 à 18h30 Heure Japon (11h30 Heure France)

Fukushima, dix ans après. Sociologie d'un désastre
Cécile Asanuma-Brice

Organisée par Sciencescope, cette conférence comprendra un exposé (en français sans traduction) d’une durée de 45 minutes, suivi d’un moment d’échange et de questions/réponses avec l’auteure.

Inscriptions en ligne via la page web de Sciencescope
https://www.sciencescope.org/fukushima-10ansapres/  

ou directement via Zoom.
https://us02web.zoom.us/meeting/register/tZwtduqqpj8iE9auLW7wdqRlStIsbwx5EA1V  

Résumé :

Le 11 mars 2011, au large des côtes de l’île japonaise de Honshu, un séisme de magnitude 9,1 provoque un tsunami qui engloutit 54 des 174 villes côtières à l’est de l’archipel. Les jours qui suivent, plusieurs explosions ont lieu et trois des six réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima Dai Ichi fusionnent, déclenchant une catastrophe sans précédent. Cécile Asanuma-Brice, chercheuse au CNRS et codirectrice d’un programme international de recherche CNRS sur les post-Fukushima studies, résidente permanente au Japon depuis 2001, était présente au moment des faits. Dix ans plus tard, elle revient sur le déroulé d’un désastre qui se prolonge jusqu’à nos jours. Dans cet ouvrage, elle analyse les différentes dimensions de la catastrophe, notamment au travers de témoignages qu’elle a recueilli en japonais auprès des résidents, des associations, des administrations locales, nationales et internationales, du Premier ministre, Naoto Kan, en poste au moment des faits, mais aussi via le compte-rendu d’audition du directeur de la centrale nucléaire de Fukushima, Masao Yoshida. Leurs récits dissonants interrogent les modalités de gestion de l’ignorance et du droit à savoir. Dans des circonstances qui mettent en jeu la vie de millions de personnes, qui régit l’accès à des informations de santé publique ? Qui peut décider de la non-évacuation d’une ville sinistrée ou du relogement des populations dans une ville contaminée ? Pour qui et comment s’organise la reconstruction ? Quelle communication du risque l’accompagne ? L’ouvrage est une mémoire vive, une analyse scientifique des politiques de relogement des réfugiés, des enjeux des mesures de radioactivité et du suivi psychologique des populations traumatisées.

Biographie :
Cécile Asanuma-Brice est chercheure CNRS basée au Japon où elle co-dirige avec Olivier Evrard (CEA) le programme international de recherche pluridisciplinaire CNRS Mitate Lab sur les conséquences de l’accident nucléaire de Fukushima. Spécialisée en sociologie urbaine, chercheure associée au Centre de recherche sur le Japon de l’EHESS et au centre de recherche de la Maison Franco Japonaise de Tôkyô, elle a rédigé de nombreux articles sur les différents aspects des conséquences de la catastrophe de Fukushima, et a produit diverses analyses de la société japonaise contemporaine.
Références :
-Un siècle de banlieues japonaises, au paroxysme de la société de consommation, Ed° Métispresses, 2019.
-Fukushima, 10 ans après. Sociologie d’un désastre nucléaire, Ed° MSH, 2021.


Pour plus d’informations :

Inscriptions : Fukushima, 10 ans après

Web : https://www.sciencescope.org  

e-mail : contact@sciencescope.org.  

Alain UGUEN
16/06/2021 - 09:59:58

Comme çà, si l'humanité résiste aux covids, il y aura toujours l'atome pour la réduire à néant via l'eau de mer et l'air .....!!!!!

Cette annonce pourrait faire réfléchir nos dirigeants quant au projet de construction de nouveaux EPR.....? MAIS..., même pas !!!!!!

Melba
04/05/2021 - 01:16:41

eau contaminée. fukushima mon amour ! apparemment çà les gêne moins que le CO2. on devrait leur en servir un verre ...

DOMINIQUE BOUTS
22/04/2021 - 03:27:35

raison de plus pour arrêter cette fuite en avant suicidaire en france, macron !!!

DOMINIQUE BOUTS
19/04/2021 - 15:53:21

Rejeter ou non l’eau de Fukushima à la mer ? Le Japon a tranché
Après des années de débats, Tokyo a décidé de verser en mer, après traitement, 1,25 million de tonnes d’eau de la centrale nucléaire accidentée en 2011.
https://www.lepoint.fr/environnement/rejeter-ou-non-l-eau-de-fukushima-a-la-mer-le-japon-a-tranche-13-04-2021-2421872_1927.php  

Alain UGUEN
13/04/2021 - 09:30:53

Ces salauds vont continnuer a detruire la terre

hans fivaz
10/03/2021 - 14:42:18

Fukushima plus jamais ça : Manifestation à Nantes le 13 mars 2021

Rappel : La manifestation de Nantes est toujours d'actualité pour déjà 10 ans de désastre . Pas d'interdiction en vue. Venez avec votre combinaison blanche de radioprotecteur et votre bouteille d'eau contaminée : étiquette à télécharger et à imprimer https://www.sortirdunucleaire.org/nantes  

Pour Sortir du nucléaire Cornouaille

Chantal

Chantal
09/03/2021 - 16:26:46

On peut se demander qui a décidé du lieu d'implantation de cette centrale... un fou ou un ennemi du Japon...

françoise ecuyer
05/03/2021 - 18:57:35

Les vidéos sur France info font frémir. A quand la fin de la roulette russe "nucléaire" ?
https://www.francetvinfo.fr/monde/japon/japon-un-seisme-de-magnitude-7-enregistre-au-large-de-fukushima_4295875.html  

Dix ans après Fukushima, un très fort séisme secoue le Japon
https://www.liberation.fr/international/asie-pacifique/dix-ans-apres-fukushima-un-tres-fort-seisme-secoue-le-japon-20210213_P36MDBKMAJCE5H7G4566RDWOMY/  

Alain UGUEN
14/02/2021 - 08:26:45

Par pitié, respectez la Nature sans laquelle l'humanité est vouée à la mort !!

Catherine REY-TRUBERT
10/11/2020 - 11:16:02

il était évident que çà finirait ainsi . Pour éviter les pollutions et contaminations ; une seule solution : bannir cette forme d'énergie.

muriel
30/10/2020 - 01:06:34

il faut mettre cette eau en bouteille et la donner au pro nucléaire.

Francois Ferault
27/10/2020 - 15:40:47

IlIl esrt temps

Francois Louchet
27/10/2020 - 11:56:35

Cette eau contaminée, je propose de la donner à boire aux adeptes du nucléaire.

- Schlapp von Lixingen
27/10/2020 - 08:34:25

À Fukushima, l’eau contaminée va bientôt être rejetée en mer
https://www.novethic.fr/actualite/energie/energie-nucleaire/isr-rse/a-fukushima-l-eau-contaminee-va-bientot-etre-rejetee-en-mer-149122.html  

Alain UGUEN
25/10/2020 - 11:11:22

La vapeur d'eau provenant de l'évaporation serait-elle radioactive? Un peu ? Beaucoup?
Resteraient des éléments très radioactifs à stocker, en volume beaucoup plus réduit.

L'espace - pas plus que la Terre- ne nous appartient.

Stop au délire économico-techno-scientiste.

LUCE
16/07/2020 - 18:22:05

L'Océan n'est pas la propriété exclusive du Japon ! Ce pays doit respecter non seulement les autres terriens mais le milieu marin dans son ensemble ! Ce serait une catastrophe de plus pour notre planète ! Le Japon doit trouver une autre solution, attendre encore. Car, peut-être l'avenir permettra des découvertes en mesure de se débarrasser des déchets radioactifs - ou pourquoi pas de les laisser sur un satellite proche de la Terre.

Claudette ROSE
15/07/2020 - 14:32:43

savez-vous que les nuages de Fukushima ont été jusqu'en Auvergne ?

en tous cas, ils ont été jusqu'en France, ce sont des scientifiques qui me l'ont déclaré.

brunoaydat
15/07/2020 - 11:06:22

Je signe évidemment tout en me demandant quelle serait une solution alternative, donc que faire de cette eau polluée ?

Nino-Anne DUPIEUX
15/07/2020 - 10:08:52

Terre, mer, air ne sont pas une poubelle! C'est notre lieu de vie à tous

geronimo
14/07/2020 - 15:22:06

on pourrait faire le parallèle avec les cas de leucémies en polynésie française, vraisemblablement liés aux essais nucléaires de mururoa, et dont les victimes attendent encore aujourd'hui de l'état français une réponse et une indemnisation pour préjudice (enfin pour ceux qui sont encore en vie..)
Voir plus d'infos sur l'excellent site de reporterre : https://reporterre.net/La-polynesie-marquee-a-jamais-par-les-essais  

baba gaya
14/07/2020 - 00:53:08

Sans vouloir déprimer qui que ce soit, il me semble que ça a déjà commencé.

Anne
13/07/2020 - 17:24:30

Il n'y a que votre site de pétitions en lequel j'ai confiance. Pour les dons, faits pour vous aider dans votre travail, va falloir encore attendre... j'ai toujours du mal à "joindre les deux bouts" comme on dit.
Bonne continuation Alain Uguen et à toute votre équipe!
Brigitte Bécavin-Fromont (Indre et Loire)

Brigitte Bécavin
13/07/2020 - 14:02:56

Dans le commentaire, vous parlez de la possibilité d'une évaporation de l'eau, sans en reparler par la suite.
le tritium se trouverait donc dans l'air. L'alternative est-elle meilleure, pire, ou semblable?

Christian Lucas
13/07/2020 - 11:38:42

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !