actualité écologie

Ne laissez pas vos appareils en veille

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Les 10 jours verts Transacteurs

AG Cyberacteurs

La Terre vue depuis l’espace

OPÉRATION

Journal des Bonnes Nouvelles

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

image vide cyberacteurs
image vide

  #transition   #énergétique



Cyberaction : Une PPE ambitieuse pour une transition énergétique et solidaire

Pour accélérer la transition énergétique au profit de tous, et en particulier des citoyens les plus précaires, de nombreux acteurs attendent de la part du gouvernement qu’il dévoile sans tarder une Programmation pluriannuelle de l’énergie ambitieuse qui servira de cadre à l’élaboration de politiques territoriales plus écologiques et plus justes.

[ 2 756 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

Cette cyberaction a également pour objectif d'interpeller vos élus. Vous pouvez ajouter vos élus en copie du message en cliquant sur modifier des éléments après avoir rempli vos coordonnées

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 21 novembre 2018

Proposée par Cyberacteurs | à votre député

Plus d'infos

transition énergétiqueAlors que les annonces pour la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) et la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) sont prévues pour mardi prochain, des scénarios de mix électrique ont "fuité" via l'AFP aujourd'hui et ils sont vraiment mauvais : https://www.publicsenat.fr/article/politique/nucleaire-entre-0-et-6-fermetures-de-reacteurs-d-ici-2028-trois-scenarios-sur-la  

En parallèle, des élus se mobilisent pour une PPE ambitieuse au travers d'une tribune : https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/11/20/anne-hidalgo-et-alain-juppe-plaident-pour-une-montee-en-puissance-rapide-des-energies-renouvelables_5386003_3232.html?xtmc=montee_en_puissance&xtcr=1  

Le CLER fait des propositions

Limiter ses déplacements en voiture individuelle ou être logé dans une habitation décente ne doit pas être un luxe réservé aux personnes aisées. Bien au contraire : la transition énergétique apportera des solutions de long terme à tous les Français, y compris les plus modestes, pour leur permettre de réduire leur dépendance aux énergies « carbonées » comme le pétrole ou le charbon, et à la volatilité de leur prix, et pour vivre mieux, en bonne santé, dans des logements confortables et bien isolés.

<strong>Les luttes pour les transitions sociale et écologique doivent converger et se renforcer.
</strong>
Pour accélérer cette dynamique, et répondre aux besoins légitimes des citoyens de pouvoir se déplacer à un prix abordable ou de limiter le coût de leurs dépenses énergétiques, le gouvernement doit prendre des mesures urgentes (des dispositifs d’aides financières par exemple, voir encadré ci-dessous) et surtout structurantes. Si l’augmentation du prix du carbone permettra d’inciter les consommateurs à adopter progressivement des habitudes plus économes en énergie, l’Etat a un rôle fort à jouer pour accompagner cette transition.
Pour aller plus loin sur la hausse du carburant :
Politiques de tous bords, prenez vos responsabilités ! » – l’appel de 23 ONG sur la hausse de la fiscalité écologique.
https://www.francetvinfo.fr/economie/automobile/essence/tribune-politiques-de-tous-bords-prenez-vos-responsabilites-l-appel-de-23-ong-sur-la-hausse-de-la-fiscalite-ecologique_3028879.html  

En finir avec les passoires énergétiques
La Programmation pluriannuelle de l’énergie qui devrait paraître à la fin du mois de novembre doit être le cadre politique qui installe sur le long terme les solutions pour une transition énergétique ambitieuse et solidaire. Elle doit conduire par exemple à accélérer les économies d’énergie, plutôt que de les ralentir. Lutter contre la déperdition énergétique dans le bâti est en effet un enjeu déterminant pour la transition : le secteur du bâtiment représente 44 % de l’énergie consommée en France.
La rénovation des « passoires énergétiques » entraîne de multiples co-bénéfices en termes de confort, de santé mais aussi d’emploi et de pouvoir d’achat pour 20 % des Français qui peinent actuellement à payer leurs factures énergétiques. Tous les candidats à l’élection présidentielle 2017 s’étaient d’ailleurs engagés à respecter l’objectif inscrit dans la Loi de transition énergétique de rénover 7 millions de passoires énergétiques d’ici 2025. Le Plan de rénovation paru début 2018 a pourtant reporté cette échéance.
https://cler.org/plan-de-renovation-energetique-beaucoup-didees-mais-peu-de-mesures-concretes-pour-la-transition-des-batiments-et-la-lutte-contre-la-precarite-energetique/  
Afin de favoriser la rénovation énergétique performante et l’amélioration du confort dans le logement pour tous et toutes, la PPE doit aussi entériner la nécessité de sensibiliser, d’orienter, et de conseiller les particuliers qui souhaitent effectuer des travaux de rénovation énergétique dans leur logement, quels que soient leurs revenus. Une récente étude de l’Ademe a montré que près de 9 ménages sur 10 ayant réalisé des travaux n’ont pas bénéficié d’accompagnement, conduisant souvent à des performances insuffisantes en matière d’économie d’énergie. Prévu par la loi depuis 5 ans maintenant, ces missions de service public doivent être renforcées autour de la figure central du conseiller de terrain, expert indépendant et disponible pour les usagers sur tout le territoire national.
Aller plus loin – Rénovation énergétique : le conseil personnalisé aux usagers est la clé de réussite
https://cler.org/renovation-energetique-le-conseil-personnalise-aux-usagers-est-la-cle-de-reussite/  

L’échelon local, au plus près des citoyens
La transition énergétique est un projet de société qui doit aussi nous permettre de créer de la richesse, de l’emploi et de la solidarité dans les territoires français. Depuis plusieurs années, les acteurs en transition énergétique – collectivités, associations, entreprises – membres de notre réseau, démontrent sur le terrain que cette transition « juste » est possible. Ici et là, ils soutiennent les économies d’énergie en rénovant les bâtiments ; ils développent les énergies renouvelables et ainsi accroissent l’autonomie énergétique d’un territoire ; se faisant ils créent de l’activité économique et de nouveaux emplois ; ils offrent des solutions alternatives à l’usage de la voiture chaque fois que cela est possible et font la promotion de ces nouveaux usages.
Si la Loi sur la transition énergétique a transféré des compétences aux collectivités, les moyens financiers n’ont malheureusement pas suivi. Des ressources pérennes (de type dotation climat – énergie) doivent être mises à disposition des territoires pour sortir du « stop and go » et leur permettre de s’engager dans la durée avec une vision claire des moyens dont ils peuvent disposer, par exemple dans le cadre d’un contrat avec l’Etat qui devrait pouvoir concerner à terme la totalité des territoires. Là encore, la Programmation pluriannuelle de l’énergie peut les y aider en prévoyant cette dotation et en mettant les territoires en condition de jouer leur rôle grâce à un cadre adapté pour permettre le développement des énergies renouvelables sur l’ensemble du territoire français.
Aller plus loin – PPE : le gouvernement ne doit pas rester sourd aux demandes des citoyens
https://cler.org/ppe-le-gouvernement-ne-doit-pas-rester-sourd-aux-demandes-des-citoyens/  

MOBILITÉ , ÉNERGIE ET DÉVELOPPEMENT LOCAL Quelle mobilité pour des territoires à énergie positive ?
https://cler.org/wp-content/uploads/2018/02/mobilite2017_CLER_WEB.pdf  

Améliorer l’efficacité des outils de lutte contre la précarité énergétique – Une exigence pour éviter une transition écologique à deux vitesses !
https://cler.org/wp-content/uploads/2017/06/Transition-juste-outils-précarité-RAC-CLER-FNH-2017.pdf  

Des mesures sectorielles urgentes
Le débat actuel sur le renchérissement des prix de l’énergie montre que les mesures structurelles de transition énergétique et de lutte contre les inégalités n’ont pas été prises pour protéger les citoyens de l’inéluctable augmentation des prix de l’énergie. Elles sont aujourd’hui urgentes et des mesures d’accompagnement sont en plus nécessaires pour répondre à certaines situations sociales inacceptables. Les mesures proposées par l’Etat sont les plus faciles mais pas toujours les plus efficaces.

Le crédit d’impôt Transition énergétique pour sortir du fioul

La principale aide financière de l’Etat pour aider les ménages à réaliser des investissements en matière d’économie d’énergie est le crédit d’impôt pour la transition énergétique. Outre son enveloppe annoncée en forte baisse, cet outil souffre de nombreux défauts. Lors de la présentation du projet de loi de finance 2019, le gouvernement a fait marche arrière en renonçant à la transformation en « prime travaux » du CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique), la principale aide publique à la rénovation dont le montant représentait 1,7 milliard d’euros en 2016. Annoncée au cours de la campagne d’Emmanuel Macron, cette prime devait rendre les travaux de rénovation plus accessibles aux ménages. Cette proposition serait finalement trop « coûteuse et complexe dans son déploiement ». L’Etat propose donc de reconduire le CITE, en réduisant au passage d’au moins 40 % le montant total alloué !
Le gouvernement annonce renforcer le soutien à la suppression des chaudières fioul et semblerait aussi sur le point de réintroduire le remplacement des fenêtres parmi les travaux éligibles, après avoir annoncé son retrait l’an dernier. Pour le CLER – Réseau pour la transition énergétique, il serait bien plus pertinent de privilégier les projets de rénovation performante, globaux, et de renforcer les aides pour les ménages les plus modestes plutôt que de poursuivre la logique actuelle sans vision d’ensemble et bien moins efficace.

<strong>Le chèque énergie et le décret décence
</strong>
Les ménages précaires ont également besoin d’aides pour faire face à des factures élevées (en moyenne 1800 euros par famille et par an), et même souvent plus élevées que la moyenne des ménages (environ 1500 euros par an). C’est le rôle du chèque énergie que le gouvernement propose d’augmenter (passer à un montant moyen de 200 € contre 150 € aujourd’hui). Les acteurs réunis dans l’Initiative Rénovons ! coordonnée par le CLER considèrent ce montant encore largement insuffisant.
En complément, des mesures spécifiques doivent être prises pour protéger les locataires (qui n’ont pas accès aux aides pour réaliser des travaux) par exemple en définissant « un critère de performance énergétique minimale à respecter » pour qu’un logement mis en location soit considéré comme décent.

Une sensibilisation de tous les foyers aux économies de ressources possibles au quotidien

Il existe de multiples agences (agences locales de l'énergie etc…) mais elle demande une démarche volontaire de la part de celui qui est déjà sensibilisé et recherche de l'aide. Par contre, il serait judicieux d'aller vers ceux qui en le plus besoin.
Le Président de la République a dit vouloir étendre l'initiative "territoires zéro chômeur"
https://www.tzcld.fr  
Il serait intéressant de former ces chômeurs pour aller à domicile expliquer aux habitants comment réduire leurs dépenses en matière d'énergie, d'eau, leur expliquer les collectes sélectives de déchets pour améliorer le tri, leur faire connaître les aides pour la rénovation énergétique de leur logement, leur faire connaitre les transports en commun, le covoiturage…..

Dans une tribune publiée sur franceinfo, le Réseau Action Climat et ses associations membres – parmi lesquelles Greenpeace, WWF ou Oxfam – appellent le gouvernement à "sortir les citoyens de leur dépendance au diesel et à l'essence".

Depuis plusieurs jours, les prises de parole de plusieurs responsables politiques de tous bords alimentent les tensions autour de la hausse des prix des carburants, dénonçant à tout va la fiscalité écologique. Et ce, alors que ces mêmes responsables placent l'urgence climatique et la lutte contre la pollution de l'air parmi leurs priorités. Pour le Réseau Action Climat et ses associations membres*, ces responsables devraient commencer par rappeler que la fiscalité écologique est un outil indispensable, en soi, pour répondre à la crise climatique que nous connaissons, et qu'il convient à tout prix de préserver les dispositifs mis en place via l'adoption de solutions concrètes additionnelles.

Instrumentaliser la fiscalité écologique est irresponsable.
Irresponsable alors même que le GIEC rappelait, le mois dernier, que sans efforts supplémentaires sans précédent pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre, nous ne pourrons nous mettre à l'abri des pires impacts du dérèglement climatique et que la pollution de l'air continue chaque année d'occasionner 48 000 morts prématurées dans notre pays.
Le gouvernement est également responsable de la crise en cours, puisqu'il tarde à mettre en place des mesures rapides et suffisamment ambitieuses pour financer les alternatives à la voiture et aider ceux qui n'ont pas les moyens de se déplacer autrement. Responsable aussi parce que cette fiscalité qui touche les Français épargne les secteurs les plus polluants et émetteurs de gaz à effet de serre, comme le secteur aérien ou le transport routier de marchandises.
La fiscalité écologique souffre donc malheureusement d'une instrumentalisation de tous les côtés. Les responsables politiques dans leur ensemble devraient s'attacher à recentrer le débat sur les réponses à donner aux crises que nous traversons, climatique et sociale.

Ces réponses existent.
Les choix à opérer aujourd'hui, et en particulier dans le cadre de la loi mobilités qui doit enfin être présentée en Conseil des ministres le 21 novembre, doivent permettre à terme de sortir les citoyens de leur dépendance au diesel et à l'essence. La vulnérabilité des Français au prix des carburants est un fait. Des mesures doivent donc être adoptées pour les sortir de cette dépendance. Transports en commun et vélo, développement de véhicules véritablement moins émetteurs et moins polluants, désenclavement des territoires via un réseau ferré opérationnel, modernisé et accessible à tous les portefeuilles, lutte contre l'étalement urbain en rapprochant les lieux de vie des lieux de travail et de loisirs, sont autant de solutions qui doivent être actées et financièrement soutenues par le gouvernement dans sa prochaine loi.
Mais en attendant que ces solutions voient le jour, il y a ceux qui ne peuvent pas faire autrement : parce qu'ils ont peu de moyens mais qu'en plus, du fait de leur implantation géographique, ils ne peuvent se déplacer autrement qu'en prenant leur voiture. C'est à ces citoyens que le gouvernement doit apporter de manière urgente un soutien financier, pour leur permettre de faire face à la hausse du prix des carburants.

Cela exige une action de la part des pouvoirs publics reposant sur :
• des solutions à développer sans tarder mais qui ne produiront leurs effets qu'à moyen terme ;
• des solutions d'urgence à mettre en place pour ne laisser personne sur le carreau de la transition écologique.
Ce sont ces solutions que le Réseau Action Climat a développées et porte depuis plusieurs années (en ligne ici). Les recettes tirées de la fiscalité écologique devraient justement servir à les développer. Nous appelons les responsables politiques de tous bords à les défendre, et le gouvernement à les entendre. Ce sont elles qui permettront d'apporter une issue constructive à la crise en cours et d'éviter, comme cela a déjà été le cas par le passé, que la transition écologique ne se retrouve encore sacrifiée pour de mauvaises raisons.
*Signataires : Le Réseau Action Climat et ses associations membres (350.org ; Agir pour l'environnement ; Alofa Tuvalu ; Alternatiba ; CLER – Réseau pour la transition énergétique ; CCFD-Terre solidaire ; 4D ; FUB ; Fnaut ; Fondation pour la Nature et l'Homme ; France Nature Environnement ; Greenpeace France ; Hespul ; Les Amis de la Terre ; Ligue de protection des oiseaux ; Oxfam France ; REFEDD ; Réseau Sortir du nucléaire ; Secours catholique-Caritas France ; WECF ; WWF France ; Zero Waste France).
https://www.francetvinfo.fr/economie/automobile/essence/tribune-politiques-de-tous-bords-prenez-vos-responsabilites-l-appel-de-23-ong-sur-la-hausse-de-la-fiscalite-ecologique_3028879.html  

Nous vous proposons de compléter ces nombreuses initiatives en interpellant le Président de la République et votre député

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à petitions@elysee.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Une transition énergétique solidaire
  • Message : Monsieur le Président,
    Madame, Monsieur
    Les réponses à donner aux crises que nous traversons, climatique et sociale, demandent :
    • des solutions à développer sans tarder mais qui ne produiront leurs effets qu'à moyen terme ;
    • des solutions d'urgence à mettre en place pour ne laisser personne sur le carreau de la transition écologique.
    Les recettes tirées de la fiscalité écologique devraient justement servir à développer ces solutions. Je vous appelle à les entendre. Ce sont elles qui permettront d'apporter une issue constructive à la crise en cours et d'éviter, comme cela a déjà été le cas par le passé, que la transition écologique ne se retrouve encore sacrifiée pour de mauvaises raisons.

Cette cyberaction permet d'envoyer une copie de ce message à :

  • Votre député.

Vous pouvez modifier ces infos (sujet, texte, elus...) en choisissant l'option
"modifier des éléments" après avoir renseigné le formulaire "je signe sans compte"

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

23 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

J'en profite pour déterrer ma vieille pétition que Avaaz*org avait bel et bien supprimée, même après 2 relances : je lançais une pétition pour que les gouvernements s'engagent à soutenir et protéger les inventeurs de véhicules sans pétrole. (Oh que ça a dû déranger du monde ! ) Ne croyez surtout pas que ça n'arrive qu'en Amérique les cowboys qui débarquent avec une malette de billets et des armes pour faire des acquisitions forcées, c'est le même procédé en Angleterre (6 brevets de moteur à hydrogène) et en France (un hangar rempli de ces prototypes, dans une industrie pétrolière de l'ouest). Ce ne sont pas les inventions qui manquent, et ce depuis au moins 1900, mais voilà, à chaque fois un lobby les fait disparaitre, et "qui ne dit mot consent" : nos autorités sont parfaitement complices ! --> elles savent très bien trouver des milliards à droite à gauche, pourquoi ne pas les utiliser pour de la recherche et des startups innovantes -méthodes propres sans pétrole ni béton ? Ce n'est qu'une question de cohérence, honneteté, et de décision. J'affirme que c'est possible avec un minimum de bonne volonté.

Roux Doudou
08/12/2018 - 00:44:44

Pour une politique ambitieuse concernant la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie, je pense que nous devons inclure dans la réflexion le rejet des eaux de refroidissement des centrales nucléaires.
En 1963, le projet de rejet des eaux de refroidissement visait à ne pas dépasser les 5°C.
Aujourd’hui ces rejets atteignent les 8°C. Vu le nombre de millions de mètres cubes rejetés, il ne faut pas s’étonner du réchauffement climatique car les mers et océans ne peuvent résorber ces surchauffes.
De plus, ces rejets entraînent une mutation de la faune et de la flore de nos fleuves et rivières.

Michel D.
30/11/2018 - 07:57:05

Pour une politique ambitieuse concernant la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie, je pense que nous devons inclure dans la réflexion les logiciels libre et la lutte contre les GAFAM.
En effet, les logiciels privatifs et liberté et les GAFAM utilisent des routines consommatrices de ressources processeur donc d’énergie pour suivre nos traces et nous proposer des soi-disant services.
Ces services existent en logiciels libres voir notamment :
Pour ceux qui aiment le fun (mais le graphisme n’est plus à jour) :
https://degooglisons-internet.org/fr/alternatives/  
Framasoft a pourtant continué à travailler et voici la page (moins fun) avec les services proposés :
https://degooglisons-internet.org/fr/list/  

Depuis fin 2017 Gael Duval, le créateur de Mandrake Linux, travaille à réaliser un système EELO libre et respectueux de la vie privée destiné à remplacer Android. Les premiers appareils sont prévus pour début 2019. Voici un moyen de moins consommer de bande passante et de batteries en éliminant publicités et sollicitations non désirées.
https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-eelo-l-os-mobile-open-source-de-gael-duval-sort-en-beta-72898.html  

Pour suivre les développement, voici le site qui malheureusement attend des traducteurs car tout n’est pas traduit :
https://e.foundation/?lang=fr  

Michel D.
30/11/2018 - 07:50:00

bonjour
La transition énergétique solidaire c'est aussi revenir à notre heure méridienne toute l'année en réduisant:
- nos sur-consommmations d'énergies (ventilation, climatisation...)
et la pollution (pics d'ozone) aux heures les plus chaudes,
- l'éclairage et le chauffage les matins dans le froid et l'obscurité
La meilleure économie d'énergie est celle que l'on ne consomme pas !
C'est aussi privilégier les logements bien exposés, les matériaux de construction durables et respectueux de l'environnement et de l'être humain pour sa santé.
Les déplacements peuvent aussi être repensés à chaque niveau individuel. Mais puisque les véhicules polluent alors pourquoi les constructeurs automobiles n'ont-ils pas d'obligation de respect de l'environnement? Nous continuons de voir des publicités proposant des véhicules imposants "dévoreurs" d'énergies ! pourquoi ? est-ce bien cohérent ?

Marie-Paule Perrichon
29/11/2018 - 19:46:24

N'attendons plus de mesures politiques , nous n'avons plus le temps agissons chaciy a notre niveau , au travail éteignons ordinateur et lumière , comme a la maison même si ce n'est notre porte monnaie qui trinque , baissons les radiateurs ,faites le tri des ordures ménagères ,assurerez vous qu'il y a un recyclage du papier qui est fait dans votre entreprise , organisez des covoiturages pour les transports dans une grosse entreprise il est facile de trouver quelqu'un qui habite près de chez vous , au self demander si les déchets organiques sont récupérés , il y a des micro entreprises qui le font dans les grandes villes , bref il y a plein de choses au niveau dans nos entreprises , tous ce qu'on fait déjà a la maison doit être fàit aussi au niveau de notre travail .
Tout le monde peut agir ....

Maury
29/11/2018 - 17:33:06

Annonces de Macron pour la transition écologique : «C'est la défaite de l'écologie», tacle Delphine ..
https://www.ladepeche.fr/article/2018/11/28/2915154-annonces-macron-transition-ecologique-est-defaite-ecologie-tacle-delphine-batho.html  

Discours de Macron sur l'énergie. Le député Matthieu Orphelin (LREM) se dit « déçu »
https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/angers-49000/discours-de-macron-le-depute-matthieu-orphelin-se-dit-decu-6097157  


ANNONCES D’EMMANUEL MACRON SUR LE CLIMAT : Réactions des ONG
https://www.cyberacteurs.org/blog/?p=4644  

ATTAC : Allocution d’Emmanuel Macron : aucune « décision structurante et historique » pour la transition écologique et sociale !
https://www.cyberacteurs.org/blog/?p=4644#comment-204212  

Alain UGUEN
29/11/2018 - 07:38:07

non merci

arnold
26/11/2018 - 21:59:59

Pour favoriser les alternatives à la voiture, le gouvernement a décidé de financer la construction de nouvelles routes.(?!)
https://www.caradisiac.com/loi-mobilite-un-plan-de-desenclavement-routier-d-un-milliard-d-euros-172743.htm  
Pour lutter contre le réchauffement climatique et la pollution, on va détruire d'autres zones naturelles.
Moralité : Ils sont fous, ces Macroniens !!!

Frawald
26/11/2018 - 17:42:56

Au lieu de mettre l'accent sur l'essence et le fuel, à quand le paquet sur les transports non polluants (trains, cars gratuits ou peu chers (voitures aussi quand c'est obligatoire...) c'est possible, ça existe mais ça rapporte pas ...
Et qu'on ne me dise pas que c'est trop cher.. j'aurai du mal à y croire à voir l'argent gaspillé par le gouvernement ...

ghislaine le picault
26/11/2018 - 15:37:44

Ni prolongation de durée de fonctionnement des centrales nucléaires.Les réparations essentielles ne sont pas faites (et respectées) dans les délais impartis à l'heure actuelle.
L'ASN subit les pressions constantes d'EDF qui aboutissent à remettre déjà en cause des décisions
entamant dangereusement la sécurité de certaines installations. EDF sait pertinemment que toutes les centrales fonctionnant au MOX ne sont pas rentables financièrement et génèrent aussi des problèmes de sécurité! Le nucléaire est une technologie du passé,il faut arrêter les plus vieilles centrales rapidement et pas seulement celle de Fessenheim. Ne pas mettre en route celle de Flammanville qui ne remplit pas les conditions de sécurité malgré l'homologation de l'ASN.
Ne pas céder à M.Lévy qui incite à construire de nouveaux réacteurs. Il faut une réflexion sur la reconversion des personnels EDF et des salariés des sous-traitants du nucléaire. Ne pas céder au chantage aux licenciements! La seule solution est dans le développement des renouvelables de manière volontariste. Pour un mix énergétique bien planifié mais il y a urgence.

Catherine Quentier
26/11/2018 - 14:15:12

L'avenir du nucléaire pas encore arbitré
https://www.boursier.com/actualites/reuters/l-avenir-du-nucleaire-pas-encore-arbitre-227486.html?rss  

Alain UGUEN
25/11/2018 - 08:58:32

il faudrait aussi arrêter de continuer à construire des routes et des ponts, en transférant les montants de ces investissements dans des alternatives à la voiture individuelle, y compris en milieu rural.
tout à fait d'accord avec la mise en place d'urgence d'une vraie transition écologique solidaire ! les solutions existent il faut une volonté et politique et citoyenne

Sylvie BOURBIGOT
23/11/2018 - 19:00:20

Il y a urgence à trouver des solutions pour éviter le pétrole, le nucléaire "propre" et les éoliennes qui défigurent la France, première destination touristique...A voir si les touristes viendront encore voir des champs de pylones. D'ailleurs qui est volontaire pour avoir une éolienne dans son jardin ? Pollution sonore,visuelle et électromagnétique, destruction des oiseaux, faible production d'énergie, fort coût écologique (matériaux, entretien, démontage futur.... Aidons vite les chercheurs réfléchir à d'autres solutions au lieu de fonder tête baissée comme depuis la révolution industrielle où certains tirent les marrons du feu.

un anonyme
23/11/2018 - 12:16:03

Un exemple de ce qui peut se faire. Face aux enjeux, il ressemble sans doute à une mesurette mais présente l'avantage de pouvoir être concrétisé assez rapidement :
- Pour éviter des déplacements à ceux qui vivent dans des territoires ruraux, demandons la généralisation du "service public itinérant", dispositif actuellement testé dans certains départements dont l'Aisne :
https://www.lemonde.fr/bleds-a-part/article/2017/12/17/service-public-itinerant-dans-l-aisne-un-camping-car-cree-du-lien-aupres-des-habitants_5230971_5227802.html  
Non seulement ce service limite les déplacements des particuliers mais il crée aussi du lien.

Cactus a raison de suggérer que l'on rétablisse l'ISF dans son intégralité.
Puisqu'il est beaucoup question de fiscalité en ce moment, eh bien allons-y carrément :
En vertu du principe qui veut que ceux qui possèdent plus polluent et prélèvent plus, que soit rétabli l'impôt sur la fortune, rebaptisé "Impôt de Solidarité Ecologique" dont les 5 milliards d'euros de recette pourraient servir à aider les personnes à revenus modestes ("lower middle classe", comme aurait dit Maggie Th.)lors des turbulences du Cap de la Transition Ecologique (...et Solidaire) !
Le sentiment d'injustice sociale qu'éprouvent, fort justement, les manifestants des Gilets Jaunes en serait peut-être atténué...
La fiscalité écologique -- et punitive -- telle que conçue actuellement égratigne à peine les très riches dans un système
de plus en plus basé sur les taxes et de moins en moins sur l'impôt. Par exemple, qu'est-ce qu'un malus écologique à 10500 euros ou qu'est-ce que l'augmentation du prix des carburants quand on a un revenu mensuel à six chiffres et que l'on fait payer sa voiture par son entreprise ? Réponse : de la roupie de sansonnet.
Sans oublier les exonérations pour les transports aériens et maritimes, détaxation dont l'Etat français n'a pas la maîtrise.
En revanche les taxes vertes risquent de peser très lourd sur ceux qui ont du mal à boucler les fins de mois.
Hier soir un reportage de la 3 Franche-Comté montrait un retraité, porteur du gilet jaune, en larmes parce que son
fils était obligé d'aller aux restos du coeur.
Ce serait terrible si l'écologie rajoutait de l'injustice, de l'inégalité, de la misère là où il y en a déjà beaucoup !
On ne bâtit rien de bien sur l'injustice.
Pas plus que sur l'absence de cohérence et le mensonge : se poser en champion du climat quand on défend "en même temps" la montagne d'or, le grand contournement de Strasbourg, le pillage des forêts et autres joyeusetés... la bonne blague !!!
A propos de blague, ci-joint une petite vidéo qui fait rire et réfléchir. https://www.dailymotion.com/video/x8n2mo  
Pardon pour ce long texte, mais le sujet tient à coeur.
Bonne journée,
Francine

Frawald
23/11/2018 - 09:37:58

Le problème c'est que nous donnons énormément de taxes notamment au travers de la TICPE mais que pour 2018 les prévisions pour la transition énergétique est seulement de 7,2 BE (milliards d'Euros) alors que 13,3 sont confisqués dans le budget de l'état; cela n'est pas normal. (Une partie de ces prélèvements devrait servir aussi à la sécurisation des routes).
Avec la hausse des carburants faute d'offrir des solutions alternatives le gouvernement va accentuer la désertification de la province (exemple Cantal qui manque de main d'oeuvre) avec un développement des villes ce qui va accentuer les pb de pollutions, de coût pour se loger etc
On attend le plan directeur pour le choix de production d'énergie pour les années à venir et on peut être inquiets avec le nucléaire du fait des dérives de son coût et délais qu'EDF et l'état son actionnaire l'état ne sont pas capables de maîtriser (cf. EPR).
Si demain on veut utiliser davantage de véhicules électriques il va falloir accentuer notre potentiel de production d'électricité .... propre évidemment

Peut-on être optimistes?

Le Vérinois

Le Vérinois
22/11/2018 - 18:55:06

ENERGIE LIBRE ? AH BON ! ET QUOI ENCORE ???

Extrait: “Les secrets de l’énergie libre, le programme spatial secret ou la vraie nature du cosmos, les gouvernements du monde et les «maîtres cachés» du Nouvel Ordre Mondial sont à ce stade le sujet le plus discuté de l’environnement en ligne et sont fermement refusés par le gouvernement américain.

Comme nous le savons tous, les médias toujours aux mains de l’élite diabolique mondiale ne «transpirent» en rien sur les technologies existantes qui pourraient détourner l’humanité de la crise, mais aussi de l’ère des combustibles fossiles et de la fourniture de ressources.

Une énergie libre à l’humanité, faisant ainsi un saut énorme dans l’évolution de la civilisation”.
http://alalumieredunouveaumonde.blogspot.com/2018/11/gardien-solaire-le-programme-spatial.html  

Voir également :
Exclusivité WikiStrike: un physicien en colère parle d’énergie libre :
“Il y a 6 jours – Un physicien en colère tenait à rendre publique ce qu’il pense du monde scientifique d’aujourd’hui dans un texte qu’il a écrit lui-même. Il y parle d’énergie libre interdite et de l’escroquerie du système actuel”:

http://www.wikistrike.com/2018/11/exclusivite-wikistrike-un-physicien-en-colere-parle-d-energie-libre.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail  

un anonyme
22/11/2018 - 18:03:44

Mais quand allons-nous enfin mettre en place une vraie politique de transition écologique solidaire? Combien d'années faudra-t-il encore attendre et voir sacrifier la protection des espèces et de la planète ? Nous sommes TOUTES et TOUS responsables de ce que nous allons laisser aux générations futures y compris nos politiques ! Merci d'élever le niveau de l'Ecologie à tous points de vue !

MARIE-PAULE PERRICHON
22/11/2018 - 17:21:49

ne serait il pas judicieux ,d'établir une politique énergétique dans le cadre d'un plan (quinquennal?) et non pas de laisser entendre que le gouvernement peu envisager de faire et en "même temps" de faire le contraire.

levotre gerard
22/11/2018 - 09:40:56

Au lieu de taxer systématiquement le citoyen qui doit se déplacer, se chauffer, il me semblerait plus logique de limiter les pollutions en taxant les compagnies aériennes, les transports par cargos, ainsi que les transporteurs routiers qui traversent la France du nord au sud et certaines industries qui polluent beaucoup plus.

un anonyme
22/11/2018 - 09:37:03

Avec Macron, parlons de transition écologique: pour le moins, ce n'est pas sa tasse de thé!!! Il a "fatigué" Nicolas Hulot, au point de le faire démissionner.....

Depuis la COP 21, il y a eu la 22-23-et maintenant la 24, dont il ne sortira rien que des bonnes intentions, sans vraies mesures.

La taxation écologique, pourquoi pas?... Mais que le kérosène soit taxé, que les riches et très riches le soient aussi à la mesure de leur bilan CO2 (le livre "les riches détruisent la planète" en témoigne depuis longtemps....
Ce n'est pas pareil de polluer par "obligation" comme le font les personnes qui ont absolument besoin de leur vieux diesel pour aller gagner parfois et souvent si peu!!!
Et prendre un "Jet" privé comme Mr Carlos GOHN pour aller au Japon. Celui-ci il tombe à pic pour symboliser les excès de ce monde si privilégié, si ignorant de toute limite!!!!

Le pouvoir depuis 40 ans laisse faire et même accompagne cette bascule qui fait des riches toujours plus riches et de pauvres toujours plus pauvres et méprisés.

Ce que veulent les "gilets jaunes", c'est plus de justice sociale, moins de mépris...

Rétablissons l'ISF, un peu de rééquilibrage ferait du bien.


cactus
22/11/2018 - 09:36:59

Étant donnée l'instrumentalisation des mesures a developpées pour l'environnement et le climat il faut des petitions pour des mesures claires qui ne penalise pas les populations economiquement faible.
Certains interets politiques et economiques sont à l'affut de justification de leurs attitudes et position anti sociales et anti ecologique, il faut donc les dénoncés et condamnés clairement. si on veux des signatures il faut faire des petitions claires comprehensibles pour tous permettant de faire la part des choses. Pour ma part les petitions vagues ne recevront pas ma signature....

Colombet Christian
22/11/2018 - 07:52:21

Ce courriel plein de bonnes intentions est un coup d'épée dans l'eau. Il n'évoque ni les éléments constitutifs d'une fiscalité écologique apte à financer la transition énergétique ni les solutions d'urgence à proposer dans le cadre de cette transition. Souvenons-nous du démantèlement des portiques taxant les poids lourds et des multiples reculades des gouvernements devant les lobbies des transports ou des colères populaires soutenues souvent par des "écologistes" bon teint.

Denis FISCHER
21/11/2018 - 19:22:06

Il existe une énergie "propre" à exploiter sans faille:celle
"produite" par la multiplication à foison des "data-centers"
...Et puis,à l'heure où tout-un-chacun ressent durement la
croissance inexorable du coût des énergies fossiles,n'est-il pas plus qu'urgent d'investir dans l'isolation des vieux bâti ments...ainsi que dans l' "auto-partage" + le développement
des transports collectifs pour tous(sans "oublier" les person nes à mobilité réduite,par exemple...)?Ce qui ne manquerait
pas-en outre-de créer une foule d'emplois,de postes de travail
...

stoppeur
21/11/2018 - 18:45:34

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !