actualité écologie

22 V'là les acteurs des transitions

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

SPAM etc...

Journal des Bonnes Nouvelles

Ne laissez pas vos appareils en veille

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

météo

2023 l'année des droits

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Les amis des 150

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide



Cyberaction : soutien au village Prospérité en Guyane

Depuis plus d'un an, les habitants du village Prospérité luttent contre l'emplacement de la future Centrale Electrique de l'Ouest Guyane. Aujourd'hui, ils veulent se faire entendre au plus haut niveau.

[ 1 719 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 03 janvier 2023

Proposée par Cyberacteurs
En soutien à Jeunesse Autochtone de Guyane, le Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques, le Groupe National de Surveillance des Arbres, l’Association Nationale pour la Biodiversité, l’Observatoire terre-monde et la Fondation Danielle Mitterrand


Elle prendra fin le : 03 avril 2023

Plus d'infos

Depuis plus d'une année, les habitants du village Prospérité - soutenus par la communauté amérindienne de Guyane et d'ailleurs - demandent le déplacement de la CEOG. Ils estiment que cette centrale, dont le chantier a débuté, est trop proche de leur lieu de vie, une zone où ils pratiquent notamment la chasse et la pêche. Une demande que l'entreprise refuse à ce jour.

A l’initiative d’organisations de Guyane et de métropole, la Jeunesse Autochtone de Guyane, le Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques, le Groupe National de Surveillance des Arbres, l’Association Nationale pour la Biodiversité, l’Observatoire terre-monde et la Fondation Danielle Mitterrand, plus de 170 personnalités et organisations signent une tribune de soutien pour demander de suspendre les travaux de la Centrale Électrique de l’Ouest Guyanais

NA’NA MONTO NOLO MAN – NOUS SOMMES ENCORE VIVANTS !

M. Le Président, la transition énergétique ne se fera ni en niant nos droits en tant que peuples autochtones, ni en saccageant la forêt amazonienne
https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/12/31/en-guyane-la-transition-energetique-ne-se-fera-pas-en-niant-les-droits-des-peuples-autochtones-et-en-saccageant-la-foret-amazonienne_6156169_3232.html  

En Guyane française, sur les terres ancestrales du peuple Kali’na, le fonds d’investissement Meridiam a commencé à raser une parcelle de 78 hectares de forêt amazonienne pour y installer… des panneaux solaires. Le peuple Kali’na du village Prospérité qui a vu ses terres volées par les colons européens il y a plusieurs siècles voit donc aujourd’hui un projet industriel s’installer sur son territoire de vie.

Le projet de Centrale Électrique de l’Ouest Guyanais (CEOG) qui mêle du solaire photovoltaïque et une unité de stockage sous forme d’hydrogène, est présenté comme étant exemplaire sur le plan social et environnemental.

Pourtant, ce projet et son implantation dérogent à notre droit à disposer de nos terres : alors que nous attendons depuis 30 ans que l’État nous confie ce terrain au titre des « zones de droit d’usage collectif », la société HDF Energy a obtenu en moins d’un an l’autorisation pour y implanter la centrale électrique sans concertation réelle avec les habitants. Ce projet déroge également à notre droit au consentement préalable, libre et éclairé, également protégé par le droit constitutionnel à l’information et à la participation du public.  Documents non traduits, pressions fortes et répétées exercées sur le chef du village pour qu’il accepte le projet contre des compensations financières, autant de méthodes éprouvées qui s’inscrivent dans la longue histoire coloniale de la Guyane depuis le 17ème siècle : spoliation des terres, extermination des Amérindiens, déportation d’esclaves, plantations coloniales, colonies pénitentiaires extraction minière, implantations industrielles en Amazonie. Le déni des peuples autochtones en demeure, encore aujourd’hui, l’une des expressions les plus symptomatiques. L’Etat et l’industriel font en effet preuve d’une obstination sourde et désormais brutale face aux demandes de longue date de déplacement du projet industriel CEOG, comme en témoigne l’arrestation violente du chef du village ainsi que de plusieurs habitants suite à une journée de mobilisation pacifiste pour contester la poursuite du chantier.

Sur le plan environnemental, la zone d’emprise de la centrale se trouve au sein d’une zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), au sein du Parc naturel régional de Guyane. Le diagnostic visant à détailler la biodiversité présente sur le terrain réalisé par le bureau d’études Biotope pour l’entreprise, comporte de sérieuses lacunes de l’avis même des naturalistes1 qui l’ont effectué sur un temps trop court et dans des conditions météorologiques défavorables. Malgré cette étude incomplète, 33 espèces protégées y sont clairement identifiées et sont directement menacées par la mise en œuvre du projet de centrale. Les cours d’eau du secteur en seulement quelques jours de travaux sont quant à eux tous pollués et un mammifère protégé et très rare, l’Opossum aquatique est en passe de disparaitre. Or, l’entreprise ne dispose pas des dérogations nécessaires pour continuer son projet en toute légalité. Une plainte pénale a, d’ailleurs, été déposée auprès du procureur de la République de Cayenne le 25 novembre dernier par l’association du village amérindien et l’Association Nationale pour la Biodiversité.
Mais ce sont aussi les intérêts politiques et économiques des financeurs de ce projet « écologique » qui nous interrogent, M. le Président… La société HDF Energy, porteuse du projet, est une start-up financée par le plan de transition énergétique fléché sur l’hydrogène. Elle s’appuie sur le fonds d’investissement Meridiam qui finance 60% de cette centrale. Le fondateur de ce fonds, Thierry Déau, a notamment participé au financement de votre campagne présidentielle et a obtenu de nombreux contrats pour réaliser des projets industriels en Afrique (autoroutes au Kenya, aéroport à Madagascar et au Burkina Faso, terminal à conteneurs en Mauritanie et au Gabon). La nature de ce montage peut légitimement nous interroger : qui porte cette transition ? Avec quelle cohérence et dans quel but ?

Nous gardons à l’esprit qu’un fonds d’investissement, avant de faire de l’électricité, cherche à faire du profit. Au risque que ce que vous appelez « transition énergétique » ne devienne qu’un nouvel asservissement des peuples et des milieux naturels.

Nous, peuple Kali’na, peuples autochtones de Guyane, associations de protection de la nature, associations pour les Droits des peuples premiers, chercheurs, anthropologues, juristes, naturalistes, artistes, élus, interpellons donc les représentants de l’Etat français quant à leurs responsabilités à faire cesser les humiliations envers le peuple kali’na et à réaffirmer l’engagement de la France pour le respect des droits des premières nations.

Nous tenons à rappeler que malgré l’absence de ratification par la France de la Convention 169 de l’organisation internationale du travail (OIT) relative aux peuples indigènes et tribaux de 1989, l’Etat s’est engagé à en respecter et en appliquer les principes dans le respect de notre Constitution.

Nous vous demandons de suspendre immédiatement les travaux de la CEOG en Guyane et de garantir localement la reprise des discussions quant au déplacement de ce projet. Il n’est pas possible d’imposer des « grands projets », fussent-ils au nom de la transition énergétique, sans que le code de l’environnement ne soit respecté et sans la volonté éclairée des habitant.es, surtout en territoire marqué durablement par la colonisation.
https://fondationdaniellemitterrand.org/tribune-de-soutien-au-village-prosperite-en-guyane/  

En Amazonie française, une zad contre une mégacentrale électrique
https://reporterre.net/En-Guyane-une-minizad-contre-une-megacentrale-electrique  

Communiqué de CEOG
https://www.ceog.fr  

Vœux d'Emmanuel Macron pour 2023 : cette phrase sur la crise climatique qui ne passe pas...
https://www.ladepeche.fr/2023/01/02/voeux-demmanuel-macron-pour-2023-cette-phrase-sur-la-crise-climatique-qui-ne-passe-pas-10900071.php  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à petitions@elysee.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Suspendre les travaux de la CEOG
  • Message : Monsieur Le Président,
    Depuis 30 ans le GIEC annonce des catastrophes climatiques prévisibles.
    La transition énergétique ne se fera ni en niant les droits des peuples autochtones, ni en saccageant la forêt amazonienne. Je vous demande de suspendre immédiatement les travaux de la CEOG en Guyane et de garantir localement la reprise des discussions quant au déplacement de ce projet. Il n’est pas possible d’imposer des « grands projets », fussent-ils au nom de la transition énergétique, sans que le code de l’environnement ne soit respecté et sans la volonté éclairée des habitants, surtout en territoire marqué durablement par la colonisation.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

6 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

La France inclut la Guyane, que nous sachions!
Les associations et les citoyens guyanais sont les premiers à savoir qu'ils n'ont pas besoin d'une centrale électrique, pourquoi vouloir brancher des prises électriques dans l'arrière train des animaux sauvages?
Qu'est ce qu'un fond d'investissement? Des bâfreurs qui veulent encore s'en enfiler dans le goulot? Les autochtones sont les seuls à savoir ce qu'il ne faut pas faire. Cela fait des siècles qu'on essaie de leur enfiler des jeans et de les coiffer de casquettes Nike. Ca suffit.
Les promoteurs de CEOG vont tenter de leur graisser la patte avec des bitcoin!
Que les industriels arrêtent de torchonner leurs terres, de convoiter les lieux, ils n'ont rien à faire ici, tout le monde sait ce qu'ils font ailleurs en Afrique. Ca ne fait rire personne de savoir que l'opossum aquatique va crever de pollution et que les réels propriétaires vont être privés de leurs forêts.
" Ah! la Guyane n'est pas une île?"
Aïchat Nussy

Colette Nusbaum Vallet
09/01/2023 - 15:21:19

donnez leur des PV, qu'ils s'en servent pour faire des toitures, ça évitera de raser la forêt!

claude wanecque
05/01/2023 - 12:09:47

Nous savons tous qui est Macron..... et la macronie QUI L'ontFAIT SORTIR DE leurs CHAPEAUx ET QUI L'ONt FINANCÉ ...il dit une chose et fait son contaire je soutiens tous les peuples indigenes .... leurs disparitions scelera aussi la notre!

NOEL HOLZER
04/01/2023 - 18:38:08

Il serait désastreux que la Guyane ne finisse par ressembler au Brésil que nous avons connu sous Bolsonaro en étant soumise à une politique de "république bananière" associant corruption, déni des droits des peuples autochtones et saccage de l'environnement.
Si l'étude d'impact environnemental n'a pas été réalisée dans de bonnes conditions et a donc été bâclée, d'après les naturalistes eux-mêmes, les opposants au projet ont tout de même levé un gros "loup" (canis lupus scandalus) : l'implication du fonds d'investissement Meridiam, dont le fondateur a financé la campagne électorale de Macron. De là, à penser que...

Frawald
04/01/2023 - 08:25:19

Emouvant!

Mary Jean-Claude
03/01/2023 - 18:03:15

les gens sont incohérents: ils ne veulent pas :
baisser leur confort (au contraire toujours plus de chauffage, de clim..), mais:
ils ne veulent pas de centrales nucléaires sauf chez les autres
ils ne veulent pas de photovoltaique sauf chez le voisin
ils ne veulent pas de barrage sauf ailleurs
ils ne veulent pas d'éoliennes sauf en mer
ils ne veulent pas de centrale électrique non plus...

denis duron
03/01/2023 - 15:34:50

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !