actualité écologie

OPÉRATION

La Terre vue depuis l’espace

Ne laissez pas vos appareils en veille

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

AG Cyberacteurs

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Journal des Bonnes Nouvelles

image vide cyberacteurs
image vide



Cyberaction N° 089L: Sauvons les sources de Fontfroide

Les sources de Fontfroide alimentent en eau potable environ 5000 personnes regroupées dans les communes d' Herbeys, Brié et Angonnes, Poisat, Venon et Saint-Martin d'Uriage. Ces sources sont aujourd'hui menacées par un énorme chantier d'installation de canons à neige en complète illégalité sur la commune de Chamrousse.

[ 4 496 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 08 décembre 2017

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Préfet de l'Isère
En soutien à Association de Sauvegarde des Eaux de Casserousse

Plus d'infos

Association de Sauvegarde des Eaux de Casserousse
Monsieur le Préfet de l’Isère,
Nous ne sommes pas disposés à exposer notre santé, ni celle de nos enfants, ni celle des personnes les plus vulnérables !
Les sources de Fontfroide alimentent en eau potable environ 5000 personnes regroupées dans les communes d' Herbeys, Brié et Angonnes, Poisat, Venon et Saint-Martin d'Uriage.
Ces sources ont fait l'objet d'une Déclaration d'Utilité Publique par l'arrêté préfectoral 95-551 du 6 février 1995.

La Préfecture de l'Isère, sensible à l'importance de la ressource en eau, indique sur son site internet :
’’L'Eau est un bien d'intérêt général et constitue le patrimoine commun de la Nation. Il s'agit d'une ressource rare qui nécessite une gestion complexe pour la conserver et la protéger.’’
L'article L 211-1 du Code de l'Environnement indique dans son introduction en II que "si la gestion de la ressource doit permettre de satisfaire les exigences de diverses activités telles le tourisme ou les loisirs, la gestion équilibrée doit permettre en priorité de satisfaire les exigences de la santé, de la salubrité publique, de la sécurité civile et de l'alimentation en eau potable de la population"
L’article 7 de la DUP 95-551 permet d'assurer cette priorité en définissant une série d’interdits, notamment à l'intérieur du Périmètre de Protection Rapprochée des sources.

Confiant dans l'Etat de droit, les populations concernées ont cru que, fort de cette DUP, leurs ressources en eau potable seraient protégées. Elles ont malheureusement appris à leurs dépens, sans information préalable, en juillet 2016, qu'il n'en était rien.

Les eaux de Fontfroide sont désormais, en l'état, impropres à la consommation humaine. Elles nécessitent actuellement une surveillance assidue et un traitement au chlore afin de les rendre potables.

L'Association pour la Sauvegarde des Eaux de Casserousse, l'ASEC, a été créée suite au non-respect de cette DUP et de ses conséquences sur la détérioration d'une ressource en eau potable.

Concernant la restructuration de la piste de Casserousse.
L'ARS de l'Isère, par un courrier en date du 11 mars 2015 indiquait à la mairie de Chamrousse que sous réserve de respecter l'arrêté préfectoral de DUP 95-551, elle émettait un avis favorable au projet de réaménagement de la piste de Casserousse. On peut toutefois s'étonner qu'un avis favorable puisse être donné à un projet qui va se dérouler en totalité dans les périmètres de protection des sources et en grande partie dans le périmètre de protection rapprochée.
Le service environnement de la Direction Départementale des Territoires, par l'arrêté 38-2015-299 DDTSE01, autorisait le défrichement, entre autres, dans les parcelles 34, 36 et 41. Ces parcelles sont explicitement incluses dans le périmètre de protection rapprochée des sources de Fontfroide alors que conformément à l'article 7 de la DUP 95-551 toute coupe à blanc y est interdite.
L'ASEC a eu l'occasion de vous adresser plusieurs courriers à ce sujet, restés jusqu'à présent sans réponse !

Concernant le nouveau projet de requalification urbaine et de développement économique du pôle touristique dans le secteur du Recoin 1650, soumis à l'enquête publique du 12 juin au 13 juillet 2017
La Préfecture avait autorisé la création d'une retenue destinée à l'élaboration de neige de culture par son arrêté 2009-02074.
Cette retenue dénommée "la Grenouillère" prévoyait le captage de l'eau du ruisseau des Biolles et une prise d'eau sur le ruisseau du Vernon. Cette réserve d'eau est connectée au réservoir des Vallons. Elle fournit donc une partie de l'eau destinée à l'enneigement de la piste de Casserousse qui traverse les périmètres de protection des sources de Fontfroide.

Suite à l'important épisode de pollution des sources de Fontfroide survenu en juillet 2016, l'ARS a mandaté un Hydrogéologue agréé qui a rendu un rapport définitif en décembre 2016. Ce rapport est reproduit dans l'annexe 2 du rapport d'enquête d'utilité publique de ce nouveau projet. On trouvera donc en page 11/74 le point 5.3.4 qui indique explicitement à propos du bassin de la Grenouillère que :
Tout rejet d’eau pluviale y sera interdit !

Or, dans cette annexe 2 de l'enquête d'utilité publique, nous avons été très surpris de trouver, dans le rapport de SETIS, repris en page 16/74, un plan du réseau actuel des eaux pluviales qui montre que la Grenouillère collecte déjà des eaux pluviales (non explicitement prévue dans l'arrêté 2009-02074). Par conséquent le nouveau projet, si vous l'approuvez en l'état, ne respecte pas cette recommandation de l'Hydrogéologue et permet l'utilisation d'une eau impropre à la consommation humaine pour l'enneigement des pistes. En particulier la piste de Casserousse située en amont des sources de Fontfroide, qui surplombe et traverse les périmètres de protection.
Monsieur le Préfet, la fonte d'une neige de culture de mauvaise qualité microbiologique est de nature à impacter la qualité sanitaire de l'eau destinée à la consommation humaine !

Monsieur le Préfet, depuis la création de l’ASEC, la demande de ses adhérents et de ses sympathisants est claire et précise. Nous demandons que les objectifs ci-dessous revendiqués par l’ensemble de ces personnes soient respectés !
Zéro chlore dans l’eau de notre robinet
Zéro additif dans l’eau de notre robinet
Retrouver et pérenniser l'eau de source pure et cristalline telle qu’elle était avant les travaux de 2016.
L'utilisation d'une eau impropre à la consommation humaine provenant de la retenue de la Grenouillère, même qualifiée de façon surprenante "d'eau de baignade" (qualificatif inapproprié et ne répondant à aucune norme), ne peut pas être tolérée pour la fabrication de neige de culture. Celle-ci répandue en amont et dans le Périmètre de Protection des captages de Fontfroide destinés à l'alimentation en eau potable, présente un risque sanitaire pour les 5000 personnes qui en dépendent.
Nous demandons que les Lois de la République et les arrêtés, préfectoraux et municipaux, soient respectés par tous, y compris par la Préfecture de l'Isère. Respecter la Loi sur l'Eau, respecter la DUP 95-551, respecter l'arrêté préfectoral 2009-02074, voire respecter les arrêtés municipaux 15-083 et 15-084 qui demandaient également le respect de la DUP 95-551!
Monsieur le Préfet de l'Isère, l’ASEC avec tous ses adhérents et tous ses sympathisants, souhaite une action forte et déterminante de votre part pour :
Faire respecter la DUP de 1995, qui interdit, dans le Périmètre de Protection Rapprochée : « tout fait susceptible de porter atteinte, directement ou indirectement, à la qualité de l'eau ».
Appliquer l'article L 211-1 du Code de l'Environnement qui demande en priorité de satisfaire les exigences de la santé, de la salubrité publique, de la sécurité civile et de l'alimentation en eau potable de la population.
Suivre les recommandations du rapport de décembre 2016 de l'Hydrogéologue agréé quant à l'interdiction de rejet d’eaux pluviales dans le bassin de la Grenouillère.
Suivre les recommandations du rapport de 2008 de l'AFSSET ( Agence Française de Sécurité Sanitaire de l'Environnement et du Travail ) ‘’considérant la vulnérabilité aux pollutions des aquifères et des captages d’eau potable en zone de montagne, notamment ceux localisés au sein des domaines skiables voire à proximité immédiate des pistes, les experts mentionnent que la fonte d’une neige de culture de mauvaise qualité microbiologique peut impacter la qualité sanitaire de l’eau destinée à la production d’eau de consommation humaine’’

En conséquence, et compte tenu des nombreuses infractions relevées, nous exigeons
L'interdiction de toute neige de culture dans les Périmètres de Protection Rapprochée et Eloignée (PPR et PPE) des sources de Fontfroide, qu'elle soit produite sur place ou transportée par tout engin.

Et pour ce faire :
Nous exigeons la suppression de tous les canons à neige compris dans les Périmètres de Protection, tant Rapprochée qu'Eloignée, des sources de Fontfroide, et l'interdiction du transport de toute neige artificielle dans ces périmètres.
Nous avons une connaissance précise du dossier, et des multiples anomalies qu’il recèle. L’ASEC ne s’interdira aucune voie de recours, persuadée de son bon droit et de la pleine légitimité de notre initiative citoyenne.

Nous vous prions Monsieur le Préfet de l’Isère, de croire en l'expression de notre très respectueuse considération.
Le Bureau de l’ASEC

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à ddpp-ic@isere.gouv.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Protection des sources de Fontfroide
  • Message : Monsieur le Préfet,
    Compte tenu des nombreuses infractions relevées par l'ASEC, j'exige
    * l'interdiction de toute neige de culture dans les Périmètres de Protection Rapprochée et Eloignée (PPR et PPE) des sources de Fontfroide, qu'elle soit produite sur place ou transportée par tout engin.
    * Et pour ce faire , la suppression de tous les canons à neige compris dans les Périmètres de Protection, tant Rapprochée qu'Eloignée, des sources de Fontfroide,
    * et l'interdiction du transport de toute neige artificielle dans ces périmètres.
    Dans cette attente, veuillez croire en ma vigilance sur vos décisions.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

39 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

Encore un projet complètement inutile et catastrophique. L'eau pour être transformée en neige est souillée par une bactérie le Snomax, La bactérie n’est plus vivante, mais elle sert de nourriture à d’autres bactéries pathogènes, qui peuvent se multiplier(Carmen de Jong professeure en hydrologie à l’Université de Strasbourg)
Et les inconvénients environnementaux sont catastrophiques : atteintes au paysage avec des bassins de stockage de plusieurs centaines de milliers de mètres cubes, appauvrissement des ressources en eau, impacts sur le milieu.
À Avoriaz par exemple, sur une saison entre 450 et 500.000 kWh sont consommés pour la production de neige.
On va dans le mur , allons-y tête baissée !

un anonyme
15/02/2018 - 21:55:57

A quand la protection de la nature sera privilégiée vis à vis du marché de la distraction ?

FLORA CARRE
20/12/2017 - 00:25:18

Encore un abus de pouvoir avec un non respect des conventions établies précédemment.

Jean Giner
18/12/2017 - 19:46:11

Irrespect,utiliser de l'eau est un non sens et tt ça pour que certains puissent s'adonner à ce loisir qu'est le ski!!!!

Christiane Huard
17/12/2017 - 12:09:51

Les canons à neige, c'est de l'aberration, on marche sur la tête !

chritiane patey
15/12/2017 - 17:10:42

J'ai signé la cyberaction parce que le texte du message est bon, par contre il y a un point sur lequel les infos données par l'ASEC sont assez imprécises.

"Suite à l'important épisode de pollution des sources de Fontfroide survenu en juillet 2016, l'ARS a mandaté un Hydrogéologue agréé qui a rendu un rapport définitif en décembre 2016. Ce rapport est reproduit dans l'annexe 2 du rapport d'enquête d'utilité publique de ce nouveau projet. On trouvera donc en page 11/74 le point 5.3.4 qui indique explicitement à propos du bassin de la Grenouillère que :
Tout rejet d’eau pluviale y sera interdit !

Or, dans cette annexe 2 de l'enquête d'utilité publique, nous avons été très surpris de trouver, dans le rapport de SETIS, repris en page 16/74, un plan du réseau actuel des eaux pluviales qui montre que la Grenouillère collecte déjà des eaux pluviales (non explicitement prévue dans l'arrêté 2009-02074)."

Il est normal (et même rassurant ...) qu'il y ait un réseau d'eaux pluviales (EP) sur le secteur pour éviter les rejets d'eaux pluviales et leur infiltration dans le périmètre de captage. Ce qui n'est pas clair, c'est si la collecte des EP s'arrête avec traitement pour les canons à neige à la Grenouillère, ou si elle part de la Grenouillère vers l'extérieur du périmètre de captage ...

Léonard M.
15/12/2017 - 12:35:54

L'or blanc manifeste de m Vauqiez si je ne me trompe les conséquences il verra après comme dhab

un anonyme
14/12/2017 - 09:55:35

L'eau, source de vie pour tous, est souillée, contaminée, polluée impunément avec la bénédiction et l'aval de ceux qui sont à l'origine des textes censés la protéger!
Jusqu'où irons-nous dans la connerie!!!

Raymond BONIFACE
11/12/2017 - 10:33:19

La terre se réchauffe et les sources s'épuisent ! Encore une fois de plus, ou est la cohérence dans ce nouveau projet aberrent ? Tout ça pour quelques skieurs et pour une industrie du loisirs qui se moquent du devenir de notre terre-mère.

Gaëlle Bazin
11/12/2017 - 09:33:52

Chamrousse fait partie des stations de moyenne monagne condamnée à moyen terme comme Méaudre Villard de Lans etc....

CYRIL DURDUX
11/12/2017 - 09:09:50

Un petit mot pour féliciter et encourager ces bénévoles anonymes d'associations qui, partout en France, décryptent ces rapports et enquêtes et diagnostics permettant de mettre au jour les compromissions de notre administration publique.
Merci à eux.

un anonyme
10/12/2017 - 17:42:12

S'il n'y a plus de neige c'est peut-être à cause du réchauffement climatique. Et comme de toute façon au bout de deux ans il n'y aura plus d'eau dans la source puisque plus de neige, qu'espèrent ces gens là. Ils gèrent des millions d'euros mais n'ont qu'une piètre anticipation des événements.

Christian Perez-Gil
09/12/2017 - 18:52:50

Alors que certaines communes manquent d'eau, c'est un comble!
Priorité aux indigènes qui vivent au pays.

jacques Pelloux-Prayer
09/12/2017 - 18:12:51

Il faut boire à la source de la Vie!

yves day
09/12/2017 - 17:11:35

L'eau n'est pas faite pour être transformée en neige .tant pis pour les skieurs il y a des choses plus importantes que les loisirs....La neige viendra peut être toute seule ....

Jacky Perrier
09/12/2017 - 14:08:40

Ras le bol de la civilisation des loisirs !

yvette zozzi wyntein
09/12/2017 - 13:51:27

l'eau de la montagne ne doit pas servir à faire de la neige artificielle!

darou
09/12/2017 - 10:47:42

Des villes se sont enrichies grâce aux "sports d'hiver" -pratiques des classes moyennes et supérieures-, grâce à la neige.Elles s'appauvriront
avec le réchauffement qu'elles favorisent avec l'énergie gaspillée des canons à neige.
Personnellement, j'ai pratiqué le ski de randonnée nordique en "tout-terrain"=la liberté. Parfois le "ski de fond" dans les traces.Plaisir de la descente. Mais avant plaisir de la montée avec les bras et les cuisses.Liberté de l'énergie physiologique.
Avec le réchauffement, ce sera de plus en plus difficile. On ne peut tout avoir ! Mais "c'est mal barré et ça va faire mal". luce.roger@bbox.fr.  

Roger LUCE
09/12/2017 - 10:45:22

Avez-vous remarqué qu'il est de plus en plus dans l'air du temps que les puissants s'arrangent, à leur gré, avec les lois, mais que ces mêmes puissants exigent que les plus démunis RESPECTENT LA LOI SANS BRONCHER ?
Comprenne qui pourra... dans un pays où le mot "ÉGALITÉ" est inscrit sur le fronton de nos mairies.

Lilig
09/12/2017 - 01:48:38

Priorité à la qualité de l'eau.

L'exemple ci-dessous est différent, mais reflète le peu de cas fait de la qualité de l'eau du robinet.
Voici:
Lorsque je suis arrivée dans mon village, l'eau était excellente. L'eau potable provenait de sources locales. Les habitants ne payaient qu'une petite somme forfaitaire à l'année, pour l'entretien et la gestion effectués par les communes qui en bénéficiaient.
Puis les normes européennes (ou autres?) sont passées par là.
Les captages et les réseaux ont été modifiés.
Depuis l'eau n'est plus bonne, et est devenue payante au mêtre cube (plus l'assainissement).
La gestion a été confiée à Véolia : un désastre!
Dès que cela fût possible, la mairie a récupéré la gestion...Ouf!
Mais jamais plus nous ne retrouverons l'eau merveilleuse des sources à nos robinets.
Maintenant elle doit passer par des traitements...

D'accord, il y a les stations d'épuration, mais elles n'éliminent pas le chimique (pesticides; médicaments...)
Sans parler du traitement à l'aluminium majoritairement utilisé dans l'hexagone pour rendre sa transparente à l'eau (pas à Paris où un autre procédé est utilisé, sans alu, comme quoi c'est possible!).
En bref, l'eau du robinet est un joyeux cocktail qui nous pourrit la santé. Le trou de la sécu a encore de beaux jours devant lui.
Mais d'après le rapport d'analyse reçu chaque année, tout est dans les normes, alors, nous ne risquons rien!!!! D'ailleurs, qui décide de ces normes? le préfet? (j'ai lu le commentaire de Christiane du Béarn).
Le ministère de la santé ou de l'écologie n'ont t'ils pas leur mot à dire?

Si certains bénéficient encore d'une eau naturelle, il est absolument nécessaire de les défendre afin qu'ils puissent la conserver. Entre le respect de sources et des intérêts quels qu'ils soient, il n'y a pas photo.
Une eau de qualité devrait être ACCESSIBLE A TOUS et une priorité nationale, car la santé de tous est en jeu.
Nous ne devrions pas être contraints à acheter de l'eau en bouteille pour éviter le cocktail détonant contenu dans l'eau du robinet.
A voir les rayons de bouteilles d'eau dans les grandes surfaces, certains se font de l'or avec de l'eau...C'est un comble!

AGNES ANCELOT
08/12/2017 - 23:49:24

J'ai entendu à la radio qu'avec le réchauffement planétaire, toutes les stations de ski s'équipaient de "canons à neige", très grands dévoreurs d'eau. Cela, pour sauver leurs saisons-ski.
Si le réchauffement devient inéluctable, à cause de l'égoïsme, de l'inconscience, de l'obscène titanesque profit pour certains... on doit interdire (en autres) ces canons à eau, au nom de l'Utilité Publique !
" L'Eau est un bien d'intérêt général et constitue le patrimoine commun de la Nation. Il s'agit d'une ressource rare ..."
La création "ski-loisir" de masse n'a pas 1 siècle ...
J'aime l'humour-dérision de Tantvalacruche !

un anonyme
08/12/2017 - 23:09:36

sans eau nous ne vivons plus nos élus s'en foutent apparemment puisqu'ils ne font rien pour sauver cette eau
et vous n'êtes pas un cas isolé puisqu'en Alsace ils prennent le risque de polluer une des plus riches nappe phréatique d'Europe
et tout ça au profit de quelques uns ........

grenouille
08/12/2017 - 21:11:35

Les skieurs pourraient-ielles avoir la courtoisie de patienter humblement jusqu'à la prochain glaciation ? Merci d'avance.

tantvalacruche
08/12/2017 - 20:31:28

Messieurs dames les décideurs, qu'êtes vous en train de faire? Il y a depuis un moment une espèce de ruée folle pour finir de saccager les derniers endroits de nature ou de ressource qui restent encore. Détruire les sources d'eau potable pour faire de la neige artificielle polluée de produits chimiques? Vous n'avez plus votre bon sens, s'il vous plait revenez à la raison très rapidement.

Paul
08/12/2017 - 20:15:39

Merci M WAuqiez qui accorde des subventions mirifiques pour l'installation des canons à neige.Qui ne serviront bientôt plus a rien avec le réchauffement climatique.
Stupid boy!!

Jean-Yves BARBIER
08/12/2017 - 19:44:41

Arrêtons les artifices neigeux pour des loisirs futiles qui fondent comme neige au soleil au détriment des Êtres Humains Locaux. Ľ EAU est le bien de Toutes et Tous, les lobbys Financiers n'ont aucun droit de se privatiser du Bien/EAU Universel ....

Louis Schiltz
08/12/2017 - 18:46:47

mais où est passée l'éthique? le profit va t il continuer à tout prervertir?

DENIS
08/12/2017 - 18:43:16

Laissons toute sa place à la nature !

Clo MARTEL
08/12/2017 - 18:42:10

BONSOIR,

Mes sources de Fondfroide à moi, se situent dans le village de fondfroide dans l'Aude.
Elles sont abandonnées après avoir été utilisées et même vendues en bouteilles.
Le monde manque d'eau mais tout est gaché par les pesticides et les industries des caves coopératives.

Georges Doussiet
08/12/2017 - 18:34:01

Peut-on avoir connaissance des produits chimiques utilisés et additionnés à l'eau des canons à neige? c'est à dire ce qui se retrouve dans l'eau du robinet en définitive... le préfet doit le savoir certainement
Cordialement

m6g6f
08/12/2017 - 18:08:41

Canons a neige STOP ! Il ne faut pas toucher aux sources de Fontfroide Il faut respecter les périmétres de sécurité La consommation de plus de 5 000 Habitants en eau potable des sources de Fontfroide doit étre garantie avant tout !

Henri BIRON Président d'honneur de la FRAPNA Isére

BIRON Henri
08/12/2017 - 17:46:54

DÉTRUIRE LA PLANÉTTE ENCORE ET ENCORE . QUAND C'EST PAS LES TERRE AGRICOLE C'EST L' EAU

un anonyme
08/12/2017 - 17:40:26

L'eau est un bien précieux. Protégeons sa qualité afin que nous puissions tous en bénéficier encore longtemps.

anne kraft
08/12/2017 - 17:09:51

D'aberration en non sens et de stupidité en ineptie , l'humanité n'est pas à court d'idées pour s'autodétruire . Quoi d'autre que l' argent , l'avidité , le profit à tout prix peuvent rendre idiot à ce point ? Mon constat , quand je regarde autour de moi , c'est que plus on a de fric plus on est c.........ouillon !

padupe
08/12/2017 - 16:36:40

Quel désastre écologique que cette "mode" des canons à neige .L'homme pour des bénéfices financiers ne respecte plus le cycle naturel!

André Ferruit
08/12/2017 - 16:30:52

le ski de piste reste encore générateur d'activités économiques mais, depuis le changement climatique cela devient énergivore et excessivement coûteux pour la collectivité, et in fine pour nous tous

annie pinatel
08/12/2017 - 16:24:39

Le pognon, toujours le pognon, ça passe toujours avant tout.

alan.bennett@free.fr
08/12/2017 - 16:06:11

Andoins, Ouillon, Ousse , dans tous les villages de ce coin du Béarn l'eau d'adduction dépasse de 6 fois les normes européennes, elle est empoisonnée par les pesticides des maïsculteurs . Le préfet pour éviter que les consommateurs fassent appel au tribunal administratif a pris un arrêté modifiant les normes admises soit disant la pollution reste en deçà des risques et n'est pas dangereuse pour la santé!!! mais lui et sa famille ne sont pas concernés. Quand on est malade il me semble qu'on ne dénonce pas le thermomètre comme fautif. En béarn oui. Alors bon courage pour sauver le peu d'eau potable qui reste

christiane
08/12/2017 - 15:31:38

Scandale : PRIORITE AUX USAGES DOMESTIQUES, l'eau n'est pas un JOUET...

Bernard Pothier
08/12/2017 - 15:11:52

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !