actualité écologie

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Electricité 100% renouvelable ?

27 mai : Les cobayes lancent l'alerte

Ne laissez pas vos appareils en veille

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

AG Cyberacteurs

Journal des Bonnes Nouvelles

Soutien permanent aux paysans de NDDL

OPÉRATION

image vide cyberacteurs
image vide



Cyberaction : Refusez de cracher au bassinet

Quatre enquêtes publiques ont déjà eu lieu pour un programme de 41 retenues dans le bassin du Clain et quatre arrêtés préfectoraux les ont autorisées.
Dans le cadre de ces procédures, pas un seul débat en présence du porteur de projet n’a été organisé.
Rien n’a été fait pour informer le public des enjeux vitaux de santé publique et de préservation de la ressource en eau. Ces enjeux politiques ont été noyés dans des dossiers rendus illisibles par la masse des données techniques.

[ 3 267 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 12 mars 2018

Proposée par Cyberacteurs
En soutien à ADEMA, Alternatiba Poitiers, Vienne Nature, Attac 86, Vivrenclain, Espri’ Kolibri Châtellerault, Points de vue citoyens, ACEVE, Confédération Paysanne, Les Amis de la Pallu, Les Amis de la Terre, l'APIEEE, Terre de Liens.


Elle prendra fin le : 12 juin 2018

Plus d'infos

basines non merciLes avis défavorables de l’Agence Régionale de Santé et d'Eaux de Vienne, producteur d'eau potable, n’ont pas été joints aux dossiers.
L’ampleur du projet a été camouflée par un découpage en cinq tranches.
Le débat public n’a pas eu lieu. Sans lui, aucune décision n’est légitime.
Financé à 70 % par l’argent public, le programme des 41 retenues tourne le dos à l’intérêt public en ne visant ni à reconquérir la qualité de l'eau, ni à l'économiser.  
Il encouragerait le développement de pratiques d’agriculture intensive à base de productions gourmandes en eau et en intrants chimiques. Ce serait un véritable déni des enjeux de santé publique alors que les nitrates et pesticides présents dans l’eau menacent notre alimentation en eau potable.
Les 190 bénéficiaires des retenues pomperaient préventivement dans les nappes en hiver un volume au moins équivalent à ce qu'ils prélèvent d'habitude en été. Quelle que soit la pénurie, ils espèrent pouvoir ainsi continuer d'arroser en été. Ce projet dissimule mal leur refus de toute économie d’eau sur l’année. Il maintiendrait le déséquilibre actuel entre ressource disponible et consommation qui met en danger les milieux aquatiques et compromet l’alimentation en eau potable – déséquilibre que cherchent pourtant à résorber les politiques publiques.
Ce projet aboutirait à la privatisation d’un bien commun, l'eau, que le changement climatique rend d’autant plus précieux. Tout projet de gestion de l’eau financé par l’argent public doit bénéficier d’une gestion publique et garantir la qualité du bien commun qu'est l'eau, l'égalité des citoyens devant la pénurie qui s’annonce, et notamment un droit égal d’accès à l’eau pour tous les agriculteurs.
Les soussignés ne s’opposent pas à des installations de stockage de l’eau qui, après une large concertation entre tous les acteurs et usagers de l’eau, répondraient ponctuellement à d’éventuels besoins d’irrigation spécifiques.
Mais ils affirment que toute opération de stockage doit s'intégrer dans un projet de territoire visant la reconquête de la qualité de l’eau et l’arrêt de sa surexploitation. Ce projet doit se donner des objectifs quantifiés et des échéances précises pour diminuer les apports en nitrates et abandonner les pesticides. Il doit programmer un changement de système agricole dans toutes les aires d’alimentation de forages et captages d’eau potable.

Sauvons notre eau, notre santé et nos euros
Non aux bassines
Oui à un changement de modèle agricole

le PDF est visible à l'adresse : https://www.cyberacteurs.org/pdf/tract-bassines_79.pdf    

Levée de boucliers à Migné-Auxances contre le projet de construction de bassines
Plus de 500 opposants à la construction de bassines ont manifesté ce dimanche à Migné-Auxances dans la Vienne. Ils ont marché jusqu'à Cissé pour protester contre un projet de construction d'une quarantaine de nouvelles réserves de substitution sur le bassin du Clain.
https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/vienne/poitiers/levee-boucliers-migne-auxances-contre-projet-constructions-bassines-1442519.html  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à contact@eau-loire-bretagne.fr | alain.rousset@nouvelle-aquitaine.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Refusez de cracher au bassinet
  • Message : Madame la Présidente de l'Agence de l'eau,
    Monsieur le Président du Conseil Régional

    Je vous demande de ne pas financer les programmes des retenues d'eau et de consacrer en priorité vos moyens à des actions pour améliorer la qualité de l'eau et économiser la ressource.
    Attentif à vos décisions, je vous prie d'agréer mes salutations citoyennes.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

31 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

Irrigation : avis défavorable pour les retenues de substitution sur la Boutonne en Charente-Maritime
https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/charente-maritime/la-rochelle/irrigation-avis-defavorable-bassines-charente-maritime-1476633.html  

Alain UGUEN
21/05/2018 - 19:13:34

La préservation de l'eau est vitale, elle nous concerne tous, y compris les élus, qui comme nous, en ont besoin. Aucune concession ne devrait être faite pour en préserver la qualité.

Nathalie Renault Gloppe
22/03/2018 - 21:52:20

Encore un projet non réfléchi sur les autres possibilités et notamment la plus importante, un changement de modèle agricole, un changement de mode de production, un changement de mode de vie

un anonyme
21/03/2018 - 09:43:56

il est plus claor que jamais que les gouvernements NÉOLIBÉRAUX OU PSEUDO SOCIALISTES S EN FICHENT DE LA DSANTÉ PUBLIQUE

roselis batista Ralle
20/03/2018 - 22:45:28

L'eau n'appartient ni aux administrations ni aux agriculteurs ni aux entreprises, nous sommes tous concernés?

Chabin Chantal
20/03/2018 - 21:42:42

pas informé puisque pas au courant ... Elles serviront à qui et pourquoi ces "bassines " ?

Payrebesse A
20/03/2018 - 18:40:24

https://www.youtube.com/watch?v=PS23JKJScmg&feature=youtu.be   SUR FR3

une carte postale de dimanche....

MARY 79
19/03/2018 - 19:02:09

Levée de boucliers à Migné-Auxances contre le projet de construction de bassines
Plus de 500 opposants à la construction de bassines ont manifesté ce dimanche à Migné-Auxances dans la Vienne. Ils ont marché jusqu'à Cissé pour protester contre un projet de construction d'une quarantaine de nouvelles réserves de substitution sur le bassin du Clain.
https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/vienne/poitiers/levee-boucliers-migne-auxances-contre-projet-constructions-bassines-1442519.html  

Alain UGUEN
19/03/2018 - 09:17:56

L'eau devrait être entièrement publique et échapper aux convoitises de Véolia, Suez ou Saur; ils se gavent sur notre dos d'usagers, remplissent les poches de leurs actionnaires et comble, ne font pas toujours correctement le travail qui leur est délégué!!! CF "Cash Investigation" d'il y a qques jours...

cactus de plus en plus irrité
16/03/2018 - 15:37:09

ras le bol des irrigants qui monopolisent les aides PAC et celles de l'état!

noel vivion
15/03/2018 - 08:13:54

Hola Annie,
Ce n'est pas de l'eau de pluie...mais principalement des nappes phréatiques.
Les rivières se retrouvent rapidement à sec, car elle sont connectées au nappes supérieures.
PS; L'eau de pluie qui tombe directement dans la bassine, ne compense même pas l'évaporation.

Phil COQ
15/03/2018 - 00:58:23

Alors, rendez-vous le 18 mars, c'est la fête à Migné-Auxances !

Phil COQ
15/03/2018 - 00:53:56

Comme dans beaucoup de domaine, pour aller vite, le gouvernement n'informe personne.c'est une vrai monarchie.

Bernard CHEVRIER
14/03/2018 - 17:00:56

Toute cette eau (même de pluie !) pour juste quelques gros agricultures qui en plus pollue avec les pesticides et les désherbants !!!! L'argent serait mieux placé pour "chercher" de nouvelles cultures peu gourmandes en eau !!!!!

Annie MOYNE
14/03/2018 - 10:02:14

Non au gâchis de l'argent public et à celui de la nature.

Rosemberck Charles
14/03/2018 - 08:33:14

@J-P Reillon: merci de nous sauver de la banqueroute en nous donnant l'idée lumineuse qui va tout changer! Si quelque chose coûte cher et est inutile, supprimons-le. Exemples: la justice coûte cher et ne sert à rien (pas de condamnation des gros bonnets, entassement de personnes en attente de jugement ou d'inculpation dans les prisons aux frais du contribuable, etc.; supprimons la justice! Les prisons coûtent cher et ne servent à rien (les mêmes en sortent et recommencent ou font pire); supprimons les prisons. L’État coûte cher et ne sert à rien (des PDG font mieux avec moins); supprimons l’État. Etc. Vraiment, qu'est-ce qu'on irait mieux en suivant ce conseil si simple!

Philippe LEBOURG
13/03/2018 - 20:49:30

gardons l'eau des nappes qui est la plus potable pour les humain et non pour le mais
il faut changer les modes de culture

didier
13/03/2018 - 20:15:43

Scandaleux!

Pierre Caillou
13/03/2018 - 18:22:58


Vouloir pomper dans les nappes est effectivement la confirmation de ce que cette agriculture prévoit de consommer plus d'eau que la pluie ne va en fournir pour ses besoins.
Autrement dit, plutôt que de courir un risque financier individuel, ces accapareurs font augmenter le risque de manque d'eau collectif, mais avec les bénéfices à leur seul profit.

Hervé Autret
13/03/2018 - 17:40:39

Raser les bocages, épuiser les nappes phréatiques à leur seul profit, polluer les sols et les eaux et s'imaginer que c'est nécessaire pour nourrir le monde... ces céréaliers soutenus par le syndicat hégémonique, sont décidément détestables.

Daniel DANIEL
13/03/2018 - 15:01:09

Nous savons tous que nous allons droit dans le mur. Chirac lui-même l'avait dit (qu'a-t-il fait pour autant ?!)
Nous savons tous que l'eau potable devient un grave enjeu. Nous savons tous que l'agriculture est un véritable fléau dans ce domaine. Allons-nous longtemps supporter les diktats des pollueurs. Faudra-t-il ressortir les fourches? Elles ne sont plus utilisées par les agriculteurs, elles sont donc disponibles !!!

Marie CLAUX
13/03/2018 - 14:53:28

Le MaIs est un soiffard !

Le Sorgho lui est sobre et peut le remplacer. Reconversion et changement de paradigme, inventivité !

Renémo
13/03/2018 - 12:22:10

on se demande à quoi servent les enquêtes publiques puisqu'il n'en est jamais tenu compte.
même les commissaires enquêteurs ne servent à rien, leur avis défavorable n'est pas reconnu, autant faire des économies en les supprimant.

Jean-Pierre Reillon
13/03/2018 - 11:58:32

L'eau est l'affaire de tous, les décisions la concernant aussi!

farfalle
13/03/2018 - 11:37:53

Je souffre quand je vois les exploiteurs agricoles pomper une eau qui ne leur appartient pas plus qu’à Nous pour arroser leurs cultures plus que médiocres ( pour rester correct !)
Pourquoi la préfecture dit oui ?

Ko
13/03/2018 - 11:31:56

Nous avons un réseau fluvial important, l'eau s'écoule dans les océans, pourquoi ne pas faire des retenues, afin de pouvoir utiliser cette eau dont nous allons avoir besoin ? sans enjeux politiques, et en choisissant des endroits pratiques De toutes façons, il va falloir trouver des solutions...mais surtout qu'elles soient "intelligentes" ça nous changera !

berthine
13/03/2018 - 11:04:30

Ce que je ne comprends pas, c'est le fait que nous avons beaucoup de rivières et fleuves, dont l'eau va dans les océans... Pourquoi ne fait-on pas des retenues de cette eau pour pouvoir l'utiliser en toute tranquillité? de toutes façon, il va falloir trouver des solutions puisqu'on nous allons manquer d'eau, il serait donc temps de nous y mettre ! il est déjà bien tard !

un anonyme
13/03/2018 - 11:01:31

Les "bassines" envahissent nos départements : de l’eau détournée dont l'usage est incontrôlé et en prime des subventions pour leur création (Agence de l'eau, département...)pour produire toujours plus mal, plus dangereux pour la santé publique et pour la terre
Défendons l'agriculture saine, soyons des consommateurs avisés en boycottant les produits de l'agro alimentaire industrielle.

Jean-Claude Rossignol
13/03/2018 - 10:57:22

Avant de créer des Bassines coûteuses à tous, " changeons de paradigme" et favorisons des cultures économes en eau.

bLA
12/03/2018 - 19:08:25

on veut pas de nucléaire,pas d'éolien ,pas de charbon, pas de mazout...il faut bien faire u choix!!!!
moi j'ai choisi:c'est éolien,photovoltaïque et houille blanche.
allez voir au portugal,il y a des barrages partout...

dudu
12/03/2018 - 17:18:00

L'eau est un bien commun, indispensable à tous.

Nicole CREMEL
12/03/2018 - 16:44:09

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !