actualité écologie

Journal des Bonnes Nouvelles

météo

AG Cyberacteurs

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

22 V'là les acteurs des transitions

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Les amis des 150

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Ne laissez pas vos appareils en veille

image vide cyberacteurs
image vide



Cyberaction : RDC : l'urgence d'abroger la censure

L’interdiction de chansons jugées critiques à l’égard des autorités de la République démocratique du Congo (RDC) montre qu’il faut abroger sans attendre les textes de loi relatifs à la censure qui sont utilisés pour limiter la liberté d’expression dans le pays

[ 2 010 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 29 novembre 2021

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Ministre des droits humains de RDC
En soutien à Amnesty International Belgique francophone

Plus d'infos

Le 9 novembre, la Commission Nationale de Censure des Chansons et des Spectacles (CNCCS) de la RDC a interdit la diffusion de sept chansons , avant de lever l’interdiction le lendemain pour celle ayant le plus de succès, « Nini To Sali Te » (« Qu’avons-nous pas fait » en lingala), à la suite du tollé suscité par cette décision. Cependant, l’interdiction s’applique toujours pour les six autres chansons.

« Le recours à la censure pour réprimer la liberté artistique rappelle brusquement que les artistes risquent toujours d’être muselés pour leurs critiques en RDC, a déclaré Flavia Mwangovya, directrice adjointe pour l’Afrique de l’Est, la Corne de l’Afrique et les Grands Lacs à Amnesty International.

Les autorités doivent abroger sans attendre le décret de 1996 qui leur permet d’interdire toute forme d’expression artistique qui n’est pas à leur goût. Elles doivent supprimer immédiatement ce texte de loi problématique et veiller à ce que les artistes puissent exercer leur droit à la liberté d’expression sans ingérence. »
Deux des chansons concernées – « Nini Tosali Te », du groupe Musique Populaire de la Révolution (MPR), et « Lettre à Ya Tshitshi », du musicien Bob Masudi, alias Bob Elvis – critiquent les injustices sociales croissantes en RDC, notamment le chômage, la famine, les homicides de civils et le manque d’accès à l’eau potable et aux soins de santé. Tshitshi est le surnom du père du président Felix Tshisekedi, Étienne Tshisekedi, ancienne figure de l’opposition aujourd’hui décédée, et la chanson déplore le système politique actuel de son fils.

Ces chansons dénoncent également le fait que le gouvernement ne garantisse pas l’exercice des droits humains, et elles accusent d’incompétence et de corruption l’élite politique. La décision de les interdire constitue une violation des obligations de la RDC découlant des normes internationales et régionales, notamment du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples.

« La liberté artistique n’est pas un délit. Les autorités doivent cesser de faire taire les artistes et permettre le plein exercice de la liberté d’expression »
Bien que la ministre de la Justice ait ordonné à la CNCCS d’annuler sa décision pour l’une des chansons à la suite du tollé provoqué, Amnesty International pense que le décret de 1996 sera à nouveau utilisé s’il n’est pas abrogé.
« La liberté artistique n’est pas un délit. Les autorités doivent cesser de faire taire les artistes et permettre le plein exercice de la liberté d’expression », a déclaré Flavia Mwangovya.

Complément d’information

La Commission Nationale de Censure des Chansons et des Spectacles (CNCCS) a interdit la diffusion de sept chansons le 9 novembre. Cette décision a été partiellement annulée, pour l’une des chansons, à la demande de la ministre de la Justice, Rose Mutombo, le 10 novembre.

Le décret de 1996, qui dispose que les contenus doivent être contrôlés par la CNCCS avant toute diffusion d’une chanson auprès du public ou représentation d’un spectacle en public et impose une charge financière considérable aux artistes (jusqu’à 500 dollars par chanson), ne comporte pas de cadre ni de critères bien définis, ne prévoit aucun recours et n’est pas conforme aux normes internationales.

Ce texte est censé servir à veiller à ce que les chansons et spectacles ne soient pas contraires à la loi, ne menacent pas la sécurité, ne troublent pas l’ordre public et ne portent pas atteinte aux bonnes mœurs (sans définition claire), mais il a souvent été utilisé pour étouffer les critiques.

Interpellons le Ministre des droits humains de RDC, M. Albert Fabrice Puela, à l’adresse email : fabricepuela@outlook.com.   ou puelaalbertfabrice@gmail.com.  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à fabricepuela@outlook.com
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : La liberté artistique n’est pas un délit
  • Message : Monsieur le Ministre
    Le recours à la censure pour réprimer la liberté artistique rappelle brusquement que les artistes risquent toujours d’être muselés pour leurs critiques.
    Je vous demande d'abroger sans attendre le décret de 1996 qui permet d’interdire toute forme d’expression artistique qui n’est pas au goût du pouvoir. Vous devez veiller à ce que les artistes puissent exercer leur droit à la liberté d’expression sans ingérence.
    Dans cette attente, veuillez croire en ma vigilance sur votre action.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

24 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

Ce n'est pas nouveau. Le mot démocratique dans la désignation officielle d'un pays sert le plus souvent à dissimuler tout le contraire.

FRANCIS LEGROS
14/05/2022 - 12:46:52

Et en France?

Michel LAVAREC
11/05/2022 - 16:53:57

Entre censures, menaces, arrestations et tueries des journalistes, la liberté de la presse en péril en RDC
https://www.leral.net/Entre-censures-menaces-arrestations-et-tueries-des-journalistes-la-liberte-de-la-presse-en-peril-en-RDC_a329935.html  

Alain UGUEN
10/05/2022 - 11:19:08

Merci Tiphaine pour ces 2 liens très instructifs.
Le premier met des mots sur ce que je ressens depuis ces derniers temps et n'arrive pas à exprimer autrement que par la colère.
Le deuxième nous donne des arguments.

Christian P
18/12/2021 - 11:24:15

Je souhaite remercier Tiphaine pour ses liens vers deux articles très intéressants et documentés. Des textes à lire et à transmettre, car ils aident les autruches à sortir la tête du sable ! Surtout celui de la Nouvelle Quinzaine Littéraire.
Bien à vous, Tiphaine. Francine.

Frawald
18/12/2021 - 10:13:40

Petit panorama de la situation, superbement ignorée de Cyberacteurs qui préfère regarder ailleurs ! :

https://www.nouvelle-quinzaine-litteraire.fr/mode-lecture/la-doxa-du-covid-1260  

https://qg.media/2021/12/12/tribune-une-nouvelle-religion-vaccinale-est-nee-en-occident/  

Tiphaine
13/12/2021 - 14:00:44

A propos de censure et de totalitarisme, il peut être intéressant de lire ou relire l'appendice écrit en 1976 par Primo Levi, détenu dans l'ensemble concentrationnaire d'Auschwitz de 1944 à 1945, pour l'édition scolaire de "Si c'est un homme". En particulier, la réponse à la question 2. Bien à vous toutes et tous. Francine

Frawald
09/12/2021 - 08:32:39

Madame "Yamina frecaut-martin",

Votre expérience indirecte des camps concentrationnaires via votre "Papa", devrait, théoriquement, vous rendre plus vigilante et moins aveugle que vous ne l'êtes sur ce qui se trame aujourd'hui en France et dans le monde occidental en particulier.
Quand je parlais d'accusations-bâillons-qui-ne-se-discutent-pas, en voici une, de votre part, dans toute sa splendeur.

Tiphaine
02/12/2021 - 13:35:44

Rectificatif : ah, les deux commentaires sont passés en même temps aujourd'hui. Le premier texte a dû prendre le TER plutôt que le TGV :-) Bonne soirée aux Cyberami(e)s !

Frawald
01/12/2021 - 18:35:22

Tiens, mon commentaire n'est pas passé. Censure ou bug ???
J'y précisais qu'en 2020 à Lille, un gilet jaune avait été condamné à six mois fermes pour une inscription à la craie et que cette inscription rappelait une chanson de Brassens elle-même censurée à l'époque. Une chanson évoquant son désamour à l'encontre des forces de l'ordre, une chanson qu'il aurait tout autant de mal à interpréter de nos jours, Darmanin oblige.
Donc, j'ai signé en pensant "au Congo, comme ailleurs, comme ici (ici en France, pas ici sur cyberacteurs !)"

Frawald
01/12/2021 - 08:41:31

Lille 2020 : 6 mois de prison ferme pour un Gilet jaune en fauteuil roulant qui a écrit "Mort aux vaches" à la craie.
https://nantes-revoltee.com/lille-un-gilet-jaune-en-fauteuil-roulant-prend-6-mois-ferme-pour-des-tags-a-la-craie/  
"Mort aux vaches", Brassens le chantait en d'autres temps. Il était censuré, il le serait encore.
Alors je signe en me disant : Au Congo, comme ailleurs, comme ici.

Frawald
30/11/2021 - 13:39:29

En France ce n'est pas tellement mieux ces dernières années ....

Marc Solari
30/11/2021 - 07:47:57

C'est pour vous aider amicalement !

JR
30/11/2021 - 01:07:39

OK pour signer avec des réserves.....
Commençons par s'occuper de notre liberté ici en France car elle est bafouée depuis bien longtemps

Stéphoto
29/11/2021 - 22:29:42

La censure: ni là-bas ni ici! Et pourtant elle est partout, sous une forme ouverte, sous une forme plus "larvée" - mais non moins efficace.

geronimo
29/11/2021 - 21:17:45

Il me semble important de les soutenir, même si bien sûr je trouve moi aussi qu'on regarde beaucoup les inégalités/absurdités ailleurs alors qu'on a largement de quoi débattre et protester chez nous...Mais là, silence radio c'est le cas de le dire...

Marie-Josèphe Ballandras
29/11/2021 - 18:39:24

Alain,
Ton aveuglement est désarmant !
Si ce régime n'est pas totalitaire quel est-il?
Un régime qui justifie tous les moyens pour une fin !
Qui s'assoit sur les lois, a aboli la séparation des pouvoirs, a asservit la presse, ment systématiquement, a foulé aux pieds le triptyque de la devise républicaine et j'arrête là, car la liste est trop longue...
Cordialement
Christine

Christine Dardalhon
29/11/2021 - 18:31:10

Mme Dardalhon,
mon Papa a été dans un camp de concentration, de 44 à la Libération. Vous devriez avoir Honte de vous servir de cette ignominie que sont les camps concentrationnaires pour expliquer ce qui se passe en France en ce moment.
Et moi, je signe !!
Parce que justement c'est de cette manière qu'arrive les états totalitaires.

Yamina frecaut-martin
29/11/2021 - 17:04:01

D'une manière générale, le Droit de Savoir est émancipateur, donc fondamental pour la démocratie, l'élévation philosophique,scientifique,technique, artistique, spirituelle... La transparence est garante de Justice et de Respect, dont la récompense est la libération de l' Amour.
J'espère que cyberacteur fera une action auprès des élus, Sénateurs, députés, maires, présidents de conseils, pour soutenir et sauver Julian ASSANGE, aider les lanceurs d'alerte.
J'avais pensé à nommer les maisons de JUSTICE et de DROIT, maisons Julian ASSANGE.
Nous sommes à un moment crucial décisif pour la Vie sur Terre.

Daniel LAMBEAUX
29/11/2021 - 15:58:35

Christine,
crois-tu vraiment que nous aurions cet échange dans un régime totalitaire ?

Alain UGUEN
29/11/2021 - 15:54:39

Je souscris au commentaire de Tiphaine et ne signerai pas cette pétition.
J'ajoute en outre que si la censure est devenue banale dans notre pays, notre gouvernement, de surcroît, n'a pas hésité à bafouer la légalité interne comme internationale (une vingtaine de textes législatifs, constitutionnels et de traités sont délibérément rayés de notre arsenal juridique).
Nous sommes désormais dans un régime totalitaire, revenus 80ans en arrière : on y pratique une discrimination biologique d'une partie de la population, comme sous Vichy.
A quand la déportation dans des camps des non vaccinés ?
Tout cela ne mobilise visiblement pas "cyberacteurs"...

Christine Dardalhon
29/11/2021 - 13:19:50

Je me souviens que dans mon enfance certaines chansons ici aussi étaient censurées (interdites d'antenne !!!). Brassens, entre autres, a été victime de la censure. Serait-ce imaginable de nos jours en France ? Euh... Les choses ne sont pas si évidentes, il me semble... Le "crime de lèse-majesté" semble avoir été rétabli sous Sarkozy...
Pour ce qui concerne la RDC, si on abroge la censure, il faudrait aussi et tout d'abord abroger la misère, qui est la raison pour laquelle les artistes protestent, et les "autorités" pratiquent la censure... Elles sont mises en cause mais comme les sous vont dans leurs poches, elles refusent la critique.

Anne
29/11/2021 - 12:21:45

...Et l'absence de liberté d'expression et la censure qui s'exerce en France, là maintenant, depuis deux ans en particulier, hein ? Avant d'aller voir et dénoncer ce qui se passe ailleurs, faudrait peut-être se préoccuper de ce qui a lieu sous notre nez, commencer par balayer devant sa porte. Les volées de bois vert (c'est peu dire) et les anathèmes bâillons que se prennent automatiquement ceux qui questionnent les discours officiel... C'est bizarre, non, là, rien, ou pas grand chose !

Tiphaine
29/11/2021 - 11:24:35

soutien aux congolais sans réserve mais quand même, quand Amnesty France demandera la même chose pour la censure instaurée en France
depuis 2 ans ?
comme disait Chirac sur un autre sujet :
" la maison brûle et nous regardons ailleurs!"

jean pierre Forster
29/11/2021 - 10:58:30

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !