actualité écologie

Semaine intergalactique – 16 au 24 août - zad nddl

Soutien permanent aux paysans de NDDL

AG Cyberacteurs

STOP EPR Manifestation à Saint Lô Samedi 30 septembre 2017 - 14h 30 Place de la Mairie

OPÉRATION

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Semaine des Semences Paysannes

image vide cyberacteurs
image vide

  #algues   #vertes



Cyberaction N° 919: Qu'ont-ils fait de nos grèves !

La Grandville à Hillion, en Bretagne. Plage interdite, plage proscrite, marquée du sceau de l'infamie, comme trois autres plages sur la commune. L'hydrogène sulfuré rode au coin d'un rocher, sous une couche épaisse d'algues échouées là depuis des jours. La pestilence
mortelle balance son air putride au gré des vents. Sable noirci, sable sali, sable meurtri, sable
sans vie.

[ 2 637 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 01 août 2017

Proposée par Cyberacteurs
En partenariat avec Halte Aux Marées Vertes, Sauvegarde du Trégor, Sémaphore, Douarnenez Baie de Nature Environnement, Sous le Vent les Pieds sur Terre, Force 5, Côtes d'Armer Nature Environnement, Coordination Verte et Bleue, ASPF

Elle prendra fin le : 01 novembre 2017

Plus d'infos

algues vertesNous en appelons à Jean Grenier, Louis Guilloux, Georges Palante, qui ont tant écrit sur la Baie de Saint-Brieuc. Regardez ce qu'en un demi-siècle des gouvernants de l'économie et de la politique ont fait de nos grèves ! Ils nous ont volé l'infini de leur beauté que vous avez tant aimé, tant chanté. Il suffisait d'un rai de lumière matinale pour que la grève blanche et le flux bleu s'embrasent à l'unisson. Que de fois le maître a partagé avec ses deux élèves ce spectacle, cette joie si forte, ce plaisir simple d'une communion avec la majesté du monde !
Que sont nos grèves devenues ? De mornes étendues désertes où le vert pisseux des algues le dispute au noir sombre de leur pourriture. Encore que ce sinistre jeu de couleurs n'est rien à côté de l'odeur de mort qui imprègne le paysage tout entier. Devant ce désastre sanitaire, les autorités publiques signent le décret de leur impuissance coupable. L'accès au domaine public maritime garanti depuis des siècles est aujourd'hui interdit parce qu'on ne peut plus ramasser les algues tueuses. Terrible aveu de l'échec de ces politiques publiques qui ont la prétention à coups de millions d'euros de sauver la Bretagne de cette pollution.
C'est assez ! Il faut en finir avec ces faux-semblants. A quoi sert-il d'accompagner une agriculture intensive, nécessairement productrice d'excédents d'azote, d'augmenter au gré des aléas climatiques la production de marées vertes et de creuser toujours plus la dépense publique pour rien ? Il faut enfn mettre en oeuvre les cultures à forte valeur ajoutée qui rendent aux rivières leur qualité d'eau de source sur ces 7% de la surface agricole utile bretonne qui produisent les marées vertes. C'est la condition pour que plus personne ne meure intoxiqué sur nos côtes. C'est la condition pour que nul ne soit privé de l'accès au littoral. C'est la seule manière de réparer l'immense préjudice écologique que subissent nos côtes et nos estuaires.
Nous demandons aux autorités de la République, en Bretagne et à Paris, de prendre
urgemment les mesures qui s'imposent. Nous leur demandons de ne pas reconduire les plans algues vertes qui ont fait la preuve de leur échec. Nous leur demandons de prendre modèle sur les expériences françaises et étrangères, à Vittel, à Augsbourg ou ailleurs, qui ont permis de réconcilier l'agriculture avec une eau pure. Nous leur demandons de rendre à la Bretagne sa fierté, pour qu'elle ne soit pas conduite au déni des marées vertes pour ne plus en avoir honte. Nous leur demandons tout simplement de rendre aux générations futures cette magie des grèves qu'ont si bien écrite Jean Grenier, Louis Guilloux et Georges Palante. Que ces mots de chair et d'esprit ne soient plus lettres mortes échangées dans quelques salons feutrés.
Que nos enfants baignés de sable et de lumière retrouvent l'innocence perdue qu'ont vécue dans ces lieux nos grands auteurs. Que le cauchemar cesse pour que la vie reprenne.
Yves-Marie Le Lay, André Ollivro, Claude Fustier, Corinne Gravigny, François Luce, Josette et Yannick Corbin, Jean Hascoet, Pierre-Yvon Boisnard, Françoise et Alain Pilidjan, Anne Oppetit, Philippe Allot, Marie-Thérèse et Gérard Clech, Alain Uguen, Thierry Dereux, Anne-Marie Geffroy, Patrice Desclaud, Marie-Hélène Hernot, Charline Griffon, Georges Bourhis,Erwan Chotard, Sylvie Gourdon, Marie Langlois, Jean-Marc Fontaine, Yvon Grénés, Mandfred Graboswski, Jean-Yves Pontailler, Janine Guinard, Laurence Allix, Jacques Pérennes, Christine Reich, Christian Millet , Vincent Esnault.

Avec le soutien des associations <strong>Halte Aux Marées Vertes, Sauvegarde du Trégor,Sémaphore, Douarnenez Baie de Nature Environnement, Sous le Vent les Pieds sur Terre, Force 5, Côtes d'Armer Nature Environnement, Coordination Verte et Bleue, AS Pays Fouesnantais </strong>

Nous vous proposons d'interpeller le Conseil Régional de Bretagne
283 avenue du Général Patton CS 21101 35711 Rennes Cédex 7
presidence@bretagne.bzh.  
Secrétariat : 02 99 27 10 10

PDF à télécharger pour plus d'infos

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à presidence@bretagne.bzh
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Que sont nos grèves devenues ?
  • Message : Monsieur le Président
    Que sont nos grèves devenues ? De mornes étendues désertes où le vert pisseux des algues le dispute au noir sombre de leur pourriture. A quoi sert-il d'accompagner une agriculture intensive, nécessairement productrice d'excédents d'azote, d'augmenter au gré des aléas climatiques la production de marées vertes et de creuser toujours plus la dépense publique pour rien ?
    En soutien aux ONG je vous demande de prendre urgemment les mesures qui s'imposent pour réconcilier l'agriculture avec une eau pure.
    Veuillez voire en ma vigilance sur vos décisions.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

28 commentaires

credible

Votre adresse électronique
visible uniquement par cyberacteurs

Votre message ne sera publié qu'après acceptation de notre part. Cyberacteurs se réserve le droit de ne pas publier un message ne respectant pas notre charte de bonne conduite.

 

 

que l'hommme arrete de massacrer la nature non à l'élevage intensif

un anonyme
10/08/2017 - 15:14:49

Il y a une vingtaine d'années, on ne savait pas ce qu'on sait maintenant à propos de ces algues. J'avais eu l'occasion de séjournée dans une île que je ne nommerai pas (pas en Bretagne) et où lesdites algues se prélassaient sur le littoral (je n'ai jamais sû pourquoi) et je peux vous dire que quand on a fréquenté ce genre de phénomène, on sait ce que ça sent... A l'époque, on ignorait la dangerosité de ce phénomène.
Aussi ai-je ajouté dans le texte de la cyberaction un petit mot à l'attention du président de région, où je lui demande s'il apprécierait en ouvrant sa fenêtre, de sentir une odeur de m*** :-)
Si ça peut l'aider à avoir un peu d'imagination...:-D

Ani Boquillon
07/08/2017 - 18:57:44

Il faut une politique publique digne de ce nom pour protéger l'intéret général. Si seulement c'était le seul cas où ce dernier est sacrifié! Il faut également une volonté de changement des citoyens.L'Etat ne peut pas toujours servir de paravent à nos responsabilités de citoyens et de consommateurs.

un anonyme
05/08/2017 - 12:20:44

À propos d'eau pure, je ne peux que rappeler le bon mot d'un certain Alain Uguen lors du vote du programme régional Eau Pure II : "et le premier, c'était Eau Purin" ?

Jean-Yvon Landrac
05/08/2017 - 09:23:20

la consequence directe de l elevage intensif et indigne des porcs

marie florence dispa
04/08/2017 - 19:05:18

Arrêtez de massacrer la Nature!!Un jour tout cela se retournera contre les humains!!

un anonyme
04/08/2017 - 00:03:39

Vous pouvez consulter la rubrique "Algues vertes" de mon site https://dakerscocode.blogspot.com  

C'est édifiant.

Ce site est consulté dans 86 pays avec plus de 130 000 "pages vues"

Jean Kersco
02/08/2017 - 21:33:21

Béatrice Lambert, vous avez raison. Il faut commencer par limiter sa consommation de viande et préférer la meilleure qualité. Si on en consomme moins, les élevages intensifs ne seront plus utiles. Il ne restera que le élevages bio ou familiaux.
Je ne veux pas entendre dire que le bio c'est cher. Une viande bio 2 fois par semaine sera toujours moins chère qu'une viande d'élevage intensif tous les jours.
Je consomme des produits bio depuis 30 ans. La viande c'est 2 fois par semaine au maximum.
Il faut boycotter tout ce qui vient de l'agriculture intensive ou de l'élevage intensif. Il vaut mieux se rapprocher des producteurs et éleveurs qui utilisent les circuits courts.

vivi
02/08/2017 - 17:42:31

que le budget de la PAC aille avant tout aux agriculteurs bios, à ceux qui respectent notre nature. Honte à M Travers!

un anonyme
02/08/2017 - 15:37:56

Qui a autorisé tous ces élevages concentrationnaires, producteurs de lisier et de souffrance en abondance?
Qui a fermé les yeux et s'est bouché le nez avec complaisance?
Ce sont les préfets qui autorisent les créations et agrandissements de porcheries, et c'est à eux de répondre des conséquences de leurs décisions; c'est eux qui devraient être jugés et condannés, ce qui les inciteraient à réfléchir davantage pour leurs petits "arrangements" complices. Curieusement, la justice s’intéresse peu au cas de ces donneurs de leçons de morale, comme si seul le citoyen de base devait répondre des conséquences de ses actes...

marc
02/08/2017 - 14:12:37

Pollueurs / payeurs ?
Pas les gros éleveurs porcins en tous cas.
Au contraire, ils touchent des subventions publiques!

l coad
02/08/2017 - 13:49:35

"Nous demandons aux autorités de la République, en Bretagne et à Paris, de prendre urgemment les mesures qui s'imposent." Comme si les décisions françaises existaient encore. Les soi-disant élus de la "République" ne font qu'appliquer les décisions prises à Bruxelles (les GOPés). Il faut toujours plus de productivité. Quand les français se réveilleront-ils ? Il faut partir en courant, quitter cette UE dictatoriale qui introduit les OGM, les farines animales, les poulets chlorés, les gaz de schiste etc. comme impératifs dans toutes les nations du vieux continent. FREXIT sans tarder!!!

roland guétat
02/08/2017 - 12:24:37

Je trouve les bretons trop laxistes.ils ne battent pas pour les bonnes causes

monique
02/08/2017 - 11:16:28

Continuez de vous battre les Bretons, vous l'avez toujours fait, même si cette fois-ci c'est contre vos paysans (pas tous, ça se trouve ils ne sont même pas bretons ceux qui font ça). Allumez le feu ; )

Christian Perez-Gil
02/08/2017 - 10:28:10

Cette région ( bretagne) va droit dans le mur

un anonyme
02/08/2017 - 10:26:49

Boycot total du porc breton, en tant que viande,ET de tout produit transformé susceptible d'en contenir.

francine pluot maertens
02/08/2017 - 09:37:36

Limitons le plus possible notre consommation de porc (comme de viande en général), même issu d'élevages biologiques. La viande devrait être réservée aux repas de fête, ou tout au plus une à deux fois par semaine. Les contingences liées à la consommation de viande sont bien connues depuis des décennies. Nous sommes maintenant devant l'alternative suivante : être carnivore et mourir, ou vivre en bonne intelligence des Lois de la Vie et de la Nature.

Béatrice Lambert
01/08/2017 - 23:29:01

SCANDALEUX !!!
Tous çà pour que quelques uns se remplissent les poches en faisant de l'élevage industriel de cochons...
Les dirigeants de Bretagne doivent interdirent
ces élevages qui ne respectent rien !

Jean-François BOGAERS
01/08/2017 - 20:57:15

Très beau texte. Vibrant.
Malheureusement je ne suis pas fichue de participer financièrement à toutes les luttes. Retraite infâme et infamante, largement insuffisante ? Je m'en veux tous les jours, parfois j'aimerais mettre un terme à cette fin.
Cependant, il me reste beaucoup d'amis, un ordi, un cœur, un cerveau et une grande capacité d'indignation. Alors je signe, je partage.
Hélas, ce que le grand capital nous a concocté ne pue pas que sur vos grèves...
Merci de vous battre, merci de tenir le coup.

Dominique corti-bâ
01/08/2017 - 17:29:40

Bonjour à tous,
Comme vous le dites si bien, la seule solution efficace serait de respecter la nature, et de s'en faire une alliée. Mais bien sûr au lieu de cela les prochaines assises de l'alimentation et donc de la production agricole son axées sur le profit et dominées par la FNSEA, le but de ces gens étant de s'accaparer de la plus grande part de la production agricole pour profiter des années a venir qui s'annoncent difficiles. Notre gouvernement n’étant ici que pour entériner les decisions des grands groupes, il semblerait que la Bretagne soit condamnée à puer...

Christian Perez-Gil
01/08/2017 - 16:59:05

les éleveurs bretons ont le culot de réclamer des aides publiques...
Les aides financières ne devraient être attribuées qu'aux producteurs Bio !!

Martine MASQUEREL
01/08/2017 - 16:58:23

pourrait on interpeller Marc Le Fur , qui semble s' être converti récemment à l'écologie , par son soutien aux actions STOP MINES , et lui demander d'opérer la même volte face au sujet des élevages porcins ?
Vous , les cyberacteurs , Nous tous les citoyens , :
CESSONS DE CONSOMMER DU PORC , surtout s'il n'est pas 100% bio , élevé en plein air et sur paille !
c'est le moins que nous puissions faire ....

jean jordan
01/08/2017 - 15:36:28

Stop aux algues

Marcel MAUREL
01/08/2017 - 15:32:12

La seule solution efficace à mon avis, serait d'interdire l'agriculture intensive et l'élevage intensif des porcs. Le lisier est une catastrophe pour la nature. La seule solution c'est le bio. Revenir à une agriculture et un élevage normal, naturel, qui respecte la nature et les hommes, et pas seulement pour l'argent. Il n'y a que comme ça que vous éradiquerez ces algues et que vous retrouverez une eau pure.

SYLVIE DELAITRE-JARCZYK
01/08/2017 - 14:00:51

L'élevage intensif des porcs sur caillebotis (d'où lisier) est une cause réelle du phénomène actuel, l'élevage sur litière améliorerait un peu la situation. La concentration
des élevages en Bretagne est un autre facteur de cet état de chose!!!

cactus
01/08/2017 - 13:41:23

Aucune personne censée ne peux dire que c'est une surprise, encore moins les politiques que les autres, alors il ne reste qu'à constater le résultat de la Cupidité.

un anonyme
01/08/2017 - 12:52:11

J'ai 85 ans,il y a 50ans, en couple nous randonnions à vélo et camping nomade en Bretagne. Nous avions été très choqués par ces plages (St michel en grève dont je me souviens) puantes et vertes et désertes après le 15 août, et ces belles demeures de côte. A l'époque , nous avions pensé:comment peut-on vivre ici et y passer ses vacances?

Thézie VANPOULLE
01/08/2017 - 11:20:40

Il faut que les algues vertes ça cesse!

Eric Burkel
01/08/2017 - 10:56:03

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | 7, rue Aristide Briand 29000 Quimper 02 98 90 05 94 | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !