actualité écologie

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

météo

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Ne laissez pas vos appareils en veille

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Journal des Bonnes Nouvelles

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide



Cyberaction : Néonicotinoides : contre le retour du poison tueur d'abeilles

Depuis le 6 août, un plan de soutien de la filière betteravière autorise la réintroduction des néonicotinoïdes. Mais ces insecticides très puissants tuent aussi les insectes pollinisateurs comme les abeilles. Dans le Loiret, les apiculteurs sont très critiques de la mesure.

[ 2 834 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

Cette cyberaction a également pour objectif d'interpeller vos élus. Vous pouvez ajouter vos élus en copie du message en cliquant sur modifier des éléments après avoir rempli vos coordonnées

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 10 août 2020

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Premier Ministre | à votre député

Elle prendra fin le : 10 novembre 2020

Plus d'infos

néonicotinoides"C'est un scandale" lâche Michel Trémeau. L'apiculteur loirétain, qui s'occupe de 400 ruches, ne cache pas sa déception face au cadeau offert par le gouvernement aux betteraviers. Face à une épidémie de jaunisse, transmise par un puceron, le gouvernement a autorisé le retour des insecticides de la famille des néonicotinoïdes, surnommés les "tueurs d'abeilles", au grand dam des associations de protection de l'environnement.

Du poison pour les pollinisateurs

Lors de ses annonces le 6 août, le gouvernement avait pourtant donné des gages : la pulvérisation de ces insecticides extrêmement puissant reste interdite, seul l'enrobage des graines étant autorisé. Par ailleurs, les betteraviers devront s'engager à se planter aucune espèce de plante susceptible d'attirer les insectes pollinisateurs à la suite des betteraves, qui elles-mêmes ne produisent ni fleur ni pollen.

Mais les néonicotinoïdes sont si puissants que cela ne fait pas une grande différence pour Michel Trémeau, qui préside depuis quinze ans le syndicat des apiculteurs du Gâtinais, et dont la moitié de la production vient du miel de fleurs. "Avec les néonicotinoïdes, on en retrouve partout, jusque sur les arbres. Quand on fait des traitements avec des graines enrobées, on utilise des semoirs pneumatiques, ça vole partout !"

Tueur silencieux, le poison s'attaque au système nerveux des insectes : certaines abeilles meurent sur le coup, d'autres ne retrouvent jamais le chemin de la ruche, ce qui rend difficile la comptabilité de leur mortalité. Mais depuis 2013, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a tranché, sur la base d'avis scientifiques constatant la dangerosité de ces produits vis-à-vis des populations d'abeilles. Ces premières restrictions imposées par la Commission européenne ont été suivies par l'interdiction complète des néonicotinoïdes en France, en 2018.

Un écosystème en sursis

"On n'est pas contre nos collègues cultivateurs, ni contre les insecticides, on est contre les insecticides qui ne sont pas sélectifs", nuance l'apiculteur. "Et avec un procédé de traitement avec des enrobés ça n'est pas possible. Ça tue tous les insectes, et pas seulement : les oiseaux qui mangent ces graines-là ça peut leur être fatal !"

Face aux dégâts produits sur les abeilles et la faune (qu'il s'agisse d'oiseaux ou de mammifères), des inquiétudes existent aussi sur les effets à long terme sur la santé humaine. "Quand on voit le dégâts que ça fait sur les abeilles, sur l'humain c'est juste une question de poids et de temps", lance Michel Trémeau.

Par ailleurs, les néonicotinoïdes auront également un impact sur le rendement de ses ruches, déjà touchées par la sécheresse. En perçant l'écorce des pins, les pucerons laissent s'écouler une sève dont les abeilles se servent pour faire du miel. Avec le retour de ces puissants insecticides, c'est donc tout un écosystème qui pourrait être en sursis. Et c'est un nouveau clou dans le cercueil des apiculteurs, déjà mis à l'épreuve par la sécheresse de 2019 et par la crise du coronavirus.

Les néonicotinoïdes devraient être réautorisés pour les betteraviers dès l'automne prochain. Mais d'autres filières n'ont pas laissé passer l'occasion de faire valoir leurs intérêts. Dans une annonce du 7 août, l'Association Générale des Producteurs de Maïs (AGPM) demande le même régime de faveur.
https://www.liberation.fr/direct/element/les-producteurs-de-mais-veulent-aussi-deroger-a-linterdiction-des-neonicotinoides_117335/  

Néonicotinoïdes sur la betterave : "un retour en arrière inacceptable" pour EELV
https://www.europe1.fr/politique/insecticides-tueurs-dabeilles-un-retour-en-arriere-inacceptable-denonce-karima-delli-3984752  

De Brune Poirson – ex-membre du gouvernement – à des députés Europe Ecologie les Verts, en passant par Benoît Hamon, de nombreuses personnalités politiques s'opposent à la réintroduction des néonicotinoïdes dans les cultures françaises.
https://francais.rt.com/france/77673-retour-neonicotinoides-tueurs-abeille-decision-gouvernementale-controversee  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à premier-ministre@cab.pm.gouv.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Un retour en arrière inacceptable
  • Message : Monsieur le premier Ministre

    Le retour des néonicotinoïdes est un retour en arrière inacceptable qui ne présage rien de bon de votre tournant écologique : au gouvernement les grands discours et aux lobbies la loi ?

    Je demande le retrait pur et simple de ce projet de retour en arrière.

Cette cyberaction permet d'envoyer une copie de ce message à :

  • Votre député.

Vous pouvez modifier ces infos (sujet, texte, elus...) en choisissant l'option
"modifier des éléments" après avoir renseigné le formulaire "je signe sans compte"

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

48 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

Brève réponse à M. jean-luc Haegelen
Il ne faudrait pas oublier que la plus grosse part des néonico appliqués restent dans le sol et sont rémanents.
1- s'il y a des adventices qui fleurissent, on peut être sûr qu'à défaut de fleurs sur la betterave, les pollinisateurs qui vont sur les adventices sont condamnés; sans parler des plantes à fleurs en limite de parcelles qui sont elles aussi bien chargées.
2- s'il y a une floraison sur les plantes qui seront utilisées en assolement, on est également sûr du résultat.
3- les études menées en Suisse sur la rémanence des néonico (Journal of applied ecology - Le Monde du 28 nov 2019) montrent que 93% des échantillons de sol et de végétation prélevés dans des fermes bio converties depuis au moins dix ans contenaient encore des néocicos!!! une horreur totale.
Bonne chance, les abeilles… et les bourdons!

Christian GARNIER
27/10/2020 - 22:17:15

Ah, monsieur "jean-luc haegelen" (oui, c'est ainsi que vous signez, sans majuscules), votre texte est l'exacte image de votre intelligence: truffée de fautes, de non phrases, de raisonnements à la noix (de coco, pour la taille). Vous êtes l'exacte représentation d'une profession qui est incapable d'avancer vers un avenir intelligent et qui préfère ne pas se remettre en cause, quitte à en crever.Je vous remercie de votre entêtement, grâce à vous la réaction écologique citoyenne sera encore plus virulente et vous aurez tout perdu, vous et votre secteur d'activités. Et je ne vous plaindrai pas!
Avec mes salutations les plus douces.

MICHEL TIECHE
27/10/2020 - 20:00:17

Bon Courage Joël, on est de tout coeur avec toi et les abeilles.

AB
27/10/2020 - 15:33:36


Quand les politiciens feront-ils leur travail? Quand représenteront-ils les citoyens, et non les lobbies? Quand pourra-t-on compter sur eux, leur faire confiance? Je désespère!

Catherine Royer
27/10/2020 - 09:52:27

L'agriculture industrielle tue la Nature et la Planète...

stoppeur
17/10/2020 - 11:56:02

Jacques Marilossian <Jacques.Marilossian@assemblee-nationale.fr.   >

Cher Monsieur,

Bien que je sache que vous ne me lirez probablement pas puisque votre courrier, s’adresse à madame comme à monsieur, il est important pour moi de vous exprimer mon profond désaccord à la lecture de votre réponse.
Les lobbyistes font parfaitement leur travail !
Ne pensez-vous pas que les dégâts causés par le sucre sont plus graves en terme économique, de santé et d’emploi qu’une filière qui est incapable de se remettre en question.
Et vous pensez sincèrement que les abeilles ne seront pas directement menacées par l’utilisation raisonnée des Néonicotinoïdes ou bien me prenez vous pour un imbécile.
Je suis donc désolé d’apprendre que je ne peux pas compter sur vous en tant que député pour qui le poids des lobbys est plus important que le poids de la raison. J’en tiendrai compte en termes de vote.

Cordialement, Jean-François

Jean François L
07/10/2020 - 16:12:16

Nicolas Hulot au JDD : "Réautoriser les néonicotinoïdes n'est pas la solution"
https://www.lejdd.fr/Politique/nicolas-hulot-reautoriser-les-neonicotinoides-nest-pas-la-solution-3995968  

Alain UGUEN
04/10/2020 - 08:45:06

bravo

ALAIN MOUETAUX
27/09/2020 - 16:18:21

Honte à notre gouvernants et en particulier à la ministre de l'écologie qui cèdent devant les lobbies en autorisant des dérogations. Menteurs et traîtres ils savent qu'ils contribuent à la destruction de la biodiversité en reintroduisant ces produits polluants tueurs d'abeille.
Pour servir les intérêts des lobbies de l'industrie chimique mortifère. Les profits sont juteux...à court terme ....et nos sous continuent à alimenter sous forme de subventions ces prédateurs. .....

Muriel VAREILLAS
07/09/2020 - 19:42:40

Je n'ai pas des données sur la migration des neonicotinoids vers les feuilles de betterave et c'est vrai que la recolte se fait avant la floraison mais on enrobe les semences pour tuer les insectes et non pas pour les rendre plus jolies. Que ce soit des abeilles qui vivent dans le sol ou une des milliers d'espèces d'insecte ou autres faune et microbe susceptibles d'être empoisonnés, le resultat est désastreux pour le vivant
Tim

Tim LEGG
07/09/2020 - 12:24:02

Néonicotinoïdes : le Gouvernement veut rassurer sur les conditions strictes d’application de la dérogation
https://www.femmesnews.com/neonicotinoides-le-gouvernement-veut-rassurer-sur-les-conditions-strictes-dapplication-de-la-derogation-detail-11128-2020/  

Alain UGUEN
07/09/2020 - 07:27:31

Les champs industriels de betteraves sont une calamité environnementale (et probablement sanitaire),
Le sucre industriel est une calamité sanitaire,
Alors il est urgent de passer à autre chose.
Par exemple rendre tous ces hectares à la "Nature" qui peut-être arrivera à les détoxifier...

Herbuis
31/08/2020 - 17:47:04

Ça sent le roussi! Madame le ministre va bientôt passer dans la matinale de France Inter pour ôter son tablier. Encore deux génuflexions et c'en sera fini. Alors les betteraves et leurs pucerons auront déboulonné une grande de l'Etat. Aujourd'hui, les pucerons, mais aussi quelques autres volants dont les oiseaux. Mais quand les poumons de la paysannerie seront atteints, il faudra quelques tentes de l'armée pour les soigner. Arrêtez de jouer avec ces substances qui non seulement tuent les riverains des champs, mais aussi les insectes. On ne rêve jamais d'un champ de betteraves, le bourdon, le cafard, le blues vous envahissent rien qu'à voir ces surfaces sans relief. A qui profite la betterave? Pas aux agriculteurs industriels qui nourrissent les animaux en ferme usine surtout!
Aïchat Nussy

colette Nusbaum Vallet
31/08/2020 - 11:15:19

Les néonicotinoïdes de nouveau autorisés sur la betterave : un scandale écologique

Roland CHARLOU
29/08/2020 - 16:15:44

Les betteraves comme toute plante produit des fleurs quand on la laisse pousser.
Mais ceci n'est pas une raison.
Nous ne voulons plus aucun pesticide ni herbicide dans nos cultures. Nous nous sommes déjà vu refuser les protections des habitations à 100 m. Il ne faut pas relâcher la lutte.

Dominique POIRIER
25/08/2020 - 17:16:42

Une agricultrice expliquait à la radio (France Inter) que seules les graines étaient enrobées et que les plantes n'étaient alors pas arrosées, d'autant plus que la betterave n'avait que des feuilles et non des fleurs, donc n'attirait pas les abeilles lors des cultures. Qui peut confirmer la véracité du propos ?

Jonquille
25/08/2020 - 15:27:54

malheureusement il faut être abonné au monde pour lire la totalité de l'article !

DOMINIQUE BOUTS
24/08/2020 - 19:15:01

NOn seulement les neonicotinoïdes sont extrêmement toxiques pour les abeilles et pour tout le monde mais le sucre l'est tout autant, cela a été suffisamment démontré dans le film SUGARLAND et plusieurs docs comme Un si doux poison.
Donc stop aux poisons institutionnalisés.
Changeons de cultures,vite,c'est urgent.

marie-juliette hamon
24/08/2020 - 12:04:33

Pourquoi « réautoriser les néonicotinoïdes pour un système de culture betteravier désuet et dommageable » ?
https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/08/21/pourquoi-reautoriser-les-neonicotinoides-pour-un-systeme-de-culture-betteravier-desuet-et-dommageable_6049491_3232.html  

Alain UGUEN
24/08/2020 - 10:07:24

Pesticides : l'ONG Terres d'abeilles s'indigne de l'autorisation des néonicotinoïdes pour la filière betterave
https://www.francebleu.fr/infos/environnement/pesticides-l-ong-terres-d-abeilles-s-indigne-de-l-autorisation-des-neonicotinoides-pour-la-filiere-1597083442  

Alain UGUEN
17/08/2020 - 11:58:30

Le + intéressant c'est la fait que Pompili avait soutenu et voté pour l'interdiction des NEONIC, mais une fois au pouvoir on oublie tout on s'aplatit devant le chef qui lui doit favoriser ses soutiens dont l'agriculture industrielle avec son égérie Christiane Lambert.
Ne vous faite aucune illusion les écologistes qui crient contre cette décision, une fois au pouvoir auraient fait la même chose que leur copine Pompili.
Nota Mr Haegelen doit faire parti de ces sous marins mis en place par les structures économiques lièes au problème. Ses arguties sont tellement nulles que le mieux est de l'ignorez!
Amicalement
Georges

Georges BARONI
16/08/2020 - 12:12:58

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
VENDREDI 14 AOÛT 2020
Les néonicotinoïdes de nouveau autorisés sur la betterave : un scandale écologique
Le 06 août 2020, le ministre de l’agriculture annonçait à la filière betterave-sucre que l’Etat français autorisera à nouveau l’utilisation de semences enrobées de néonicotinoïdes pour le printemps 2021, en contradiction totale avec l’interdiction d’usage promulgué le 1er septembre 2018.
L’interdiction générale de ces substances en France correspondait à la priorité majeure en matière de protection de l’environnement et de santé en matière de phytosanitaires.
Des objectifs qui ont manifestement évolué au vu des dernières déclarations du ministre. Si le maintien de la filière sucre est un objectif économique compréhensible, le risque pour les pollinisateurs, est de son côté, immense. Risque écologique indubitable et abyssal, et risque économique majeur. Car si les abeilles et autres pollinisateurs venaient à disparaître, les conséquences en seraient incommensurables pour toute l’agriculture, sans aucune commune mesure avec la seule question de la betterave et de la filière sucre.
Les néonicotinoïdes sont des traitements insecticides techniquement extrêmement efficaces, mais extrêmement toxiques pour les insectes, notamment pollinisateurs, les chaines trophiques qui sont vitales et l’environnement en général (sols, eaux, etc..). Ce sont de véritables poisons.
• Il s’agit d’insecticides très puissants, dont la dose létale aiguë est de quelques nanogrammes pour une abeille. Outre les ruches, ils sont toxiques pour de nombreux autres groupes d’insectes, et d’autres organismes de la faune aquatique et détruisent ainsi les chaines alimentaires dont les insectes sont la base, menaçant ainsi des écosystèmes complets.
• Leur positionnement autour de la semence rend leur diffusion et leur rémanence importante dans le sol, les eaux (notamment les nappes phréatiques susceptibles d’être utilisées pour l’alimentation en eau potable), et l’environnement en général. L’interdiction de cultures florifères l’année suivante après utilisation des néonicotinoïdes sur des parcelles montre clairement leur nocivité temporelle.
Leurs prix abordables et la sécurité technique maximale qu’ils procuraient ont conduit à leur utilisation généralisée dans les céréales et les betteraves depuis les années 1990, ce qui a eu pour conséquence leur imprégnation progressive et quasi généralisée dans l’environnement agraire et au delà.
FNE Normandie rappelle que le retrait des néonicotinoïdes est la décision politique forte de ces vingt dernières années en matière de pesticides. Revenir dessus, en réintroduisant dans les systémes
agraires déjà fortement polluants et pollués, des molécules de ce niveau de toxicité et de rémanence est un retour en arrière extrêmement grave. Préférer le soutien aveugle à une filière économique au détriment de la préservation de la biodiversité, dans un contexte de chute vertigineuse de celle-ci, est insupportable.
C’est un choix délétère et incompréhensible qui interroge fortement sur les réelles priorités du gouvernement au moment même où un renforcement des politiques publiques environnementales est annoncé au plus haut niveau de l’Etat.
FNE Normandie

Alain UGUEN
16/08/2020 - 10:41:47

Révolté, écœuré mais hélas, pas surpris.

Daniel DANIEL
15/08/2020 - 22:37:53

C'était couru d'avance, après les betteraviers, les producteurs de maïs réclament eux aussi une dérogation. Et Barbara Pompili de dédramatiser…
https://www.lesechos.fr/politique-societe/gouvernement/insecticides-pompili-dedramatise-la-derogation-accordee-aux-betteraviers-1232120  

Arrgh,tu quoque Pompili ?

Frawald
13/08/2020 - 08:35:00

L’exécutif de nouveau critiqué sur l’écologie
Prise en soutien d’une filière en difficulté, la réintroduction des insecticides « tueurs d’insectes » est perçue, jusque dans la majorité, comme un désaveu de l’ambition écologique affichée par le gouvernement.
https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/08/12/l-executif-de-nouveau-critique-sur-l-ecologie_6048733_823448.html  

Alain UGUEN
13/08/2020 - 08:04:11

Aujourd'hui la betterave, et demain le colza ?
De dérogation en dérogation, c'est ainsi que l'on grignote les quelques acquis de l'écologie. La FNSEA, comme la FNC, a fait de l'obtention et de la mise en oeuvre de passe-droits, son cheval de bataille. Plus qu'un retour en arrière, c'est de la stagnation, de l'inertie, de la paresse intellectuelle, du je m'en foutisme : on fait comme d'habitude, on ne change surtout pas une équipe qui perd. "Après moi le déluge", semble être la devise de Madame Lambert.
Avec un meilleur environnement à proximité des champs, avec plus de diversité, de haies, de petites friches, les insectes auxiliaires et les oiseaux consommateurs de pucerons et ravageurs seraient favorisés. Mais non ! Pour plus de rapidité et de facilité, il faut de très grandes étendues "nettoyées" où passer les très gros tracteurs. Des champs toujours plus vastes, une campagne toujours plus uniforme, des traitements chimiques en remplacement de ce que la nature mutilée ne peut plus offrir.
Je me demande si certains ne cherchent pas à reproduire in situ ce qu'ils ont dans le crâne : du vide à l'infini. Le land art de la destruction ?

Frawald
13/08/2020 - 06:57:42

Qui est ce monsieur HAEGELEN? Pour qui ce prend t-il pour insulter les gens de cette façon? la seule question que l'on doit se posé est: combien ça lui rapporte à soutenir cette décision?

René MALET
12/08/2020 - 19:28:42

Je suis sidérée par le commentaire de Mr Haegelen qui veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes en défendant les néonicotinoides,sans doute a-t-il des actions chez ces industriels empoisonneurs de la Planète,a qd une poursuite pour crime contre l'humanité.

Christiane Huard
12/08/2020 - 17:36:39

Ce gouvernement qui ne tient pas ses promesses et retourne sa veste ,c'est scandaleux!

Christiane Huard
12/08/2020 - 17:32:33

En dépit des dégâts connus et reconnus commis sur les abeilles et autres insectes pollénisateurs, nos "chers" dirigeants politiques persistent à faire plaisir à la FNSEA crispée sur son dogme de l'agriculture intensive basée sur l'usage des pesticides, en général!!!
Il y a, "peut-être"? des méthodes plus douces qui permettraient de limiter les populations, sans vouloir les éradiquer comme l'a toujours espéré l'agriculture chimique, sans jamais à éradiquer quoique ce soit, dieu merci....

Un message que précède le mien, n'y va pas "mollement"!
Prendre l'Australie comme exemple me paraît douteux, quand on sait que ses dirigeants actuels sont des mordus du charbon! et comme chacun sait, ne génèrent pas de gaz à effets de serre.

cactus
12/08/2020 - 13:15:16

Pour la Vie un point c'est tout !

Julie
12/08/2020 - 10:34:50

On ne doit pas retourner en arrière

Martine Bourdreux
11/08/2020 - 18:51:39

C'est vraiment impressionnant comment des gens sont capables de raconter n'importe quoi, et que vous êtes même pas capable de vérifier les affirmations des médias. Et le niveau de stupidité des écologistes qui sont contre ce produit.
D'abord il a largement été prouvé qu'avec les doses utilisées dans l'agriculture les néonicotinoïdes en aucune incidence sur les abeilles.
d'ailleurs les insecticides en général et les autres produits phytosanitaires ont une incidence très minime sur la mortalité des abeilles.
La mortalité des abeilles est essentiellement dû à des parasites comme le Varoua, et aux mauvaises pratiques de certains apiculteur.
Mais c'est tellement plus facile d'accuser les produits phytosanitaires plutôt que de remettre en cause c'est pratique.
Parlons voir des néonicotinoïdes, et notamment celui utilisé sur la betterave, une molécule qui a aucune incidence sur les abeilles, parce que jamais vous allez voir des abeilles sur les betteraves. Et les seuls animaux qui vont être tués par ce produit ce sont les animaux qui s'attaque aux betteraves comme les pucerons.
Pour les ignorants avec le cerveau ramolli est-ce que le sucre blanc est toxic !!!
Vous pouvez toujours critiquer ce produit pourtant il y a plus d'une dizaine de sucreries qui travaille en France avec les betteraves à sucre, ce sont des dizaines de milliers d'employés qui dépendent de cette production.
et c'est sûrement pas parce que l'on produit plus de betteraves en France qu'il n'y aura plus de sucre de betterave qui sera consommée !!
c'est bien ça le problème de la France on préfère que les autres produits et que l'on importe le produit plutôt que de le produire chez nous !!!
je tiens aussi à vous signaler que l'Australie n'a jamais émis aucune restriction sur les néonicotinoïdes, et ce pays n'a pas du tout de problème de mortalité sur les abeilles.
Seul l'Europe a mis quelques restriction, mais c'est plutôt pour des raisons politiques plutôt que des raisons scientifiques. mais tous les pays européens producteur de betterave à sucre on tousse et me des dérogations depuis plusieurs années sur l'utilisation des néonicotinoïdes sur les betteraves.
Je vous rappelle encore une fois que les betteraves à sucre non pas de fleurs et vous ne risquez pas de voir une abeille qui butine et des betteraves à sucre !!!
on est un pays où les gens sont incapables de voir plus loin que le bout de leur nez
Il y a pratiquement pas de sucre de betterave produit en France qui est biologique cette production est pratiquement impossible.
Pour ceux qui parlent de monoculture pour la betterave, ce sont des gens qui sont parfaitement ignorants parce il est impossible de faire des betteravesil est impossible de faire des betteraves deux années de suite et on est obligé de mettre les betteraves dans un assolement il y a bien trop de parasites et de maladies.
L'interdiction des néonicotinoïdes, va faire que les agriculteurs à utiliser de la pyréthrine un insecticide aussi utilisé par l'agriculture biologique, mais c'est un insecticide qui va devoir être pulvérisé sur les cultures et qui va détruire tous les insectes avec lequel il va rentrer en contact les abeilles y compris.
alors que les néonicotinoïdes sont utilisés en enrobage, la molécule va se diffuser à l'intérieur de la plante et restera actif seulement quelques semaines, elle va seulement empoisonner les insectes qui vont s'attaquer aux betteraves.
Alors arrêtez de signer n'importe quoi et commencer par réfléchir un peu avant de croire tout ce que l'on vous raconte.

jean-luc haegelen
11/08/2020 - 13:35:05

qu'est qui est plus important pour la planète? pour l'humanité?
les abeilles ou les betteraves?

Michèle ROUX
11/08/2020 - 12:43:30

Dès que j'ai entendu que le Gaucho allait être réutilisé j'ai été profondément révoltée ! Ce matin, la présidente de la FNSEA était l'invitée de France Inter et elle a voulu faire une démonstration de l'utilité et de la non-nocivité de ce pesticide. C'est tragique, que ce soit toujours les mêmes qui obtiennent le droit de s'exprimer et aient gain de cause ! Surtout quand on sait qu'il existe des prédateurs naturels contre les pucerons, ennemis des cultures. Tout est question de volonté et notre gouvernement n'a pas la volonté pour s'opposer à la FNSEA et imposer une politique radicalement tournée vers le bio ! Cette décision est un grave recul par rapport aux engagement pris pour la protection de l'environnement et des abeilles ainsi que d'autres insectes, sans oublier notre santé à tous !

Claudette ROSE
11/08/2020 - 11:40:59

Incroyable et inacceptable.
Nous ne manquons pas de sucre, remplaçons la quantité par la qualité.
Le miel est bien plus précieux que le sucre.
Les abeilles bien plus précieuses que les betteraves.

Bernard CHRISTOPHE
10/08/2020 - 19:29:30

Ce nouveau recul du gouvernement Macron montre combien il est assujetti aux lobbies, que ce soient ceux de la chimie, de l'agriculture intensive ou de la chasse. Et que ses grandes déclarations la main sur le coeur ne valent pas tripette.

Roland COMTE
10/08/2020 - 18:45:16

Ce poison doit être banni à tous jamais de tout pays du monde
arrêtons définitivement les pesticides de tous genres
nous avons vécu avant nous voulons vivre après

brunoaydat
10/08/2020 - 17:09:47

je crains que les abeilles disparaissent avant ce poison

Odile HERRENSCHMIDT
10/08/2020 - 16:00:52

il nous reste a nous consommateur de boycotter durablement le sucre issus des betteraves car pour moi c'est simple il sera dangereux d'en manger après avoir été pulvériser avec ce poisson

Liliane De Gussem
10/08/2020 - 15:44:59

Une absurdité, pis une aberration. L'homo sapiens depuis plusieurs siècles a mis la planète en coupe réglée, quelles qu'en soient les conséquences mortifères pour l'Humanité si ces destructions leur rapportent capitaux et dividendes. Les dirigeants de l'ensemble de pays de l'UE étant élus au suffrage universel sans fraude excessive, faut-il conclure que ce sont les peules qui souhaitent couper la branche sur laquelle ils sont assis? Veulent-ils en laissant saccager la biodiversité remplacer son action ou son travail dans ce cas précis celui des pollinisateurs? Le feront-ils gratuitement comme les espèces existantes? Je m'interroge. Sur l'avenir et le monde que nous laisserons à nos descendants. Déjà, mes enfants en vu disparaître maintes espèces et ils n'ont que la cinquantaine. Mais leurs enfants qui, études terminées ou preque selon leur âge, que leur restera-t-il?. Se rappelleront-ils le goût des miels, par exemple? "Le Soleil vert" (Soja dit le titre initial) c'est très bien au cinéma. Mais dans la vie réelle?

Mireille
10/08/2020 - 12:31:43

Cessons ces retours en arrière, allons de l'avant!

Bénédicte Bureau
10/08/2020 - 12:22:37

Betteraviers: ce n'est pas la culture de betteraves rouges....:-) Il serait temps de mettre le choses en ordre: cesser de consommer du sucre de betterave (du blanc, en plus,un vrai poison pour l’organisme humain); mais quand on sait que les initiations à la diététique auprès des jeunes sont financées par le lobby du sucre... A quand un gouvernement lucide ou courageux ou réaliste, et des députés conscients pour agir? Dans le monde d'après? Vous avez dit le monde de quoi?

Pierre Leonardon
10/08/2020 - 12:21:57

le sursaut écologique n'aura jamais lieu? Faut-il des bombes?

Dominique Maurice René ALLAIN
10/08/2020 - 11:50:01

Il a fallu 20 ans de mobilisation pour obtenir l'interdiction des néonicotinoïdes. Un simple coup de gueule des lobbys suffit pour faire marche arrière.Monsieur le ministre, un de vos prédécesseurs a demandé l'avis de l'ANSES qui a répondu que pour la betterave il existait des alternatives. De plus, en production bio il existe des solutions pour lutter contre les pucerons de la betterave.
De nombreuses études scientifiques montrent que votre décision sera néfaste à de très nombreux organismes vivants en particulier aux pollinisateurs.
Il y a une urgence environnementale, sanitaire, économique et climatique a réorienter les pratiques agricoles.
Je suis scandalisé de constater que l’intérêt des lobbys qui refusent cette évolution a plus d'importance que l'intérêt de la population et de l'espèce humaine.
Monsieur le ministre, il est encore temps de réfléchir et de prendre en compte la demande d'une grande majorité de la population.

Jean Sabench

jean sabench
10/08/2020 - 11:36:48

Notre organisation démocratique a mesuré en conscience, que les effets graves sur la biodiversité de cet insecticide, n'étaient plus acceptables dans la situation environnementale actuelle, malgré les conséquences connues à l'avance sur la production industrielle de betteraves.
Revenir en arrière, signifie que nos dirigeants renient leurs responsabilités, aux dépens de l'intérêt général, et des conséquences irréversibles de l'industrie agricole sur la Vie de l'Humanité !

JACQUES ROLLET
10/08/2020 - 11:07:38

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !