actualité écologie

Journal des Bonnes Nouvelles

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Annoncez la couleur !

Ne laissez pas vos appareils en veille

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

Les 10 jours verts Transacteurs

Jour du dépassement : ça y est, l'humanité a épuisé toutes ses ressources renouvelables pour l'année 2019

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Premier vendredi du mois : 18 h 30 rassemblement des Coquelicots

AG Cyberacteurs

image vide cyberacteurs
image vide

  #Siemens   #Charbon



Cyberaction N° 1187: Halte aux tueurs climatiques.

La participation du groupe allemand Siemens à la construction controversée d’une mine géante de charbon en Australie est au cœur d’un mouvement de contestation outre-Rhin. Le conglomérat est accusé d’aggraver les dérèglements climatiques qui ont favorisé les incendies dévastateurs en Australie.

[ 3 043 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 16 janvier 2020

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Service Clients Siemens France

Plus d'infos

Siemens CharbonD’un côté Joe Kaeser, le patron de Siemens, l’un des plus puissants conglomérats industriels allemands, de l’autre, Luisa Neubauer, une jeune activiste, surnommée la “Greta Thunberg allemande" et, en toile de fond, les feux qui ravagent l’Australie à quelque 16 000 km de là.

Dans toute l’Allemagne, une quinzaine de manifestations ont été organisées, lundi 13 janvier, à l’initiative du collectif lycéen et étudiant Friday for Future pour dénoncer la collaboration de Siemens au controversé projet de mine géante Carmichael en Australie. Ces actions ont été le point d’orgue d’une pression continue que la branche allemande du mouvement, fondé par la militante suédoise Greta Thunberg, maintient sur le groupe industriel allemand depuis décembre.

Cette lutte est incarnée par Luisa Neubauer, une étudiante de 23 ans qui a multiplié les prises de paroles dans les médias pour critiquer l’entêtement de Joe Kaeser à honorer le contrat qui lie Siemens à Adani, le géant minier indien, maître d’œuvre du projet Carmichael. “L’Australie brûle, Siemens doit retrouver ses esprits”, avait-elle notamment lancé début janvier. “C’est une question de bon sens”, avait-elle ajouté devant les hésitations affichées par Joe Kaeser.

Siège au conseil de surveillance de Siemens offert

Le patron de Siemens a essayé ces derniers jours de déminer le terrain médiatique en multipliant les mains tendues à ses détracteurs. Il a notamment rencontré Luisa Neubauer pour “écouter” ses doléances et lui a même offert un siège au conseil de surveillance de Siemens Energy, où elle aurait été en mesure “de peser sur les décisions du groupe”, a-t-il déclaré.

Mais rien n’y fait. Luisa Neubauer a rejeté l’offre, qui aurait pu lui rapporter plus de 100 000 euros annuels. "Je connais le droit des actionnaires. Je n'aurais plus été en position de commenter les activités de Siemens de manière indépendante", a-t-elle répliqué. Et de souligner que le temps n’était plus à la négociation, ou la réflexion, mais qu’il fallait agir.

Des commentateurs et responsables politiques ont même rejoint la contestation contre la participation de Siemens au projet Carmichael. Ricarda Lang, porte-parole des Jeunes Verts allemands, a qualifié le groupe de complice dans la construction d’un “tueur climatique” en Australie, tandis que des éditoriaux dans des journaux aussi influents que la Süddeutsche Zeitung ou le Handelsblatt reconnaissent que c’est une débâcle en termes d’image et de réputation pour le groupe industriel.

L’un des chantiers les plus controversés de la décennie

Siemens ne s’attendait pas à un tel retour de flammes en scellant un accord avec Adani en juillet 2019. Pourtant, le groupe était conscient que c'était l’un des chantiers les plus controversés de la décennie. Dès le début, en 2010, le projet s’est attiré les critiques : Carmichael doit en effet devenir la plus grande mine de charbon du monde, capable de produire plus de 60 millions de tonnes de charbon par an. Les émissions de CO2 qui en résulteraient seraient supérieures à celles, combinées, du Sri Lanka, de l’Autriche, du Vietnam et de la Malaisie. Une hérésie à l’heure de la lutte contre le réchauffement climatique, ont dénoncé au fil des ans les associations de défense de l’environnement.

La mine géante consommerait aussi 9,5 millions de mètres cube d’eau pour fonctionner, et le transport par la mer du charbon vers l’Inde serait un coup dur pour la Grande Barrière de corail, déjà en piteux état. 

Mais Siemens jugeait sa participation au projet trop modeste pour lui attirer les critiques. Après tout, le conglomérat doit se contenter de mettre en place la signalétique du chemin de fer qui permettra de transporter le charbon de la mine. Une affaire qui doit rapporter environ 20 millions de dollars (18 millions d'euros) au groupe allemand, plutôt habitué aux contrats portant sur des milliards de dollars.
 
Les feux qui ravagent l’Australie depuis la fin de l’été 2019 ont changé la donne. Hors de question pour les activistes allemands qu’un groupe allemand participe à un chantier qui, en détériorant encore plus le climat, va renforcer les risques que des catastrophes similaires aux incendies actuels se répètent à l’avenir. “L’absurdité de ce projet est telle qu’une soixantaine d’entreprises ont décidé de ne pas travailler avec Adani sur ce chantier, mais Siemens s’entête”, regrette Luisa Neubauer.

Pour l’instant, la pression n’a pas fait plier le groupe allemand. Joe Kaeser reconnaît qu’il est pris entre deux feux : d’un côté, il a des obligations envers la société, mais de l’autre, il en a aussi envers ses partenaires commerciaux. Le patron de Siemens refuse de ne pas honorer le contrat signé avec Adani car sa réputation dans le monde des affaires en pâtirait, risquant de priver l'entreprise d’opportunités futures. En d’autres termes, maintenant que la ciguë a été versée dans le calice, autant le boire jusqu’à la lie.

Nous vous proposons de demander à Siemens de dénoncer sa participation au projet de mine géante Carmichael en Australie

Climat : indignation en Allemagne contre le géant industriel Siemens
https://www.lemonde.fr/international/article/2020/01/14/climat-indignation-en-allemagne-contre-le-geant-industriel-siemens_6025762_3210.html  

PDF à télécharger pour plus d'infos

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à serviceclient-sls.fr@siemens.com
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Halte aux tueurs climatiques.
  • Message : Madame, Monsieur
    Votre groupe doit cesser d'être complice dans la construction d’un “tueur climatique” en Australie.
    Je vous demande de dénoncer la participation de Siemens au projet de mine géante Carmichael en Australie.

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

18 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

bravo,les grands groupes comme vous devraient aider des projets en faveur de l’environnement afin d'améliorer le monde dans lequel nous vivons Tous. on se souviendra de vous....mais a vous de voir si c'est en positif ou en negatif

christophe darlay
23/02/2020 - 17:55:28

destruction pour de l' exploitation mais cela ne cessera-t-il donc qu' avec l extinction d homo- sapiens?

Cécile DINET
09/02/2020 - 20:44:45

oui

Hendrik Stal
23/01/2020 - 17:45:21

Pourquoi ne parle-t-on pas des aborigènes dans les media ? Comment survivent-ils à ces monstrueux incendies qui ont tout dévasté ? A-t-on comptabilisé les victimes de ce peuple ? On parle sans arrêt des pertes des biens, des maisons détruites et en cendres, mais eux leur bien, c'est la nature, sa flore et sa faune, n'est-ce pas le plus important ? Beaucoup de bla-bla sur l'environnement à la télé mais eux, n'ont-ils pas droit à la parole et à notre écoute, notre compassion, et surtout à l'écoute de LEUR sagesse ??

clara
23/01/2020 - 10:23:18

Je plussoie sur le commentaire de MP : "la meilleure énergie doit être produite au lieu de son utilisation, donc on peut éviter les pannes collectives, les linky, etc."
Je pense que quand le "bon peuple" aura intégré ça, ça risque de déménager un sacré coup... Encore faut-il avoir les ressources pour financer les installations privées (ou de petite collectivité). C'est vers cela qu'il faut aller absolument, car le linky est une menace supplémentaire non seulement sur notre vie privée, mais aussi à une échelle nationale, voire mondiale : si les compteurs commandés distance s'universalisent, il suffirait d'un piratage bien pensé pour mettre la planète entière en panne de courant... Mais j'ai cru comprendre après quelques conversations avec des salariés d'Enedis et avec d'autres personnes que ce danger n'est encore venu à l'idée de personne... Etonnant, ce manque d'imagination, non ?

Anne
22/01/2020 - 21:26:07

Dirigeant de Siemens, que direz vous à vos petits enfants si vous ne leur laisser que des déserts de cendres

anne
22/01/2020 - 17:50:06

Je suis triste avec les Aborigènes au vu de ces désastres. Tous ces peuples premiers, pourvu qu'ils perdurent !!! car outre leur propre souffrance, ils restent les sources d'inspiration les plus authentiques vers lesquelles nous devrions nous tourner pour changer nos mentalités, et en toute urgence !
S'ils devaient disparaitre, nous aurions perdu notre mémoire, le fil qui nous rattache aux choses essentielles que nous avons oubliées dans notre course folle au profit et à la consommation, à notre lien à la Terre, notre maison.
Le top, c'est que malgré ce qu'ils ont et continuent de subir, Amérindiens du Nord et du Sud, Aborigènes... c'est qu'ils nous envoient des messages généreux nous incitant à revoir notre copie. Leurs paroles sont fortes car empreintes de vérités universelles.
Nous qui les avons colonisés, abaissés, voire réduits à des riens, ils sont en réalité nos maitres.

Sylviane CONGNARD
22/01/2020 - 10:33:58

Pourquoi s'acharner sur les énergies fossiles alors que l'énergie libre, de proximité, presque gratuite, elle est utilisée au Japon (moteur Minato) et dans d'autres pays.

Voir le livre de jane Manning "L'energie libre"

Comme pour Tesla quand il a créé son moteur, les financier on dir : le compteur on le met où .

la meilleure énergie doit être produite au lieu de son utilisation, donc on peut éviter les pannes collective, les linky, etc.

MP
20/01/2020 - 10:56:01

L'Australie n'est-elle pas déjà entrain de payer l'addition du changement climatique ? ou les incendies sont-ils volontairement provoqués afin de stériliser du terrain pou en faire de terres agricoles intensives ou de nouvelles mines de charbon ? par exemple…

KLEFIZE
17/01/2020 - 16:26:24

C'est de l'aveuglement criminel!

Monique BONAFOUX
17/01/2020 - 14:28:58

Si vous lisez l'article d'archive ci-dessous,

https://www.bastamag.net/En-Allemagne-des-villages-entiers-sont-rases-pour-laisser-place-a-de  

vous comprendrez que les gens de Siemens ont simplement voulu faire connaître la "Deutsche Qualität" aux Aborigènes du bush australien.
Ces chevaliers teutons des temps modernes ont dû penser : "Où est le problème puisque nous avons les mêmes mines à la maison ? Ce qui est bon pour nous ne peut qu'être bon pour les autres !"
Nul doute que leur motivation première était un altruisme éclairé.
Et nous, méchants écolos, nous venons critiquer leur sens du partage ?!
Ach so, la vie est trop injuste et l'écologie, un groß Malheur pour l'industrie.

Frawald
17/01/2020 - 08:41:04

Be Vegan, Make Peace!

alexandre figour
16/01/2020 - 16:09:13

il est étrange de constater que quand le fric est en en question le respect d'un contrat deviens impératif alors que s'il s' agit de la protection de la planète donc des hommes cet impératif n'existe plus

michel armagnat
16/01/2020 - 15:58:08

Il y a le charbon certes, mais aussi les éleveurs qui défrichent à outrance, comme en Amérique du Sud

claire kervarrec
16/01/2020 - 15:00:25

Le combat pour sauver l'Adani et les terres sacrées des Aborigènes a commencé il y a des années et continuent sans que les différents gouverneurs de l'Etat et les premiers ministres australiens successifs ne réagissent sinon par la violence et la répression. Des dommages irréversibles ont déja été effectués sur ce territoire dont qui, d'après des accords passés antérieurement,appartenait aux Aborigènes. Les ravages du colonialisme perdurent partout dans le monde: Australie, continent américain tant au Nord qu'au Sud, Afrique...Et même en Europe du Nord, en Sibérie, etc... Capitalisme et colonialisme fortement "racisé" font bon ménage.

Mirelle
16/01/2020 - 11:36:51

L'Australie brûle, mais le charbon reste son cheval de bataille! Et on continue à investir, sources de profits annoncés et juteux!...

Alors, que l'Australie continue de brûler ou que ses citoyens se prennent en main et protestent...

cactus
16/01/2020 - 10:47:02

Les communautés aborigènes face à la crise des méga-feux
https://theconversation.com/les-communautes-aborigenes-face-a-la-crise-des-mega-feux-129716  

Alain UGUEN
16/01/2020 - 09:49:04

Hahaha, je suis sur la vidéo avec ma chienne, j'étais lundi devant le siège de Siemens !

Laurence Wuillemin
16/01/2020 - 08:50:54

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !