actualité écologie

AG Cyberacteurs

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Les amis des 150

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Journal des Bonnes Nouvelles

Ne laissez pas vos appareils en veille

météo

image vide cyberacteurs
image vide

  #Alternatives   #néonicotinoïdes



Cyberaction N° 1397: Pour un soutien à la recherche d'alternatives aux néonics

Le gouvernement qui a réintroduit les néonicotinoïdes, insecticides dits « tueurs d’abeilles », refuse de soutenir une recherche sur la betterave à sucre en agriculture biologique.

[ 2 509 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Cyberaction mise en ligne le 28 mai 2021

Proposée par Cyberacteurs

Elle sera envoyée à Ministre de l'agriculture
En soutien à projet Itab-Fnab


Elle prendra fin le : 28 août 2021

Plus d'infos

neonicotinoides, abeillesVoir l'article de Reporterre
https://reporterre.net/Le-ministere-de-l-Agriculture-ne-soutient-pas-la-recherche-d-alternatives-aux  

Or le comité de pilotage du plan national de recherche et d’innovation (PNRI), sous tutelle du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, a refusé d’allouer des financements au seul projet dédié à l’étude de la production de betterave à sucre en agriculture biologique. Une obstruction dénoncée par la Fondation Nicolas Hulot, Générations futures, Agir pour l’environnement et la Confédération paysanne, qui siègent au conseil de surveillance des néonicotinoïdes [2].

330 000 euros, « une somme minime »

Porté par l’Institut technique de l’agriculture biologique (Itab), la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab) et sept groupements de producteurs bio, le projet « Bio » envisageait les alternatives « sous l’angle agronomique, dans une approche globale : de la parcelle à la transformation, incluant les questions de durabilité sociale et économique », indique à Reporterre Caroline Faraldo, responsable agriculture et alimentation à la Fondation Nicolas Hulot.
…/...
Reporterre s’est procuré la lettre d’intention du projet, transmise au comité de pilotage du PNRI
https://reporterre.net/IMG/pdf/lettre_intention_pnri_itab_fnab_202103_vf.pdf  

En septembre 2020, Reporterre était allé à la rencontre de différents producteurs de betteraves. Parmi les exploitants en agriculture biologique — ils sont moins de 0,5 % d’après l’Institut technique de la betterave (ITB), la plupart n’étaient pas touchés par le virus de la jaunisse, car ils vivaient dans des régions moins exposées à cette maladie. En septembre, les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique mettaient d’ailleurs « au défi quiconque [voulait] montrer que sur 0,5 % de parcelles de betteraves bio, il y a moins d’infestation ».

Le projet Bio présente également « une veille technique et scientifique sur la jaunisse en parcelles bio à l’échelle européenne sur les trois années, dans des pays où la production de betterave sucrière en bio est nettement plus développée qu’en France : entre 5 et 11 % des surfaces en bio dans trois pays européens, contre 0,1 % en France », précise à Reporterre Sabine Bonnot, administratrice à l’Itab. Le tout pour un budget de 330 000 euros sur trois ans. « Une somme minime au regard de l’enveloppe globale du PNRI jaunisse betterave [7 millions d’euros], et surtout au regard des enjeux pour la recherche d’alternatives agronomiques à laquelle ce projet se proposait de contribuer », poursuit Sabine Bonnot.


Les associations dénoncent aussi l’opacité du processus d’attribution des financements : « Nous n’avons reçu aucun détail sur les projets retenus ou non retenus, les budgets alloués et les critères de sélection », déplore Caroline Faraldo. « Nous demandons au gouvernement, du fait de son évidente pertinence, de financer le projet Itab-Fnab et ce, dans son approche globale (volet agronomique et économique), écrivent les associations. L’étude des phénomènes liés à la jaunisse en agriculture biologique constitue l’une des meilleures options pour identifier les alternatives agronomiques pour une sortie définitive des néonicotinoïdes. »

À l’issue du deuxième conseil de surveillance des néonicotinoïdes, qui avait lieu ce mardi 25 mai, il resterait 470 000 euros non dépensés, selon nos informations. Les financements auraient été attribués majoritairement à l’ITB et à l’INRAE, qui sont aussi les décisionnaires du comité de pilotage du PNRI. Les autres bénéficiaires de ces fonds publics seraient essentiellement des entreprises privées. Les budgets précis par projet et par partenaire n’ont pas encore été communiqués.
Par ailleurs, selon les informations de Reporterre, le cabinet du ministère de la Transition écologique surveille de près le projet Bio ; il se dit « très attaché au travail » proposé et serait « prêt à étudier d’autres modalités pour le soutenir le cas échéant ». « Il faut aller vite, dit Sabine Bonnot, à force d’atermoiements, on risque de perdre une année, précieuse, de retard. »



« La Seine n’est pas une poubelle » : le maire de Rouen veut porter plainte après une pollution aux néonicotinoïdes
https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/05/26/la-seine-n-est-pas-une-poubelle-le-maire-de-rouen-veut-porter-plainte-apres-une-pollution-aux-neonicotinoides_6081589_3244.html  

Qu’est-ce que le thiaméthoxame ? Pesticide retrouvé dans l’eau de la Seine à Rouen
https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/seine-maritime/rouen/qu-est-ce-que-le-thiamethoxame-pesticide-retrouve-dans-l-eau-de-la-seine-a-rouen-2108596.html  

Les néonicotinoïdes tuent les oiseaux ruraux, LPO intente une action en justice
https://www.natura-sciences.com/environnement/neonicotinoides-tuent-oiseaux-lpo.html  

« Quel avenir pour la betterave ? » conférence en ligne le 16 juin
https://www.terre-net.fr/actualite-agricole/economie-social/article/quel-avenir-pour-la-betterave-202-179215.html  

Signer !

Récapitulatif

Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à fabrice.Rigoulet-Roze@agriculture.gouv.fr
Avec les éléments suivants :
  • Sujet : Alternatives aux néonicotinoïdes
  • Message : Monsieur le Ministre

    Du fait de son évidente pertinence, je vous demande de financer le projet Itab-Fnab et ce, dans son approche globale (volet agronomique et économique).
    L’étude des phénomènes liés à la jaunisse en agriculture biologique constitue l’une des meilleures options pour identifier les alternatives agronomiques pour une sortie définitive des néonicotinoïdes.
    Dans cette attente

Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments" ou "me connecter et modifier"
credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
  
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.



Vous pouvez modifier le sujet et le texte de cette cyberaction en choisissant l'option "modifier des éléments"

   

 

16 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

@Frawald
Ce n'est pas la jeunesse dans ce cas qui est importante, c'est la philosophie qu'on applique dans sa vie de tous les jours.
Ces "jeunes", n'ont qu'une philosophie; c'est leur gueule.
Ils pensent qu'en faisant partie de la classe privilégiée ils pourront s'en sortir lorsque la situation deviendra dramatique pour la majorité des habitants de cette planète. Ils protègent leur position de privilégiés, ils ne veulent pas que ça change, ils ne veulent pas qu'on s'aperçoive qu'on a pas besoin de leur fonction. Ils ne veulent pas qu'on s'attaque à ceux qui les maintiennent là ou ils sont.
Et de plus leur chef de file, Macron, n'a pas et n'aura pas d'enfant...

Christian Perez-Gil
12/06/2021 - 19:47:05

Alain tu nous mets un article de Reporter sur bio et santé. Peu d’études là-dessus.

C’est encore la différence entre l’agriculture et le bâtiment, comme je l’avais dit dans mon commentaire précédent. Bâtiments, climat et économie d’énergie.

Pour le bâtiment, 3 articles qui vont dans ce sens, se trouvent sur un journal de professionnel du bâtiment « Batiactu », et ce dans la même Newsletter : L'actualité du LUNDI 7 JUIN 2021
Les voici :
1) « Pour 1 acteur du bâtiment sur 2, la santé est devenue une priorité des projets »
2) « Bâtiment et économie d’énergie, avec des matériaux biosourcés - Le béton de chanvre réduirait de 70% les besoins énergétiques »
3) « Les projets de construction en bois tiennent-ils leurs promesses ? »

Nouvelleau
08/06/2021 - 22:59:00

C’est encore la différence entre l’agriculture et le bâtiment, comme je l’avais dit dans mon commentaire précédent.

Voir : Pour 1 acteur du bâtiment sur 2, la santé est devenue une priorité des projets - https://www.batiactu.com/edito/1-acteur-batiment-sur-2-sante-est-devenue-priorite-61997.php?MD5email=75c41574efedfaee0282fd731c39e155&utm_source=news_actu&utm_medium=edito&utm_content=article  

Et également entre bâtiment et économie d’énergie, avec des matériaux biosourcés - Le béton de chanvre réduirait de 70% les besoins énergétiques - https://www.batiactu.com/edito/beton-chanvre-reduirait-70-besoins-energetiques-61972.php?MD5email=75c41574efedfaee0282fd731c39e155&utm_source=news_actu&utm_medium=edito&utm_content=article  

Et aussi Les projets de construction en bois tiennent-ils leurs promesses ? - https://www.batiactu.com/edito/projets-construction-bois-tiennent-ils-leurs-promesses-61949.php?utm_source=news_actu&utm_medium=edito&utm_content=article&MD5email=75c41574efedfaee0282fd731c39e155  

Ces 3 articles se trouvent sur un journal de professionnel du bâtiment « Batiactu », et ce dans la même Newsletter : L'actualité du LUNDI 7 JUIN 2021. Et pas sur un média alternatif comme Reporterre. L’agriculture et le bâtiment, ce sont vraiment deux secteurs différents, et pourtant sous le même gouvernement.

Nouvelleau
07/06/2021 - 12:40:06

Dany Berthiot
03/06/2021 - 10:00:10

C’est confirmé : manger bio est meilleur pour la santé
https://reporterre.net/C-est-confirme-manger-bio-est-meilleur-pour-la-sante  

Alain UGUEN
02/06/2021 - 08:32:04

On aurait pu espérer qu'une équipe gouvernementale plus jeune soit davantage préoccupée par les problèmes environnementaux, plus encline à soutenir les efforts et actions, notamment dans l'agriculture, en faveur de la préservation du vivant. Mais non… Tous les jours, cette "team de start-up" nous administre la preuve qu'être un vieux c.. n'a jamais été une question d'âge!
On se croirait sous Pompidou, l'optimisme et l'insouciance en moins. Pire ceux-ci n'ont même plus l'excuse de l'ignorance. Ils ne pourront même pas dire : "On ne savait pas".

Frawald
31/05/2021 - 08:05:51

Je trouve dommage de dire « ce gouvernement ». En faite, c’est « ce ministère », qui défend les néonicotinoïdes depuis de très nombreux gouvernements. Les producteurs de produits chimiques font le siège de ce ministère depuis très très longtemps. C’est Maurice Mességué qui disait que les démarcheurs de produits chimiques disaient aux paysans, il y a très longtemps, que ces derniers n’étaient pas modernes et arriérés de ne pas se mettre à ces produits chimiques. Une étude du Commissariat général au Plan (mes souvenirs ne sont plus très exacts, mais je dirais de 1976) disait, elle, qu’il était difficile de dire aux paysans que là où ils ont été stupides c’est d’avoir acceptés face aux vendeurs de produits chimiques d’être stupide, et que ça, c’était difficile de le leur dire.

Je suis de près le bâtiment, et beaucoup d’action dans le sens de l’écologie existe : construction bois, maisons en paille, maisons en terre, etc… Là, un article du Moniteur des travaux publics « Wall’up inaugure l’ère industrielle du béton de chanvre ». Comprendre « chaux-chanvre ». Et bien d’autres choses. En faite, c’est une question de secteur. Certains secteurs sont ouverts à la transition, d’autres sont inféodés tout particulièrement à l’industrie agrochimique. Normalement les ministères défendent leurs attributions : le ministère de l’environnement, l’environnement ; le ministère de l’industrie, l’industrie. Ca n’est pas le cas du ministère de l’agriculture qui est systématiquement inféodé à l’industrie de l’agrochimie et qui ne défend pas les agriculteurs. C’est une anomalie.

Nouvelleau
29/05/2021 - 03:23:40

Faisons en sorte que nous n'ayons pas trop honte devant nos enfants !

béatrice jung luijken
28/05/2021 - 20:33:33

Faisons en sorte que nous n'ayons pas trop honte devant nos enfants !

béatrice jung luijken
28/05/2021 - 20:33:13

Adhésion 2021.
Merci pour votre travail.
Avec ma sympathie.
Norbert

Norbert DELPIT
28/05/2021 - 20:10:48

Ce meême gouvernement a divisé par deux les subventions à l'agriculture biologique. Le "bio" ne l'intéresse pas. Seul compte les profits des revenus boursiers. Donc des Monsanto et consorts. La vie, définie par le préfixe "bio", n'est pas inscrite à leur programme de gouvernement.

Mireille
28/05/2021 - 15:36:45

Les promesses du gouvernement n'engagent que ceux qui ont la naïveté d'y croire. Ce gouvernement d'amateurs incapables va toujours à la solution de facilité. C'est désolant !!!

Bruno Cappelle
28/05/2021 - 15:00:57

La meilleure réponse est dans les urnes!
Votons écologie et sortons tous ces vassaux des entreprises chimiques des rênes du pouvoir!

Fabrice Oppenlander
28/05/2021 - 14:59:15

N'oublions pas non plus que les trois quarts des insectes et des oiseaux ont disparu depuis 30 ans en grande partie à cause des pratiques agricole et le résultat c'est que le monde agricole veut continuer cette destruction...le bon sens il est où?

Yves Mollet
28/05/2021 - 12:16:40

Quelle magistrale hypocrisie de la part du ministère (ministre?) de l'agriculture!!!!!

Yves Mollet
28/05/2021 - 12:12:19

J'ai signé, mais j'aime pas les raccourcis genre "néonics" !

DENIS PUGNERE
28/05/2021 - 10:37:59

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette cyberaction en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !