actualité écologie

SPAM etc...

Jour du dépassement : Pourquoi le recul cette année du 'jour du dépassement' est un trompe-l'œil

22 V'là les acteurs des transitions

APPEL : Les petits pas ne suffisent pas

Le Gouvernement abandonne le projet de Notre Dame des Landes

Ne laissez pas vos appareils en veille

Les amis des 150

33è anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

PROJECTION DU FILM UNE FOIS QUE TU SAIS

météo

Cyberaction N° 852: Refus du CETA Bravo et Merci au Gouvernement wallon

2023 l'année des droits

AG Cyberacteurs

EPR : Echec Prévisible de la Roulette Russe

Journal des Bonnes Nouvelles

image vide cyberacteurs
image vide



Pétition : POUR UN RÉFÉRENDUM SUR LE NUCLÉAIRE MILITARO-CIVIL : NI DÉBAT TRONQUÉ, NI SIMULACRE DE CONCERTATION

Voulue par le Président Macron et préparée par le gouvernement, la « relance du nucléaire » en France passe par deux procédures administratives : un débat public sur le projet d’EDF de construction de nouveaux réacteurs EPR à Penly (et ailleurs), une concertation sur le système énergétique de demain. Mais dans aucun des deux n’est débattue la prolongation décennale des réacteurs existants et encore moins l’augmentation de budget pour l’armement atomique, ces autres relances du nucléaire qui ne disent pas leur nom.

[ 1 393 participations ]

Pour aller directement à la signature Cliquez ici

recommander par courriel    partager sur google+  
      partager sur framasphère

 

Pétition mise en ligne le 23 janvier 2023

Proposée par Cyberacteurs
En partenariat avec Stop Nucléaire 56, Sortir du Nucléaire Bugey

Elle sera envoyée à Parlementaires

Elle prendra fin le : 28 février 2023

Plus d'infos

Des enquêtes publiques organisées pour disqualifier toute critique fondamentale du nucléaire
Une enquête publique était organisée, du 14 novembre au 16 décembre 2022, sur les dispositions techniques envisagées par EDF pour prolonger au-delà de 40 ans l’exploitation du réacteur N°2 de la centrale nucléaire du Tricastin dans la Drôme. Elle faisait suite à celle de début 2022 concernant le réacteur N°1. D’autres enquêtes publiques sont prévues sur chacun des 30 autres dossiers d’EDF relatifs aux réacteurs de 900 MW, les plus anciens en fonctionnement en France (par exemple les réacteurs N°2, N°4 et N°5 de la centrale nucléaire du Bugey pour lesquels une enquête publique est prévue du 6 février 2023 au 8 mars 2023).

En attendant les rapports d’enquête voici la conclusion de celui relatif au réacteur N°1 du Tricastin :
[….] la Commission estime que, sans pouvoir affirmer qu’elles seront suffisantes, les dispositions proposées par EDF lors du 4ème réexamen périodique du réacteur INB n°87 situé sur le Centre Nucléaire de Production d’Électricité du Tricastin vont dans le sens d’une amélioration continue de la sûreté. »
Les commissaires avaient-ils lu le communiqué, publié le 6 janvier 2022 par d’anciens responsables de la sûreté nucléaire, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Angleterre et en France1 ?
Extrait : « La réalité est que le nucléaire n'est ni propre, ni sûr, ni intelligent, mais une technologie très complexe qui peut causer des dommages importants. Le nucléaire n'est pas bon marché, mais extrêmement coûteux. Et surtout, le nucléaire ne fait partie d'aucune stratégie viable pour lutter contre le changement climatique. »

En tous cas leur rapport suggère que « l’amélioration continue » n’est pas une garantie absolue de sûreté. De nombreuses pratiques délictueuses échappent aux contrôles de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), comme les dissimulations d’incidents. Et lorsque l’ASN autorise EDF à déroger aux règles de sûreté, par exemple pour le réacteur EPR de Flamanville2, il faut se préparer au pire.
Sans pouvoir affirmer que le rapport d’enquête sera suffisant pour justifier la décision de l’ASN on peut cependant être sûrs qu’il lui laisse le champ libre pour autoriser EDF à prolonger de 10 ans la dangereuse exploitation du réacteur N°1 du Tricastin.

Une Commission Nationale du Débat Public (CNDP) qui fait mine de s’offusquer de pratiques antidémocratiques mais couvre celles du gouvernement et bafoue ses propres recommandations

Parfaitement informée de la situation, l’ancienne secrétaire d’Etat chargée de l’écologie (du gouvernement Fillon II) et actuelle Présidente de la CNDP, avait alerté sur « le risque d’une radicalisation des conflits et d’un accroissement de la défiance à l’égard des responsables publics ». En séance plénière, le 1er décembre 2021, la CNDP rendait un avis recommandant que :
- « <i>conformément aux dispositions internationales et nationales applicables, un débat public de programmation relatif à l’énergie nucléaire ait lieu,
- ce débat de programmation se tienne avant toute procédure de participation du public sur les projets de création d’une installation nucléaire de base.</i> »

Or le gouvernement n’en a pas voulu, préférant une simple concertation organisée du 20 octobre 2022 au 22 janvier 2023. Pour celle-ci, la CNDP a fourni ses conseils puis mis à disposition ses « garants ». De son côté elle organise, du 27 octobre 2022 au 27 février 2023 et au mépris de ses propres recommandations, un débat public sur le projet d’EDF de construction de nouveaux réacteurs.
113 député-e-s3 lui avaient pourtant adressé, le 25 octobre 2022, une lettre de saisine4 pour qu’elle organise un débat public « relatif à la place du nucléaire dans le système énergétique de demain ».
Mais lors de sa séance plénière du 21 décembre 2022 la CNDP a rejeté cette demande aux motifs :
« • que le discours prononcé par le Président de la République à Belfort le 10 février 2022 [texte qui accompagnait la lettre de saisine] <i>propose des orientations de politique énergétique mais que l’article 20 de la Constitution confie au Gouvernement le soin de déterminer et conduire la politique de la nation donc de concevoir le projet de réforme de la politique publique,
• que le discours du Président de la République objet de la saisine ne peut pas être considéré comme l’élaboration d’un « projet de réforme relatif à une politique publique » au sens de l’article L.121-10 du code de l’environnement.</i> »
L’existence d’un projet de réforme de la politique nucléaire de la France, annoncé le 6 juillet 2022 lors de la déclaration de politique générale de la Première Ministre à l’Assemblée Nationale, semblait pourtant suffisante pour que la CNDP se saisisse de la demande des député-e-s. Sa Présidente avait en mains tous les éléments, comme l’indique le compte-rendu de la séance plénière, pour que la CNDP organise en toute indépendance le débat public demandé.
En définitive, simulacre de concertation, débat public biaisé et enquêtes publiques inutiles, masquent la relance en cours du nucléaire, chaotique, coûteuse et dangereuse. Le projet de loi d’accélération de la construction de nouveaux réacteurs5, annoncé le 27 septembre 2022 par le gouvernement, est un autre aspect de cette relance décidée avant tout débat public.

1/ https://www.nuclearconsult.com/blog/former-heads-of-us-german-french-nuclear-regulation-and-secretary-to-uk-government-radiation-protection-committee-nuclear-is-just-not-part-of-any-feasible-strategy-that-could-counter-climate-chan/  
2/ https://www.criirad.org/12-12-2022-scandale-epr-ou-comment-faire-fonctionner-des-reacteurs-nucleaires-avec-des-rustines/  
3/ 75 du groupe LFI-NUPES, 22 du groupe EELV-NUPES, 14 du groupe socialistes et apparentés – NUPES, 1 du groupe Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires, 1 du groupe Modem et indépendants.
4/ http://collectif-adn.fr/Saisine_parlementaire_de_la_CNDP_Place_du_nucleaire_dans_le_mix.pdf  
5/ https://www.actu-environnement.com/blogs/corinne-lepage/77/construction-nouveaux-reacteurs-epr-peut-aucune-maniere-disposer-regime-625.html  

PDF à télécharger pour plus d'infos

Texte de la pétition

Un vrai débat public, suivi d’un référendum sur le nucléaire militaro-civil, est indispensable
La guerre actuelle en Ukraine, montre bien que toute installation nucléaire est à la fois un but de guerre, une arme de destruction massive à disposition des ennemis de l’humanité et une catastrophe majeure en puissance dont les effets, à court, moyen et très long terme, échapperont à tout contrôle.
Il n’est pas acceptable d’être soumis à de telles menaces, construites par une industrie de guerre.
Lorsque cette industrie fixe le calendrier, le contenu et les limites des débats publics qui la concernent, ils se soldent par des décisions technocratiques, antidémocratiques et antiéconomiques. C’est un « pognon (public) de dingue » qu’il faudra pour la construction de nouveaux réacteurs, de nouvelles installations en amont (routes et voies d’accès, carrières et mines, traitement du minerai d’uranium, enrichissement et fabrication de « combustible ») et en aval (lignes à très haute tension, stockage des déchets radioactifs, etc.), mais aussi pour la prolongation décennale des réacteurs nucléaires existants et l’augmentation des budgets dédiés aux armes atomiques, ces autres relances du nucléaire qui ne disent pas leur nom.
Cet argent n’ira pas là où il est pourtant indispensable : la protection des écosystèmes, la santé, l’éducation, la justice, la sécurité civile, la diplomatie de paix, etc.
Un véritable débat public sur le nucléaire ne peut pas être limité à la place du nucléaire dans le système énergétique de demain. En ce sens, le rejet par la Commission Nationale du Débat Public de la saisine de 113 députés et députées peut être l'occasion d’ouvrir la discussion sur les questions qui devraient être abordées dans un vrai débat public. Et la conclusion logique de celui-ci est un référendum, seul outil démocratique permettant à l’ensemble des citoyennes et citoyens de se prononcer pour ou contre le soutien de l’Etat français à l’industrie nucléaire militaro-civile.

 

Signer !

credible

Les champs marqués d'une * sont obligatoires

J'ai un compte

Adresse électronique *
Mot de passe *
credible

Je signe sans compte

champs obligatoires
Nom *
Prénom *
Courriel *
Code postal *
Commune *
Pays *
champs facultatifs
Profession
Adresse

(Cyberactions et journal des bonnes nouvelles) Si vous les recevez déjà, pas besoin de cocher cette case.

Je souhaite que mes coordonnées (nom | prénom | code postal | commune | profession) ne soient pas visibles sur le site de cyberacteurs. Elles seront juste collectées afin de figurer sur le document au format PDF envoyé au(x) destinataire(s) de la pétition.


 

24 commentaires

credible

Connexion / inscription
image vide Vous devez posséder un compte pour pouvoir poster un commentaire
Courriel
Mot passe
Rester connecté-e

 

La question de la sécurité en cas de conflit est vraiment à poser. Surtout lorsqu'il s'agit des SMR (Small Modular Reactors ou petits réacteurs modulaires) du projet Nuward.
https://planete.lesechos.fr/solutions/edf-se-lance-dans-la-course-aux-mini-reacteurs-nucleaires-14970/  
L'Etat français a déjà mis un milliard d'euros sur la table pour ce projet secret (de polichinelle) dans le cadre de France Relance. Toujours et encore "France Relance les projets absurdes avec notre argent!"
Lors d'une guerre, si les belligérants hésitent à viser directement les grandes centrales, ils n'hésiteront pas à tirer sur des mini réacteurs qui constitueront des "cibles acceptables" (l'expression est moche !). Sans parler des terroristes au cerveau fondu...
Alors, oui pour un référendum.

Frawald
31/01/2023 - 15:28:44

Mr Blavette utilise des arguments insultants ("stalinien", "pronucléaire", "farce insoumise") qui ne permettent pas d'expliquer pourquoi il n'est pas d'accord avec cette pétition.
Ce ne sont pas les demandes de référendum qui "détournent l'attention du nécessaire arrêt du nucléaire". C'est au contraire le sentiment qu'on ne peut rien faire contre cette industrie et les politiques qui la soutiennent.
Organiser un référendum c'est permettre un débat public ouvert à toutes et à tous, à l'issue duquel les électrices et électeurs se prononceraient pour la première fois sur un sujet vital. Le référendum est un outil démocratique parmi d'autres, qui n'enlève rien aux autres formes de démocratie.
Quant à "l'éloignement de la multitude, du débat sur la transition énergétique", cette dernière étant synonyme de prolongation du nucléaire militaro-civil, il est la conséquence du mode de décision antidémocratique qui règne dans ce pays. Les décisions sont déjà prises et on voudrait qu'on en débatte. C'est une farce!
Mr Blavette aurait pu expliquer ce que veut dire cette phrase énigmatique "le DNTE que nous avions gagné de haute lutte...". Je suppose que ça concerne un précédent Débat National sur la Transition Energétique à l'organisation duquel Mr Blavette pense avoir contribué. Qui s'en souvient, à part les organisateurs ? Et quels en sont les résultats ? Le nucléaire militaro-civil est toujours là et nous devons continuer à nous mobiliser pour l'arrêter. Chacun et chacune fait ce qu'il peut.
Mais il ne faut pas compter sur la Commission Particulière du Débat Public (CPDP) pour nous aider. Sa "maison mère" (la Commission Nationale du Débat Public) a rejeté la demande de 113 député-e-s d'organiser un vrai débat public. Dans ces conditions il ne faut pas s'étonner que la séance du débat public organisée à Lille par la CPDP ait été perturbée et sa retransmission coupée: https://www.youtube.com/watch?v=1XpJkSIytGU  

François VALLET
31/01/2023 - 11:36:46

je pense que la sortie du nucléaire est inéluctable vu les problèmes que ça pose : déchets (dont on nous disait il y a 50 ans qu'on trouverait une solution propre et définitive !!), possibilité de catastrophe (on a vu que le japon, dont on vantait la maîtrise du nucléaire, y est passé), démantèlement (coût exorbitant et longueur voir Brenilis)
Mais on peut le faire sans obérer la capacité énergétique de façon idéologique.
Les scénarios négawatt ou ademe ou ... donnent beaucoup de possibilités.

martin bouchez
31/01/2023 - 11:09:40

bonjour,
je désapprouve le principe et la proposition d'organiser un référendum sur l'énergie nucléaire. Positionnement clairement stalinien et pronucléaire, cette proposition avait été faite par l'ancêtre de la farce insoumise en 2012 de manière à détourner l'attention du nécessaire arrêt du nucléaire et d'éloigner la multitude du débat sur la transition énergétique. Et ce qui devait arriver arriva... le DNTE que nous avions gagné de haute lutte a été manifestement déserté, le plus grand nombre s'en tenant à l'écart. Pourquoi donc les mentalités auraient-elles évolué depuis ? L'urgence est de mener à son terme le débat public orchestré de main de maitre par Michel Badré et la CPDP ce qui implique la capacité de se mobiliser, de s'informer et de dialoguer avec ceux et celles qui croient encore dans l'atome.

Guillaume Blavette
30/01/2023 - 12:36:41

nous vivons sur un volcan nucléaire capable de rendre invivable tout ce pays , avec une totale dépendance des ressources nucléaires , du traitement des déchets par la Russie (sic) , d'une sensibilité extrême à une attaque de nos centrales , d'une évolution financière catastrophique des EPR dont on ne maitrise plus la construction , une incapa!! Sans compter que nous transmettrons des déchets ultimes à 500 m de profondeur à nos descendants, une incapacité de démontage des coeurs de centrale ! Un avenir radieux , pardon "radioactif" . Tout va bien Mme la marquise !

serge Schwindenhammer
29/01/2023 - 11:28:55

Je suis entièrement du même avis que vincent BERNARD :
"Je ne signe pas le nucléaire reste pour le moment la seule solution décarbonée pour un socle minimum de fourniture d'énergie ;les allemands nous ont fait le coup avec greenpeace (dont au passage des responsables sont au gouvernement allemand ) et le résultat c'est la réouverture des centrales à charbon!!
vincent BERNARD

jacques pasquini
29/01/2023 - 10:04:15

On ne pourra aborder le sujet de l’énergie sans redéfinir le modèle de société que l’on est capable d’accepter.
Mais le sujet est interdépendant des autres pays.
Comment faire pour sensibiliser l’ensemble des peuples, questionner la consommation, la notion de croissance, de propriété, …

Bruno BAZIRE
29/01/2023 - 10:02:44

D'aucuns prétendent qu' "on ne peut se passer du nucléaire". Pour ma part je constate qu'on ne sait pas faire avec le nucléaire. On ne sait pas gérer les déchets sur des centaines d'années, on ne sait pas démanteler les centrales, on ne sait pas empêcher des accidents graves de se produire, on ne sait pas reconnaitre les avancées de la science en matière de radioprotection, on ne sait pas empêcher la guerre en Europe malgré la dissuasion nucléaire, on ne sait même pas construire un réacteur EPR qui fonctionne normalement.

Sonia Marmottant
27/01/2023 - 13:46:32

Hormis la rubrique de la faible émission de CO2 durant le fonctionnement du réacteur, toutes les autres rubriques de l'électro nuc sont noires:
1 : pollution en amont sur les sites d'extraction mais aussi les sites d'entreposage des sou- produits de raffinage à Malvési,
2 : pollution pendant la production, par des effluents, chimiques, thermiques, et radio actifs toutes les ENB et le retraitement de La Hague
3 : post pollution : avec les déchets de tout niveau et de toute durée de vie, des combustibles usés jusqu'aux déchets de déconstruction des centrales
4 : il nous maintient dans la dépendance énergétique
5 : il est peu offreur d'emplois
6 : il maintient le risque de catastrophe majeure
7 : il est porté par les mensonges et les opacités de finances et pouvoirs
8 : il est lent et couteux à voir l'évolution des EPR, finlandais, chinois, et français: ce dernier, d'après EDF devait couter moins de 4 Md alors que son cout est de presque 20 Md d'après la CC, et le délai de construction était d'après EDF de 5 ans alors qu'après 15 ans la date de mise en fonctionnement n'est toujours pas connue.
10 les moyens et compétences qui seraient investis dans de nouvelles installations ne seraient pas disponibles pour les ENR et la sobriété.
9 : actuellement il est sous le coup d’une plainte déposée depuis 2016 par l’ASN pour mise en danger de la vie d’autrui en conséquence de défaut de qualification de pièces et de falsifications de certification de qualité

10 la situation financière d’EDF est très déficitaire
Conclusion si nous ne voulons pas être le dernier élève de la transition énergétique sortons du nucléaire et ne cherchons pas en enfouir les déchets

Georges PROST
27/01/2023 - 13:18:53

Nous signons pour que la France signe le traité d'interdiction des armes nucléaires entré en vigueur depuis 2 ans qui rend illégales ces armes que possèdent les 5 puissances mondiales reconnues (France, Chine, Russie, Angleterre, Etats Unis) et les 4 puissances Inde, Pakistan, Israel et Corée du Nord. Les milliards que la France économiserait en ne modernisant pas son stock d'armes nucléaires pourrait servir à la recherche pour l'energie de demain non nucléaire

Annie et Joel Frison
27/01/2023 - 12:35:02

Rassemblement lors de la séance lyonnaise du débat public sur la relance du nucléaire
Lyon 5e (69005) - Rhône-Alpes

Jeudi 2 février 2023, à partir de 17H30


Depuis plusieurs mois, a lieu le débat public national sur la relance du nucléaire et la construction de 3 paires de réacteurs nucléaires de type EPR2 en France. Le 2 février, aura lieu à Lyon la 9e séance de ce débat, chargée de répondre à la question : « Quelle prise en compte des incertitudes climatiques et géopolitiques ? ».

Des mouvements antinucléaires, associatifs, politiques et d'élu·es de la région Rhône-Alpes, s’associent actuellement pour organiser un rassemblement pour dire non aux EPR : rendez-vous JEUDI 2 FÉVRIER à 17H face à la salle du débat public (dans la salle des fêtes de la Garenne, 60 avenue Général Eisenhower, 69005).

Que vous ayez prévu d’être à l’intérieur pour affirmer vos positions antinucléaires lors de la séance, ou à l’extérieur pour afficher publiquement nos couleurs antinucléaires, toutes les formes de mobilisations sont nécessaires face à la relance ! Ensemble faisons nombre !

Les habitant·es de la région Rhône Alpes sont toutes et tous concerné·es par la construction des nouveaux réacteurs EPR. En effet, si l’État français a déjà choisi ou implanter les deux premières paires d’EPR (Penly et Gravelines), les sites du Bugey (Ain) et ceux du Tricastin (Drôme) sont en « concurrence » pour accueillir la troisième paire.

Alors groupons-nous et rappelons que non, trop lent, trop cher, trop dangereux, trop polluant, le nucléaire ne sera pas la solution face à la catastrophe écologique ! Les nouveaux réacteurs c’est ni ici ni ailleurs

Lieu de rendez-vous : salle des fêtes de la Garenne, 60 avenue Général Eisenhower -69005 LYON, le 2 février à partir de 17H00, début des prises de parole à 18H00

Un évènement organisé par : la Coordination stop Bugey, le Réseau « Sortir du nucléaire », le collectif lyonnais des déserteur·euses, le Collectif des élu·es contre les EPR, Greenpeace Lyon, le collectif Stop Tricastin.

>>> Retrouvez cet évènement sur notre agenda en ligne ici : https://www.sortirdunucleaire.org/Rassemblement-lyonnais-contre-la-relance-du  

Alain UGUEN
27/01/2023 - 07:31:53

A condition que tous les habitants de ce pays soient en mesure de connaître les problèmes dans ce domaine. Le manque d'information est constant.

Philippe Gillier
26/01/2023 - 19:56:04

A Vincent Bernard.
Peut-être que tu as lu ce cher Jancovici et sa propagande qui prétend que l'industrie nucléaire (dont la part dans le mix énergétique est en fait ridicule) est décarbonée. Seulement si on n'intègre pas les énergies grises pour fabriquer les infra-structures, détruire la planète avec l'extractivisme (en polluant au passage des régions entières qui parfois sombrent dans la guerre comme à l'est du Sahel où la pollution laissée par Orano nourrit les rangs des fous de guerre islamistes), transporter et transformer les minerais puis les retraiter...) Décarbonée, le nucléaire ? Foutaise et illusion...

Flip
26/01/2023 - 19:55:42

Mais apparemment personne ne veut d'une poubelle nucléaire dans son jardin ? Ah si, les tenants du nucléaire "civil"...
Pourquoi ne pas signaler que l'électricité fournie par les centrales nucléaires se disperse en quantité importante au cours de ses acheminements par les lignes à haute-tension ? Information fournie, sans langue de bois, par un responsable d'EDF il y a quelques années lors d'une réunion avec l'organisme local d'HLM, déjà pour parler de l'importance de l'isolation dans les logements.
Si les opposants locaux aux énergies renouvelables acceptaient le fait qu'il faut produire ET consommer sur place dans la mesure du possible, on avancerait plus vite et on aurait déjà les équipements nécessaires pour se passer du nucléaire, du pétrole et du charbon. Il y a des communes qui s'organisent avec les habitants, tout le monde prend une participation et ils construisent leur production locale, et ils revendent le surplus éventuel aux autres utilisateurs ou revendeurs.
Comme on disait autrefois "On n'a pas de pétrole mais on a des idées"... Oui, mais si on APPLIQUAIT les idées, au lieu de se bouffer le nez chaque fois qu'on veut planter six éoliennes sur une friche industrielle, ou trente panneaux solaires sur une décharge ??? Hein ? Une "idée" comme ça...
Merci d'avance ! :-)

PS : le nucléaire "civil" n'est que le cache-sexe du nucléaire militaire, et ce depuis le début. Si on avait utilisé, depuis cinquante ans, le quart des sommes monumentales consacrées au nucléaire pour construire les équipements alternatifs, on serait totalement autonomes et sans risque de black-out ni d'apocalypse nucléaire (n'oublions pas qu'il y a dans le monde plusieurs malades mentaux susceptibles d'appuyer sur le "bouton", et ce n'est pas une illusion !), ni d'empoisonner la terre et la mer pour des millénaires.

Anne
26/01/2023 - 18:50:32

Il y a un détournement du sens des mots dans ce qui touche au nucléaire (cette pratique ne se limite pas seulement à ce sujet si important!!!).
On nous répète que par cette technique, nous aurions l'indépendance énergétique! mais d'où vient l'uranium aujourd'hui: Niger (en voie d'épuisement et où la pollution R.Active sévir, pauvre africains...), da Khazakstan, du Canada, d'Australie; tout pays qui sont à notre porte.
La géopolitique peut aussi remettre en cause ces approvisionnements?
Une fois en France, ce minerai voyage: raffinage à Malvesy près de Narbonne, puis Tricastin: les barres y sont fabriquées. Et ça continue à voyager!... Si les choses se passent bien, qu'il n'y ait pas de dérive des réacteurs (pas d'accident type Tchernobyl), le combustible non consommé est déchargé, envoyé pour être retraité à La Hague et ce n'est pas fini, La Russie prend sa part des déchets, une autre part est stockée, avant enfouissement toujours en projet à Bure, mais ça coince "à peine".
Et le gouvernement voudrait en remettre une couche avec des EPR déjà poussifs avant d'avoir produit le moindre KWH!!!
Sans parler de délais explosés et du dépassement de budget du même ordre....
Avec le pétrole, l'Occident a connu un "Age d'Or", aux dépends du reste du monde, qui ne pourra pas durer.
D'autant que des appétits se manifestent: Chine, Inde etc...
Le monde tel que nous l'avons connu: abondance, gaspillage, est révolu, si nous ne "bifurquons" pas, l'avenir est incertain? Le changement climatique qui est notre "oeuvre!" se chargera dans la douleur, de rappeler que la fête est finie.
Le Hic, c'est que tout le monde n'a pas eu sa part du gâteau.

Eugène-François Ravenet
26/01/2023 - 18:21:13

Pas de nucléaire militaire sans nucléaire civil... toutefois le nucléaire civil est à l'initiative de progrès. Notons que la transparence sur la durée de péremption des missiles est opaque comme le transport sur nos routes de matériaux dangereux, ainsi que l'augmentation des taux de radioactivité admissibles dans nos cimenteries et notre bitume (avez-vous entendu parler de camions diffusés des déchets dans nos cimenteries??) alors, pourquoi ses hausses de tolérances?en France?
enfin plus de clareté, plus de responsabilité svp

rodolphe bon
26/01/2023 - 17:18:23

Le nucléaire n'est pas décarboné, il a cependant un impact plus faible globalement que d'autres énergies. Cet impact est d’ailleurs très probablement sous estimé dans les calculs car on ne sait pas le poid que représente la gestion des déchets et le démantèlement des centrales qui est pour l'instant un gros gros gros problème.
Mais tout ne se résume pas qu'a l'impact carbone, quels risques en cas d'accident fortuit ou d'attaque, quel impact sur les milieux aquatiques, la centralisation du réseau énergétique et la consommation, sur les travailleurs sur la transparence et le débat démocratique etc etc
En France, le nucléaire s'impose et fermez vos bouches. Voilà ce qui se passe malheureusement.

Florian Siméon
26/01/2023 - 16:51:08

Je ne signe pas le nucléaire reste pour le moment la seule solution décarbonée pour un socle minimum de fourniture d'énergie ;les allemands nous ont fait le coup avec greenpeace (dont au passage des responsables sont au gouvernement allemand ) et le résultat c'est la réouverture des centrales à charbon!!

vincent BERNARD
26/01/2023 - 14:47:00

Le nucléaire civil est la technique qui dégrade le plus le climat, à cause de l'envoi massif de chaleur dans l'environnement. Il ne faut pas seulement prendre en compte les risques et les déchets.
Il y a beaucoup d'autres techniques de production d'énergie (sous forme de chaleur et/ou d'électricité). Le nucléaire n'a aucun intérêt civil, et utilise beaucoup de ressources humaines qui seraient mieux utilisées dans d'autres domaines.

Jacklinventeur
26/01/2023 - 14:40:53

On peut toujours espérer c'est indispensable.

Le nucléaire fait partie des enjeux d'Etat à cause de plusieurs facteurs :
- le temps d'attente du retour sur investissement que le capitaliste ordinaire trouve trop long pour se lancer sans garanties de l'Etat (cf le scandal des compagnies de chemin de fer autrefois).
- le risque épouvantable à cause de la mise en DANGER des populations que le capitaliste ne peut pas assumer (les gains pour le capital, les pertes pour les gueux)
- la politique énergétique du pays détermine son activité et donc l'attractivité pour les capitaux - on reste dans la dictature du capitalisme dévastateur

De tout cela resulte un engagement total des institutions qui ne peut pas être stoppé suivant l'humeur ou le bon plaisir de personne pas même le souverain (la population).

C'est donc un boulet pour des années et en fait, pour des siècles que quelques irresponsables prennent un jour.

On a même pu voir que c'était un PARI sur l'avenir.

Tu paries sur un truc instable, immaitrisé, qui ne demande qu'à te peter à la figure ?

C'est ce qui a été fait ... tout simplement dingue, dément.
mais par des irresponsables ..

ALORS
ILS remettent ça.
Il a fallu attendre pas mal de temps pour OUBLIER FUKUSHIMA, dont la catastrophe ne finira que dans qqs MILLIERS d'années,
il a fallu attendre de voir la reception de CAMPAGNES DE PUB pour le nucléaire ...

Bref : le nucléaire est si "empoisonnant" que cela fait plus de 20 ans que les décisions le concernant SONT RETARDÉES.

et il est patent que le savoir faire perdu (les EPR sont mal conçus .... pourtant la pub dit le plus sûr jamais conçu !!
vraiment irresponsables ces gens)

le bon moment :
Les remous et agitations du moments (retraite guerre ..) , la pénurie d'électricité (due aux erreurs de conception des centrales) sont une occasion rare de faire accepter le DIKTAT nucléaire.

C'est indigne voire traitre envers la population, c'est donc a-démocratique, une fois de plus ...

jean
26/01/2023 - 12:47:33

28 janvier 20h spectacle Atomes Fourchus à Quimper salle du Terrain Blanc
https://www.cyberacteurs.org/pdf/flyer-recto-atomes_93.jpg  

Le comédien Johann Charvel vient de Rouen en Normandie, dans une zone nucléarisée à mort, où l’Etat veut rajouter 2 autres réacteurs nucléaires EPR à PENLY alors que le chantier de Flamanville est un fiasco qui atomise les milliards , que les trois autres EPR mis en service dans le monde (2 en Chine et 1 en Finlande) fonctionnent au ralenti en raison de graves problèmes de conception et réalisation.
Venez faire un triomphe à ce courageux acteur qui s’attaque avec brio, humour et bon sens au sujet tabou du nucléaire


Invitez toutes vos connaissances et plus particulièrement les plus jeunes
C'est drôle et plein de bon sens. Venez nombreux, la salle a une capacité de 240 places et l'entrée est libre.
C'est l'association Sortir du nucléaire Cornouaille http://www.sortirdunucleairecornouaille.org/spip.php?article253  
qui organise la venue de ce spectacle.

Alain UGUEN
26/01/2023 - 09:35:03

Débat public sur le nucléaire : le Réseau "Sortir du nucléaire" et Greenpeace France claquent la porte
https://www.sortirdunucleaire.org/Debat-public-sur-le-nucleaire-le-Reseau-Sortir-du?origine_sujet=LI202301  

Alain UGUEN
26/01/2023 - 09:10:17

Le contexte français actuel , en focalisant l'attention de l'opinion publique ( et l'action citoyenne ) sur la contre-réforme des retraites , et , pour les plus éveillés , sur la guerre en Ukraine , ne crée pas les meilleures conditions pour que cette Pétition , bien pensée , soit largement entendue et activement relayée ... maintenant .
Et pourtant ... c'est bien maintenant que , les menaces explicites de Poutine aidant , le nucléaire militaire est au coeur des angoisses habituellement tues .
Et pourtant ... c'est bien maintenant qu'on s'active , dans le secret des milieux technocratiques concernés , à préparer cette relance du nucléaire civil conformément à la volonté que le Prince a exprimée .
Et pourtant ... " vivre avec le nucléaire ou pas " n'est-il pas un enjeu majeur et un engagement sans retour où la délibération démocratique est à nouveau inexistante , comme elle le fut dans les années 70 pour le lancement de notre parc nucléaire aujourd'hui grevé des maux de la vieillesse ?
" C'est ainsi que les hommes vivent " ... chantait Léo Ferré . C'est ainsi que meurt la démocratie ... va-t-il falloir déchanter une fois encore ? En souhaitant que cette mort n'entraine pas celle de l'humanité !

jacques Bonnet
25/01/2023 - 20:23:09

« Une mascarade » : deux associations claquent la porte du débat public sur le nucléaire
https://reporterre.net/Une-mascarade-deux-associations-claquent-la-porte-du-debat-public-sur-le-nucleaire  

Alain UGUEN
25/01/2023 - 16:35:41

 

Diffusion de l'info

Vous avez un site internet, un blog ? faites un lien vers cette pétition en insérant ce code sur votre site:

 

Formulaire de collecte d'informations

  • Les informations qui vous concernent sont destinées à Cyberacteurs.
  • Elles serviront uniquement à des opérations dont Cyberacteurs aura la maîtrise, soit seul, soit en partenariat avec d'autres.
  • Les données (nom, prénom, adresse électronique, ville, profession) sont stockées afin d'empêcher de participer deux fois à la même cyberaction .
  • Elles n'aparaissent en aucun cas sur notre site, ni celui de notre partenaire.
  • Les données (nom, prénom, code postal, ville, profession) peuvent éventuellement être publiées sur un fichier pdf et envoyées au(x) destinataires(s) de la cyberaction .
  • Les adresses électroniques ne seront en aucun cas diffusées à quiconque, excepté bien sûr au destinataire de votre courriel.
  • Les adresses postales pourront être éventuellement utilisées dans le cadre d'envois communs à plusieurs partenaires le tiers (imprimeur ou expéditeur) s'engageant expressément à n'utiliser le jeu d'adresses que pour l'envoi concerné.
  • En cliquant sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous acceptez de recevoir les cyber@ctions diffusées par Cyberacteurs au rythme d'une quarantaine par an (inactivité complète en juillet et aout). Vous ne recevrez aucun message d'autres que de cyberacteurs.
  • Chaque message comporte à la fin une formule de désabonnement utilisable à tout moment.
  • En ne cliquant pas sur "Je souhaite recevoir les prochaines actions par courriel", vous ne recevrez de Cyberacteurs aucun autre message que les confirmations de participation à une cyber@ction ou pétition.
  • Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des donnés qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez vous à Cyberacteurs
traits de séparation
Agir
+ Pétitions
+ Cyber actions
+ Liste rapide
+ Proposer
+ Vigilance roundup
+ Cyber manifestations
+ Bilans
+ Lanceurs d'alertes
+ Consultations
Super actions
+ Vigilance roundup
+ Hors TAFTA
S'informer
+ Blog
+ e-quotidien
+ Sites amis
+ Annuaire solidaire
+ Publications
+ Vidéo
+ Agenda
+ Liste d'élus
+ Infos sur les OGM
Nous connaître
+ L'association.
+ Les statuts
+ FAQ
+ Nous contacter
Mon compte
+ Connexion
+ Déconnexion
+ Inscription
+ Lettre d'infos
+ Mon profil
Nous aider
+ Don
+ Adhésion
+ Recommander
+ Code pour sites
+ Livre d'or
+ Boutique solidaire

 

notre page framasphère    notre page facebook    icone twitter    icone google+   icone flux rss   
traits de séparation
| CYBERACTEURS | C/O Alain Uguen 152 rue F.Pelloutier 29000 Quimper | Mentions légales
| GRAPHISTE : Mary-Morgane |
logo enercoop

CSS Valide !